Ouvrir le menu principal

39e division d'infanterie (France)

Les chefs de la 39e Division d'InfanterieModifier

  • -  : général Peting de Vaulgrenant
  • .
  •  : général de Saint-Germain
  •  : général Parison
  • -  : général Lallement
  • .
  • -  : général Pamard
  • .
  •  : général Goetschy
  • -  : général Defforges
  • .
  •  : général Ebener
  •  : général Dantant
  •  : général Curé
  •  : général Nourrisson
  •  : général Guillaumat
  •  : général Massenet
  • -  : général Pougin

Première Guerre mondialeModifier

Composition au cours de la guerreModifier

  • Infanterie :
146e Régiment d'Infanterie d' à
153e Régiment d'Infanterie d' à
156e Régiment d'Infanterie d' à
160e Régiment d'Infanterie d' à (transféré à la 168e D.I.)
  • Cavalerie :
1 escadron (2 escadrons entre janvier et ) du 5e Régiment de Hussards d' à
  • Artillerie :
3 groupes de 75 du 39e régiment d'artillerie de campagne d' à
127e batterie de 58 du 8e régiment d'artillerie de campagne de à
101e batterie de 58 du 39e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
6e groupe de 155c du 120e régiment d'artillerie lourde de juillet à
  • Génie :
compagnie 20/2 du 10e régiment du génie
un bataillon du 132e Régiment d'Infanterie Territoriale d'août à

HistoriqueModifier

Mobilisée dans la 20e Région

1914Modifier

 : mouvement vers le sud de Toul. À partir du , transport par V.F. dans la région de Conty, puis mouvement, par Boves, vers Arvillers.
22 et  : combats vers Foncquevillers et la ferme de la Toutvente (14 morts, 198 blessés).
6 -  : combats vers Saint-Éloi et attaques françaises vers Kruisstraat Cabaret.
  •  : mouvement de rocade vers le nord d'Ypres, et occupation d'un secteur à droite, vers Langemark et Wallemolen.
 : déplacement du secteur, à droite, vers Poelcappelle et la voie ferrée d'Ypres à Roulers.
 : attaque française vers Wallemolen.
-  : extension du front, à gauche, jusque vers Langenmarck.

1915Modifier

  •  : retrait du front ; repos à l'est de Wormhoudt.
  •  : mouvement vers le front, et, à partir du , occupation d'un secteur vers le bois du Polygone et la voie ferrée d'Ypres à Roulers.
  • 12 –  : retrait du front ; mouvement par étapes vers la région de Sachin.
  •  : transport par camions vers le front, et, à partir du 24, occupation d'un secteur vers la Targette (éléments en secteur dès le 20).
  • 9 –  : engagée dans la 2e Bataille d'Artois, à Neuville-Saint-Vaast et à la Targette : prise de la Targette ; attaque de Neuville-Saint-Vaast.
  •  : retrait du front : repos vers Sus-Saint-Léger.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Neuville-Saint-Vaast :
 : attaques françaises.
 : mouvement de rocade, et occupation d'un secteur vers Écurie et le sud de Neuville-Saint-Vaast.
  •  : retrait du front ; mouvement vers le Souich.
 : transport par camions, dans la région de Pont-Remy, puis transport par V.F. dans celle de Lunéville ; repos et instruction.
  • 26 –  : transport par V.F., de la région de Lunéville, dans celle de Somme-Yèvre.
  •  : mouvement vers le front ; occupation et organisation d'un secteur à l'est de la ferme de Beauséjour.
  •  : engagée dans la 2e bataille de Champagne, à l'est de la ferme Beauséjour : enlèvement de la crête de Maisons de Champagne et attaques sur l'ouvrage de la Défaite ; occupation et organisation du terrain conquis. Du au , les 39e et 153e DI alternent dans l'occupation du secteur.

1916Modifier

  •  : retrait du front, mouvement vers le nord-est de Vitry-le-François, puis, à partir du , transport par V.F. dans la région de Vézelise ; repos et instruction.
  •  : mouvement par étapes vers Baccarat ; travaux. À partir du , mouvement vers le camp de Saffais.
 : transport par V.F. dans la région de Revigny, puis mouvement vers celle de Fleury-sur-Aire.
  •  : transport par camions à Verdun. À partir du , engagée dans la Bataille de Verdun, dans la région la Meuse, les carrières d'Haudromont, Douaumont.
 : front réduit, à gauche, jusque vers les carrières d'Haudromont ; violents combats pendant cette période.
  • 12 –  : retrait du front ; transport dans la région de Saint-Dizier.
  •  : transport par camions dans la région de Dombasle. À partir du , engagée à nouveau dans la bataille de Verdun, vers la cote 304.
7, 8, 9, et  : attaques allemandes.
  •  : retrait du front ; à partir du , transport par V.F. vers Montdidier ; repos. À partir du , mouvement vers Poix ; repos.
  •  : mouvement vers le front et à partir du , occupation d'un secteur au nord de Maricourt.
1er juillet : engagée dans la Bataille de la Somme, attaque française sur Hardecourt-aux-Bois. Ce jour la division perd 400 soldats.
 : prise d'Hardecourt-aux-Bois.
  • 11 –  : retrait du front ; repos dans la région Cerisy, Bray-sur-Somme.
  •  : mouvement vers le front. Engagée à nouveau dans la bataille de la Somme vers Maurepas et au nord.
 : attaque française sur Maurepas.
 : attaque française.
  •  : retrait du front, et transport par V.F. dans la région du Tréport ; repos.
  •  : mouvement vers l'ouest d'Amiens ; repos.
  •  : transport par camions vers le front et occupation d'un secteur vers Sailly-Saillisel.
  •  : retrait du front (relève par l'armée britannique) ; repos vers Lœuilly. Le , transport par V.F. dans la région de Bayon ; repos et instruction.

1917Modifier

  • 14 –  : transport par V.F. de Bayon à Dormans et Esternay.
  •  : mouvement vers le front ; occupation d'un secteur vers Troyon et Moussy-sur-Aisne. À partir du , retrait du front et travaux préparatoires à l'offensive.
  •  : mouvement vers la région de Château-Thierry ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le front, et, à partir du , occupation d'un secteur vers Moussy-sur-Aisne et Chivy ; préparation de l'offensive.
15 avril : Bataille du Chemin des Dames : prise de Braye-en-Laonnois, puis défense et organisation des positions conquises vers la ferme Malval et le sud de Courtecon.
  •  : retrait du front ; repos vers Braine.
  •  : occupation d'un secteur vers l'Epine de Chevregny et la ferme Malval.
  • 5 –  : retrait du front et transport par V.F. de Villers-Cotterêts, dans la région de Saint-Nicolas-de-Port ; instruction et travaux.
  •  : mouvement vers le front ; occupation d'un secteur vers Pont-à-Mousson et Brin-sur-Seille, réduit à droite, le , jusque vers Nomeny, et déplacé à droite, le , vers Chenicourt et Clémery.
  •  : retrait du front ; travaux de 2e position vers Rosières-en-Haye et Blénod-lès-Pont-à-Mousson. À partir du , mouvement vers Toul ; repos et instruction.

1918Modifier

  •  : transport vers Tannois. À partir du , occupation d'un secteur vers la cote 344 et la ferme Mormont.
  •  : retrait du front ; repos au nord de Revigny-sur-Ornain, puis vers Herpont. À partir du , transport par V.F., de Revigny, dans la région de Bergues, puis dans celle de Poperinghe ; mouvement vers le front.
  •  : engagée, au nord du mont Kemmel (en liaison avec l'armée britannique), dans la 3e Bataille des Flandres : résistance aux violentes attaques allemandes et organisation d'un secteur vers le Scherpenberg et la Clytte.
  • 6 –  : retrait du front ; transport par camions vers Dunkerque.
 : transport par V.F. dans la région de Villers-Cotterêts ; repos.
  •  : transport par camions vers Couvrelles.
27 mai 1918 : engagée dans la 3e Bataille de l'Aisne : résistance à l'offensive allemande dans la région de Soissons.
  • 3 –  : retrait du front et mouvement par étapes vers l'est de Paris ; instructions d'unités américaines.
  •  : transport par camions au sud de Château-Thierry, puis occupation d'un secteur sur les deux rives de la Marne, vers Château-Thierry et Vaux.
1er et  : attaque locale des positions allemandes dans la région de Vaux. À partir du , engagée dans la 2e Bataille de la Marne.
 : occupation de Château-Thierry.
  •  : retrait du front, transport par V.F. au sud de Commercy ; repos.
  •  : occupation d'un secteur vers l'étang de Vargévaux et Chauvoncourt. À partir du , participation à la Bataille de Saint-Mihiel, en partant du front bois d'Ailly, étang de Vargévaux. À partir du , occupation d'un secteur vers Hattonchâtel et le bois du Chaufour.
  •  : retrait du front, mouvement par étapes vers la région Toul, Nancy ; repos, instruction, et préparatifs d'offensive.
  • 9 –  : mouvement par étapes vers Nomeny, en vue de l'offensive projetée. Se trouve vers Nancy au moment de l'armistice. Première division à entrer dans Metz (territoires reconquis à la suite de l'armistice).

RattachementsModifier

5 –
28 –
13 –
15 –
2 –
2 –
7 –
2 –
4 -
20 -

L'Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Notes et référencesModifier


Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Service historique de l'état-major des armées, Les Armées françaises dans la Grande guerre, Paris, Impr. nationale, 1922-1934, onze tomes subdivisés en 30 volumes (notice BnF no FRBNF41052951) :
    • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).
  • (fr) Ministère des Armées, État-Major de l'Armée de Terre, Service Historique, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Imprimerie « LA RENAISSANCE » — TROYES - Dépôt légal : 4e trimestre 1969 — N° 19.982

Articles connexesModifier

Liens externesModifier