Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danjon.

André Danjon, né le à Caen (Calvados) et mort le [1],[2],[3],[4] à Suresnes (Seine), est un astronome français qui a inventé ou perfectionné plusieurs instruments utiles à l'astronomie de position.

BiographieModifier

Il est directeur de l’observatoire de Strasbourg entre 1929 et 1945, puis de l’observatoire de Paris entre 1945 et 1963.

Doyen de la Faculté des sciences de Strasbourg en 1935, il devient recteur de l'université de Strasbourg lorsqu'elle se replie à Clermont-Ferrand en 1940. Il va y jouer un rôle important pour protéger de la Gestapo les enseignants et les étudiants alsaciens, ce qui lui vaut d'être révoqué en 1942.

Astronome, il conçoit une méthode pour mesurer le reflet de la Terre sur la Lune à l’aide d’un télescope dans lequel un prisme coupe l’image de la Lune en deux images identiques côte à côte. En réglant le diaphragme pour obscurcir une des images jusqu’à ce que la partie éclairée par le Soleil ait le même éclat apparent que la partie éclairée par la Terre sur l’image non réglée, il parvient à mesurer l’ajustement du diaphragme et obtient ainsi une mesure correcte de l’éclat de la Terre. Il enregistre ces mesures de 1925 à 1950. Sa méthode est connue actuellement sous le nom de balance de Danjon, sur laquelle zéro est égal à une Lune à peine évidente (échelle de Danjon).

Son « astrolabe impersonnel[5] » est un instrument d'astro-géodésie permettant d'estimer à la fois la déclinaison et l'ascension droite d'un astre ; toutefois, le poids considérable de cet appareil n'en permet l'emploi que dans un observatoire fixe, car il nécessite une base de mesure extrêmement stable : du fait de sa taille (haut de 50 cm), il est monté sur une vis à pédale. C'est une amélioration de l'astrolabe à prisme de Claude et Driencourt[6],[7] du point de vue de la luminosité et de l’influence de l'équation personnelle de l'observateur.

Comme d'autres astrolabes ou cercles zénithaux, l'astrolabe de Danjon sert à déterminer la trajectoire d'une étoile à distance zénithale constante, c'est-à-dire à déterminer précisément ses coordonnées (latitude et longitude astronomiques), par la méthode des hauteurs égales.

Le transit stellaire est observé, non à travers un réticule, mais par coïncidence de l'image directe de l'astre, et de son image réfléchie par un horizon au mercure. L'almicantarat (distance zénitale de 30°) est défini comme le milieu de la ligne séparatrice des deux images reflétées superposées dans le champ de vision de la lunette. Les deux images se recoupent en effet selon un diamètre horizontal dans le champ d'observation[8].

Pour améliorer sa précision, l'observateur peut maintenir la coïncidence des deux images grâce à un prisme polariseur couplé à une vis micrométrique. Les clichés sont en principe horodatés électroniquement. La précision que l'on peut attendre de cet instrument est supérieure à 0,1 seconde d'arc, et même, après plusieurs nuits d'observation, jusqu'à 0,05 seconde d'arc[9]. Au cours des dernières décennies, cet appareil a servi, non seulement à déterminer précisément les coordonnées astronomiques des étoiles, mais aussi à fixer l'étalon universel de longueur[10].

On doit enfin à Danjon la définition de l’année tropique.

Avec Jean Kovalevsky, il crée un laboratoire de recherche moderne, remplaçant l’ancien service des calculs au sein du Bureau des longitudes, lequel devint le service des calculs et de mécanique céleste du bureau des longitudes puis en 1998 l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) au sein de l’observatoire de Paris.

Il est élu membre de l’Académie des sciences en 1948 et reçoit la médaille d'or de la Royal Astronomical Society en 1958. La médaille d'or du CNRS lui est décernée en 1959[11].

ŒuvresModifier

  • Description du ciel, 89 p., 59 pl., F. Rieder, 1926.
  • Lunettes et télescopes. Théorie : Conditions d'emploi, Description, Réglage, Histoire, en collaboration avec André Couder, 715 p., 346 fig., 14 pl., éditions de la Revue d'optique, 1935 ; rééd. Paris, Albert Blanchard, 1990.
  • Table des fonctions trigonométriques, valeurs naturelles à 6 décimales de centième en centième de degré nonagésimal, suivies de tables diverses, 126 p., un abaque et un encart, librairie Hachette, 1948.
  • Cosmographie pour la classe de Mathématiques, 317 p., 173 fig., 32 pl., Librairie A. Hatier, 1948.
  • Cosmographie pour la classe de Philosophie, 216 p., 123 fig., 32 pl., Librairie A. Hatier, 1950.
  • Astronomie générale. Astronomie sphérique et éléments de mécanique céleste, J. & R. Sennac, 1952 ; seconde édition, revue et corrigée, 1959 ; rééditions multiples.

ReconnaissanceModifier

DistinctionsModifier

HommagesModifier

BibliographieModifier

  • James Lequeux, « André DANJON, un grand astronome », L'Astronomie, no 104,‎ , p. 40-47.  

Notes et référencesModifier

  1. « André Danjon (1890-1967) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 2 décembre 2016)
  2. H. Barrell, « André Danjon », sur bipm.org, Bureau international des poids et mesures
  3. « Dictionnaire », sur Observatoire de Haute-Provence (consulté le 2 décembre 2016)
  4. D'autres sources comme l'encyclopédie Universalis indique une mort le 27 avril 1967
  5. Cf. André Danjon, L'Astrolabe Impersonnel de L'Observatoire de Paris, vol. XV, Paris, , p. 251-281.
  6. Cf. Véronique Prévost, « Astrolabe de Claude et Driencourt », sur Fragments de science (consulté le 11 novembre 2018). Ludovic Driencourt (1858-1940), ancien élève de l’École polytechnique, a été actif en géodésie.
  7. Cf. A. Claude et L. Driencourt, Description et usage de l'astrolabe à prisme, Paris, Gauthier-Villars, (lire en ligne).
  8. D'après Ernst Buschmann, « Zeit- und Breitenbestimmung mit dem unpersönlichen Prismenastrolab von Danjon », Vermessungstechnik, Berlin, série Xe année,‎ , p. 140-146.
  9. D'une nuit à la suivante, les indications d'un même astrolabe peuvent dériver de 0,5 seconde d'arc : ce phénomène tient aux perturbations de l'ambiance (réfraction variable des couches atmosphériques, réfraction des parois du laboratoire et de la coupole, fluctuations thermiques).
  10. D'après Karl Ramsayer, Handbuch der Vermessungskunde, vol. 2a : Geodätische Astronomie, Stuttgart, J. B. Metzler-Verlag, (réimpr. 10), « Prismenastrolabien »
  11. CNRS, « Liste des médaillés d'or du CNRS », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 11 février 2014)

Liens externesModifier