Site Ramsar

Zone humide d'importance internationale au titre de la Convention de Ramsar.
Logo des sites Ramsar

Un site Ramsar est la désignation d'une « zone humide d'importance internationale » inscrite sur la liste établie par la Convention de Ramsar par un État partie. Un site Ramsar doit répondre à un ensemble de critères, tels que la présence d'espèces vulnérables de poissons et d'oiseaux d'eau.

L'inscription d'un site Ramsar n'impose pas de protection réglementaire particulière, celui-ci devant être préalablement protégé selon la législation nationale. Ainsi, un site Ramsar correspond à une reconnaissance internationale de l'importance de la zone humide désignée[1]. En outre, cette désignation peut se superposer à un site du réseau Natura 2000, un site inscrit sur la liste du patrimoine mondial ou bien sur une zone appartenant à une réserve de biosphère de l'Unesco[2].

Il existe plus de 2 200 sites Ramsar pour une surface cumulée supérieure à 2,1 millions de km2[1]. Un site Ramsar peut être transfrontière[3].

Critères d'admission et classementModifier

Lorsqu'un pays ratifie la Convention de Ramsar, il est tenu de proposer au minimum un site à inscrire. Seul les États ayant ratifié la Convention de Ramsar peuvent proposer un site éligible[4]. En outre, il est demandé à chaque État l'élaboration d'un plan stratégique à l'échelle nationale pour conserver leur zones humides[5].

Les États sont tenus d’identifier les zones humides répondant à un ensemble de neuf critères[note 1], sur leur territoire. Le premier critère est la présence de zones humides « représentatives, rares ou uniques », les huit autres critères s'attache à la qualité de la biodiversité : trois critères concernent les espèces et les communautés en général, deux se focalisent sur les populations d'oiseaux et deux sur les poissons, enfin le dernier concerne les espèces animales autres que les oiseaux. Ils doivent en garantir l'usage responsable et la protection.

Une fois le dossier d'admission accepté, le site candidat est inscrit sur la Liste des zones humides d’importance internationale, ainsi que dans la base de données accessible en ligne du Service d'information sur les sites Ramsar.

GestionModifier

 
Les marais salants de Guérande et du Mès, en France, forment une zone humide artificielle, où une colonie d'aigrettes garzettes niche depuis 1983, elles y trouvent une nourriture abondante en toutes saison[6].
 
La pêche sur le lac Tanganyika, produit annuellement 200 000 tonnes de poissons, ce qui couvrirait possiblement jusqu'à 60 % de l'apport en proteines animales pour les populations riveraines[7]. Il est classé par la convention de Ramsar depuis 2007.

Les États parties s'engagent à une utilisation rationnelle des zones humides qu'ils inscrivent sur la liste des sites Ramsar[2]. Cette « utilisation rationnelle » a été définie avec de plus en plus de précision au fil des années, elle vise à garantir le maintien de la biodiversité, des services écosystémiques ainsi qu'à maintenir le bien-être des populations locales et à réduire la pauvreté, rejoignant en cela les objectifs du millénaire pour le développement.

Chaque site Ramsar doit, autant que possible, posséder un plan de gestion et d'aménagement. La recherche scientifique, pour améliorer les connaissances sur les zones humides, est fortement encouragée par la convention de Ramsar[8]. Parmi les recommandations émises par le conseil scientifique et technique, il est conseillé de prendre en compte la totalité du bassin versant ou du paysage, sans limiter la gestion au seul site Ramsar, car la ressource en eau en amont a une grande importance quantitativement et qualitativement.

Depuis 2014, les États-partis sont encouragés à (mieux) prendre en considération les besoins des populations dépendantes des zones humides dans leur vie quotidienne. Selon le secrétariat de la convention Ramsar :

« Les pratiques culturelles et les traditions jouent un rôle important en faveur de la conservation et de l’utilisation rationnelle des zones humides et au quotidien, […] des populations vivent en harmonie avec leur milieu naturel et conservent les zones humides par des pratiques de gestion traditionnelles et culturelles durables. »

Les États membres de la Convention bénéficient d'outils, mis en place par la convention, pour les accompagner dans la gestion des sites. Des équipes pluridisciplinaires d'experts peuvent être envoyées en mission consultatives, à la demande des états contractants pour apporter des solutions à des problèmes de gestion. Ces équipes peuvent comprendre des partenaires extérieurs comme des spécialistes de l'UICN, du programme sur l'homme et la biosphère et du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 
Le Parc national de Keoladeo, haut site de l'ornithologie mondiale, au Rajasthan, est menacé par la réduction de la ressource en eau et la mauvaise gestion du pâturage. Site Ramsar depuis 1981, il est classé sur le « registre de Montreux » à partir de 1990[9].

Lorsque les efforts de gestion ne sont pas suffisants et qu'un site subit des changements défavorables en conséquence des activités humaines, il peut être inscrit sur le « registre de Montreux », après discussion avec l'état concerné[10]. En Europe, c'est le cas du parc national de Doñana (Espagne), depuis 1990, par exemple. Ce site est menacé par la surfréquentation touristique et l'extension des zones agricoles, entre autres pour la culture des fraises.
La pollution de l'eau d'origine agricole ou urbaine, la pêche illégale et le braconnage, la surexploitation de la ressource en eau, les espèces envahissantes ou la présence de bandes armées violentes, sont des exemples de menaces qui pèsent sur un certain nombre de sites Ramsar.
En 2014, 48 sites étaient inscrits sur le registre de Montreux, une proportion extrêmement faible. C'était l'Iran et la Grèce qui comptaient le plus de ces zones humides en danger[11].

Cependant ce classement n'est pas permanent et après des améliorations importantes de la gestion des sites, ceux-ci peuvent être retirés du registre de Montreux. Ainsi, entre 1990 et 2014, 32 sites ont été inscrits puis retirés du registre susmentionné[11].

À l'inverse le « Prix Ramsar » récompense les actions menées par des acteurs publics ou privés en faveur de la conservation des zones humides, il est décerné tous les trois ans depuis 1999[12].

Coopération internationaleModifier

 
le site de Saloum - Niumi (en) est un exemple réussi de gestion transfrontalière entre le Sénégal et la Gambie.

La convention permet le classement de zones humides transfrontalières, chaque État inscrivant sa partie.

Seize zones humides transfrontalières (sur un potentiel de plus de 200) disposaient de plan de gestion commun, en 2014[13]. En 2019, 22 sites était désignés comme « transfrontières »[3]. La désignation d'un site Ramsar transfrontalier ne joue pas le rôle d'une réglementation à portée internationale, il s'agit uniquement de la reconnaissance de la coopération entre plusieurs états pour la gestion d'une zone humide écologiquement cohérente à cheval sur plusieurs pays[14].

Par ailleurs, il existe 15 réseaux régionaux visant à renforcer la coopération entre les gouvernements, les experts techniques et les acteurs privés locaux des sites Ramsar.

Effets et limites de la désignationModifier

La labellisation des sites Ramsar n'entrainant pas de contraintes réglementaires de protection, limite de facto son effet. Cependant, la labellisation peut avoir un aspect positif en termes de communication pour mettre en valeur et donc protéger les zones humides, en particulier pour les pays en développement[5].

Statistiques et études de casModifier

Statistiques par paysModifier

Le nombre de pays signataires de la Convention de Ramsar augmente régulièrement, tout comme le nombre de sites inscrits et corollairement la surface totale des zones humides d'importance internationale protégées.

Pays Année de ratification Nombre de sites Superficie (ha) Année de mise à jour
Afrique du Sud 1975 +026, +0563 005, 2020
Albanie 1996 +004, +0098 181, 2020
Algérie 1984 +050, +3 032 813, 2020
Allemagne 1976 +034, +0868 226, 2020
Andorre 2012 +003, +0006 870, 2020
Antigua-et-Barbuda 2005 +001, +0003 600, 2020
Argentine 1992 +023, +5 687 651, 2020
Arménie 1993 +003, +0493 511, 2020
Australie 1975 +066, +8 307 694, 2020
Autriche 1983 +023, +0124 968, 2020
Azerbaïdjan 2001 +002, +0099 560, 2020
Bahamas 1997 +001, +0032 600, 2020
Bahreïn 1998 +002, +0006 810, 2020
Bangladesh 1992 +002, +0611 200, 2020
Barbade 2006 +001, +00 00033, 2020
Belgique 1986 +009, +0046 944, 2020
Belize 1998 +002, +0023 592, 2020
Bénin 2000 +004, +2 587 342, 2020
Bhoutan 2012 +003, +0001 225, 2020
Biélorussie 1977 (URSS) +026, +0778 946, 2020
Birmanie 2005 +005, +0156 541, 2020
Bolivie 1990 +011, +14 842 405, 2020
Bosnie-Herzégovine 1977 (URSS) +003, +0057 192, 2020
Botswana 1997 +001, +5 537 400, 2020
Brésil 1993 +027, +26 794 454, 2020
Bulgarie 1976 +011, +0049 913, 2020
Burkina Faso 1990 +024, +1 872 279, 2020
Burundi 2002 +004, +0078 515, 2020
Cambodge 1999 +005, +0085 235, 2020
Cameroun 2006 +007, +0827 060, 2020
Canada 1981 +037, +13 086 767, 2020
Cap-Vert 2005 +004, +0002 300, 2020
Chili 1981 +014, +0362 020, 2020
Chine 1992 +057, +6 948 592, 2020
Chypre 2001 +001, +0001 107, 2020
Colombie 1998 +007, +0754 148, 2020
Comores 1995 +003, +0016 030, 2020
Corée du Nord 2018 +002, +0007 241, 2020
Corée du Sud 1997 +023, +0019 618, 2020
Costa Rica 1992 +012, +0569 742, 2020
Côte d'Ivoire 1996 +006, +0127 344, 2020
Croatie 1977 +005, +0093 590, 2020
Cuba 2001 +006, +1 188 411, 2020
Danemark 1978 +043, +2 335 939, 2020
Djibouti 2003 +001, +0003 000, 2020
Égypte 1988 +004, +0415 532, 2020
Émirats arabes unis 2007 +010, +0039 166, 2020
Équateur 1991 +019, +1 064 483, 2020
Espagne 1982 +075, +0304 564, 2020
Estonie 1994 +017, +0304 778, 2020
Eswatini 2013 +003, +0001 183, 2020
États-Unis 1986 +039, +1 861 603, 2020
Fidji 2006 +002, +0135 515, 2020
Finlande 1975 +049, +0799 518, 2020
France 1986 +049, +3 714 412, 2020
Gabon 1987 +009, +3 001 769, 2020
Gambie 1997 +003, +0031 244, 2020
Géorgie 1997 +002, +0034 480, 2020
Ghana 1988 +006, +0176 134, 2020
Grèce 1975 +010, +0163 501, 2020
Grenade 2012 +001, +0 000518, 2020
Guatemala 1990 +007, +0628 592, 2020
Guinée 1993 +016, +9 065 446, 2020
Guinée-Bissau 1990 +004, +1 189 633, 2020
Guinée équatoriale 2003 +003, +0136 000, 2020
Honduras 1993 +010, +0271 767, 2020
Hongrie 1979 +029, +0260 668, 2020
Inde 1982 +027, +1 056 871, 2020
Indonésie 1992 +007, +1 372 976, 2020
Irak 2008 +004, +0537 900, 2020
Iran 1975 +025, +1 488 624, 2020
Irlande 1985 +045, +0066 994, 2020
Islande 1978 +006, +0128 666, 2020
Israël 1997 +002, +0 000366, 2020
Italie 1977 +056, +0073 308, 2020
Jamaïque 1998 +004, +0037 847, 2020
Japon 1980 +052, +0154 696, 2020
Jordanie 1977 +002, +0013 472, 2020
Kazakhstan 2007 +010, +3 188 557, 2020
Kenya 1990 +006, +0265 449, 2020
Kirghizistan 2003 +003, +0679 408, 2020
Kiribati 2013 +001, +0001 033, 2020
Koweït 2015 +001, +0050 948, 2020
Laos 2010 +002, +0014 760, 2020
Lesotho 2004 +001, +0 000434, 2020
Lettonie 1995 +006, +0150 318, 2020
Liban 1999 +004, +0001 075, 2020
Liberia 2003 +005, +0095 879, 2020
Libye 2000 +002, +00 00083, 2020
Liechtenstein 1991 +001, +0 000101, 2020
Lituanie 1993 +007, +0065 581, 2020
Luxembourg 1998 +002, +0017 213, 2020
Macédoine du Nord 1977 (Yougoslavie) +002, +0021 616, 2020
Madagascar 1999 +020, +2 094 911, 2020
Malaisie 1995 +007, +0134 182, 2020
Malawi 1997 +002, +0286 356, 2020
Mali 1987 +004, +4 204 640, 2020
Malte 1989 +002, +0 000117, 2020
Maroc 1980 +038, +0316 086, 2020
Îles Marshall 2004 +002, +0070 119, 2020
Maurice 2001 +003, +0 000401, 2020
Mauritanie 1983 +004, +1 240 600, 2020
Mexique 1986 +142, +8 657 057, 2020
Moldavie 2000 +003, +0094 705, 2020
Monaco 1997 +001, +00 00023, 2020
Mongolie 1998 +011, +1 439 530, 2020
Monténégro 1977 (Yougoslavie) +003, +0021 627, 2020
Mozambique 2004 +002, +4 534 872, 2020
Namibie 1995 +005, +0676 564, 2020
Népal 1988 +010, +0060 561, 2020
Nicaragua 1997 +009, +0406 852, 2020
Niger 1987 +012, +7 533 426, 2020
Nigeria 2001 +011, +1 076 728, 2020
Norvège 1975 +063, +0909 134, 2020
Nouvelle-Zélande 1976 +006, +0056 639, 2020
Oman 2013 +001, +0 000107, 2020
Ouganda 1988 +012, +0454 303, 2020
Ouzbékistan 2002 +002, +0558 400, 2020
Pakistan 1976 +019, +1 343 807, 2020
Palaos 2003 +001, +0 000500, 2020
Panama 1990 +005, +0183 992, 2020
Papouasie-Nouvelle-Guinée 1993 +002, +0594 924, 2020
Paraguay 1995 +006, +0785 970, 2020
Pays-Bas 1980 +055, +0907 061, 2020
Pérou 1992 +013, +6 784 041, 2020
Philippines 1994 +007, +0244 017, 2020
Pologne 1978 +019, +0152 831, 2020
Portugal 1981 +031, +0132 487, 2020
République centrafricaine 2006 +002, +0376 300, 2020
République du Congo 1998 +014, +13 813 865, 2020
République démocratique du Congo 1996 +004, +11 906 617, 2020
République dominicaine 2002 +004, +0135 097, 2020
Tchéquie 1993 +014, +0060 207, 2020
Roumanie 1991 +019, +1 156 448, 2020
Royaume-Uni 1976 +175, +1 283 040, 2020
Russie 1977 (URSS) +035, +10 323 767, 2020
Rwanda 2006 +001, +0006 736, 2020
Sainte-Lucie 2002 +002, +00 00085, 2020
Salvador 1999 +007, +0207 387, 2020
Samoa 2005 +002, +0005 489, 2020
Sao Tomé-et-Principe 2006 +001, +00 00023, 2020
Sénégal 1977 +008, +0157 137, 2020
Serbie 1977 (Yougoslavie) +010, +0063 919, 2020
Seychelles 2005 +003, +0044 025, 2020
Sierra Leone 2000 +001, +0295 000, 2020
Slovaquie 1993 +014, +0040 697, 2020
Slovénie 1977 (Yougoslavie) +003, +0008 205, 2020
Soudan 2005 +003, +2 489 600, 2020
Soudan du Sud 2013 +001, +5 700 000, 2020
Sri Lanka 1990 +006, +0198 172, 2020
Suède 1975 +068, +0665 474, 2020
Suisse 1976 +011, +0014 690, 2020
Suriname 1985 +001, +0012 000, 2020
Syrie 1998 +001, +0010 000, 2020
Tadjikistan 2001 +005, +0094 600, 2020
Tanzanie 2000 +004, +4 868 424, 2020
Tchad 1990 +006, +12 405 068, 2020
Thaïlande 1998 +014, +0399 714, 2020
Togo 1995 +004, +1 210 400, 2020
Trinité-et-Tobago 1993 +003, +0015 919, 2020
Tunisie 2017 +041, +0840 363, 2020
Turkménistan 2009 +001, +0267 124, 2020
Turquie 1994 +014, +0184 487, 2020
Ukraine 1991 +050, +0802 604, 2020
Uruguay 1984 +003, +0435 837, 2020
Venezuela 1988 +005, +0265 668, 2020
Viêt Nam 1989 +009, +0120 549, 2020
Yémen 2008 +001, +0 000580, 2020
Zambie 1991 +008, +4 030 500, 2020
Zimbabwe 2013 +007, +0453 828, 2020

Statistiques par continentModifier

 
Surfaces des sites Ramsar par continent, en pourcentage (2020)
Continent %age des sites en 2014[11] %age des sites en 2020
Afrique 16 % 17,1 %
Amérique 18 % 17,1 %
Asie 13 % 18,5 %
Europe 49 % 43,8 %
Océanie 4 % 3,6 %

Amérique du SudModifier

L'Amérique du Sud est le continent où les zones humides sont le plus présentes, en effet elles occupent environ 20 % de sa surface[15]. L’expansion des zones agricoles, la déforestation, l'exploitation minière incontrôlée et polluante, la pollution urbaine et agricole, la mauvaise gestion de la ressource en eau et de grands travaux comme la construction de barrages ont des impacts négatifs sur les zones humides. Les menaces sur ces écosystèmes subsistent en raison du manque de moyen financier, humain, législatif et en infrastructures dans les pays du continent.

 
Le parc national d'Anavilhanas, sur le Rio Negro un affluent de l'Amazone.

En 2015, la Convention y avait enregistrée 113 sites pour environ 373 000 km2, dont 10 sites marins, 39 sites côtiers et 74 à l'intérieur des terres. Vingt sites comprennent des mangroves et six des récifs coralliens[15].

AmazoneModifier

L'Amazone est le plus grand fleuve du monde, quel que soit le paramètre mesuré. Neuf sites Ramsar protègent son bassin pour une surface de 142 618 km2 soit 14 % de la surface estimée des zones humides de la zone[15].

AfriqueModifier

L' avifaune du MarocModifier

Le Maroc a ratifié la Convention de Ramsar en 1980. En 2014 les 24 sites Ramsar, alors désignés, étaient classés comme « Sites d'intérêt biologique et écologique (SIBE) ».

Une étude menée au Maroc, a essayé de mesurer l'influence de la convention de Ramsar sur la protection des oiseaux d'eau sur plus de 200 zones humides en comparant l'évolution des populations entre des sites Ramsar et des zones non classées, mais aussi dans les premières entre les tendances avant et après le classement. Les habitats favorables aux oiseaux sont significativement plus étendus dans les sites Ramsar que dans les sites contrôles. les populations d'oiseaux d'eau sont dans un état favorable au Maroc, contrairement aux attentes. L'évolution des population est corrélée avec les précipitations dans le Sahel.

L'augmentation des populations d'oiseaux a été plus rapide dans les sites Ramsar après leur désignation qu'avant.

Les auteurs mettent en garde contre toute extrapolation hâtive des résultats à d'autres contextes[16].

Fleuve CongoModifier

Zones humides des zones aridesModifier

En 2018, 238 sites Ramsar étaient des zones humides situées dans des paysages arides, notamment des cours d'eau intermittents. Dans de telles situations, la ressource en eau est particulièrement critique pour la survie des oiseaux d'eau[17].

Les villes des zones humidesModifier

Le label « ville des zones humides accréditée » a été imaginé en 2015, par la convention Ramsar pour récompenser des villes qui font la publicité de l'importance écologique des zones humides, par l'éducation et la sensibilisation de sa population et qui participent à la gestion de ces milieux humides au niveau municipal[18]. Entre 2015 et 2019, 18 villes étaient labélisées dans sept pays.

Coopération avec les autres conventions internationalesModifier

Convention sur les oiseaux d’eau migrateursModifier

 
Une Sarcelle d'été (Spatula querquedula)

La Convention de Bonn de 1979, vise à protéger les animaux migrateurs, notamment les oiseaux d'eau. La convention de Ramsar contribue à protéger les sites de nidification ou de repos de ces oiseaux des zones humides.

En 1993, une large majorité des sites Ramsar avaient été désignés sur la base des critères de présence d'oiseaux d'eau : 97 % des sites en Amérique du Nord, 93 % en Amérique centrale et du Sud, 84 % en Europe, 85 % en Afrique, 78 % en Asie et 73 % en Océanie[19].

L'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA), a été conclu en 1995, il vise à protéger 254 espèces d'oiseaux, tout au long de leur couloir de migration. L'AEWA demande également aux États-partis d'identifier les sites indispensables aux oiseaux d'eau et de les protéger, les critères de sélection de ces sites sont plus précis que ceux de la Convention de Ramsar, de même que les recommandations de gestion[19], en mentionnant par exemple la nécessité de « supprimer progressivement les munitions au plomb dans tous les habitats (zones humides et milieux terrestres) » des oiseaux migrateurs.

Lutte contre la grippe aviaireModifier

 
Pays touchés par le virus H5N1 en février 2007.
En rouge, les pays où le H5N1 a tué des oiseaux sauvages ou domestiques.
En bordeaux, les pays où le H5N1 a tué des humains.

La grippe aviaire a provoqué des mortalités importantes d'oiseaux d'eau, dans les sites Ramsar[20]. Le secrétariat de la convention de Ramsar, de même que l'OMS et la FAO, déclarent conjointement que :

« l'abattage sélectif [des oiseaux sauvages atteints] n’est pas réaliste et risque d’exacerber le problème en aggravant la dispersion des oiseaux infectés. »

De même la destruction des zones humides pour éviter les contacts entre oiseaux sauvages et domestiques serait contreproductif et incompatible avec les objectifs d'utilisation rationnelle des milieux aquatiques.

Sites Ramsar et patrimoine mondialModifier

Certaine zones humides sont classées, à la fois au patrimoine mondial et inscrites sur la liste des sites Ramsar. En 2016, 97 sites bénéficiaient de cette double distinction[21], parmi ceux-ci on trouve :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les différents critères sont accessibles sur le site web de la convention.

RéférencesModifier

  1. a et b « Les zones humides d’importance internationale (les Sites Ramsar) | Ramsar », sur ramsar.org (consulté le 11 mai 2020)
  2. a et b « La gestion des Sites Ramsar | Ramsar », sur www.ramsar.org (consulté le 11 mai 2020)
  3. a et b « Liste de Sites Ramsar transfrontières », sur www.ramsar.org,
  4. « About | Ramsar Sites Information Service », sur rsis.ramsar.org (consulté le 11 mai 2020)
  5. a et b « Convention de Ramsar Oui, elle est utile ! | Espaces naturels », sur www.espaces-naturels.info (consulté le 23 juin 2020)
  6. Claire Voisin, José Godin et Alain Fleury, « Status and behaviour of Little Egrets wintering in western France », British birds, no 98,‎ , p. 468-475 (lire en ligne)
  7. (en) Mari N. Jensen, « Lake Tanganyika Fisheries Declining From Global Warming »,
  8. Dave Pritchart (dir), Secrétariat de la Convention de Ramsar, « Utilisation rationnelle des zones humides : Manuel 1 » [PDF], sur www.ramsar.org, 2010 (4ème édition), p. 31
  9. « Keoladeo National Park », sur ramsar.org
  10. « Le Registre de Montreux et la Mission consultative Ramsar », sur ramsar.org (consulté le 12 mai 2020)
  11. a b et c (en) Ehsan Daryadel et Farhad Talaei, « Analytical Study on Threats to Wetland Ecosystems and their Solutions in the Framework of the Ramsar Convention », International Journal of Environmental and Ecological Engineering, no 8(7),‎ (DOI 10.5281/zenodo.1093624, lire en ligne)
  12. « Le Prix Ramsar », sur ramsar.org
  13. (en) P. Griffin et S. Ali, « Managing transboundary wetlands: the Ramsar Convention as a means of ecological diplomacy », Journal of Environmental Studies and Sciences,‎ (DOI 10.1007/s13412-014-0173-0, lire en ligne)
  14. R. Gardner, « Ramsar Convention: Transboundary Ramsar Sites »,
  15. a b et c (en) F. Wittman et al., « Implementation of the Ramsar Convention on South American wetlands: an update », Research and Reports in Biodiversity Studies,‎ (lire en ligne)
  16. (en) D. Kleijn et al., « Waterbirds increase more rapidly in Ramsar- designated wetlands than in unprotected wetlands », Journal of Applied Ecology, no 51,‎ (DOI 10.1111/1365-2664.12193, lire en ligne)
  17. (en) K.J. Brandis, G. Bino, J.A. Spencer, D. Ramp et R.T. Kingsford, « Decline in colonial waterbird breeding highlights loss of Ramsar wetland function », Biological conservation, no 225,‎ (DOI 10.1016/j.biocon.2018.06.022, lire en ligne)
  18. « Le label Ville des Zones Humides », sur le site officiel ramsar.org
  19. a et b (en) Melissa Lewis, « Migratory Waterbird Conservation at the Flyway Level: Distilling the Added Value of AEWA in Relation to the Ramsar Convention », Pace Environmental Law Review, no 34(1),‎ (lire en ligne)
  20. Dave Pritchard, Secrétariat de la Convention de Ramsar, L’influenza aviaire et les zones humides: : Orientations relatives au contrôle de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux mesures de lutte, Gland, Suisse, Convention de Ramsar, coll. « Manuels Ramsar pour l’utilisation rationnelle des zones humides », (lire en ligne)
  21. R. McInnes, M. Ali et D. Pritchard, Ramsar et la Convention du patrimoine mondial : au confluent du succès., Secrétariat de la convention Ramsar, , 37 p. (lire en ligne)

Liens externesModifier