Ouvrir le menu principal

Pontevedra

ville d'Espagne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pontevedra (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Pontedeva.

Pontevedra
Blason de Pontevedra
Héraldique
Drapeau de Pontevedra
Drapeau
Pontevedra
Perroquet Ravachol et église arrondie de la Vierge Pèlerine
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Galice Galice
Province Flag Pontevedra Province.svg Province de Pontevedra
Comarque Pontevedra
District judic. Pontevedra
Maire
Mandat
Miguel Anxo Fernández Lores (BNG)
2019-2023
Code postal 36001 à 36164
Démographie
Gentilé Pontevedrien/ne, teucrien/ne
Population 82 802 hab. ()
Densité 700 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 26′ 01″ nord, 8° 38′ 51″ ouest
Altitude 20 m
Superficie 11 828 ha = 118,28 km2
Distance de Madrid 623 km
Rivière(s) Le Lérez, le Rons, le Tomeza, le Valdecorvos et le Gafos.
Bordée par l'Océan Atlantique
Divers
Saint patron Saint Sébastien (20 janvier) et Virgen de la O (18 décembre)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Galice

Voir sur la carte administrative de Galice
City locator 14.svg
Pontevedra

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Pontevedra

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Pontevedra
Liens
Site web www.pontevedra.eu (es)(gl)(en) www.visit-pontevedra.com (es)(gl)(en)

Pontevedra est une ville qui se trouve dans le nord-ouest de l'Espagne et de la Péninsule Ibérique. Capitale de la province de Pontevedra[1] ainsi que capitale de la région touristique des Rías Baixas (en galicien) ou Rías Bajas (en espagnol) [2],[3], la ville est située dans le sud-ouest de la communauté autonome de Galice. Elle est surnommée « la ville où le piéton est roi »[4],[5],[6],[7].

La ville est surtout connue pour son urbanisme, sa piétonnisation [8] et le charme de son centre historique. Elle est devenue une référence mondiale en matière de piétonnisation, d'accessibilité et de développement durable. [9], [10], [11],[12], [13] Plusieurs prix internationaux lui ont été décernés ces dernières années pour sa qualité urbaine et qualité de vie, son accessibilité et sa politique de mobilité urbaine, dont le prix européen Intermodes en 2013 à Bruxelles ; le prix international ONU-Habitat en 2014 à Dubaï (Émirats arabes unis)[14],[15],[16] ou le prix d'excellence urbaine du Center for Active Design en 2015 à New York[17], parmi d'autres. Différentes études européennes ou américaines sur son urbanisme exemplaire ont été réalisées ces dernières années. [18],[19],[20] Le prestigieux journal britannique The Guardian l'a définie en septembre 2018 comme un paradis parmi les villes espagnoles[21], [22], [23], [24], [25].

Entourée de collines, la ville se trouve en bordure d'estuaire à l'embouchure du fleuve Lérez sur la mer, au fond de la Ria de Pontevedra, en plein centre des Rías Baixas. Centre économique et destination touristique, peuplée de 82 802 habitants au 1er janvier 2018[26], elle est à la tête d'une agglomération autour de sa Ria et d’une aire urbaine de 200.000 habitants [27] composée des communes de Poio, Marín, Sanxenxo, Bueu, Vilaboa, Cotobade, Ponte Caldelas, Barro et Soutomaior. Par sa population Pontevedra, l'équivalent des villes françaises comme Avignon ou Poitiers, fait partie des villes moyennes espagnoles.

Le Camino portugués (« chemin portugais ») du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle traverse la ville, du sud au nord, étant Pontevedra la capitale de ce chemin de pèlerinage en Espagne. Des monuments importants liés au Camino en témoignent comme l'Église de la Vierge Pèlerine qui accueille les pèlerins et le Pont du Burgo (Le Pont du Bourg) qui affiche les célèbres coquilles Saint-Jacques sculptées.

Pontevedra est la deuxième ville de Galice pour la richesse patrimoniale, seulement derrière Saint-Jacques-de-Compostelle. Ville d'art et d'histoire, celle qu'on surnomme encore « La bonne ville » (nom attribué par Jean Froissart dans ses Chroniques au XIVe siècle)[28],[29] ou « La ville du Lérez » est riche d'un important ensemble monumental comprenant notamment la Basilique Sainte-Marie Majeure (XVIe siècle) à la façade Renaissance plateresque, l'Église de la Vierge Pèlerine (XVIIIe siècle) baroque à la façade arrondie, les ruines gothiques de l'église Saint-Dominique (XIIIe siècle), l'église gothique Saint-François (XIIIe siècle) ou encore l'église baroque Saint-Barthélemy (fin du XVIIe siècle) ou le couvent gothique Sainte-Claire (XIVe siècle). Son centre historique concentre de nombreuses maisons à blason (la maison des Cloches, du XVe siècle ou le palais García Flórez du XVIIIe siècle), quelques hôtels particuliers — hôtel des Mendoza, hôtel Villa Pilar — ainsi que d'anciens palais comme celui de Mugartegui (XVIIIe siècle), aujourd'hui reconverti en siège du Conseil Régulateur du vin Rias Baixas[30] ou le palais des Comtes de Maceda, aujourd'hui reconverti en Parador National de Tourisme [31]. Un autre symbole majeur de la ville est le Perroquet Ravachol, dont la statue est au centre-ville. À l'heure actuelle Pontevedra est une ville en plein renouveau [32]

La ville est marquée par une forte présence des services administratifs et de justice. Pontevedra est le siège de la Diputación Provincial (équivalent du Conseil général)[33], de la préfecture (subdelegación del Gobierno) de la province (département) de Pontevedra [34] ainsi que du Palais de Justice (Tribunal de grande instance, Tribunal de commerce, Cour d'appel, Cour d'assises...), le commissariat provincial et les offices administratifs provinciaux.

ÉtymologieModifier

Le nom de Pontevedra dérive du latin pontem veteram, qui signifie vieux pont (littéralement pont vieux) et qui fait référence au premier pont que les Romains construisirent pour traverser le fleuve Lérez et la Ría de Pontevedra. Des études récentes ont mis en relation la naissance et fondation de la ville avec la colonie romaine de Turoqua sur la voie romaine Via XIX que les Romains situèrent sur la rive sud du fleuve Lérez.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Pontevedra est à mi-distance entre La Corogne au nord (120 km) et Porto au Portugal au sud (165 km). Les communes limitrophes sont :

Pontevedra est située au fond de la ria du même nom, la Ria de Pontevedra dans l'estuaire du fleuve Lérez. Cet endroit a toujours été très stratégique, car c'est le premier point venant de la mer, à travers la ria de Pontevedra, où l'on peut d'abord traverser du nord au sud au moyen d'un pont, à l'origine le pont du Burgo, le "vieux pont" qui a donné son nom à la ville. La ville a été un carrefour depuis l'Antiquité en raison de sa situation stratégique. Le littoral de sa commune s'étend du quartier d'Orillamar dans la ville elle-même (du port de plaisance ou du quai de Corbaceiras, en aval) jusqu'à Estribela, un quartier de Pontevedra situé dans la paroisse civile maritime de Lourizán. La commune est limitrophe de la commune de Poyo dans une aire urbaine continue, ce qui signifie que le pont de la Barque sert de frontière pour la séparation de l'ensemble du continuum urbain. La commune de Pontevedra couvre 118,3 km² et s'étend sur une vingtaine de kilomètres du nord au sud.

ClimatModifier

La ville est sous un climat océanique doux Cfb[35] d'après le classement climatique Köppen. La température moyenne est de 14,8 °C. Les hivers sont humides et en moyenne doux. Les étés sont relativement secs, modérément chauds et ensoleillés. Pontevedra bénéficie d'environ 2 223 heures d'ensoleillement chaque année, ce qui en fait la ville la plus ensoleillée de la Galice.

 
Diagramme climatique de Pontevedra.

Les Rías Bajas sont l'un des points les plus pluvieux de Galice ; cependant, Pontevedra avec des précipitations élevées et des records de 1 691 mm par an est moins pluvieuse que d'autres villes galiciennes comme Saint-Jacques de Compostelle selon les sources de l'AEMET (agence météorologique nationale). La ville de Pontevedra a un microclimat spécial, l'un des plus doux de Galice et a un plus grand nombre de jours dégagés que la plupart des communes galiciennes, comparable à ceux du sud de l'Andalousie et de la Communauté Valencienne. La ville a peu de changements de température parce que la mer a un effet modérateur sur les conditions climatiques. En hiver, le gel est rare.

Histoire de PontevedraModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Une origine grecque n'est pas attestée et relève de la légende. En effet, une légende locale associe la fondation de Pontevedra à Teucros, héros de la Guerre de Troie, une légende qui a été renforcée par la supposition que les commerçants grecs seraient arrivés dans la région des Rias Baixas dans les temps anciens. La ville a certainement une origine antérieure à l'époque romaine, mais c'est à partir des vestiges de la voie romaine Via XIX que son existence est connue.

 
Teucros sur la Place de San José

Il y a sur la façade de l'hôtel de ville à Pontevedra une inscription de la légende de l'archer grec Teucros, mythique fondateur de la ville.

FVNDOTE TEVCRO VALIENTE
DE AQVESTE RIO EN LA ORILLA
PARA QUE EN ESPAÑA FVESES
DE VILLAS LA MARAVILLA
DEL ZEBEDEO LA ESPADA
CORONA TU GENTILEZA
VN CASTILLO PVENTE Y MAR
ES TIMBRE DE TV NOBLEZA

Teucros, le vaillant, t'a fondée
sur les rives de ce fleuve,
pour que de l'Espagne tu sois
la plus jolie des villes,
l'épée de Zébédée
couronne ta gentillesse;
un château, un pont, la mer
qui est ta preuve de noblesse.

Les historiens et les archéologues ont tendance à convenir que le peuplement initial s'est probablement formé lors de l'intégration de la Gallaecia (ancienne Galice) dans l'Empire romain (vers le Ier siècle et av. JC). Bien desservie depuis l'époque romaine, Pontevedra s'est consolidée en tant que ville intermédiaire pendant la période suève (vers le Ve siècle et VIe siècle ap. J.-C.).

Moyen Âge et début de la Période ModerneModifier

Pontevedra était au Moyen Âge le port de chargement et de déchargement de Galice, titre accordé à la ville, en 1452. L'agrandissement des remparts de la ville fut nécessaire en raison de l'augmentation de la population et du développement des activités économiques qui s'y déroulaient. En outre il faut y ajouter le souhait de la Couronne espagnole de contrôler la production et le transit de marchandises.

 
Place médievale du Bois de chauffage, Plaza de la Leña

L'activité économique de Pontevedra obtint son plus grand apogée sous le règne du roi Henri IV de Castille, quand il accorda à la ville en 1467 le privilège de la célébration d'une foire franche d'une durée de 30 jours, que les gens fêtaient quinze jours avant la fête de la Saint Barthélémy. Pour que cette foire puisse avoir lieu, les remparts furent à nouveau agrandis pour inclure dans l'enceinte la Place de la Forge (Plaza de la Herrería), sur laquelle la Foire Franche avait lieu. De nos jours on fête cette Foire Franche appelée Feira Franca (fête médiévale qui attire des visiteurs galiciens et d'autres régions d'Espagne) dans la ville le premier week-end du mois de septembre[36].

Au XVIe siècle, Pontevedra était une ville commerçante enrichie par le commerce de la sardine, avec une augmentation de la pêche en général. A cette époque, Pontevedra était la plus grande ville et le plus grand port galicien, car c'était un port sûr ouvert sur la mer. L'un des navires de Christophe Colomb, la caravelle Santa Maria, nommé à l'origine La Galicienne, fut construit à Pontevedra. C'est au cours des siècles suivants que la sédimentation causée par la rivière Lérez rendit progressivement le port impropre à la navigation à grande échelle. La fin du XVIe siècle marque le début du déclin de la ville, un déclin qui avait déjà commencé pour le reste de la Galice depuis la fin du XVe siècle.

Fin de l'Époque moderneModifier

Au début du XIXe siècle, la pêche, les arts et l'artisanat permirent à l'économie de la ville de continuer à se développer. Du 7 au 9 juin 1809, eut lieu à Ponte Sampaio une bataille opposant les troupes françaises du maréchal Michel Ney à une armée composée de troupes régulières espagnoles et de milices populaires galiciennes. Le monument aux héros de Pontesampaio sur la place d'Espagne en témoigne.

Pontevedra est désignée capitale de sa province en 1833 et connaît au XIXe siècle une renaissance économique, urbaine et culturelle. C'est à Pontevedra qu'en 1853 Xoán Manuel Pintos publia le premier livre en galicien moderne, A gaita gallega (La cornemuse galicienne). Pontevedra fut la première ville galicienne à avoir l'électricité en 1888. L'introduction du chemin de fer reconnecta également la ville avec le reste du pays. Dans l'ensemble, Pontevedra vit en ce siècle un renouveau culturel, économique et urbain.

XXe siècle et XXIe siècleModifier

Pontevedra était au début du XXe siècle le centre culturel et politique de Galice. Des intellectuels comme Valle-Inclán ou Castelao s'installèrent dans la ville. Pourtant, la guerre civile espagnole (19361939) et la dictature franquiste freinèrent le progrès de Pontevedra. La répression politique et les problèmes économiques forcèrent beaucoup de gens à émigrer.

 
Panorama de la ville de nuit

Dans les années 1940-1960 le gouvernement de la dictature franquiste accorda une Zone Franche et un Pôle de Développement à la ville voisine de Vigo, un cas rare en Espagne (pour une ville non-capitale de province), ce qui favorisa le développement de cette ville de la province de Pontevedra au détriment de la capitale provinciale, Pontevedra, devenant ainsi des villes rivales.[37] Ce ne fut que dans les années 1960 quand l'économie locale a commencé à se remettre. La dictature ayant fini (1975), le secteur de la construction s'est développé.

Depuis 1999 Pontevedra s'est transformée grâce à une importante rénovation urbaine et culturelle, devenant l'une des villes espagnoles les plus accessibles pour les handicapés et qui a le plus de zones piétonnes. [38]. Le prix européen Intermodes à la mobilité urbaine lui a été décerné en 2013 à Bruxelles[39]. Elle avait déjà reçu en 2011 le prix espagnol à la mobilité sûre au cours du IIe Congrès de Villes pour la Sécurité Routière d'Espagne [40].Le modèle de mobilité durable de Pontevedra est aujourd'hui considéré comme une référence internationale. [41], [42].

PopulationModifier

Au recensement de l'Institut National de Statistique de 2018, la ville compte 82 802 habitants. L'aire urbaine de Pontevedra (Pontevedra, Poio, Marin, Sanxenxo, Bueu, Vilaboa, Cotobade, Barro, Pontecaldelas, Soutomaior) autour de sa Ria, comprenant aussi quelques communes de l'arrière-pays, compte plus de 200 000 habitants.

Évolution démographique de la ville de Pontevedra depuis 1842
 
Source: INE[43]

Ça donne une élevée densité de population relative de 706,7 habitants au km². Selon les autorités locales Pontevedra est, depuis 1999 la ville galicienne à la croissance la plus rapide [44]. C'est une ville d'accueil, dynamique, mobile et conviviale.

Les quartiers de la ville de Pontevedra sont: Campolongo, A Parda, O Burgo, Valdecorvos, Monteporreiro, Mollabao, A Seca, Salgueiriños et Gorgullón. A Caeira, bien qu'appartenant à la commune de Poio, est souvent considéré comme un quartier de Pontevedra puisque la majorité de ses résidents travaillent dans la ville. La Barca, de l'autre côté du Pont de la Barque, bien qu'appartenant à la commune de Poio est considéré également un quartier de la ville à part entière.

ÉconomieModifier

 
Cité Administrative de Pontevedra

Pontevedra a été traditionnellement une ville commerçante. Au Moyen Âge les confréries florissaient dans la vieille ville, donnant leur nom à des rues et des places qui sont encore très bien préservées aujourd'hui (place du Bois de chauffage, place du Quai, place de la Forge, place des Légumes...). Au XVIe siècle Pontevedra était le principal port galicien et l'un des plus importants du nord-ouest de l'Europe, assurant une importante activité liée à la pêche et au commerce. Les premières industries modernes sont apparues dans les années soixante du XXe siècle. La ville est le siège de la chambre de commerce et d'industrie de Pontevedra. À l'heure actuelle[Quand ?] le secteur tertiaire emploie 65 % de la population tandis que l'industrie emploie 17 %.

En tant que capitale provinciale la ville possède de nombreux offices provinciaux des Administrations Publiques centrales du gouvernement espagnol, régionales et provinciales, où travaillent un grand nombre de fonctionnaires. Le grand bâtiment administratif de Campolongo aux tours jumelles en est le principal siège. Il faut ajouter la présence militaire dans l'agglomération de la ville: dans la commune voisine de Marín (à 6 kilomètres de la capitale) se trouve l'École Navale Militaire d'Espagne et à Figueirido, tout près de la ville se trouve l'une des Bases Militaires du Ministère de la Défense espagnol, la Base General Morillo, siège de la Brigade d'Infanterie Légère Aérotransportable, l'une des principales unités de l'Armée espagnole [45].

La ville est aussi le siège du Centre Galicien de Technification Sportive [46], le centre sportif galicien pour la préparation des sportifs de haut niveau.

ÉducationModifier

La ville possède de nombreuses écoles et lycées publics et privés, une école d'hôtellerie et une école officielle de langues (où on peut suivre des cours d'anglais, de français, d'allemand, d'italien, de portugais et de galicien).

L'Université Nationale d'Éducation à Distance (UNED)[47] a aussi un siège à Pontevedra, où l'on peut suivre une grande variété d'études universitaires et de langues étrangères.

D'autre part à l'université sur le Campus de Pontevedra, on peut suivre des études universitaires en: Sciences de l'information et de la communication, notamment Publicité et Relations Publiques et Communication Audiovisuelle mais aussi d'autres études telles que Direction et Gestion Publique, Design et Création, Professeur des Écoles (École Maternelle), Professeur des Écoles (École Élémentaire), Sciences de l'activité physique et sportive, Kinésithérapie, ou faire des études d'Ingénieur forestier. Au centre-ville se situent l'École des Infirmiers et la seule Faculté des Beaux-Arts en Galice, qui propose les études universitaires de Beaux-Arts et de Design textile et Mode de Galice.

 
Faculté des Beaux Arts

La ville compte aussi la seule École Professionnelle de Bande Dessinée et Illustration de Galice (privée), dont le nom est O Garaxe Hermético (Le Garage Hermétique) [48].

ServicesModifier

CommercesModifier

Pontevedra compte plusieurs grands centres commerciaux en périphérie; le centre commercial Vialia, qui est en ville, héberge un cinéma multisalles. La municipalité, suivant son modèle de ville durable, a interdit l'installation d'un plus grand nombre de grands centres commerciaux dans la commune[49]. La zone commerciale par excellence de la ville est la zone appelée "la mille d'or" dans les rues du centre-ville, notamment dans la rue Benito Corbal et les rues adjacentes, où on peut trouver un grand nombre de magasins et les grandes enseignes commerciales internationales et espagnoles.

HôtelsModifier

La ville a une capacité hôtelière de plus de 1.123 lits. [50].

Hôtels par catégorie à Pontevedra
Type Hôtels
Hôtels 4 étoiles 2
3 étoiles 3
2 étoiles 3
1 étoile 7
Total 15

Urbanisme et cadre de vieModifier

Pontevedra est une ville modèle reconnue dans le monde entier.[51] La ville est une référence mondiale en matière de durabilité urbaine. [52], [53],[54] . Elle a un centre-ville piéton (qui comprend la vieille ville et le centre-ville ou première zone d'expansion urbaine) qui avec des parcs comme celui de Las Palmeras (les Palmiers) et des squares rendent la ville très agréable pour s'y promener et lui confèrent une grande qualité de vie [55], [56], [57].

 
"Parc à moules" de l'Île des Sculptures sur le fleuve Lérez-Ria de Pontevedra

Une île sur le Lérez en face d'un remarquable pont à haubans datant de 1995 (le pont des Tirantes, le pont des Sangles) et à côté du moderne Palais des Congrès abrite le poumon vert de la ville, le célèbre parc de l'île des sculptures [58]. C'est un espace Land art où des artistes internationaux comme Robert Morris, Ulrich Rückriem, Anne et Patrick Poirier, Giovanni Anselmo, Richard Long, Ian Hamilton Finlay ou Jenny Holzer ont laissé leurs œuvres.

Un autre grand parc, espace naturel préservé, la jonchaie d'Alba, se trouve tout près du quartier du Burgo, en face du pont bowstring des Courants, inauguré en 2012.

Piétonnisation et modèle internationalModifier

La capitale de la province de Pontevedra est devenue l'une des villes les plus piétonnes d'Espagne depuis 1999 et un modèle international d'urbanisme.[59], [60], [61]; [62], [63]. La vieille ville et une bonne partie du centre-ville sont piétons (presque 50 % de la ville), de sorte que dans ces quartiers, le transport motorisé est limité aux résidents et aux services. C'est grâce à sa piétonnisation que Pontevedra prône l'autonomie des enfants pour aller à l'école.[64], [65]

 
L'une des nombreuses rues piétonnes de la ville

En 2010, Pontevedra a été la première capitale d'une province d'Espagne à réduire la vitesse maximale dans le centre-ville à 30 kilomètres à l'heure et en 2019 à 10 km à l'heure. A Pontevedra, le célèbre plan piéton Metrominuto [66], [67] a été créé pour la mobilité urbaine, qui avec la transformation urbaine de la ville a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux tels que le prix européen Intermodes et le prix mondial ONU Habitat. Le Metrominuto est une carte basée sur l'esthétique des plans de métro, qui marque les distances piétonnes entre les points les plus importants de la ville et le temps qu'il faut pour les parcourir. Le Metrominuto a été pris comme modèle dans des villes françaises comme Toulouse,[68] ou européennes comme Florence, Ferrare, Modène ou Cagliari en Italie, ou le quartier des Anges à Londres ou Poznan en Pologne. En Espagne, elle a inspiré le Metrominuto de nombreuses villes comme Salamanque, Saragosse, Cadix, Grenade, Séville, Jerez de la Frontera, La Corogne ou Pampelune. Pontevedra est la ville avec le plus de zones piétonnes en Galice. En conséquence, 65 % des déplacements dans le centre-ville se font à pied. D'ailleurs Pontevedra a été reconnue en 2016 comme l'une des 15 meilleures villes cyclistes du monde. Le modèle urbain de la ville de Pontevedra, suit les modèles d'autres villes européennes comme Amsterdam, Bruges ou Copenhague. Paris même a pris Pontevedra comme exemple pour ses projets de piétonnisation en centre-ville[69],[70],[71].

La transformation urbaine de Pontevedra et les mesures de diminution du trafic motorisé dans le centre-ville ont réduit de 65% les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles dans la capitale au cours de la décennie 2010-2019 et ont fait l'objet de reportages de chaînes de télévision étrangères (MBC TV (Corée du Sud)[72], [73], Seven Network (Australie); [74], Das Erste [75] ou NDR 1[76] (Allemagne) et françaises ou francophones telles que France 2[77],[78],France 3[79], Canal+ ou TF1 [80]. En Suisse, la première chaîne de la télévision publique suisse romande, RTS Un a fait des reportages sur Pontevedra ville, elle aussi [81];[82] de même que la Société Radio-Canada au Canada [83].

MonumentsModifier

Grâce à une vieille ville remarquable, au paysage qui l'entoure et à son ancien port médieval Pontevedra a été définie comme une "ville de charme"[84] et "une authentique ville galicienne". Les lieux touristiques comprennent de nombreux édifices religieux et civils ainsi que des places médivales pittoresques.

Patrimoine religieuxModifier

  • Église baroque de la Vierge Pèlerine. Le symbole majeur de la ville, elle est sur la place de la Vièrge Pèlerine. Bâtie sur un plan semi-circulaire de coquille Saint-Jacques et seule église arrondie en forme de coquille Saint-Jacques en Espagne.
  • Basilique gothico-renaissance Sainte-Marie Majeure. Bâtie par la puissante confrérie des mariniers. Elle possède une façade platéresque remarquable et est appelée la perle de l'art galicien en raison de la pureté de ses éléments gothiques.
 
La Basilique Renaissance Sainte-Marie Majeure
  • Église gothique Saint-François surplombant la place de la Herrería (place de la Forge). Elle fait partie des églises de style mendiant de Galice. Son plan est en croix latine, avec une seule nef et un chevet avec trois absides polygonales. L'église abrite le sépulcre de l'amiral et poète Payo Gómez Chariño qui date du XIIIe siècle.
  • Ruines de l'église gothique Saint-Dominique, ayant appartenu à l'ordre des Dominicains il ne reste plus que le chevet avec cinq chapelles polygonales, Aujourd'hui elles appartiennent au Musée de Pontevedra
  • Église baroque Saint-Barthélemy (baroque italien).
 
Église baroque Saint Barthélemy
  • Couvent et église romano-gothiques Sainte-Claire.
  • Sanctuaire des Apparitions. Où la Vierge de Fatima est apparue à Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé de Fatima.
  • Chapelle du Nazareno (S.XIV)
  • Chapelle des Âmes (néogothique, S.XIX).
  • Chapelle Saint-Roch.
  • Couvent Saint-François.
  • Collège de la Compagnie de Jésus (baroque italien).
  • Monastère Saint-Sauveur de Lérez, reanaissance-baroque sur un site pittoresque. Cet ancien monastère bénédictin a une église (du XVIIIe siècle) dont la façade est flanquée de deux tours. Adossée à l'église se trouve l'une des galeries de l'ancien cloître Renaissance du XVIe siècle.
  • Monastère Saint-Jean de Poio.

Patrimoine civilModifier

  • Maison des Cloches, gothique, du XVe siècle, au blason avec un héron, Rue Don Filiberto.
 
Maison gothique des Cloches
  • Maison des Vaamonde, Renaissance, Rue Amargura, XVIe siècle.
  • Maison du Vieux Courrier, gothique tardif, sur la Place García de la Riega.
  • Vestiges des remparts médievaux.
  • Pont médieval du Bourg. Le pont qui donna le nom à la ville.
  • Palais du Barón, édifice Renaissance du XVIe siècle, à la tour crénélée, aujourd'hui reconverti en Parador National de Tourisme.
 
Palais des Comtes de Maceda, Parador National de Tourisme
  • Palais des Gago et Montenegro du XVIe siècle, sur la place de Teucros, au magnifique blason en granit.
  • Maison des Visages, aux bustes Renaissance sur la façade, sur la Place de l'Étoile.
  • Palais Mugartegui, baroque, du XVIIIe siècle, sur la Place de Mugartegui ou de la Carrière.
  • Palais de García Flórez, baroque, du XVIIIe siècle, rue Sarmiento, au magnifique blason en granit.
  • Palais du Marquis d'Aranda, baroque, du XVIIIe siècle à la tour crénélée à l'angle de la place de Teucros.
 
Tour crénélée du Palais d'Aranda et Guimarey
  • Maison des Barbeito et Padrón, baroque aux bustes Renaissance sur la façade, du XVIIIe siècle, Rue Real.
  • Théâtre Principal, néoclassique.
  • Hôtel de ville, du XIXe siècle d'inspiration parisienne.
  • Le Palais du Conseil Provincial du XIXe siècle, éclectique.
  • Hôtel particulier des Mendozas, éclectique, sur l'avenue de Sainte-Marie, (fin du XIXe siècle.
  • Maison des Fonseca, néoclassique, sur le Cours Colón. Sa façade s'inspire de l'église de la Madeleine parisienne, (fin du XIXe siècle.
  • Lycée Valle-Inclán (art nouveau), début du XXe siècle sur la Gran Vía de Montero Ríos.
  • Édifice central de la Poste (art nouveau), début du XXe siècle, rue de l'Olive.
  • Palais de Lourizán (art nouveau), fin du XIXe siècle.
  • Café Moderne (art nouveau), sur la Place Saint-Joseph.
  • Hôtel particulier "Villa Pilar" (art nouveau), rue Riestra.
  • Faculté des Beaux Arts de la fin du XIXe siècle
  • Banque d'Espagne, Rue Michelena (fin du XIXe siècle.
  • Ancien quartier des marins de "A Moureira". (architecture populaire), sur l'avenue Corbaceiras.
  • Monument aux Héros de Puente Sampayo, sur la Place d'Espagne, début du XXe siècle
  • Pont des Tirantes (Pont des Sangles), pont à haubans, fin du XXe siècle
  • Pont des Courants, pont bowstring du XXIe siècle
  • Palais dès Congres, fin du XXe siècle , architecture contemporaine.
  • Sixième Édifice du musée de Pontevedra, du XXIe siècle, grand édifice de l'architecture contemporaine.

Places médievales pittoresquesModifier

Les places médiévales de la vieille ville de Pontevedra et celles de sa première expansion urbaine se distinguent comme de petites salles aux proportions régulières et géométriques. Beaucoup d'entre elles évoquent avec leurs noms commerciaux les activités qui y avaient lieu il y a des siècles : Plaza du bois de chauffage, des légumes, de la carrière à pierre, de la forge, du quai...

Plaza de la Herrería.
La place de la Forge est la place principale de la ville ; c'est la plus populaire en raison de la foule quotidienne. Avec des arcades dans deux de ses extrémités, avec les jardins de la Place de Orense et la fontaine de la Fuente de la Herrería au coin de l'église et du couvent Saint François. Elle est bordée de camélias typiques des Rias Bajas. Elle doit son nom aux forgerons qui, au XVe siècle, tempéraient dans les fours et les forges de ses arcades le fer pour les armes et les pavés que les Rois Catholiques avaient demandés de fabriquer. C'était la place où se tenait la Feira Franca, accordée à la ville par le roi Henri IV. Ici vous trouverez le café historique Carabela,et d'autres cafés avec une tradition comme le Savoy et le San Francisco.

Plaza de la Peregrina.
Au cœur du centre piétonnier de Pontevedra, la place de la Vierge Pèlerine est le point de rencontre par excellence de la ville. Elle est présidée par l'église de la Vierge Pèlerine et était situé à l'extérieur des murs, tout près de la porte Trabancas de l'ancienne muraille de Pontevedra. C'est là que se trouvait le pilori où les prisonniers étaient exécutés.

Place de Teucros.
Avec des dimensions géométriques parfaites et encadrée d'orangers, elle est entourée d'édifices nobles, le Palais Gago et Montenegro du XVIIIe siècle se détachant sur le côté nord, où il faut mettre en évidence le grand blason de 1716 sur la façade. Du côté est, surplombant la Rue Real, il y a une fontaine en pierre avec un bel éclairage nocturne.

Plaza de la Leña.
La Place du Bois de chauffage est la place galicienne typique la plus représentative et la plus pittoresque de la Galice. Avec un calvaire en son centre et des maisons populaires à arcades d'un côté et les demeures baroques du Musée de Pontevedra de l'autre. Elle doit son nom au bois de chauffage qui était vendu ici dans le passé pour chauffer les cuisines de Pontevedra.

Plaza de la Verdura.
De proportions régulières, sur la place des Légumes il y a des maisons avec des armoiries et une fontaine de forge du XIXe siècle. C'est là que se trouve la Maison de la Lumière, qui commémore le fait que Pontevedra a été la première ville galicienne à avoir l'électricité au XIXe siècle. Aujourd'hui c'est le siège de l'office du Tourisme de Pontevedra. La place est très animée, animation à laquelle contribue l'atmosphère des nombreuses tavernes et bars à tapas galiciens.

Praza da Pedreira.
La Plaza de la carrière à pierre est ainsi appelée en raison des activités de taille de pierre développées ici par les tailleurs de pierre pour les travaux et les constructions de la ville. Aussi appelée Plaza de Mugartegui, en raison du manoir baroque en son centre.

Plaza de Méndez Núñez.
Au centre de la vieille ville, on remarque la maison du XVe siècle avec un blason en pierre (montrant les armoiries des Lemos, Taboada et Bugarín) de Cru et Monténégro, qui traverse la rue Don Gonzalo avec son arc pointu. En son centre se trouve une statue en bronze de Valle-Inclán, œuvre du sculpteur César Lombera. La sculpture se trouve sur cette place parce que c'était là que l'écrivain avait l'habitude de se rencontrer avec d'autres intellectuels quand il vivait à Pontevedra.

Plaza de Curros Enríquez.
Place triangulaire où on peut contempler le grenier à la française de la maison du côté nord et l'une des fontaines de forge du XIXe siècle.

Plaza del Muelle.
La place du Quai, c'est le nom donné aux docks du port médiéval de Pontevedra. De belles proportions, la fontaine en pierre en son centre et la maison des années 1930 du côté sud, appartenant aujourd'hui à l'école officielle des métreurs, se détachent.

Plaza de las Cinco Calles.
On l'appelle ainsi parce que c'est là que se rencontrent les deux parties de la rue Isabel II et les rues Baron, Charino et San Nicolás. Bondée de bars à tapas. Il faut remarquer le calvaire en pierre de 1773, ornée à sa base d'une représentation très expressive de l'époque où Adam et Eve mangeaient le fruit défendu, et de la maison dans laquelle vivait l'écrivain Valle-Inclán.

Plaza de Santa María.
Sur la Place de Sainte Marie on trouve la basilique Sainte Marie en arrière-plan et une croix de pierre qui se trouvait à l'origine sur le pont du Burgo, le palais de Mendoza et une fontaine en forge du XIXe siècle typique de la ville. Sous la place se trouve le Centre d'Interprétation des Tours de l'Archevêché qui, jusqu'au XIXe siècle, se trouvaient sur le terrain actuellement occupé par le palais de Mendoza.

Plaza de España.
La grande place piétonne d'Espagne, est la zone de liaison entre la vieille ville et l'Alameda et l'expansion de la ville officielle et administrative du XIXe siècle (Conseil provincial, préfécture, Lycée Valle Inclán (moderniste du début du XXe siècle) et l'hôtel de ville). Elle dispose de deux parkings souterrains.

Plaza de San José.
C'est sur la place de Saint-Joseph que se trouve le monument à la Tertulia, un monument en bronze, officiellement appelé le Cercle littéraire dans le café moderne, rappelant que Pontevedra a été le berceau des intellectuels galiciens au début du XXe siècle, il est formé par plusieurs intellectuels buvant du café. Au sommet de l'ancien édifice de la Caisse d'épargne il y a une grande sculpture en bronze, haute de 6 mètres, du héros grec Teucros, fondateur mythique de la ville.

Ponts de la villeModifier

Pontevedra, en plus de son nom dérivé du mot pont, est par le nombre de ponts qui traversent la Ria de Pontevedra et le fleuve Lérez la grande ville galicienne des ponts par excellence. Les ponts qui traversent la ville sont les suivants :

 
Pont médieval du Bourg
  • Puente del Burgo (Pont du Bourg). C'est le pont qui a donné son nom à la ville. Ce sont les Romains qui l'ont construit pour traverser le Lérez, après avoir construit à Pontevedra le manoir Turoqua sur la voie romaine Via XIX. Au XIIe siècle, il a été rénové et modifié par la suite. Il fait partie du Chemin de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle et est composé de onze arches de plein cintre, où la coquille Saint-Jacques, symbole des pèlerins, est sculptée sur la pierre.
  • Puente de la Barca (Pont de la Barque) : Déjà en 1197, les moines bénédictins géraient un service de bateaux pour permettre le passage entre les deux rives de la Ria de Pontevedra entre Pontevedra et la commune voisine de Poio, avec laquelle Pontevedra forme désormais un continuum urbain. Le nom nous rappelle le service de bateau qu'il a remplacé. Il a d'abord été inauguré en bois en 1871. Pour permettre aux bateaux de passer en toute sécurité, il fallait un pont plus haut, inauguré en 1905 avec des structures métalliques (qui ont été remplacées par la suite par du béton armé en raison de la salinité de l'eau de mer) et des culées de maçonnerie. Les culées ont été modifiées pour permettre le passage de l'autoroute AP-9 et l'élargissement à quatre voies de l'avenue de Corbaceiras. À la fin du XXe siècle, des auvents ont été ajoutés pour protéger les piétons de la pluie et du vent.
 
Pont de la Barque et Ria de Pontevedra
  • Puente de Santiago (Pont de Saint-Jacques). Le pont de style architectural le plus impersonnel de la ville a été conçu pour décongestionner le pont du Burgo de la circulation sur la N-550. Il a tout de suite aidé à l'expansion de la ville sur l'autre rive du fleuve. Le pont est composé de deux tabliers en béton armé supportés par quatre piliers dont les fondations sont au milieu du lit de la ria. Il dispose de quatre voies pour la circulation des véhicules et de deux trottoirs pour piétons. Il a été inauguré et mis en service le 10 septembre 1983.
 
Pont à haubans ou des Sangles sur le fleuve Lérez
  • Puente de los Tirantes (Pont des Sangles). Inauguré en 1995, il se compose d'une tour de 63 mètres de haut à partir de laquelle le pont est fixé au moyen de câbles, et de deux autres rangées de câbles de compensation qui se terminent par deux ronds-points. Par temps venteux, ses câbles font un bruit singulier sur le fleuve Lérez. C'est l'un des ponts les plus remarquables de Galice et d'Espagne.
  • Puente de las Corrientes (Pont des Courants). Il s'agit d'un pont bow-string ou en arc à haubans qui traverse le fleuve Lérez - Ria de Pontevedra situé tout près du port de plaisance de Pontevedra. Il a été inauguré le 28 juin 2012. Il se compose de deux arcs métalliques, d'où sortent 17 câbles pour soutenir le tablier. Aux deux extrémités, il y a deux tubes en méthacrylate qui relient les deux rives, et à l'intérieur, il y a une zone piétonne et une piste cyclable.
 
Pont des Courants
  • Pont de Monteporreiro. Inauguré fin 2011, il a permis de décongestionner la partie Est de la ville. Il relie le quartier de Monteporreiro, où se trouve l'UNED (Université nationale d'enseignement à distance) avec le monastère de Lérez et cette paroisse civile de Pontevedra et la partie nord de la ville. Il dispose d'une piste cyclable et repose sur deux ensembles de piliers en V, qui n'affectent pas le lit de la rivière Lérez, déclarée d'intérêt communautaire.
  • Passerelle à haubans de l'île aux sculptures. Cette passerelle piétonne à haubans a été inaugurée en même temps que le réaménagement du parc de l'île aux sculptures en 1999. Elle relie les rives piétonnes du Lérez à l'île des Sculptures. Elle se distingue par son tablier antidérapant courbe.
  • Pont de la Ria. Le pont autoroutier de l'AP-9, qui relie gratuitement les sections de Pontevedra-Nord et Pontevedra-Sud, sert de périphérique autour de la ville. La construction a commencé en décembre 1989 et a été inaugurée en mars 1992 avec le tronçon de l'autoroute de l'Atlantique Pontevedra-Nord-Pontevedra-Sud. Son support central en forme de V au milieu de l'estuaire de Pontevedra est remarquable.

Parcs et espaces vertsModifier

Pontevedra est une ville verte. C'est la deuxième ville galicienne qui a le plus d'espaces verts au kilomètre carré par habitant.

  • Parc de l'Alameda de l'architecte Sesmero. Entouré de beaux édifices administratifs du XIXe siècle le parc a été conçu par l'architecte Alejandro Rodríguez Sesmero au XIXe siècle. De forme allongée, il y a un kiosque à musique et sur son mur inférieur ouest se trouvent des carreaux en faïence du peintre Carlos Sobrino. Son entrée ouest est flanquée de deux colonnes en pierre de 6 mètres de haut couronnées par l'effigie de deux lions en pierre avec les armoiries de la ville.
 
Alameda du XIXe siècle
  • Parc des Palmiers. Comprend les jardins de Vincenti. Au centre-ville, l'allée centrale est flanquée de grands palmiers des Canaries qui lui donnent son nom. Cette allée se prolonge dans la rue piétonne Gutiérrez Mellado, également avec des palmiers du Mexique. Le parc des Palmiers possède un étang en pierre entre sa promenade centrale et ladite rue et de multiples jardins ornés de statues telles que celle de Christophe Colomb. C'est le parc le plus populaire du centre-ville.
 
Parc des Palmiers

.

  • Parc de Barcelos. Au centre-ville, tout près des principales rues piétonnes et commerciales, il dispose d'une aire de jeux pour enfants. Une grande sculpture d'un arbre en fer, le Monument à l'arbre rappelle les nombreux platanes qui le peuplaient avant la construction du grand parking souterrain qui occupe presque toute sa longueur.
  • Parc Rosalía de Castro. De l'autre côté du Pont de Santiago et de celui des Sangles se trouve le Parc Rosalía de Castro, situé devant le grand bâtiment du Parc des Expositions de Pontevedra, conçu par l'architecte Manuel de las Casas.
  • Parc de l'île des Sculptures. C'est le plus important parc urbain de la ville, de 70.000 m2, situé sur une île du Lérez, à proximité du campus universitaire, du Palais des Congrès et du Pont des Sangles. Ici se trouvent des sculptures en granit de célèbres artistes contemporains espagnols et internationaux. Il est relié au campus par trois passerelles intérieures en bois et à l'avenue Buenos Aires par une passerelle piétonne à haubans. Ce parc de 7 hectares est l'endroit préféré des habitants de Pontevedra pour faire du sport, se promener ou pique-niquer. Sur l'île, de nombreux chemins mènent aux sculptures du Parc. Le parc de l'île abrite douze sculptures en granit du Land Art international dans lesquelles l'art réfléchit sur la relation de l'homme avec son environnement. Les sculptures contemporaines en granit qu'on y trouve sont : "Ciel raccourci" de Giovanni Anselmo - "Les 36 justes" de Fernando Casás - "S/T". Maison" de José Pedro Croft - "Pyramide" de Dan Graham - "Petrarque" d'Ian Hamilton Finlay - "S/T. Bancs en granit" de Jenny Holzer - "Saavedra" de Francisco Leiro - "Ligne de Pontevedra" de Richard Long - "Labyrinthe de Pontevedra" de Robert Morris - "Folie" ou "Petit paradis pour Pontevedra" d'Anne et Patrick Poirier - "S/T" ou "Stèle" de Ulrich Rückriem - "Xaminorio xunquemen abayes" d'Enrique Velasco.
 
Parc de l'île des sculptures

.

  • Parc de la Jonchaie d'Alba. Grand parc naturel qui comprend des allées pour s'y promener ou faire du vélo. L'entrée se trouve à côté du Pont bow-string des Courants sur la rive nord. C'est un grand parc naturel d'environ 80 hectares dans sa totalité qui abrite dans sa zone humide plus de 120 espèces d'oiseaux et 160 espèces végétales différentes. Il y a plusieurs sentiers pour les randonneurs et les cyclistes et, à l'arrière-plan à gauche, un observatoire d'oiseaux. La Xunqueira de Alba est située dans le dernière partie de la rivière Rons, tout près de son embouchure dans le fleuve Lérez et la Ria; c'est un refuge pour de nombreuses espèces, y compris les oiseaux migrateurs. Il y a également un secteur dédié à l'utilisation publique, avec des sentiers et des points de vue. Le parc a été déclaré la première Zone Naturelle d'Intérêt Local (ENIL) de Galice pour protéger sa flore et sa faune.
  • Parc de Campolongo. Au centre de la ville, dans le quartier de Campolongo, se trouve ce grand parc, avec des promenades, des aires de jeux pour enfants et un étang. Ici se trouve un ancien grenier galicien sur des piliers typique de la Galice.
  • Parc de la rivière Gafos. Ce parc longe cette petite rivière qui traverse une partie de la ville. C'est un parc linéaire à côté de la rivière dans sa partie urbaine jusqu'à son embouchure près du quai du port de Corbaceiras. Il y a des sentiers pour les randonneurs qui sont également adaptés aux promenades à bicyclette.
  • Parc de Valdecorvos. Espace naturel dans le nouveau quartier de Valdecorvos, dans l'est de la ville. Il y a des sentiers, des passerelles en bois sur le lit d'un ruisseau.
 
Bord de mer de la ville

.

  • Bord de mer-Rives du Lérez. C'est un lieu de promenade de plusieurs kilomètres autour du fleuve Lérez et de la Ria de Pontevedra. Il est divisé en plusieurs sections appelées Paseo de la avenue de Marín, d'où l'on peut voir s'ouvrir la Ria de Pontevedra et l'île de Tambo (surtout de son petit belvédère), Paseo d'Orillamar ou Corbaceiras et Paseo du Lérez. Le Paseo de Marín, le Paseo du Lérez et l'autre côté de la Ria entre les ponts du Burgo et des Courants ont des pistes cyclables, tandis que dans les autres parties de la promenade les cyclistes coexistent avec les piétons.
  • Parc de Monteporreiro. Ce parc est situé dans l'ouest du quartier de Monteporreiro. Il se compose de sentiers, d'un verger urbain et d'une allée centrale bordée d'arbres qui permet d'accéder au belvédère de Monteporreiro, avec vue sur le fleuve Lérez et une partie de la ville de Pontevedra. Il dispose également d'un terrain de jeux pour les enfants et d'un minigolf.
  • Parc de Lourizán. Dans le quartier de Lourizán se trouve l'un des plus importants parcs botaniques de Galice. Il comprend plusieurs sentiers pédestres, des fontaines ornementales et une grande variété de plantes et d'arbres. Dans le parc se trouve le Pazo de Lourizán, un important palais du XIXe siècle de l'architecte Genaro de La Fuente. Il est situé à trois kilomètres du centre-ville, sur la rive gauche de la Ria de Pontevedra, en direction de Marín.

La commune compte aussi trois plages: La plage du Lérez, la plage de Placeres et la plage de Fontaíña.

 
Bord de mer et port de plaisance

.

Musées et centres culturelsModifier

La ville est le siège du musée de Pontevedra[85], l'un des 3 meilleurs musées provinciaux d'Espagne. Il est constitué de six bâtiments :

  • Le Palais de Castro Monteagudo.
  • Le Palais de García Florez.
  • La maison Fernández López.
  • L'ancien collège baroque de la Compagnie, collège des jésuites, (aujourd'hui appelé Sarmiento).
  • Les ruines de Saint-Dominique (musée d'archéologie).
  • Le sixième bâtiment, grand édifice d'architecture moderne de cinq étages inauguré en 2013.
 
Palais García Florez, Musée de Pontevedra

En plus en 2010 les autorités ont inauguré le Centre d'Interpretation des Tours Archiépiscopales (CITA)[86]: musée souterrain, au-dessous de l'avenue de Sainte-Marie; on y trouve les vestiges des anciennes Tours Archiépiscopales. La ville compte aussi un moderne Palais des Congrès et Auditorium à côté du Pont à haubans.

JumelagesModifier

La ville a donné le nom à la ville de Ponte Vedra Beach en Floride, aux États-Unis, à Pontevedra en Argentine, à Pontevedra sur l'île de Negros aux Philippines et dans le département de Capiz aux Philippines aussi, à l'îlot de Pontevedra sur les îles Diego Ramírez au Chili, en Géorgie aux États-Unis et à un quartier de Bogotá en Colombie[87].

PhotographiesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) « Capitales de Provincia de España Población a 1 de enero de 2018 », Boletín Oficial del Estado
  2. (es) Serxio Barral, « Pontevedra registra oficialmente la marca turística «capital de las Rías Baixas» », La Voz de Galicia,‎ (lire en ligne).
  3. [1]
  4. « Pontevedra, la ville où le piéton est roi », L'Express (consulté le 22 septembre 2018)
  5. « Le doux mirage des villes sans voiture », Les Échos (consulté le 5 novembre 2019)
  6. « Pontevedra en Galice. La ville où le piéton est roi... », Le Télégramme (consulté le 16 décembre 2014)
  7. « Espagne : La ville de Pontevedra laisse la priorité aux piétons », Euronews (consulté le 8 août 2019)
  8. « Une ville sans voitures: Pontevedra », France 2 (consulté le 5 septembre 2015)
  9. « Sète : l'Agglo en visite à Pontevedra, la ville où les piétons sont rois », Le Midi Libre (consulté le 10 septembre 2017)
  10. « Dans cette ville espagnole, les voitures ont peu à peu été bannies depuis 20 ans ! », Europe 1 (consulté le 24 mai 2019)
  11. (es) « Pontevedra, la ciudad de la peatonalización sin fin », Journal ABC (consulté le 2 décembre 2019)
  12. (es) « Pontevedra, el modelo urbano para las ciudades que miran a la infancia », Journal El País (consulté le 18 mai 2018)
  13. (es) « El foro de Salzburgo sitúa a Lores entre las «personas que forman un mundo mejor» », Journal La Voz de Galicia (consulté le 21 octobre 2019)
  14. (es) « Pontevedra, la ciudad de Europa más cómoda para vivir según la ONU », Journal espagnol ABC (consulté le 25 novembre 2014)
  15. (es) « El concello de Pontevedra gana el premio ONU-Habitat », Journal La Voz de Galicia (consulté le 25 novembre 2014)
  16. (es) « Así se vive en Pontevedra, referente para Europa », Journal généraliste espagnol ABC (consulté le 2 décembre 2014)
  17. (en) « 2015 Winners City of Pontevedra », Center for Active Design (consulté le 5 mai 2015)
  18. (en) « How to ban cars downtown: Pontevedra », Mike looks at the map (consulté le 18 décembre 2018)
  19. (es) « Una tesis de la London School of Economics analiza el modelo de ciudad de Pontevedra », La Voz de Galicia (consulté le 30 juin 2019)
  20. (es) « La Universidad de Salzburgo incluye a Pontevedra en un estudio sobre calidad de vida », Journal La Voz de Galicia (consulté en 15 noviembre 2015)
  21. (en) « 'For me, this is paradise': life in the Spanish city that banned cars », Journal The Guardian (consulté le 18 septembre 2018)
  22. (en) « The City that Banned Cars is Now Described as 'Paradise' », b60 (consulté le 19 septembre 2018)
  23. (es) « Pontevedra está de moda: la ciudad es elegida "paraíso para vivir" por el diario 'The Guardian' », La Sexta (consulté le 19 septembre 2018)
  24. (es) « El diario británico The Guardian habla de Pontevedra como un paraíso », La Vanguardia (consulté le 20 septembre 2018)
  25. (es) « El británico «The Guardian» alaba «la vida en la ciudad española que prohibió los coches» », Diario ABC (consulté le 19 septembre 2018)
  26. [2]
  27. (es) « Área Metropolitana de Pontevedra », Xunta de Galicia
  28. (es) « Pontevedra, bonne ville... », Pontevedra Viva (consulté le 8 janvier 2016)
  29. (es) « Pontevedra: la ciudad en la que los niños se zamparon los coches », El País (consulté le 19 mai 2019)
  30. [3]
  31. (es) « Parador de Pontevedra », Paradores de España
  32. « Pontevedra, modèle de ville, modèle de mobilité », Mairie de Pontevedra (consulté le 10 février 2014)
  33. [4]
  34. (es) « Subdelegación del Gobierno en Pontevedra », Ministerio de Política Territorial y Función Pública
  35. aemet.es, Atlas climático ibérico.
  36. [5]
  37. « En Galice, face à l’Atlantique: Vigo et Pontevedra, cités rivales », sur https://www.routard.com/, (consulté le 20 avril 2013)
  38. « Pontevedra », sur https://www.humanite.fr/, (consulté le 28 février 2015)
  39. [6]
  40. (es) « La DGT otorga a Pontevedra el premio Movilidad segura », sur www.lavozdegalicia.es, (consulté le 1er avril 2019)
  41. (en) « Spain’s Happy Little Carless City », sur https://reasonstobecheerful.world/, (consulté le 25 novembre 2019)
  42. (en) « How a city in Spain got rid of its cars », sur citiscope.org, (consulté le 22 juin 2019)
  43. INEbase. Variaciones intercensales. Alteraciones de los municipios en los censos de población desde 1842. En línea: http://www.ine.es/intercensal/ Consultado 30-06-2011. Cuando se dispone del dato de población de hecho y de derecho se ha tomado la cifra más alta.
  44. [7]
  45. (es) « Brigada Galicia-Pontevedra », Ministerio de Defensa
  46. (es) « Centro de Alto Rendimiento y Tecnificación Deportiva de Pontevedra », Ministerio de Cultura y Deporte
  47. Université Nationale d'Éducation à Distance de Pontevedra
  48. (es) « O Garaxe Hermético », Escuela Profesional de Cómic e Ilustración de Galicia (consulté le 10 août 2014)
  49. « Le match : villes pro voitures vs villes sans voitures », sur l'échommerces, (consulté le 30 juin 2018)
  50. (es) « Pontevedra y Sanxenxo incrementaron el número de sus plazas hoteleras un 9 y un 16% en la última década », sur Faro, (consulté le 6 décembre 2017)
  51. « Miguel Anxo Fernandez, le thérapeute de la ville », In Movement (consulté le 11 janvier 2019)
  52. « Ecologie : les propositions (réalistes) de lycéens pour faire d'Issoire une ville durable », sur https://www.lamontagne.fr/, (consulté le 22 avril 2019)
  53. (es) « La ONU confirma a Pontevedra como referencia mundial en sostenibilidad urbana », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 26 novembre 2019)
  54. (es) « Pontevedra, Málaga y Noáin: tres ejemplos de ciudades que luchan contra el cambio climático », sur https://www.vozpopuli.com/, (consulté le 7 décembre 2019)
  55. (es) « Pontevedra, la ciudad con más calidad de vida de Galicia », sur Faro, (consulté le 6 juin 2006)
  56. « A Pontevedra, on marche et c’est bon pour tout le monde! », Eco-quartiers (consulté le 6 juillet 2015)
  57. « Des centres-villes sans voitures ? », sur http://www.leparisien.fr//, (consulté le 1er avril 2019)
  58. [8]
  59. « En Espagne, la « révolution piétonne » réussie de Pontevedra », sur lemonde.fr/, (consulté le 11 décembre 2018)
  60. « Pontevedra, l’exemple d’une ville sans voitures », sur https://leshorizons.net/, (consulté le 21 mars 2019)
  61. « Pontevedra, la ville qui a redonné l’espace public aux piétons », sur https://plus.lesoir.be//, (consulté le 10 octobre 2018)
  62. « A Pontevedra, en Espagne, la ville appartient aux piétons! », sur https://www.femmeactuelle.fr/, (consulté le 16 mars 2016)
  63. « Saint-Brieuc. Et si le piéton devenait le roi de la ville… », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 2 janvier 2019)
  64. « En Espagne, des enfants heureux d'aller seuls à l'école », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 8 janvier 2017)
  65. « En Espagne, des enfants heureux d'aller seuls à l'école », sur https://www.lepoint.fr/, (consulté le 2 janvier 2017)
  66. « Metrominuto lillois », sur https://www.participez.lille.fr/, (consulté le 21 juillet 2018)
  67. « Quand le transport se réinvente », sur https://www.la-croix.com//, (consulté le 20 septembre 2019)
  68. (es) « El Metrominuto conquista Europa », sur https://www.lavozdegalicia.es/, (consulté le 2 février 2014)
  69. « Piétonnisation des centres-villes : un modèle à suivre ? », Envies de ville (consulté le 5 juillet 2019)
  70. (es) « París se fija en Pontevedra para humanizar sus barrios », Journal La Voz de Galicia (consulté le 30 novembre 2018)
  71. « Comme Paris, ces rares villes d'Europe qui veulent bannir les voitures », Le Parisien (consulté le 12 octobre 2017)
  72. (ko) « Pontevedra in South Korea », sur https:mbc, (consulté le 29 décembre 2016)
  73. (ko) « Pontevedra South Korea MBC News », sur https:mbc, (consulté le 8 décembre 2016)
  74. (en) « A city with no cars », sur https://7news.com.au/, (consulté le 26 décembre 2018).
  75. (de) « Ein Paradies für Fußgänger », sur https://www.daserste.de/, (consulté le 15 avril 2019)
  76. (de) « Pontevedra - Paradies für Fußgänger », sur https://www.ndr.de/, (consulté le 18 avril 2019)
  77. « Espagne: Pontevedra la ville où le piéton est roi », sur francetvinfo.fr, .
  78. « Espagne: Pontevedra la seule ville au monde sans voiture », sur francetvinfo.fr,
  79. « Espagne: Pontevedra une ville sans voiture », sur francetvinfo.fr, .
  80. « Pontevedra première ville sans voiture au monde », sur TF1.fr, (consulté le 13 janvier 2016).
  81. « Pontevedra la ville sans voitures », sur rts.ch, (consulté le 3 octobre 2018).
  82. « Marcheurs urbains », sur rts.ch, (consulté le 26 juillet 2017).
  83. « Le maire espagnol qui a « domestiqué » les voitures dans son centre-ville », sur https://ici.radio-canada.ca/, (consulté le 12 janvier 2019).
  84. [9]
  85. (es) « Museo de Pontevedra », Diputación de Pontevedra
  86. (es) « Centro de Interpretación de las Torres Arzobispales de Pontevedra », Ayuntamiento de Pontevedra
  87. (es) « Pontevedra y sus ocho gemelas extranjeras que apenas conoce », Journal Diario de Pontevedra,‎ (lire en ligne)

BibliographieModifier

  • Aganzo, Carlos (2010): Pontevedra. Ciudades con encanto. El País Aguilar. (ISBN 8403509340).
  • Calo Lourido, F. et al. (2003): Pontevedra e o mar. Simposio de historia marítima do século XII ao XVI. Concello de Pontevedra, Pontevedra
  • De la Peña, A. (1996): Historia de Pontevedra. Vía Láctea, A Coruña.
  • Fontoira Surís, Rafael (2009): Pontevedra monumental. Diputación de Pontevedra. (ISBN 8484573273).
  • García-Braña, C. et al. (1988): Pontevedra, planteamiento histórico y urbanístico, Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • Juega Puig, J. et al. (1996): Historia de Pontevedra. Via Láctea, A Coruña.
  • Juega Puig, J. (2000): As ruas de Pontevedra. Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • López y López Rios, B. (1990): Pontevedra, de la leyenda a la historia. Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • Messia de la Cerda y Pita, Luis F. (1989): Heráldica, escudos de armas labrados en piedra existentes en la zona de Pontevedra. Diputación de Pontevedra. (ISBN 848684522X) .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier