Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Union astronomique internationale

association scientifique
L'Union astronomique internationale a pour sigles UAI (en français) et IAU (en anglais) : pour les articles homonymes, voir UAI et IAU
Union astronomique internationale
Logo de l’association
Cadre
But Coordination des travaux astronomiques
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1919
Fondateur Benjamin Baillaud
Identité
Siège 98 bis, boulevard Arago
75014 Paris (14e arr.)
Drapeau de la France France
Président Silvia Torres-Peimbert
Secrétaire général Piero Benvenuti
Membres 12 450 membres individuels[1]
74 membres nationaux
Site web http://www.iau.org/

L’Union astronomique internationale (UAI ; en anglais International Astronomical Union, IAU) est une association internationale non gouvernementale regroupant des astronomes professionnels à partir du niveau doctorat actifs dans la recherche professionnelle et dans l'éducation en astronomie[2]. Son objectif est de coordonner les travaux des astronomes à travers le monde. Elle agit comme l'autorité reconnue internationalement pour la dénomination (nomenclature) des corps célestes (étoiles, planètes, astéroïdes, etc.) et des caractéristiques de surface de ces derniers.

L'UAI est membre du Conseil international pour la science (ICSU). Son objectif principal est de promouvoir et de préserver la science astronomique dans tous ses aspects à travers la coopération internationale. L'UAI conserve des relations amicales avec les organisations qui incluent des astronomes amateurs parmi leurs membres.

Sommaire

SiègeModifier

 
L'entrée de l'Institut d'astrophysique de Paris dans lequel se trouve le secrétariat de l'Union astronomique internationale.

Le secrétariat de l'UAI se situe au 98 bis, boulevard Arago, au deuxième étage de l'Institut d'astrophysique de Paris (IAP) dans le 14e arrondissement de Paris[3]. L'obtention du siège en permanence est à attribuer à Edith Alice Müller[4], secrétaire générale de l'UAI pendant la periode 1976-1979.

MissionModifier

Groupes de travailModifier

HistoireModifier

Elle est fondée en 1919 par Benjamin Baillaud, en vue de regrouper les projets de la Carte du Ciel, de l’Union solaire et du Bureau international de l'heure (BIH).

OrganisationModifier

L'UAI est seule habilitée à donner leur nom aux objets célestes. Elle encourage l’activité des écoles en astronomie.

Les langues officielles y sont le français et l’anglais. Sa permanence est située à l’Institut d'astrophysique de Paris. L’Union astronomique organise de fréquentes rencontres scientifiques et tient une assemblée plénière tous les trois ans. Elle publie également un bulletin annuel.

Organes exécutifsModifier

 
De gauche à droite : Ewine F. van Dishoeck (Pays-Bas, présidente-élue), Silvia Torres-Peimbert (Mexique, présidente), Piero Benvenuti (Italie, secrétaire général) et Maria Teresa V. T. Lago (Portugal, secrétaire générale-élue).

Les organes gouvernants de l'Union sont l'Assemblée générale, le comité exécutif et les officiers (président, président-élu, secrétaire général et secrétaire général assistant)[5]. Le comité exécutif gouverne l'Union entre les assemblées générales alors que les opérations courantes sont dirigées par les quatre officiers[5]. Les opérations quotidiennes sont conduites par le secrétariat de l'UAI[5].

L'Union astronomique internationale est divisée en cinq comités[5] :

  • le comité exécutif (Executive Committee),
  • le comité spécial aux nominations (Special Nominating Committee),
  • le comité d'adhésion (Membership Committee),
  • le sous-comité des finances (Finance Sub-Committee),
  • le comité des résolutions (Resolutions Committee).

L'UAI a également des représentants auprès d'autres organisations[5].

Le comité exécutif est constitué du président de l'Union, du président élu, de six vice-présidents, du secrétaire général et du secrétaire général assistant élus par l'Assemblée générale sur la proposition du comité spécial aux nominations (Special Nominating Committee, SNC). Le comité exécutif est secondé par deux conseillers (Advisors), qui sont l'ancien président et l'ancien secrétaire général.

Les officiers (Officers) de l'Union sont le président, le président élu, le secrétaire général et le secrétaire général assistant. Ils décident des questions de politique à court terme dans les politiques générales de l'Union tel que décidé par l'Assemblée générale et interprétée par le Comité exécutif.

Date Président Président-élu Secrétaire général Secrétaire général assistant Vice-présidents Conseillers
2015-2018[6]
 
    Silvia Torres-Peimbert     Ewine F. van Dishoeck    Piero Benvenuti     Maria Teresa V. T. Lago   Debra M. Elmegreen
  Ajit K. Kembhavi
  Renée C. Kraan-Korteweg
  Xiaowei Liu
  Dina K. Prialnik
  Boris M. Shustov
    Norio Kaifu
    Thierry Montmerle
2012-2015     Norio Kaifu     Silvia Torres-Peimbert     Thierry Montmerle    Piero Benvenuti ...     Robert Williams
    Ian F. Corbett
2009-2012     Robert Williams     Norio Kaifu     Ian F. Corbett     Thierry Montmerle     Catherine J. Cesarsky
    Karel A. van der Hucht
2006-2009[7]
 
    Catherine J. Cesarsky     Robert Williams     Karel A. van der Hucht     Ian F. Corbett   Beariz Barbuy
  Cheng Fang
  Martha P. Haynes
  George K. Miley
  Giancarlo Setti
  Brian Warner
    Ronald D. Ekers
    Oddbjørn Engvold
2003-2006[8]     Ronald D. Ekers     Catherine Cesarsky     Oddbjørn Engvold     Karel A. van der Hucht   Beatriz Barbuy
  Cheng Fang
  Kenneth A. Pounds
  Silvia Torres-Peimbert
  Brian Warner
  Robert E. Williams
  Franco Pacino (président sortant)
  Hans Rickman (secrétaire général sortant)
2000-2003[9]     Franco Pacini (26)     Ronald D. Ekers   Hans Rickman     Oddbjørn Engvold    /ESO Catherine Cesarsky
    Norio Kaifu
    N. Kardashev
    K. Pounds
    Silvia Torres-Peimbert
    Robert Williams
    Robert Paul Kraft
  Johannes Anderson
1997-2000[9]     Robert Paul Kraft (25)     Franco Pacini   Johannes Anderson   Hans Rickman C. Anguita, C. Cesarsky, B. Hidayat, N. Kaifu, N. Kardashev, V. Trimble L. Woltjer, I. Appenzeller
1994-1997     Lodewijk Woltjer (24)     Robert Paul Kraft Immo Appenzeller
1991-1994    Alexandre Boïartchouk[10]     Lodewijk Woltjer Jacqueline Bergeron
1988-1991   Yoshihide Kozai (22) ? Derek McNally
1985-1988   Jorge Sahade (21) -
1982-1985   Robert Hanbury Brown - ? ?     Robert Paul Kraft
1979-1982[11]   Vainu Bappu  Edith Alice Müller
1976-1979     Adriaan Blaauw (18e)  Edith Alice Müller
1973-1976   Leo Goldberg[12]  Edith Alice Müller
1970-1973 Bengt Strömgren[13]
...
1958-1961     Jan H. Oort
1955-1958   André Danjon   Jean Texereau
1952-1955   Jean Texereau
...
1932-1958     Pieter Johannes van Rhijn
...
1925-1928     Willem de Sitter
...
1919-?     Benjamin Baillaud

CommissionsModifier

L’UAI se partage en 40 commissions (parmi lesquelles se trouvent le Bureau central des télégrammes astronomiques et le Bureau international de l'heure) réparties depuis 2012 dans 9 divisions :

Commissions depuis 2012
Division Discipline(s)
A Astronomie fondamentale
B Instruments, Technologies et Données
C Éducation, Communication et Héritage
D Phénomènes à hautes énergies et physique fondamentale
E Soleil et héliosphère
F Systèmes planétaires et Bioastronomie
G Étoiles et physique stellaire
H Matière interstellaire et univers local
J Galaxies et cosmologie

Jusqu'alors les commissions étaient réparties dans 12 disciplines :

Commissions avant 2012
Division Discipline(s)
I Astronomie fondamentale
II Soleil et héliosphère
III Sciences des systèmes planétaires
IV Étoiles
V Étoiles variables
VI Matière interstellaire
VII La Voie lactée
VIII Les galaxies et l’univers
IX Techniques d’étude du spectre visible et de l’infrarouge
X Radioastronomie
XI Physique des hautes énergies et techniques spatiales
XII Activités communes à toutes les divisions

Nomination des objets célestesModifier

Les commissions de l’UAI proposent des noms pour les objets du Système solaire. Plus récemment, à la suite de la découverte d'un nouvel objet céleste plus grand que Pluton, les astronomes ont redéfini la notion de planète[14]. L’UAI a ainsi créé une nouvelle catégorie d'objet céleste, les planètes naines et a nommé l'objet à l'origine de cette discussion Éris, déesse de la discorde chez les Grecs, parce qu'elle a chassé Pluton du compte traditionnel des planètes qui est maintenant une planète naine.

Voici comment l’UAI nomme les objets célestes : ils reçoivent une désignation provisoire systématique composée de lettres et de chiffres puis un nom définitif après un temps variable.

  • Les comètes sont baptisées du nom de leur découvreur.
  • Les astéroïdes étaient nommés à l'origine selon la fantaisie et le goût du découvreur, avec au départ néanmoins la convention implicite d'utiliser le nom de divinités. Aujourd'hui, des noms d'origines beaucoup plus diverses sont utilisés.
  • les satellites, quant à eux, sont nommés en fonction du thème de leur planète : les titans et les géants de la mythologie grecque pour les corps en orbite autour de Saturne, les personnages de William Shakespeare pour Uranus découverte par un Anglais, etc.

Assemblées généralesModifier

Assemblée générale de l'Union astronomique internationale
 
Cérémonie d'ouverture de la 26e Assemblée générale, à Prague, en 2006.

Type Assemblée générale
Édition 28 (+ 1 extraordinaire)
Localisation variable
Date tous les 3 ans
Participant(s) astronomes professionnels du monde entier

Une assemblée générale de l’UAI a lieu tous les trois ans.

Liste des assemblées générales de l'UAI[15]
No  d'ordre Année Ville Pays Décision(s) importante(s) / Commentaire
1re 1922 Rome   Italie Les 88 constellations sont définitivement fixées.
2e 1925 Cambridge   Royaume-Uni
3e 1928 Leyde   Pays-Bas
4e 1932 Cambridge   États-Unis
5e 1935 Paris   France
6e 1938 Stockholm   Suède
Interruption à cause de la Seconde Guerre mondiale.
7e 1948 Zurich   Suisse
8e 1952 Rome   Italie (2)
9e 1955 Dublin   Irlande
10e 1958 Moscou   Union soviétique
11e 1961 Berkeley   États-Unis (2)
12e 1964 Hambourg   Allemagne de l'Ouest
13e 1967 Prague   Tchécoslovaquie
14e 1970 Brighton   Royaume-Uni (2)
Exc. 1973 Varsovie   Pologne Assemblée générale extraordinaire pour le 500e anniversaire de la naissance de Nicolas Copernic.
15e 1973 Sydney   Australie
16e 1976 Grenoble   France (2)
17e 1979 Montréal   Canada
18e 1982 Patras   Grèce
19e 1985 New Delhi   Inde
20e 1988 Baltimore   États-Unis (3)
21e 1991 Buenos Aires   Argentine
22e 1994 La Haye   Pays-Bas (2)
23e 1997 Kyoto   Japon
24e 2000 Manchester   Royaume-Uni (3)
25e 2003 Sydney   Australie (2)
26e 2006 Prague   République tchèque (2) Pluton est déclassée de son statut de planète et devient le premier membre de la nouvelle catégorie des planètes naines.
27e 2009 Rio de Janeiro   Brésil
28e 2012 Pékin   Chine L'unité astronomique est fixée à 149 597 870 700 mètres.
29e 2015 Honolulu   États-Unis (4)
30e (à venir) 2018 Vienne   Autriche
31e (à venir) 2021 Busan   République de Corée

MembresModifier

Membres nationauxModifier

 
En vert, les membres nationaux de l'UAI.

Les organisations représentant les communautés astronomiques professionnelles nationales, désireuses de promouvoir leur participation à l'astronomie internationale et de soutenir l'objectif de l'Union, peuvent adhérer à l'Union en tant que membres nationaux. Les organisations qui souhaitent adhérer à l'Union en tant que membres nationaux, tout en développant l'astronomie professionnelle dans la communauté qu'ils représentent peuvent le faire sur une base intérimaire ou prospective. Ils peuvent devenir plus tard les membres nationaux sur une base permanente.

Les 74 membres nationaux actuels (au 27 septembre 2015) sont (le nom utilisé par l'UAI pour nommer les pays membres, repris ici tel quel, est parfois différent du nom usuel)[16] :

Pays Année d'adhésion Statut Catégorie Membres Organisme (nom en français) Organisme (nom original)
  Afrique du Sud 1938 Membre III 115 Fondation nationale pour la recherche (en) (en) National Research Foundation
  Allemagne 1951 Membre VII 679 Conseil des observatoires allemands (de) (de) Rat Deutscher Sternwarten, RDS
  Arabie saoudite 1988 Suspendue 12 Cité Roi-Abdulaziz pour la science et la technologie (en) (KACST)
  Argentine 1927 Membre II 147 Conseil national de recherches scientifiques et techniques (es) (es) Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas
  Arménie 1935, 1994 Membre I 26 Académie nationale des sciences de la République d'Arménie
  Australie 1939 Membre IV 328 Académie australienne des sciences (en) Australian Academy of Sciences
  Autriche 1955 Membre II 67 Académie autrichienne des sciences (de) Österreichische Akademie der Wissenschaften
  Belgique 1920 Membre IV 147 les Académies royales des sciences et des arts de Belgique
  Bolivie 1998 Suspendu - 0 Académie nationale des sciences de Bolivie (es) (es) Academia Nacional de Ciencias de Bolivia
  Brésil 1961 Membre III 205 Société astronomique brésilienne (pt) (pt) Sociedade Astronômica Brasileira
  Bulgarie 1957 Membre I 68 Académie bulgare des sciences (bg) Българска академия на науките, Bălgarska akademija na naukite
  Canada 1920 Membre V 312 Bureau des relations internationales (en) International Relations Office
  Chili 1947 Membre II 127 Société chilienne d'astronomie (es) Sociedad Chilena de Astronomía, SOCHIAS
  Chine de Nanjing : 1935 Membre VI 663 Société chinoise d'astronomie
  Chine de Taïpeï 1959 Membre II 75 Academia Sinica
  Colombie 2015 Membre 27 Université nationale de Colombie (es) Universidad Nacional de Colombia
  Corée, République démocratique de 2012 Membre Intérim 19 Observatoire astronomique de Pyongyang
  Corée, Rép de 1973 Membre II 157 Société astronomique de Corée
  Costa Rica 2009 Membre Intérim 2 Université du Costa Rica
  Croatie, la République de 1935, 1994 Membre I 25 Société croate d'astronomie
  Cuba 2001 Terminé 7
  Danemark 1922 Membre III 85 Académie royale danoise des sciences et des lettres
  Égypte 1925 Membre III 68 Académie de la recherche scientifique et de la technologie
  Espagne 1922 Membre IV 379 Commission nationale d'astronomie (es) Comisión Nacional de Astronomía
  Estonie 1935, 1992 Membre I 30 Académie estonienne des sciences
  États-Unis 1920 Membre X 2806 les Académies nationales (en) (en) The National Academies
  Éthiopie 2012 Membre I 3 Société de science spatiale d'Éthiopie
  Finlande 1948 Membre II 79 Conseil des académies finlandaises
  France 1920 Membre VII 836 Académie des sciences (fr) Académie des sciences
  Géorgie 1935, 1994 Suspendue 12 Académie nationale des sciences de Géorgie
  Grèce 1920 Membre III 120 Ministère de l'Éducation, de la Formation continue et des Affaires religieuses
  Honduras 2009 Membre Intérim 2 Université nationale autonome du Honduras (es) Universidad Nacional Autonoma de Honduras
  Hongrie 1947 Membre II 70 Académie des sciences de Hongrie
  Inde 1964 Membre V 282 Académie nationale des sciences indienne (en) (en) Indian National Science Academy
  Indonésie 1964, 1979 Membre I 17 Institut de technologie de Bandung
  Iran, République islamique d' 1969 Suspendu 41 Université de Téhéran
  Irlande 1947 Membre I 49 Académie royale irlandaise
  Islande 1988 Membre I 6 Bureau directeur des affaires financières
  Israël 1954 Membre III 97 Académie des sciences et sciences sociales d'Israël
  Italie 1920 Membre VII 666 Institut national d'astrophysique (it) Istituto nazionale di astrofisica, INAF
  Japon 1920 Membre VII 728 Conseil scientifique du Japon
  Kazakhstan 2012 Membre I 10 Centre national de recherche et de technologie spatiales
  Lettonie 1996 Membre I 16 Université de Lettonie (lv) Latvijas Universitāte
  Liban 2006 Membre Intérim 5 Conseil national de la recherche scientifique
  Lituanie 1935, 1993 Membre I 20 Société astronomique de Lituanie
  Malaisie 1988 Membre I 9 Kementerian Sains Teknologi dan Inovasi
  Maroc 1988, 2001 Suspendu 8 Université Cadi Ayyad
  Mexique 1921 Membre III 149 Université nationale autonome du Mexique (es) Universidad Nacional Autonoma de Mexico, UNAM
  Mongolie 2006 Membre Intérim 6 Académie mongole des sciences
  Nigeria 2003 Membre I 10 Académie nigériane des sciences
  Norvège 1922 Membre II 41 Académie norvégienne des sciences et des lettres (no) Det Norske Videnskaps-Akademi
  Nouvelle-Zélande 1964 Membre II 37 Société royale de Nouvelle-Zélande (en) (en) Royal Society of New Zealand
  Panama 2009 Membre Intérim 5 Université du Panama (es) Universidad de Panama
  Pays-Bas 1922 Membre V 234 Comité néerlandais pour l'astronomie
  Pérou 1988 Suspendu 3 Conseil national pour la science et la technologie (es) Consejo Nacional de Ciencia y Tecnologia
  Philippines 2001 Membre I 6 c/o Chief, PAGASA (?)
  Pologne 1922 Membre IV 163 Académie polonaise des sciences (pl) Polska Akademia Nauk, PAN
  Portugal 1924 Membre II 63 Société portugaise d'astronomie (pt) Sociedade Portuguesa de Astronomia
  Roumanie 1922 Membre I 33 Académie roumaine des sciences
  Royaume-Uni 1920 Membre VII 706 la Société royale d'astronomie (en) The Royal Astronomical Society
  Fédération de Russie 1935, 1992 Membre V 422 Académie des sciences de Russie (ru) Российская Академия Наук, Rossiskaïa Akademia Naouk
  Serbie, République de 1935, 2003 Membre I 51 Société des astronomes de Serbie
  Slovaquie 1922, 1993 Membre I 47 Académie slovaque des sciences (sk) Slovenská akadémia vied, SAV
  Suède 1925 Membre III 139 Académie royale des sciences de Suède (sv) Kungliga Vetenskapsakademien, KVA
  Suisse 1923 Membre III 138 Académie suisse des sciences
  Tadjikistan 1935, 1993 Membre I 7 Académie tadjike des sciences
  République tchèque 1922, 1993 Membre III 122 Académie des sciences de République tchèque
  Thaïlande 2006 Membre I 31 Institut national de recherche astronomique
  Turquie 1961 Membre I 81 Société turque d'astronomie
  Ukraine 1935, 1993 Membre III 190 Académie nationale des sciences d'Ukraine (uk) Національна академія наук України, Natsional'na akademia naouk Oukraïny
  Uruguay 1970 Membre Intérim 5 Ministère de l'Éducation et de la Culture (es) Ministerio de Educación y Cultura
  État de la Cité du Vatican 1932 Membre I 8 Governatorato Citta del Vaticano
  Venezuela 1953 Membre I 23 Centre de Investigaciones de Astronomía
  Viêt Nam 2009 Membre Intérim 13 Département de physique
Pays non membres - Non-membres - 70 - -

Membres individuelsModifier

En août 2015, à l'issue de l'assemblée générale, l'UAI compte 12 450 membres individuels, la plupart étant des « membres individuels actifs », des astronomes professionnels de 96 pays à travers le monde[17]. 84 % des membres individuels sont des hommes contre 16 % de femmes.

Notes et référencesModifier

  1. Rick Fienberg, « A New Tally of Individual IAU Members », Kai‘aleleiaka,‎ (lire en ligne)
  2. About the IAU, sur le site de l'Union astronomique internationale.
  3. IAU Secretariat, sur le site de l'Union astronomique internationale. Consulté le 26 mai 2011. « Address: IAU - UAI Secretariat 98-bis Blvd Arago F–75014 PARIS FRANCE » et « The IAU Secretariat is located in the Institut d'Astrophysique de Paris, 2nd floor, offices n°270, 271 and 283. »
  4. Annuaire de l'Union américaine d'astronomie [1]
  5. a, b, c, d et e Executive Bodies, sur le site de l'UAI.
  6. « International Astronomical Union - IAU »
  7. http://www.iau.org/static/publications/IB104.pdf
  8. Bulletin d'information de l'Union astronomique internationale, (lire en ligne), « IAU Executive Committee », p. 0.
  9. a et b [2]
  10. « International Astronomical Union - IAU »
  11. https://www.iau.org/administration/executive_bodies/past_committees/executive_committee/1979-1982/
  12. https://www.iau.org/administration/membership/individual/10082/
  13. https://www.iau.org/administration/executive_bodies/past_committees/executive_committee/1970-1973/
  14. voir à ce sujet le Wikinews Pluton déclassé au rang de « planète naine »
  15. https://www.iau.org/science/meetings/past/general_assemblies/
  16. « International Astronomical Union - IAU »
  17. « International Astronomical Union - IAU »

Voir aussiModifier