Ouvrir le menu principal

Thénioux

commune française du département du Cher

Thénioux
Thénioux
La Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement de Vierzon
Canton Vierzon-2
Intercommunalité Communauté de communes Vierzon Pays des cinq Rivières
Maire
Mandat
Paul Piétu
2014-2020
Code postal 18100
Code commune 18263
Démographie
Population
municipale
667 hab. (2016 en diminution de 2,06 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 26″ nord, 1° 55′ 56″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 158 m
Superficie 18,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte administrative du Cher
City locator 14.svg
Thénioux

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Thénioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thénioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thénioux

Thénioux est une commune française située dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire. Ses habitants sont appelés les Thanalogiens.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Le village a constitué durant la Seconde Guerre mondiale un point de passage, la ligne de démarcation passant par la rivière du Cher toute proche[1]. Des personnes du village, agissant comme passeurs, ont été tués comme Raymond Toupet abattu dans sa barque ou comme Joseph Le Cam, mort en déportation[2]. En mai 1997, un monument en forme de barque renversée, orientée vers le ciel a été inauguré dans la commune[2], pour le rappeler.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 mars 1983 Claude Bernardy    
mars 1983 mars 2001 René Bouguereau    
mars 2001 En cours
(au 27 septembre 2014)
Paul Piétu[3] PCF puis PG Retraité de l'enseignement

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 667 habitants[Note 1], en diminution de 2,06 % par rapport à 2011 (Cher : -1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515485515446517515456445507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
476502537579611588595569577
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567591559560539517502474507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
504507529584600602580663669
2016 - - - - - - - -
667--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Le Monument « Courage-Liberté » dédié aux passeurs héroïques de 1940-43.
  • Monument « Courage-Liberté » à la mémoire des passeurs qui faisait franchir clandestinement la ligne de démarcation entre 1940 et 1943. Il est matérialisé par une barque sortie du Cher dressée vers le ciel et entourée de barbelés. Deux plaques de marbre formulent en lettres d'or : « Gloire et honneur aux héroïques passeurs de la ligne de démarcation des années 1940 à 1943. Grâce à eux, de nombreux clandestins ont retrouvé la liberté » et « Hommage à Raymond Toupet fusillé sur le Cher et à Joseph Le Cam mort en déportation ». Le monument, œuvre du pictorien Vierzonnais Jean-Pierre Niogret, a été inauguré le 24 mai 1997. Il est situé au pont du canal.
  • Église Saint-Germain.
  • La plage de Thénioux : fut un lieu touristique et culturel extrèmement prisé par la jeunesse dans les années 60 ,où de nombreuses stars de la chanson française vinrent se produire comme par exemple Johnny Hallyday (le 8 juillet 1967),Claude François (le 15 juin 1968),Antoine (en 1965),Eddy Mitchell (le 5 août 1 967),Richard Anthony (le 29 août 1965),Dick Rivers (16 juillet 1968) et Salvatore Adamo (le 10 août 1965). Johnny Hallyday joua notamment devant 2 000 spectateurs soit 4 fois la population du village de l'époque.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Raymond Toupet, résistant, passeur. Alors qu'il assurait le passage de la ligne de démarcation à 10 personnes, sur le Cher, au lieu-dit le Moulin d'Abricot, il tomba dans une embuscade montée sur dénonciation. Touché à mort, son corps dériva dans la barque toute la nuit en février 1942, tandis que les deux personnes qu'il faisait passer sont indemnes.
  • Joseph Le Cam, né le 10 juin 1900 à Kergrist-Moëllou, cultivateur aux Breuzettes. Passeur, il assura le transfert de Jean Moulin en zone libre. De plus, il hébergeait des clandestins ce jour là (26 mai 1944) : 6 aviateurs anglais et américains qu'il devait conduire, en compagnie de son gendre, Jack Chagnoux, vers une autre "planque". Dénoncés par le propriétaire, arrêtés par les gendarmes, livrés à la Gestapo, internés et torturés à Blois. Ils furent transférés à Compiègne puis déportés à Neuengamme d'où ils ne revinrent pas.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  1. Vasst B, Achtung ! Personne ne passe, Le Journal de la Sologne, no 160 hiver 2012-2013, 16-21
  2. a et b Éric Alary, La ligne de démarcation, Paris, Perrin, , 429 p., p. 125
  3. Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 27 septembre 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.