Élections générales boliviennes de 2020

Élections générales boliviennes de 2020
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 332 926
Votants 6 478 134
88,42 %  +0,1
Votes blancs 91 367
Votes nuls 232 126
Luis Arce (23588020275) (cropped).jpg Luis Arce – Mouvement vers le socialisme
Colistier : David Choquehuanca
Voix 3 393 978
55,10 %
 +8
Députés élus 73  +6
Sénateurs élus 21  0
Carlos Mesa, ex-President of Bolivia (cropped).jpg Carlos Mesa – Communauté civique
Colistier : Gustavo Pedraza
Voix 1 775 943
28,83 %
 −7,7
Députés élus 41  −9
Sénateurs élus 11  −3
Luis Fernando Camacho 2019.png Luis Fernando Camacho – Nous croyons
Colistier : Marco Pumari
Voix 862 184
14,00 %
Députés élus 16  +7
Sénateurs élus 4  +4
Président
Sortant Élu
Jeanine Áñez
MDS
Luis Arce
MAS

Les élections générales boliviennes de 2020 ont lieu de manière anticipée le afin d'élire simultanément le président et le vice-président ainsi que les 130 membres de la Chambre des députés et les 36 membres de la Chambre des sénateurs de la Bolivie.

Le scrutin a lieu dans le contexte de la démission d'Evo Morales, réélu de façon controversée et dont la validité de la reconduction a été rejetée par l'opposition, ce qui a provoqué la crise post-électorale bolivienne de 2019. Initialement prévu le , le scrutin est reporté à deux reprises en raison de la progression de la pandémie de Covid-19 dans le pays.

Déjouant la majorité des sondages qui envisageaient un second tour entre lui et son principal concurrent Carlos Mesa, président de 2003 à 2005, le candidat du Mouvement vers le socialisme Luis Arce, ancien ministre d'Evo Morales, est largement élu dès le premier tour avec plus de 55 % des voix. Sa victoire est reconnue le soir même par Mesa, par la présidente sortante Jeanine Áñez, ainsi que par les observateurs internationaux.

ContexteModifier

Crise politiqueModifier

 
Evo Morales

Le dépouillement des résultats des élections générales boliviennes de 2019 a initialement lieu avec une publication en ligne des résultats mis à jour. Celle-ci est suspendue à 83 % du dépouillement du total des bulletins de vote, dans l'attente du décompte des bulletins des zones rurales reculées. Bien que le décompte avait déjà été suspendu à hauteur de 70 % lors de l'élection présidentielle de 2014, et de 80 % lors du référendum de 2016[1], la durée (22 heures)[2] de l'arrêt des opérations électorales alors qu'un second tour se profile provoque de vives tensions dans le pays. Les résultats au moment du gel du décompte, le soir du scrutin, donnent en effet Evo Morales à 45,28 %, Carlos Mesa à 38,16 %, Chi Hyun Chung à 8,77 % et Oscar Ortiz à 4,41 %[3]. Sur la base de ces résultats préliminaires, un second tour est pressenti pour avoir lieu le , aucun candidat à la présidentielle n'ayant remporté la majorité absolue ou 40 % avec 10 points d'avance sur le candidat suivant. Ce second tour aurait été le premier auquel aurait été contraint Evo Morales, ainsi que du premier à avoir lieu au suffrage populaire en Bolivie, les candidats qualifiés pour le second tour étant auparavant départagés par un vote du congrès avant la mise en place de la constitution de 2009, et aucun n'ayant jusqu'à présent eu lieu sous cette dernière[4].

L'arrêt de la publication du dépouillement en temps réel est considéré comme très suspect par l'opposition, qui accuse le gouvernement de s’apprêter à commettre une fraude électorale. Carlos Mesa parle ainsi d'une « manipulation qui met en péril la démocratie » et appelle à la « mobilisation citoyenne » jusqu'à ce que les résultats complets soient connus[3]. Les observateurs de l'Organisation des États américains (OAE) font également part de leur vive inquiétude, l'organisation affirmant crucial que le Tribunal électoral suprême bolivien (TSE) s'explique le plus rapidement possible sur les raisons de cette interruption[3]. Le gouvernement affirme alors avoir procédé à cet arrêt du fait de la publication de résultats officiels de la part des tribunaux régionaux, afin d'éviter toute annonce simultanée de résultats contradictoires. Selon la BBC, aucun résultat officiel n'est cependant proclamé à ce moment du processus électoral[5].

 
Tribunal électoral incendié à Santa Cruz ().

Le , en milieu de soirée, le TSE met à jour les résultats en publiant les chiffres correspondant au dépouillement de 95,3 % des bulletins de vote. Ceux-ci donnent Evo Morales en tête avec 46,87 % des voix contre 36,73 % à Carlos Mesa, soit un écart de 10,14 points, ce qui laisse présager d'une réélection dès le premier tour du président sortant. Les partisans d'Evo Morales attribuent ce revirement à la prise en compte plus tardive du vote rural, bastion du président sortant[4]. L'OAE qualifie cependant les nouveaux chiffres de changement radical, inexplicable et difficile à justifier entraînant une « perte de confiance dans le processus électoral ». De son côté, Carlos Mesa dénonce ce qu'il qualifie de « fraude honteuse » et annonce ne pas reconnaître les résultats de l'élection[6]. S'ensuivent des affrontements accompagnés d'appels à une grève illimitée[3]. Evo Morales qualifie ces appels de tentative de coup d’État tandis que le décompte des suffrages se poursuit, laissant entrevoir un résultat plus serré avec une possibilité de second tour[7].

Le lendemain, le , à partir de résultats quasi-définitifs, Morales revendique sa victoire et qualifie Mesa de « lâche et de délinquant », tout en restant ouvert à la possibilité d'un duel face à celui-ci. De son côté, l'OEA recommande la tenue d'un second tour, même en cas d'un écart de plus de 10 points entre les deux candidats, compte tenu des irrégularités observées durant le scrutin[8].

Le , Morales est déclaré vainqueur par le Tribunal suprême électoral[9]. Le , le président déclare rejeter « toute négociation politique »[10]. Les troubles atteignent La Paz le , et voient l'affrontement des partisans et opposants de Morales, et font plusieurs morts et blessés[11],[12]. Le , Mesa réclame un nouveau scrutin[13].

 
Manifestation pacifique à La Paz.

Les autorités boliviennes demandent l’ouverture d’un audit réalisé par l’Organisation des États américains (OEA) et proposent à la Communauté civique de Carlos Mesa de s'y associer, mais cette dernière dénonce un accord conclu « sans représentants de la société civile ni partis politiques », et réclame la tenue d'un nouveau scrutin[14],[15].

Le , dans plusieurs villes du pays, des agents de police se soulèvent contre le gouvernement au cris de « mutinerie policière ». Le gouvernement indique qu'un recours à l'armée contre les mutins est « totalement exclu »[16]. Dans le même temps, le président appelle au dialogue avec les partis représentés au Parlement, mais pas avec les comités de la société civile ayant lancé la contestation ; l’offre est refusée par Carlos Mesa et les formations politiques[17].

Certains groupes de la société civile qui réclament un nouveau scrutin souhaitent que ni Morales ni Mesa ne se représentent[18].

À la suite des conclusions de l’audit de l'OEA faisant état de fraudes et alors que le mouvement se poursuit, avec un total de trois morts et quelque 200 blessés[17], Evo Morales annonce le le renouvellement de l'ensemble des membres du Tribunal électoral suprême, suivis de la tenue d'une nouvelle élection présidentielle[19]. La situation continue de se dégrader en cours de journée : des manifestants prennent possession des médias publics, agressent et retiennent en otage des membres des familles de personnalités politiques proches du président, ce qui entraîne la démission de plusieurs ministres et députés, dont le président de la Chambre des députés.

Dans la soirée, tandis que les affrontements se poursuivent, le président annonce sa démission[20], alors que le chef de l'armée, avait peu avant appelé à son départ dans une allocution télévisée[21]. Le vice-président Álvaro García Linera, président de l'Assemblée législative plurinationale, qui fait office de successeur constitutionnel, démissionne lui aussi[22], et dénonce un « coup d'État »[23], ainsi qu'Adriana Salvatierra, présidente de la Chambre des sénateurs, et Víctor Borda, président de la Chambre des députés, respectivement troisième et quatrième dans l'ordre de succession présidentiel. Le successeur potentiel est Jeanine Áñez, seconde vice-présidente de la Chambre des sénateurs, après la démission de Rubén Medinaceli, premier vice-président[24],[25]. Un mandat d'arrêt est émis à l'encontre de Morales lui-même[26]. Le Mexique propose l'asile à ce dernier et accueille dans son ambassade à La Paz des fonctionnaires et des parlementaires boliviens[25].

Le , Áñez annonce la convocation prochaine d'une nouvelle élection présidentielle, de façon qu'un nouveau président prenne ses fonctions d'ici le , comme prévu[27]. La séance parlementaire destinée à fixer la date de la présidentielle a lieu le [28]. La séance étant suspendue pour cause de quorum non atteint par le boycott des parlementaires du Mouvement vers le socialisme (MAS), conformément à la constitution plurinationale, elle se déclare chargée de l'intérim de la présidence de l'État, arguant de la nécessité de ne pas laisser le pays sans gouvernement et de celle de pacifier le pays[29]. Evo Morales dénonce alors « le coup d'État le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire a eu lieu »[30]. Le Tribunal constitutionnel plurinational valide l'accession de Jeanine Áñez à la présidence de l'État par intérim dans un communiqué publié le [31].

Les conclusions de l’OEA ont par la suite été contredites par trois rapports de chercheurs indépendants, concluant à l’absence de preuves statistiques de fraude[32].

Convocation d'un nouveau scrutinModifier

 
La présidente par intérim, Jeanine Áñez.

Le , Áñez annonce la convocation de nouvelles élections[33]. Elle présente au Parlement un projet de loi destiné à annuler les résultats des législatives et de la présidentielle, et à renouveler la composition du Tribunal suprême électoral, qui devra fixer la date des prochaines élections[34].

Le Sénat approuve le cette mesure et l'interdiction pour un individu ayant déjà effectué un deuxième mandat d’en faire un troisième[35], ainsi qu'une loi d'amnistie pour Morales — contre qui le gouvernement provisoire a porté plainte la veille pour « sédition » et « terrorisme »[36] —, que la présidente par intérim rejette cependant[37]. La Chambre des députés adopte quelques heures plus tard ce projet de loi[38]. Áñez promulgue le texte le [39]. Celui-ci prévoit que le scrutin puisse se tenir d'ici [40].

Le , le nouveau président du Tribunal suprême électoral, Salvador Romero, convoque le scrutin pour le . Un éventuel second tour doit avoir lieu dans les 45 jours suivant cette première date[41].

Le Tribunal constitutionnel prolonge le son mandat et celui du Parlement élu en 2014 jusqu'à l'investiture des nouvelles autorités élues[42].

Pandémie de coronavirus et reportsModifier

En raison de la progression de la pandémie de Covid-19 et du confinement total décrété par la présidente par intérim, le Tribunal suprême de justice (TSE) décide le de reporter sine die le scrutin[43]. Le TSE propose par la suite au Parlement de fixer la date du scrutin entre le et le [44] puis, face à la propagation du virus, entre le et le [45]. Le Parlement, dominé par le MAS, vote cependant le 1er mai une loi organisant le scrutin dans les 90 jours, contre l'avis de Jeanine Áñez[46]. Les différents partis parviennent finalement début juin à un accord fixant le scrutin au [47]. La hausse des cas de personnes affectées entraîne cependant un nouveau report au 18 octobre[48]. Les partisans de l'ancien président organisent des manifestations et des blocages de routes, alors que le gouvernement tente de reporter de nouveau le scrutin. Le 14 août, le Tribunal suprême électoral adopte une résolution empêchant tout nouveau report[49]. D'après plusieurs observateurs, ces reports successifs, alors que des élections auraient dû selon la constitution bolivienne se tenir dans les 90 jours suivant la démission d'Evo Morales, seraient plutôt liés aux sondages donnant un avantage au MAS[50]'[51].

Système électoralModifier

L'ensemble des scrutins se déroule simultanément, un seul vote de l'électeur pour un parti comptant pour ses candidats à la présidence, à la Chambre des sénateurs, et pour ceux élus à la proportionnelle à la Chambre des députés, suivant un système appelé Ley de lemas.

PrésidentModifier

Le président bolivien est élu en même temps que le vice-président pour un mandat de cinq ans par le biais d'une version modifiée du scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Si aucun candidat ne remporte la majorité absolue des suffrages exprimés lors du premier tour, ou plus de 40 % des voix avec au moins dix points d'avance sur celui arrivé en deuxième position, un second tour est organisé dans les soixante jours entre les deux candidats arrivés en tête. Est alors élu celui qui reçoit le plus grand nombre de suffrages[52],[53]. En 2020, la date d'organisation d'un éventuel second tour est fixée au 29 novembre.

Le mandat du président n'était auparavant renouvelable qu'une seule fois. Une décision du Tribunal constitutionnel fin 2017 a mis fin à cette clause : le président peut depuis se représenter de manière illimitée[52]. Cette décision a lieu peu après l'échec d'Evo Morales à supprimer cette limitation en organisant un référendum constitutionnel, en , la population ayant alors rejetée l'amendement par 51,3 % des voix exprimées. À la suite de la crise politique de 2019, une loi interdit à Morales de se représenter[54].

ParlementModifier

 
Palais du parlement.

La Bolivie est dotée d'un parlement bicaméral appelé Assemblée législative plurinationale. Celle-ci est composée d'une chambre basse, la Chambre des députés, et d'une chambre haute, la Chambre des sénateurs. Toutes deux sont renouvelées simultanément pour un mandat de cinq ans.

Chaque électeur vote au scrutin majoritaire pour un candidat à la Chambre des députés dans sa circonscription et vote séparément pour la liste d'un parti. Ce second vote compte pour le candidat à la présidentielle et pour la répartition des sièges de l'autre partie de la Chambre des députés ainsi que de la totalité de ceux de la Chambre des sénateurs à la proportionnelle.

La Chambre des députés est en effet dotée de 130 sièges dont 70 pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions électorales, tandis que les 60 sièges restants le sont au scrutin proportionnel plurinominal dans neuf circonscriptions correspondant aux départements du pays, en fonction de leur population lors du dernier recensement. Une fois le décompte des suffrages terminé, la répartition des 60 sièges se fait à la proportionnelle sur la base du quotient simple, puis selon la méthode du plus fort reste[55].

La Chambre des sénateurs est quant à elle dotée de 36 sièges pourvus au scrutin proportionnel plurinominal dans neuf circonscriptions correspondant aux départements du pays, à raison de 4 sièges par département. La répartition se fait selon la même méthode qu'à la chambre basse[56].

Les candidats doivent avoir au moins 25 ans pour être député, et 35 ans pour être sénateur. Tous les candidats élus au scrutin majoritaire doivent avoir un suppléant du sexe opposé. De même, les listes des partis doivent alterner les candidats masculins et féminins. Sur les 70 sièges majoritaires, sept sont réservés aux minorités indigènes[57].

Forces en présenceModifier

Principales forces politiques
Parti Idéologie Candidats
et colistiers
Résultat en 2019
Mouvement vers le socialisme
Movimiento al Socialismo (MAS)
Gauche
Socialisme du XXIe siècle, bolivarisme, plurinationalisme, indigénisme
Luis Arce
David Choquehuanca
47,08 % des voix
67 députés
21 sénateurs
Communauté civique[a]
Comunidad Ciudadana (CC)
Centre
Démocratie libérale, constitutionnalisme
Carlos Mesa
Gustavo Pedraza
36,51 % des voix
50 députés
14 sénateurs
Nous croyons[b]
Creemos
Droite à extrême droite
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Luis Fernando Camacho
Marco Pumari
8,78 % des voix
9 députés
0 sénateur
Candidature retirée[58]
Ensemble[c]
Juntos
Centre gauche à droite
Libéralisme économique, conservatisme sociétal, fédéralisme
Jeanine Áñez
Samuel Doria Medina
4,24 % des voix
4 députés
1 sénateur

Intentions de voteModifier

CampagneModifier

La campagne électorale, qui débute le 6 septembre, est marquée par plusieurs polémiques dont plusieurs antérieures à son début officiel[64]. Le 28 juillet, à l'appel d'Arce, des milliers de sympathisants du MAS manifestent pour s'opposer au report du scrutin, qu'ils estiment lié à la peur du gouvernement en place de la possibilité que leur candidat remporte le scrutin[65].

En août 2020, les coalitions Creemos et Juntos déposent un recours pour disqualifier le MAS des élections, après une déclaration d'Arce affirmant qu'un sondage donne son parti vainqueur du scrutin. Une demande restée sans suite auprès du Tribunal constitutionnel plurinational[66].

En septembre 2020, Human Rights Watch accuse le gouvernement intérimaire de persécutions politiques par manipulation de la justice à l'égard de l'ancien président[67] et de candidats du MAS[68]. Plusieurs centaines de dirigeants du MAS et d’organisations sociales sont alors poursuivis par la justice ou incarcérés[51]. Des observateurs internationaux, membres de partis de gauche et accusés de sympathies pour le MAS, ont été expulsés ou intimidés par les autorités lors de leur arrivée en Bolivie[32].

Le pouvoir bolivien annonce le 30 juin entreprendre des poursuites judiciaires contre Luis Arce pour des « dommages financiers » qu'il aurait causés à l’État lorsqu’il était ministre de l’Économie et des Finances publiques. Une autre enquête est ouverte contre lui début octobre concernant sa participation à la « fraude électorale » de 2019, puis une troisième le 9 octobre, à neuf jours du scrutin, pour « enrichissement illicite »[6].

Le , le candidat pour le Mouvement nationaliste révolutionnaire et ancien président, Jorge Quiroga, annonce le retrait de sa liste[69].

Le , l'Action démocratique nationaliste, avec comme chef María de la Cruz Bayá, annonce le retrait de ses candidatures et appuie désormais le candidat de la Communauté civique, Carlos Mesa[70].

Candidature de Luis ArceModifier

 
Luis Arce

Considéré comme un socialiste modéré, Luis Arce bénéficie directement du bilan économique des quatorze années au pouvoir du gouvernement menée par le MAS, ayant été ministre de l'Économie tout au long de cette période à l'exception d'un retrait entre mi-2017 et début 2019 en raison d'un cancer du rein. Arce est alors perçu comme « l'architecte du miracle économique » du pays, qui a vu son PIB multiplié par quatre et la pauvreté passer de 60 à 37 % sur la période allant de 2006 à 2014, les réserves en devises étant quant à elle multipliées par cinq. Des revenus grandement appuyés par la nationalisation du secteur pétrolifère mené par son ministère, qui ont permis le financement des programmes sociaux, mais également celui du secteur industriel, notamment l'exploitation du gaz naturel et du lithium[71],[72].

Luis Arce mène par conséquent une campagne axée sur la croissance économique en se posant comme garant de la stabilité et de la continuité des politiques mises en œuvre. Un discours qui rencontre un fort écho chez la population, fortement affectée par les effets économiques de la pandémie de Covid-19[72].

Candidature puis retrait de Jeanine ÁñezModifier

Réunis le , les postulants de droite se montrent incapables de désigner un candidat unique pour contrer celui du Mouvement vers le socialisme[73]. La présidente par intérim Jeanine Áñez justifie sa candidature, alors qu'elle s'était engagée à ne pas se présenter, par ces divisions[74].

Courant septembre, Jeanine Áñez est donnée à la quatrième place d'un sondage d'opinion où Luis Arce figure quant à lui en tête avec 40 % des intentions de vote. Devant le risque grandissant d'une division des voix des électeurs de droite, la candidate annonce le 17 septembre se retirer de la course à la présidence. Elle était depuis plusieurs mois affaiblie par sa mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences économiques, ainsi que par son usage à outrance de symboles catholiques et ses tentatives de poursuites judiciaires envers les cadres du Mouvement pour le socialisme, des actions ayant provoquées un retour de balancier en galvanisant l'opposition[75],[58],[76]. Par absence de jurisprudence sur la question, le Tribunal suprême électoral doit alors prendre une décision au sujet de cette annonce alors que des bulletins de vote ont été imprimés dans certaines localités[77]. Le 21 septembre, l'alliance Juntos annonce sa dissolution et le retrait de tous ses candidats pour les législatives[78].

Candidature de Carlos MesaModifier

 
Carlos Mesa.

Carlos Mesa mène une campagne au centre, prenant acte du déplacement vers la gauche de la scène politique bolivienne après quatorze ans de présidence d'Evo Morales. Ancien vice-président de Gonzalo Sánchez de Lozada, dont la présidence avait été marquée par une politique conservatrice et néolibérale, Mesa a été président de 2003 à 2005, à la suite de la démission de Lozada dans le contexte de la guerre du gaz, avant de démissionner à son tour devant son incapacité à résoudre la crise. Sa démission avait alors conduit à un scrutin anticipé, qui avait vu la victoire de Morales.

Au cours de la campagne, Carlos Mesa affirme notamment que la Bolivie n'a pas besoin de privatisations, et se rapproche des milieux indigènes et environnementalistes, tandis que son alliance électorale, Communauté civique, se place en tête du nombre de femmes candidates. Mesa surprend également en devenant le seul candidat à se montrer favorable à l'ouverture d'un débat sur la légalisation du mariage homosexuel, de l'avortement et du cannabis à usage récréatif. Le candidat est cependant critiqué pour le caractère vague de son programme économique, son image élitiste, ainsi que son absence de prise de position au cours des polémiques émaillant la campagne, se cantonnant à un discours ni-Arce, ni-Áñez. Cette attitude résolument au centre est néanmoins jugée susceptible de mener à son terme l'ère post-Morales dans un contexte d’extrême polarisation de la scène politique bolivienne[79].

DéroulementModifier

La population se rend aux urnes dans le calme et sans débordements majeurs, déjouant les craintes d'incidents similaires à ceux qui s'était produits en 2019[80],[81][82],[83]. Le ministre de la Défense, Luis Fernando López, se réjouit ainsi du déroulement du scrutin au cours duquel les citoyens ont pu aller voter paisiblement en déclarant que les Boliviens « ont gagné face aux violents et à ceux qui voulaient le chaos »[84].

Le 18 octobre, en fin d'après-midi, le président du Tribunal électoral suprême, Salvador Romero, souligne la tranquillité qui a marqué les élections dans tout le pays et à l'étranger, et ce même où il y avait de longues files d'attente. Il indique souhaiter que le dépouillement des votes et le remplissage des registres électoraux, auxquels tout citoyen peut assister, se poursuivent dans le même climat[85],[86]. La bonne conduite des élections est remarquée et saluée par les observateurs de l'Organisation des Nations unies[87], de l'Union européenne[88] et de l'Organisation des États américains[88],[89].

RésultatsModifier

Résultats des élections générales boliviennes de 2020[90]
  
Parti ou coalition Candidat présidentiel
et colistier
Votes % Députés Sénateurs
Sièges +/- Sièges +/-
Mouvement vers le socialisme Luis Arce
David Choquehuanca
3 393 978 55,10 73   6 21  
Communauté civique Carlos Mesa
Gustavo Pedraza
1 775 943 28,83 41   9 11   3
Nous croyons Luis Fernando Camacho
Marco Pumari
862 184 14,00 16   7 4   4
Front pour la victoire Chi Hyung Chung
Leopoldo Chui
95 245 1,55 0   0  
Parti d'action national bolivien Feliciano Mamani
Ruth Nina
31 770 0,52 0   0  
Votes valides 6 154 641 95,01
Votes blancs 91 367 1,41
Votes nuls 232 126 3,58
Total 6 478 134 100 130   36  
Abstention 854 792 11,58
Inscrits / participation 7 332 926 88,42

SuitesModifier

 
Candidat arrivé en tête par province.

Dépouillement et réactionsModifier

Afin d'assurer la plus grande transparence possible, l'ensemble des opérations de dépouillement se fait en libre accès du public, tandis que l'intégralité des registres électoraux sont photographiés. Le dépouillement des suffrages est en retour considérablement ralenti[91]. Au soir du scrutin, Luis Arce est cependant donné vainqueur dès le premier tour par plusieurs instituts ayant procédé à des décomptes rapides non officiels le donnant à environ 52 % des suffrages, devant Carlos Mesa à 30 % et Luis Fernando Camacho à 14 %[92],[93].

Le candidat du Mouvement vers le socialisme est félicité dans la foulée par la présidente sortante[94], ainsi que par l'ancien président Tuto Quiroga, tout deux anciens candidats ayant renoncé à leur candidature. Carlos Mesa annonce par la suite reconnaître sa défaite et accepter le mandat de chef officiel de l'opposition[95],[96]. Il félicite également les deux élus pour leur victoire quelques jours plus tard[97]. Le secrétaire général de l'Organisation des États américains, Luis Almagro, félicite à son tour Luis Arce et son colistier David Choquehuanca pour leur victoire[98]. Arce affirme en retour « ne pas se soucier de ses félicitations » et se joint aux voix qui demandent la démission du secrétaire général pour ingérence dans les affaires intérieures du pays lors des élections de 2019[99],[100].

AnalyseModifier

La victoire du MAS avec 55,1 % des voix au niveau national se décline territorialement, le parti remportant plus de 60 % des suffrages exprimés dans ses fiefs La Paz, de Cochabamba et d'Oruro, où il progresse fortement par rapport aux résultats annulés de 2019, quand il oscillait entre 48 % et 57 %. Également en tête dans les départements de Potosí, de Chuquisaca et de Pando, il termine deuxième dans les trois autres : la Communauté civique s'impose en effet dans les départements de Tarija et du Beni, tandis que Creemos remporte plus de 45 % des voix dans le bastion de son candidat, Santa Cruz. À l'inverse, la candidature de Luis Arce est devancée par celle de Carlos Mesa en nombre de capitales départementales, n'en remportant que trois contre cinq à son principal concurrent, la neuvième revenant à Luis Fernando Camacho. Dans son bastion d'El Alto, le MAS confirme son ancrage en remportant plus des trois quarts des suffrages exprimés, tandis que dans sa province natale de Chapare, il s'impose avec 73 % des voix[101].

La chambre haute devient pour la première fois de son histoire majoritairement féminines, comptant 20 sénatrices pour 16 sénateurs ; si aucune délégation départementale n'est exclusivement masculine, celles de La Paz et Beni comptent même trois femmes pour quatre sièges à pourvoir. En outre, les trois cinquièmes des élus à la Chambre des sénateurs entrent pour la première fois au sein de cette assemblée[102]. Il n'en va pas de même à la Chambre des députés, où le nombre de femmes élues régresse de 67 à 56[103].

Le Mouvement vers le socialisme remporte les deux tiers des sièges uninominaux avec 42 circonscriptions sur 63, ainsi que les sept sièges réservés aux indigènes, emportant la totalité des districts électoraux d'Oruro et de Pando et n'en ratant qu'un seul de Cochabamba, où il vire en tête dans chaque province[104]. Si le MAS obtient donc 94 parlementaires sur un total de 166, il ne parvient pas à atteindre la majorité qualifiée des deux tiers qui lui permettait jusqu'au précédent scrutin d'éviter de négocier avec l'opposition pour notamment procéder aux désignations du Défenseur du peuple, du Contrôleur général de l'État, de six membres de l'Organe électoral plurinational et du procureur général de l'État, ou encore pour préselectionner les postulants à une place de magistrat[105].

ConséquencesModifier

Peu après que le Tribunal suprême électoral a proclamé les résultats officiels de l'élection, la présidente de la Chambre des sénateurs Eva Copa (es) annonce que les deux chambres de l'Assemblée législative plurinationale clôtureront leurs sessions cinq jours plus tard. Une fois les nouveaux députés et sénateurs investis dans leurs fonctions, le président élu Luis Arce pourra être assermenté au palais législatif de La Paz le 8 novembre. Le président de la Chambre des députés Sergio Choque indique que les anciens présidents boliviens seront invités, et le Mouvement vers le socialisme fait savoir qu'il souhaite convier les chefs d'États sud-américains et tous les représentants diplomatiques[106].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Coalition du Front révolutionnaire de gauche, de l'Organisation Tous et de la Plateforme citoyenne Jesús Lara.
  2. Coalition du Parti démocrate-chrétien et d'Unité civique solidaire.
  3. Coalition du Mouvement social démocrate, du Front d'Unité nationale et de Souveraineté et Liberté.

RéférencesModifier

  1. Página12, « Evo Morales denunció un intento de Golpe de Estado » (consulté le 10 novembre 2019)
  2. http://www.medelu.org/La-Bolivie-sur-le-chemin-du-Venezuela
  3. a b c et d « Présidentielle en Bolivie : la tension monte avec la victoire annoncée d'Evo Morales », sur Les Echos (consulté le 22 octobre 2019)
  4. a et b « Elections en Bolivie : le président Evo Morales en tête, mais contraint à un second tour inédit », sur lemonde.fr (consulté le 22 octobre 2019)
  5. « Concern as Bolivia poll results transmission stops », sur BBC News (consulté le 22 octobre 2019)
  6. a et b « En Bolivie, de nouveaux résultats « difficiles à justifier » donnent Evo Morales vainqueur dès le premier tour », sur lemonde.fr (consulté le 22 octobre 2019)
  7. « Bolivie : face à la grève générale lancée par l’opposition, Evo Morales dénonce un coup d’État », sur lemonde.fr (consulté le 23 octobre 2019)
  8. « Élections. La Bolivie se déchire sur le vainqueur de l’élection présidentielle », sur Courrier international (consulté le 24 octobre 2019)
  9. « Bolivie : Evo Morales déclaré vainqueur au premier tour », sur Le Point (consulté le 26 octobre 2019)
  10. « Réélu président de la Bolivie, Evo Morales exclut « toute négociation politique » avec l’opposition », sur Le Monde.fr (consulté le 28 octobre 2019)
  11. « Morales réélu en Bolivie: démonstration de force des deux camps, plus de 30 blessés », sur Le Point (consulté le 29 octobre 2019)
  12. « Bolivie : deux morts dans des incidents liés à la crise électorale », sur lefigaro.fr, (consulté le 31 octobre 2019).
  13. Le Point magazine, « Bolivie : en pleine crise, l'opposition réclame de nouvelles élections », sur Le Point, (consulté le 10 novembre 2019)
  14. « Élections en Bolivie: le chef des observateurs de l’OEA démissionne », sur RFI, (consulté le 10 novembre 2019)
  15. « Bolivie : en pleine crise, l'opposition réclame de nouvelles élections », sur Le Point (consulté le 4 novembre 2019)
  16. « Mutinerie dans la police bolivienne », sur L'Humanité, (consulté le 10 novembre 2019)
  17. a et b « Dans une Bolivie sous tension, Evo Morales annonce de nouvelles élections », sur la-croix.com, (consulté le 10 novembre 2019).
  18. « Bolivie : Evo Morales annonce la convocation de nouvelles élections », sur Europe 1 (consulté le 11 novembre 2019)
  19. Evo Morales annonce la convocation d’une nouvelle élection présidentielle en Bolivie, Le Monde, 10 novembre 2019.
  20. « Après trois semaines de contestation, le président bolivien Evo Morales annonce sa démission », sur lemonde.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  21. « Après trois semaines de contestation, le président bolivien Evo Morales annonce sa démission », sur Le Monde.fr (consulté le 10 novembre 2019)
  22. « Dimite también el vicepresidente de Bolivia, Álvaro García Linera », sur www.eluniversal.com.co (consulté le 10 novembre 2019)
  23. « Le président bolivien Evo Morales démissionne, arrestations d'ex-dirigeants », sur VOA (consulté le 11 novembre 2019)
  24. Jeanine Añez podría ser la Presidenta del país, YouTube, journal télévisé de Bolivisión, minute 0:40, 10 novembre 2012.
  25. a et b La Libre.be, « Le président bolivien Evo Morales démissionne, première arrestations d'ex-dirigeants » (consulté le 11 novembre 2019)
  26. Zone Bourse, « Bolivie. Evo Morales dénonce un mandat d'arrêt “illégal” le visant, déclare que son domicile a été attaque par “des groupes violents” » (consulté le 11 novembre 2019)
  27. « Bolivie : convocation d'une élection présidentielle par la future présidente par intérim », sur Le Figaro.fr (consulté le 11 novembre 2019)
  28. « Chaos en Bolivie après la démission du président Morales », sur Boursorama (consulté le 11 novembre 2019)
  29. « Bolivie : la sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim », sur Le Monde.fr (consulté le 12 novembre 2019)
  30. « Bolivie : la sénatrice Jeanine Añez devient présidente par intérim, Evo Morales dénonce un "coup d'Etat" », sur Franceinfo, (consulté le 13 novembre 2019)
  31. (es) « Tribunal Constitucional de Bolivia avala posesión de Añez como presidenta interina », sur El Universal,
  32. a et b « En Bolivie, ambiance électrique pour une élection censée faire sortir le pays de la crise politique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  33. « Bolivie : une loi bientôt votée pour convoquer de nouvelles élections », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 21 novembre 2019).
  34. « Bolivie : la présidente par intérim présente au Parlement une loi visant à organiser de nouvelles élections », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 21 novembre 2019).
  35. « Bolivie: le Sénat approuve l'organisation d'élections présidentielle et législatives », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 novembre 2019).
  36. « Le gouvernement provisoire de Bolivie accuse Morales de sédition et terrorisme », sur Challenges, (consulté le 24 novembre 2019).
  37. « En Bolivie, la présidente par intérim rejette une demande d'amnistie pour Evo Morales », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 24 novembre 2019).
  38. « Bolivie: Le Congrès donne son accord à un nouveau scrutin sans Morales », sur Challenges, (consulté le 24 novembre 2019).
  39. « La présidente bolivienne par intérim convoque de nouvelles élections », sur 20minutes.fr (consulté le 24 novembre 2019).
  40. « La Bolivie doit se réorganiser avant la tenue d'une nouvelle élection - Amériques - RFI », sur RFI, RadioFranceInternationale, (consulté le 25 novembre 2019).
  41. « Bolivie : l'élection présidentielle organisée le 3 mai - Le Point », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 4 janvier 2020).
  42. (en) « Prensa Latina - Latin American News Agency », sur www.plenglish.com/ (consulté le 20 janvier 2020).
  43. (la) « Electoral court postpones Bolivia general election over virus », sur https://www.outlookindia.com/, 22, (consulté le 23 mars 2020).
  44. (es) « TSE plantea que las elecciones generales sean entre el 7 de junio y 6 de septiembre - Diario Pagina Siete », sur www.paginasiete.bo (consulté le 2 avril 2020).
  45. « En Bolivie, Jeanine Añez prend ses aises », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 6 mai 2020).
  46. (en) Daniel Ramos, « Bolivian Parliament approves law calling for elections in 90 days, defying interim government », sur U.S., Reuters, (consulté le 6 mai 2020).
  47. « Bolivie/virus: les élections générales reportées au 6 septembre », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 5 juin 2020).
  48. FRANCE24, « La Bolivie reporte ses élections générales à octobre en raison de la hausse des cas de Covid-19 », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 24 juillet 2020).
  49. « Bolivie: les élections fixées au 18 octobre, les blocages routiers persistent », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 6 septembre 2020).
  50. « En Bolivie, un scrutin sous haute tension », sur La Vie.fr,
  51. a et b « Nouveau « coup pourri » de l’OEA en Bolivie ? », sur Médelu,
  52. a et b « South America :: Bolivia — The World Factbook - Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le 23 octobre 2019)
  53. « constitution », sur constituteproject.org (consulté le 23 octobre 2019)
  54. Bolivia Marks End of Era, as Legislators Rush to Approve New Election Without Evo Morales
  55. « IPU PARLINE database: BOLIVIE (ETAT PLURINATIONAL DE) (Cámara de Diputados), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 23 octobre 2019)
  56. « IPU PARLINE database: BOLIVIE (ETAT PLURINATIONAL DE) (Cámara de Senadores), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 23 octobre 2019)
  57. « Bolivia: Ley del Régimen Electoral, 30 de junio de 2010 », sur www.lexivox.org (consulté le 23 octobre 2019)
  58. a et b (es) « Áñez renuncia a su candidatura a la Presidencia », sur Los Tiempos, (consulté le 18 septembre 2020)
  59. Preferencia exclusivamente por el partido, sin candidato específico.
  60. a et b La encuesta se realizó antes de confirmarse la candidatura de Arce
  61. La encuesta se realizó antes de confirmarse la candidatura de Añez
  62. a et b A la actualidad, existen 2 aspirantes por este partido, Gainza Fernando y De la Cruz Bayá Maria, el partido ni el TSE confirmaron quien en realidad es su candidato.
  63. a b c et d La encuesta de CELAG suele ser criticada por su presunto sesgo hacia el MAS debido a que Álvaro García Linera, quien fungió como vicepresidente de Bolivia, es parte de su consejo asesor (es) « Consejo Consultivo » (consulté en 13 de julio de 2020) y varios de sus ejecutivos son personas con una militancia política y con ideología del partido.(es) « Celag y su desacertada encuesta », 10 de julio de 2020 (consulté en 13 de julio de 2020) Cabe destacar que esta organización no figura en la lista de entidades autorizadas por el Tribunal Supremo Electoral (TSE) para difundir encuestas.(es) « Rafael Correa y García Linera, están detrás de encuestas favorables al MAS » (consulté en 13 de julio de 2020)
  64. « En Bolivie, début de campagne présidentielle dans une ambiance électrique », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 14 septembre 2020).
  65. « Bolivie: des milliers de sympathisants de Morales dénoncent le report des élections », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 29 juillet 2020).
  66. « Bolivie : le parti d'Evo Morales peut-il être légalement disqualifié pour les élections de 2020 ? », sur euronews, (consulté le 27 août 2020).
  67. « Human Rights Watch dénonce une « persécution politique » contre Evo Morales en Bolivie », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 14 septembre 2020).
  68. « En Bolivie, les candidats du parti d'Evo Morales victimes de persécution », sur Le Devoir (consulté le 16 septembre 2020).
  69. (es) « A una semana de las elecciones, Tuto Quiroga declina su candidatura a la presidencia », sur Los Tiempos, (consulté le 11 octobre 2020)
  70. (es) « ADN oficializa ante el TSE su declinación; Bayá reafirma que «morirá de pie» », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  71. « Portrait. Qui est Luis Arce, le futur président de la Bolivie ? », sur Courrier international, (consulté le 21 octobre 2020).
  72. a et b « Présidentielle en Bolivie : la victoire de Luis Arce, fidèle d’Evo Morales mais socialiste modéré », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 20 octobre 2020).
  73. « Bolivie: l'opposition à Evo Morales ne parvient pas à constituer un front uni », sur RFI, RFI, (consulté le 3 février 2020).
  74. « En Bolivie, la candidature surprise de Jeanine Añez suscite de vives réactions », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 3 février 2020).
  75. (en) « Bolivia’s Interim President Pulls Out of Election », sur The New York Times, (consulté le 18 septembre 2020).
  76. (es) « Jeanine Añez renuncia a su candidatura presidencial », sur paginasiete.bo (consulté le 18 septembre 2020)
  77. (es) « Papeletas de Tarija ya tienen la foto de Añez y la franja de “Juntos” », sur Noticias El Periódico Tarija, elperiodicodeBolivia, (consulté le 18 septembre 2020).
  78. (es) « Alianza Juntos se disuelve y pide al TSE su extinción », sur www.paginasiete.bo (consulté le 22 septembre 2020).
  79. (en) « Bolivia Has Changed Since 2003. Has Carlos Mesa? », sur Americas Quarterly, americasquarterly (consulté le 6 octobre 2020).
  80. (en) « El Gobierno no baja la tensión preelectoral, advierte con el uso de armas », sur La Razón | Noticias de Bolivia y el Mundo (consulté le 21 octobre 2020)
  81. (es) « Alta Comisionada de Naciones Unidas pide evitar la violencia durante las elecciones | EL DEBER », sur eldeber.com.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  82. (es) « Defensoría del Pueblo califica de «tranquila y pacífica» la jornada electoral », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  83. (en) « Polls start closing in 'calm' Bolivian general election », sur Deccan Herald, (consulté le 21 octobre 2020)
  84. (es) « Ministro de Defensa: le ganamos a los violentos, hicimos una fiesta democrática », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  85. (es) « Romero destaca asistencia masiva y tranquilidad en la jornada electoral », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  86. (en) « Cierra jornada electoral, marcada por filas de votantes, sin mayores incidentes y el comercio », sur La Razón | Noticias de Bolivia y el Mundo (consulté le 21 octobre 2020)
  87. (es) « Naciones Unidas aplaude orden y tranquilidad en los comicios generales de Bolivia », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  88. a et b (es) « UE felicita a Bolivia por la jornada electoral y pide mantener la paz hasta conocer resultados », sur www.paginasiete.bo (consulté le 21 octobre 2020)
  89. (es) « Misión de la OEA califica como pacífica la jornada electoral y pide aguardar con calma los resultados », sur Los Tiempos, (consulté le 21 octobre 2020)
  90. (es) OEP, « Elecciones Generales 2020 », sur oep.org.bo (consulté le 19 octobre 2020).
  91. (es) « Romero destaca asistencia masiva y tranquilidad en la jornada electoral », sur www.paginasiete.bo (consulté le 20 octobre 2020).
  92. (es) « El MAS gana en primera vuelta, según Ciesmori », sur www.paginasiete.bo (consulté le 20 octobre 2020).
  93. (es) « Arce logra más de 50%, según el conteo rápido de dos firmas », sur www.paginasiete.bo (consulté le 20 octobre 2020).
  94. « Bolivie : Luis Arce, candidat socialiste, élu président dès le premier tour », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 19 octobre 2020).
  95. (es) « Carlos Mesa: Somos la cabeza de la oposición y actuaremos como tal », sur www.paginasiete.bo (consulté le 19 octobre 2020).
  96. « Bolivie : Luis Arce, candidat socialiste, élu président dès le premier tour », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2020)
  97. (en) « Mesa felicita y desea éxitos a los electos mandatarios Arce y Choquehuanca », sur La Razón | Noticias de Bolivia y el Mundo (consulté le 25 octobre 2020)
  98. (es) « Almagro felicita al binomio del MAS y dice que «el pueblo se expresó en las urnas» », sur www.paginasiete.bo (consulté le 19 octobre 2020).
  99. (en) « Arce pide también la renuncia de Almagro y dice que no le importan sus felicitaciones », sur La Razón | Noticias de Bolivia y el Mundo (consulté le 25 octobre 2020)
  100. (es) « Arce está de acuerdo con el pedido de renuncia de Almagro a la OEA », sur www.paginasiete.bo (consulté le 25 octobre 2020)
  101. (es) Baldwin Montero, « El MAS supera la barrera del 60% en tres departamentos », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).
  102. (es) Liliana Carrillo, « Con 20 senadoras, las mujeres son mayoría en la Cámara Alta », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).
  103. (es) Cándido Tancara Castillo, « Lista completa: la mayoría de los nuevos diputados son hombres », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).
  104. (es) Alcides Flores, « Dos tercios de los diputados uninominales son del MAS », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).
  105. (es) Pablo Peralta, « Tras dos periodos, el MAS pierde dos tercios en la ALP », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).
  106. (es) Erika Segales, « Posesión de Luis Arce será el 8 de noviembre en la Asamblea », Página Siete, (consulté le 24 octobre 2020).