Archidiocèse de Québec

archidiocèse catholique au Canada

Archidiocèse de Québec
(la) Archidioecesis Quebecensis
Image illustrative de l’article Archidiocèse de Québec
La basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec
La basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec
Informations générales
Pays Drapeau du Canada Canada
Archevêque Gérald Cyprien Lacroix
Superficie 359 180 km2
Création du diocèse 1674
Élévation au rang d'archidiocèse 1819
Diocèses suffragants Chicoutimi
Sainte-Anne-de-la-Pocatière
Trois-Rivières
Adresse 1073 Boul. René-Lévesque Ouest
Québec, G1S 4R5
Site web Consulter
Statistiques
Population 1 149 301 hab.
Population catholique 917 045 fidèles
Pourcentage de catholiques 93,6 %
Nombre de paroisses 227
Nombre de prêtres 846
Nombre de religieux 734
Nombre de religieuses 3 282
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

L'archidiocèse de Québec est un archidiocèse métropolitain de l'Église catholique au Québec au Canada. Fondé en 1674 par Mgr François de Laval, il s'agit du premier évêché fondé dans le Nouveau Monde au nord du Mexique. À son apogée de superficie, il couvrait la majorité de l'Amérique du Nord. Son siège est la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec. L'archevêque de Québec, qui est, depuis 2011, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, porte le titre honorifique de primat du Canada.

DescriptionModifier

L'archidiocèse de Québec est l'une des 21 juridictions de l'Église catholique au Québec au Canada. Son siège épiscopal est la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec qui est une basilique mineure depuis le [1],[2]. Par contre, les services diocésains sont situés au 1073, boulevard René-Lévesque Ouest[3]. Depuis 2011, son archevêque est le cardinal Gérald Cyprien Lacroix[1],[4] Il est assisté par deux évêques auxiliaires, Marc Pelchat et Martin Laliberté[1],[4].

Le territoire de l'archidiocèse de Québec actuel s'étend sur une superficie de 35 180 km2 couvrant approximativement les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, à l'exception des MRC de Montmagny et de L'Islet[1],[4]. Il est contigu au diocèse de Nicolet au sud-ouest, au diocèse de Trois-Rivières à l'ouest, au diocèse de Chicoutimi au nord, au diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière à l'est, au diocèse de Portland au Maine au sud-est et à l'archidiocèse de Sherbrooke au sud[1]. En 2021, l'archidiocèse de Québec comprend plus de 260 églises[1].

L'archidiocèse de Québec est le métropolitain de la province ecclésiastique de Québec et trois diocèses lui sont suffragants : les diocèses de Chicoutimi, de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et de Trois-Rivières[1],[4].

En plus de sa cathédrale qui est une basilique mineure depuis le , l'archidiocèse de Québec comprend une autre basilique mineure, la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré de Sainte-Anne-de-Beaupré depuis le [1],[2],[5].

HistoireModifier

Nouvelle-FranceModifier

 
L'archevêché de Québec et des ruines autour, tels qu'on peut les voir en montant de la basse-ville en 1759

Le , le pape Alexandre VII établit le vicariat apostolique de la Nouvelle-France dont le siège est situé à Québec qui avait été fondé quelques décennies auparavant. Avant cela, ce territoire faisait partie de l'archidiocèse de Rouen en France[1]. François de Laval fut nommé comme vicaire apostolique[1],<[4],[6]. En 1663, ce dernier fonde le séminaire de Québec.

Alors que la population de la Nouvelle-France est en croissance, le pape Clément X, le , élève le vicariat apostolique au rang de diocèse sous le nom de « diocèse de Québec » et Mgr de Laval devint le premier évêque[1],[4],[6]. Ce nouveau diocèse dépend directement du Saint-Siège.

À son apogée, en 1712, le territoire du diocèse de Québec couvre l'ensemble du continent nord-américain jusqu'au golfe du Mexique, à l'exception des colonies britanniques de la Nouvelle-Angleterre et des colonies espagnoles de la Floride, du Mexique et de la Californie.

Règne britanniqueModifier

 
Mgr Jean-Olivier Briand, premier évêque de Québec consacré après la guerre de Sept Ans et le Traité de Paris de 1763

La guerre de Sept Ans et le Traité de Paris de 1763 font passer le territoire du diocèse sous l'autorité d'un souverain non catholique. D'autre part, la Louisiane, restée française, passe sous l'autorité du diocèse de Santiago de Cuba.[réf. nécessaire]

Sous le règne britannique, la population du diocèse de Québec subit une discrimination par rapport à leur foi catholique puisque les gens qui veulent occuper une position au sein de l'Empire britannique doivent porter le Serment du Test qui inclut de renier leur foi. Ainsi, Il y a une vacance de dix ans du siège épiscopal avant que Mgr Jean-Olivier Briand puisse se faire consacrer à Paris en 1766[1],[4],[7]. En 1774, le Parlement britannique adopte l'acte de Québec qui permet au Québec à l'Église catholique de collecter la dîme des entreprises et des propriétés catholiques.

Le , la préfecture apostolique de Terre-Neuve, de nos jours l'archidiocèse de Saint-Jean, est créé. Bien que Terre-Neuve faisait officiellement partie du vicariat apostolique du district de Londres, de nos jours l'archidiocèse de Westminster, celle-ci était gérée, dans les faits, par le diocèse de Québec[4]. Le , le diocèse de Québec est amputé d'une partie de son territoire lors de l'érection du vicariat apostolique de la Nouvelle-Écosse, de nos jours l'archidiocèse de Halifax-Yarmouth, et à nouveau, le , lors de l'érection du vicariat apostolique du Haut-Canada, de nos jours l'archidiocèse de Kingston[4].


Le , par le bref In summa Apostolatus, le pape Pie VII éleve le diocèse de QUébec au rang d'archidiocèse[4],[8]. Par la suite, l'archidiocèse de Québec continue de perdre des parties de son territoire au fil des érections du nouveaux diocèses : le diocèse de Charlottetown le , le diocèse de Montréal le , le vicariat apostolique du Territoire de l'Oregon, de nos jours l'archidiocèse de Portland, le et le vicariat apostolique du Nord-Ouest, de nos jours l'archidiocèse de Saint-Boniface, le [4].

Le , par le bref Cum per similes, le pape Grégoire XVI élève l'archidiocèse au rang de siège métropolitain[4],[9]. Le , l'archidiocèse de Québec perd à nouveau du territoire lors de l'érection des diocèses de Saint-Hyacinthe et de Trois-Rivières[4].

Depuis la confédérationModifier

 
Incendie de la cathédrale Notre-Dame de Québec le

L'archidiocèse de Québec perd à nouveau des parties de son territoire lors d'érections de nouveaux diocèses : le diocèse de Rimouski le , le diocèse de Sherbrooke le et le diocèse de Chicoutimi le [4]. En 1886, Mgr Elzéar-Alexandre Taschereau devint le premier archevêque de Québec à être élevé au titre de cardinal. Le , l'archidiocèse de Québec perd pour la dernière fois une partie de son territoire lors de l'érection du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière[4].

Sous le pontificat de Pie XII, par le décret Sollicitae Romanis Pontificibus du , la Sacrée Congrégation consistoriale confère le titre honorifique de siège primatial du Canada à l'archidiocèse métropolitain de Québec[10].

OrdinairesModifier

 
Saint François de Laval, premier évêque de Québec
 
Marc Ouellet, archevêque de Québec de 2002 à 2010
Évêques et archevêques de Québec[1],[4]
# Nom Dates
1 Saint François de Laval de Montmorency - (était le vicaire apostolique depuis le )
2 Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier -
3 Louis-François Duplessis de Mornay -
4 Pierre-Herman Dosquet -
5 François-Louis de Pourroy de Lauberivière -
6 Henri-Marie Dubreil de Pontbriand -
7 Jean-Olivier Briand -
8 Louis-Philippe-François Mariauchau d'Esgly -
9 Jean-François Hubert -
10 Pierre Denaut -
11 Joseph-Octave Plessis -
12 Bernard-Claude Panet -
13 Joseph Signay -
14 Pierre-Flavien Turgeon -
15 Charles-François Baillargeon -
16 Elzéar-Alexandre Taschereau -
17 Louis-Nazaire Bégin -
18 Paul-Eugène Roy -
19 Félix-Raymond-Marie Rouleau -
20 Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve -
21 Maurice Roy -
22 Louis-Albert Vachon -
23 Maurice Couture -
24 Marc Armand Ouellet -
25 Gérald Cyprien Lacroix Depuis le
Administrateurs apostoliques de Québec[4]
Nom Dates
Charles-François Baillargeon -
Évêques coadjuteurs de Québec[4]
Nom Dates
Louis-François Du Plessis de Mornay -
Pierre-Herman Dosquet -
Louis-Philippe-François Mariauchau d'Esgly -
Jean-François Hubert -
Charles-François Bailly de Messein -
Pierre Denaut -
Joseph-Octave Plessis -
Bernard-Claude Panet -
Charles-François Baillargeon -
Joseph Signay -
Pierre-Flavien Turgeon -
Louis Nazaire Bégin -
Évêques auxiliaires de Québec[4]
Nom Dates
Pierre-Herman Dosquet -
Aeneas Bernard MacEachern -
Jean-Jacques Lartigue -
Joseph Norbert Provencher -
Paul-Eugène Roy -
Joseph Alfred Langlois -
Joseph-Omer Plante -
Georges Léon Pelletier -
Charles-Omer Garant -
Lionel Audet -
Laurent Noël -
Louis-Albert Vachon -
Jean-Paul Labrie -
Maurice Couture -
Marc Leclerc -
Joseph Paul Pierre Morissette -
Clément Fecteau -
Eugène Tremblay -
Jean-Pierre Blais -
Jean Gagnon -
Pierre-André Fournier -
Gilles Lemay -
Gérald Cyprien Lacroix -
Paul Lortie -
Denis Grondin -
Gaétan Proulx -
Louis Corriveau -
Marc Pelchat Depuis le
Martin Laliberté Depuis le

PatrimoineModifier

En plus de ces deux basiliques mineures, la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec et la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, qui présentent un important intérêt patrimonial, l'archidiocèse de Québec comprend quatre édifices qui font partie du site du patrimoine mondial du Vieux-Québec : la chapelle des Jésuites, la chapelle des Ursulines de Québec, l'église Notre-Dame-des-Victoires et le monastères des Augustines[1],[2],[5],[11],[12],[13],[14].

ArchivesModifier

Les archives de l'archidiocèse de Québec sont situées au 3, rue de la Vieille-Université[15]. Un fonds d'archives de l'archidiocèse de Québec est également conservé au centre d'archives de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[16].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m et n (en) « Metropolitan Archdiocese of Québec », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  2. a b et c (en) « Basilique-Cathédrale Notre-Dame-de-Québec », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  3. ecdq.org
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s (en) « Archdiocese of Québec », sur Catholic-Hierarchy (consulté le 16 janvier 2021).
  5. a et b (en) « Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  6. a et b (en) « Bishop St. François de Laval de Montmorency », sur Catholic-Hierarchy (consulté le 17 janvier 2021).
  7. (en) « Bishop Jean-Olivier Briand », sur Catholic-Hierarchy (consulté le 17 janvier 2021).
  8. (la) Le bref In summo Apostolatus du 12 janvier 1819, dans Bullarii Romani continuatio, t. VII, part. 2, Prato, 1852, pp. 1877-1878 (consulté le 12 novembre 2013)
  9. (la) Le bref Cum per similes du 12 juillet 1844, dans Raffaele de Martinis, Iuris pontificii de propaganda fide, part. 1, t. V, Rome, 1893, p. 342 (consulté le 12 novembre 2013)
  10. (la) Le décret Sollicitae Romanis Pontificibus du 24 janvier 1956, dans Mandements, lettres pastorales et circulaires des évêques de Québec, vol. XVIII : Son Éminence le Cardinal Maurice Roy (1955-1966), Québec, Chancellerie de l'archevêché, 1967, pp. 44-46, suivi de la traduction en français du décret, op. cit., pp. 47-48 (consulté le 12 novembre 2013)
  11. (en) « Chapelle des Jésuites », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  12. (en) « Chapelle des Ursulines de Québec », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  13. (en) « Église Notre-Dame-des-Victoires », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  14. (en) « Monastère des Augustines », sur GCatholic.org (consulté le 16 janvier 2021).
  15. archivesacrq.org
  16. Fonds Archidiocèse de Québec (P332) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier