Ouvrir le menu principal

Regnault de Chartres

prélat catholique

Regnault de Chartres
Image illustrative de l’article Regnault de Chartres
Regnault de Chartres au sacre de Charles VII dans la cathédrale Notre-Dame de Reims
(vue d'artiste par Jules Eugène Lenepveu, 1889).
Biographie
Naissance vers 1380
Ons-en-Bray
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès le
Tours
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
le
par le pape Eugène IV
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Saint-Étienne-le-Rond
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales 1414 Archevêque de Reims
1436 Évêque d'Agde (administrateur apostolique)
1439 Évêque d'Orléans (commendataire)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Regnault de Chartres[1], né vers 1380[2] à Ons-en-Bray, et mort le à Tours, est archevêque-duc de Reims, pair sous Charles VI, chancelier de France et cardinal sous Charles VII.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Regnault de Chartres est né du second mariage de son père, Hector de Chartres, seigneur de Lyons-en-Beauvaisis, Ons-en-Bray (décapité à Paris en 1418 ; il avait épousé en premières noces Jeanne d'Estouteville de Torcy d'Estoutemont)[3],[4],[5],[6] avec Blanche de Clermont de Nesle et d'Offémont (née vers 1363, † avant 1433 : en 1418 ? ; issue de la maison de Clermont-Nesle, fille de Jean II, † 1388, et petite-fille du maréchal Guy II de Clermont-Nesle, † 1352 ; dame d'Acheux par sa mère Ade/Adèle de Mailly, † vers 1410, fille de Gilles IV de Mailly sire d'Acheux ; Blanche fut aussi la femme de Raoul de Flavy, et de Guy de Beaumont-en-Gâtinais, seigneur d'Ons-en-Bray). Regnault a trois frères : Pierre de Chartres, l'aîné, et Hector de Chartres le Jeune († 1415 à Azincourt avec ses deux frères laïcs).

Guillaume de Flavy, † assassiné en 1449, est son demi-frère, l'un des six garçons né du premier mariage de Blanche de Nesle avec Raoul de Flavy[7].

Sous Charles VIModifier

Il est chanoine de Saint-Pierre de Beauvais, et est élu doyen en 1404. Par la suite, il est camérier et référendaire de Jean XXIII, président de la Chambre des comptes de Paris, et nommé à l'archevêché de Reims le [8] mais ne prendra ses fonctions que le 16 juillet 1429, la veille du sacre[9]. L'année suivante, il se rend au concile de Constance[10].

Le , Il est lieutenant du roi Charles VI et conseiller du dauphin, dans les provinces du Languedoc, Lyonnais et Mâconnais[10].

Sous Charles VIIModifier

Le , il devient chancelier, successeur de Martin Gouges destitué puis rétabli jusqu'à sa décharge complète de l'office, au profit de Regnault qui est à nouveau chancelier de France le . Il participe aux conseils des chefs de guerre à Orléans.

Le roi lui vend la ville de Vierzon le [7].

Le , il sacre Charles VII à Reims, en présence de Jeanne d'Arc. Le 10 octobre, sur sauf-conduit, il part pour Saint-Denis avec d'autres ambassadeurs du roi, pour traiter avec l'Angleterre, accompagné de l'évêque de Thérouanne Louis de Luxembourg, chancelier sous Henri VI[7].

Il reçoit, le , 600 moutons d'or du roi, pour une mission effectuée en tant qu'ambassadeur à Auxerre, pour le traité de la paix de son Royaume. Il est nommé à l'archevêché d’Embrun par Eugène IV en 1434, mais préfère demeurer à Reims[11].

Le il est à Arras, pour traiter la paix avec le duc de Bourgogne Philippe le Bon, puis à Calais pour calmer les différends entre la France et l'Angleterre[10].

Le [8], il est administrateur de l'évêché d'Agde[11], et marie le dauphin Louis avec Marguerite d'Écosse, le 24 juin à Tours.

Le pape Eugène IV le nomme commendataire de l'évêché Orléans le . Il en prend possession le 25 octobre[11] et marie Charles d'Orléans et Marie de Clèves en 1440. Et en reconnaissance de ses grands services, le roi lui procure la pourpre romaine, dont il est revêtu au concile général tenu à Florence, le [12], et obtient le titre de Saint-Étienne-le-Rond le [8].

DécèsModifier

Il reçoit encore l'évêché de Mende en 1444, lorsqu'après la mi-carême, il va à Tours voir Charles VII, pour traiter de la paix de la France avec l'Angleterre, et comme il allait parler au roi, fut pris d'un mal, et mourut subitement[7], le . Il fut enterré dans l'église (détruite) des frères mineurs.

Après sa mort le siège archiépiscopal reste vacant près de sept mois entiers[7].

Les armes de Regnault de Chartres se blasonnent ainsi : d'argent à deux fasces de gueules.

Notes et référencesModifier

  1. Renaud, Regnaud, ou Regnault
  2. Personnages du Royaume de France dans la guerre de Cent Ans
  3. « Hector de Chartres », sur Geneanet, arbre de Guy Fouillade
  4. « Nesle-Falvy-Flavy, p. 8 », sur Racines&Histoire
  5. « Mailly, p. 7 », sur Racines&Histoire
  6. « Beaumont-en-Gâtinais, p. 5 », sur Racines&Histoire
  7. a b c d et e Histoire des chanceliers de France et des gardes de sceaux de France Par François Du Chesne. 1680. (p. 483)
  8. a b et c (en) Regnault de Chartres Cardinals Created by Eugene IV (1431-1447)
  9. La chronique de Champagne, dir. Henri Fleury & Louis Paris, Reims, 1837, tome I, page 25.
  10. a b et c Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume Par Anselme de Sainte-Marie. Vol. 6, 1730. (p. 399)
  11. a b et c Bibliothèque sacrée Par Charles-Louis Richard. Vol. 29, 1827 (Embrun & Agde p. 97, Orléans p. 15)
  12. Traité de l'indult du Parlement de Paris Par Melchior Cochet de Saint-Valier. Vol. 1, 1747. (p. 76)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :