Ouvrir le menu principal

La famille de Saint-Sauveur (dites des Nigellides [1]) est un lignage aristocratique important de la Normandie ducale (Xe – XIIe siècles) probablement d'origine scandinave[2] possessioné dans le Cotentin, et notamment autour de Saint-Sauveur-le-Vicomte, d'où le nom qu'on lui attribue dès le XIe siècle de Saint-Sauveur [3].

Son premier membre connu est Roger (I), vicomte, membre du baronnage normand du duc Guillaume Longue Épée à la fin du Xe siècle[4].

Sommaire

Membres notablesModifier

  • Roger (I), est qualifié de vicomte dans la 2e moitié du Xe siècle [5]. Il serait le père de Néel (I).
  • Néel (I), fils et successeur du précédent[5], cité comme l'un des justiciers ducaux de Normandie en 1036[6] et cité en 1040[5]. Il remporte en 1001 la bataille du Val de Saire contre l'armée anglo-saxonne du roi d'Angleterre Æthelred II, et repousse en 1033 une invasion bretonne[7].
  • Néel (II), fils et successeur du précédent, présent au combat du Val-ès-Dunes en 1047 aux côtés du vicomte du Bessin, Ranulph de Briquessart. Wace nous apprend qu'ensuite, Néel est parti s'exiler en Bretagne[8], où il était proche d'Eudes, frère du duc Alain III[9]. Il perd son honneur cotentinais, qu'il ne retrouve qu'en 1054[5]. En 1067, il fonde l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte, avec des bénédictins venus de l'abbaye de Jumièges[10]. Il serait mort vers 1078[11].
  • Eudes, d'après Léopold Delisle, fils et successeur du précédent[12]. Il ne doit pas être confondu avec Eudes au Chapel (+1098), vicomte du Cotentin après Néel II[13], qui est la souche de la famille de La Haye et fondateur avec son père de l'abbaye de Lessay entre 1056 et 1064[14]. En 1104, Eudes de Saint-Sauveur réaffirme les libertés accordées précédemment à l'abbaye de Saint-Sauveur [15].
  • Néel (III) de Saint-Sauveur, successeur du précédent dans l'honneur de Saint-Sauveur, fonde définitivement vers 1080 l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte fondée par Néel II[16],[17]. Néel II avait perdu sa fonction de vicomte du duc en Cotentin après 1047, mais Néel III la retrouve et signe deux actes avec ce titre en juin 1080 et en 1081-1082 [18]. D'après Elisabeth van Houts, il aurait participé à la conspiration de Raoul de Gaël en Angleterre[19]. Il est encore cité en 1110 comme vicomte[20].

GénéalogieModifier

La famille de Saint-Sauveur serait suivant la légende issue de l'union de Malahule, fils de Eystein Glumra, et Maud, la fille de Adalolphe de Boulogne. L'enfant qui en a résulté s'appelait Richard, et était l'arrière grand-père de Néel Ier de Saint-Sauveur.

Notes et référencesModifier

  1. Éric van Torhoudt, « Les sièges du pouvoir des Néel, vicomtes dans le Cotentin », dans : Anne-Marie Flambard Héricher (dir.), Les Lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 2002 (coll. : tables rondes du CRAM, 2), p. 23.
  2. Éric van Torhoudt, « Les sièges du pouvoir des Néel, vicomtes dans le Cotentin », dans : Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les Lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 2002 (coll. : tables rondes du CRAM, 2), p. 8, d'apr. Léopold Delisle.
  3. Eric van Torhoudt, « Les sièges du pouvoir des Néel, vicomtes dans le Cotentin », dans : Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les Lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 2002 (coll. : tables rondes du CRAM, 2), p. 24-25.
  4. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes), 1867, pièces justificatives, p. 59, n° 48.
  5. a b c et d Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècles), étude historique et topographique », Archéologie médiévale, t. XII, 1982, p. 180.
  6. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes), 1867, p. 13.
  7. R. Allen Brown, Anglo-Norman Studies XI: Proceedings of the Battle Conference 1988, 1989, lire sur Google Livres
  8. Wace, Roman de Rotrou, cité dans Les lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges.
  9. Livre noir de la cathédrale de Bayeux, n°XXI, t. 1, p. 28, cité dans Les lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges
  10. Bernard Beck, « Recherches sur les salles capitulaires en Normandie et notamment dans les diocèses d'Avranches, Bayeux et Coutances », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LXVIII, années 1965-1966 (Caen, 1969), p.27.
  11. Fr. Albert-Bruno, « L'Abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte », La Normandie bénédictine au temps de Guillaume le Conquérant (XIe siècle), Lille : Facultés catholiques de Lille, 1967, p. 330.
  12. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes), 1867, p. 26-27.
  13. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes), 1867, p. 22-23.
  14. Sébastien Gosselin, « L'abbaye de Lessay du XIe au XXe siècle. Histoire et architecture », Positions des thèses de l'École des chartes, pour 2005, Paris : École des Chartes, 2005, p. 86.
  15. Jean Yver, « Autour de l'absence d'avouerie en Normandie. Notes sur le double thème du développement du pouvoir ducal et de l'application de la réforme grégorenne en Normandie », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LXVII, années 1963-1964 (Caen, 1965), p.205, note 42.
  16. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècles), étude historique et topographique », Archéologie médiévale, t. XII, 1982, p. 179.
  17. Bernard Beck, « Recherches sur les salles capitulaires en Normandie et notamment dans les diocèses d'Avranches, Bayeux et Coutances », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LXVIII, années 1965-1966 (Caen, 1969), p. 27.
  18. Éric van Torhoudt, « Les sièges du pouvoir des Néel, vicomtes dans le Cotentin », dans : Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les Lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 2002 (coll. : tables rondes du CRAM, 2), p. 16.
  19. Elisabeth van Houts, « Wace as historian », dans : (Katharine Keats-Rohan (éd.), Family trees and the roots of politics : The Prosopography of Britain and France from the Tenth to the Twelfth Century, Woodbridge (Suffolk) : Boydell Press, 1997, p. 111, n°40 et 89.
  20. Éric van Torhoudt, « Les sièges du pouvoir des Néel, vicomtes dans le Cotentin », dans : Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les Lieux du pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 2002 (coll. : tables rondes du CRAM, 2), p. 29.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte suivie de pièces justificatives, Valognes, 1867, 368 p.