Irakli Alassania

homme politique et diplomate géorgien
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Alassania.

Irakli Alassania
ირაკლი ალასანია
Illustration.
Fonctions
Ministre géorgien de la Défense

(2 ans et 10 jours)
Premier ministre Bidzina Ivanichvili
Irakli Garibachvili
Gouvernement Ivanichvili
Garibachvili
Prédécesseur Dimitri Chachkine
Successeur Mindia Janelidze
Biographie
Nom de naissance Irakli Alassania
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Batoumi (RSS de Géorgie)
Nationalité Soviétique (1973-1991)
Géorgienne (depuis 1991)

Irakli Alassania
Ministres de la Défense de Géorgie

Irakli Alassania (en géorgien : ირაკლი ალასანია), né le , est un homme politique et diplomate géorgien, ministre de la Défense du jusqu'au .

BiographieModifier

Président du gouvernement de la République autonome d'Abkhazie en exil, de à , il occupe ensuite la fonction de représentant permanent de la Géorgie auprès de l'ONU à New York jusqu'à sa démission en . Devenu un opposant au président Mikheil Saakachvili, il crée en 2009 un nouveau parti Notre Géorgie - Démocrates libres qui rejoint en 2012 la coalition Rêve géorgien qui remporte les élections du 1er octobre.

Le nouveau Premier ministre Bidzina Ivanichvili le fait alors entrer dans son gouvernement comme ministre de la Défense. À ce titre, il intensifie la coopération militaire avec les pays de l'OTAN et de l'Union européenne, notamment avec la France[1].

Le , à la suite d'un différend politique avec le successeur de Bidzina Ivanichvili, Irakli Garibachvili, il quitte le gouvernement et entraîne les députés de Notre Géorgie - Démocrates libres dans l'opposition[2].

Le , deux jours après le du premier tour des élections législatives géorgiennes de 2016, il annonce son retrait provisoire de la vie politique, du fait du fait résultat de son parti qui obtint 4,61 % des suffrages exprimés lors de l'annonce des résultats provisoires (ne franchissant pas le seuil de 5 % pour obtenir des députés au scrutin proportionnel), et se retire du second tour pour le siège de député élu au scrutin majoritaire à Gori pour lequel il était sélectionné, laissant le champ libre au représentant du Rêve géorgien, Ioseb Makrakhidze[3].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier