Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Diptyque

œuvre de peinture ou de sculpture composée de deux panneaux
Diptyque de Stilicon, vers 395.
Le martyre de sainte Ursule, diptyque allemand du XVIe siècle
Le martyre de sainte Barbe, même diptyque.

Un diptyque (du grec ancien δίπτυχος / díptykhos, deux-volets) est une œuvre de peinture ou de sculpture composée de deux panneaux, fixes ou mobiles, et dont les sujets se regardent et se complètent l'un l'autre.

Sommaire

HistoireModifier

À l'origine les diptyques codicillaires étaient des tablettes où étaient gravés les décrets impériaux. Durant tout l'Empire, les diptyques impériaux, consulaires ou ceux des hauts fonctionnaires impériaux étaient offerts, pour des événements que l'on voulait célébrer tel que le nouvel an.

Usage religieuxModifier

L'usage liturgique des diptyques dans l'Église chrétienne est signalé très tôt[1]. Le concile de Chalcédoine (451) consacra cet usage. À l'origine le diacre (chargé du temporel de l'évêché) lisait à haute voix pendant l'office les noms des bienfaiteurs de l'Église inscrits sur un diptyque pour qu'on priât pour eux. Il y eut aussi très tôt des diptyques où étaient consignée la liste des évêques qui s'étaient succédé sur le siège, et celle des baptisés du lieu (saint Cyrille de Jérusalem en parle vers 350). On inscrivit bientôt sur les diptyques de chaque Église locale les noms des papes, patriarches, évêques, ainsi que ceux des empereurs ou rois (bienfaiteurs de l'Église), liste qui était lue à haute voix pendant la messe pour inciter les fidèles à prier pour ces personnages. En 491, l'empereur Zénon, mort ivre, fut « rayé des diptyques » dans les Églises d'Orient ; en 518, ce fut aussi le cas de son successeur Anastase, qui serait mort foudroyé à cause de son hérésie. Venance Fortunat atteste que cette coutume des diptyques s'était introduite dans les Églises de Gaule dans la deuxième moitié du VIe siècle : on y inscrivait même les noms des patriarches et prophètes de la Bible à côté de ceux des souverains régnants[2]. Par la suite, l'expression « rayer des diptyques » fut souvent employée dans les cas de schismes entre Églises : par exemple, les papes furent à plusieurs reprises « rayés des diptyques » de l'Église de Constantinople.

Des diptyques anciens ont été conservés dans les trésors de nombreuses cathédrales (Bourges, Limoges, Dijon, Liège…). Il s'agit parfois de diptyques reçus par des évêques comme cadeaux d'étrennes, selon la coutume romaine, avec une phrase élogieuse inscrite à l'intérieur, laquelle aura été effacée et remplacée par des listes liturgiques. Plus tard, ces listes furent consignées sur des parchemins auxquels les diptyques servaient seulement de support.

Dans les arts plastiquesModifier

Le diptyque est un ensemble composé de deux unités distinctes qui entretiennent une correspondance.

Parmi les diptyques antiques célèbres en sculpture, on peut citer celui de Monza représentant Stilicon, sa femme et un de ses enfants.

Parmi les diptyques de la Renaissance italienne, les deux volets recto et verso du tableau de Piero della Francesca appelé Le Triomphe de la Chasteté.

Dans les arts contemporains : Rouge géranium par Duco et Ripolin (1974) premier diptyque de la série de Bertrand Lavier, qui met en scène deux monochromes en « rouge géranium » de deux marques, distincts « malgré » leurs noms

Dans le cinémaModifier

De plus en plus employée dans le domaine cinématographique, l'expression désigne un ensemble de deux films complémentaires qui, toutefois, ne se font pas suite (ex. : Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima) ou une œuvre complète originellement scindée en deux parties (ex. : Kill Bill volumes 1 et 2). Par abus de langage, le terme diptyque est souvent utilisé pour désigner toutes les séries de deux films, sans distinction.

Un diptyque (ou triptyque) cinématographique peut obéir à une vision linéaire de type classique, les deux parties composant l'ensemble se déroulant l'une après l'autre, selon un ordre établi, mais également à une vision simultanée : c'est ce que propose par exemple Abel Gance dans son Napoléon (1927), en convoquant la polyvision, grâce à trois séquences projetées en même temps sur trois écrans contigus.

Avec Une sale histoire (1977), Jean Eustache propose d'abord de montrer un fait divers reconstitué en fiction, puis la partie documentaire : les deux « tableaux » composant le diptyque ont chacun un générique, un montage et une distribution différents.

Dans la musiqueModifier

On parle de diptyque pour une œuvre en deux parties. Ces deux parties, quoique séparées, sont indissociables du fait de leur lien musical. On peut citer, par exemple, le prélude et fugue ou la toccata et fugue.

RéférenceModifier

  1. Liturgie de saint Marc, liturgie de saint Jean Chrysostome, lettre de saint Augustin contre les donatistes datée d'août 412.
  2. Nomina vestra legat patriarchis atque prophetis/ Cui hodie in templo diptychus edit ebur. (Carm., 10, 7, 35-36).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Wolfgang Kermer: Studien zum Diptychon in der sakralen Malerei: von den Anfängen bis zur Mitte des sechzehnten Jahrhunderts: mit einem Katalog. Düsseldorf: Dr. Stehle, 1967 (Phil. Diss. Tübingen 1966)
  • Diptyque, Lexique d'Histoire et de civilisations romaines, Jean Luc Lamboley, (ISBN 2-7298-5547-5) (notice BnF no FRBNF35834095)