Ouvrir le menu principal

Athol Fugard

dramaturge sud-africain

BiographieModifier

Au théâtre (où il exerce principalement, comme auteur et metteur en scène, parfois comme acteur), Athol Fugard — irlandais par son père et afrikaner par sa mère — débute avec sa pièce Klaas and the Devil, représentée en 1956. En 1965, il devient le directeur de la troupe The Serpent Players (comprenant alors exclusivement des acteurs noirs), que rejoignent également ses compatriotes John Kani (en 1965) et Winston Ntshona (en 1967). Par l'expression théâtrale, les trois hommes ne cessent de dénoncer le régime alors en vigueur de l'apartheid, entre autres avec trois pièces emblématiques, coécrites par eux, Sizwe Banzi est mort (1972), Inculpation pour violation de la loi sur l'immoralité (1972) et L'Île (1973), qui seront notamment représentées à Londres, à New YorkBroadway et Off-Broadway), ou encore à Paris (ces trois pièces seront réunies en une trilogie, sous le titre original de Statements). Cette opposition à la politique raciale pratiquée dans son pays vaudra à Athol Fugard, entre 1967 et 1971, une confiscation de son passeport (et des périodes d'emprisonnement aux deux autres hommes). La dernière pièce écrite par lui (à ce jour) est The Bird Watchers, dont la première représentation a eu lieu le au théâtre que l'auteur dirige au Cap, The Fugard Theatre. Parmi ses interprètes de prédilection, outre John Kani et Winston Ntshona, mentionnons aussi l'américain Danny Glover et le sud-africain Zakes Mokae.

On doit encore à Athol Fugard des écrits en dehors du théâtre : ainsi, son roman Tsotsi (publié en 1980) est adapté au cinéma en 2005, sous le même titre original (titre français : Mon nom est Tsotsi). De plus, il a également des activités de pédagogue, enseignant l'art d'écrire, de jouer et de mettre en scène (en particulier à l'Université du Cap).

Au cinéma ou à la télévision, il est occasionnellement acteur, producteur et scénariste. Un de ses rôles les plus connus au cinéma est celui du général Jan Smuts, dans le film indo-britannique Gandhi de Richard Attenborough (1982), face à Ben Kingsley dans le rôle-titre. Et, expérience unique (toujours à ce jour), il réalise — conjointement avec son compatriote Peter Goldsmid — le film sud-africain La Route vers La Mecque (d'après sa pièce éponyme, créée en 1984) — sorti en 1992, avec Kathy Bates —, auquel il contribue en outre comme acteur.

Théâtre (sélection)Modifier

Pièces, comme auteur, sauf mention complémentaire

En Afrique du SudModifier

Au Cap
À Johannesburg
Autres lieux

En AngleterreModifier

À Londres, sauf mention contraire

Aux États-UnisModifier

À Broadway
Off-Broadway
À Chicago
À New Haven

En FranceModifier

À Paris, sauf mention contraire

Filmographie partielleModifier

Au cinémaModifier

À la télévisionModifier

Littérature (hors théâtre)Modifier

(l'année est celle de première publication)

  • 1980 : Tsotsi, Rex Collings, Londres, 168 pp (roman)
  • 1983 : Notebooks, 1960-1977, Ad. Donker, Johannesburg, 238 pp (essai)
  • 1994 : Cousins : A Memoir, Witwatersrand University Press, Johannesburg, 106 pp (biographie)

Liens externesModifier