Sterling Allen Brown

écrivain et universitaire afro-américain

Sterling Allen Brown, né le à Washington (district de Columbia), mort le à Takoma Park dans l'État du Maryland est un poète, essayiste, critique littéraire, anthologiste et professeur afro-américain dont les recherches ont porté notamment sur la culture populaire afro-américaine du Sud des États-Unis et sur la représentation des Noirs dans la littérature américaine. Il fut une des figures du mouvement culturel dit de la Renaissance de Harlem.

Sterling Allen Brown
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Washington (district de Columbia)
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Takoma Park (Maryland)
Nationalité
Formation
  • Bachelor of Arts (licence), Williams College
  • Master of Arts (mastère), Université Harvard
Activité
poète, essayiste, critique littéraire, anthologiste et professeur d'université
Père
Sterling Nelson Brown
Mère
Adelaide Allen Brown
Conjoint
Daisy Turnbull
Autres informations
A travaillé pour
Université Howard, Virginia Theological Seminary (en), université Fisk, Lincoln University (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Mouvement
Maître
Bliss Perry, George Lyman Kittredge
Distinctions
  • boursier de la fondation John-Simon-Guggenheim
  • lauréat du Lenore Marshall Poetry Prize

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Sterling Allen Brown est le benjamin des six enfants du révérend Sterling Nelson Brown, un pasteur et professeur de théologie à l'Université Howard, et d'Adelaide Allen Brown, diplômée de l'Université Fisk. Il grandit à proximité du campus de l'Université Howard dans un appartement de la Lincoln Temple United Church of Christ (en) où officie son père. Dès son plus jeune âge il fait la connaissance d'universitaires afro-américains comme W. E. B. Du Bois ou Alain Locke. Durant ses études secondaires à la Dunbar High School (Washington, D.C.) (en), il aura des professeurs prestigieux comme Jessie Redmon Fauset. Grâce à sa mère il découvre la littérature anglaise et s'éprend des livres de Henry Wadsworth Longfellow et de Paul Lawrence Dunbar qui marqueront son écriture. Il achève ses études secondaires en 1918 avec la mention valedictorian[1],[2].

Sterling Allen Brown est accepté au Williams College de Williamstown dans le Massachusetts où il étudie la littérature française et anglaise, il obtient le Bachelor of Arts (licence) en 1922. Grâce à une bourse d'étude, iI poursuit ses études universitaires à l'Université Harvard, où il soutient avec succès son Master of Arts (mastère) en 1923. À Harvard , il suit les séminaires de Bliss Perry (en)[3] et de George Lyman Kittredge (en)[4] qui l'encouragent à faire des recherches sur la culture populaire[5].

CarrièreModifier

Il enseigna l'anglais à l'université Howard pendant une quarantaine d'années. Il écrivit plusieurs ouvrages sur la littérature et le folklore des Afro-américains. En 1933, il publia son premier recueil de poèmes, intitulé Southern Road. Sa poésie influença la culture noire-américaine, notamment dans la musique. Bien qu'il ait passé la plus grande partie de sa vie à Brookland, un quartier de Washington, les spécialistes le rattachent au mouvement de la Renaissance de Harlem.

Vie personnelleModifier

Il épouse Daisy Turnbull en 1927.

ŒuvresModifier

  • (en-US) Negro in American Fiction, Argosy-Antiquarian, 1937, rééd. 1969, 232 p. (OCLC 640083978, lire en ligne),
  • (en-US) Co-écrit avec Lillian Herlands Hornstein, G.D. Percy, William L. Halstead & al., The Reader's Companion to World Literature, New Americam Library, 1956, rééd. 1 janvier 2002, 805 p. (ISBN 9780451205131, lire en ligne),
  • (en-US) Negro Poetry and Drama, and the Negro in American Fiction, Atheneum, , 209 p. (ISBN 9780689700248),
  • (en-US) Co-écrit avec George E. Haynes, Negro Newcomers in Detroit, Arno Press, , 88 p. (ISBN 9780405019265, lire en ligne),
  • (en-US) The Negro Caravan, Beaufort Books, 1 janvier 1970, rééd. 2000, 1082 p. (ISBN 9780405018527),
  • (en-US) Last Ride of Wild Bill and Eleven Narrative Poems, Broadside Press, 1975, rééd. 1 février 1976, 53 p. (ISBN 9780910296021),
  • (en-US) Southern Road, Beacon Press, 1974, rééd. 1 novembre 2004, 135 p. (ISBN 9780807063873),
  • (en-US) The Collected Poems, Triquarterly, 1980, rééd. 8 avril 1996, 267 p. (ISBN 9780810150454),
  • (en-US) A Son's Return: Selected Essays of Sterling A. Brown, Northeastern, , 288 p. (ISBN 9781555532741),

Prix et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Sterling Allen Brown | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 20 janvier 2021)
  2. (en) « Sterling Brown | American educator, literary critic and poet », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 20 janvier 2021)
  3. (en) « Bliss Perry | American editor », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 20 janvier 2021)
  4. (en) « George Lyman Kittredge | American scholar and educator », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 20 janvier 2021)
  5. (en-US) American National Biography, Volume 3, Oxford University Press, USA, , 973 p. (ISBN 9780195127829, lire en ligne), p. 734
  6. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Sterling A. Brown » (consulté le 20 janvier 2021)
  7. (en-US) Academy of American Poets, « Lenore Marshall Poetry Prize | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 20 janvier 2021)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Notices dans des encyclopédies et manuels de référenceModifier

ArticlesModifier

  • (en-US) Robert G. O'Meally, « "Game to the Heart": Sterling Brown and the Badman », Callaloo, No. 14/15,‎ février - mai 1982, p. 43-54 (12 pages) (lire en ligne),
  • (fr) Maurice A. Lubin, « Sterling A. Brown est mort », Présence Africaine, Nouvelle série, No. 148,‎ 4° trimestre 1988, p. 176-177 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) John S. Wright, « The New Negro Poet and the Nachal Man: Sterling Brown's Folk Odyssey », Black American Literature Forum, Vol. 23, No. 1,‎ , p. 95-105 (11 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Ellen Conroy Kennedy, « Looking for Sterling Brown's Howard County », Callaloo, Vol. 21, No. 4,‎ , p. 870-881 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Joanne V. Gabbin, « Sterling Brown's Poetic Voice: A Living Legacy », African American Review, Vol. 31, No. 3,‎ , p. 423-431 (9 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Phillip M. Richards, « Sterling Brown, Past and Present », The Massachusetts Review, Vol. 53, No. 1,‎ , p. 68-89 (22 pages) (lire en ligne),

Liens externesModifier