Oblast de Léningrad

oblast, sujet fédéral de Russie

Oblast de Léningrad
(ru) Ленинградская область
Blason de Oblast de Léningrad
Armoiries de l'Oblast de Léningrad.
Drapeau de Oblast de Léningrad
Drapeau de l'Oblast de Léningrad.
Oblast de Léningrad
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord-Ouest
District fédéral Nord-Ouest
Statut politique Oblast
Création 1er août 1927
Capitale Gatchina[1]
Gouverneur Alexandre Drozdenko
Démographie
Population 1 907 590 hab. (2022)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° nord, 32° est
Superficie 83 908 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) russe
Fuseau horaire UTC+3
Code OKATO 41
Code ISO 3166 RU-LEN
Immatriculation 47
Liens
Site web http://lenobl.ru

L'oblast de Léningrad (en russe : Ленинградская область, Leningradskaïa oblast) est une subdivision territoriale de la fédération de Russie, ou oblast. Situé dans le district fédéral du Nord-Ouest, il tire son nom de Lénine et s'étend autour de Saint-Pétersbourg, connue sous le nom de Léningrad de 1924 à 1991, mais la ville en est administrativement séparée. L'oblast conserva son nom après la chute du régime soviétique, bien que la ville qui lui a donné son nom eût été rebaptisée. La ville la plus peuplée est Gatchina, avec 95 186 habitants en 2017. C'est le centre administratif de l'oblast.

GéographieModifier

 
L'un des nombreux lacs de l'isthme de Carélie.
 
Vue de Viipuri.
 
L'Oredej près de Siversky.

L'oblast compte 1 907 590 habitants en 2022 et couvre une superficie de 83 908 km2[2].

 
Saint-Pétersbourg (en jaune) et l'oblast de Léningrad.

L'oblast de Léningrad est situé autour du golfe de Finlande et au sud de deux grands lacs d'eau douce, le lac Ladoga et le lac Onega. L'oblast comprend l'isthme de Carélie et certaines îles, dont Hogland dans le golfe de Finlande et Konevets (en) dans le lac Ladoga.

Une grande partie de la superficie de l'oblast appartient au bassin versant du fleuve Neva, qui est le seul exécutoire du lac Ladoga. Le Neva, qui se jette dans le golfe de Finlande (la ville de Saint-Pétersbourg est située dans embouchure) est relativement court, mais son bassin versant est très vaste, comprenant le lac Onega et le lac Ilmen. Les rivières Svir et Volkhov coulent du lac Onega et du lac Ilmen, respectivement, au lac Ladoga. Les autres principaux affluents du lac Ladoga sont la Vuoksi et la Sias.

Les cours d'eau de la partie ouest de l'oblast se jettent dans le golfe de Finlande; les deux plus grands fleuves sont le Louga et le Narva, qui forment la frontière entre la Russie et l'Estonie.

HistoireModifier

Le territoire avant l'oblast de LéningradModifier

Le territoire de l'actuel oblast de Léningrad a été peuplé peu de temps après la fin de la glaciation vistulienne et abrite aujourd'hui de nombreux vestiges archéologiques[3],[4],[5].

La route commerciale de la Volga et la route commerciale des Varègues aux Grecs traversaient le territoire. Fondée aux VIIIe – IXe siècles, Staraïa Ladoga, la première capitale du légendaire Riourik, est située à l'est de l'oblast, au bord de la rivière Volkhov.

Aux XIIe – XVe siècles, le territoire est divisé entre le Royaume de Suède et la République de Novgorod (voir Guerres novgorodo-suédoises) et peuplé principalement de divers Finnois de la Baltique tels que les Caréliens (nord-ouest), les Ingriens et les Votes (ouest), les Vepses ( à l'est), ainsi que les Slaves de Novgorod (sud).

Pendant les guerres russo-suédoises des XVe – XVIIe siècles, la frontière a fait des allers-retours sur le territoire.

 
Au XVIIe siècle, le territoire de l'oblast de Léningrad actuel faisait partie de l'empire suédois

La partie centrale du territoire est connue comme la région historique d'Ingrie. Au XVIIe siècle, après que la majeure partie du territoire actuel de l'oblast de Léningrad a été prise par la Suède avec le traité de Stolbovo de 1617, elle subit un afflux important de population luthérienne de la Carélie finlandaise (qui comprenait l'isthme de Carélie, la partie nord-ouest de l'actuel oblast de Léningrad) et de la Savonie.

Ayant fait face à la pression religieuse des pasteurs luthériens et des autorités suédoises, la population orthodoxe locale d'ascendance russe et finnoise a massivement fui l'Ingrie vers les provinces russes voisines, de sorte que les Finnois d'Ingrie sont rapidement devenus le groupe éthnique dominant[6].

Pendant la Grande Guerre du Nord (1700-1721), le territoire de l'actuel oblast de Léningrad a été pris à la Suède par la Russie de Pierre le Grand, qui a fondé Saint-Pétersbourg au milieu du territoire en 1703, qui est rapidement devenue la capitale de l'Empire russe.

En 1708, la majeure partie du territoire a été organisée en Gouvernement d'Ingermanland avec le gouverneur général Alexandre Danilovitch Menchikov. Il est rebaptisé gouvernement de Saint-Pétersbourg en 1710 (les frontières de ce gouvernement, cependant, différaient très sensiblement de celles de l'oblast actuel et comprenaient une grande partie des zones des oblasts actuels de Novgorod, Pskov et Vologda). En 1721, les concessions territoriales de la Suède sont confirmées par le traité de Nystad.

En 1719-1810, le canal du Ladoga est creusé entre la rivière Svir et le fleuve Neva dans le cadre de la voie navigable Volga-Baltique pour contourner les eaux tumultueuses du lac Ladoga. Depuis l'avènement du transport ferroviaire à la fin du XIXe siècle, les zones proches de Saint-Pétersbourg étaient des destinations estivales populaires (datchas) pour ses habitants. Cependant, alors que Saint-Pétersbourg elle-même était peuplée principalement de Russes dès le début, ce n'est qu'au XXe siècle que sa population environnante a été russifiée.

En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Saint-Pétersbourg est rebaptisée Petrograd et le gouvernement est renommé en conséquence gouvernement de Petrograd. En 1918, après la Révolution russe, la capitale est transférée de Petrograd à Moscou, plus éloignée des frontières du pays. En 1919, pendant la guerre civile russe, l'armée blanche du nord-ouest venant d'Estonie et dirigée par Nikolaï Ioudenitch tente de capturer Petrograd et réussit à atteindre sa périphérie sud, mais l'attaque contre l'Armée rouge dirigée par Léon Trotsky échouera et Nikolaï Ioudenitch doit se retirer.

La frontière avec l'Estonie est établie dans le traité russo-estonien de Tartu de 1920. Les Finlandais ingriens du nord de l'Ingrie, soutenus par la Finlande, tenteront de faire sécession en 1918-1920, mais sont réincorporés avec le traité russo-finlandais de Tartu, qui a fixé la frontière entre la Finlande et la Russie soviétique. En 1924, Petrograd est rebaptisée Léningrad et le gouvernement de Petrograd devient le gouvernement de Léningrad.

L'oblast de LéningradModifier

L'oblast de Léningrad est créé le , par les résolutions du Comité exécutif central panrusse intitulées Sur la création de l'oblast de Léningrad et Sur les frontières et la composition des Okrougs de l'oblast de Léningrad en fusionnant Cherepovets, Leningrad , et les gouvernorats de Mourmansk, Novgorod et Pskov[7]. Le territoire de l'oblast correspondait aux territoires modernes de l'actuel oblast de Leningrad (à l'exception de l'isthme de Carélie et des territoires le long de la frontière avec l'Estonie), de l'oblast de Novgorod, de l'oblast de Pskov, de parties de l'oblast de Vologda, la plupart de l'oblast de Mourmansk, et la ville fédérale de Saint-Pétersbourg. La superficie totale de l'oblast était de 360 400 kilomètres carrés plus de quatre fois plus grande que l'entité moderne[8].

À l'automne 1934, la zone frontalière interdite le long de la frontière ouest de l'Union soviétique est établie, où personne ne peut accéder sans autorisation spéciale donnée par le NKVD. au départ, la zone n'a que 7,5 km de profondeur, mais le long de la frontière estonienne, elle s'étend jusqu'à 90 km. La zone devait être nettoyée des populations finnoises et des autres personnes considérés comme "politiquement peu fiables" par le régime[9],[10].

À partir de 1929, les autorités soviétiques ont procédé à des déportations massives à l'est des Finnois d'Ingrie de l'oblast, qui constituait la majorité dans de nombreuses localités rurales jusqu'au début du siècle, en les remplaçant par des personnes venant d'autres parties de l'Union Soviétique.

Le , l'Union soviétique déclenche la guerre d'Hiver contre la Finlande voisine et, par le traité de paix de Moscou en 1940, elle gagne des territoires, dont l'isthme de Carélie. La population carélienne de ces territoires est évacuée à la hâte vers l'intérieur de la Finlande puis sera remplacée par des personnes d'autres parties de l'Union soviétique. Une petite partie du territoire (les municipalités de Kanneljärvi (fi), Koivisto et Rautu) a été incorporée à l'oblast de Léningrad, le reste étant inclus dans la République socialiste soviétique carélo-finnoise.

En 1941, l'Allemagne envahit l'Union soviétique dans le cadre de l'opération Barbarossa, et peu de temps après, le territoire sera le site du siège de Léningrad. La Wehrmacht conquiert la partie sud-ouest de l'oblast et atteint Tikhvine à l'est, tandis que les troupes finlandaises reprennent rapidement les territoires cédés (en) lors de la guerre de Continuation, encerclant Léningrad depuis la terre. Cette fois, les territoires nouvellement acquis sur l'isthme de Carélie sont incorporés dans l'oblast de Léningrad (raïon de Vyborg et raïon de Priozersk). En 1947, ces gains territoriaux seront confirmés par le traité de Paris. L'oblast de Novgorod et l'oblast de Pskov ont été formés à partir des parties sud de l'oblast de Léningrad en 1944. En janvier 1945, une petite partie de la RSS d'Estonie à l'est du fleuve Narva avec la ville de Jaanilinn (aujourd'hui Ivangorod) a été transférée à la RSFS de Russie et incorporé à l'oblast de Léningrad. Depuis lors, le territoire de l'oblast de Léningrad n'a pas changé de manière significative, bien que certaines banlieues de Léningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) aient été retirées de l'oblast et incorporées à la ville[11].

En octobre 1946, Léningrad gagne des anciens territoires finlandais le long de la côte nord du golfe de Finlande formant en district de Sestroretsky et district de Kurortny dont la ville de Terijoki.

Après un référendum en 1991, la ville de Léningrad a été renommée Saint-Pétersbourg, mais l'oblast de Léningrad a conservé son nom[12].

Politique et administrationModifier

L'oblast est dirigé par un gouverneur élu. Depuis le , la fonction est occupée par Alexandre Drozdenko, membre du parti Russie unie.

Divisions administrativesModifier

Administrativement, l'oblast de Leningrad est divisé en dix-sept raïons et une ville d'importance fédérale (Sosnovy Bor). En termes de superficie, le plus grand raïon est le raïon de Podporojie (7 706 kilomètres carrés et le plus petit est le raïon de Lomonossov (1 919 kilomètres carrés).

PopulationModifier

DémographieModifier

 
Immeuble d'habitation à Gatchina.
Évolution démographique
1926 1970 1990 2002
2 792 1291 435 7291 667 2801 669 206
2010 2012 2014 2016
1 629 4511 733 9071 763 9241 778 857
2018 2020 2022 -
1 813 8161 875 8721 907 590-

NatalitéModifier

Le premier semestre 2007, le taux de natalité est de 8,1 pour 1000[13]

 
Ville de Tosno.

NationalitésModifier

Selon le recensement russe de 2002, il y a 13 groupes ethniques de plus de 200 personnes dans l'oblast. Il y a de nombreux autres groupes de moins de 200 personnes. 2,34 % des résidents ont refusé d'indiquer leur nationalité sur le questionnaire de recensement[14]. La répartition des différents groupes ethniques est la suivante :

Principales villesModifier

 
Volkhov.
 
Gare d'Otradnoïe.
Principales villes[15],[16]
Ville Nom russe Habitants
recensement 2002
Habitants
2021
Gatchina Гатчина 88 420 89 311
Vyborg Выборг 79 224 74 054
Sosnovy Bor Сосновый Бор 66 132 67 054
Tikhvine Тихвин 63 338 57 327
Kirichi Кириши 55 634 50 079
Kingissepp Кингисепп 50 295 44 612
Volkhov Волхов 46 596 43 969
Vsevolojsk Всеволожск 45 310 75 660
Louga Луга 40 434 33 704
Tosno Тосно 38 683 35 099
Sertolovo Сертолово 38 444 58 802
Slantsy Сланцы 37 371 31 985
Kirovsk Кировск 24 361 27 391
Pikaliovo Пикалёво 23 325 19 490
Lodeïnoïe Pole Лодейное Поле 22 830 18 766
Otradnoïe Отрадное 21 570 26 030
Priozersk Приозёрск 20 506 17 685
Podporojie Подпорожье 20 312 16 462
Boksitogorsk Бокситогорск 18 128 14 973
Nikolskoïe Никольское 17 306 21 949
Kommounar Коммунар 17 164 21 920
Svetogorsk Светогорск 15 698 14 982

ÉconomieModifier

ÉnergieModifier

La centrale nucléaire de Léningrad est située dans la ville de Sosnovy Bor. L'oblast quatre grandes centrales hydroélectriques. La centrale hydroélectrique de Volkhov, sur la rivière Volkhov, a été construite en 1921 et est devenue la première grande centrale hydroélectrique de l'Union soviétique.

Les autres centrales sont la centrale hydroélectrique de l'amont de la Svir (en) et la centrale hydroélectrique de l'aval de la Svir (en), toutes deux sur la rivière Svir, et la centrale hydroélectrique du Narva (en) sur le fleuve Narva.

TransportModifier

Transport routierModifier

L'autoroute M10 relie Saint-Pétersbourg à Moscou via Novgorod au sud et à la frontière finlandaise, en continuant jusqu'à Helsinki. Elle est divisée entre les routes européennes E18 (Saint-Pétersbourg vers la Finlande) et E105 (Saint-Pétersbourg vers Moscou),

L'autoroute R21 (partie de l'E105) va de Saint-Pétersbourg à Mourmansk via Petroskoi, et l'autoroute A180 (partie de l'E20) relie Saint-Pétersbourg à Ivangorod et traversant la frontière estonienne continue jusqu'à Tallinn[17],[18]..

L'autoroute R23 (partie de l'E95) relie Saint-Pétersbourg à Pskov. L'autoroute A114 va à Vologda par Cherepovets[19]. L'autoroute A121 relie Saint-Pétersbourg à Sortavala, en longeant de la côte ouest du lac Ladoga[20].

Transport ferroviaireModifier

Saint-Pétersbourg est une plaque tournante ferroviaire majeure, et tous les trains qui s'y rendent traversent l'oblast de Leningrad.

Les lignes principales relient Saint-Pétersbourg à Moscou, à Helsinki via Vyborg, à Mourmansk via Petrozavodsk, Sortavala via Priozersk, Tallinn via Kingisepp, Riga via Pskov, Vitebsk via Dno, et Novgorod.

Transport aérienModifier

L'oblast de Leningrad compte des aérodromes.

Des vols réguliers et internationaux sont assurés exclusivement depuis l'aéroport de Poulkovo à Saint-Pétersbourg.

Transport aquatiqueModifier

Le Louga , la Svir, la Volkhov et le Neva sont navigables et très utilisés pour le transport de marchandises.

Le canal de l'Onega, partagé avec l'oblast de Vologda, sert de contournement du lac Onega par le sud. De même, le canal du Ladoga, reliant la Svir et le Neva, contourne le lac Ladoga par l'Est. Ces canaux font partie de la voie navigable Volga-Baltique.

Le canal Saimaa reliant le lac Saimaa en Finlande au golfe de Finlande en traversant l'oblast de Léningrad, a un statut spécial et est utilisé pour le transport de passagers.

Les ports d'Oust-Louga, Vyborg, Vyssotsk et Primorsk sont les principaux terminaux maritimes du golfe de Finlande.

Notes et référencesModifier

  1. (ru) Article du 24 mars 2021
  2. (ru) « Предварительная оценка численности постоянного населения на 1 января 2022 года и в среднем за 2021 год », sur rosstat.gov.ru,‎ (consulté le )
  3. (ru) V. A. Lapshin, Археологическая карта Ленинградской области, t. 1 (Западные районы, régions occidentales), Leningrad, Université d'État de Saint-Pétersbourg,‎
  4. (ru) V. A. Lapshin, "Археологическая карта Ленинградской области, t. 2 (Восточные и северные районы, régions de l'est et du nord, Saint-Pétersbourg, Université d'État de Saint-Pétersbourg,‎ (ISBN 5-87403-052-2)
  5. (ru) G. S. Lebedev, "Археологические памятники Ленинградской области", Leningrad, Lenizdat,‎
  6. (en) Dominic Lieven, The Cambridge History of Russia: Volume 2, Imperial Russia, 1689-1917, Cambridge University Press, (ISBN 0521815290, lire en ligne), p. 495
  7. Administrative-Territorial Division of Murmansk Oblast, p. 33–34
  8. Administrative-Territorial Division of Leningrad Oblast, p. 10
  9. (en) Ian M. Matley, « The Dispersal of the Ingrian Finns », Slavic Review, vol. 38, no 1,‎ , p. 1–16 (ISSN 0037-6779, DOI 10.2307/2497223  , JSTOR 2497223)
  10. (en) Terry Martin, « The Origins of Soviet Ethnic Cleansing », The Journal of Modern History, University of Chicago Press, vol. 70, no 4,‎ , p. 813–61 (ISSN 1537-5358, DOI 10.1086/235168, JSTOR 10.1086/235168, lire en ligne)
  11. (ru) « Ленинградская область в целом: Административно-территориальное деление Ленинградской области »,‎ 8.6. 2009
  12. (ru) « Что и почему переименовывали в Ленинградской области », Общая газета Ленинградской области,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (ru) [1]
  14. « Composition nationale des populations des régions de la fédération russe » [xls], 2002 Russian All-Population Census, (consulté le )
  15. (ru) « Всероссийская перепись населения 2002 года. Том. 1, таблица 4. Численность населения России, федеральных округов, субъектов Российской Федерации, районов, городских поселений, сельских населённых пунктов - райцентров и сельских населённых пунктов с населением 3 тысячи и более », sur perepis2002.ru,‎ (consulté le )
  16. (ru) « Численность постоянного населения Российской Федерации по муниципальным образованиям на 1 января 2021 года », sur rosstat.gov.ru,‎ (consulté le )
  17. (ru) « Трасса А180 «Нарва» », sur rudorogi.ru (consulté le )
  18. (ru) « Трасса Р21 «Кола» », sur rudorogi.ru (consulté le )
  19. (ru) « Трасса А114 », sur rudorogi.ru (consulté le )
  20. (ru) « Трасса А121 «Сортавала» », sur rudorogi.ru (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :