Liste des noms latins des villes d'Afrique

page de liste de Wikipédia

Cet article donne une liste de localités et cités d'Afrique dans l'Antiquité et au Moyen Âge dont le nom en latin (ou latinisé) semble être confirmé par l'archéologie[1].

Les sources de ces toponymes sont multiples[2]. Elles peuvent être :

Villes et camps d'Afrique romaine

Drapeau du Maroc MarocModifier

 
Reconstitution hypothétique de la partie marocaine, perdue, de la Table de Peutinger par Konrad Miller (1887).
Nom latin Nom actuel
ad Mercurii, Augusta Zilil, Zilil près de Asilah
Banasa
Thamusida
Oppidum Novum Ksar el-Kébir
Lixus Larache
Rusad(d)ir Melilla (aujourd'hui enclave Espagnole)
Tingis Tanger
Septem Ceuta (aujourd'hui enclave Espagnole)
Volubilis près de Meknès

Drapeau de l'Algérie AlgérieModifier

Les noms de la période française sont indiqués afin de permettre les correspondances avec les ouvrages archéologiques antérieurs à l'indépendance de l'Algérie.

Nom latin Nom colonial Nom actuel Commentaire
Ad Medias Tadart
Ala Miliaria Beniane
Albulae Aïn Témouchent
Altava Lamoricière Ouled Mimoun
Auzia Aumale Sour El-Ghozlane
Caesarea Mauretaniae Cherchell Césarée de Maurétanie
Calama Calama
Calculeus Herculis El Kantara
Castrum Puerorum Les Andalouses
Cartennas Ténès
Castellum Dimmidi Messaad Fort
Castellum Tigintanum Orléansville El Asnam/Chlef Fort
Castra Nova Perrégaux Mohammadia
Cirta Constantine Capitale de la Numidie
Cohors Breucorum Tagremaret
Columnata Bourbaki Khemisti Vestiges romains
Diana Veteranorum Zana Site archéologique
Gemellae El-Kasbat Fort
Hippo Regius Bône Annaba
Icosium Alger
Igilgili Djidjelli Jijel
Iol Caesarea Cherchell Capitale provinciale
Imonium Tigzirt
Lambaesis Lambèse Tazoult
Lucu Timziouine
Madaurus ou Madaura Madaure M'daourouch Site archéologique
Mascula Khenchela
Nicosium N'gaous
Numerus Syrorum Marnia Maghnia Fort
Oppidum Novum Aïn-Defla
Oppidum Timici mazouna
Pomaria Tlemcen
Portus Divinus Mers el-Kébir
Portus Magnus Saint-Leu Bethioua
Quiza Xenitana Pont-du-Cheliff Sidi Belattar
Rapidum Masqueray Sour-Djouab Fort, puis cité
Rusguniae Tamentfoust
Russicada Philippeville Skikda
Saldae Bougie Béjaïa
Siga & Portus Sigensis Takembrit
Sigus Sigus Sigus
Sitifis Sétif
Tamanouna Bord Bou Arréridj
Tassacora Chanzy Sidi Ali Benyoub
Thagaste Souk-Ahras Site archéologique
Thamugadi Timgad Site archéologique
Theveste Tébessa
Thibilis Sellaoua Announa Site archéologique
Tiddis ou Castellum Tidditanorum Tiddis
Tigava Les Attafs El Attaf Site archéologique
Tingartia Tiaret
Tobuna ou Tubonis Tobna
Unica Colonia Oran
Uzinaza Saneg
Verecunda Markouna Site archéologique
Vescera Biskra
Zaraï Zraïa

Drapeau de la Tunisie TunisieModifier

Nom latin Nom actuel
Aggar Henchir Maklouba ?
Agger Sidi Amara
Althiburos Medeïna
Ammaedara Haïdra
Bulla Regia Hammam Darraji
près de Jendouba
Capsa Gafsa
Carpi Mraïssa (au Cap Bon : gouvernorat de Nabeul)
Carthago Carthage
Cercina Bordj Hassar (Kerkennah)
Curubis Korba (au Cap Bon : gouvernorat de Nabeul)
Furnos Majus Aïn Fourna
Gergis Zarzis
Gigthis Bou Ghrara
Hadrumetum Sousse
Hippo Diarrhytus Bizerte
Iunci ? Younga
Lares Lorbeus
Lepti Minus Lamta
Macomades Minores ? Younga
Mactaris Makthar
Matar ? Mateur
Maxula Radès
Meninx Djerba
Missua Sidi Daoud
Musti Henchir Mist (dans la plaine du Krib)
Naraggara Sakiet Sidi Youssef
Neapolis Nabeul
Neferis Henchir Bou Baker (près de Khanguet El Hadjaj au Cap Bon : gouvernorat de Nabeul)
Nepte Nefta
Ruspae Rosfa
Ruspina Henchir Tennir (près de Monastir)
Siagu Kasr Ez-Zit
Sicca Veneria El Kef
Sufetula Sbeïtla
Tacape Gabès
Taphrura ou Taparura Sfax
Thabraca Tabarka
Thacia Bordj Messaoudi
Thaenae Henchir Thina
Thala Thala
Thapsus Ras Dimass (près de Bekalta)
Thelepte Medinet el Kdima
Thibari Thibar
Thibicaae Bir Magra
Thuburbo Majus Henchir Kasbat (près de Zaghouan)
Thuburbo Minus Tebourba
Thubursicu Bure Téboursouk
Thugga Dougga
Thunusuda Sidi Meskine
Thysdrus El Jem
Turris Tamalleni Telmine
Tusuros Tozeur
Uchi Majus Henchir Douamis
Usula Inchilla
Uthina Oudna
Utica Utique
Vaga Béja
Zama Regia Jama
Ziqua Zaghouan


Drapeau de la Libye LibyeModifier

Nom latin Nom actuel
Apollonia Marsa Souza
Barca Merj
Berenice / Euhesperides Benghazi
Leptis Magna Lebda
Golas / Gholaia Bu Njem
Oea Tripoli
Sabratha Sabratha

Drapeau de l'Égypte ÉgypteModifier

 
Route maritime entre l'Empire romain et l'Inde, d'après Le Périple de la mer Érythrée, Ier siècle ap. J.-C.
Nom latin Nom actuel commentaires et références
Alexandria Alexandrie, الإسكندرية (Al-ʼIskandariya) du grec Ἀλεξάνδρεια ; égypto-arabe Iskindireyya ; pourrait être sur le site de la ville égyptienne de Racondah ou Rakhotis, en copte Rakotə.
Berenice (HN, 5, 5, 31) Medinet-el Haras francisé en Bérénice ; du grec Βερενίκη (Berenice Troglodytica) ; selon Huntingford, du berbère (touareg) tawāriq (au sing. tāriqa), tribu.
Memphis (HN, 5, 9, 50 et 11, 61) correspond aux localités de Mit Rahina, Dahshur, Saqqara, Abusir, Abu Gorab, et Zawyet el'Aryan, au sud du Caire. de l'égyptien Men-nefer (la pyramide de Pépi Ier), puis du grec Μεμφις (Memphis) ; en copte Menfe ; ancienne cité égyptienne d'Ineb Hedj (Les murs blanc), aussi nommée Ankh Tawy (Ce qui lie les deux pays).
Syene (HN, 5, 10, 59) Assouan, أسوان (Aswān) francisé en Syène ; de l'égyptien swn.w ou Swenet (commerce), puis du grec Συήνη.

Drapeau du Soudan SoudanModifier

Nom latin Nom actuel commentaires et références
Meroë Méroé cf. Lexicon Universale d'Hofmann.
Ptolemais Theron ? port situé vers le 17° de latitude Nord (cf (en)).

Drapeau de l'Érythrée ÉrythréeModifier

Nom latin Nom actuel commentaires et références
Adulis Zula ? oppidum Aduliton d'après Pline l'Ancien (HN, 6, 34, 172), du grec (Périple...).

Drapeau de l'Éthiopie ÉthiopieModifier

Nom latin Nom actuel commentaires et références
Auxume ou Axumiles (peuple ?) Aksoum (Axum) du Guèze አክሱም (Aksumdu), cf. Lexicon Universale d'Hofmann.
Coloe ? du grec (Ptolémée), cf. Lexicon Universale d'Hofmann.

Drapeau de la Tanzanie TanzanieModifier

Nom latin Nom actuel commentaires et références
Rapta ou Rhapta non localisée : Kisuyu ou le délta du Rufiji (selon Huntingford), Pemba (île) (selon Innes Mille). grec latinisé aussi en Raphta ; cf. Pline l'Ancien, Ptolémée et le Périple... (rhapton ploiarion) ; anciennement localisée au nord de Kilwa Kisiwani (en portugais Quiloa), cf. Desanges 1988.

BibliographieModifier

  • Carte des routes et des cités de l'est de l'Africa à la fin de l'antiquité : nouvelle édition de la carte des Voies romaines de l'Afrique du Nord conçue en 1949, d'après les tracés de Pierre Salama, J. Desanges, N. Duval, Cl. Lepelley, et. al., Turnhout, Brepols, 2010 (Bibliothèque de l'Antiquité tardive (ISSN 1637-9918), 17) (ISBN 978-2-503-51320-1).
  • Jehan Desanges, Pour une enquête phonétique sur la toponymie de l'Afrique du Nord antique, dans Studi Magrebini, nouv. série, vol. 3, Naples, Istituto universitario orientale, 2005, p. 19-27 (ISSN 0585-4954).
  • Jean Jolly, avec des cartes réalisées par Marc de Fleurian, Histoire du continent africain. Tome 1, De la Préhistoire à la fin du XVIe siècle, Paris, L'Harmattan, 1996 (ISBN 2-7384-4688-4).
  • Bibliographic Records of the Ancient World Mapping Center, Classical Atlas Project, Chapel Hill (NC), 1988-2000 (et leur index of placenames).
  • Arthur Pellegrin, Histoire de la Tunisie, Tunis, Bouslama, nouv. éd. 1975.
  • Louis Harmand, L’Occident romain : Gaule, Espagne, Bretagne, Afrique du Nord, Paris, Payot, 1960 (rééd. 1970).
  • Maurice Besnier, Lexique de géographie ancienne, avec une préf. de René Cagnat, Paris, C. Klincksieck, 1914 (en ligne sur gallica et archive).

NotesModifier

  1. Didier Marcotte (Géographes grecs, Paris, 2000, p. X) rappel qu'un commentaire véritablement moderne aux auteurs de descriptions régionales, de circuits [...], de portulans [...], doit faire l'écho des acquis de l'investigation sur le terrain. On retrouve ce débat détaillé, entre autres, dans les différents Atlas archéologiques régionaux et nationaux (voir la liste de cartes archéologiques de la BiAA et Rodier 2006). Un bon point de départ philologique peut être de consulter l'article correspondant au toponyme dans la (de) Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, en dépit de son ancienneté.
  2. Pour l'Afrique du Nord, par exemple, on ajoute aux sources latine celles lybiques (puis berbères), puniques, grecques (puis byzantines), et arabes. J. Desanges en 2005 (voir bibliographie, p. 19) note que "plusieurs centaines de toponymes sont bien localisés" dans le maghreb antique. À propos de la typologie des sources, voir Patrick Counillon, La géographie grecque et la guerre [Présentation des grandes étapes de l'histoire de la Géographie grecque. Introduction au master], Bordeaux, sept. 2007 (pdf « en ligne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)).
  3. Voir en premier lieu le CIL et L'Année épigraphique.
  4. Comme dans L'Histoire naturelle de Pline l'Ancien et en arabe la Description géographique du monde connu d'Al Bakri ou le Livre de la récréation de l’homme désireux de connaître les pays d'Al Idrissi.
  5. Voir par exemple les Geographi Latini minores (éd. par A. Riese, Heilbronn, 1878, : repr. Hildesheim, 1964) ou en grec le Stadiasmus Maris Magni et Le Périple de la mer Érythrée.
  6. Par exemple l'Itinéraire d'Antonin.
  7. Voir la Table de Peutinger ou en grec Ptolémée.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier