Pont-Saint-Vincent

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Pont-Saint-Vincent est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Pont-Saint-Vincent
Pont-Saint-Vincent
Pont reliant la ville de Pont-Saint-Vincent et la commune de Neuves-Maisons.
Blason de Pont-Saint-Vincent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité CC Moselle et Madon
Maire
Mandat
Yannick Hellak
2020-2026
Code postal 54550
Code commune 54432
Démographie
Gentilé Vincipontains, Vincipontaines[1]
Population
municipale
1 794 hab. (2021 en diminution de 4,93 % par rapport à 2015)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 21″ nord, 6° 05′ 53″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 412 m
Superficie 6,66 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Neuves-Maisons
(banlieue)
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Neuves-Maisons
Législatives 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pont-Saint-Vincent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pont-Saint-Vincent
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
Pont-Saint-Vincent
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Pont-Saint-Vincent
Liens
Site web http://www.mairie-pontsaintvincent.fr/

Géographie

modifier

Localisation

modifier

Pont-Saint-Vincent est une ville située à 16 km au sud-ouest de Nancy, et fait partie de l'agglomération de Neuves-Maisons ainsi que de la Communauté de communes Moselle et Madon.

Communes limitrophes

modifier
Communes limitrophes de Pont-Saint-Vincent
Sexey-aux-Forges Chaligny Neuves-Maisons
  Méréville
Maizières Bainville-sur-Madon

Sismicité

modifier

Commune située dans une zone 1 de sismicité très faible[2].

Hydrographie

modifier

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Moselle, la Moselle canalisée, le canal de l'Est (Branche Sud), le Madon, le ruisseau du Fond de Dollainvau[3] et le ruisseau Ste-Anne[4],[5],[Carte 1].

La Moselle, d'une longueur totale de 560 kilomètres dont 314 kilomètres en France, prend sa source dans le massif des Vosges au col de Bussang et se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne[6]. Les caractéristiques hydrologiques de la Moselle sont données par la station hydrologique située sur la commune. Le débit moyen mensuel est de 53,6 m3/s[Note 1]. Le débit moyen journalier maximum est de 1 060 m3/s, atteint lors de la crue du . Le débit instantané maximal est quant à lui de 1 250 m3/s, atteint le même jour[7].

la Moselle canalisée est un canal, chenal non navigable de 135 km qui relie la commune de Dieulouardà celle de Kœnigsmacker où il se jette dans la Moselle[8].

Le canal de l'Est (branche Sud) est un canal, chenal navigable de 73 km qui relie la commune de Chaumouseyà celle de où il se jette dans la Moselle[9].

Le Madon, d'une longueur de 97 km, prend sa source dans la commune de Vioménil et se jette dans la Moselle sur la commune, après avoir traversé 47 communes[10].

 
Réseau hydrographique de Pont-Saint-Vincent[Note 2].

Un plan d'eau complète le réseau hydrographique : l'étang de la Morte, d'une superficie totale de 4,1 ha (0,4 ha sur la commune)[Carte 1],[11].

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[12]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique altéré et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 852 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 9,6 jours en juillet[12]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Nancy-Ochey », sur la commune d'Ochey à 12 km à vol d'oiseau[14], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 810,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,6 °C, atteinte le ; la température minimale est de −19,1 °C, atteinte le [Note 3],[15],[16].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[17]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[18].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Pont-Saint-Vincent est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Neuves-Maisons[Note 4], une agglomération intra-départementale regroupant sept communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 5],[20],[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 6],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (44,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (44,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,8 %), zones agricoles hétérogènes (15,5 %), zones urbanisées (10 %), prairies (9,2 %), eaux continentales[Note 7] (8,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,3 %), zones humides intérieures (3,1 %), terres arables (0,5 %)[23]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine

modifier

Installée au confluent de la Moselle et du Madon, au pied du plateau Sainte Barbe, à l'endroit où la Moselle pénètre à travers les côtes qui portent son nom, la commune s'est développée à flanc de coteau au débouché du pont historique, enjambant la rivière. Entourée de villages en partie agricoles (Chaligny, Chavigny, Maron, Neuves-Maisons...) la commune de Pont-Saint-Vincent avec sa petite noblesse, ses fonctionnaires, son artisanat diversifié, avait pris une importance commerciale et cela dès le XVIe siècle.

Habitat et logement

modifier

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 1 006, alors qu'il était de 954 en 2014 et de 979 en 2009[I 2].

Parmi ces logements, 88 % étaient des résidences principales, 0,5 % des résidences secondaires et 11,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 71,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 27,9 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Pont-Saint-Vincent en 2019 en comparaison avec celle de Meurthe-et-Moselle et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,5 %) inférieure à celle du département (2 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 72,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (73,5 % en 2014), contre 57,2 % pour la Meurthe-et-Moselle et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Pont-Saint-Vincent en 2019.
Typologie Pont-Saint-Vincent[I 2] Meurthe-et-Moselle[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 88 88,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,5 2 9,7
Logements vacants (en %) 11,6 9,3 8,2

Voies de communication et transports

modifier

Voies routières

modifier

Autoroutes proches :

  • A31 (aussi appelée autoroute de Lorraine-Bourgogne): Échangeurs Parc de Haye, Nancy-centre, Nancy-Gentilly.
  • A33.
  • A330 : Échangeurs Neuves-Maisons, Les Baraques, Flavigny sur Moselle.

Transports en commun

modifier
 
La commune était auparavant desservie par les tramway suburbains. Puis de la Compagnie générale française de tramways de 1910 à 1949, qui permettait les déplacements vers Nancy
  • Fluo Grand Est (ligne 570 et 580)
  • Le réseau T'MM dessert la commune de Pont-Saint-Vincent ainsi que d'autres communes de la Communauté de communes Moselle et Madon. Son utilisation est gratuite. Les lignes B, C, D et E desservent Pont-Saint-Vincent, chaque ligne proposant en moyenne 8 allers-retours quotidiens.
  • Le réseau Sub' dessert la commune et est en correspondance avec la ligne 10, la ligne A et la ligne Brabois Express pour rejoindre le centre de Nancy. La ligne 100 dessert la commune avec 32 allers-retours quotidiens.

Lignes SNCF

modifier

Toponymie

modifier

C'est dès 1262 que ce bourg est désigné sous sa forme composée actuelle : Pont-Saint-Vincent. Son origine vient tout simplement du fait que son territoire fut attribué en partie à l'Abbaye Saint-Vincent de Metz[24] et qu'un pont célèbre, en bois, avait été érigé sur la Moselle depuis fort longtemps.

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Pont-la-Montagne[25].

Histoire

modifier

Antiquité

modifier

Une présence humaine à Pont-Saint-Vincent est attestée dès l'Antiquité. Les vestiges d'une villa gallo-romaine, ainsi que le mobilier romain (tessons de céramique, morceaux d'amphores, tuiles plates à rebord, enclos en pierre sèche, et d'autres restes d'habitations) confirment la présence gallo-romaine sur le territoire. Il faut ajouter à cela que Pont-Saint-Vincent est situé sur une voie de communication antique, l'axe qu'elle emprunte semble venir du Saintois (dans le secteur de Vézelise et Sion-Vaudémont), au sud de la vallée de la Moselle. Ensuite elle franchit la rivière entre Pont-Saint-Vincent et Chaligny, traverse le plateau calcaire bajocien de la forêt de Haye du sud au nord et rejoint la confluence de la Moselle avec la Meurthe, vers Pompey et Frouard, au nord de l'agglomération nancéienne.

Il a été exhumé quantité de sépultures antiques[26], sur un chemin qui conduit du village de Bainville-sur-Madon,sur le plateau de la montagne Sainte-Barbe. Différents objets accompagnaient les sépultures, parmi lesquels des vases en terre rouge et noire utilisés par les gallo-romains dans les tombeaux, des fibules, des boucles de ceinturon en bronze et en fer, des débris de colliers en pâte colorée, des pointes de flèche, un fer de lance, trois lames de couteaux, une petite monnaie impériale en bronze, et trois lames de scramasaxes. La présence de ces armes, qui sont particulièrement utilisées par les Francs, l'orientation des squelettes attestant des sépultures chrétiennes, et enfin le peu de profondeur des fosses dans lesquelles les corps avaient été déposés, permettent de fixer la date de leur enfouissement aux alentours de 400. Les sépultures découvertes sur la montagne Sainte-Barbe appartiennent bien certainement à un de ces essaims de barbares que les empereurs accueillirent sur le territoire de la Gaule, et qui, sous le nom de Lètes sous foedus avec les empereurs de l'Empire romain tardif, étaient chargés de défendre les contrées et défendre les frontières fragiles de l'Empire, bien que de cette tâche, parfois, les "barbares" avaient du mal à s'en aquitter sans quelques frictions.

Moyen Âge

modifier

Avant le XIIe siècle il n'y a pas ou peu de traces écrites sur Pont-Saint-Vincent. Plusieurs éléments tels que des escaliers en pierre et les noms de lieux-dits notamment, laissent supposer qu'un autre château existait à Pont-Saint-Vincent au-dessus de l'actuelle rue Carnot sous la route qui mène au plateau. Avant le XIIIe siècle, il semblerait que trois hameaux quelque peu séparés soient à l'origine du Pont-Saint-Vincent actuel. Saint Vincent, le plus ancien, situé dans le haut du pays actuel, Conflans dans le bas, et la Neuve Ville - qui deviendra plus tard « Neuves-Maisons » - de l'autre côté de la Moselle. Cette dernière agglomération dont on parle vers 1210, fut construite spécialement pour dégager l'ensemble existant. Le hameau de Conflans, qui se situait sur la principale artère de communication, fut affecté au comté de Vaudémont, suivi peu de temps après par les deux autres hameaux, et cela jusqu'à l'avènement de René II au duché de Lorraine en 1477. Afin de vaincre la réticence des paysans qui préféraient le plateau, Hugues III comte de Vaudémont, propose d'affranchir les serfs qui accepteraient de s'installer sur l'autre rive.

Au XIIIe siècle, les comtes de Vaudémont font construire une bastide et un château afin de surveiller le péage instauré sur le pont de bois. Il est détruit lors d'une crue en 1410 et n'est pas reconstruit immédiatement : le passage de la Moselle s'opérant alors par bac ou à gué.

Renaissance, époque moderne

modifier

En 1562, Pont-Saint-Vincent - c'est-à-dire l'ensemble de la rive gauche - est joint au comté de Chaligny, lequel contrôlait déjà toute la rive droite de la Moselle. La prévôté qui s'y installe a la charge de 7 à 8 villages et occupe le bâtiment du presbytère. À cette date Pont-Saint-Vincent n'avait pas de curé et était « annexe » de Sexey-aux-Forges.

Vers 1570, Jean 1er de Rambouillet fait construire un château de style Renaissance sur un domaine qui lui fut offert. En 1602, son fils fait construire un pigeonnier, encore visible de nos jours. Le château, lui, fut reconstruit au XIXe siècle.

Époque contemporaine

modifier

La commune est desservie par les tramway suburbains puis de la Compagnie générale française de tramways de 1910 à 1949, qui permettait les déplacements vers Nancy. Plus tard, ces lignes sont démontées et laissent places, dans le corurant des années 1950, aux lignes ferrovières puis aux transports en communs.

Le Château de la Tournelle se voit confié à la commune en 1953 après avoir été reconstruit en style néoclassique à la fin du XIXe siècle par le Marquis M. L. de Bonfils. En 1968, le Lycée général et technologique la Tournelle actuel est construit, et le château devient annexe du Lycée au courant des années 1980. Le parc du domaine de la Tournelle a donc été défiguré dans les années 1970 par l'implantation de la salle des sports municipale ainsi que par la construction d'une grande surface commerciale devenue aujourd'hui la salle polyvalente de la commune.

Politique et administration

modifier

Budget et fiscalité 2021

modifier
 
Mairie.

En 2021, le budget de la commune était constitué ainsi[27] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 429 000 , soit 747  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 229 000 , soit 640  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 62 000 , soit 33  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 223 000 , soit 117  par habitant ;
  • endettement : 1 607 000 , soit 840  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 16,42 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 37,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 29,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2020 : médiane en 2020 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 340 [28].

Économie

modifier

Entreprises et commerces

modifier

Agriculture et élevage

modifier
  • Élevage de vaches laitières[29].
  • Élevage de chevaux et d'autres équidés.
  • Élevage d'autres animaux.

Tourisme

modifier
  • Hébergements et restauration à Pont-Saint-Vincent, Neuves-Maisons, Chaligny, Vandoeuvre-les-Nancy[30].

Commerces

modifier
  • Commerces et services de proximité[31].

Rattachements administratifs et électoraux

modifier

Rattachements administratifs

modifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Nancy du département de Meurthe-et-Moselle

Elle faisait partie de 1801 à 1973 du canton de Nancy-Ouest, année où elle intègre le canton de Neuves-Maisons[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

modifier

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton de Neuves-Maisons.

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle.

Intercommunalité

modifier

Pont-Saint-Vincent est membre fondateur de la communauté de communes Moselle et Madon, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2001 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette communauté de communes succède au district urbain de Neuves-Maisons créé en 1965.

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs à partir de 1900
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1908 Léon Allord-Garny    
1908 1909 Charles Urion    
1909 1909 Théodore Lefort    
1909 1913 Édouard Bastien    
1913 1919 Charles Dalle    
1919 1920 Eugène Canteneur    
1920 1925 Charles Poussardin    
1925 1941 Paul Croupie    
1941 1944 Albert Mangeot    
1944 1970 Jean Deschamps    
1970 1978 Marcel Pejoux PS Conseiller général
1978 1983 Roger Koenig    
1983 1989 Jacques Seren    
1989 1995 Jean Chefson    
juin 1995 mai 2020[32] Jacques Seren-Rosso   Retraité salarié du secteur privé
mai 2020[33] En cours
(au 6 juillet 2022)
Yannick Hellak[34]   Cadre de la fonction publique

Population et société

modifier

Démographie

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[36].

En 2021, la commune comptait 1 794 habitants[Note 8], en diminution de 4,93 % par rapport à 2015 (Meurthe-et-Moselle : −0,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0239629291 0421 078884862866863
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
8228108659951 8461 6881 7812 1632 258
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 3632 6322 1192 1232 3532 1402 0282 2272 490
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
2 5402 3472 1432 0692 0512 0442 0431 9681 887
2020 2021 - - - - - - -
1 8131 794-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

modifier

Établissements d'enseignements[38] :

  • Écoles maternelle et primaire.
  • Collèges à Neuves-Maisons, Ludres, Villers-lès-Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy.
  • Lycées à Pont-Saint-Vincent, Villers-lès-Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy, Laxou.

Professionnels et établissements de santé[39] :

  • Médecins à Pulligny, Flavigny-sur-Moselle, Voinémont, Méréville, Richardménil, Bainville-sur-Madon, Pont-Saint-Vincent.
  • Pharmacies à Pulligny, Flavigny-sur-Moselle, Richardménil, Pont-Saint-Vincent.
  • Hôpitaux à Neuves-Maisons, Vandoeuvre-lès-Nancy, Saint-Nicolas-de-Port.

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Édifices civils

modifier
  • Domaine et château de la Tournelle[41] construit dans la seconde moitié du XIXe siècle pour le marquis Marie-Laurent de Bonfils[42].
  • Château du bord de la Moselle élevé peu avant 1321, restauré début XVe, aménagé en résidence renaissance par les ducs de Mercœur, détruit en 1636 par ordre de Richelieu
  • Éléments architecturaux remarquables :
Porte de France (reste des anciens remparts du bourg)[43].
Maison des chapelains[44].
Statue dans la niche d'angle[45].
Porte décorée[46].
Porte à accolade[47].
Détail de voûte[48].
Une ancienne fontaine aujourd'hui détruite se trouvait à l'actuelle Place R. Salengro[49]

Édifices religieux

modifier
Vitraux XVIe[53],[54] ;
Orgue en tribune réalisé vers 1900 par Charles Didier-Van Caster[55],[56] ;
Armoire eucharistique 1500 ;
Nombreuses statues XVe et XVIe[57],[58],[59],[60],[61],[62],[63],[64],[65],[66],[67],[68] ;
Monument funéraire de Jacques Bardin[69]

Personnalités liées à la commune

modifier
  • En 1850, Ambroise-Auguste Liébeault (1823-1904), médecin célèbre dans le cadre de l'histoire de l'hypnose et du magnétisme animal, s'installe comme médecin de campagne à Pont-Saint-Vincent. Il y exerce jusqu'en 1864.
  • André Aubréville (1897-1982), botaniste, membre de l'Académie des sciences, y est né.
  • Pierre Cortellezzi (1926-2015), organiste né à Pont-saint-Vincent, titulaire du grand orgue de la cathédrale de Nancy.
  • Jacques Rousselot, homme d'affaires né en 1949 à Pont-Saint-Vincent, président de l'AS Nancy-Lorraine de 1994 à 2020 et membre du conseil de l'équipe de France.

Héraldique

modifier
  Blason
Burelé d'argent et de sable de dix pièces au pairle d'azur brochant sur le tout[72].
Détails
Le bleu représente le confluant, le Madon se jetant dans la Moselle dans la commune.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Bibliographie

modifier

Liens externes

modifier
"Pont-Saint-Vincent" Le patrimoine de la commune sur www.pop.culture.gouv.fr/

Notes et références

modifier
  1. Les moyennes interannuelles (écoulements mensuels) ont été calculées le 21/05/2024 à 02:05 TU à partir des 424 QmM (débits moyens mensuels) les plus valides du 01/10/1988 au 01/04/2024.
  2. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  3. Les records sont établis sur la période du au .
  4. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  5. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Neuves-Maisons comprend une ville-centre et six communes de banlieue.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. a et b « Réseau hydrographique de Pont-Saint-Vincent » sur Géoportail (consulté le 4 juin 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier

Site de l'Insee

modifier

Autres sources

modifier
  1. « Meurthe-et-Moselle », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. Informations sur les risques naturels et technologiques
  3. Ruisseau du Fond de Dollainvau
  4. Ruisseau Ste-Anne
  5. « Fiche communale de Pont-Saint-Vincent », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  6. Sandre, « la Moselle »
  7. « Station hydrométrique La Moselle à Pont-Saint-Vincent », sur l'Hydroportail, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, (consulté le )
  8. Sandre, « la Moselle canalisée »
  9. Sandre, « le canal de l'Est (Branche Sud) »
  10. Sandre, « le Madon »
  11. « Le millésime 2022 de la BD TOPAGE® métropole est disponible », sur eaufrance.fr (consulté le ).
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Pont-Saint-Vincent et Ochey », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Nancy-Ochey », sur la commune d'Ochey - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Station Météo-France « Nancy-Ochey », sur la commune d'Ochey - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  18. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  19. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 de Neuves-Maisons », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nancy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  24. Inventaire des biens de l'abbaye par l'évêque de Toul Riquin
  25. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Journal de la Société d'archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1857
  27. Les comptes de la commune
  28. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  29. Élevage de vaches laitières
  30. Hébergements et restauration
  31. Le cadre de vie des Territoires
  32. « Savez-vous qui est le plus vieux maire du département ? », L'Est républicain,‎ 31/1/2020 mis à jour le 23/5/2020 (lire en ligne, consulté le ) « Il tient bon la barre depuis le mois de mars 1995 dans la commune de Pont-Saint-Vincent : Jacques Seren-Rosso est le plus vieux maire de Meurthe-et-Moselle, en âge. L’élu, qui ne se représente pas, est né le 16 mai 1929 ».
  33. « Yannick Hellak, élu maire », L'Est républicain,‎ 25/5/2020 mis à jour le 28/5/2020 (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Maire, un mandat de proximité », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  38. Établissements d'enseignements
  39. Professionnels et établissements de santé
  40. Paroisse : La Visitation sur Moselle et Madon
  41. Le domaine du château de la Tournelle
  42. Marquis Marie-Laurent de Bonfils
  43. Pont-Saint-Vincent : Histoire de la commune
  44. À la découverte du village
  45. « Façade sur rue : statue dans la niche d'angle », notice no AP16R001528, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  46. « Façade sur rue : porte », notice no AP16R001530, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  47. « Croix de chemin datée 1881 », notice no AP16R001537, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  48. « Détail de la voûte », notice no AP16R001539, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  49. « La Grande fontaine de Pont-Saint-Vincent »
  50. « Église Saint-Julien-de-Brioude », notice no PA00106352, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Clocher, élévation ouest, vue générale », notice no MHR44_20215400019, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  52. « Façade latérale sud, vue partielle », notice no MHR44_20215400022, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  53. « Vitrail », notice no APMH00027475, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  54. « Verrières », notice no PM54000752, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  55. Grand orgue en tribune
  56. Orgue Charles Didier-Van Caster
  57. « 2 statues : la Vierge et saint Jean », notice no PM54001807, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  58. « Sculpture : Christ en croix », notice no PM54001811, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  59. « Statue (demi-nature) : le Christ portant sa croix », notice no PM54001808, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. « Croix de calvaire », notice no PM54001809, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  61. « Groupe sculpté : Saint Joseph-d'Arimathie, saint Nicodème et deux anges portant les instruments de la Passion », notice no PM54000749, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  62. « Groupe sculpté : sainte Anne et la Vierge enfant », notice no PM54001810, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  63. « groupe sculpté : la Vierge, sainte Anne et l'Enfant Jésus », notice no PM54000755, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  64. « Cénotaphe », notice no PM54000751, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  65. « Statue : le Christ aux liens », notice no AP54W01536, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  66. « Statue : Sainte Barbe », notice no PM54000757, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  67. « Statue de Joseph d'Arimothie », notice no AP71P00828, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  68. « statue : Ecce Homo », notice no PM54000754, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  69. « Monument funéraire de Jacques Bardin », notice no AP71P00831, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  70. Ancien prieuré bénédictin Saint-Bernard
  71. Monument aux morts
  72. L'Armorial des villes et villages de France