Ouvrir le menu principal

Cœur immaculé de Marie

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sacré-Cœur (homonymie).
Le Cœur immaculé de Marie, image du XIXe siècle.

Le Sacré-Cœur ou Cœur immaculé de Marie est une dévotion catholique au Cœur de la Vierge Marie, en tant que symbole de l’absolu de sa foi, de sa confiance et de l'accueil du Christ au plus intime de sa personne. Elle représente aussi sa pureté totale, elle qui aurait été exempt du péché originel (dogme de l'Immaculée conception). La fête du Cœur immaculé de Marie se célèbre le samedi après la solennité du Sacré-Cœur.

Sommaire

Historique de la dévotionModifier

Cette dévotion est fondée sur la théologie mariale de saint Bernard, ainsi que sur les écrits de docteurs de l'Église tels que saint Anselme de Cantorbéry. Après l'apparition de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus par les révélations privées reçues par sainte Gertrude, sainte Mechtilde et notamment sainte Marguerite-Marie Alacoque au XVIIe siècle[1], cette dévotion fut progressivement assimilée à Marie, qui ne forme qu'un seul cœur avec celui de Jésus selon saint François de Sales[1]. La dévotion au Cœur de Marie va apparaître lentement chez les fidèles catholiques, notamment grâce à l'expansion de la dévotion mariale à partir du XVIIe siècle, avant de prendre une plus grande influence par la promotion qu'en fit notamment saint Jean Eudes, et dans une moindre mesure par saint Louis-Marie Grignion de Montfort, au XVIIe siècle[2]. Une fête consacré au Cœur très pur de Marie était déjà célébrée par l'ordre des Augustins et le diocèse de Rome dès le XIXe siècle.

Le , la Vierge Marie aurait demandé, au cours d'une apparition à sainte Catherine Labouré, de faire frapper une médaille avec les Cœurs de Jésus et de Marie. Il devait être marqué sur le contour cette petite prière : "Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous"[2] (prémices du dogme de l'Immaculée conception, qui ne sera proclamée par le pape Pie IX qu'en 1854.)

Le , l'abbé Desgenettes, curé de Notre-Dame-des-Victoires à Paris consacra, sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie, une première pour l'époque. Son action fut en réponse à une locution intérieure qu'il aurait eu quelques jours plus tôt, lui disant : "Consacre ta paroisse au Cœur immaculé de Marie."[2]

Apparitions de FátimaModifier

C'est notamment à partir des apparitions de Fátima que la dévotion du Cœur immaculé de Marie va connaître une grande impulsion à travers le monde catholique. Au cours de ces apparitions, la Vierge aurait elle-même appelé à cette dévotion. Le 13 juin 1917, elle aurait dit aux bergers :

« [Jésus] veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ; ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par moi pour orner son trône.[3] »

Le 13 juillet 1917, après leur avoir montré la vision de l'enfer selon leurs dires, la Vierge aurait confié à Lucie, François et Jacinthe :

« Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion de mon Cœur Immaculé. (...) La guerre va finir, mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le règne de Pie XI commencera une pire encore. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne qu'il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l'Eglise et le Saint-Père. Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l'on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. À la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix.[4] »

Dévotion réparatrice des premiers samediModifier

Lucie dos Santos, devenue religieuse après les apparitions à Fátima, aurait reçut deux autres messages de la Vierge et du Christ. Dans la soirée du 10 décembre 1925, dans sa cellule du couvent de Pontevedra, sœur Lucie aurait de nouveau vu la Vierge qui lui aurait montré son Cœur entouré d'épines. Elle lui aurait dit ensuite :

« Aie compassion du Cœur de ta très sainte mère entouré des épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, sans qu'il y ait personne pour faire acte de réparation afin de les en retirer. Vois, ma fille, mon Cœur entouré d'épines que les hommes ingrats m'enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet, et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme.[5] »

La dévotion des 5 premiers samedi du moins a été approuvée par l'évêque de Leira-Fátima le 13 septembre 1939[5].

Consécration de la Russie et du monde au Cœur ImmaculéModifier

Dans la nuit du 13 juin 1929, alors que sœur Lucie est en prière dans la chapelle du couvent de Tuy, elle aurait été témoin d'une théophanie. Au cours de cette apparition, la Vierge Marie, qui se tenait à côté de l'autel selon ses dires, lui aurait dit :

« Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé, promettant de la sauver par ce moyen. Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie.[6] »

Dès 1930, le pape Pie XI est informé des demandes que la Vierge aurait faite aux trois bergers de Fátima, qu'elle aurait renouvelée auprès de Lucie devenue religieuse, mais il ne consacre pas la Russie au Cœur immaculé[6].

Le 1er août 1935, le Christ aurait demandé à une mystique portugaise, la bienheureuse Alexandrina Maria da Costa, que le pape consacre le monde au Cœur immaculé de Marie[6]. En septembre 1936, son confesseur, le Père Pinho, écrit une lettre au cardinal Eugenio Pacelli, futur pape Pie XII. Toutefois, la demande n'est encore une fois pas exécutée par Pie XI. En , sœur Lucie, unique survivante des apparitions de Fátima, écrit une lettre au nouveau pape Pie XII, dans laquelle elle lui demande de « daigner étendre et de bénir cette dévotion [au Cœur Immaculé de Marie] dans le monde entier » ainsi que « la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie, avec une mention spéciale de la Russie »[7]. Il faudra attendre le 31 octobre 1942, quand le pape Pie XII, au milieu de la Seconde Guerre mondiale, consacre solennellement le monde au Cœur immaculé de Marie, sans toutefois nommer la Russie, évènement retransmis par la radio[6].

Cette consécration est notamment renouvelée par le pape Jean-Paul II le 25 mars 1984, place Saint-Pierre devant 250 000 personnes, en union avec tous les évêques du monde, et en faisant une mention spéciale pour la Russie. Dans une lettre datée du 8 novembre 1989, sœur Lucie, encore vivante, déclare que la consécration de 1984 est valide et complète. Un an après la consécration de Jean-Paul II débute la Perestroïka en Russie, qui amena à la chute de l'URSS en 1991 et à la destruction du mur de Berlin en 1989. Pour une majorité de fidèles catholiques, la consécration du monde et de la Russie au Cœur immaculé en 1984 est à l'origine de la chute du communisme[6].

Malgré les multiples consécrations du monde par différents papes et le témoignage écrit de sœur Lucie validant la consécration de 1984, certaines personnes estiment que la « demande de la Vierge de consacrer la Russie à son cœur immaculé » n'a pas été remplie par les autorités de l’Église car c'est le monde qui a été consacré et non spécifiquement la Russie[8],[9].

Fête liturgiqueModifier

Pie VII accorde une « fête du Cœur Très Pur de Marie » à quelques églises, le dimanche de l'octave de l'Assomption, puis Pie IX renouvelle cette autorisation. Elle est finalement inscrite dans le calendrier liturgique universel en 1942 par Pie XII, et fixée au 22 août, jour octave de l'Assomption. Lors des réformes liturgiques de Paul VI en 1969 la fête du Cœur immaculé de Marie est transférée au samedi de la troisième semaine après la Pentecôte, soit le lendemain de la solennité du Sacré-Cœur de Jésus, tandis que la fête de Marie-Reine passe du 31 mai au 22 août.

Après avoir généralisé la fête du Cœur immaculé de Marie en 1942, le pape Pie XII institue une autre fête en 1954, celle de Marie-Reine, afin que chaque année « on renouvelle la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie »[10]. Le monde est consacré au Cœur Immaculé de Marie par Pie XII, puis par le pape Jean-Paul II et enfin par le pape François le , dans le cadre de l'année de la foi.

IconographieModifier

 
Le Cœur immaculé de Marie

Le Cœur immaculé est souvent représenté, dans l'art chrétien, sous la forme d'un cœur enflammé brillant d'une lumière divine, symbolisant l'amour pour Dieu de la Vierge Marie. Il est généralement entouré de roses, symbolisant la douceur, la tendresse qu'elle représente, percé d'un glaive, représentant ses souffrances (voir Notre-Dame des Douleurs), et surmonté d'une fleur de lys, symbolisant sa pureté, elle qui est définit comme l'Immaculée conception (conçue sans péché) par l'Eglise catholique.

Consécrations au Cœur Immaculé de MarieModifier

Consécrations pontificalesModifier

Le monde entier a été consacré à plusieurs reprises au Cœur Immaculé de Marie par différents papes:

Nations consacrées au Cœur Immaculé de MarieModifier

Plusieurs nations ont été consacrées par leurs évêques respectifs au Cœur Immaculé de Marie, en particulier:

Villes consacrées au Cœur Immaculé de MarieModifier

Diocèses consacrés au Cœur Immaculé de MarieModifier

Saint-SiègeModifier

EuropeModifier

FranceModifier

Pays-BasModifier

  • Tous les diocèses néerlandais (13 Mai 2017, Card. Willem J. Eijk avec tous les évêques des Pays-Bas)

PortugalModifier

  • Les 21 diocèses portugais (13 Mai 2016, Card. Manuel Clemente avec tous les évêques du Portugal)

ItalieModifier

EspagneModifier

AllemagneModifier

L'AutricheModifier

AngleterreModifier

ÉcosseModifier

FinlandeModifier

Amérique du NordModifier

États-UnisModifier

  • Diocèse de Green Bay, Wisconsin (10 septembre 2009, Mgr. David Ricken)
  • Diocèse de Springfield-Cape Girardeau, Missouri (25 Mars 2010, Mgr. James Vann Johnston)
  • Diocèse de Winona, Minnesota (8 Septembre 2011, Mgr. John M. Quinn)
  • Archidiocèse d'Oklahoma City, Oklahoma (13 Octobre 2013, Mgr. Paul S. Coakley)
  • Archidiocèse de Portland, Oregon (28 Juin 2014, Mgr. Alexander K. Sample)
  • Diocèse de Birmigham, Alabama (14 Janvier 2017, Mgr. Robert J. Baker)
  • Diocèse de Tyler, Texas (13 Mai 2017, Mgr. Joseph E. Strickland)
  • Diocèse de Kansas City-Saint Joseph, Missouri (13 Mai 2017, Mgr. James Vann Johnston)
  • Diocèse de Providence, Rhode Island (13 Mai 2016, Mgr. Thomas J. Tobin)
  • Archidiocèse de Détroit, Michigan (13 Mai 2017, Mgr. Allen H. Vigneron)
  • Diocèse de Paterson, New Jersey (13 Mai 2017, Mgr. Arthur J. Serratelli)
  • Diocèse de Fargo, North Dakota (13-14 Mai 2017, Mgr. John T. Folda)
  • Diocèse de Worcester, Massachusetts (3 Juin 2017, Mgr. Robert J. McManus
  • Diocèse de San Angelo, Texas (27 Septembre 2017, Mgr. Micheal J. Sis)
  • Archidiocèse de San Francisco, Californie (7 Octobre 2017, Mgr. Salvatore J. Cordileone)
  • Diocèse de Jackson, Mississippi (8 Octobre 2017, Mgr. Joseph Kopacz)
  • Archidiocèse de Louisville, Kentucky (8 Octobre 2017, Mgr. Joseph E. Kurtz)
  • Diocèse de Phoenix, Arizona (13 Octobre 2017, Mgr. Thomas J. Olmsted)
  • Archidiocèse de Denver, Colorado (13 Octobre 2017, Mgr. Samuel J. Aquila)
  • Archidiocèse de Saint Paul and Minneapolis, Minnesota (13 Octobre 2017, Mgr. Bernard Hebda)
  • Archidiocèse de Philadelphia, Pennsylvanie (15 Octobre 2017, Mgr. Charles J. Chaput)
  • Diocèse de Colorado Springs, Colorado (15 Octobre 2017, Mgr. Michael J. Sheridan)
  • Diocèse d'Albany, New York (8 Décembre 2017, Mgr. Edward B. Scharfenberger)
  • Diocèse de Santa Rosa, Californie (8-12 Décembre 2017, Mgr. Robert Vasa)
  • Diocèse de Austin, Texas (10 Décembre 2017, Mgr. Joe S. Vásquez)
  • Diocèse de St. Petersburg, Floride (6 Mai 2018, Mgr. Gregory Parkes)

CanadaModifier

Amérique du sudModifier

MexiqueModifier

VenezuelaModifier

  • Archidiocèse de Maracaibo (13 Octobre 2017, Mgr. Ubaldo Ramón Santana Sequera)
  • Diocèse de Machiques (8 décembre 2017, Bp. Ramiro Díaz)

ColombieModifier

  • Archidiocèse de Barranquilla (09 Juin 2018, Mgr. Pablo Emiro Salas Anteliz)

UruguayModifier

  • Archidiocèse de Montevideo (8 Octobre 2017, Card. Daniel Sturla)

BrésilModifier

  • Diocèse de São Luiz de Cáceres (22 Mai 2016, Mgr. Antônio Emídio Vilar)

OcéanieModifier

AustralieModifier

  • Archidiocèse de Hobart, Tasmanie (13 mai 2017, Mgr. Julian Porteous)

Nouvelle-ZélandeModifier

SamoaModifier

AsieModifier

IndeModifier

AfriqueModifier

AngolaModifier

  • Diocèse d'Uíje (23 Avril 2017, Mgr. Emílio Sumbelelo)

RéférencesModifier

  1. a et b http://www.champagnat.org/500.php?a=6b&id=2718
  2. a, b et c https://hozana.org/publication/10934-bref-historique-de-la-devotion-au-coeur-immacule-de-marie-efficacite
  3. http://www.fatima.be/fr/fatima/vision/coeur.php
  4. http://www.fatima.be/fr/fatima/vision/index.php
  5. a et b http://www.fatima.be/fr/fatima/vision/devotion.php
  6. a, b, c, d et e http://www.fatima.be/fr/fatima/vision/tuy.php
  7. « Chronologie », sur Sanctuaire de fatima, fatima.santuario-fatima.pt (consulté le 2 septembre 2016)
  8. Abbé Fabrice Delestre, « La consécration de la Russie au CIM : réponses à quelques questions », sur Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, laportelatine.org (consulté le 6 septembre 2016).
  9. La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X est en rupture avec les autorités du Vatican depuis 1975, et ne fait donc pas partie de l’Église Catholique. Les différentes tentatives de rapprochement ont toutes échouées, jusqu'à ce jour.
  10. Pie XII, Ad Cœli Reginam § 34

AnnexesModifier