Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefebvre.

Stéphane Lefebvre
Image illustrative de l’article Stéphane Lefebvre
Stéphane Lefebvre au Rallye d'Allemagne 2014
Biographie
Date de naissance (27 ans)
Lieu de naissance Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais)
Nationalité Drapeau de France Français
Site web stephane-lefebvre.com
Carrière professionnelle en rallye
Années d'activité Depuis 2010
Copilote Drapeau : France Thomas Dubois (2011-2014) (2019)
Drapeau : Belgique Stéphane Prévot (2015)
Drapeau : France Gabin Moreau (2016-2018)
Statistiques
Dép. Vic. Pod. Scr.
WRC 30 0 0 3
WRC-2 8 1 1 6
WRC-3 5 3 3 34
JWRC 5 3 3 38
ERC Junior 5 3 4 41
Palmarès
1er 2e 3e
WRC - - -
WRC-3 1 - -
JWRC 1 - -
ERC Junior 1 - -

Stéphane Lefebvre, né le à Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais), est un pilote de rallye français. Il est le premier pilote automobile à remporter le championnat d'Europe des rallyes Junior (ERC Junior) et le championnat du monde des rallyes junior (JWRC) lors de la même année.

BiographieModifier

Les débuts (2010-2012)Modifier

Stéphane Lefebvre fait ses débuts en 2010 avec le Trophée Twingo R2 où il se classe troisième avec une victoire[1]. L'année suivante, il dispute sa première saison dans le Volant 207 et se classe sixième. Durant cette saison, il est copiloté pour la première fois par Thomas Dubois qui reste à ses côtés pendant plusieurs saisons.

En 2012, Stéphane Lefebvre continue dans cette formule de promotion au volant de la 207. Il remporte le Rallye du Touquet, monte plusieurs fois sur le podium, et termine vice-champion du Volant 207. Néanmoins, il glane le trophée Junior, ce qui lui permet d'obtenir un programme avec la Peugeot Rally Academy en championnat d'Europe des rallyes 2013 sur la 208 R2[2].

Premiers pas au niveau européen (2013)Modifier

En 2013, il dispute ses premiers rallyes internationaux en 208 Rally Cup. Il finit cinquième du classement deux roues motrices de l'ERC et, comme l'année précédente, vice-champion en 208 Rally Cup. Il est alors considéré par les médias comme un des espoirs français du rallye[3],[4].

Titres continental et mondial junior (2014)Modifier

En 2014, il prolonge son contrat au sein de la Peugeot Rally Academy aux côtés de Craig Breen et Kévin Abbring[5]. En plus de ses engagements en 208 Rally Cup et ERC, il s'engage en WRC-3 et en JWRC et s'impose dès son premier rallye mondial, au Portugal, prenant ainsi la tête des deux championnats. En 208 Rally Cup, il réalise quelques piges, comme au Rallye du Touquet où il s'impose à nouveau[6].

Un mois plus tard, il remporte sa première victoire en "Junior" et "2 roues motrices" de l'ERC avec le Rallye des Açores[7]. Il obtient sa première victoire mondiale en remportant le Rallye du Portugal 2014 en JWRC et en WRC-3[8]. En ERC, il s'impose de nouveau en "Junior" à l'occasion du Rallye d'Ypres[9]. Il remporte ensuite le Rallye de Pologne dans les catégories WRC-3 et JWRC[10],[11], avec en prime l'annonce peu avant du soutien du nonuple champion du monde des rallyes français Sébastien Loeb et la firme de boissons énergisantes Red Bull[12].

 
Stéphane Lefebvre au Rallye d'Allemagne 2014, sur une Citroën DS3 R3T aux couleurs de Red Bull.

Stéphane Lefebvre est coupé dans son élan au Rallye de Finlande, où il perd une grande partie de son avance au championnat après une sortie de piste durant le deuxième jour[13]. Lefebvre se ressaisit et remporte le Rallye d'Allemagne, lui permettant de reprendre le large au championnat[14],[15].

 
Lefebvre et Dubois célèbrent leur victoire au Rallye d'Allemagne.

Lors du Rallye de Tchéquie disputé dans le cadre du Championnat d'Europe des rallyes, Lefebvre réussit malgré des problèmes mécaniques à s'imposer et à reprendre les rênes du championnat[16]. Peu avant le Rallye d'Alsace 2014, Lefebvre effectue plusieurs tests sur des World Rally Car (DS 3 WRC, et Toyota Yaris WRC)[17],[18].

Lors du Rallye d'Alsace, Lefebvre connaît plusieurs problèmes mécaniques mais termine quatrième de sa catégorie. Surtout, profitant de l'abandon de son principal rival, Lefebvre est sacré champion du monde des rallyes junior, ce qui lui permet de décrocher un programme de six rallyes en WRC-2, l'antichambre du WRC[19],[20]. Le titre mondial junior acquis, Stéphane Lefebvre participe au Tour de Corse pour le titre européen junior. Il termine deuxième du rallye dans la catégorie derrière son rival pour le titre, mais son avance au championnat lui permet d'assurer son deuxième titre de l'année et de réaliser le doublé européen-mondial junior, ce qui est une première dans l'histoire du rallye[21].

Une première saison en WRC-2 (2015)Modifier

 
Stéphane Lefebvre durant le Rallye du Portugal 2015.

À la suite de son titre en JWRC l'année précédente, Stéphane Lefebvre est récompensé de six participations en WRC-2, mais Citroën Racing lui assure également quatre autres rallyes, dont deux au minimum sur une DS3 WRC en WRC[22]. Thomas Dubois, son copilote depuis plusieurs saisons, prend sa retraite pour se concentrer sur sa vie privée et professionnelle[23].

Son premier rallye de l'année est le rallye Monte-Carlo 2015, où il est engagé en WRC-2 avec Stéphane Prévot comme copilote. Après une bataille avec Martin Koči, Lefebvre profite des problèmes mécaniques de son rival pour s'imposer dans sa catégorie et ainsi prendre la tête du championnat[24],[25]. La suite de sa saison en WRC-2 est plus mitigée, la faute à quelques fautes de pilotage et à des problèmes mécaniques. Il achève sa campagne en WRC-2 au Rallye de Finlande où il termine troisième derrière les deux Škoda Fabia R5 officielles de Esapekka Lappi et Pontus Tidemand mais est finalement exclu à cause d'un boîtier électronique non-conforme.

3 ans en WRC (2015-2017)Modifier

Stéphane Lefebvre fait donc ses débuts en WRC en 2015 à l'occasion du Rallye d'Allemagne. Au volant d'une Citroën DS3 WRC préparée par le team PH-Sport, il se fait remarquer en signant un deuxième temps en spéciale puis en terminant l’épreuve à la dixième place, inscrivant son premier point en WRC. Il participe par la suite aux reconnaissances du Rallye d'Australie et se voit contraint de remplacer au pied levé Mads Østberg dans l'équipe Citroën Racing, ce dernier ayant été victime d'un accident de la route quelques heures auparavant. Il achèvera le rallye en 14e position. Il poursuit son apprentissage au Tour de Corse où il termine onzième après avoir bataillé avec Ott Tänak pour le gain du dixième rang. La pénultième épreuve en Catalogne le voit terminer 50e après un problème mécanique, mais le rallye de Grande-Bretagne suivant lui réussit avec une huitième place finale.

En 2016, Lefebvre intègre l'Abu Dhabi Total World Rally Team, structure mise en place par Citroën Racing, Abu Dhabi et PH Sport et dont le but est d'assurer l'intérim durant la saison 2016 avant un retour de la marque aux chevrons en 2017. Il fait équipe avec Kris Meeke, Craig Breen et Khalid Al-Qassimi. Il change aussi de copilote, Stéphane Prévot laissant sa place à son ami Gabin Moreau.

Son programme débute au Monte Carlo où il décroche son meilleur résultat en mondial en terminant 5e. Il revient ensuite au Portugal où il occupe un moment la quatrième place avant de percuter une pierre et de chuter au 23e rang. Vient ensuite la Pologne, où il signe son premier temps scratch en WRC et où il occupe pendant une grande partie de l’épreuve la sixième position, mais il fait une touchette contre un arbre dans la première spéciale du dernier jour qui le relégue au 15e rang.

Au Rallye d'Allemagne, il se hisse dans un premier temps au cinquième rang avec sa DS3 WRC privée. Cependant, il sort violemment de la route dans la spéciale de Arena Panzerplatte, la DS 3 WRC terminant sa course contre un arbre après avoir déviée de sa trajectoire au passage d'une corde dans un virage très rapide[26]. Lefebvre et Moreau sont blessés, le premier est touché aux côtes, au poumon, au thorax et au bassin, tandis que le deuxième est sévèrement blessé aux jambes[27].

Peu après le Tour de Corse non disputé pour cause de convalescence, le duo est officialisé par Citroën Racing pour les saisons 2017 et 2018 du WRC au volant de la nouvelle C3 WRC. Stéphane est de retour au rallye de Grande-Bretagne, mais sans Gabin car celui-ci doit encore se remettre de l'accident. Navigué pour l'occasion par Gilles de Turckheim, il se classe neuvième.

La saison 2017 démarre mal au Monte-Carlo, avec un passage par le Rally2 après une sortie, plusieurs problèmes mécaniques et quelques erreurs de pilotage. Lefevbre se distingue le dimanche en signant le premier meilleur temps de la C3 WRC et en remontant à la neuvième place au général. Il est contraint de reprendre une ancienne DS3 WRC pour le Rallye de Suède mais il ne part pas à la faute et termine huitième au milieu des nouvelles WRC. Au Mexique, il se fait piéger dans une portion sinueuse et se pose dans un fossé alors qu'il était 5e. Reparti en Rally2, il termine à la quinzième place. Les ennuis continuent en Corse et au Portugal avec des fautes de pilotage pénalisantes et aucun points glanés. Cela lui vaut d'être remplacé par Andreas Mikkelsen en Sardaigne.

De retour au rallye de Pologne qu'il affectionne, Lefebvre distance ses équipiers dans des conditions délicates et achève sa course au cinquième rang, égalant par la même occasion son meilleur résultat déjà obtenu au Monte Carlo 2016. Il n’est pas aligné en Finlande, en Allemagne et en Grande-Bretagne, mais l’est entretemps en Catalogne, où il profite des qualités de sa monture sur l'asphalte et des ennuis d'autres concurrents pour terminer sixième, malgré des problèmes d'intercom lors de la dernière journée. La dernière épreuve de la saison en Australie lui est difficile avec des avaries moteurs, des crevaisons et une casse de suspension qui le contraint à l'abandon. Il achève sa saison de 8 rallyes sur 13 au treizième rang du championnat.

Retour en WRC-2 (2018)Modifier

 
Stéphane Lefebvre au volant de la C3 R5 en Sardaigne.

Lefevbre n'est pas engagé en WRC pour la saison 2018, confronté à la comparaison avec ses équipiers et à la baisse de budget de Citroën qui se traduit par l'alignement de seulement deux C3 à temps plein. Restant néanmoins sous contrat pour l’année, il est aligné sur un programme de 7 manches en WRC-2 où il a pour mission, avec Yoann Bonato, de faire rouler la nouvelle C3 R5.

Son programme débute au Tour de Corse, où des problèmes de freins l'affectent dès la première spéciale, il enchaîne ensuite 2 scratchs devant le meneur de la catégorie Jan Kopecky et se retrouve en lutte pour le podium, mais les problèmes de freins reviennent et l'empêchent d'éviter une sortie de route.

De retour au Portugal, le nordiste signe d'emblée un temps scratch et mène sa catégorie avant de connaître une crevaison. Profitant des problèmes du leader Gus Greensmith le lendemain, il repasse en tête mais est ensuite victime d'une crevaison lente, puis d'une casse de transmission et de problèmes de freins. Il termine finalement troisième de la catégorie. En Sardaigne, Stéphane signe 3 temps scratchs et achève la première journée en leader mais la mécanique l'affecte de nouveau le lendemain avec un problème de soudure entraînant une casse de suspension. Il repart le dimanche, signe un nouveau scratch et termine huitième du WRC-2. Les soucis continuent en Finlande, où un contact avec un talus dans la deuxième spéciale le contraint à passer par le Rally-2. En Allemagne, Son début de rallye est marquée par une crevaison, le reléguant au quinzième rang du WRC-2, à une minute de la tête de course de la catégorie. Au prix d'une grosse remontée, il parvient à s'emparer du commandement mais une casse de jante le fait de nouveau chuter au classement.

En Grande-Bretagne, il ne signe aucun meilleur temps mais il achève sa course au cinquième rang. Son dernier rallye en Catalogne est une nouvelle fois difficile avec une quinzième place acquise après une casse du triangle de direction de sa C3 qui le relègue encore une fois en Rally-2, alors qu'il était parti sur un gros rythme lors des 2 premières spéciales. Il se classe ainsi 13e au championnat WRC-2.

Parallèlement à son programme en WRC-2, le nordiste effectue quelques apparitions hors mondial, en remportant le Rallye du Touquet début mars, puis le Rallye du Condroz et le Rallye Terre du Vaucluse en novembre.

Apparitions ponctuelles, et nouveau rôle sur Canal + (2019)Modifier

Pour la première fois depuis 2014, Stéphane Lefebvre ne dispose d'aucun contrat avec une équipe officielle, son contrat avec Citroën Racing n'ayant pas été renouvelé à l'issue de la saison 2018.

Il effectue cependant des apparitions ponctuelles au cours de l'année.

La première a lieu au Rallye du Touquet, sur une C3 R5, où il ne peut faire mieux que quatrième.

Une autre apparition a lieu en Juillet, au Rallye Terre de Langres, où il retrouve son ancien co-pilote Thomas Dubois, et s'aligne avec une C4 WRC prêtée par le pilote ardéchois Jean-Marie Cuoq. D'abord leader lors des 2 premières spéciales, il chute par la suite au classement en raison d'une crevaison. Alors en passe de revenir sur le podium, le nordiste rencontre un gros problème moteur sur la C4 WRC, lui faisant perdre plus de 15 minutes dans la dernière spéciale du premier jour. Il est finalement contraint de renoncer, les dégâts moteurs étant alors jugés trop importants pour poursuivre l'épreuve.

Le pilote nordiste retrouve le mondial, à l'occasion du Rallye d'Allemagne au mois d'Août, sur une Volkswagen Polo R5 du team belge BMA en WRC-2, et est de nouveau co-piloté par Thomas Dubois.

Dès les premières spéciales, le pilote français prend les commandes de la catégorie WRC-2, se battant même avec les Škoda Fabia R5 de Jan Kopecký et de Kalle Rovanperä, engagées en WRC-2 Pro. Achevant la première journée en tête des R5, et se battant pour la victoire en WRC-2 avec son compatriote Nicolas Ciamin, Stéphane se fait malheureusement piéger sur un rail de gravier en arrivant à haute vitesse et sort de la route lors de la deuxième journée, le contraignant à l'abandon.

En parallèle, le natif de Nœux-les-Mines intègre la chaîne payante Canal + pour commenter les épreuves du WRC.

PalmarèsModifier

  • 2010 : 3e du Trophée Twingo R2, 1 victoire.
  • 2011 :
    • 6e du Volant 207
    • 1er de la classe 6 au Rallye Monte-Carlo en IRC
  • 2012 :
    • Vice-champion du Volant 207, 1 victoire.
    • Champion du Trophée Junior au Volant 207.
  • 2013 :
    • Intégration à la Peugeot Rally Academy.
    • Vice-champion de la 208 Rally Cup, 1 victoire.
    • 5e du Championnat d'Europe des rallyes (ERC) "2 roues motrices".
  • 2014 :
    • 1 victoire et un podium en 208 Rally Cup. (Programme non-complet en 208 Rally Cup, quelques piges)
    • WRC-3, Champion (3 victoires)
    • JWRC, Champion (3 victoires)
    • ERC 2RM, Vice-champion (1 victoire)
    • ERC Junior, Champion (3 victoires)
    • ERC, 71e, un point.
  • 2015 :

Résultats en rallyeModifier

Résultats détaillés en championnat du monde des rallyesModifier

Saison Rallye Points Classement final
2013 MON
 
SWE
 
MEX
 
POR
 
ARG
 
GRE
 
ITA
 
FIN
 
GER
 
AUS
 
FRA
 
ESP
 
GBR
 
0 -
- - - - - - - - - - Abd. - -
2014 MON
 
SWE
 
MEX
 
POR
 
ARG
 
ITA
 
POL
 
FIN
 
GER
 
AUS
 
FRA
 
ESP
 
GBR
 
0 -
- - - 26e - - 19e 45e 19e - Ex. Abd. 35e
2015 MON
 
SWE
 
MEX
 
ARG
 
POR
 
ITA
 
POL
 
FIN
 
GER
 
AUS
 
FRA
 
ESP
 
GBR
 
5 19e
12e Abd. Abd. Abd. 15e 26e Abd. Ex. 10e 13e 11e 50e 8e
2016 MON
 
SWE
 
MEX
 
ARG
 
POR
 
ITA
 
POL
 
FIN
 
GER
 
CHN
 
FRA
 
ESP
 
GBR
 
AUS
 
14 13e
5e - - - 35e - 9e - Abd. An. - - 9e -
2017 MON
 
SWE
 
MEX
 
FRA
 
ARG
 
POR
 
ITA
 
POL
 
FIN
 
GER
 
ESP
 
GBR
 
AUS
 
30 13e
9e 8e 15e 50e - 13e - 5e - - 6e - Abd.
2018 MON
 
SWE
 
MEX
 
FRA
 
ARG
 
POR
 
ITA
 
FIN
 
GER
 
TUR
 
GBR
 
ESP
 
AUS
 
1 29e
- - - Abd. - 10e 24e 44e 16e - 13e 32e -

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Stéphane Lefebvre », sur http://www.ewrc-results.com/index.php (consulté le 1er juillet 2014)
  2. « Stéphane Lefebvre, deuxième du Volant 207 et vainqueur du Volant Junior », sur http://www.rallye-sport.fr/, (consulté le 1er juillet 2014)
  3. « Rallye du Var (23-25 novembre) : Passage de témoin entre le Volant 207 et la 208 Rally Cup 2013 », sur http://www.peugeot-sport.com/fr/accueil.html (consulté le 1er juillet 2014)
  4. « Stéphane Lefebvre : un futur grand », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 1er juillet 2014)
  5. « ERC – La Peugeot Rally Academy avec Breen, Abbring et Lefebvre », sur http://www.autohebdo.fr/, (consulté le 1er juillet 2014)
  6. « Nœux-les-Mines (rallye): Stéphane Lefebvre du garage familial à la piste aux étoiles », sur http://www.lavoixdunord.fr/region, (consulté le 1er juillet 2014)
  7. « Démonstration de Lefebvre aux Açores », sur http://www.rallye-sport.fr/, (consulté le 1er juillet 2014)
  8. « Portugal : Lefebvre décroche sa 1ère victoire en JWRC », sur http://www.wrc.com/fr/, (consulté le 30 juin 2014)
  9. (en) « GEKO Ypres Rally - ERC - Results », sur http://www.ypresrally.com/ (consulté le 1er juillet 2014)
  10. « Lefebvre double la mise », sur http://www.wrc.com/fr/, (consulté le 30 juin 2014)
  11. « WRC - Stéphane Lefebvre s’impose aussi en Pologne », sur http://motorsport.nextgen-auto.com/?lang=fr, (consulté le 1er juillet 2014)
  12. « S.Lefebvre soutenu par Red Bull et Loeb », sur http://www.rallye-sport.fr/, (consulté le 1er juillet 2014)
  13. « WRC - Stéphane Lefebvre a engrangé de l'expérience », sur www.autohebdo.fr, (consulté le 7 août 2014).
  14. « TROISIÈME VICTOIRE DE STÉPHANE LEFEBVRE », sur citroenracing.com, (consulté le 25 août 2014).
  15. « WRC - Stéphane Lefebvre sur la voie royale ? », sur autohebdo.fr, (consulté le 27 août 2014).
  16. « WRC/ERC - Stéphane Lefebvre mène sur tous les fronts », sur autohebdo.fr, (consulté le 1er septembre 2014).
  17. « Les jeunes en DS3 WRC », sur rallye-sport.fr, (consulté le 24 septembre 2014).
  18. « Toyota teste des pilotes français », sur rallye-sport.fr, (consulté le 9 novembre 2014)
  19. « Lefebvre champion du monde », sur lequipe.fr, (consulté le 5 octobre 2014)
  20. « WRC - Stéphane Lefebvre au sommet », sur autohebdo.fr, (consulté le 7 octobre 2014)
  21. « Double ration pour Lefebvre », sur rallye-sport.fr, (consulté le 9 novembre 2014)
  22. Olivier Ferret, « WRC - Deux rallyes WRC et le WRC 2 au programme de Lefebvre », sur nextgenauto.com, (consulté le 10 décembre 2014)
  23. « Thomas Dubois prend sa retraite », sur rallye-passion.be, (consulté le 23 décembre 2014)
  24. « Départ idéal pour Lefebvre », sur rallye-sport.fr, (consulté le 28 janvier 2015)
  25. « Stéphane Lefebvre, la confirmation », sur lequipe.fr, (consulté le 28 janvier 2015)
  26. AFP, « Rallye d'Allemagne : Accident de la Citroën de Stéphane Lefebvre, son copilote blessé », sur eurosport.fr, (consulté le 14 mars 2019).
  27. Jérôme Bourret, « Rallye d'Allemagne : Stéphane Lefebvre a tourné la page de son terrible accident », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069, lire en ligne, consulté le 14 mars 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :