Marie-José Nat

actrice française
Marie-José Nat
Marie-Josée Nat Cannes 2014.jpg
Marie-José Nat au Festival de Cannes 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Marie-José BenhalassaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Marie-José NatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Conjoints
Autres informations
Distinctions

Marie-José Benhalassa, dite Marie-José Nat, est une actrice française, née le à Bonifacio et morte le à Paris 9e.

BiographieModifier

FamilleModifier

Marie-José Benhalassa, naît le à Bonifacio, du mariage d'Abdelkader Benhalassa, militaire de carrière, Kabyle, né en 1897 à Mila en Algérie[1], et de Vincentine Biancarelli, bergère corse, née en 1911 à Bonifacio et morte en 1983 à Andilly[2],[3],[4].

Elle est baptisée selon le rite catholique.[réf. nécessaire]

Très rapidement, la famille s'installe à Ajaccio, rue Bacciochi[5].

En 1960, elle épouse le comédien Roger Dumas dont elle divorce en 1962. En 1965, elle épouse le cinéaste Michel Drach, avec qui elle a trois enfants[3], David, Julien et Aurélien, et dont elle divorce en 1981.

On lui connaît une liaison de plusieurs années avec le comédien Victor Lanoux[6].

Le , elle épouse en troisièmes noces le peintre, écrivain et auteur de chansons Serge Rezvani.

FormationModifier

Après des études secondaires au lycée d'Ajaccio, Marie-José Benhalassa entre au cours Simon à Paris[3].

Carrière professionnelleModifier

 
Marie-José Nat au Festival de Cannes 2002.

Marie-José BenhalassaModifier

Marie-José Benhalassa entame sa carrière comme cover girl et mannequin de haute-couture[3]. En 1955, elle remporte un concours du magazine Femmes d'aujourd'hui qui lui permet de devenir la partenaire de Jean-Claude Pascal dans un roman-photo intitulé L'amour est un songe[6]. Au cours du tournage, l'acteur lui trouve son pseudonyme, « Nat », en raison des longues tresses qui entourent son visage.

Marie-José NatModifier

Marie-José Nat débute discrètement au cinéma, éclipsée par des jeunes premières plus ou moins confirmées telles que Marina Vlady, Nicole Courcel, Michèle Mercier ou Danielle Godet. Denys de La Patellière lui offre son premier grand rôle en 1959 dans Rue des prairies[6], aux côtés de Jean Gabin, dont elle joue le rôle de la fille. Suivent, l'année suivante, un sketch de René Clair aux côtés de Claude Rich et Yves Robert puis, un rôle important dans La Vérité de Henri-Georges Clouzot où elle est la rivale de Brigitte Bardot auprès de Sami Frey.

Elle devient l'interprète favorite du réalisateur Michel Drach qui lui confie la vedette, entre 1961 et 1977, dans Amélie ou le Temps d'aimer, La Bonne Occase, Safari diamants, Élise ou la Vraie Vie, Les Violons du bal, Le Passé simple, avec pour partenaires Jean Sorel, Jean-Louis Trintignant, Victor Lanoux ou encore Bernadette Lafont.

À la même époque, elle tient des premiers rôles sous la direction de Gérard Oury (La Menace), Alexandre Astruc (L'Éducation sentimentale), André Cayatte (le diptyque Jean-Marc ou la Vie conjugale et Françoise ou la Vie conjugale), Claude Autant-Lara (Journal d'une femme en blanc), Michel Boisrond... Elle travaille également avec le cinéaste algérien Ahmed Rachedi, le Belge Jean Daskalidès et s'essaie même au péplum aux côtés de Pierre Brice et Georges Marchal. En 1972, elle est l'interprète principale de la série Les Gens de Mogador.

Elle est la première actrice à avoir fait la une du magazine Télé 7 jours (paru d'abord sous le nom 7 Jours) le .

Dans les années 1980, Marie-José Nat arrête son activité cinématographique après avoir tenu le premier rôle féminin dans le film fantastique Litan de et avec Jean-Pierre Mocky. Dix ans plus tard, elle participe à des coproductions internationales (Rio Negro avec Ángela Molina, Train de vie de Radu Mihaileanu) et collabore avec Abdelkrim Bahloul.

En 2001, elle participe en tant que membre du jury de Krzysztof Zanussi lors du 36e Festival international du film de Karlovy Vary.

En 2010, elle est membre du jury du 24e Festival du film de Cabourg, sous la présidence de Tonie Marshall et Pascal Bonitzer.

MortModifier

Elle meurt d'un cancer à Paris 9e le [7],[8]. Les obsèques ont lieu le suivant en l'église Saint-François de Bonifacio (Corse) et elle est inhumée au cimetière marin dans le caveau familial[9].

PolitiqueModifier

Elle soutient la candidature de Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle française de 2012[10].


ThéâtreModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier

Séries téléviséesModifier

Romans-photosModifier

  • 1955 : L'amour est un songe (Lectures d'aujourd'hui), publié en Italie en 1958 dans le magazine Boléro Film[réf. nécessaire] sous le titre Tristezza di un tempo perduto
  • 1957 : Notre amour est sans issue (Lectures d'aujourd'hui)

PublicationModifier

En 2006, Marie-José Nat publie son autobiographie : Je n'ai pas oublié : récit[12].

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

Marie-José Nat est nommée au grade de chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le [13], au grade de chevalier de l'ordre national du Mérite le puis promue au grade d'officier le [14], promue au grade de commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres[3] ex officio[15] en tant que membre du conseil de l'ordre[16] dont elle a été membre du jusqu'en [17],[18],[19].

RécompensesModifier

En 1971, elle reçoit le prix d'interprétation féminine de l'Académie du cinéma pour son rôle dans le film Élise ou la Vraie Vie[3].

En 1974, elle reçoit le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes pour Les Violons du bal[3],[6].

Notes et référencesModifier

  1. Abdelkader Benhalassa participe à la Première Guerre mondiale de 1916 à 1918 dans les 7e et 1er régiment de tirailleurs algériens. Il est blessé en à Verneuil dans l'Aisne. Nommé au grade d'adjudant en 1933, il se retire à Bonifacio en 1936. Il est titulaire de la médaille militaire. Source: Registre matricule, cote : FR ANOM 3 RM 104.
  2. Acte de décès no 27 du 12 septembre 1983 de la commune d'Andilly (95).
  3. a b c d e f et g Who's Who in France, édition 2015, p. 1665.
  4. « Je n'ai pas oublié de Marie-José Nat », sur evene.fr (consulté le ).
  5. Davia Paoli-bourgeois, « Itinéraire d'une enfant de Bonifaci », sur corsematin.com, (consulté le ).
  6. a b c et d « Marie-José Nat - Cinémathèque française », sur cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr (consulté le )
  7. Institut national de la statistique et des études économiques, « Fichier des décès - année 2019 » [zip], sur insee.fr.
  8. « Mort à 79 ans de Marie-José Nat, la beauté brune du cinéma français », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  9. L'actrice va être enterrée dans un lieu symbolique.
  10. « 18 intellectuels et artistes signent une tribune pour défendre Nicolas Sarkozy », europe1.fr, 4 mai 2012.
  11. « Voisin, voisine », sur avant-scene-theatre.com (consulté le ).
  12. Je n'ai pas oublié : récit, Paris, Plon, 2006, 166 p.-[16] p. de pl. (ISBN 2-259-19663-2), sur bnf.fr (consulté le 11 octobre 2019).
  13. Décret du 31 décembre 2004 portant promotion et nomination.
  14. Décret du 14 novembre 2011 portant promotion et nomination.
  15. Décret n° 57-549 du 2 mai 1957 portant institution de l'ordre des Arts et des lettres, article 8, publié au JO de la RF le 3 mai 1957, p. 4568-4569, [lire en ligne].
  16. Who's Who in France, édition 2013,p. 1631.
  17. Arrêté du 1er mars 2001 portant nomination au conseil de l'ordre des Arts et des Lettres.
  18. Arrêté du 17 février 1996 portant nomination au conseil de l'ordre des Arts et des Lettres.
  19. Déclaration du ministre de la Culture et de la Communication, 2 avril 2012.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :