Ouvrir le menu principal

Référendum constitutionnel bolivien de 2016

Référendum constitutionnel bolivien de 2016
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 502 069
Votants 5 490 919
84,45 %
Votes blancs et nuls 262 267
Fin de la limitation à deux mandats présidentiels
Oui
48,70 %
Non
51,30 %

Le référendum constitutionnel bolivien de 2016 se tient le pour modifier la constitution en supprimant le nombre maximum de deux candidatures à la présidence instauré par la Constitution de 2009.

La proposition est rejetée par 51,5 % des votants. En novembre 2017, toutefois, la Cour constitutionnelle invalide le résultat, au motif que la campagne des partisans du « non » avait été diffamatoire et donc illégale[1].

Sommaire

ContexteModifier

L'article 168 de la Constitution bolivienne de 2009 ne permet de se représenter à la présidence qu'une seule fois[2].

Le , l'Assemblée législative plurinationale a approuvé la réforme du mandat présidentiel par 112 voix contre 41[3].

Ce référendum vise à permettre à Evo Morales, président depuis 2006, réélu en 2009 puis en 2014, de se présenter une quatrième fois lors de l'élection présidentielle de 2019[4].

Evo Morales est l'objet pendant les semaines qui précèdent le vote d'accusations de corruption, mais est finalement innocenté par le rapport d’enquête en mai 2016.

CampagneModifier

En faveur du ouiModifier

Les partis et les organisations qui se sont prononcés pour le oui sont le Mouvement vers le socialisme (MAS) et les organisations du Pacte d'unité et le Conseil national pour le changement (CONALCAM). Parmi les personnalités figurent le président Evo Morales et les anciens footballeurs Marco Etcheverry et Erwin Sánchez.

En faveur du nonModifier

RésultatModifier

D’après des résultats préliminaires de la commission électorale (99,41% des bureaux de votes), le non gagne avec 51,33 % des voix, le oui échoue avec 48,67 % des voix tandis que la participation s’élève à 84,47 % des voix[5].

Résultats définitifsModifier

Résultats nationaux[6]
Choix Votes %
Pour 2 546 135 48,70
Contre 2 682 517 51,30
Votes valides 5 228 652 95,22
Votes blancs 68 845 1,25
Votes nuls 193 422 3,52
Total 5 490 919 100
Abstention 1 011 150 15,55
Inscrits/Participation 6 502 069 84,45
Pour
2 546 135
(48,70 %)
Contre
2 682 517
(51,30 %)
Majorité absolue

SuitesModifier

Une décision de la cour constitutionnelle fin 2017 met fin à la limitation des mandats. Le président peut depuis se représenter de manière illimitée[7], et Evo Morales est ainsi de nouveau candidat aux Élections générales boliviennes de 2019.

Notes et référencesModifier

  1. (en) "Bolivia court allows President Evo Morales to seek fourth term", BBC News, 29 novembre 2017
  2. <(es) « Reforma parcial de la CPE - artículo 168 », sur eldiario.net (consulté le 20 février 2016)
  3. (es) teleSUR-ABI/sb-JA, « Congreso aprobó proyecto de ley que permite reelección de Evo », sur telesurtv.net (consulté le 20 février 2016)
  4. Frédéric Faux, « Evo Morales sollicite le peuple bolivien pour un éventuel quatrième mandat », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. (es) « Resultados Preliminares de Cómputo, Referendo Constitucional 2016 » [archive du ], sur oep.org.bo,
  6. Bolivien, 21. Februar 2016 : Dritte Amtszeit für Präsident
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cia