Liste des seigneurs de Tinténiac

page de liste de Wikipédia

Tinténiac est mentionné pour la première fois en 1032 dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Georges de Rennes, l'église et le bourg y sont alors donnés par le duc de Bretagne Alain III à sa sœur Adèle Ire (morte en 1067), abbesse de Saint-Georges de Rennes en 1032, à l'occasion de la fondation de l'abbaye.

L'abbaye rétrocède dès 1036 une partie de son fief au chevalier Donoual ou Donoald. L'abbesse demande alors à Donoual de construire un château fort pour protéger ses terres (il s'agit d'une forteresse aujourd'hui remplacé par le château de Montmuran). Les successeurs de Donoal porteront longtemps le nom d'Ismaëlites, peut-être à la suite d'un pèlerinage en Terre-Sainte fait par Guillaume au début du XIe siècle. Ils prennent le nom de Tinténiac à la fin du XIIe siècle.

La seigneurie de Tinténiac était une châtellenie d'ancienneté et s'étendait sur sept paroisses, avec un droit de haute justice.

En 1168, Henri II, roi d'Angleterre, guerroyant contre Eudon de Porhoët détruisit de fond en comble le château de Tinténiac. Ce fut alors que les héritiers des Ismaëlites bâtirent à quelque distance de Tinténiac, dans la paroisse des Iffs, le château de Montmuran.

En 1351, le chevalier Jean de Tinténiac s'illustre dans le combat des Trente qui a lieu à Mi-Voie près de Josselin.

Isabeau de Tinténiac, la fille unique de Jean de Tinténiac épouse vers 1347 Jean de Laval, seigneur de Châtillon-en-Vendelais. Elle apporte à la famille de Laval toute la seigneurie de Tinténiac-Montmuran.

La seigneurie passe ainsi aux Familles Laval (en 1352, à Jean de Laval seigneur de Châtillon-en-Vendelais), Coligny (en 1547, à l'amiral Gaspard II de Coligny), Huchet seigneurs de la Bédoyère (en 1662), Coëtquen (en 1665), puis au comte de Mornay et à la famille de la Motte, seigneurs du Boisthomelin (en 1750 et en 1789).

Le château, ruiné, fut reconstruit en 1419 par Anne (1385-), dame héritière de Laval et de Tinténiac, qui obtint du duc Jean V la permission de lever un fouage pour cet objet.

Le fief de Tinténiac, paroisse de Tinténiac, comté de Rennes, en qualité de seigneur, fut tenu chronologiquement par les :

Famille de TinténiacModifier

 
Armes de la Famille de Tinténiac : D'argent à 2 jumelles d'azur.

Elle apporte à la famille de Laval toute la seigneurie de Tinténiac-Montmuran.

Famille de LavalModifier

Deuxième Maison de LavalModifier

Maison de Montfort-LavalModifier

Maison de ColignyModifier

Henriette de Coligny vendit en août 1662 la châtellenie de Tinténiac, moyennant 273 000 livres, à Gilles Huchet, seigneur de la Bédoyère.

Mais un parent de Mme Hamilton, Henri de Coëtquen, qualifié de marquis de la Marzelière, demanda le retrait lignager au Parlement de Paris qui fut accordé en .

Famille de CoëtquenModifier

 
Armes de la Famille de Coëtquen : Bandé d'argent et de gueules.

Françoise de Coëtquen décéda sans postérité, laissant une grande fortune à de nombreux héritiers collatéraux. Ces derniers vendirent la châtellenie de Tinténiac à Joseph-Marie de la Motte, seigneur du Boisthomelin, le .

Joseph-Marie de la Motte, qualifié dès lors comte de Montmuran, fonda en 1787 une maison des Filles de la Sagesse aux Iffs, de concert avec sa femme Marie-Anne de Vion. Cette dame mourut l'année suivante et le comte de Montmuran décéda, émigré à Jersey, le , âgé de quatre-vingt-deux ans. Il ne laissait point d'enfants et son principal héritier fut son neveu Pierre - Martial de la Motte, qualifié dès 1784 de marquis de Montmuran et décédé en 1823. Mais le le château et la terre de Montmuran avaient été nationalement vendus.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, 406,
  • Malcolm Walsby, The Counts of Labal : Culture, Patronage and Religion in Fifteenth-and Sixteenth-Century France, 2007, 220 p.
  • Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, 2000, 517 p. 8e éd,
  • Fondation for medieval genealogy. Brittany. Disponible en ligne [1]. Consulté le .
  • Alexandre de Couffon de Kerdellac, Recherches sur la chevalerie du duché de Bretagne, 1877-1878, 2 t., VIII-580 IX-569 p.
  • Julien-Toussaint-Marie Trévedy, "Pont-Château et Pont-l'Abbé aux Etats de Bretagne", BSAF, 1898, t. XXV, p. 45-55, 75-84, 202-213.
  • Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l'Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 1742-6, V t.
  • Julien-Toussaint-Marie Trévedy, Les Bretons compagnons du connétable de Rochemont, 1909, 78 p., rééd.
  • Yannick Boterel, Les justices seigneuriales de l'évêché de Tréguier, 2002, 313 p.
  • Frédéric Saulnier, "La maison de Poix et la seigneurie de Fouesnel en Bretagne d'après des documents inédits", BMSAIV, 1881, t. XV, p. 205-315, 1881.
  • Jean-Marie Le Mène, "Généalogie des sire de Rieux", BSPM, 1878, t. XXIII, p. 3-17.
  • Hubert Guillotel, "Combour: proto-histoire d'une seigneurie et mis en œuvre de la réforme grégorienne", Family trees and the roots of politics, 1997, p. 269-98.
  • Archives d'Ille-et-Vilaine, 1Q. 96.
  • Anselme, I, 224.
  • Notes prises par Michel Caussin à la BNF.
  • Archives de Loire-Inférieure, B. 1040.
  • Archives du château de Châteauneuf.
  • Archives d'Ille-et-Vilaine, E, 133.
  • Arrêt de Frain, 50.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier