Ouvrir le menu principal

Famille de Chabannes

Famille de Chabannes
Image illustrative de l’article Famille de Chabannes

Blasonnement De gueules au lion d'hermine, armé, couronné et lampassé d'or.
Période XIVe – XXIe siècle
Charges Chambellan
Fonctions militaires Maréchal de France, officiers, gouverneur, sénéchal, grand maître de France

La famille de Chabannes est une famille française noble du Limousin, d'extraction chevaleresque, actuellement subsistante.

Elle jouit de l'appellation de Cousin du Roi depuis 1820[1], plusieurs de ses membres ont été reçus aux honneurs de la Cour, le chef de la famille porte depuis 1563 le titre de marquis de Curton, mais se fait appeler marquis de Chabannes-La Palice[1].

NomModifier

Dans les chartes les plus anciennes on trouve Chabanas, Chabanes, Chabany, Chabanis, Cabanis et Cabanesio. Le « double n » ne date que depuis l'établissement de la maison en Auvergne[2].

L'orthographe Chabannées a été utilisée jusqu'à Antoine de Chabannes comte de Dammartin, son neveu Gilbert seigneur de Curton, et le maréchal de Chabannes. En 1759 les seigneurs de Chabannes comtes de Saignes et seigneurs de Nozerolles[n 1], signaient encore ainsi[2].

OrigineModifier

Le premier membre connu de la famille serait Eschivat de Chabannes, qui épouse en 1171 Matabrune de Ventadour, fille d'Ebles IV, vicomte de Ventadour et de Marguerite de Turenne, sa première femme[1]. Marguerite avait dans sa dot la terre de Charlus[3], sur la commune actuelle de Saint-Exupéry-les-Roches (Corrèze, à huit km au sud-est d'Ussel)[4]. Le château de Charlus, à 660 m d'altitude (aujourd'hui disparu), dominait la vallée de la Diège[4]. Il était de taille importante et dans une excellente position pour la défense[3]. Une hypothèse, qui ne s'appuie sur aucun document, voudrait qu'Eschivat de Chabannes soit le fils de Guillaume de Mathas, qui serait lui-même issu des comtes d'Angoulême. Un Gui de Chabannes, est cité à la croisade de 1248[5], mais rien ne permet de le rattacher à la famille de Chabannes[1].

La généalogie suivie de la famille ne commence qu'avec Hugues de Chabannes, coseigneur de Charlus, au milieu du XIVe siècle[1]. Son petit-fils, Jacques de Chabannes, acquit en 1430 le château de La Palice en Bourbonnais, qui appartient toujours à la famille.

Principales personnalitésModifier

Principales possessionsModifier

Armes, blasons, devisesModifier

  • Armoiries : De gueules au lion d'hermine, armé, couronné et lampassé d'or[5].

Variante (branche des comtes de Dammartin ) : Ecartelé au 1 et 4 de gueules au lion d'hermine, armé, couronné et lampassé d'or, et au 2 et 3 fascé d'argent et d'azur à la bordure de gueules; sur le tout d'or à trois pal de vair, au chef d'or chargé de quatre merlettes de gueules, écartelé d'argent à quatre pals de sinople. [5].

  • Devises : « Je ne le cède à nul autre » ; Non palma sine pulvere (« il n'est de gloire impérissable »).

AlliancesModifier

Familles de Bort, de Lavieu, de Prie, de Nanteuil-Dammartin, de La Tour d'Auvergne, d'Anjou, de Bourbon, de Mathan, de Montbron, de Melun, de Blanchefort, de Lévis, de La Rochefoucauld, de Vienne, du Prat, de Margival, de Rivoire du Palais, de Saigne, de Crevant, de Daillon du Lude, d'Apchon, de Chazeron, de Champfeu, de Certaines, de Saint-Phalle, Émié...

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Chabannes 1864] Chabannes-La Palice, Notice historique sur la maison de Chabannes ou de Chabannées suivi de l'armorial de ses alliances, Clermont-Ferrand, , 184 p. (lire en ligne).  
  • [Est-Ange] Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 9 : CAS-CHA, Évreux, impr. Charles Hérissey, , 448 p., sur gallica.bnf.fr (lire en ligne), p. 149-154 : « Chabannes de la Palice, de Curton et du Verger (de) ».
  • [Morenas 1938] Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, t. 2, Paris, , sur palisep.fr (lire en ligne), p. 362.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il existe (au moins) quatre endroits appelés Nozerolles dans les environs de Charlus : dans le Cantal, un simple lieu-dit sur Allanche (73 km), un hameau sur Pierrefort (108 km) et un autre hameau sur La Chapelle-d'Alagnon (83 km) ; et en Lozère voisine, un hameau sur Chaulhac (150 km).
  2. Jacques II de Chabannes de La Palice acheta au duc Jean de Bourbon en 1430 le château de La Palice (Allier).
  3. Toutes ces seigneuries étaient situées dans la région de la Besbre.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Est-Ange 1910, p. 149 à 154.
  2. a et b Chabannes-La Palice 1864, p. 4.
  3. a et b Chabannes-La Palice 1864, p. 2.
  4. a et b « Charlus (commune de Saint-Exupéry-les-Roches), carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées.
  5. a b et c Morenas 1938, p. 362.
  6. Chabannes-La Palice 1864, p. 4-5.
  7. Chabannes-La Palice 1864, p. 5.