Toni Morrison

écrivaine afro-américaine, lauréate du prix Nobel de littérature

Toni Morrison, née Chloe Ardelia Wofford le à Lorain dans l'Ohio et morte à New York le , est une romancière, essayiste, critique littéraire, dramaturge, librettiste, professeure de littérature et éditrice américaine. Elle est lauréate du prix Pulitzer en 1988 et du prix Nobel de littérature en 1993 pour lequel elle est la huitième femme et la première autrice afro-américaine à avoir reçu cette distinction.

Toni Morrison
Image dans Infobox.
Toni Morrison en 1998
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Chloe Ardelia Wofford
Nationalité
Domiciles
Formation
Activité
Romancière, éditrice, universitaire
Conjoint
Harold Morrison (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Cecilia Rouse (en) (belle-fille)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Genre artistique
Influencée par
Distinctions
Archives conservées par
Œuvres principales
signature de Toni Morrison
signature

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Toni Morrison née Chloe Ardelia Wofford[2] est la seconde des quatre enfants (Lois sa sœur aînée, George et Raymond ses frères cadets[3]) de Ramah, une femme de ménage, et de George Wofford, un soudeur[4],[5]. Ses grands-parents maternels, Ardelia et John Solomon Willison[3], avaient fui successivement l'ambiance raciste, ségrégationniste de l'Alabama puis du Kentucky, pour s'installer dans l'Ohio et du côté paternel, les grands-parents avaient quitté la Géorgie où ils travaillaient comme métayers[6].

Toni Morrison passe son enfance et son adolescence à Lorain, ville de la banlieue de Cleveland, habitée par des personnes aux ascendances diverses : Tchèques, Allemands, Irlandais, Italiens, Grecs, Serbes, Mexicains et Afro-Américains. Si Toni Morrison a connu le communautarisme, en revanche elle n'a pas subi les violences racistes que lui rapportaient ses parents et grands-parents[6]. Dans une interview donnée à la station National Public Radio, elle dit qu'elle n'a pas connu le racisme jusqu'à ce qu'elle quitte Lorain pour ses études universitaires à la capitale fédérale Washington : I didn't really have a strong awareness of segregation and the separation of races until I left Lorain, / je n'avais pas vraiment une claire conscience de la ségrégation et du racisme jusqu'à ce que je quitte Lorain[7].

Les parents de Toni encouragent leurs enfants aux études, à la lecture, dès leur plus jeune âge, c'est ainsi que lorsque la jeune Toni Chloé entre en première année du cycle primaire, à la Hawthorne Elementary School (qui lui rend hommage par une plaque commémorative[8]), elle est non seulement la seule afro-américaine, elle est aussi le seul élève de la classe à savoir déjà lire[9],[3].

Lorsqu'elle a douze ans, elle se convertit au catholicisme[10], elle prend pour nom de baptême Antony en mémoire de St. Antoine de Padoue[11]. Plus tard, lorsqu'elle est étudiante à l'université Howard, s'apercevant que beaucoup de gens éprouvaient des difficultés à bien prononcer son prénom de Chloé, elle décide de se faire appeler par son prénom de baptême, Antony, abrégé en Toni Wofford[12]. C'est ce diminutif accolé au nom de son futur mari qu'elle choisit par la suite comme nom d'auteur, choix qu'elle dira par la suite avoir regretté[2].

Elle fait ses études secondaires à la Lorain High School (en), une école secondaire non ségréguée, elle y manifeste son goût pour la littérature générale et latine et se passionne en particulier pour les œuvres de Jane Austen, les romanciers russes comme Léon Tolstoï et les classiques du XIXe siècle comme Madame Bovary de Gustave Flaubert.

Ayant réussi brillamment son diplôme de fin d'études secondaires, elle est admise à la plus prestigieuse des universités afro-américaines, l'université Howard en 1949 pour y étudier la littérature. Elle y obtient le Bachelor of Arts (licence) en 1953, elle bénéficiera de l'enseignement du poète Sterling Brown et du philosophe Alain Locke[6].

Désireuse de continuer ses études, elle est admise à l'université Cornell, où elle soutient son Master of Arts (master 2) en 1955, intitulé “Virginia Woolf’s and William Faulkner’s Treatment of the Alienated.”[13], qui porte sur le thème du suicide dans l’œuvre de William Faulkner et de Virginia Woolf[9].

Carrière universitaireModifier

Après son diplôme, elle entame une carrière de professeur à l'université de Texas Southern[14] (de 1955 à 1957[15]), avant de retourner à l'université Howard comme maître-assistante en littérature anglaise de 1957 à 1964[9]. Parmi ses étudiants, elle a le futur militant des droits civiques Stokely Carmichael[16]. Puis elle enseigne successivement à l'université Cornell, l'université d'État de New York (de 1984 à 1989), l'université Yale (de 1976 à 1977), au Bard College (de 1986 à 1988) et devient professeure titulaire de la chaire, Robert F. Goheen, à l'université de Princeton en 1989[17], poste qu'elle occupera jusqu'à sa retraite en 2006[18].

Ses débuts littérairesModifier

Après son divorce en 1964, elle s'installe à Syracuse puis à New York et travaille comme éditrice chez Random House[19]. En 1967, elle est promue directrice d'édition[20], chargée du secteur de la littérature afro-américaine ; elle contribue à sa diffusion et valorisation, en éditant, entre autres, les biographies de Mohamed Ali et Angela Davis[21], les œuvres de Toni Cade Bambara[22], Gayl Jones[23], Leon Forrest (en)[24], Chinua Achebe, Wole Soyinka[25], Athol Fugard[26], ainsi qu'une anthologie relatant l'histoire des Noirs aux États-Unis, The Black Book[27],[28]. Toni Morrison commence à écrire de la fiction au sein d'un groupe informel de poètes et d'écrivains de l'Université Howard qui se réunissent pour discuter de leur travail. Dans ce cadre, elle participe à une séance où elle présente une nouvelle sur une fille noire aspirant à avoir les yeux bleus, qui lui a été inspirée par les propos d'une de ses amies d'enfance. Elle développe plus tard l'histoire dans son premier roman, The Bluest Eye (L'Œil le plus bleu). Elle a alors 39 ans, et se lève tous les matins à 4 heures du matin pour écrire, alors qu'elle élève seule deux enfants[3],[29]. Le livre est publié par Holt, Rinehart et Winston en 1970[30]. Il reçoit un accueil favorable de la part de John Leonard, critique littéraire au New York Times, qui parle d'une « prose si précise, si fidèle à la parole et si chargée de douleur et d'émerveillement que le roman devienne une poésie » et précise « Mais The Bluest Eyes, c'est aussi de l'Histoire, de la sociologie, du folklore, des cauchemars et de la musique »[31]. Le roman se vend mal au début, mais l'Université de la ville de New York l'inscrit dans la bibliographie recommandée de son nouveau département d'études sur les Noirs, comme d'autres facultés, ce qui stimule les ventes[32]. Le livre attire également l'attention de Robert Gottlieb (en), un éditeur réputé de Knopf, rattaché à la maison d'édition Random House. Par la suite, Gottlieb éditera la plupart des romans de Toni Morrison[32]. En 1975, le deuxième roman de Toni Morrison, Sula (1973), traitant de l'amitié entre deux femmes noires, est nominé pour le National Book Award. Son troisième roman, Song of Solomon (1977), retrace la vie de Macon "Milkman" Dead III, de sa naissance à l'âge adulte, à la découverte de son héritage. Ce roman lui vaut une reconnaissance nationale, avec une sélection sur la liste principale des « livres du mois », éditée par le club du livre américain. C'est le premier roman d'un écrivain afro-américain à être choisi depuis The Native Song, de Richard Wright en 1940[33]. Song of Solomon remporte également le prix du National Book Critics Circles / Cercle national des critiques du livre[34]. Lors de sa cérémonie d'ouverture de 1979, le Barnard College décerne à Toni à Morrison la Barnard Medal of Distinction (en), sa plus haute récompense[35]. Morrison donne à son roman suivant, Tar Baby (en) (1981), un décor contemporain. Jadine, mannequin de mode obsédée par son apparence, tombe amoureuse de Son, un vagabond sans le sou qui se sent à l'aise dans son identité de Noir[36]. En 1983, Morrison délaisse l'édition pour consacrer plus de temps à l'écriture, et vit alors dans un hangar à bateaux reconverti sur le fleuve Hudson à Nyack, New York[37],[38]. Elle enseigne la littérature anglaise à l'université d'État de New York (SUNY) et à l'université Rutgers du Nouveau-Brunswick. En 1984, elle est nommée à la chaire Albert Schweitzer de l'université d'État de New York à Albany[39]. Sa première pièce de théâtre, Dreaming Emmett, traite de l'assassinat d'un adolescent afro-américain âgé de 14 ans, Emmett Till, après avoir été torturé, meurtre commis en 1955 par des Blancs. La pièce est jouée en 1986 à l'Université d'État de New York à Albany, où elle enseigne[40],[41]. Toni Morrison a également été professeur invitée au Bard College de 1986 à 1988[42],[43].

Beloved et la reconnaissance internationaleModifier

En 1987, Toni Morrison publie son roman le plus célèbre, Beloved, le premier tome d'une trilogie comportant Jazz puis Paradis. Ce roman s’inspire de l’histoire vraie d’une esclave afro-américaine, Margaret Garner[44], que Toni a découverte alors qu'elle rédigeait The Black Book. Fuyant l'esclavage, Margaret Garner est poursuivie par des chasseurs d'esclaves. Pour échapper à la capture, elle tue sa fille de deux ans, mais est prise avant de pouvoir se suicider[45]. Le roman de Morrison imagine le bébé mort, « adoré » (beloved), revenant, tel un fantôme, hanter sa mère et sa famille[46].

Beloved est acclamé par la critique et reste meilleure vente pendant 25 semaines. Pour la critique littéraire Michiko Kakutani, du New York Times, la scène où la mère tue son bébé est « tellement brutale et troublante qu'elle semble réunir l'avant et l'après en une ligne unique et inébranlable du destin. »[47],[48]. L'écrivaine canadienne Margaret Atwood écrit dans une revue pour le New York Times :« La polyvalence de Mme Morrison, son ampleur technique et émotionnelle ne semblent connaître aucune limite. S'il y avait des doutes sur son statut de romancier américain par excellence, de sa propre génération ou de toute autre génération, Beloved va les faire taire. »[49],[50].

« Serai-je autorisée, enfin, à écrire sur des Noirs sans avoir à dire qu'ils sont noirs, comme les Blancs écrivent sur les Blancs ?[51]  »

Cependant, la critique n'est pas unanime. Le critique social-conservateur afro-américain Stanley Crouch, par exemple, se plaint dans son article paru dans The New Republic[52] que le roman « se lit en grande partie comme un mélodrame structurellement basé sur les concepts des miniséries »[53], et que Morrison « interrompt perpétuellement son récit avec des publicités idéologiques larmoyantes. »[54],[55],[56].

Malgré son succès, Beloved ne remporte pas les prestigieux National Book Award ou National Book Critics Circle Award. Quarante-huit critiques et écrivains noirs dont Maya Angelou, Henry Louis Gates Jr., Amiri Baraka, John Edgar Wideman et Angela Davis protestent contre cette omission dans une pétition publiée par The New York Times le [57],[58]. Deux mois plus tard, elle obtient le prix Pulitzer pour Beloved, en 1988. Le , elle reçoit le prix Nobel de littérature[59] pour « ses romans caractérisés par une force visionnaire et une portée poétique, qui donne vie à un aspect essentiel de la réalité américaine. »[60].

En 1993, elle fait la une du magazine Time[61].

En 2005, elle est faite docteur honoris causa en arts et littérature de l'université d'Oxford, puis en 2011, de l'université de Genève[62]. En 2006, le jury du supplément littéraire du New York Times consacre Beloved « meilleur roman de ces 25 dernières années » et en novembre de la même année, le musée du Louvre fait de Toni Morrison son invitée d'honneur, proposant un programme de lectures, rencontres et conférences avec l'autrice[63] et ses amis artistes, écrivains ou professeurs[64]. Depuis 2002, elle s'investit également dans la littérature pour enfants avec son fils Slade Morrison (qui meurt en 2010 à l'âge de 45 ans[65]). Elle prend également la direction du magazine The Nation[66]. Son roman le plus connu et le plus vendu, Beloved, a été adapté au cinéma en 1998 par Jonathan Demme avec Oprah Winfrey, Danny Glover et Thandie Newton dans les rôles principaux[67]. Toni Morrison est également critique littéraire[68],[69],[70] et essayiste abordant divers sujets comme comment les femmes afro-américaines regardent les autres femmes[71], comment grandir quand on a la peau noire[72], etc. ; sa plume contribue ainsi à l'émancipation des Afro-Américains[73].

D'aucuns, la considèrent comme l'un des dix plus grands auteurs de la littérature afro-américaine[74].

Vie privéeModifier

En 1958, elle épouse Howard Morrison, un architecte originaire de la Jamaïque[14], avec qui elle a deux enfants : Harold Ford et Slade Kevin[9]. Ils divorcent en 1964[15].

Après sa retraite, elle vit à New York[75], sur les rives du fleuve Hudson[76].

DécèsModifier

Toni Morrison décède le 2019[77],[78],[79] au Montefiore Medical Center (en) à New York, des suites d'une pneumonie[80].

De nombreuses personnalités américaines et internationales lui rendent hommage[81],[82],[83] comme, entre autres, Oprah Winfrey[84], Tracee Ellis Ross, Gabrielle Union, Shonda Rhimes, Bette Midler, Common, Kerry Washington, Barack Obama, Bernie Sanders, Beto O'Rourke, Nancy Pelosi, Hillary Clinton, Kamala Harris[85], Stacey Abrams, Clint Smith (writer) (en), Ilhan Omar , Marc Lamont Hill (en)[86], Danielle Brooks, Terry McMillan, Lydia Polgreen (en), Yamiche Alcindor (en), Angela Rye (en)[87], Barry Jenkins, Ava Duvernay, Alfred A. Knopf, Laverne Cox, J. August Richards, Tamron Hall (en), Kerry Washington, Robin Roberts (newscaster) (en), Jason Reynolds (en), Gabrielle Union, Roxane Gay, Isaiah Washington, Celeste Ng, Billie Jean King, Sarah Weinman (en), Nicola Sturgeon, George Takei, Kimberly Hébert Gregory (en), Wendell Pierce[88], Kirsten Gillibrand, Jeremy O. Harris (en), Beto O'Rourke, Robin Thede (en), Hari Kunzru, Julie Dash[89], Franck Riester, Bernard-Henri Levy, la Présidence de l’Élysée, Christiane Taubira, Arnaud Laporte, Christine Kelly, Michel Mompontet, Hicham Nazzal, Roukiata Ouedraogo[90], Christian Salmon[91]

Opinions politiquesModifier

Aux États-Unis, un article de Toni Morrison, paru dans le New Yorker le [92] concernant Bill Clinton, va susciter des controverses[93]. Se moquant des indignations au sujet de l'affaire Lewinsky et autres soupçons accablant le Président, elle dit que les Afro-Américains le comprennent, car ils ne connaissent que trop bien les accusations et réprobations hâtives faites au nom du puritanisme hypocrite. À partir de cette analogie, elle qualifie Bill Clinton de « premier président noir américain, plus noir que n'importe quel Noir »[94], expliquant son idée par le fait que « Clinton présente toutes les caractéristiques du citoyen noir : issu d'une famille monoparentale, pauvre, de la classe ouvrière, jouant du saxophone et aimant la malbouffe des fast-foods comme un garçon de l'Arkansas ». Cette opinion a été adoptée par les supporters de Clinton notamment au Caucus noir du Congrès (Congressional Black Caucus ou CBC) ou au contraire tournée en dérision par ses détracteurs. L'animateur républicain et conservateur Rush Limbaugh fait souvent référence, de manière sarcastique, à l'ancien président en reprenant les termes de Toni Morrison.

Toni Morrison a apporté publiquement son soutien à Barack Obama lors de l'investiture démocrate puis pour ses campagnes aux élections présidentielles de 2008 et 2012[95],[96].

Le président Barack Obama la décore par ailleurs de la Médaille présidentielle de la Liberté fin 2012[96].

Œuvres (sélection)Modifier

RomansModifier

Livres pour la jeunesseModifier

  • co-écrit avec Slade Morrison, The Big Box, Little, Brown Books for Young Readers, 10 septembre 1999, rééd. 1 septembre 2002, 48 p. (ISBN 9780786812912),
  • co-écrit avec Slade Morrison, (ill. Pascal Lemaître), The Book of Mean People, Little, Brown Books for Young Readers, , 48 p. (ISBN 9780786805402),
  • Remember: The Journey to School Integration, HMH Books for Young Readers, , 80 p. (ISBN 9780618397402),
  • Peeny Butter Fudge (ill. Joe Cepeda), Simon Schuster/Paula Wiseman Books, , 32 p. (ISBN 9781416983323),
  • co-écrit avec Slade Morrison, (ill. Sean Qualls), Little Cloud and Lady Wind, Simon Schuster/Paula Wiseman Books, , 32 p. (ISBN 9781416985235),
  • Please, Louise (ill. Shadra Strickland), Simon Schuster/Paula Wiseman Books, 1 septembre 2013, rééd. 4 mars 2014, 32 p.

NouvellesModifier

EssaisModifier

  • Playing in the Dark: Whiteness and the Literary Imagination, Harvard University Press, , 110 p. (ISBN 9780674673779),
  • Burn This Book: PEN Writers Speak Out on the Power of the Word, Harper, , 128 p. (ISBN 9780061774003),
  • The Origin of Others, Harvard University Press, 2016, rééd. 18 septembre 2017, 114 p. (ISBN 9780674976450),
  • The Source of Self-Regard: Selected Essays, Speeches, and Meditations, Knopf Publishing Group, , 354 p. (ISBN 9780525521037),

LibrettisteModifier

ThéâtreModifier

CollaborationModifier

Livres traduits en françaisModifier

RomansModifier

Livres pour enfantsModifier

  • À ton avis la cigale ou la fourmi ?, traduction de Laurence Kiéfé, éd. L'École des Loisirs, 2011
  • Tout ce qu'il faut savoir sur les méchants ! traduction de Pascal Lemaître, éd. Milan Jeunesse, 2007
  • À ton avis : Le Viel Homme ou le Serpent ?, traduction de Laurence Kiefé, illustrations de Pascal Lemaître, éd. Casterman, 2004,
  • Ma liberté à moi, traduction de Giselle Potter, éd. Gallimard, 2003

EssaisModifier

  • L'Origine des autres, traduction de The Origin of Others (2017) par Christine Laferrière, éd. Christian Bourgois, 2018,
  • Entre vos mains, illustré par Pascal Lemaître, et traduit par Benoîte Dauvergne, éd. L'Aube, 2018. Discours prononcé au moment de recevoir le prix Nobel à Stockholm.,
  • Sous la direction de Andrée-Anne Kekeh-Dika et Maryemma Graham et Janis A. Mayes, Toni Morrison, Au-delà du visible ordinaire / Beyond the Ordinary Visible, éd. Presses universitaires de Vincennes, 2015[100]
  • Playing in the Dark, traduction de Pierre Alien, éd. Christian Bourgois, 2007,

Regards sur son œuvre, essais, articles et interviews et autresModifier

Avis générauxModifier

Toni Morrison a donné un nouveau souffle à la littérature américaine de la seconde moitié du XXe siècle en général et aux lettres afro-américaines en particulier pour l'E. Universalis[101]. Pour le Magazine littéraire, son style allie précision, violence, lyrisme et acuité de l'observation psychologique et sociale[102]. La plupart de ses romans se rapprochent du réalisme magique latino-américain[103]. Entre rêve et réalité, ils décrivent la misère des Noirs aux États-Unis depuis le début du XXe siècle dont ils restituent les voix passées ou présentes et le folklore. Avec l'approche d'une conteuse, Morrison en recompose, fragment par fragment, la mémoire dense et complexe[104]. Son œuvre revisite systématiquement l'histoire de son pays du point de vue des laissés-pour-compte et se dote de techniques narratives singulières, puisant son inspiration dans le jazz, l'oralité, l'argot et la culture populaire[105]. Les romans de Morrison sont polyphoniques. Ils fragmentent la chronologie, ont recours aux récits enchâssés et à l'épiphanie, font circuler le point de vue de différents personnages et répètent des scènes identiques sous un angle différent. Selon l'Académie suédoise, « on ne peut qu'être séduit par sa remarquable technique narrative qui porte la marque d'un esprit original, même si l'on peut en déceler les racines chez Faulkner et les Américains des États du Sud. »[106]. L'auteure mêle une peinture minutieuse de l'esclavage et du ségrégationnisme américains à des éléments narratifs irrationnels, surnaturels ou merveilleux, pour la plupart inhérents aux croyances et aux mythes afro-américains[107].

Ses récits, qui refusent le manichéisme, trouvent un écho contemporain et évoquent les difficultés internes à l'éthique de la communauté noire qui, outre le racisme et la pauvreté, se voit déchirée entre l'héritage culturel des ancêtres et le modèle de promotion sociale des Blancs. Les thèmes de l'identité bafouée, de l'origine insaisissable et du déracinement occupent une place centrale dans son œuvre[108].

Ses fictions ont presque toutes pour personnage principal des femmes généralement martyrisées, ce qui lui a valu l'étiquette d' « écrivain féministe » qu'elle n'a jamais revendiquée, déclarant à ce sujet : « Cela dévoierait certains lecteurs qui pourraient croire que je me suis engagée dans l'écriture d'un tract féministe. Je ne souscris pas au patriarcat mais je ne crois pas qu'il doive être supplanté par un matriarcat. Je pense que c'est une question de droit équitable et de portes ouvertes sur toutes sortes de choses. »[109].

La romancière se déclare défiante envers toute identité figée et prend également ses distances avec un certain discours idéologique sur l'identité noire[108],[95]. Ses ouvrages, dans lesquels cohabitent le registre tragique et un questionnement métaphysique, atteignent une forme d'humour qui passe par une tonalité burlesque et fantastique, relève l'Encyclopædia Universalis[108].

Références au sein de l'œuvre et difficultés de lectureModifier

Plusieurs auteurs ont souligné l'incapacité de nombreux critiques littéraires à comprendre en profondeur le sens de l'œuvre de Toni Morrison. Ainsi, pour Marni Gauthier, en 2005, les critiques adressées à Paradise sur l'opposition manichéenne entre hommes porteurs de vices et femmes porteuses de vertus ratent un élément important : la déconstruction du roman national américain via une transposition caricaturale et une inversion de schémas sociaux. Elle analyse ainsi, parmi de multiples autres éléments, que la valorisation au plus haut degré d'une peau authentiquement noire et le rejet des personnes à la peau trop claire par l'un des pères fondateurs (Old fathers) puis par la communauté entière qui met en œuvre une « loi du sang » implicite, n'est qu'un écho inversé de la one-drop rule, cette loi qui classe comme Noire toute personne ayant le moindre ascendant africain, même très lointain. De la même façon, l'idéal de pureté féminin et le traitement des femmes dans le roman, y compris le massacre des femmes du couvent, renvoient à l'hégémonique « culte de la vraie féminité » du XIXe siècle, et à l'assimilation forcée des peuples indo-américains[110]. Pareillement, Geneva Cobb Moore relève en 2011 pour Un don que la compréhension de cette déconstruction du roman national et des mythes fondateurs américains nécessite la prise en compte des très nombreuses références parodiques disséminées dans le texte, ce qui n'est pas toujours de règle chez les critiques[111].

CensureModifier

Les livres de Toni Morrison ont donné lieu à de nombre actes et tentatives de censure. En 1995, à la grande surprise de Toni Morrison, c'est le cas de Paradise, pour « incitation à l'émeute publique  »[112]. Beloved et L'Œil le plus bleu figurent avec des motifs divers (contenu sexuellement explicite, violent, mots offensants, inadapté à l'âge des enfants, présence d'un point de vue religieux, scène d'inceste) sur la liste des « 100 livres les plus censurés ou proposés à la censure de la décennie 2010-2019 [113]», publiée par l'Association américaine des bibliothèques[114]. Ces deux ouvrages figuraient déjà dans la liste de la décade précédente, aux côtés du Chant de Salomon[115]. Un projet de loi rémanent[116] de l'État de Virginie, s'opposant à l'utilisation dans les lycées de livres avec un contenu sexuel explicite, visant entre autres Beloved et L'Œil le plus bleu, est surnommé Beloved bill[117]. Au delà du contenu à caractère sexuel, c'est pour certains observateurs la difficulté en Amérique de faire face à son passé esclavagiste qui ressort de ces tentatives[118].

Le Parti républicain milite en 2021 pour le retrait des écoles au niveau national des livres qui « corrompent » les écoliers avec des concepts tels que le « racisme structurel » ou le « privilège blanc ». Des livres de Toni Morrison sont notamment visés[119].

Pour Toni Morrison, la pensée même de vouloir « effacer » les écrits des autres est un cauchemar, et elle a longtemps milité contre la censure, considérant que c'est la même inspiration qui prévalait lorsque les grands-parents des censeurs actuels prétendaient rendre la lecture illégale pour les Noirs[120].

EssaisModifier

Articles et interviewsModifier

AnglophonesModifier

  • Diane Johnson, « The Oppressor in the Next Room », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne),
  • Thomas R. Edwards, « Ghost Story », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne),
  • Anthony J. Berret, « Toni Morisson's », CLA Journal, Vol. 32, No. 3,‎ , p. 267-283 (17 pages) (lire en ligne),
  • Elissa Schappell & Claudia Brodsky Lacour, « Toni Morrison, The Art of Fiction No. 134 », Paris review n°128,‎ (lire en ligne),
  • Sunanda Pal, « From Periphery to Centre: Toni Morrison's Self Affirming Fiction », Economic and Political Weekly, Vol. 29, No. 37,‎ , p. 2439-2443 (5 pages) (lire en ligne),
  • Cecil Brown & Toni Morrison, « Interview with Toni Morrison », The Massachusetts Review, Vol. 36, No. 3,‎ , p. 455-473 (19 pages) (lire en ligne),
  • Richard Pearce, « Toni Morrison's "Jazz": Negotiations of the African American Beauty Culture », Narrative, Vol. 6, No. 3,‎ , p. 307-324 (18 pages) (lire en ligne),
  • Beth A. McCoy, « Trying Toni Morrison Again », College English, Vol. 68, No. 1,‎ , p. 43-57 (15 pages) (lire en ligne),
  • Chrysavgi Papagianni, « Justine Baillie, Toni Morrison and Literary Tradition: The Invention of an Aesthetic », European Journal of American Studies,‎ (lire en ligne),
  • Sarah Ladipo Manyika, « On Meeting Toni Morrison », Transition, No. 124,‎ , p. 138-147 (10 pages) (lire en ligne),
  • « The First Reviews of Every Toni Morrison Novel, from "The Bluest Eye" to" God Help the Child" », Book Marks Review,‎ (lire en ligne),

FrancophonesModifier

  • Philippe Boulet-Gercourt, « Toni Morrison, la star », Le Nouvel Observateur, no 2494,‎ , p. 102 à 104 (ISSN 0029-4713),
  • Jean-Baptiste Harang, Une fugue de jazz, si cela existe, article publié dans Le Nouveau Magazine Littéraire, 2012/9 (N° 523), p. 51-51[121],
  • « Être black n’a pas toujours été beautiful » », interview de Toni Morrison menée par Laurence Lemoine pour le magazine Psychologies, 2012[122],
  • André Clavel , « Toni Morrison, les quatre livres à lire en priorité », L'Express, 2012[123],

Documents audiovisuels et audiophoniquesModifier

  • Toni Morrison en personne, interview menée par Audrey Ripoull pour France Inter, 2016[124]
  • Toni Morrison, inlassable conteuse de l'Amérique noire, émission animée par Tirthankar Chanda pour RFI, 2015[125],
  • Toni Morrison, émissions sur France Culture, 2012[126]

Prix et distinctionsModifier

HommagesModifier

RéférencesModifier

  1. « https://findingaids.princeton.edu/collections/C1491 »
  2. a et b (en) « Toni Morrison obituary », sur the Guardian, (consulté le )
  3. a b c et d (en) GradeSaver, « Toni Morrison Biography | List of Works, Study Guides & Essays | GradeSaver », sur www.gradesaver.com (consulté le )
  4. (en-US) « Toni Morrison Biography - life, family, childhood, children, parents, name, story, death, history, school », sur www.notablebiographies.com (consulté le )
  5. (en) « Toni Morrison | American author », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a b et c (en-US) « Toni Morrison Biography », sur www.cliffsnotes.com (consulté le )
  7. (en-US) « 'I Regret Everything': Toni Morrison Looks Back On Her Personal Life », sur NPR.org (consulté le )
  8. (en-US) « Toni Morrison Elementary / Homepage », sur http (consulté le )
  9. a b c d et e (en-US) « Toni Morrison | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  10. (en-US) Ekemini Uwan, « How Toni Morrison’s words pierced me, as a black Christian female writer », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  11. (en-US) « Toni Morrison, author baptized Catholic as child, dies at age 88 », sur cruxnow.com (consulté le )
  12. (en) « Toni Morrison, author baptized Catholic as child, dies at age 88 », sur National Catholic Reporter, (consulté le )
  13. (en) Kristine Yohe, « Morrison, Toni », Oxford Research Encyclopedia of Literature,‎ (DOI 10.1093/acrefore/9780190201098.013.574, lire en ligne, consulté le )
  14. a et b (en-US) « Toni Morrison », sur Biography (consulté le )
  15. a et b (en-US) « Toni Morrison », sur www.nndb.com (consulté le )
  16. (en-US) Emily Langer, « Toni Morrison, Nobel laureate who transfigured American literature, dies at 88 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  17. a et b (en) « Toni Morrison », sur Nobel Prize
  18. (en-US) « Biography – Toni Morrison » (consulté le )
  19. (en) Ismail Muhammad, « Toni Morrison Was So Much More Than a Novelist », sur Slate Magazine, (consulté le )
  20. « Toni Morrison: African American Writer », sur www.myblackhistory.net (consulté le )
  21. a et b Davis, Angela., Autobiographie., Albin Michel, (ISBN 2226001735 et 9782226001733, OCLC 417409268, lire en ligne), "Ce livre m'a permis de connaître une femme Noire, magnifique et vivifiant écrivain, Toni Morrison, et de travailler avec elle." (Remerciements en début d'ouvrage)
  22. (en) « Toni Cade Bambara | American author and civil-rights activist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  23. « Gayl Jones | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  24. (en-GB) « Toni Morrison: American literary giant made it her life’s work to ensure that black lives (and voices) matter | Faculty of English », sur www.english.ox.ac.uk (consulté le )
  25. (en-GB) « Obituary: Toni Morrison », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. (en-US) Adrienne Westenfeld, « Toni Morrison's Monumental Impact on Literature and Culture Will Be Felt For Centuries to Come », sur Esquire, (consulté le )
  27. (en-US) « Toni Morrison Biography », sur www.chipublib.org (consulté le )
  28. (en-GB) Lyn Innes, « Toni Morrison obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  29. (en-GB) Hermione Hoby, « Toni Morrison: 'I'm writing for black people ... I don't have to apologise' », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  30. (en-US) William Grimes, « Toni Morrison Is '93 Winner of Nobel Prize in Literature », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. John Leonard, « Books of The Times », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  32. a et b (en-US) Boris Kachka, « Who Is the Author of Toni Morrison? », sur New York, (consulté le )
  33. Busby, Margaret, "Books: Toni Morrison: beloved and all that jazz ...", The Independent, October 9, 1993.
  34. (en-US) « Search Results for “Toni Morrison” – National Book Critics Circle », sur www.bookcritics.org (consulté le )
  35. (en-US) « Remembering Toni Morrison | African American Studies at Illinois », sur afro.illinois.edu (consulté le )
  36. (en-GB) Hermione Hoby, « Toni Morrison: 'I'm writing for black people ... I don't have to apologise' », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. (en-US) « New York Home of Toni Morrison Burns », The New York Times,‎ 26décembre 1993, p. 38 (lire en ligne)
  38. (en-GB) Maya Jaggi, « Profile: Toni Morrison », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  39. David Henry, « Toni Morrison, First Black Woman Writer to Win Nobel, Dies », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  40. Margaret Croyden, « Toni Morrison Tries Her Hand At Playwriting », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  41. (en-US) « What happened to Toni Morrison's first play? », sur The Collaborative, (consulté le )
  42. (en-US) « Toni Morrison Biography », sur biography.jrank.org (consulté le )
  43. (en-US) Leon Botstein, Chinua Achebe and Toni Morrison, « Things Fall Together », Transition, No. 89,‎ , p. 150-165 (16 pages) (lire en ligne)
  44. Mervyn Rothstein, « Toni Morrison, In Her New Novel, Defends Women », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  45. « Margaret Garner Incident (1856) », Black Past (consulté le )
  46. Barbara Offutt Mathieson, « Memory and Mother Love in Morrison's "Beloved" », American Imago, vol. 47, no 1,‎ , p. 1–21 (ISSN 0065-860X, JSTOR 26303963)
  47. « [...]so brutal and disturbing that it appears to warp time before and after into a single unwavering line of fate. »
  48. Dennis Hevesi, « Toni Morrison's Novel 'Beloved' Wins the Pulitzer Prize in Fiction », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Ms. Morrison's versatility and technical and emotional range appear to know no bounds. If there were any doubts about her stature as a pre-eminent American novelist, of her own or any other generation, Beloved will put them to rest. »
  50. (en-US) Margaret Atwood, « Jaunted By Their Nightmares », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Josyane Savigneau, « Morrison, la guerrière », Le Monde,‎ , p. I, Le Monde des livres (lire en ligne  , consulté le )
  52. (en-US) Stanley Crouch, « Literary Conjure Woman », sur The New Republic, (consulté le )
  53. « reads largely like a melodrama lashed to the structural conceits of the miniseries »
  54. « [...] perpetually interrupts her narrative with maudlin ideological commercials. »
  55. Amy Alexander, « The bull in the black-intelligentsia china shop », sur Salon, (consulté le )
  56. Ted Gioia, « Beloved by Toni Morrison », thenewcanon.com (consulté le )
  57. Edwin McDowell, « 48 Black Writers Protest By Praising Morrison », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  58. « "Writers Demand Recognition for Toni Morrison (1988)", June Jordan Houston A. Baker Jr. STATEMENT, reprinted at aalbc.com », sur AALBC.com's Discussion Boards
  59. (en-US) « Award ceremony speech », sur NobelPrize.org (consulté le )
  60. En anglais: « who in novels characterized by visionary force and poetic import, gives life to an essential aspect of American reality. » (source: Site officiel de la Fondation Nobel, in "Nobelprize laureates for literature", partie consacrée à Toni Morrison (1993)
  61. (en-US) « Toni Morrison: 100 Women of the Year », sur Time (consulté le )
  62. « Dies academicus 2011: deux regards sur les droits humains - Service de communication - UNIGE », sur www.unige.ch (consulté le )
  63. (en-US) Wilfred D. Samuels, « Chloe Anthony Wofford “Toni” Morrison (1931-2019 ) », sur BlackPast, (consulté le )
  64. « Le Louvre invite Toni Morrison | Musée du Louvre | Paris », sur www.louvre.fr (consulté le )
  65. « About the Artist », SladeMorrison.com (consulté le )
  66. (en-US) Jesse McCarthy, « Toni Morrison’s Revolution in American Literature », The Nation,‎ (ISSN 0027-8378, lire en ligne, consulté le )
  67. (en-US) « The New York Times: Book Review Search Article », sur movies2.nytimes.com (consulté le )
  68. (en) « To Be a Black Woman; Portraits in Fact and Fiction. Edited by Mel Watkins and Jay David. 285 pp. New York: William Morrow & Co. $6.95. », sur timesmachine.nytimes.com (consulté le )
  69. (en-US) Toni Morrison, « Going home with bitterness and joy », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  70. (en-US) Toni Morrison, « Who Is Angela Davis? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  71. (en-US) Toni Morrison, « What the Black Woman Thinks About Women's Lib », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  72. (en-US) Toni Morrison, « It is like growing up black one more time », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  73. (en) Joy James, « Toni Morrison, Activist », sur Boston Review, (consulté le )
  74. (en-US) « 10 Black Authors Everyone Should Read | PBS », sur 10 Black Authors Everyone Should Read | PBS (consulté le )
  75. (en-US) Lisa Shea, « Georgia on Her Mind », sur ELLE, (consulté le )
  76. (en-US) « Toni Morrison's Haunting Resonance », sur Interview Magazine, (consulté le )
  77. Josyane Savigneau, « L’écrivaine américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature, est morte », sur Lemonde.fr, (consulté le )
  78. (en) « Beloved Author Toni Morrison Has Died at 88 », sur www.vulture.com (consulté le )
  79. Hillel Italie, « Nobel laureate Toni Morrison dead at 88 », sur AP NEWS, (consulté le )
  80. (en-US) Margalit Fox, « Toni Morrison, Towering Novelist of the Black Experience, Dies at 88 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  81. « Les hommages à Toni Morrison pleuvent sur les réseaux sociaux », sur Franceinfo, (consulté le )
  82. Deutsche Welle (www.dw.com), « La presse allemande rend hommage à Toni Morrison | DW | 07.08.2019 », sur DW.COM (consulté le )
  83. « Littérature. L’Amérique salue Toni Morrison, “un trésor national" », sur Courrier international, (consulté le )
  84. (en-US) Hannah Yasharoff, « Oprah Winfrey pays tribute to friend Toni Morrison: 'Long may her WORDS reign!' », sur USA TODAY (consulté le )
  85. (en-US) A. O. L. Staff, « How Barack Obama, Kerry Washington and more stars reacted to Toni Morrison's death at 88 », sur AOL.com (consulté le )
  86. (en) « 'What a Life. What a Remarkable Remarkable Life': Nation Mourns Passing of US Literary Icon Toni Morrison (1931-2019) », sur Common Dreams (consulté le )
  87. (en) Kimberley Richards, « Tributes Pour In For Toni Morrison, 'Brilliant Scribe' Of Our Nation’s Stories », sur HuffPost, (consulté le )
  88. (en) « Oprah Winfrey, Barack Obama, Shonda Rhimes, and more pay tribute to Toni Morrison », sur EW.com (consulté le )
  89. (en) Rhodes Murphy, « Writers, Artists, and Leaders Pay Tribute to Toni Morrison », sur Slate Magazine, (consulté le )
  90. « Obama, Taubira, BHL rendent hommage à Toni Morrison... mais pas Trump », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  91. « Voir dans le noir avec Toni Morrison », sur médiapart, médiapart,
  92. (en-US) Toni Morrison, « On the First Black President », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le )
  93. (en-US) « Toni Morrison defended, championed and chastised American presidents », sur NBC News (consulté le )
  94. « Toni Morrison, prix Nobel de littérature 1993, est morte à 88 ans », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  95. a et b Philippe Coste, « Toni Morrison : "En France, on ne m'aurait jamais donné un job" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  96. a et b Philippe Boulet-Gercourt, « Toni Morrison, star de la rentrée », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  97. (en-US) Leon James Bynum, « TONI MORRISON AND THE TRANSLATION OF HISTORY IN MARGARET GARNER », Columbia University,‎
  98. (en) « Toni Morrison's first opera made its debut in Detroit », sur Detroit Free Press (consulté le )
  99. (en-US) Margaret Croyden, « Toni Morrison Tries Her Hand at Playwriting », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  100. « Toni Morrison. Au-delà du visible ordinaire / Beyond the Ordinary Visible »
  101. Michel Fabre et Claudine Raynaud, « TONI MORRISON », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  102. « Critique d'"Un don" de Toni Morrison », Le Magazine littéraire,‎ (lire en ligne)
  103. Claude Le Fustec, « Le réalisme magique : vers un nouvel imaginaire de l’autre? », Amerika, revue de littérature américaine,‎ (lire en ligne)
  104. Œuvre de Toni Morrison sur l'encyclopédie Larousse, consulté le 07 novembre 2013.
  105. Biographie de Toni Morrison sur l'encyclopédie Larousse, consulté le 07 novembre 2013.
  106. Michem Boulet-Guilloux, « Toni Morrison a lié son œuvre à la cause noire aux USA », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  107. « Toni Morrison » sur l'encyclopædia Universalis, consulté le 07 novembre 2013.
  108. a b et c « Reconstruire une identité bafouée » sur l'encyclopædia Universalis, consulté le 07 novembre 2013.
  109. Traduction de l'anglais: « it's off-putting to some readers, who may feel that I'm involved in writing some kind of feminist tract. I don't subscribe to patriarchy, and I don't think it should be substituted with matriarchy. I think it's a question of equitable access, and opening doors to all sorts of things. » (en) Jaffrey Zia, « The Salon Interview with Toni Morrison », Salon.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  110. Marni Gauthier, « The Other Side of "Paradise": Toni Morrison's (Un)Making of Mythic History », African American Review, vol. 39, no 3,‎ , p. 395–414 (ISSN 1062-4783, lire en ligne, consulté le )
  111. Geneva Cobb Moore, « A Demonic Parody: Toni Morrison's "A Mercy" », The Southern Literary Journal, vol. 44, no 1,‎ , p. 1–18 (ISSN 0038-4291, lire en ligne, consulté le )
  112. « Avoir raison avec...Toni Morrison (2/5) : Le langage, cet "acte doté de conséquences" - Ép. /5 - Avoir raison avec...Toni Morrison », sur France Culture (consulté le )
  113. (en) KPEKOLL, « Top 100 Most Banned and Challenged Books: 2010-2019 », sur Advocacy, Legislation & Issues, (consulté le )
  114. (en) MMORALES, « ALA releases list of Top 100 Most Banned and Challenged Books of the decade », sur News and Press Center, (consulté le )
  115. (en) admin, « Top 100 Banned/Challenged Books: 2000-2009 », sur Advocacy, Legislation & Issues, (consulté le )
  116. (en) « Opinion | 'Beloved' teaches Virginians the dangers of ignoring the past. Just open the book. », sur NBC News (consulté le )
  117. (en) Jenna Portnoy, « ‘Beloved bill’ goes to McAuliffe’s desk », sur washingtonpost.com,
  118. (en) « Virginia governor race highlights irony of banning 'Beloved' from schools » [vidéo], sur NBC News, (consulté le )
  119. « États-unis. Censure : la nouvelle « liste noire » des républicains », sur L'Humanité,
  120. (en-GB) Index on Censorship, « Banned Books Week: Censorship as nightmare », sur Index on Censorship, (consulté le )
  121. « « Une fugue de jazz, si cela existe », »
  122. Psychologies.com, « Toni Morrison : « Être black n’a pas toujours été beautiful » », Psychologies,‎ (lire en ligne, consulté le )
  123. « Toni Morrison, les quatre livres à lire en priorité », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  124. « Toni Morrison en personne », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  125. « Toni Morrison, inlassable conteuse de l'Amérique noire », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  126. « Toni Morrison : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  127. a et b (en-US) « Past Award Winners – Ohioana Library » (consulté le )
  128. (en-US) « National Book Critics Circle: awards », sur www.bookcritics.org (consulté le )
  129. (en) « Janet Heidinger Kafka Prize : Susan B. Anthony Institute for Gender & Women's Studies : University of Rochester », sur www.sas.rochester.edu (consulté le )
  130. Pelagia Goulimari, Toni Morrison, Routledge, , 288 p. (ISBN 978-1-136-69868-2, lire en ligne), p. 26
  131. a b et c (en-US) Liam, « Toni Morrison - Bio, Net Worth, Death, Cause of Death, Died at 88, News, Toni, Morrison, Books, Quotes, Movies, Nobel Prize, Husband, Children, Age », sur Gossip Gist (consulté le )
  132. (en) « Peggy V. Helmerich Distinguished Author Award », sur helmerichaward.org (consulté le )
  133. (en-US) « PREVIOUS WINNERS OF THE AMERICAN BOOK AWARD », sur Columbus Foundation
  134. (en-US) « Winners by Year », sur Anisfield-Wolf Book Awards (consulté le )
  135. (en-US) Dennis Hevesi, « Toni Morrison's Novel 'Beloved' Wins the Pulitzer Prize in Fiction », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  136. (en) « Frederic G. Melcher Book Award », sur UUA.org, (consulté le )
  137. (en) « Honorary Degrees », sur Harvard University (consulté le )
  138. a et b (en-US) « Toni Morrison receives National Humanities Medal », sur Princeton University (consulté le )
  139. (en-US) « At 88, Toni Morrison personifies the strength of Black womanhood », sur www.louisianaweekly.com, (consulté le )
  140. (en-US) « Toni Morrison to Deliver NEH's 1996 Jefferson Lecture », The Chronicle of Higher Education,‎ (ISSN 0009-5982, lire en ligne, consulté le )
  141. (en-US) « Toni Morrison Accepts the 1996 Medal for Distinguished Contribution to American Letters », sur National Book Foundation, (consulté le )
  142. (en) « Toni Morrison », sur National Endowment for the Humanities (NEH) (consulté le )
  143. (en-US) « At 88, Toni Morrison Personifies the Strength of Black Womanhood », sur Los Angeles Sentinel, (consulté le )
  144. (en-US) « Toni Morrison », sur New Jersey Hall of Fame, (consulté le )
  145. (en) Associated Press, « Toni Morrison, Princeton professor and NJ Hall of Famer, dead at 88 », sur New Jersey 101.5 (consulté le )
  146. (en-US) « Mailer Prize – The Norman Mailer Center » (consulté le )
  147. « Toni Morrison, Nobel de littérature afro-américaine, est morte », sur LExpress.fr, (consulté le )
  148. (en) « Heard on Campus: Nobel Prize-winning novelist Toni Morrison | Penn State University », sur news.psu.edu (consulté le )
  149. « Fiction Prize | Awards & Honors | About the Library | Library of Congress », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le )
  150. (en) « Nobel Laureate Toni Morrison to Speak, Receive Honorary Degree at Rutgers’ 245th Commencement May 15 », sur Rutgers Today, (consulté le )
  151. « Décès de l'écrivaine Toni Morrison - Actualités - UNIGE », sur www.unige.ch, (consulté le )
  152. « U.S. Senate: Presidential Medal of Freedom Recipients », sur www.senate.gov (consulté le )
  153. (en-US) « Past Nichols-Chancellor Medalists », sur Commencement (consulté le )
  154. « National Book Critics Circle: sandrof », sur bookcritics.org (consulté le )
  155. « National Book Critics Circle: Sandrof Award: Rita Dove’s Homage to Toni Morrison - Critical Mass Blog », sur www.bookcritics.org (consulté le )
  156. (en) « PEN/Saul Bellow Award for Achievement in American Fiction ($25,000) », sur PEN America, (consulté le )
  157. (en) « Ruminating on Race, Toni Morrison Gives First Norton Lecture | News | The Harvard Crimson », sur www.thecrimson.com (consulté le )
  158. (en) « Medal Day History », sur Macdowell Colony (consulté le )
  159. (en-US) « 2018 Jefferson Medal », sur American Philosophical Society (consulté le )
  160. (en-US) SisumD, « In Memoriam: Toni Morrison, 1931–2019 », sur npg.si.edu, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier