Hervé Gosselin

évêque français

Hervé Gosselin
Image illustrative de l’article Hervé Gosselin
Biographie
Nom de naissance Hervé Marie Michel Gosselin
Naissance (66 ans)
Nantes (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale
par Pascal Wintzer
Évêque d'Angoulême
Depuis le

Blason
« Car rien n'est impossible à Dieu » (Lc 1,37)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Hervé Gosselin, né le à Nantes, est un prélat catholique français, membre des Foyers de Charité, il est l'évêque d'Angoulême depuis novembre 2015.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Hervé Gosselin est le fils de Jean-Pierre Gosselin et de Bernadette Goubault. Durant sa jeunesse, Hervé Gosselin suit des études de médecine à la Faculté de sa ville natale de Nantes. Celles-ci terminées, il exerce comme praticien, d'abord à l'institut Pasteur à Cayenne en Guyane, puis à Haute-Goulaine[1].

Prêtrise et Foyer de charité de TressaintModifier

Il entre au foyer de Charité de Tressaint en 1988 et au grand séminaire de Rennes l'année suivante. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Rennes en 1994 ; il est envoyé comme vicaire dans la paroisse Sainte-Thérèse de Rennes de 1996 à 1999 ; de 1997 à 2007, il est aumônier de la maison d'arrêt de Rennes. En parallèle, il poursuit une formation au séminaire des Carmes et à l’Institut catholique de Paris où il obtient une licence en théologie morale ; de 1993 à 2003, il est professeur de théologie morale puis directeur spirituel au séminaire de Rennes de 1999 à 2003[1].

En 2003, il est nommé responsable du Foyer de Charité de Tressaint ; de 2004 à 2015, il est membre du Conseil central des Foyers de Charité[1] et était pressenti pour devenir en 2016 responsable de l’œuvre internationale des Foyers de Charité.

Épiscopat à AngoulèmeModifier

Le , François le nomme évêque d'Angoulême[2]. Il est ordonné le à l'Espace Carat d'Angoulême par les évêques Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, son diocèse d'origine, et Claude Dagens, son prédécesseur à Angoulême [3].

Un an après son arrivée, les médias locaux perçoivent un changement de ligne entre lui et son prédécesseur. En effet Mgr Gosselin s'intéresse beaucoup plus à la communication[4] et suit de près les finances de son diocèse, situation financière qu'il juge préoccupante, il appelle alors à « une participation accrue des chrétiens aux dépenses de fonctionnement qui sont nécessaires »[5]. Il n'hésite pas à se rendre dans les paroisses les plus reculées de son diocèse, et décide d'organiser un « Festi'jeunes » (journées charentaises de la jeunesse) pour où plus d'un millier de jeunes sont attendus[4],[6].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Mgr Hervé Gosselin, nouvel évêque d’Angoulême », La Croix,‎ (lire en ligne).
  2. « Religion. Mgr Gosselin, évêque d’Angoulême, est né à Nantes », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  3. Dossier de presse - Ordination de Mgr Hervé Gosselin
  4. a et b Benoît Caurette, « L’évêque d’Angoulême fait sa place », sur charentelibre.fr, (consulté le )
  5. Olivier Sarazin, « L’évêque d’Angoulême juge les finances de son diocèse "préoccupantes" », sur sudouest.fr, (consulté le )
  6. Olivier Sarazin, « Barbezieux : un festival chrétien aura lieu début mai », sur sudouest.fr, (consulté le )