Avessac

commune française du département de la Loire-Atlantique

Avessac
Avessac
Vue d'Avessac et de la vallée de la Vilaine depuis Notre Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Intercommunalité Redon Agglomération
Maire
Mandat
Hubert Du Plessis
2020-2026
Code postal 44460
Code commune 44007
Démographie
Gentilé Avessacais
Population
municipale
2 468 hab. (2018 en diminution de 2,91 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 15″ nord, 1° 59′ 18″ ouest
Altitude 76 m
Min. 0 m
Max. 81 m
Superficie 76,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Redon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontchâteau
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Avessac
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Avessac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avessac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avessac
Liens
Site web mairie-avessac.fr

Avessac (Aveczac, Aveçà en gallo ; Avezeg ou encore Plouzewi en breton[Note 1]) est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

GéographieModifier

 
Situation de la commune d'Avessac dans le département de la Loire-Atlantique.

Avessac se situe à 72 km à l'est de Vannes, 74 km au sud de Rennes et à 80 km au nord de Nantes.

Les communes limitrophes à Avessac sont Saint-Nicolas-de-Redon, Fégréac, Plessé, Guémené-Penfao, Massérac en Loire-Atlantique et Sainte-Marie en Ille-et-Vilaine.

La Vilaine coule en limite nord de la commune.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Avessac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Redon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,2 %), zones agricoles hétérogènes (29 %), prairies (16,9 %), forêts (6,8 %), zones urbanisées (1,1 %), zones humides intérieures (0,6 %), eaux continentales[Note 4] (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Auesiaca en 836[8], Avizac en 861, Plebs Daviciaca en 869, Auzaca en 892[9], Pleb Avizac au IXe siècle, Aveçac en 1237, Aussac en 1630[9].

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman en -(i)acum, dont le premier élément représente le nom de personne latin Avicius, nom porté par un autochtone.

Avezeg en breton[9]. Avessac possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale, écrit Aveczac selon l'écriture ELG ou Aveça selon l'écriture MOGA. En gallo, le nom de la commune se prononce [a.və.sa][10],[11].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002 % Jacques Chirac RPR % Jean-Marie Le Pen FN indisponible %
2007 49,4 % Nicolas Sarkozy UMP 50,6 % Ségolène Royal PS 87,26 % [12]
2012 54,69 % François Hollande PS 45,31 % Nicolas Sarkozy UMP 85,86 % [13]
2017 64,79 % Emmanuel Macron EM 33,21 % Marine Le Pen FN 82,34 % [14]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Avessac est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Avessac est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 % % indisponible %
2007 55,75 % Christophe Priou UMP 44,25 % Adeline L'Honen PS 62,33 % [15]
Après 2010, Avessac est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 54,87 % Yves Daniel Yves Daniel 45,13 % Michel Hunault UMP 59,92 % [16]
2017 64,60 % Yves Daniel LREM 35,40 % Alain Hunault LR 42,31 % [17]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 % % indisponible %
2009 26,38 % Christophe Béchu UMP 17,21 % Yannick Jadot EELV 42,27 % [18]
2014 21,78 % Marine Le Pen FN 18,22 % Alain Cadec UMP 43,92 % [19]
2019 % % % [20]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 53,65 % Jacques Auxiette PS 46,35 % François Fillon UMP 62,07 % [21]
2010 58,08 % Jacques Auxiette PS 41,92 % Christophe Béchu UMP 51,62 % [22]
2015 35,98 % Bruno Retailleau LR 40,80 % Christophe Clergeau PS 58,74 % [23]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Avessac est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2001 % % indisponible %
2004 % % indisponible %
2008 78,19 % Yvon Mahé
élu au premier tour
PS 18,29 % Pascal Roger UMP 72,76 % [24]
2011 % % indisponible %
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élus Battus Participation
Avessac est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2015 50,54 % Danielle Cornet et Bernard Lebeau DVG 49,46 % Bernard Clouet et Dominique Fraslin Union de la droite 47,75 % [25]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 % (51,04 %) % (48,96 %) indisponible %
2000 78,90 % (73,21 %) 21,10 % (26,79 %) 33,81 % [26]
2005 44,86 % (45,33 %) 55,14 % (54,67 %) 73,14 % [27]


Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Robert Bougouin    
mars 2008 décembre 2009 Bernard Delannée   artisan retraité
décembre 2009 mai 2020 Alain Bougouin[Note 5] DVG enseignant en lycée agricole
mai 2020 En cours Hubert Du Plessis    
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

Cette commune est jumelée avec Saint-Martin-d'Ablois, Marne (51), Champagne-Ardenne, France.

DémographieModifier

Selon le classement établi par l'Insee, Avessac est une commune multi polarisée. Elle fait partie de la zone d'emploi de Nantes et du bassin de vie de Redon. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[28]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 62 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 38 % dans des zones « très peu denses »[29].

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[31].

En 2018, la commune comptait 2 468 habitants[Note 6], en diminution de 2,91 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +6,31 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2992 0121 7402 0842 3702 3392 4222 4642 541
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4892 8343 2103 4273 4253 6953 6473 6163 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7323 6783 5493 0983 1373 0422 8452 7592 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 4962 4052 3562 3952 2332 1542 3572 3872 494
2017 2018 - - - - - - -
2 4762 468-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,4 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[34],[35],[36]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[34],[35],[36].

Pyramide des âges à Avessac en 2013 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
6,8 
75 à 89 ans
10,9 
17,0 
60 à 74 ans
16,9 
19,2 
45 à 59 ans
17,1 
19,9 
30 à 44 ans
19,3 
15,4 
15 à 29 ans
13,0 
21,5 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Lieux et monumentsModifier

 
Château et parc du Pordor.
  • La poterie céramiques Dewar.
  • Le four à chaux : sa datation reste encore un mystère. Les aménagements du site invitent à découvrir le fonctionnement du four et à retrouver le procédé de transformation de la pierre calcaire en chaux et des démonstrations sont organisées.
  •  
    L'église.
    L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  • Le château de Pordor (XIVe-XVIIe-XVIIIe-XIXe-XXes).
  • Le château de la Châtaigneraie (XIXe siècle).
  • Le manoir de Cothias (XVIe siècle).
  • Le puits (XVe siècle), situé à Berrulé.
  • Le lavoir (XVIIIe – XXe siècles), situé au chemin du Lavoir.
  • Les deux moulins de Camargois dont le moulin à vent (XVIIIe siècle) de Camargois et le moulin à eau (XVIIe – XXe siècles), à Tesdan.
  • La vallée du Don, sur la route de Massérac et son panorama imprenable au rocher du Veau.
  • Le circuit de promenade des Salentin dont le départ se trouve au terrain des sports (7 km ou 14 km).

Personnalités liées à la communeModifier

  • Le marquis Régis de l'Estourbeillon (1858-1946), demeurant au château de Penhouët, député du Morbihan et président de l'Union régionaliste bretonne.
  • La famille Sallentin, propriétaire du château et des terres du Pordor. Cette famille est connue depuis le XVIe siècle dans le patriciat de la ville de Pont-Sainte-Maxence (Oise). Installée à Nantes, la branche du Pordor fait fortune à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle dans le négoce des céréales, puis dans le commerce triangulaire.
  • Jean-Baptiste Allard (1904-1984), policier et résistant.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le breton a été parlé dans la commune jusqu'au XIIe siècle. Il y a 26,80 % de toponymes bretons dans la commune (Le Moing). Le gallo aurait ainsi succédé au breton dans la commune aux alentours du XIIe – XIVe siècle, la population y était probablement en partie bilingue. Un certain nombre de noms en ker- laissent supposer un usage relativement tardif de la langue bretonne. Voir l’article consacré au breton de la Loire-Atlantique.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Réélu en 2014.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dans les chartes du cartulaire de l’Abbaye Saint-Sauveur de Redon.
  9. a b et c Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  10. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le 9 décembre 2016).
  11. Mikael Bodlore-Penlaez et Divi Kervella, « Villes bretonnes, noms gallo », sur geobreizh.bzh (consulté le 19 juin 2014).
  12. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  13. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  14. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  15. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  16. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  17. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  18. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  19. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  20. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  21. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  22. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  23. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  24. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  25. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  26. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  27. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  28. « Commune d'Avessac (44007) », Insee (consulté le 29 août 2017).
  29. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 29 août 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. a b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Avessac - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  35. a b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.
  36. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.