Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archangel.

Arkhangelsk
(ru) Архангельск
Blason de Arkhangelsk
Héraldique
Arkhangelsk
Vue plongeante du centre d'Arkhangelsk dans l'obscurité, depuis un immeuble de grande hauteur.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Drapeau de l'oblast d'Arkhangelsk Oblast d'Arkhangelsk
Maire Viktor Pavlenko
Code postal 163000 — 163071
Code OKATO 11 401
Indicatif (+7) 818
Démographie
Population 350 368 hab. (2014)
Densité 1 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 64° 33′ nord, 40° 32′ est
Altitude 10 m
Superficie 29 442 ha = 294,42 km2
Fuseau horaire UTC+04:00
Cours d'eau Dvina septentrionale
Divers
Fondation 1584
Statut Ville depuis 1584
Ancien(s) nom(s) Novokholmogory
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Arkhangelsk

Géolocalisation sur la carte : Oblast d'Arkhangelsk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast d'Arkhangelsk
City locator 14.svg
Arkhangelsk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Arkhangelsk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Arkhangelsk
Liens
Site web www.arhcity.ru
Sources

Arkhangelsk, Archangelsk ou encore Arkhanguelsk (en russe : Архангельск) est une ville portuaire de Russie et la capitale administrative de l'oblast d'Arkhangelsk. Sa population s'élève à 350 368 habitants en 2014.

GéographieModifier

La ville d'Arkhangelsk est située à l'embouchure de la Dvina septentrionale, à environ 25 km de la mer Blanche, à 591 km au sud-est de Mourmansk, à 735 km au nord-est de Saint-Pétersbourg et à 990 km au nord de Moscou[1].

HistoireModifier

 
Le port sur la Dvina en 1894, par Constantin Korovine.
 
En 1918 ou 1919, le navire-hôpital du Royaume-Uni SS Kalyan (en) à Arkhangelsk.

Le territoire où se situe actuellement Arkhangelsk est connu des Vikings sous le nom de Bjarmeland. D'après les récits de voyage de Ottar de Hålogaland, des constructions existent déjà à l'emplacement supposé de la future Arkhangelsk, vers l'an 800. D'après l'historien islandais Snorri Sturluson, un raid viking mené par Thorir Hund (en) vise cette même zone en 1027.

Au XIIe siècle, des moines de Novgorod fondent le monastère de l'Archange Michel à l'estuaire de la Dvina septentrionale. En 1584, Ivan le Terrible ordonne la fondation de Novokholmogory (« Nouvelle Kholmogory »), qui adopte plus tard le nom d'Arkhangelsk inspiré du monastère voisin.

En 1693, Pierre le Grand décide la création d'un chantier naval, si bien qu'au début du XVIIIe siècle, Arkhangelsk devient la capitale de la construction navale russe. Elle était la seule place maritime commerçante de la Russie avec l'Europe, avant la fondation de Saint-Pétersbourg en 1703.

Arkhangelsk est un point d'approvisionnement allié pendant la Première Guerre mondiale. C'est notamment là que débarque le Corps Expéditionnaire des Auto-Canons envoyé par la Belgique pour se battre au côté de l'armée russe[2]. Pendant la guerre civile (1918-1920), les Blancs font de la ville la capitale d'une éphémère oblast du Nord antibolchévique, où ils reçoivent le soutien de puissances européennes et des États-Unis lors de l'intervention en Russie septentrionale. En , après avoir vaincu les Blancs et contraint les forces de l'intervention étrangère à se retirer, le pouvoir soviétique s'établit à Arkhangelsk.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville est l'une des destinations — avec Mourmansk et Severodvinsk — des convois de l'Arctique alliés destinés à approvisionner les Soviétiques.

C'est aujourd'hui une importante région de pêche et de production de bois.

PopulationModifier

Recensements (*) ou estimations de la population[3]

Évolution démographique
1811 1840 1856 1863 1897 1913
11 0009 60015 20020 20020 88235 400
1914 1923 1926 1939 1959 1970
36 90053 30071 091251 000256 309342 590
1979 1989 2002 2010 2013 2014
385 028415 921356 051348 783350 985350 368

TransportModifier

Arkhangelsk possède deux aéroports :

ClimatModifier

Le climat d'Arkhangelsk est subarctique (Dfc dans la classification de Köppen). Les eaux de la mer Blanche qui baignent la ville exercent un effet modérateur sur les températures. L'hiver est froid sans être excessif avec des températures moyennes journalières de −10 °C à −13 °C et l'été est frais et bref avec des températures moyennes journalières de l'ordre de 15 °C. La neige recouvre le sol en moyenne 174 jours par an de la fin octobre à la fin avril. La hauteur de neige peut atteindre 102 cm à la fin de l'hiver (la valeur moyenne est de 45 cm en mars).

  • Température record la plus froide : −45,2 °C (janvier 1885)
  • Température record la plus chaude : 34,4 °C (juillet 1972)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 158
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 125
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 15
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année : 14
  • Nombre moyen de jours avec du brouillard dans l'année : 34
Relevé météorologique d'Arkhangelsk
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −17,8 −14,8 −7,6 −4,2 2,4 8,6 10,7 8,3 4,4 −0,7 −8,5 −13 −2,7
Température moyenne (°C) −13,5 −11,5 −5,3 −0,1 6,5 13,1 15,8 12,9 7,7 1,5 −5,3 −9,8 1
Température maximale moyenne (°C) −10,8 −7,4 1,2 4,6 11,5 18,5 20,5 16,9 10,8 3,9 −3,4 −6,5 5
Précipitations (mm) 35 28 28 32 43 60 65 68 60 63 51 44 577
Source : Le climat à Arkhangelsk (en °C et mm, moyennes mensuelles) Pogoda.ru.net


EnvironnementModifier

En 2019, une décharge destinée à accueillir les déchets de Moscou est en construction. Un demi-million de tonnes de déchets par an y seraient acheminés par train. Un mouvement de protestation citoyen se constitue pour tenter de faire opposition au projet[4].

Accident nucléaire russe du 8 août 2019 : En 2019, le 8 août vers 12h, au large de Nionoska, une explosion tue au moins 5 ingénieurs de l'agence nucléaire russe Rosatom travaillant pour le centre de recherche nucléaire du Grand Nord (basé à Sarov, où l'Union soviétique a mis au point ses premières bombes atomiques). L'explosion aurait aussi fait 3 blessé et pourrait avoir été source d'une contamination radioactive de l'environnement (le 12 août, selon le ministre de la Défense russe l'accident n'a pas engendré de "contamination radioactive", mais la ville de Severodvinsk, à 30 kilomètres de la base, a annoncé avoir « enregistré une brève hausse de la radioactivité" » (publicaion ensuite rapidement retirée). Ce même jour, l’État russe fait savoir que ces personnes travaillaient à tester de « nouveaux armements », et selon Viacheslav Soloviev (directeur scientifique du centre militaire de Sarov) l'accident aurait aussi impliqué un petit réacteur nucléaire et l'agence russe de météorologie cite une augmentation de 4 à 16 fois le taux habituel de la radioactivité de l'air, sans danger pour la santé, selon elle[5]. La Norvège a détecté des traces d'iode radioactif, à Svanhovd dans une station de mesure proche de sa frontière avec la Russie, du 9 au 12 août [6].

SportModifier

Le bandy est le sport le plus populaire de la ville. Vodnik, l'équipe d'Arkhangelsk, a été neuf fois championne de Russie.

JumelagesModifier

Personnalités liées à la villeModifier

BibliographieModifier

Yuri Barashkov : Vous avez dit Arkhangelsk? (en russe), 513 pages, 2019. Lambert Academic Publishing (ISBN 978-620-0-10206-5)

Yuri Barashkov : Le code génétique des villes en bois de la Russie du nord (en russe), 295 pages, 2019. Lambert Academic Publishing (ISBN 978-620-0-11628-4)

Dans la fictionModifier

Le film et le jeu vidéo GoldenEye débutent dans un complexe d'armes chimiques situé au pied d'un barrage près d'Arkhangelsk.

Au début du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley, c'est d'Arkhangelsk que part le bateau du Capitaine Walton, qui ne tardera pas à recueillir le Professeur Frankenstein, à la poursuite de sa créature monstrueuse qui cherche à lui échapper et à se réfugier dans les glaces éternelles.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  2. Olivier Defrance, L'Odysée des autos-canons-mitrailleurs. Le tour du monde du Corps expéditionnaire belge de 1915-1918, Bruxelles, Fondation belge pour le Patrimoine Automobile et Moto, , 176 p. (ISBN 9789082377262), p. 36-37
  3. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur www.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru.
  4. « En Russie, la population s’oppose farouchement à un projet de décharge », sur Reporterre (consulté le 14 juin 2019)
  5. Marine Benoit (2019) [SEAActu17h-20190815 Ce que l’on sait de la mystérieuse explosion survenue dans un centre nucléaire russe du Grand Nord], Science & Avenir, publié le 14.08.2019
  6. Après l'explosion sur une base russe, la Norvège détecte de l'iode radioactif ; brève de Yahoo/Paris Match, mise en ligne le 15 aout 2019

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :