Ouvrir le menu principal

Gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

gare ferroviaire française

Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne
Image illustrative de l’article Gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne
Façade du bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Paris
Arrondissement 12e
Adresse 48 bis boulevard de Bercy
75012 Paris
Coordonnées géographiques 48° 50′ 21″ nord, 2° 22′ 59″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
Intercités 100% Éco
TER
Auto-trains
Caractéristiques
Voies 6 voyageurs
10 de chargement d'automobiles
Transit annuel 3 543 416 voyageurs (2017)
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Historique
Mise en service 1977
Correspondances
Métro (M)(6)(14)
Bus RATP (BUS) RATP 24 71 77 87 215
Noctilien (N) N32 NOCTILIEN.png N35 NOCTILIEN.png

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

La gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne, anciennement gare de Paris-Bercy (jusqu'au )[1], est une gare ferroviaire française de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), située dans le quartier de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris.

Elle constitue une annexe de Paris-Gare-de-Lyon, dont elle dépend administrativement, et dessert une partie du même réseau (gares établies sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, ainsi que sur d'autres lignes s'y embranchant).

Sommaire

HistoireModifier

Service auto-trainsModifier

Construite durant les années 1970, la gare est initialement spécialisée dans le service auto-train, qui prend en charge les véhicules des voyageurs (voitures, motos, scooters…) afin de permettre leur acheminement jusqu'à une autre gare disposant des installations adéquates. En , à la suite de la fermeture du terminal de Tolbiac, la gare de Bercy récupère les auto-trains du réseau Sud-Ouest de la SNCF.

Les trains auto-couchettes, permettant de transporter les véhicules et les voyageurs dans un même convoi, n'existent plus désormais ; les trains au départ de Bercy sont donc composés uniquement de wagons porte-automobiles. Ce service pourrait disparaître en [2].

Développement d'autres traficsModifier

Courant 2002, les quatre trains de nuit quotidiens en provenance ou au départ de l'Italie, ainsi que des liaisons TER en direction du Morvan, sont transférés dans cette gare. Vers 2005, un train Transilien pour Montereau est mis en route, du lundi au vendredi, afin de créer une alternative à la saturation guettant la gare de Lyon aux heures de pointe.

Le marque un nouveau tournant : la saturation progressive de la gare de Lyon oblige la SNCF à reporter la majorité des TER Bourgogne, ainsi que les trains Corail Intercités pour Nevers, sur ce site. Ne restent alors à Paris-Lyon que les TER omnibus pour Laroche-Migennes. En contrepartie, le service Transilien est exclu de Paris-Bercy.

En 2011, dans l'optique du développement de la gare, des travaux sont réalisés : refonte de la signalétique, aménagement du hall (chauffé), avec installation d'un nouveau commerce (« Eat'Shop »). Des portes automatiques sont installées à son entrée.

Le marque la fin d'Artesia et des relations vers Venise, qui se font dorénavant depuis la gare de Lyon par la compagnie privée Thello (dans le cadre de l'ouverture à la concurrence) ; Paris-Bercy perd donc son statut de gare ferroviaire internationale. Par ailleurs, des TER circulent désormais jusqu'à Lyon.

Le , avec le lancement du service d'autocars iDBUS[3] par la SNCF, Paris-Bercy retrouve des destinations internationales (Londres, Bruxelles et Amsterdam, puis Turin et Milan). Toutefois, depuis le , le point d'arrêt de ces autocars, jusqu'alors situé à proximité immédiate de la gare ferroviaire, est déplacé à la gare routière de Bercy-Seine (dont l'accès nécessite de traverser le parc de Bercy)[4] ; cette dernière est également desservie par d'autres autocaristes.

En , des travaux d'aménagement piétonnier de l'esplanade de la gare sont engagés, avec création d'un flux voyageurs indépendant de l'espace taxis et de la dépose-minute, pour plus de sécurité.

En 2017, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 3 543 416 voyageurs[5].

Arrivée des trains de la ligne Paris – Clermont-FerrandModifier

L'origine / destination des trains Téoz de la ligne Paris - Clermont-Ferrand est reportée une première fois de la gare de Lyon à celle de Bercy à l'occasion du service d'hiver 2011, débutant le . Selon les précisions de la SNCF, ce changement temporaire a pour origine des travaux à la gare de Lyon. Le retour dans cette dernière est réalisé le , à l'occasion du service d'été 2011. Cependant, RFF et la SNCF indiquent que la gare de Bercy redeviendra le terminus, cette fois-ci définitif, des trains concernés à compter du service annuel 2012 (débutant le ), en se justifiant par l'impossibilité de les accueillir à la gare de Lyon à la suite de l'ouverture de la LGV Rhin-Rhône[6].

Cette initiative fait l'objet d'une protestation officielle de René Souchon (président du conseil régional d'Auvergne), qui estime, dans un courrier adressé à Guillaume Pepy (président de la SNCF), que cette gare « secondaire » n'apporte que des services et un confort « restreints[6] ». En , le Conseil d'État rejette un pourvoi d'usagers (ayant initialement saisi le tribunal administratif de Paris) concernant le retour des trains Clermont-Ferrand – Paris en gare de Lyon, invoquant la saturation de cette dernière en raison de ses contraintes d'exploitation ; la décision de RFF (qui attribue les sillons sur le réseau ferré national) d'effectuer le transfert à Paris-Bercy est « de nature à prévenir les aléas d’exploitation liés à cette saturation[7] ».

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

 
Accueil.

La gare dispose de deux commerces de type « snack », d'un kiosque de vente de journaux, de guichets pour la vente de billets (ouverts tous les jours), de distributeurs automatiques de titres de transport, d'un espace « accueil », de toilettes (payantes) et également d'un salon d'attente au premier étage[8],[9].

DesserteModifier

 
Un des quais, avec une rame TER.

La gare est desservie par les trains suivants[10] :

À ces dessertes régulières peuvent s'ajouter :

  • des trains supplémentaires, notamment des trains affrétés pour des groupes (scolaires, colonies de vacances, supporters…), assurés aussi bien en TGV qu'avec des rames du service Intercités. De la même manière, Paris-Bercy peut servir de gare de délestage en cas de grosses perturbations ou de travaux en gare d'Austerlitz ;
  • le Pullman Orient-Express : dîners-voyages (service non régulier).

Auto-trainsModifier

Le service auto-train (ne transportant que des véhicules) dessert les gares d'Avignon-Sud, de Marseille-Saint-Charles, de Toulon, de Fréjus-Saint-Raphaël et de Nice-Ville. Une navette circulant à la demande assure gratuitement, pour les voyageurs concernés, des relations vers la gare de Lyon[11].

IntermodalitéModifier

  • La station de métro Bercy, où se croisent les lignes 6 et la 14, est située à 300 mètres de la gare.
  • Elle est desservie (par l'intermédiaire de l'arrêt Gare de Bercy) par les lignes 24, 71, 77, 87 et 215 du réseau de bus RATP, et, la nuit, par les lignes N32 et N35 du réseau de bus Noctilien.
  • Une station Vélib' est située au pied de la gare.
  • Un cheminement piétons permet de rejoindre la gare de Lyon.

À proximitéModifier

Notes et référencesModifier

  1. « PARIS-BERCY CHANGE DE NOM ET DEVIENT PARIS-BERCY BOURGOGNE-PAYS D’AUVERGNE » [PDF], sur sncf.com, (consulté le 28 avril 2019).
  2. June Raclet, « La SNCF veut supprimer les liaisons auto-train, notamment en PACA », sur france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur, (consulté le 28 avril 2019).
  3. Cette marque a ensuite été renommée Ouibus.
  4. « Changement d'adresse pour la gare de Bercy », sur ouibus.com (consulté le 29 avril 2019).
  5. « Fréquentation en gares – Paris Bercy Bourgogne - Pays d'Auvergne », sur SNCF Open Data, traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le 28 avril 2019).
  6. a et b « Courrier de René Souchon » [PDF], (consulté le 28 avril 2019) ; ce document est une archive.
  7. « Le Conseil d'Etat rejette le pourvoi des opposants à l'arrivée du Paris-Clermont en gare de Bercy », sur lamontagne.fr, (consulté le 28 avril 2019).
  8. « Votre gare : Paris Bercy Bourgogne - Pays d'Auvergne : Services », sur gares-sncf.com (consulté le 28 avril 2019).
  9. « Votre gare : Paris Bercy Bourgogne - Pays d'Auvergne : Boutiques et restauration », sur gares-sncf.com (consulté le 28 avril 2019).
  10. « Votre gare : Paris Bercy Bourgogne - Pays d'Auvergne : Arrivées et départs en temps réel », sur gares-sncf.com (consulté le 5 mai 2019).
  11. « AUTO/TRAIN : ET SI VOUS EMMENIEZ VOTRE VOITURE EN VACANCES ? » [PDF], sur oui.sncf, édition 2019 (consulté le 28 avril 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Marc Carémantrant, « Paris-Bercy : la septième gare », Rail Passion, no 54,‎ .  

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus Intercités Nevers
ou Clermont-Ferrand
Clermont-Ferrand
Terminus Terminus Intercités 100% Éco
(week-ends et fériés)
Beaune Lyon-Part-Dieu
ou Lyon-Perrache
Terminus Terminus TER Bourgogne-Franche-Comté Sens Corbigny
ou Dijon-Ville
ou Mâcon-Ville
ou Lyon-Part-Dieu
ou Lyon-Perrache
Terminus Terminus TER Bourgogne-Franche-Comté Villeneuve-la-Guyard
ou Sens
Laroche - Migennes
ou Auxerre-Saint-Gervais
ou Clamecy
Terminus Terminus TER Bourgogne-Franche-Comté Montereau
ou Sens
Avallon
Terminus Terminus TER Centre-Val de Loire Nemours - Saint-Pierre
ou Montargis
Nevers