TechCrunch

site d'information américain spécialisé dans l'actualité des startups Internet

TechCrunch
logo de TechCrunch

Création Juin 2005
Fondateurs Michael Arrington, Keith Teare
Siège social Baie de San Francisco
Drapeau des États-Unis États-Unis
Actionnaires America Online (-)
Yahoo Inc. (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Actualités et Blogging
Société mère Oath Inc.
Site web techcrunch.com

Chiffre d'affaires 2,4 millions dollars (est. 2007)

TechCrunch est un site d'information américain spécialisé dans l'actualité des startups Internet. Fondé en 2005 par Michael Arrington, son premier article a été mis en ligne le [1]. Le site et toutes ses activités annexes ont été rachetés en par AOL[2], laquelle fait partie de Verizon Communications depuis .

HistoriqueModifier

TechCrunch a été fondé par Michael Arrington, un business angel[3] et avocat d'affaires ayant fait ses armes durant la première bulle internet. Il lance le blog TechCrunch le , en publiant un billet au sujet de Technorati[1]. Le blog décolle vraiment le avec l'annonce exclusive du rachat de FeedBurner par Google[4].

Du 8 au , TechCrunch organise l'évènement/concours TechCrunch50, remporté par Yammer[5]. L'évènement est renouvelé en 2009 puis annulé en 2010 à la suite d'un conflit entre Michael Arrington et Jason Calacanis[6].

En 2009, Michael Arrington, fondateur du site et business angel, cesse ses prises de participation dans des startups, afin d'éviter des soupçons de conflits d'intérêts[3].

 
Conférence TechCrunch London 2015, Imogen Heap

En , le blog TechCrunch et tous ses sites et activités annexes sont rachetés par AOL pour environ 25 millions de dollars[2]. Le Monde indique que TechCrunch est un « influent site d'information sur les technologies », dont une part importante de ses revenus est basée sur la publicité mais également dans l'organisation de conférences « qui réunissent souvent parmi les plus grands noms du secteur de la high-tech et des média »[7].

En mai 2011, le fondateur du site Michael Arrington fait pression sur des entrepreneurs pour qu'ils lui livrent la primeur de leurs informations, leur indiquant que dans le cas contraire TechCrunch ne couvrira par leurs actualités. Selon Le Monde, Michael Arrington avait déjà été à l'origine d'autres scandales, utilisant « la position particulière de TechCrunch, très lu par les investisseurs et les patrons de la Silicon Valley »[8].

En septembre 2011, Michael Arrington quitte TechCrunch sur pression d'AOL, qui voit une source de conflits d'intérêts dans la création de CrunchFund, un fonds d’investissements lancé par Michael Arrington pour soutenir des startups innovantes[3],[8]. AOL nomme donc le 12 septembre un nouveau rédacteur en chef pour TechCrunch[9]. Le 16 septembre, le concours TechCrunch Disrupt est remporté par trois startups dans lesquelles Michael Arrington avait investi ou allait investir, alors que ce dernier faisait partie du jury. Michael Arrington se défend d'être en conflits d'intérêts, mais les startups récompensées sont critiquées par des journalistes[10],[11].

Selon le site Frenchweb, TechCrunch est en 2011 « l’un des sites américains high-tech les plus lus »[3].

En , Verizon acquiert AOL pour 4,4 milliards de dollars, espérant des relais de croissance dans la publicité textuelle et vidéo sur les téléphones mobiles, un domaine dans lequel AOL a développé une expertise. Verizon acquiert également les propriétés d'AOL, notamment Huffington Post, TechCrunch et Engadget[12].

En 2016 a lieu la 9e édition des « Crunchies », une cérémonie créée en 2007 et récompensant « les meilleures startups et les plus innovantes technologies du web ». Douze catégories sont récompensées dont Meilleure nouvelle startup, Meilleure startup depuis sa création et Meilleure application mobile[13]. Uber, Snapchat, Xiaomi, Slack et Docker sont nominés en 2016 pour « Meilleure startup depuis sa création ».

En juillet 2016, le site fait l'objet d'une intrusion : après avoir découvert le mot de passe d'un des contributeurs du site, les pirates du web OurMine font apparaître un message sur le site bien visible sur fond rouge. L'intrusion est très rapidement maîtrisée[14].

En novembre 2017, TechCrunch annonce mettre fin aux « Crunchies » après la 10e édition de la cérémonie. Ned Desmond, directeur de l'exploitation, et Matthew Panzarino, rédacteur en chef de TechCrunch, déclarent que la cérémonie a perdu de son utilité — socialiser la communauté des startups de San Francisco — les startups faisant désormais l'actualité mondiale. Selon Business Insider, les « Crunchies » étaient la version des Oscars du cinéma pour la Silicon Valley, et de nombreux gagnants de cette cérémonie sont devenus des leaders de l'industrie technologique. Par exemple, en 2007 lors de la première édition, Facebook remporte le prix de la « meilleure entreprise » et Tesla celui de la « meilleure start-up de technologie propre ». En 2008, Amazon Web Services gagne le prix de la « meilleure entreprise ». En 2013, Snapchat est récompensé du prix de la « meilleure application mobile »[15].

En mai 2021, Verizon, déficitaire sur sa branche médias, en annonce la vente au fonds d'investissement Apollo Global Management, ce qui inclut les marques AOL, Yahoo ou encore TechCrunch pour 5 milliards de dollars, soit près de la moitié du montant qu'il avait déboursé pour les acquérir, tout en gardant cependant une participation de 10 % dans cet ensemble[16],[17].

Version francophoneModifier

Une version française du site, TechCrunch France[18], a été lancée en par Ouriel Ohayon. Après son départ en 2008, le blog a été maintenu par Alain Ezkenazi pendant quelques mois avant d'être repris par Roxanne Varza en . Le siège américain a décidé de rassembler ses activités sur une seule et même plateforme et la version française a cessé le [19].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Technorati Beta Profile - Michael Arrington, TechCrunch, 11 juin 2005
  2. a et b (en) AOL buys TechCrunch - Mark Sweney, The Guardian, 29 septembre 2010
  3. a b c et d « Mike Arrington, le fondateur de TechCrunch, démissionne », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  4. (en) $100 Million Payday For Feedburner – This Deal Is Confirmed - Michael Arrington, TechCrunch, 23 mai 2007
  5. Les gagnants du TechCrunch50 sont là ! - Blog FredCavazza.net, 14 septembre 2008
  6. (en) Confirmed: TechCrunch50 conference is no more - Paul Boutin, VentureBeat, 11 mai 2010
  7. « AOL rachète le site TechCrunch et tente de se relancer », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b « Démission du fondateur du site Techcrunch », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Un nouveau rédacteur en chef pour TechCrunch », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Nouveaux remous autour de conflits d'intérêts à TechCrunch », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Jemima Kiss, « More TechCrunch drama as Arrington-backed startup wins blog's contest », sur the Guardian, (consulté le )
  12. (en) Verizon to buy AOL in $4.4 billion mobile video push - Jennifer Saba, Devika Krishna Kumar et Abhirup Roy, Reuters, 12 mai 2015
  13. (en) « 9th Annual Crunchies Awards », TechCrunch, (consulté le )
  14. « Le groupe de hackeurs OurMine pirate le site spécialisé TechCrunch », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (en-US) Caroline Cakebread, « Silicon Valley will no longer have its own version of the Oscars », sur Business Insider, (consulté le )
  16. « Verizon vend Yahoo et AOL pour 5 milliards de dollars », sur Le Monde,
  17. (en) Eva Mathews et Krystal Hu, « Verizon to offload Yahoo, AOL for $5 billion », sur reuters,
  18. TechCrunch France (voir archive)
  19. TechCrunch France tire sa révérence - FrenchWeb.fr, 31 octobre 2012

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier