Liste des seigneurs de Derval

page de liste de Wikipédia

Dès le XIe siècle, les seigneurs de Derval édifient le château de Derval

HistoriqueModifier

Le fief de Derval est tenu chronologiquement par les seigneurs de Derval (XIe et XIIe siècles), les seigneurs de Rougé (par mariage, en 1275, d'Olivier III de Rougé et d'Agnès de Derval), de Châteaugiron (ils ont pris ce nom vers 1352), de Malestroit, Raguenel,

La baronnie passe à la Maison de Rieux (en 1482), à la Famille de Laval (à la suite du mariage de Françoise de Rieux et François de Laval-Châteaubriant, baron de Châteaubriant), puis à celle des Montmorency-Condé (par mariage de Charlotte Marguerite de Montmorency et de Henri II de Bourbon-Condé : donation en 1539 de Jean de Laval-Châteaubriant au connétable Anne de Montmorency).

Seigneurs de DervalModifier

Maison de Derval[1]Modifier

 
Armes de la Maison de Derval : De gueules, à deux fasces d'argent. Sceau de Bonabes II de Derval : S. BONABII DE DERVAL MILIT[8]

Cy gist Bonabes de Derval, fils de monsour Bonabes jadis seignour de Derval, qui trespassa le quart jour d'aoust, l'an de grâce MCCCXXV.

Priez pour l'asme de li, que Diex bonne merci li face.

Selon une charte controversée[9], Arthur II aurait reconnu en 1302, les sires de Derval comme issus d'un puîné de la Maison de Bretagne et ayant droit d'écarteler leurs armes de celles des princes bretons.

Famille de RougéModifier

Occupation anglaiseModifier

Jean IV de Bretagne, devenu duc de Bretagne, fait don du territoire de Derval à son allié Robert Knolles, chef des troupes anglaises, qui conserve cette place jusqu'en 1380. Le château est alors flanqué de neuf tours et défendu par une double enceinte.

 
Armes de Robert Knolles : De gueules au chevron d'argent chargé de trois roses de gueules

Après la franche défaite du , infligée par du Guesclin, à Pontvallain[11], Knolles retourne alors en Bretagne où il fait face à une mutinerie de certains de ses hommes, fatigués de se battre pour un maigre butin. Il abandonne alors la partie et se réfugie dans son château de Derval que lui a offert Jean IV, qui l'avait lui-même pris de force à la Maison de Rougé.

Dès 1373, Knolles est assiégé par Bertrand Duguesclin.

Robert Knolles est obligé de rendre le château de Derval en 1380 à Jean III de Rougé-Derval, en échange duquel le duc Jean IV donne au capitaine anglais une rente de 2 000 Livres.

Seigneurs (en titre) de la Famille de RougéModifier

 
les hermines vinrent s'écarteler lorsque Jean III, duc de Bretagne, le prescrivit à Jean II, sire de Rougé-Derval, en 1332.
 
Armes de Bonabes IV telles qu'elles sont représentées dans l'Armorial de Gelre.

Famille de RougéModifier

Maison de ChâteaugironModifier

La seigneurie de Derval passe par alliance, en 1427, dans la Maison de Châteaugiron.

Maison de Châteaugiron dite de MalestroitModifier

Barons de DervalModifier

Maison de Châteaugiron dite de MalestroitModifier

Maison de RieuxModifier

 
Armes de la Maison de Rieux : D'azur à dix besants d'or posés 4, 3, 2, 1.

Maison de Montfort-LavalModifier

À partir de 1532, Derval suivit la fortune de Châteaubriant et fit partie de la donation faite en 1539 par Jean de Laval, baron de Châteaubriant, sans enfant, au connétable Anne de Montmorency.

Maison de MontmorencyModifier

En avril 1554 le connétable de Montmorency obtint du roi l'union de la seigneurie de Derval à la baronnie de Châteaubriant. Dès lors, il n'y eut plus de baron de Derval, mais la terre seigneuriale de ce nom demeura la propriété des ducs de Montmorency, puis des princes de Condé, successivement barons de Châteaubriant.

En 1560, trois châtellenies voisines se trouvaient annexées à la baronnie de Derval : Guémené, Jans et Anguignac. Elles relevaient alors du roi et du Présidial de Nantes, et s'étendait en treize paroisses : Derval, Saint-Aubin-des-Châteaux, Saint-Vincent-des-Landes, Jans, Treffieux, Abbaretz, Conquereuil, Guémené, Avessac, Lusanger, Louisfert, Besné et Saint-Nicolas-de-Redon[16]. Une quatrième petite châtellenie, celle de Beauregard, faisait aussi partie de la baronnie de Derval, mais elle relevait de la Roche-en-Nort.

Le château est pris, en 1590, par le duc de Mercœur. Henri IV fait démolir le château en 1593.

Il participa aux guerres contre les protestants, et battit la flotte de Soubise devant La Rochelle en 1625. Maréchal de France en 1630, il intrigua avec Gaston d'Orléans, frère du roi, contre le cardinal de Richelieu. Condamné à mort pour crime de lèse-majesté, il fut exécuté à Toulouse le . Ses biens confisqués passèrent à la maison de Condé.

ÉpilogueModifier

Henri II de Montmorency, fut autorisé par lettres patentes du roi datées de 1618 et 1622, à vendre ou afféager certaines parties du domaine de sa baronnie de Derval.

Ce qui restait du château de Derval et le manoir de La Haye appartenaient en 1663 à Jean Barrin, seigneur du Boisgeffroy, qui revendit alors le tout à Henri de La Chapelle, marquis de Fougeray[17].

Armorial de la Maison de DervalModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Selon Augustin Du Paz Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, enrichie des armes et blasons d'icelles avec l'histoire chronologique des Evesques de tous les diocèses de Bretagne, Nicolas Buon, Paris 1619 p. 156 :« L'antiquité desquels ne se peut remarquer que de quatre cents septante ans »
  2. Augustin Du Paz op.cit p. 156 « Bonabes est le premier et plus ancien que j'y ai trouvé ».
  3. (Histoire Générale de plusieurs maisons de Bretagne)
  4. Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 854
  5. Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 884.
  6. Cartulaire du Morbihan – Revue historique de l'Ouest, X, 221
  7. Bibliothèque Nationale Blcs Mx, XXXVI, 12
  8. Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I 1039, Pl. no 90 et 92
  9. Histoire et noblesse de Derval sur www.infobretagne.com fiche de Bonabes Ier de Derval sur geneweb.inria.fr, d'après Du Paz
  10. Filiation d'Olivier, supposée par la transmission de la terre du Bouays et l'extinction de la branche des seigneurs de La Motte-Glain avec Jean III de Rougé
  11. SAUMUR AU CŒUR DES COMBATS
  12. Son corps fut déposé au chanceau de l'église de Derval sous une tombe élevée de terre et portant ces mots : Cy gist haut et puissant Monsieur Gcffroy sire de Combour, de Chasteaugiron et d'Amanlis qui décéda le XVe jour de novembre, l'an de grâce 1463. Priez Dieu pour lui (Du Paz, Histoire Généalogique de plusieurs maisons de Bretagne 171).
  13. président à la minorité de la duchesse Anne" B.Yeurc'h (Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, http://www.histware.com)
  14. du Paz la dit X1 Guyon de Molac seigneur de Pestivien + après 14/12/1458 et X2 Jean Blocet seigneur de Saint Pierre de Carrouge
  15. On leur éleva un superbe mausolée avec cette épitaphe : Cy gisent haults et puissants Monseigneur Jean sire de Derval, de Combour, de Chasteaugiron, de Rougé et de Foulgeray, qui trespassa le dernier jour du mois de may l'an de grâce MCCCCLXXXII, et Madame Hélène, sa compagne, fille du comte de Laval… laquelle trespassa le tiers jour du mois de décembre l'an de grâce MCCCCC (Du Paz, Histoire Généalogique de plusieurs maisons de Bretagne 171).
  16. Archives d'Ille-et-Vilaine, C1819
  17. Archives d'Ille-et-Vilaine, E121

Articles connexesModifier