Neuf-Brisach

commune française du département du Haut-Rhin

Neuf-Brisach
Neubreisach
Neuf-Brisach
Neuf-Brisach, ville inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.
Blason de Neuf-Brisach Neubreisach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Intercommunalité Communauté de communes Pays Rhin-Brisach
Maire
Mandat
Richard Alvarez
2020-2026
Code postal 68600
Code commune 68231
Démographie
Gentilé Néo-Brisaciens, Néo-Brisaciennes
Population
municipale
1 947 hab. (2018 en diminution de 1,32 % par rapport à 2013)
Densité 1 464 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 08″ nord, 7° 31′ 45″ est
Altitude Min. 194 m
Max. 198 m
Superficie 1,33 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Neuf-Brisach
(ville-centre)
Aire d'attraction Colmar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ensisheim
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Neuf-Brisach
Neubreisach
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Neuf-Brisach
Neubreisach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuf-Brisach
Neubreisach
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuf-Brisach
Neubreisach
Liens
Site web site officiel Neuf-Brisach

Neuf-Brisach ([nœfbʁizak] ou [nøbʁizak]) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Le 7 juillet 2008, Neuf-Brisach, membre du réseau des sites majeurs de Vauban, est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[1] :

« Neuf-Brisach, ville créée ex nihilo en 1697 dans la plaine d’Alsace, après la perte de Vieux-Brisach au-delà du Rhin, est la seule et magnifique illustration du « troisième système » de Vauban. C’est Louis XIV lui-même qui, parmi les trois projets soumis par Vauban, choisit le plan octogonal qui est parvenu jusqu’à nous... »

— Réseau Vauban[2]

GéographieModifier

Neuf-Brisach se trouve dans la partie de la plaine alsacienne, proche de la frontière allemande et du Rhin (5 km).

Neuf-Brisach possède un site pollué à la créosote, jadis utilisé pour traiter les traverses de chemins de fer[3].

SituationModifier

Située dans la plaine d'Alsace, Neuf-Brisach est à 3,5 km du pont sur le Rhin, qui marque la frontière, et de la ville allemande de Vieux-Brisach située sur l'autre rive. Le territoire communal est uniquement constitué de la « ville nouvelle », des fortifications et de leurs emprises. Le bourg de Volgelsheim à l'Est est contigu, son territoire communal s'étendant de la place forte jusqu'au Rhin. Les communes rurales de Wolfgantzen à l'Ouest, sur la route de Colmar, Biesheim au Nord et Weckolsheim au Sud, se situent dans un environnement proche.

TransportsModifier

Neuf-Brisach est accessible par l'autoroute A35, qui passe à Colmar, et diverses routes départementales[4]. Colmar est à 15 km, Mulhouse à 35 km et Fribourg, en Allemagne, à 33 km. Des services de transport en commun routier en bus[4] permettent de relier Neuf-Brisach à Colmar. Le TGV dessert Colmar et l'aéroport le plus proche, EuroAirport Bâle-Mulhouse[4], est à 56 km, l'aéroport international de Strasbourg[4] étant distant de 82 km.

Les moyens de transports touristiques ne sont pas uniquement liés à la route puisqu'on peut prendre un train touristique et historique à l'ancienne gare de Volgelsheim pour rejoindre l'embarcadère de Sans-Soucis et embarquer sur un bateau pour une croisière sur le Rhin. La gare de Neuf-Brisach Ville est aujourd'hui fermée à tout trafic. La Route verte, symbole de l'amitié franco-allemande[5], reliant dès le début des années 1960 les Vosges françaises au massif allemand de la Forêt-Noire, permet de relier en randonnée pédestre ou en cyclotourisme les villes historiques que sont Neuf-Brisach la française et Vieux-Brisach l'allemande.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Neuf-Brisach est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Neuf-Brisach, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[9] et 5 740 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Colmar, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[12],[13].

HistoireModifier

En 1697, les traités de Ryswick signés à Rijswijk, ville hollandaise des faubourgs de La Haye, mettent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg entre Louis XIV et la Grande Alliance. La France perd la place forte de Brisach sur la rive allemande du Rhin. Afin de combler la perte de l'ancienne place forte, qui laisse un vide défensif entre Strasbourg et Mulhouse, Louis XIV décide de la construction d'une nouvelle ville fortifiée face à Brisach, située à une demi-lieue du Rhin, pour prévenir toute invasion d'outre-Rhin. Il en confie l'étude à ses architectes Vauban[14] et Jacques Tarade[15].

 
Plan de la ville par Vauban.

Louis XIV choisit, entre trois projets, une place forte au plan octogonal, avec 8 tours bastionnées, couvertes d'autant de contregardes (en), outre les tenaillons, les grandes et petites demi-lunes et autres ouvrages.

 
Document relatant la création de Neubrisac en 1699, extrait de « Médailles sur les principaux évènements du règne entier de Louis le Grand, avec des explications historiques » par « Académie des inscriptions et belles-lettres », 1723.

La construction débute le avec la pose de la première pierre, les fortifications de la nouvelle citadelle sont achevées en 1702. Un canal est spécialement creusé jusqu’aux Vosges pour acheminer le grès rose nécessaire à la construction.  ; le a lieu la pose de la première pierre de l'église Royale Saint-Louis, achevée en 1736. La mairie est achevée en 1758.

 
Plan-relief de la ville.

En dehors d'une alerte, en 1743[pourquoi ?], elle n'a pas joué de rôle majeur dans l'histoire, notamment si on compare son sort à celui de Huningue : après avoir été l'objet d'un blocus de 106 jours par les Autrichiens en 1814-1815, Neuf-Brisach est, du 1er septembre au 10 novembre 1870, assiégée pour la première fois. Sa garnison de 5 500 hommes et 108 canons enfermée dans des fortifications surannées s'oppose durant 33 jours aux troupes allemandes avant d'être obligée de capituler.
Si la ville est partiellement détruite par les bombardements, elle sera reconstruite. Devenue une place forte allemande, la ville verra ses fortifications largement modifiées à partir des années 1875 pour s'adapter aux nouvelles conditions de la guerre et réaliser le cœur de l'importante tête de pont allemande de Neuf-Brisach (Brückenkopf Neubreisach). Cette tête de pont équipée des matériels les plus modernes est un ensemble majeur des fortifications du Rhin supérieur.

Une ligne de chemin de fer est construite sur une partie des dehors murs.
Du fait de son enclavement dans les fortifications, la ville n'a pas de possibilité d'extension.
Sa garnison est dissoute en 1992[16].

Neuf-Brisach, dernière fortification construite ex nihilo par Vauban, est considérée comme l’aboutissement de son œuvre en matière d'architecture militaire. La ville sévèrement touchée par les bombardements américains de 1945 est aujourd’hui restaurée et, depuis , fait partie des douze fortifications majeures de Vauban qui sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 
Schéma de la ville à l'intérieur de ses fortifications.

Quelques dates :

HéraldiqueModifier


Les armes de Neuf-Brisach se blasonnent ainsi :
« D'azur au soleil à seize rais d'or, une fleur de lys d'argent en pointe. »[18]

Politique et administrationModifier

 
Mairie de Neuf-Brisach.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808   Jean Louis André Jourdain[19]   notaire
1811 1813 Henri Moreau[20]    
1813 1815 Hyacinthe Blein[21]   marchand
1815 1820 Hermann de Wimpffen[22]   baron
1820 1839 Nicolas Claude Leroy[23]   colonel
1945 1964 Eugène Ferrari MRP Commerçant - Maire de Neuf-Brisach - Conseiller général
1971 1983 René Adolph RPR  
1983 2008 Maurice Zimmerlé RPR-UMP  
2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Richard Alvarez [24]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015Modifier

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[25] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 863 000 €, soit 923 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 463 000 €, soit 725 € par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 907 000 €, soit 450 € par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 1 640 000 €, soit 813 € par habitant ;
  • endettement : 194 000 €, soit 96 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 10,47 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,32 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 25,50 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2018, la commune comptait 1 947 habitants[Note 3], en diminution de 1,32 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0001 7211 7461 8372 0052 0202 4322 4983 893
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
3 2683 4561 9812 6272 7722 2232 1553 0523 291
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3073 5222 8091 6032 1001 9402 1501 1631 764
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 1272 5802 5792 2052 0922 1972 2372 0321 950
2018 - - - - - - - -
1 947--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le musée Vauban.

Neuf-Brisach est membre du Réseau des sites majeurs de Vauban et classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO[30], signé à Québec début juillet 2008.

Les lieux à voir à Neuf-Brisach :

  • les fortifications[31] en forme d'étoile à 16 pointes ;
  • la place d'Armes au centre de la ville[32],[33],[34] ;
  • le musée Vauban[35] retraçant l'histoire de la ville (ouvert du 1er mai au 30 septembre, tous les jours sauf le mardi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h) ;
  • les fossés, l'enceinte de sûreté, les huit tours bastionnées, les tenailles, contre-gardes, demi-lunes et réduits de demi-lunes[36],[37],[38];
  • La fontaine royale[39].
  • le canal Vauban.
  • le canal de navigation du Rhône au Rhin[40].

Édifices religieuxModifier

 
Église Royale Saint-Louis.
 
Temple protestant.

Personnalités liées à la communeModifier

FestivitésModifier

  • Festival International de Land Art de Neuf Brisach "Remp'Arts" (biennale)
  • Le 1er mai a lieu la fête du muguet
  • Des groupes musicaux et folkloriques animent la commune. Un marché des terroirs se tient autour de la Place d'Armes. Des forains participent aussi à la fête.
  • Le marché de Noël se tient le deuxième week-end de décembre. On y trouve le « Village 1700 » avec de nombreux exposants en costume d'époque, des artisans, des jeux d'autrefois pour les plus jeunes. Un sapin géant de 25 m, symbole de Noël en Alsace, illumine la place centrale de mille feux.
  • Tous les deux ans, la place forte vit au rythme d'un bivouac napoléonien (campement, reconstitutions de batailles, 300 figurants en costume...)

Visites guidéesModifier

Des visites guidées sont proposées toute l'année par l'Office de Tourisme du Pays Rhin-Brisach. Les guides en costumes campent des personnages historiques tels que Vauban, Louvois, Laubanie, Tarade et retracent la vie de la cité au temps de Louis XIV. En été, les visites se déroulent chaque premier dimanche du mois ainsi que les mardis et les vendredis en français et les jeudis en allemand.

JumelagesModifier

La commune de Neuf-Brisach est jumelée :

avec la commune de Meilhan-sur-Garonne, située dans la région Nouvelle-Aquitaine et dans le département de Lot-et-Garonne,

ainsi qu'avec sa sœur jumelle côté allemand Breisach am Rhein (Vieux-Brisach en français), située dans le district de Fribourg-en-Brisgau et dans le Land du Bade-Wurtemberg.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Neuf-Brisach. trois siècles d'histoire de la fortification
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Monuments historiques de Neuf-Brisach, pp. 265 à 269
  • René Dinkel, L'Encyclopédie du patrimoine (Monuments historiques, Patrimoine bâti et naturel : Protection, restauration, réglementation. Doctrines : Techniques : Pratiques), Paris, éditions Les Encyclopédies du patrimoine, , 1512 p. (ISBN 2-911200-00-4)
    Chapitre VII Les monuments au service de l'écologie : Mise en valeur des fortifications Vauban à Neuf-Brisach, pp 219-220
  • Louis Schlaefli, « À Neuf-Brisach en 1944-45 : simples souvenirs d'un enfant », in Annuaire de la Société d'histoire de la Hardt et du Ried, 2002, no 15, p. 119-123
  • La place forte de Neuf-Brisach et La "Feste" de Neuf-Brisach
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  • Cavités souterraines : ouvrages militaires
  • BALLIET (J.M.) - Festungsbaukunst und Kulturlandschaft. Ein Beitrag zur Gestaltung des Festungsvorfeldes vom 18. bis zur Mitte des 20. Jahrhunderts. S.l., 2014. In : Militärische Schichten der Kulturlandschaft, 2014, No. Alemannischen Instituts Nr. 81.
  • BALLIET (J.M.) - L'eau et l'hygiène dans les fortifications : l'architecture hydraulique de la place-forte de Neuf-Brisach et son évolution de 1700 à 1870. S.l., 2016. In : Schriftenreihe Festungs-Forum Saarlouis, 2016, No. 2.
  • BALLIET (J.M.) - L'approvisionnement des places fortes françaises au XVIIe et XVIIIe siècle, en période de paix comme en temps de guerre. In : Schriftenreihe Festungs-Forum Saarlouis, 2018, No. 3, p. 55-100.
  • BALLIET (J.M.) - La caserne Suzzoni à Neuf-Brisach. S.l., 2012. In : Revue de l'Association des Amis du Musée de l'Infanterie, 2012, No. 60.
  • BALLIET (J.M.) - La place forte de Neuf-Brisach au XVIIIe. Archétype de la fortification bastionnée contemporaine. S.l., 2012. In : Revue de l'Association des Amis du Musée de l'Infanterie, 2012, No. 60.
  • BALLIET (J.M.) - La place forte de Neuf-Brisach au XVIIIe. Archétype de la fortification bastionnée contemporaine. 2017 — version en ligne.
  • BALLIET (J.M.) - Neuf-Brisach 1698 bis 1870. Vom Vauban'schen Meisterwerk zur unbekannten Festung. Regensburg, 2011. In : Festungsbaukunst in Europas Mitte, 2011, No. Festungsforschung vol. 3.
  • BALLIET (J.M.) - Wasser und Festungswesen am Beispiel von Straßburg und Neu-Breisach. S.l., 2008. In : Schriften der Deutschen Wasser-historischen Gesellschaft (DWhG) e.V., 2008, No. 10.
  • JEANNERET L., BALLIET J.M. (Avec la coll. de) - Neuf-Brisach, Haut-Rhin. Tour bastionnée n° 6 (anciennement tour bastionnée n° 2). Première approche archéologique de trois siècles d'histoire de la « fortification Vauban ». Rapport diagnostic préventif, du 24 au 26 octobre 2017. Sélestat, Archéologie Alsace, 2018.

Articles liésModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Réseau des Sites Majeurs de Vauban inscrits à l'UNESCO, lien du 14/07/2009
  2. Site vauban.org, page Neuf-Brisach, lien du 14/07/2009
  3. La France toxique association Robin des Bois page 89 (ISBN 978-2-0813-6379-3).
  4. a b c et d Office du Tourisme des Bords du Rhin, comment se rendre à Neuf-Brisach lien du 14/07/2009
  5. Historique de la Route Verte (Grüne-Straße), lien du 14/07/2009.
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  9. « Unité urbaine 2020 de Neuf-Brisach », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Colmar », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  14. Élisabeth Bonnefoi, Alsace, coups de cœur : Sites et monuments remarquables, spécialités, curiosités insolites, Rennes, Éditions Ouest France, , 112 p. (ISBN 978-2-7373-6785-4), p. 14.
  15. La plate-forte de Neuf-Brisach : Cicatrices de guerre
  16. Paragraphe extrait du pendant de l'article en allemand le 15 mars 2011.
  17. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  18. Archives Départementales du Haut-Rhin
  19. CGAE, lien du 15/07/2009 : « JOURDAIN Jean Louis André né le 30.11.1757 à Neuf-Brisach, secrétaire de la municipalité, sergent de la guerre, conseiller municipal, administrateur de l'hospice, notaire +, marié, 3 enfants, maire de Neuf-Brisach, nomination: 1808 »
  20. CGAE, lien du 15/07/2009 : « MOREAU Henri né le 3.10.1747 à Neuf-Brisach, marié, 7 enfants, maire de Neuf-Brisach, nomination: 1811 »
  21. CGAE, lien du 15/07/2009 : « BLEIN Hyacinthe né le 29.6.1772 à Neuf-Brisach, marchand, marié, / enfants, maire de Neuf-Brisach, nomination: 1813 »
  22. CGAE, lien du 15/07/2009 : « WIMPFFEN (Baron de) Herrmann, baron, maréchal de camp + 3.2.1820, marié, 2 enfants, maire de Neuf-Brisach, nomination: 1815 »
  23. CGAE, lien du 15/07/2009 : « LEROY Nicolas Claude né le 10.6.1765 à St-Marcel, colonel d'artillerie en retraite, marié, 1 enfant, maire de Neuf-Brisach, nomination: 1820 »
  24. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  25. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. Le Réseau des sites majeurs Vauban
  31. « Fortification d'agglomération », notice no IA68005202, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Place forte », notice no IA68005197, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Place d'Armes Général-de-Gaulle (anciennement Place Centrale) », notice no PA00085564, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Place d'armes », notice no IA68005198, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Musée Vauban à Neuf-Brisach
  36. L'inventaire des fortifications, Bases Mémoire et Mérimée
  37. La demi-lune de la Porte de Colmar
  38. La porte de Colmar
  39. La fontaine royale
  40. « Canal de navigation du Rhône au Rhin », notice no IA68005222, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Église catholique Saint-Louis », notice no PA00085557, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Église paroissiale Saint-Louis », notice no IA68005199, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. L'église royale Saint-Louis
  44. Notice no IM68008661, base Palissy, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Louis
  45. Orgue de l'église "royale"St-Louis
  46. « Église luthérienne », notice no IA68005207, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. L'église protestante
  48. Orgue Heinrich Koulen, 1878
  49. Monument aux Morts, Monument aux Morts 1870-1871, Plaques commémoratives 1914-1918, Tombe militaire 1870-1871, Tombe 1870-1871, Corps restitué, Carré militaire
  50. Notice no IM68008666, base Palissy, ministère français de la Culture Monument commémoratif (H sur la carte du patrimoine)
  51. Monuments napoléoniens en péril dans le Haut-Rhin (68)