Ouvrir le menu principal

Apparitions mariales de Fátima

Apparitions de la Vierge Marie à Fatima en 1917 reconnues par l'Eglise Catholique
Apparitions mariales de Fátima
Description de cette image, également commentée ci-après
Autre nom Apparitions à Fátima en 1917 de la Vierge Marie
Date du au
Lieu Cova da Iria, Fátima (Portugal)

Les apparitions de Notre-Dame de Fátima désignent les six apparitions mariales de la Vierge Marie telles qu'elles auraient eu lieu à Fátima, petit village du centre du Portugal, à six reprises au cours de l'année 1917 à trois enfants bergers. Ces apparitions, dont les messages prophétiques portent sur la prière et les fins dernières, ont d'abord été l'objet de méfiance, aussi bien de la part des autorités civiles que des autorités religieuses. Le « miracle du soleil », qui clôture le cycle des apparitions sera l'objet d'une vive émotion parmi la foule de 50 000 personnes rassemblées, et sera l'objet de nombreuses polémiques et publications.

Avant même la reconnaissance officielle de ces apparitions par l'Église catholique romaine en 1930, de nombreuses personnes se rendent sur le lieu des apparitions pour y prier. Après cette date, le succès populaire du pèlerinage à Fatima, transforme ce lieu d'apparition en un grand centre de pèlerinage (national et international).

Suite à ces apparitions, l'une des voyantes, Lucie dos Santos, demande au pape de « consacrer la Russie au Cœur immaculé de Marie ». Si le pape Pie XI ignore la demande, le pape Pie XII y répond en 1942. Le pape Jean-Paul II renouvellera cette consécration en 1984.

Sommaire

Contexte Politique et socialModifier

 
Situation géographique.
Le contexte politique

Le Portugal est un pays très anciennement catholique et qui a été reconquis de haute lutte sur les musulmans entre les Xe et XIIIe siècles. L'évangélisation a été très profonde, la mentalité catholique est fortement ancrée et est encore, au début du XXe siècle, une part intrinsèque de la vie au Portugal. Malgré cela, en 1908, le roi de Portugal Charles Ier est assassiné avec son fils aîné par deux carbonari[1]. En 1910 une révolution renverse la monarchie portugaise et met en place un gouvernement républicain radical « violemment anticlérical ». Le parti radical déclare parvenir, par les mesures anti-religieuses qu'il a prise (laïcisation de l'université, interdiction de l'enseignement religieux, saisie des églises[N 1] ...) à « éradiquer le catholicisme du pays en deux générations ». A titre d'exemple, Sebastião de Magalhães Lima, grand maître du Grand Orient lusitanien, avait déclaré que « dans deux ans, il n'y aura plus de vocations à la prêtrise » dans le pays[G 1], et le ministre de la Justice, Alfoso Costa avait déclaré au Parlement qu'avec « la nouvelle idéologie introduite dans les écoles, la religion catholique aurait disparut d'ici deux générations »[G 1],[G 2]. Deux tentatives de coup d'État on lieu entre 1910 et 1917, avec pour objectif de restaurer la monarchie, accentuant les tensions entre les partis radicaux de gauche, et les partis de droite (mais aussi l’Église catholique). En 1917, il y a dans le pays, « un sentiment d'insécurité générale » doublé d'un effondrement de l'économie[B 1].

Le , par son encyclique Jamdudum in Lusitania, le pape Pie X rejette vigoureusement les lois de laïcisation mises en place par le nouveau gouvernement. La nouvelle constitution, votée en 1911, s'inspire largement des constitutions française et brésilienne : le Portugal est officiellement un pays laïc et anticlérical[1].

La Première Guerre mondiale

Depuis , l'Europe est en guerre : le conflit meurtrier a déjà causé la mort de deux millions de soldats. Engagé dans la guerre au côté des alliés à partir de , le Portugal a environ 50 000 soldats positionnés en France[2],[N 2].

La vie difficile dans la campagne portugaise

Fátima, située à 130 km au nord de Lisbonne, est, en 1917, une paroisse rurale de 200 habitants, dispersée en une quarantaine de hameaux[3]. Les habitants sont des paysans qui travaillent constamment un sol ingrat. Tout le monde est mis à contribution pour le labeur quotidien. Les enfants sont généralement chargés de la garde des troupeaux. Cette pauvreté est doublée d'un profond analphabétisme, puisque seulement 10 % des femmes savent écrire[4]. Dans le hameau d'Aljustrel (pt) qui compte 25 maisons, habitent les familles Dos Santos et Marto.

Les voyants

Lúcia de Jesus dos Santos est née le à Fátima, elle a donc dix ans. Son cousin Francisco Marto, né le , a neuf ans. Et Jacinta, sœur de François, née le , en a seulement sept. Pour aider leurs parents, ils participent à l'activité familiale en gardant les troupeaux de moutons dans les alentours du hameau, et en particulier au lieu-dit Cova da Iria[5],[6].

Les apparitionsModifier

L'ange du PortugalModifier

 
Statue sur le lieu de l'apparition de « l'Ange du Portugal ».

Au cours de l'année 1915, Lucie et deux de ses amies affirment voir à Aljustrel, sur la colline du Cabeço, « une figure semblable à une statue de neige, que les rayons du soleil rendaient un peu transparente », « ayant forme humaine »[6]. Quand, de retour au village, elles racontent leur aventure, leur entourage se moque d'elles[7].

Au printemps 1916, Lucie, François et Jacinthe auraient revu le même personnage qui leur aurait dit : « Ne craignez rien ! Je suis l'Ange de la Paix. Priez avec moi ! »[8],[9]. S'agenouillant, l'ange baisse la tête et leur enseigne une prière : « Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne vous aiment pas ». Il aurait fait trois fois cette prière, puis aurait dit en levant la tête : « Priez ainsi. Les cœurs de Jésus et de Marie sont attentifs à la voix de vos supplications »[10],[9].

L'ange leur serait apparu une nouvelle fois l'été suivant, se présentant comme « l'Ange du Portugal »[11] puis une dernière fois au début de l'automne. Cette dernière apparition aurait été accompagnée d'une théophanie eucharistique et d'une communion miraculeuse[11]. L'ange aurait donné la communion aux enfants après avoir récité une prière « en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences » qui offensent Jésus présent dans le tabernacle[12],[11].

Première apparition : 13 mai 1917Modifier

Le , vers midi, « une dame toute vêtue de blanc » serait apparue aux trois petits bergers dans un petit chêne vert et, s'adressant à Lucie, elle leur aurait demandé de venir le mois suivant, à cette même heure. Elle aurait ensuite ajouté : « Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre »[13],[14]. Seule Lucie dialogue avec « la dame », Jacinthe voit et entend leurs paroles, mais François voit sans rien entendre[B 2].

Lorsqu'elle est informée des événements rapportés par les enfants, la hiérarchie catholique (les évêques du pays et bon nombre de prêtres), voient d'un œil très négatif les apparitions de Fatima (ils ne croient pas à la véracité des témoignages et considèrent qu'il s'agit d'une supercherie)[G 3]. Une bonne partie du clergé (les prêtres) est relativement critique elle aussi[G 4],[G 5]. Trois ans plus tard, le clergé catholique sera toujours très méfiant sur ces « prétendues apparitions »[G 6].

Deuxième apparition : 13 juin 1917Modifier

Le mois suivant, les enfants, accompagnés d'une cinquantaine de personnes venues « pour voir », sont au rendez-vous[G 7]. Le groupe récite le chapelet lorsque l'apparition se serait présentée à nouveau, et, dans sa conversation avec Lucie, elle aurait insisté sur l'importance de la prière[15], recommandé la dévotion au « Cœur immaculé de Marie »[16] et annoncé la mort prochaine de ses cousins à Lucie. Elle aurait demandé aussi à la jeune Lucie d'apprendre à lire et à écrire afin de mieux rapporter sa parole auprès des hommes[17].

Seuls les trois enfants voient l'apparition : les témoins ne voient pas de lumière ni de phénomène visible et ils n'entendent pas « la dame ».

Troisième apparition : 13 juillet 1917Modifier

Article connexe : Secrets de Fátima.

Le vendredi 13 juillet, la « dame en blanc » serait de nouveau apparue devant Lucia et ses cousins comme les autres fois, environ 2 000 personnes assistent à l'événement. Lucie, Jacinthe et François sont toujours les seuls à voir une « dame en blanc », les fidèles observent cependant pour la première fois, un « petit nuage blanc très léger »[N 3] venant de l'Est et s'arrêtant sur le petit chêne (le temps de l'apparition)[G 7],[G 8].

« La dame » s'adresse, comme à chaque apparition à Lucie : « Je veux que vous continuiez à dire le chapelet tous les jours en l'honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre »[B 3].

C'est au cours de cette manifestation que l'apparition aurait montré aux enfants une épouvantable vision de l'Enfer et leur aurait confié les secrets de Fátima[16],[B 3]. Les deux premières parties du message de Fátima ne seront dévoilées publiquement qu'en 1942[N 4], et c'est en 2000 que le Vatican divulguera la troisième partie du secret[18]. Au cours de cette même apparition, Lucie demande un « miracle » à la dame, « afin que les gens les croient ». La Vierge lui promet un « miracle pour le 13 octobre »[B 4],[B 3]. L'information sur ce « miracle prévu le 13 octobre à midi » se diffuse rapidement, et la presse[N 5] s'en fait l'écho (dans des articles très critiques)[G 9].

Quatrième apparition : 19 août 1917Modifier

Le , environ 5 000 personnes sont au rendez-vous près du « chêne des apparitions », les enfants sont absents, et la foule assiste à des « phénomènes atmosphériques inexpliqués » : des éclairs lumineux, puis un petit nuage blanc, « très délicat » qui vient de l'Est et se positionne sur le petit chêne. Il y reste quelques instants et repart puis disparait. Le paysage et la foule se colorent de bleu, rose, rouge, toutes les couleurs de l'arc-en-ciel[G 7]. Mais les enfants ne sont pas là. En effet, l'administrateur du canton, Arthur d'Oliveira Santos, connu pour son anticléricalisme, a demandé à voir les « voyants » et les a fait amener à Ourém. Après les avoir interrogés sans succès[N 6], il les fait enfermer pour « trouble à l'ordre public ». La foule apprenant que les enfants ont été mis en prison, est prise de colère, elle marche sur la ville d'Ourém (2 à 3 h de marche) et sur place exige leur libération. Face au scandale et au risque d'émeute, l'administrateur relâche les petits bergers le 15 août[B 1],[G 7]. Stanley Jaki écrit que la nouvelle de « ces événements météorologiques inexpliqués », et de la « promesse d'un miracle » pour le 13 octobre, se répandent dans tous le Portugal comme « une trainée de poudre »[G 7].

Le dimanche , alors que les enfants font paître leurs troupeaux sur la Cova da Iria, la Vierge leur serait apparue, leur demandant de prier pour les âmes pécheresses et promettant à nouveau, pour le 13 octobre, un miracle « afin que tous croient »[17],[19],[G 7].

Cinquième apparition : Modifier

Pour la cinquième apparition, le , environ 10 000 fidèles qui viennent s'agenouiller avec « les voyants », Lucie, Jacinthe et François[G 7]. Si la foule ne « voit pas l'apparition », plusieurs témoins déclarent (à nouveau) avoir vu le « petit nuage blanc » venir de l'Est et se positionner sur le petit chêne, avant de repartir et disparaitre. Lucie rapporte que la Vierge aurait à nouveau confirmé la « promesse d'un miracle » pour le prochain mois[G 10],[20].

Sixième apparition, le « miracle du soleil » : 13 octobre 1917Modifier

 
La foule compacte, rassemblée près du lieu des apparitions (matérialisé par une petite arche de bois).
Article détaillé : Miracle du soleil.

Le la météo prévoyait un temps sec. Mais à partir de 8h30 (heure solaire), un orage éclate et il se met à pleuvoir à torrent sur la Cova da Iria[G 11]. Une foule de pèlerins et de curieux[N 7] d'environ 50 000 personnes attendent l'événement, rassemblés en groupes compacts sous leurs parapluies. Certains récitent le chapelet, d'autres attendent en curieux. Les premiers sont arrivés la veille et ont dormi sur place, les derniers arrivent quelques minutes avant midi[21],[G 12]. À cette date, le « petit chêne » n'existe déjà plus : dépouillé par les fidèles qui lui ont coupé des branches pour les garder en relique, il ne reste plus qu'un tronc de 10 cm. Le « lieu d'apparition » est matérialisé par un portique de bois, décoré de 2 lanternes et de bouquets de fleurs[G 7]. Un peu avant midi, heure solaire, les trois « voyants » arrivent sur le site. La foule les laisse passer. Quelques minutes après l'heure prévue[G 13], Lucie annonce que « la dame arrive » et demande à la foule de fermer les parapluies et de retirer les chapeaux. Malgré la pluie qui continue de tomber, une bonne partie de la foule s'exécute[G 14]. Très vite, les témoins affirment avoir vu un « petit nuage » venir se positionner sur (l'emplacement) du « chêne des apparitions »[G 14]. L'apparition se serait alors enfin présentée à Lucie, comme étant Notre-Dame du Rosaire[15],[22] et lui aurait demandé de faire bâtir une chapelle en son honneur[G 15]. Elle aurait aussi demandé aussi la conversion des pécheurs.

Alors que la Vierge est en train de s'élever tranquillement vers le ciel, selon les voyants, la pluie s'arrête et le soleil sort des nuages. « Presque toutes les personnes présentes » ont affirmé avoir vu le soleil subir différentes transformations, se parant de multiples couleurs rose, bleu, vert, voire « toutes les couleurs de l'arc-en-ciel » selon certains. Les témoins ont rapporté avoir vu le soleil tourner dans le ciel puis « foncer sur la terre » (et menacer de la percuter) avant de reprendre sa place dans le ciel[23],[G 16],[G 17],[B 4]. Certains témoins indiquent même avoir vu la Vierge Marie seule ou avec l'Enfant-Jésus[G 18].

Après la fin du phénomène céleste, Lucie annonce à la foule que « la Vierge » a promis que la guerre allait bientôt finir, et que les soldats allaient rentrer au pays[G 19],[N 8]. La jeune fille indique également une demande de « la Vierge » : faire construire sur ce lieu une chapelle dédiée à Notre-Dame du Rosaire[G 20].

Avelino de Almeida, journaliste anticlérical et rédacteur en chef du quotidien O Século de Lisbonne, rédige un compte rendu dans l'édition du journal du lundi [24]. Celui-ci fait sensation dans tout le pays[23],[G 21]. Quinze jours plus tard, il publie dans Ilustração Portugueza, un nouvel article de quatre pages illustré de dix photos qui gardera la mémoire de cet événement[G 22],[N 9]. Un très grand nombre d'articles de presse vont être publiés dans les journaux sur ce sujet, de nombreux courriers de lecteurs décrivant« ce qu'ils ont vu ». D'autres articles « plus critiques voire ironiques » sont également publiés[G 23],[B 4].

Autres apparitionsModifier

Dans ses mémoires, Lucie rapporte que la Vierge serait apparue à Jacinta et Francisco alors qu'ils étaient déjà malades en décembre 1918. La Vierge aurait dit aux enfants « qu'ils auraient beaucoup à souffrir ; souffrir pour la conversion des pécheurs, en réparation des péchés contre le cœur Immaculé de Marie et de l'amour Jésus. »[25]

Lucie relate également d'autres apparitions dans ses mémoires[26] :

  • le , Lucie se rend seule (ses cousins Francisco et Jacinta sont décédés), sur le lieu des apparitions. La Vierge lui apparaît pour la consoler et l'encourage à entrer au carmel de Porto ;
  • le puis le  : apparition de l'Enfant Jésus, « qui lui aurait demandé si elle avait déjà répandu la dévotion à Sa Sainte Mère » ;
  • le , alors qu'elle se trouve au couvent de Tuy, une vision de la Sainte Trinité.

Suites et conséquences des apparitionsModifier

Les réactionsModifier

Dans la presseModifier

 
Page 353 de l'édition du du Ilustração Portugueza, montrant la foule regardant le « miracle du soleil » durant « l'apparition à Fátima » du 13 octobre. Article publié par Avelino d’Almeida.

Très vite, ces « apparitions » vont être diffusées dans la presse du pays. Dès la 3e apparition, un article est publié dans le journal O Século du 23 juillet[N 10] qui annonce la « venue de la Vierge Marie à Fatima » devant trois enfants, et qu'un « grand miracle » serait prévu pour le 13 octobre. Les 18 et 19 août, un autre journal, O Mundo[N 11] publie deux articles qui racontent que « quelques enfants prétendent abuser les foules et les attirer avec la complicité d'autres adultes pour réaliser des miracles ». Les articles évoquent aussi l'arrestation et la séquestration (durant quelques jours)[N 12] des trois enfants par le gouverneur de la ville de Ourém[G 9]. S. Jaki indique que « dans la population » l'attente du « miracle » augmente avec le temps après les annonces répétées de Lucie en juillet, en aout puis enfin le 13 septembre[G 9].

Le mensuel Buletino du mois d'août[N 13] raconte l'apparition du 13 juillet et que lors de cette « apparition » il y avait une foule de 800 à 2000 personnes[G 24]. Après cette date, les journaux proches du gouvernement décident de garder le silence pour éviter de faire de la publicité « aux apparitions ». De son coté, la presse catholique, peut être par prudence, par manque d'intérêt ou par peur d'un fiasco qui discréditerait l’Église, garde elle aussi le silence, n'évoquant plus le sujet jusqu'à la mi-octobre[G 25]. Même si la presse ne s'en fait pas l'écho, l'information que des témoins présents en août et en septembre auraient observé des « phénomènes atmosphériques inexpliqués »[N 14], se répand dans tout le pays[G 7].

Le 13 octobre au matin, Alvenino Almeida[N 15], journaliste et rédacteur en chef du quotidien de Lisbonne O Século publie un article[27] où il relate les apparitions depuis le mois de mai[N 16], et la « prudente réserve » du clergé local sur ces événements. Le journaliste n'hésite pas à utiliser l'ironie pour railler « le clergé qui souhaite peut-être l'apparition d'un nouveau lieu de pèlerinage, d'un nouveau Lourdes ». Au final, il y déclare, avec assurance, qu'il ne s'y passera rien à midi (contrairement à ce qui a été annoncé depuis des mois) : le « grand miracle » n'aura pas lieu[G 26],[G 27].

Le « miracle du soleil », observé par une foule considérable, ainsi que plusieurs journaliste et un photographe[G 28] va donner lieu à une avalanche d'articles de presse, soit « très critiques et ironiques » (dans des journaux ouvertement anti-catholiques), ou plus réservés et prudents (dans la presse catholique). À noter que plusieurs journaux publieront durant des semaines des « courriers de lecteurs » décrivant « ce qu'ils ont vu »[G 29]. En dehors de quelques récits de témoins particulièrement précis, les articles de presse les plus factuels sont ceux d'Avelino de Almeida[G 30], publiés les 15 et 29 octobre qui soulèvent la question de « l'explication scientifique du phénomène observé »[G 31], mais lui vaudront de nombreuses critiques de certains journalistes[G 32],[N 17].

Réactions politiquesModifier

Signe de cette tension politique générale, et sur « les apparitions de Fatima » en particulier, différents « affrontements » ont lieu à Fatima avant et après la date du 13 octobre 1917 :

  • le « les voyants » de Fatima sont arrêtés par les autorités civiles et mis en prison durant deux jours, provoquant un début d'émeute populaire[B 1]
  • avant « l'apparition d'octobre », des bruits courent disant que des groupuscules anarchistes viendraient le 13 jeter des bombes sur les fidèles rassemblés à Fatima. Cette menace d'attentat est prise au sérieux par un certain nombre de participants[G 33]
  • le le « lieu des apparition » est profané, et le la chapelle des apparitions (construite en 1919) est « dynamitée par des anticléricaux »[B 1],[G 34].
  • le les autorités civiles interdisent tout rassemblement ou pèlerinage sur le lieu des apparitions, le gouverneur mobilise les forces armées pour interdire l'accès à Fatima lors du pèlerinage national prévu 3 jours plus tard. Mais le 13 mai, 100 000 personnes se présentent et forcent le passage, franchissant les barricades et des fossés pleins d'eau pour se rendre devant la chapelle des apparitions[G 34].

Enfin, la déclaration d'apparitions mariales dans le pays (la première depuis plusieurs siècles)[N 18], alors que la Vierge Marie avait, trois siècles plus tôt, été déclarée « Reine et patronne du Portugal » par le roi João IV[N 19],[28],[29] pouvait être considéré comme « un défi » au gouvernement qui avait démis et expulsé le dernier roi du Portugal[G 2],[B 1] sept ans plus tôt.

L’ÉgliseModifier

La hiérarchie catholique (les évêques du pays et le patriarche de Lisbonne), voit d'un œil très négatif les apparitions de Fatima (ils ne croient pas à la véracité des témoignages et considèrent qu'il s'agit d'une supercherie)[G 3]. Une bonne partie du clergé (les prêtres) est relativement critique elle aussi[G 4],[G 5]. Très peu seront présents sur site le 13 octobre 1917[N 20]. Le curé de la paroisse et ceux des environs seront (eux aussi) absents, car leur évêque[N 21] leur avait « interdit de se rendre sur place »[G 35].

En 1920, l'épiscopat portugais sera toujours très sceptique sur les « apparitions de Fatima »[G 6]. Le « miracle du soleil » l'a a également laissé sceptique. Ce n'est qu'après l'enquête canonique que les positions évolueront définitivement.

La première chapelle construite sur le lieu de l'apparition est réalisée à l'initiative des fidèles, par une collecte de dons, sans le soutien ni l'assistance de l'Église. Fatima devient en quelques années le « plus important lieu de pèlerinage du pays », drainant très vite plusieurs centaines de milliers de fidèles[G 36]. Pour résumer la situation, le cardinal Cerejeira déclare en 1942 que « ce n'est pas l’Église qui a imposé Fatima, mais Fatima elle-même qui s'est imposée à l’Église »[G 37].

Reconnaissance par l'ÉgliseModifier

Enquête et reconnaissance officielleModifier

Une première enquête canonique est ouverte dans la paroisse de Fatima à la fin de l'année 1918. Elle vise à recueillir des témoignages[G 38]. Le l’Église catholique ouvre une enquête canonique sur les apparitions de Fatima, incluant le phénomène solaire du 13 octobre[G 39]. Sept ans plus tard, la commission rend un premier rapport[G 40]. Le , la commission canonique rend son rapport final sur les « apparitions » et les témoignages collectés[G 41],[N 22].

La première visite d'un évêque sur le lieu Fatima se fait le . Il s'agit du nouvel évêque de Fatima, nommé un an plus tôt. Quelques jours plus tôt, il avait acheté les terrains autour du lieu d'apparition pour y bâtir un sanctuaire. Le 13 mars 1922, 10 000 pèlerins se rendent sur les lieux, le 13 mai ils sont 60 000[G 34] et le un demi-million[G 42]. En octobre 1925 c'est un « pèlerinage national » qui est organisé par l’Église à Fatima[G 43]. Fatima devient, en quelques années, le plus grand lieu de pèlerinage de tout le pays[G 36]. En juin 1928, l'Osservatore Romano publie une chronique sur Fatima et le [N 23], le nonce apostolique fait une visite surprise (à Fatima) en compagnie de l'évêque du lieu. Début 1929, le pape Pie XI distribue des images de Notre-Dame de Fátima aux membres du collège pontifical portugais de Rome[G 44].

Le , l'évêque de Leiria (dont dépend Fatima), dans sa lettre pastorale « A divina Providentia » reconnait officiellement les apparitions de Fátima comme « dignes de foi » et approuve le culte de Notre-Dame de Fátima[N 24],[30]. Si l'évêque ne qualifie pas le phénomène céleste survenu le 13 octobre de « miracle », il reconnait simplement son existence et le qualifie de « non naturel »[31].

En 1946, le troisième centenaire de la consécration du Portugal à la Vierge Marie est l'occasion du couronnement solennel de la statue de Notre-Dame de Fátima par le Cardinal Aloisi Masella, légat pontifical, devant 600 000 pèlerins[32]. La couronne est offerte par les femmes portugaises en remerciement de la préservation du Portugal pendant la Seconde Guerre mondiale[33].

Construction d'un sanctuaire marialModifier

Article détaillé : Sanctuaire marial de Fátima.

En une petite chapelle est construite sur le lieu des apparitions, à l'initiative de simples paroissiens[34],[G 45]. Un commerçant de Leiria fait réaliser pour son compte une « statue de Notre-Dame de Fatima » qu'il fait placer, quelque temps plus tard, dans la chapelle des apparitions[G 46],[N 25]. En 1928, l'évêque du diocèse lance la construction de la basilique Notre-Dame du Rosaire. La basilique est inaugurée en 1953. En 1955, le docteur D. José Alves Correia da Silva crée le musée du sanctuaire de Fatima[35].

La construction de la basilique de la Sainte Trinité débute en 2004, son inauguration a lieu le [36].

Les voyantsModifier

 
Les trois petits bergers de Fátima : Lucie, François et Jacinthe.

François et Jacinthe Marto, atteints de la grippe espagnole, meurent très tôt, respectivement en 1919 et 1920. Ils ont été déclarés vénérables par le Pape Jean-Paul II le et béatifiés le [37]. Le pape pape François canonise Jacinta Marto et Francisco Marto le 13 mai 2017[38].

Lucie dos Santos entre au noviciat de l'Institut des Sœurs de Sainte-Dorothée le à Tuy, elle y prononce ses vœux en 1928. Elle a de nouvelles apparitions en 1925 et 1929. En , Lucie prononce ses vœux perpétuels et prend comme nom de religieuse sœur Marie des Douleurs[39].

Sur ordre de la hiérarchie ecclésiastique, Lucie rédige ses mémoires, dont il y a six versions (1935, 1937, deux en 1941, 1942, 1989 et 1993)[39],[26]. En 1948, Lucie entre au couvent des carmélites de Coimbra (Portugal) et y prend le nom de sœur Lucie du Cœur Immaculé[39].

Lucie meurt le à l'âge de 97 ans, son procès en béatification est ouvert en 2008[37].

Récupération politiqueModifier

Très tôt, le pouvoir politique se sent menacé par les « apparitions » se déroulant à Fatima. Philippe Boutry écrit que « les réactions maladroites des autorités civiles donnent à penser que ces manifestations surnaturelles représentent pour elles un danger »[N 26]. Les apparitions de Fátima sont politisées avant même la survenue du « miracle »[B 1]. Le lendemain du phénomène céleste, le des élections municipales ont lieu et voient l'échec du parti au pouvoir avec la victoire de la droite. Puis la prise de pouvoir de Sidónio Pais le 8 décembre de la même année (par un coup d'État), et son élection comme président le qui lui permet d'abolir les lois anticléricales ont été interprétées par certains comme « une conséquence, un résultat », des apparitions Fatima (et de la danse du soleil)[N 27],[B 1]. L'historien ajoute que si « le message de Fatima, tel qu'il est connu en 1917, ne recèle aucune allusion au contexte politique du pays, les catholiques portugais perçoivent dans l'apparition une intervention les rappelant à leur identité, que prétend gommer le régime en place »[B 5].

Le dictateur Salazar qui prend le pouvoir en 1928 « récupère les apparitions dès son accession au pouvoir »[B 1]. Il va apporter une aide multiforme aux promoteurs de Fátima pour des raisons politiques, mais il n'hésitera pas à exiler l'évêque de Porto, lorsque l'épiscopat portugais demandera le rétablissement de certaines libertés démocratiques[B 6]. Gérard de Sède n'hésite pas à résumer la situation en déclarant « l'aide multiforme apportée dès ses débuts par l'Estado Novo aux promoteurs de Fatima n'était pas une aide accordée pour des raisons religieuses aux catholiques en général, mais pour des raisons politiques à une fraction intégriste de la hiérarchie catholique portugaise »[40].

Certains « partisans de Fatima », politiquement de droite, cherchant à « infléchir le message » des apparitions[N 28], vers une lecture politique plutôt que spirituelle et religieuse entraîne une « récupération politique » des apparitions de Fatima et de leur message. L'apparition devenant alors « anticommuniste et anti-soviétique » (soit une apparition « de droite »). Cette relecture politique est renforcée par la publication en 1963, d'un (faux) « troisième secret de Fátima »[N 29] : le texte publié, violemment anti-communiste et anti-soviétique, connaitra une très large diffusion[B 7]. P. Boutry écrit qu'après Vatican II, Fatima et « son message » sont repris par une frange intégriste de l’Église catholique, qui y voit « une apparition anti-conciliaire » justifiant leur propre opposition au pape et au Vatican[B 8].

Critiques et soutiensModifier

 
Foule rassemblée à Fatima le .

Une polémique est apparue concernant les différentes « informations et révélations » données par Lucie, après le décès des autres voyants. Ainsi, certains sont partisans de ne retenir que les événements et informations connues en 1917 (avant le décès de Jacinthe et de François), car les informations postérieures (à ces décès) n'ont pu être confirmées par les autres témoins. D'autres personnes font globalement confiance à Lucie et acceptent toutes les déclarations qu'elle a faites (et rédigées dans ses biographies)[B 9],[N 30]. Bouflet et Boutry indiquent une ligne de partage des « révélations » en « Fatima I » (révélations connues en 1917 et formulées jusqu'en 1922), et « Fatima II » qui concernent les révélations ultérieures (en particulier celles contenu dans le récit publié en 1942, concernant la demande de consécration de la Russie[B 10] et surtout le 3e secret de Fatima)[B 9],[N 31]. Néanmoins, les « spécialistes de Fatima » (comme le père Joaquin M. Alonso ou le père Edouard Dhanis), affirment « qu'il y a des indices positifs qui prouvent historiquement la parfaite convergence des faits et du message entre Fatima-I et Fatima-II »[B 2]. Bouflet et Boutry estiment que « la critique historique des sources a établi de façon définitive l'inanité des contestations »[B 11], et que si Lucie n'a révélé qu'à postériori la « prophétie sur l'imminence d'une nouvelle guerre mondiale », ce n'était que par obéissance à ses supérieurs ecclésiastiques[B 12],[N 32].

Une critique globale est également défendue par certains penseurs comme Gérard de Sède qui publie en 1977 une étude sur les apparitions[41] niant toute manifestation de surnaturel à Fátima. Il considère les « apparitions » comme une supercherie montée de toutes pièces par les familles des voyants et met les « miracles » sur le compte d'une hallucination collective renforcée par des phénomènes naturels[4],[N 33].

Enfin, concernant le « miracle du soleil », certains proposent une autre hypothèse (sans remettre en cause la réalité de l'évènement), et envisagent une autre interprétation : ils estiment qu'il y a parfois une ressemblance de certains éléments de la description du « miracle » avec des témoignages d'apparitions d'OVNI[42].

Influences sur les autres mariophaniesModifier

Bouflet et Boutry écrivent que « Fatima domine l'histoire des mariophanies », « elle est devenue la référence[N 34] obligée de nombreuses manifestations mariales ultérieures »[B 13]. Ils ajoutent que « Fatima marque un tournant dans les mariophanies recensées entre le XIXe siècle », qui est tenu pour un siècle particulièrement riche (en mariophanies), et un XXe siècle qui en compte près de 4 fois plus (soit près de 400 cas d'apparitions dans le monde)[B 14]. Les auteurs précisent que Fatima est « une apparition de rupture dans la suite des mariophanies que certains auteurs commencent à élaborer [...] : ampleur des manifestations, importance des révélations progressives d'éléments longtemps tenus cachés » (par la voyante) ce qui les amène à conclure « dans l'histoire des mariophanies, on est autorisé à parler d'un avant-Fatima et d'un après-Fatima »[B 15]. Cette rupture est comparable (selon eux) à celle marquée, dans l'histoire de l'humanité, par la guerre de 1939-1945. Pour ces auteurs, ce sont les implications historico-ecclésiales du « message de Fatima », qui, « ouvrant à une perspectives sotériologique et eschatologique, et invitant à une lecture mystique des signes des temps », qui confèrent [à Fatima] un dynamisme sans précédent[B 16].

La « danse du soleil » qui clôture les apparitions de Fatima, va devenir un marqueur récurent de multiples « apparitions mariales ». Ainsi Bouflet et Boutry dénombre que sur 140 cas d'apparitions recensées entre 1944 et 1961, près d'un tiers sont réputées avoir présenté une « danse du soleil », et que « de nos jours, presque toutes les manifestations attribuées à la Vierge s'accompagnent de ce signe ». Et ils concluent : le signe solaire devient « l'estampille de l'apparition qui aspire à la reconnaissance officiel de l’Église »[B 17].

Le message de FatimaModifier

Message spirituelModifier

Le « message spirituel » transmis par les voyants (et indiqué comme étant le message transmis par la Vierge) peut être résumé dans les points suivants :

Ces dévotions ne sont pas nouvelles dans l’Église catholique : la récitation quotidienne du Rosaire, ainsi que la prière pour le salut des âmes était déjà (en 1917), une longue pratique dans l’Église. Même la dévotion au Cœur immaculé de Marie existait déjà depuis le XVIIe siècle (dévotion diffusée par Marguerite-Marie Alacoque)[G 9],[B 11].

Cependant Stanley Jaki souligne que les apparitions de Fatima ont provoqué une « évolution dans l'Église catholique » au niveau de la réflexion sur la théologie mariale. L'auteur indique qu'avant 1910 les ouvrages de théologie mariale étaient « étonnement médiocres »[G 47], ce qui ne fut plus le cas dans les décennies suivantes.

Stanley Jaki écrit que le « message de Fatima est non politique dans son essence », mais qu'il « le devient du fait de l'athéisme galopant du monde occidental ». Il ajoute que « de fait », « le message de Fatima transmis dans la littérature » (surtout à l'époque soviétique) a un forte coloration politique[G 48].

Consécration au Cœur Immaculé de MarieModifier

Lors de la troisième apparition, le , la Vierge aurait demandé aux trois pastoureaux, « la consécration de la Russie à son Cœur immaculé ». Cette demande est renouvelée lors d’une apparition à Lucie (seule survivante des trois voyants), le à Tuy. La jeune fille, après autorisation de son confesseur, écrit au Pape Pie XI pour lui transmettre cette demande. Mais le pape n'en tient pas compte[44],[B 10],[N 35]. En 1937, l'évêque de Fatima, Mgr da Silva écrit à son tour au pape pour appuyer cette demande[B 19]. En , Lucie écrit une lettre à Pie XII, dans laquelle elle demande au pape de « daigner étendre et de bénir cette dévotion [au Cœur Immaculé de Marie] dans le monde entier » ainsi que « la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie, avec une mention spéciale de la Russie ». Mgr da Silva appuie sa demande par un courrier qu'il joint à celui de sœur Lucie[26],[B 20].

Le les évêques du Portugal consacrent leur pays au Cœur immaculé de Marie. Ils renouvellent cette consécration 7 ans plus tard[45]. Le cardinal Cerejeira, patriarche de Lisbonne, déclare en 1967 que « si le Portugal a été protégé de la Seconde Guerre mondiale, c'est la conséquence de cette consécration et de la protection mariale sur le pays »[B 21].

Pie XII répond à cette demande, en pleine Seconde Guerre mondiale, le , en consacrant le monde, l’Église, et l'humanité au Cœur Immaculé de Marie[44]. Cette consécration est renouvelée par le pape Jean-Paul II en 1982, puis en 1983 et à nouveau le 25 mars 1984 en union avec tous les évêques du monde. Le pape François consacre à nouveau le monde au Cœur immaculé de Marie le 13 octobre 2013[46].

En 1954, le pape Pie XII, dans sa lettre encyclique sur la « Royauté de la Bienheureuse Vierge Marie et l'institution de la fête » que la nouvelle fête de « Marie Reine » du 31 mars serait l'occasion, chaque année à cette date, de « renouveler ce jour-là la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie. »[47]

Le dimanche , au sanctuaire Notre-Dame du Liban, lors d’une cérémonie solennelle sur la colline de Harissa, le Liban et le Moyen-Orient ont été consacrés au Cœur Immaculé de Marie, en présence de représentants de l’épiscopat libanais, du nonce apostolique Mgr Gabriele Caccia, ainsi que de personnalités politiques (le président libanais Michel Sleiman, le Premier ministre Tammam Salam)[44].

Malgré les multiples consécrations du monde par différents papes, certaines personnes estiment que la « demande de la Vierge de consacrer la Russie à son cœur immaculée » n'a pas été remplie par les autorités de l’Église car c'est le monde qui a été consacré et non spécifiquement la Russie[48],[49]. De son côté, le Cardinal Bertone a indiqué que sœur Lucie « a confirmé personnellement que cet acte solennel et universel de consécration correspondait à ce que voulait Notre Dame » (dans une lettre du 8 novembre 1989 la religieuse déclare : « Oui, cela a été fait, comme Notre Dame l'avait demandé, le 25 mars 1984 » ). C'est pourquoi le Vatican estime que toute discussion, toute nouvelle pétition (sur ce sujet) est sans fondement[18].

Les secrets de FátimaModifier

Article détaillé : Secrets de Fatima.

Lors de la troisième apparition, le , la Vierge aurait révélé un message aux enfants et leur aurait demandé de ne pas le divulguer immédiatement. Jacinthe et Francisco décèdent sans les révéler. Lucie, sur ordre de son confesseur, n'en dit mot aux enquêteurs officiels lorsqu'elle donne le récit des apparitions en 1924[B 3]. L’existence de ces « secrets » est révélée en 1941 : quelque temps avant, l'évêque de Fatima avait demandé à sœur Lucie de réécrire un « récit complet des apparitions de Fatima ». Dans ce nouvel écrit, Lucie raconte les éléments tenus cachés jusqu'ici : la « vision de l'enfer » et la demande « de la consécration de la Russie au Cœur immaculé de Marie » (qui sont appelés les « secrets 1 et 2 »). Elle indique également l'existence d'un « 3e secret » qu'elle dit « ne pas avoir le droit de révéler »[B 11].

La divulgation, en 1942 de « thèmes nouveaux » a créé une vive polémique chez les théologiens[B 11]. L’existence et le contenu du « 3e secret » (non publié) a été l'objet de nombreuses hypothèses et spéculations, jusqu'à sa publication officielle par le Vatican en 2000[50]. En 1963 est publié à Stuttgart le « prétendu contenu » du 3e secret. Ce texte, très politisé (anti-communiste et anti-soviétique) « fourmille d'erreurs historiques qui suffisent à lui ôter tout crédit », connait néanmoins une diffusion « extraordinaire »[B 7] (et ne correspond en rien au texte de la vision diffusée par le Vatican en 2000).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Si les bâtiments des églises sont saisies par le gouvernement (qui s'en déclare propriétaire), l'État n'en interdit néanmoins pas l'accès aux fidèles et aux prêtres.
  2. Le contingent de soldats sur le front de plus de 50 000 hommes pour une population de six millions d'habitants (soit près de 1% de la population du pays). Voir aussi Histoire militaire du Portugal pendant la Première Guerre mondiale.
  3. Certains témoins le qualifieront de « globe lumineux ».
  4. Lucie aura, dans les années 1920, évoqué ces visions à ses supérieurs religieux qui lui auront demandé d'en garder le secret.
  5. C'est la presse « anti-chrétienne » qui se fait la première l'écho des « apparitions de Fatima » et dénonce une « fraude aux miracles » concernant l'annonce du « miracle programmé » pour le 13 octobre.
  6. Il souhaite connaître les secrets que la Vierge Marie a révélés aux enfants et va jusqu'à les menacer de mort pour les faire parler, mais en vain, ils gardent leur secret.
  7. Les journalistes et les témoins ont rapporté la présence de de toutes les classes de la société (paysans, universitaires, et nobles, de croyants, de non-catholiques (protestants et anglicans), de sceptiques et d’athées. Voir Jaki 1999, p. 26,28-29,90,152,209,229,232.
  8. Cette information du retour au pays du contingent portugais est immédiatement publié dans la presse. La guerre finira un an et un mois après cette prédiction. Voir Jaki 1999, p. 149.
  9. L'article du journal Ilustração Portuguesa du 29 octobre 1917, par Alvelino de Almedia, sur le site des archives nationales du Portugal : page 353.
  10. Cet article n'a pas, semble-t-il, été écrit par Alvenio de Almeida, contrairement aux suivants, édités dans le même journal, concernant l'apparition du 13 octobre.
  11. O Mundo, grand quotidien de Lisbonne, considéré comme étant le plus « républicain et anticlérical » d'après S. Jaki.
  12. Un responsable politique de la ville de Ourém (le Senhor Santos), fait arrêter et enfermer les enfants au matin du 13 août, jour de l'apparition. La foule de 5 000 personnes venues à Fatima pour assister à l'événement, une fois prévenue, marche sur la ville de Ourem (2 à 3 h de marche) pour exiger leur libération. Face au scandale (et au risque d'émeute), les politiques libèrent les enfants deux jours plus tard.
  13. Buletino est un petit mensuel catholique régional imprimé à Ourém.
  14. « we began to see a little cloud, very delicate, very white, which stopped for a few moments over the tree, and then rose in the air and disappeared ». (« nous avons commencé à voir un petit nuage, très délicat, très blanc, qui s’est arrêté quelques instants au-dessus de l'arbre, puis s'est élevé dans l’air et a disparu »).
  15. Avelino de Almeida a été considéré par certains auteurs « d'anticlérical » voire de « franc-maçon » du fait que son journal, O Século, avait un positionnement républicain anticlérical, et que lui-même ne se privait pas d'écrire des articles qui pouvaient être très critiques envers le clergé de l’Église catholique, il était donc considéré comme un allié de cette cause. Cependant Stanley Jaki écrit que si l'homme avait « probablement perdu la foi » après avoir fait ses études au séminaire, il n'en restait pas moins un éditorialiste remarquablement libre (Jaki 1999, p. 2), et s'il avait « une tendance nettement anticléricale », il restait cependant respectueux de la foi du peuple, ne critiquant (vertement) que les abus du clergé. S. Jaki juge qu'Almeida a fait preuve d'une grande honnêteté et de professionnalisme dans ses différentes publications (Jaki 1999, p. 12-13).
  16. Le récit qu'il donne des apparitions depuis le mois de mai, relativement factuel, est une première dans la presse grand public à cette date.
  17. Pour le détail sur la « guerre éditoriale », se reporter au chapitre Réactions dans la presse.
  18. L'ouvrage de J. Bouflet et P. Boutry qui recense toutes les apparitions mariales dans le monde depuis le XVIe siècle n'indique qu'une seule apparition au Portugal en 1492 à Cós avant celle de Fatima (voir Bouflet et Boutry 1997, p. 12,447-450), alors qu'en France, uniquement au XIXe siècle, on compte de nombreuses apparitions « majeures » reconnues par l’Église (La Salette, Lourdes, Pontmain, rue du Bac, ...).
  19. Le roi Jean IV de Portugal, en 1646, avait fait don de sa couronne officiellement à Notre-Dame de la Conception (Nossa Senhora da Conceição). Après cette date, aucun roi du Portugal ne portera sur sa tête la couronne royale.
  20. Quelques-uns seront néanmoins présents comme reporté dans certains témoignages. Voir Jaki 1999, p. 238
  21. L'évêque redoutait que le pouvoir civil n'accuse ensuite l’Église catholique d'avoir organisé une mascarade pour duper la foule. D'où sa crainte que des prêtres soient vus dans la foule. Il y en aura tout de même quelques-uns.
  22. Stanley Jaki remarque que ni le rapport initial, ni le rapport final n'abordent le cas du « miracle du soleil ». Voir Jaki 1999, p. 161-162,186.
  23. Chronique sur le pèlerinage du 13 mai ayant rassemblé 300 000 pèlerins. C'est semble-t-il la première référence à Fatima dans cette revue Vaticane.
  24. Lettre pastorale de Mgr da Silva publiée le .
  25. Cette statue est, depuis presque un siècle, la « statue officielle » de Notre-Dame de Fatima.
  26. Il fait référence aux articles de journaux (qui sont proches du parti) qui traitent et relatent l'affaire avec « un ton ironique », mais aussi à la séquestration des voyants par l'administrateur du canton, qui entraîne même un début d'émeute.
  27. « Il est absurde d'attribuer à la Vierge la victoire de la droite aux élections municipale du 14 octobre 1917, puis la venue au pouvoir de Sidonio Pais [...] l'incompétence des gouvernants et l'anarchie ambiante suffisent amplement à justifier une prise de conscience nationale. ». Voir Bouflet et Boutry 1997, p. 216.
  28. En particulier la « vision des enfants » de l'enfer, et la demande de la consécration de la Russie soviétique au Cœur immaculé de Marie.
  29. Ce « troisième secret », a été officiellement publié par le Vatican, en l'an 2000. Il ne correspond en rien au texte publié en 1963. À cette date, le texte (officiel) n'était connu (officiellement) que de son auteur. Mais son existence avait été annoncée officiellement, ouvrant la porte à « de fausses versions du secret ». Voir l'article Secrets de Fátima.
  30. Nous pouvons citer pour l'exemple le père jésuite Edouard Dhanis ou l'abbé René Laurentin. Voir Joseph de Belfont, Mystères et vérités cachés du troisième secret de Fatima, Fernand Lanore, (lire en ligne), p. 110.
  31. Comme le père Jean Cardonnel, dominicain, qui réfute absolument l'authenticité du troisième secret de Fatima. VoirJean Cardonnel, « Le faux troisième secret de Fatima », Le Monde,‎ .
  32. De même, certains théologiens ont relevé que « la révélation tardive des secrets » (vision de l'enfer, demande de consécration de la Russie) était due au fait que « la religieuse était tenue au silence par obéissance ». Voir Bouflet et Boutry 1997, p. 228.
  33. Stanley Jaki épingle Gérard de Sède dans son enquête sur Fatima, lui reprochant « ses manipulations des déclaration des témoins », ne « retenant que ceux qu'il trouve favorables à sa position », mais aussi en donnant une citation inédite d'un homme, déjà décédé au moment où lui-même a fait son enquête sur les apparitions de Fatima, et dont le journaliste ne donne aucune information sur la façon où lui-même a pu obtenir cette « citation inédite » (clé de sa démonstration. Voir Jaki 1999, p. 321-322.
  34. Bouflet et Boutry ajoutent que « la plupart des apparitions postérieures y chercheront une référence, après avoir récupéré - souvent sur le mode du plagiat - des éléments formels du phénomène appréhendé en 1917 dans ses aspects sensationnels, notamment le miracle du soleil ».
  35. Une autre portugaise, Alexandrina de Balazar, a répété cette même demande au pape Pie XI en 1936.

RéférencesModifier

  1. a et b Jacques Marcadé, Le Portugal au XXe siècle : 1910-1985, Presses Universitaires de France, coll. « L'historien », , 240 p. (ISBN 978-2130417415).
  2. Jean-Louis Philippart, « L'entrée du Portugal dans la Grande Guerre », sur Grande Guerre, grande-guerre.fr (consulté le 2 septembre 2016).
  3. Yves Chiron, Fatima : Vérités et légendes, Artège Editions, , p. 11.
  4. a et b [PDF] Gérard de Sède, « Résumé des thèses de Gérard de Sède », webnietzsche.fr (consulté le 2 septembre 2016).
  5. « Chronologie », sur Sanctuaire de Fatima, fatima.santuario-fatima.pt (consulté le 2 septembre 2016).
  6. a et b Chiron 2007, p. 245.
  7. Marie-Gabrielle Lemaire, Les apparitions mariales, Namur, Éditions Fidélité, coll. « Que penser de… ? », , 133 p. (ISBN 9782873563882), p. 74-75.
  8. Lemaire 2008, p. 75.
  9. a et b Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Paris, Perrin, , 432 p. (ISBN 978-2-262-02733-9), p. 246.
  10. Lemaire 2008, p. 75-76.
  11. a b et c Chiron 2007, p. 247.
  12. Lemaire 2008, p. 76.
  13. Lemaire 2008, p. 76-77.
  14. Chiron 2007, p. 248.
  15. a et b Chiron 2007, p. 249.
  16. a et b Chiron 2007, p. 250.
  17. a et b Lemaire 2008, p. 77.
  18. a et b Tarcisio Bertone, « Le message de Fatima », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 2 septembre 2016).
  19. Chiron 2007, p. 248-249.
  20. (pt) António Augusto Borelli Machado, As aparições e a mensagem de Fátima nos manuscritos da Irmã Lúcia, , 23e éd. (ISBN 972-95919-0-3), p. 52-53.
  21. Chiron 2007, p. 254.
  22. Lemaire 2008, p. 79.
  23. a et b Lemaire 2008, p. 78.
  24. Cet article a été numérisé et mis en ligne sur le site (pt) « Fátima - O milagre do sol », sur Scribd, scribd.com (consulté le 9 septembre 2016).
  25. António Augusto Borelli Machado 1998, p. 59-66.
  26. a b et c « Chronologie », sur Sanctuaire de fatima, fatima.santuario-fatima.pt (consulté le 2 septembre 2016).
  27. Les articles du 13 et du 15 octobre sont disponibles en ligne, et traduits en français sur le site fatima100.
  28. « EUROPE / PORTUGAL - 150° anniversaire du Dogme de l’Immaculée Conception - Le 8 décembre, la remise de la « Rose d’Or » donnée par le Souverain Pontife au Sanctuaire de Sameiro : du sanctuaire de Notre-Dame de Fatima au Portugal », Agence Fides,‎ (lire en ligne).
  29. « Visitez Vila Viçosa », sur Visit Portugal, visitportugal2.blogspot.fr (consulté le 1er mars 2016).
  30. Lemaire 2008, p. 83.
  31. Joachim Bouflet, Fatima. 1917-2017, Éditions du Cerf, , 192 p. (ISBN 9782204124140, lire en ligne).
  32. Jean-François de Louvencourt, François et Jacinthe de Fatima : Deux petites étoiles de lumière dans la nuit du monde, Éditions de l'Emmanuel, , 624 p. (ISBN 978-2353890965, lire en ligne), p. 300.
  33. « Couronnes de la statue de Notre-Dame de Fátima à la Chapelle des apparitions », sur Leitão & Irmão Joalheiros, 100anosdefatima.com (consulté le 2 septembre 2016).
  34. (pt) « Lugares das aparições », sur Santuário de Fátima, fatima.pt (consulté le 5 septembre 2016).
  35. (pt) « Lugares de memória e cultura », sur Santuário de Fátima, fatima.pt (consulté le 5 septembre 2016).
  36. (pt) « Lugares de culto e oração », sur Santuário de Fátima, fatima.pt (consulté le 5 septembre 2016).
  37. a et b Lemaire 2008, p. 84.
  38. Deux petits bergers de Fatima seront canonisés le 13 mai lors du voyage du Pape.
  39. a b et c « Les voyants : Lucia dos Santos », sur Notre Dame de Fatima, fatima.be (consulté le 2 septembre 2016).
  40. de Sède 1977, p. 162-163.
  41. Gérard de Sède, Fatima, enquête sur une imposture, Paris, Alain Moreau, , p. 162-163.
  42. Comme ceux rapportés par Jacques Vallée dans (en) Jacques Vallée, Dimensions, A Casebook of Alien Contact, Ballantine Books, , 295 p. (ISBN 0-345-36002-8), p. 216 (témoignages numéros 321 et 292).
  43. (pt) Soeur Lucie, Fatima, Documentos, Porto, , 538 p., p. 401. Cité dans Bouflet et Boutry 1997, p. 220-221.
  44. a b et c Hélène Ginabat, « Le pape François va consacrer le monde au Cœur immaculé de Marie », Zénit,‎ (lire en ligne).
  45. Yves de Lassus, « Lettre de liaison n° 16 - 28 novembre 2015 », sur Centenaire des apparitions de Fatima, fatima100.fr, (consulté le 29 mars 2019).
  46. Sébastien Antoni, « Les papes consacrent le monde au Cœur Immaculé de Marie », La Croix,‎ (lire en ligne).
  47. Pie XII, « Lettre encyclique de sa Sainteté Pie XII sur la Royauté de la Bienheureuse Vierge Marie et l'institution de sa fête », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 6 septembre 2016).
  48. Abbé Fabrice Delestre, « La consécration de la Russie au CIM : réponses à quelques questions », sur Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, laportelatine.org (consulté le 6 septembre 2016).
  49. La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X est en rupture avec les autorités du Vatican depuis 1975, et ne fait donc pas partie de l’Église catholique. Les différentes tentatives de rapprochement ont toutes échoué, jusqu'à ce jour.
  50. Tarcisio Bertone, « Le Message de Fatima », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 26 mars 2019).
  1. a et b Jaki 1999, p. 17 et 38 (note 12).
  2. a et b Jaki 1999, p. 68-69.
  3. a et b Jaki 1999, p. 62-63.
  4. a et b Jaki 1999, p. 88-89.
  5. a et b Jaki 1999, p. 235.
  6. a et b Jaki 1999, p. 155.
  7. a b c d e f g h et i Jaki 1999, p. 16-19.
  8. Jaki 1999, p. 128,188.
  9. a b c et d Jaki 1999, p. 14-15.
  10. Jaki 1999, p. 18-19,150.
  11. Jaki 1999, p. 29-30.
  12. Jaki 1999, p. 26-32,237.
  13. Jaki 1999, p. 181.
  14. a et b Jaki 1999, p. 132-133.
  15. Jaki 1999, p. 54,107-108.
  16. Jaki 1999, p. 24-37,151-178,202-230.
  17. Jaki 1999, p. 346-350.
  18. Jaki 1999, p. 86-87,152-153,161.
  19. Jaki 1999, p. 34,48,54,126-127.
  20. Jaki 1999, p. 54,107-108.
  21. Jaki 1999, p. 20-27.
  22. Jaki 1999, p. 36-37,99,102-103.
  23. Jaki 1999.
  24. Jaki 1999, p. 17-18.
  25. Jaki 1999, p. 19-20,45.
  26. Jaki 1999, p. 9,14,45.
  27. Jaki 1999, p. 20-24.
  28. Jaki 1999, p. 36-37,47-48.
  29. Jaki 1999, p. 46-89.
  30. Jaki 1999, p. 28-29.
  31. Jaki 1999, p. 26-27.
  32. Jaki 1999, p. 36-37,102-103.
  33. Jaki 1999, p. 237.
  34. a b et c Jaki 1999, p. 156-158.
  35. Jaki 1999, p. 273.
  36. a et b Jaki 1999, p. 192.
  37. Jaki 1999, p. 360.
  38. Jaki 1999, p. 152-153.
  39. Jaki 1999, p. 106-107.
  40. Jaki 1999, p. 161-162.
  41. Jaki 1999, p. 186.
  42. Jaki 1999, p. 176.
  43. Jaki 1999, p. 182-183.
  44. Jaki 1999, p. 186,197.
  45. Jaki 1999, p. 157,216.
  46. Jaki 1999, p. 177.
  47. Jaki 1999, p. 365.
  48. Jaki 1999, p. 277-278.
  1. a b c d e f g et h Bouflet et Boutry 1997, p. 216.
  2. a et b Bouflet et Boutry 1997, p. 212-213.
  3. a b c et d Bouflet et Boutry 1997, p. 218-219.
  4. a b et c Bouflet et Boutry 1997, p. 214-215.
  5. Bouflet et Boutry 1997, p. 261-262.
  6. Bouflet et Boutry 1997, p. 217.
  7. a et b Bouflet et Boutry 1997, p. 228-230.
  8. Bouflet et Boutry 1997, p. 228.
  9. a et b Bouflet et Boutry 1997, p. 209-211.
  10. a et b Bouflet et Boutry 1997, p. 221-222.
  11. a b c et d Bouflet et Boutry 1997, p. 227-228 et note de bas de page.
  12. Bouflet et Boutry 1997, p. 224,230.
  13. Bouflet et Boutry 1997, p. 209.
  14. Bouflet et Boutry 1997, p. 205.
  15. Bouflet et Boutry 1997, p. 206.
  16. Bouflet et Boutry 1997, p. 300-301.
  17. Bouflet et Boutry 1997, p. 310-311.
  18. Bouflet et Boutry 1997, p. 220-221.
  19. Bouflet et Boutry 1997, p. 223-224.
  20. Bouflet et Boutry 1997, p. 225-227.
  21. Bouflet et Boutry 1997, p. 225.

AnnexesModifier

Articles liésModifier

BibliographieModifier

La bibliographie sur le sujet est très importante (plusieurs centaines de titre en plusieurs langues « à forte valeur inégale »). Voir par exemple sur Bouflet et Boutry 1997, p. 462-463.

études scientifique 
  • (it) Pio Scatizzi, Fatima all'analisi dela fede e della scienza, Rome, Colleti, , 222 p. (OCLC 797925111).
  • (pt) Costa Brochado, Fátima à luz da história, Lisbonne, Portugália Ed., , 411 p. (OCLC 22292896).
  • (en) Cyril Charlie Martindale, The Meaning of Fatima, New-York, Kenedy, , 183 p. (OCLC 1954947).
  • (en) Brochardo Costa et George C. A. Boehrer, Fatima in the light of History, Milwaukee, Bruce Publishing Company, , 424 p. (OCLC 1377904).
  •   (en) Stanley L. Jaki, God and the sun at Fatima, USA, Real View Books, , 382 p. (OCLC 42267032, ASIN B0006R7UJ6).
autres ouvrages 
  •   Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2246-520511).
  •   Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Paris, Perrin, , 432 p. (ISBN 978-2-262-02733-9).
  •   Marie-Gabrielle Lemaire, Les apparitions mariales, Namur, Éditions Fidélité, coll. « Que penser de… ? », , 133 p. (ISBN 9782873563882).
  • Bernard Balayn, Les grandes heures de Fatima : Du pape Benoît XV à François - Le centenaire : 1916-2017, Hauteville, Suisse, Éditions du Parvis, , 720 p. (ISBN 9782880224059).
  • Carmel de Coimbra, Un chemin sous le regard de Marie : Biographie de Sœur Lucie de Fatima, Hauteville, Suisse, Éditions du Parvis, , 592 p. (ISBN 9782880224073).
  • Sœur Lucie, Le message de Fatima : Comment je vois le message à travers le temps et les événements, Fátima, Portugal, Secretariado dos Pastorinhos, , 64 p. (ISBN 9789728524685).
  • Sœur Lucie, Mémoires de Sœur Lucie : Textes édités par le Père Louis Kondor, SV, Fátima, Portugal, Secretariado dos Pastorinhos, (ISBN 978-972-8524-25-8).
  • Sœur Lucie, Appels du message de Fatima, Fátima, Portugal, Secretariado dos Pastorinhos, , 320 p. (ISBN 978-972-8524-36-4).
  • Bernard Balayn, Fatima : Au seuil du Triomphe ?, Hauteville, Suisse, Éditions du Parvis, , 272 p. (ISBN 9782880222703).
  • Bernard Balayn, Fatima - Message extraordinaire pour notre temps : Vers le triomphe des deux très saints Coeurs, Paris, France, Éditions Téqui, , 576 p. (ISBN 9782852449909).
  • Père J. C. Castelbranco, Le Prodige inouï de Fatima, Paris, France, Éditions Téqui, 260 p. (ISBN 9782740302583).
  • Sebastian Labo, L'attentat contre le Pape à la lumière de Fatima et à l'ombre de la Révolution d'Octobre 1917 : numéro d'édition=, Hauteville, Suisse, Editions du Parvis, , 268 p. (ISBN 9782880221775).
  • Carlos Evaristo, Fatima : sœur Lucia témoigne, Chalet, coll. « Spiritualité », , 117 p. (ISBN 978-2702305041).
  • Louis Picard, Photos des miracles de Notre-Dame de Fatima, Le Jardin des Livres, coll. « Intemporel », , 199 p. (ISBN 978-2914569934).
  • Daniel Costelle, Apparitions à Fatima (Témoignage, document), Presses du Châtelet, , 256 p..
  • Antonio Augusto Borelli Machado et Guillaume Babinet, Fatima, message de tragédie ou d'espérance ?, Société française pour la défense de la tradition, , 93 p..
  • J. De Marchi, Témoignages sur les apparitions de fatima, Missoes consolata, , 324 p..
  • Chanoine C. Barthas, Les apparitions de fatima : le livre chrétien, Fayard, .
  • C. Barthas, Fatima 1917-1968 : Histoire complète des apparitions et de leurs suites, Toulouse, Fatima-Edition, , 396 p..
  • Patrick Sandrin, À Ciel ouvert : Apparitions de la rue du Bac, La Salette, Lourdes et Fatima - Nouvelle approche au regard de la Bible et de l'Histoire, Éditions des Béatitudes, , 331 p..
  • Icilio Felici, Fatima, Clovis, , 174 p. (ISBN 978-2912642356).
  • Yves Chiron, Fatima : Vérités et légendes, Artège Éditions, , 248 p. (ISBN 979-1033603016, lire en ligne).

Liens externesModifier