Sarry (Marne)

commune française du département de la Marne

Sarry
Sarry (Marne)
Vue de la mairie, du cimetière, du monument aux morts et de l'église.
Blason de Sarry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Hervé Maillet
2020-2026
Code postal 51520
Code commune 51525
Démographie
Gentilé Sarrysien
Population
municipale
2 037 hab. (2019 en diminution de 2,26 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 06″ nord, 4° 24′ 26″ est
Altitude Min. 81 m
Max. 152 m
Superficie 20,01 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Sarry
(ville isolée)
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-3
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sarry
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Sarry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarry

Sarry est une commune française située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Sarrysiens.

GéographieModifier

Le village est traversé par la Blaise qui fut réuni au Moivre (rivière) depuis le creusement du canal latéral à la Marne et la commune par la Marne (rivière). La route nationale 44 dessert le village.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Sarry est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Sarry, une unité urbaine monocommunale[4] de 2 046 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (87,4 %), zones urbanisées (5 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %), forêts (3,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,2 %), prairies (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

ToponymieModifier

Les diverses dénominations de Sarry avant le XVIe siècle[11] :

  • Satureiacum 1028 dans la charte de confirmation donnée par Robert II de France à l'abbaye de Saint-Pierre-au-Mont[12] ;
  • Sarreium 1123 dans l'accord entre l'abbaye de Toussaint-en-l'Île et le chapitre de la cathédrale Saint-Étienne de Châlons[13]
  • Serreium 1127 ;
  • Sairei 1131 ;
  • Sarrei 1175 ;
  • Sarri 1184 ;
  • Serreium 1190 ;
  • Serris 1278 ;
  • Sarreyum 1287 ;
  • Sarry 1317 ;
  • Sarrey 1331 ;
  • Sary 1406 ;
  • Sarrey les Chaalons 1440 ;
  • Serry les Chaalons 1445.

HistoireModifier

Lieu d'habitation ancien comme en atteste un site d'inhumation néolithique[14]. Mais aussi la nécropole gauloise de plus de cent quarante inhumation et une tombe à char qui fut découverte au lieu-dit les Auges, il y avait aussi six bâtiments, huit silos et des puits. Une autre nécropole au lieu-dit le Tabur, le Poirier-Dolent qui fut utilisées entre les Ve et IIIe siècles av. J.-C. Elle comprenait trente-quatre sépultures.

 
Le château avec son pont levis et porte médiéval, sa chapelle et son parc.

Le château de Sarry, s'il n'y a pas de date de fondation, fut de tout temps aux évêques de Châlons. Il fut pris au comte évêque de Châlons Jean de Sarrebruck en 1417 et occupé pendant sept années par les troupes de Thibault de Neufchâtel, frère de Jean de Neufchâtel et seigneur de Montagu qui était nommé par le duc de Bourgogne gouverneur de la ville de Châlons et des environs[15]. Le roi Charles VII de France vint y dormir lorsqu'il résida en la région en 1445. Entre 1470 et 1471, l'évêque Geoffroy III de Saint Géran le rebâti entièrement. En 1544, Charles Quint campant sur le lieu dit Mont-l'évêque pilla et brûla le château, ses troupes allant harceler la ville de Châlons. En 1546, alors que le château était dans les mains des Réformés, le maréchal de Brissac le reprit. La reine Catherine de Médicis y résida en 1585 le temps de rencontrer les chefs de la Ligue. La chapelle fut rebâtie par Mgr Félix III Vialart de Herse et la route droite du château aux bâtiments de l'évêque à Châlons le fut par Louis Antoine de Noailles.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Découpages administratifsModifier

À sa création, la commune de Sarry est incluse dans le canton de Pogny. En 1801, elle rejoint de la canton de Marson dans l'arrondissement de Châlons-en-Champagne[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Châlons-en-Champagne-3.

IntercommunalitéModifier

Sarry fait partie de la communauté d'agglomération « Cités en Champagne ».

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1840 août 1848 Jean-Baptiste Brisset    
août 1848 janvier 1878 Benoît Brisset-Flot[18]    
janvier 1878 mai 1896 Henry-Auguste Frison    
mai 1896 1916
(décès)
Ernest Salleron    
1916 décembre 1919 Jules Thiébaut    
décembre 1919 mai 1945 Henri Maillet    
mai 1945 décembre 1948 André Bimbert    
décembre 1948 décembre 1970
(décès)
Jean Renault    
décembre 1970 mars 1971 Fernand Laurent    
mars 1971 mars 1977 Maurice Flot    
mars 1977 mars 2001 Michel Laurent[19]   Avoué puis clerc d'huissier
mars 2001 mars 2014 Michel Lallement[20] DVG  
mars 2014[21] En cours Hervé Maillet [22]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont les Sarrysiens et les Sarrysiennes[23].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2019, la commune comptait 2 037 habitants[Note 3], en diminution de 2,26 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
602571538583610602580658662
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
622623597566569579559545525
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561571547539509504572541507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
5635851 0601 4012 0842 0852 0712 0672 084
2018 2019 - - - - - - -
2 0372 037-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Carte du château des évêques de Châlons, parc à la française.
  • L'église Saint-Julien, construite vers 1200 en style gothique. Au-dessus s'élève un clocher octogonal, en charpente, construit en 1779 à la place d'une tour en pierre. Elle possède un porche-galerie avec deux statues colonnes provenant du cloître de l'église Notre-Dame-en-Vaux de Châlons-en-Champagne et de beaux chapiteaux. Elle est classée monument historique depuis le [27]. L'orgue de l'église date de 1821. Son buffet est en chêne et bois blanc tandis que la partie instrumentale est faite de sapin, d'ébène, d'ivoire, de fer et d'étain. L'ensemble est inscrit sur la liste des monuments historiques au titre objet depuis la fin des années 1970[28],[29],[30].
  • Vestiges de l'ancien château des évêques de Châlons, détruit en grande partie pendant la Révolution française[23]. Du mobilier comme les fauteuils racontent les Fables de La Fontaine. Ils sont conservés au musée des beaux-arts et d'archéologie de Châlons-en-Champagne. Voltaire y séjourna en 1745, 1748 et 1749[31].
La Bibliothèque nationale de France, conserve un dessin légendé Chateau de Sarry, maison de plaisance de Mgr l'évêque de Châlon provenant du collectionneur Rg Gainières'Roger de Gaignières[32].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Écartelé de gueules à quatre fleurs de lys d'or, et d'azur à six besants d'or ordonnés 3 et 3[33].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Sarry », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique de département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Dictionnaire topographique de la France », (lire en ligne), p. 255.
  12. Edouard de Barthelemy, Ancien diocèse de Châlons-sur-Marne, tome 1, p265-356.
  13. Edouard de Barthelemy, Ancien diocèse de Châlons-sur-Marne, tome 2, p411.
  14. Fouilles E. Schmit en 1896.
  15. L. Carrez, Étude sur le château de Sarry, ancienne campagne des évêques de Châlons-sur-Marne, Châlons, Imp. Martin Frères, 1899.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Les maires et adjoints de Sarry
  18. Almanach économique, historique & administratif de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1877, Reims, p165.
  19. L’ancien maire de Sarry, Michel Laurent, n’est plus, L'Union, 4 septembre 2015 (consulté le 22 avril 2018)
  20. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le ).
  21. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne (consulté le ).
  22. https://reader.cafeyn.co/fr/1926597/21599956
  23. a et b « Sarry », sur site du Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. Notice no PA00078851, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 28 avril 2013.
  28. Notice no PM51001763, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 28 avril 2013.
  29. Notice no PM51001764, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 28 avril 2013.
  30. Notice no PM51001781, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 28 avril 2013.
  31. Jean-Paul Barbier, Ils sont passés à Châlons, .
  32. Consultable sur Gallica.
  33. « 51525 Sarry (Marne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :