Ouvrir le menu principal

Liste des seigneurs d'Assérac

page de liste de Wikipédia

Les originesModifier

En 1095, les Normands Richard, seigneur de la Roche-Bernard, et son fils Frédor autorisent la création d'un oratoire à Pen-Bé[1]

La châtellenie de Ranrouët (Herbignac), qui deviendra le chef-lieu de la seigneurie d'Assérac, dépendera elle-même de celle de la Roche-Bernard.

Seigneurs d’AsséracModifier

Famille de La Roche-BernardModifier

 
Armes des seigneurs d'Assérac issus de la Famille de La Roche-Bernard : Gironné d'or et d'azur de huit pièces


Famille de RochefortModifier

 
Armes des seigneurs d'Assérac issus de la Famille de Rochefort : vairé d'or et d'azur.

Maison de RieuxModifier

 
Armes de la Maison de Rieux : D'azur à dix besants d'or posés 4, 3, 2, 1.

En 1522, Claude Ier donna en partage à son frère François le château de Ranrouët et les terres et seigneuries d'Assérac et de Faugaret[9]. Ce dernier fit hommage au roi pour ces seigneuries en 1532 et fonda la branche des Rieux d'Assérac.

Maison de Rieux, branche d’AsséracModifier

Marquis d'AsséracModifier

Maison de Rieux, Branche d'AsséracModifier

Par lettres patentes datées de septembre 1574, enregistrées au parlement de Bretagne en février 1576, le roi unit les seigneuries d'Assérac, Faugaret, Ranrouët, Betton, Thouairé, Coëtfrec et le Gué-de-l'Isle en une seule seigneurie qu'il érigea en marquisat sous le nom d'Assérac au profit de Jean de Rieux d'Assérac, chevalier de son Ordre

Criblé de dettes Jean-Emmanuel dut avant de mourir vendre une partie de ses terres dont le marquisat d'Assérac au surintendant des finances Fouquet en 1656 qui en fit l'année suivante hommage au roi.

Famille FouquetModifier

 
Armes des Fouquet : D'argent à l'écureuil rampant de gueules.


La veuve du défunt marquis, parvint à reprendre possession d'Assérac et en fit à son tour hommage au roi dès 1658[14].

Maison de Rieux, Branche de DongesModifier

Maison de Rieux, branche d’AsséracModifier

Le 28 février 1679, ses dettes poussent Jean-Gustave à vendre son marquisat d'Assérac à René de Lopriac, baron de Coëtmadeuc qui en rendit hommage au roi le 21 juin 1680 et lui fournit aveu l'année suivante. Il vendra également en 1702 à L. de Béringhen le domaine de Châteauneuf.

Famille de LopriacModifier

 
Armes de la Famille de Lopriac : De sable au chef d'argent, chargé de trois coquilles de gueules.

Maison de Rieux, branche d’AsséracModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cartulaire de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon
  2. Il autorise en 1095 la construction de la chapelle de Pen Bé par trois habitants de Mesquéry : Juhel Coquard, Jarnogon Leroux et Normandeau
  3. Il figure en 1210 parmi les témoins d'une restitution faite à l'Abbaye de Blanche-Couronne
  4. Excommunié après avoir violenté, détroussé et emprisonné deux hommes du Temple de Faugaret, Pierre d'Assérac finit par se repentir et répara ses torts en 1222 (Archives de la Vienne, 3H541).
  5. Il apparaît avec Caro de Bodégat et Hugues Catus dans une montre reçue à Dinan par Thibaut de Rochefort, son cousin germain, au mois de Juillet 1351
  6. Pierre Le Baud, p. 312 ; D'Argentré, p. 303
  7. Le Laboureur, généal. des Budes, p. 47
  8. par lettres du 15 juin 1458
  9. Archives Loire-Inférieure E301
  10. dispence de parenté au 4e degré
  11. Le comte de Laval écrivit à l'occasion une lettre de condoléances à sa veuve
  12. a et b Archives de Loire-Inférieure E1169
  13. B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com)
  14. Archives de Loire-Inférieure, B1000 et B1014
  15. Archives d'Ille-et-Vilaine