Ouvrir le menu principal

Liste des seigneurs de Rochefort

page de liste de Wikipédia
Edifié sur un éperon rocheux qui domine la ville et la vallée du Gueuzon, le premier château de Rochefort-en-Terre était l'œuvre des seigneurs de Rochefort apparus au XIIe siècle.

Rochefort (-en-Terre depuis 1892) est l'une des plus anciennes seigneuries de Bretagne.

L'isolement de Rochefort la prédisposait à l'établissement d'une place forte. La famille Rochefort bâtit un château vers le XIIIe siècle au sommet d'une colline dominant la ville.

Les seigneurs de Rochefort avaient droit de haute, moyenne et basse justice.

Famille de RochefortModifier

Cette famille descendrait de la maison de Bretagne[1].

 
Armes de la Famille de Rochefort : vairé d'or et d'azur.
  • Attesté en 1118 Abbon, seigneur de Rochefort,
  • Attesté en 1173 Hamon, seigneur de Rochefort,

Maison de RieuxModifier

 
Armes de la Maison de Rieux : D'azur à dix besants d'or posés 4, 3, 2, 1.

Dévasté en 1488 par les Français, le château est reconstruit par Jean IV.

La seigneurie passe entre les mains de la famille de Coligny en 1567.

Maison de ColignyModifier

Le château sera de nouveau en partie détruit par les Ligueurs en 1594, il sera néanmoins reconstruit.

La seigneurie passe ensuite entre les mains de la Maison d'Elbeuf en 1607, du fait du mariage, le 3 février 1554, de Louise de Rieux (vers 1531 † vers 1570), dame de Rieux, comtesse d'Harcourt, et baronne d'Ancenis, à René II d'Elbeuf, dont :

Maison d'ElbeufModifier

 
Armes des ducs d'Elbeuf.

ÉpilogueModifier

Une partie du domaine est acquise en 1673 par Vincent-Exupère de Larlanen, baron de Kerouzéré (évêché de Léon), seigneur de Trogoff.

Les lucarnes du (XVIe siècle) de style gothique et Renaissance proviennent du château de Keralio en Noyal-Muzillac (ancienne propriété des Larlan et des Nétumières).

En 1771, le château est la propriété de la famille Hay Des Nétumières, vicomtes de Merdrignac. Le château est démoli en juillet 1793, à la suite d'un incendie pendant les luttes de la Chouannerie. Les écuries sont transformées en habitation en juillet 1843.

Propriété du docteur Juhel (en 1843), il est vendu en 1907 au peintre américain Alfred Klots qui reconstruit un nouveau château avec les communs du XVIIe siècle.

Entre 1925 et janvier 1927, Alfred Klots édifie une seconde tour à l'extrémité de l'aile Sud. Durant les deux guerres mondiales, l'édifice a servi d'hôpital militaire américain. De l'ancien château, il subsistait, en 1867, cinq tours dont l'une servait de chapelle.

L'édifice est aujourd'hui la propriété du conseil général du Morbihan et abrite un musée.

Articles connexesModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. selon B.Yeurc'h (Noblesse de Bretagne, PUR, 1999, p. 62)
  2. Frédéric Morvan Au cœur de l’entourage des ducs de Bretagne, Thibaud de Derval (vers 1280 - vers 1330), vicomte de Donges, seigneur de Rochefort Source : Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXVII, 2009, p. 5-47
  3. Il confirma en 1247 une donation faite au prieuré de Donges.
  4. Il apparaît avec Caro de Bodégat et Hugues Catus dans une montre reçue à Dinan par Thibaut de Rochefort, son cousin germain, au mois de Juillet 1351
  5. Pierre Le Baud, p. 312 ; D'Argentré, p. 303
  6. Le Laboureur, généal. des Budes, p. 47
  7. par lettres du 15 juin 1458
  8. président à la minorité de la duchesse Anne" B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com)
  9. filiation avec sa mère incertaine, sa mère peut-être aussi Catherine de Laval (B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com))
  10. B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com)
  11. filiation avec sa mère incertaine, sa mère peut-être aussi Suzanne de Bourbon (B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com))