Portail:Géorgie (pays)

Portail Abkhazie Ossétie du Sud Arborescence Projet Discussions
გამარჯობა.gif Bienvenue sur le Portail de la Géorgie !
Drapeau de la République de Géorgie
La Géorgie, entre Europe et Asie

Située au pied du Caucase, sur le rivage oriental de la mer Noire, à la limite de l'Europe et de l'Asie, la Géorgie est un pays de moins de quatre millions d'habitants qui a d'anciennes traditions culturelles. Pour les Grecs de l'Antiquité, la Géorgie était le pays de la Toison d'or et de Prométhée. La Géorgie connut son plus grand épanouissement au XIIIe siècle. Des clercs royaux et des diplomates, dans la multitude de cours qu'entretenaient Georges III et sa fille -la reine Tamar-, font parler d'eux jusque dans les chroniques française ou arabe. Citadelle chrétienne en Orient, la Géorgie prit également part activement aux Croisades et construisit des monastères un peu partout sur le chemin des pèlerins (Moyen Orient, Grèce). Des siècles durant, étant donné sa position stratégique, la Géorgie fut très souvent au cœur des tensions géopolitiques entre les Empires, perse, ottoman et russe, mais elle a toujours su garder son identité.

Au début du XIXe siècle, les armées de la Russie tsariste envahissent le territoire géorgien et le font entrer dans l'orbite impériale. En 1918, le pays des Kartvèles -ainsi se nomment eux-mêmes les Géorgiens- recouvre son indépendance et proclame la République démocratique de Géorgie. En 1921, les armées de la Russie soviétique envahissent à leur tour le territoire géorgien. Les bolcheviks mettent ensuite en place l'Union soviétique, dont la Géorgie est l'une des 15 républiques. En 1991, elle retrouve sa souveraineté grâce à l'action de Zviad Gamsakhourdia, premier président de Géorgie. Lui succèderont Édouard Chévardnadzé, Mikheil Saakachvili et Guiorgui Margvélachvili.

Sur le plan politique, le rapprochement avec les puissances occidentales et l'Otan, engagé sous les mandats d'Édouard Chévardnadzé, a été poursuivi par ses deux successeurs. Il a permis l'évacuation des bases russes qui subsistaient sur le territoire géorgien à Tbilissi, Batoumi et Akhaltsikhé entre la mi-2005 et la mi-2008. Mais il a aussi entretenu l'espoir d'une reconquête de la région séparatiste de Tskhinvali (Ossétie du Sud), et a conduit à la guerre russo-géorgienne d'août 2008 (avec pour conséquence la reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie par la Fédération de Russie). Il s'est concrétisé par l'accord d'association signé entre la Géorgie et l'Union européenne le . Il est partiellement contrecarré par les réserves de l'Allemagne et de la France à une adhésion de la Géorgie à l'Otan afin de ne pas provoquer la Fédération de Russie.

Sur le plan économique, la Géorgie, dotée d'une balance commerciale structurellement déficitaire, table sur le tourisme, le développement de ses exportations (vins et eaux minérales en particulier) et les couloirs qu'elle représente pour l'acheminement des hydrocarbures d'Est en Ouest de la mer Caspienne vers l'Europe, et plus accessoirement du Nord au Sud entre la Russie et l'Arménie. Les pays d'Asie (Chine, Japon et Turquie) ont supplanté les pays de l'ex-URSS (Arménie, Azerbaïdjan, Russie et Ukraine) dans les échanges commerciaux, les pays de l'Union européenne (principalement Allemagne et Roumanie) formant un troisième groupe de partenaires. Le Produit intérieur brut annuel par habitant a atteint 3 766 dollars en 2015, mais la lente dévaluation de la monnaie nationale (- 22 % entre 2012 et 2016) grève le pouvoir d'achat moyen des Géorgiens.

Sur le plan démographique, après l'émigration d'un million de personnes du début des années 1990, en raison de la guerre civile, mais aussi afin de rejoindre des pays de mêmes origines ethniques (Fédération de Russie, Israël), la population a semblé se stabiliser autour de 4,5 millions de personnes de 2004 à 2014, avec un taux de renouvellement de 2,1. Le recensement effectué en novembre 2014 a conclu à une population beaucoup moins importante que les estimations, 3 713 804 habitants, conséquence d'une surestimation de près de 500 000 dans les zones rurales et de près de 300 000 dans les zones urbaines, avec une émigration économique touchant les jeunes générations et un taux de renouvellement proche de 1,7.

Sur le plan démocratique, les réformes engagées il y a une dizaine d'années ont pris corps en termes d'alternance politique lors des élection législatives tant en 2012 qu'en 2016. Des points noirs subsistent comme le système pénitencier et la justice.

Source : Office national des statistiques de Géorgie, au 16 janvier 2017.


Panorama
Église de la Trinité de Guerguétie


Lumière sur... Le saviez-vous ?
Zakarid Armenia 1200 map-fr.svg

L'Arménie zakaride ou Arménie zakarian (en arménien Զաքարյան Հայաստան) est le nom utilisé pour désigner les territoires arméniens donnés en fief par la reine Tamar de Géorgie aux membres de la famille des Zakarian, en 1201. Après la prise d'Ani par les Mongols en 1236, la suzeraineté de ces derniers se substitue à la suzeraineté géorgienne. Les Zakarian se maintiennent alors tant bien que mal jusque dans les années 1330, quand l'Arménie tombe aux mains de tribus turcomanes, et disparaissent des sources historiques vers 1360. Stricto sensu, la « période zakaride » couvre cependant la première moitié du XIIIe siècle, pour prendre fin vers 1260.

Sous le règne des princes Zakarian, ces territoires connaissent une stabilité relative qui voit les villes arméniennes s'enrichir. Plusieurs monastères sont en outre fondés, et on assiste à une véritable renaissance. À leur chute, la Grande-Arménie connaît une nouvelle période sombre de son histoire.



Importations. Exportations

Entre 2014 et 2018, le commerce extérieur (en millions de dollars) a varié de la manière suivante :

  • importations de 8 601 à 9 136,
  • exportations 2 861 à 3 356.

Il convient de noter que la monnaie nationale géorgienne (le lari) s'est dévaluée de 51,4% durant cette période (Source : National Statistics Office of Georgia. Monetary Statistics).


Pour les 10 premiers mois de l’année 2019, les principaux partenaires ont été

  • importations : la Turquie (17,7%), la Russie (10,6%), la Chine (9,8%), l’Azerbaïdjan (5,8%) et l’Allemagne (4,9%)

— 1,8% provenant de France —,

  • exportations : la Russie (13,5%), l’Azerbaïdjan (13,2%), l’Arménie (10,2%), la Bulgarie (7,6%) et l’Ukraine (6,6%)

— 0,7% vers la France —.

Source : National Statistics Office of Georgia. External Trade


Investissements directs étrangers

Entre 2014 et 2018, les investissements directs étrangers ont baissé de 1 813 à 1 265 millions de dollars.

En 2018, ces investissements provenaient principalement d'Azerbaïdjan (19,5%), des Pays-Bas (16,7%), de Grande-Bretagne (14,1%), des États-Unis (8,1%), de Chine (5,9%), de Panama (5,8%), de Russie (5,5%), de Turquie et du Luxembourg (3,9%)

— 1,9% provenant de France —.

Source : National Statistics Office of Georgia. Foreign Direct Investments

Actualité Cela s'est passé en août...
Vue d'artiste d'un virion de SARS-CoV-2.
  • 3 août :
    • 203 cas actifs de COVID-19.
    • La Géorgie européenne, un parti d'opposition, tient son caucus et annonce 14 candidats majoritaires pour les élections législatives d'octobre.
    • Le responsable ukrainien Mikheïl Saakachvili, ancien président de la Géorgie, déclare qu'il était impliqué dans la sélection des candidats pour se présenter contre le parti au pouvoir aux élections législatives d'octobre en Géorgie.
  • 2 août : 205 cas actifs de COVID-19.
  • 1er août :
  • 31 juillet :
    • 211 cas actifs de COVID-19.
    • 20 partis politiques publient une déclaration commune appelant le président Zourabichvili à gracier Guiorgui Rouroua. Certains députés européens et membres du Congrès américain lancent des appels similaires.
    • L'Agence française de développement émet un prêt de 65 millions d'euros pour améliorer les services d'assainissement de l'eau dans la municipalité de Khachouri.

Pour les archives, allez ici

...2008

Carte des opérations de la guerre.

La guerre d'Ossétie du Sud de 2008 opposa la Géorgie à sa province séparatiste d'Ossétie du Sud, soutenue par les troupes russes de la mission JPKF des forces de maintien de la paix de la Communauté des États indépendants, du 7 au 16 août 2008. Le conflit s'était étendu à toute la Géorgie.

La tentative géorgienne de reprendre par la force le contrôle de sa région séparatiste a entraîné une riposte immédiate de l'armée russe, stationnée dans la région en vertu du mandat de maintien de la paix confié à la CEI en 1992. Se basant sur le fait que la grande majorité des Ossètes du Sud ont un passeport de la Fédération de Russie, le président russe, Dmitri Medvedev, ordonna à ses troupes d'intervenir afin de protéger la population de l'Ossétie du Sud et de contraindre la Géorgie à la paix. Après quatre jours de conflit avec les forces géorgiennes, Medvedev annonça que ces objectifs avaient été atteints et que les troupes russes resteront sur les positions définies par l'accord de 1992 pour garantir la paix dans la région. Cependant, les troupes russes tardèrent à évacuer les territoires géorgiens occupés suite au conflit.

Le 16 août est signé un cessez-le-feu qui met, au moins temporairement, fin au conflit, sans régler pour autant les questions ossètes et abkhazes. Le 26 août, la Fédération de Russie reconnut officiellement l'indépendance de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie et se dit prête « à assurer la sécurité de ces deux États ».

Photo du jour Carte du mois
Aujourd'hui le 4 août :
Monastère de Sapara
Au début du XIXe siècle, la Russie acheva sa conquête de la Transcaucasie et instaura la Vice-royauté du Caucase, avec pour capitale Tbilissi. La vice-royauté était considéré comme l'une des plus importantes de l'empire russe et fut même gouvernée par des membres de la famille impériale. En février 1918, l'indépendance de la Transcaucasie fut proclamée à Tbilissi et ainsi, la République démocratique fédérative de Transcaucasie fut créee. Dissolue en mai 1918, la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie fut reconstitué en 1921 et garda pour capitale Tbilissi.


Index thématique
Géographie de la Géorgie Histoire de la Géorgie
Satellite image of Georgia in May 2003.jpg


Géographie de la Géorgie (C)



Principales agglomérations et principaux districts* : Tbilissi (1 113 000 habitants) - Batoumi (154 600 habitants) - Koutaïssi (147 900 habitants) - Roustavi (126 000 habitants) - Marnéouli (105 300 habitants) - Gardabani (82 300 habitants) - Gori (77 800 habitants) - Kobouléti (75 200 habitants) - Zougdidi (62 500 habitants) - Zestafoni (57 5000 habitants) - Tskhaltubo (56 6000 habitants) - Gourdjaani (53 900) - Bolnissi (53 800 habitants) - Khachouri (52 700 habitants) - Sagaredjo (52 200) - Khelvatchaouri (51 700 habitants) - Samtrédia (48 500) - Ozourguéti (48 000 habitants) - Mtskhéta (47 800 habitants) - Akhalkalaki (45 200 habitants) - Kaspi (43 700 habitants) - Karéli (43 100 habitants) - Lagodékhi (41 800 habitants) - Poti (41 500 habitants)

Soukhoumi (63 000 habitants ?) et Tskhinvali (29 000 habitants ?) villes hors contrôle des autorités géorgiennes

*Nombre estimé d'habitants au 1er janvier 2016


Pays limitrophes : Arménie - Azerbaïdjan - Turquie - Fédération de Russie



Histoire ancienne de la Géorgie (C)


Histoire contemporaine de la Géorgie

Subdivisions de la Géorgie Politique et Institutions
Regions of Georgia (country).svg


Administration territoriale de la Géorgie (C)
Le territoire de la République de Géorgie est subdivisé en 12 entités administratives, celle de la capitale Tbilissi, celles des 9 régions [dont la Kartlie avec une partie -dite Ossétie du Sud- ayant autoproclamé son indépendance], celle de la république autonome d'Adjarie, celle de la république autonome d'Abkhazie [ayant également autoproclamé son indépendance].

Depuis la guerre russo-géorgienne d'août 2008 les mouvements de population entre l'Ossétie du Sud et le reste de la Géorgie sont quasi-inexistants (une séparation a été construite et des garde-frontières ont été formés par l'armée russe); les mouvements de population entre l'Abkhazie et le reste de la Géorgie sont limités aux personnes d'ethnie géorgienne résidant encore sur le territoire abkhaze (le fleuve Inguri assure pour partie une séparation naturelle et des gardes-frontières ont été mis en place par l'armée russe).

Nombres d'habitants, source : Office national des statistiques de Géorgie, estimés au (après le recensement de novembre 2014, constatant une diminution nationale de 14,7% par rapport au recensement de 2002).

Flag of Georgia (transparent background).svg


Politique en Géorgie (C)


Ensemble des relations entre la France et la Géorgie

Économie de la Géorgie Culture géorgienne
Ge-money-lari-200.jpg


Indicateurs économiques (Office national des statistiques de Géorgie)

  • Change lari pour 1 dollar : 2,67 en 2018 / 1,66 en 2013
  • Budget national (revenu) : 10,59 milliards laris en 2018 / 6,83 milliards laris en 2013
  • Chômage : 12,7% en 2018 / 16,9% en 2013
  • Commerce extérieur : déficitaire / 5,78 milliards dollars en 2018 / 5,74 milliards dollars en 2014
  • Dette extérieure : 18,01 milliards laris fin 2018 / 9,10 milliards laris fin 2013
  • Inflation : 2,06% en 2018 / 3,1% en 2014
  • Investissements étrangers : 1,26 milliard dollars en 2018 / 1,03 milliard dollars en 2013
  • Produit intérieur brut : 17,6 milliards dollars en 2018 / 17,2 milliards dollars en 2013
  • Produit intérieur brut par personne 4 722 dollars en 2018 / 4 623 dollars en 2013


Économie de la Géorgie (C)

St George, Georgia (15th c).jpg


Culture de la Géorgie (C)

Sport en Géorgie Personnalités géorgiennes


Sport en Géorgie


Articles remarquables
Articles récompensés Articles récents

2 576 articles sont actuellement liés au Portail de la Géorgie


Discussions relatives aux articles du Projet Géorgie