Liste des ports antiques

page de liste de Wikipédia

Cette liste des ports antiques a pour objectif de recenser l'ensemble des ports de l'Antiquité présentant de notables vestiges, en renvoyant autant que possible aux articles détaillés existant sur Wikipedia. Ils sont classés par pays du pourtour méditerranéen et (si possible) par origine culturelle (égyptien, minoen, phénicien, carthaginois, grec, étrusque, romain). Certains de ces ports sont encore en activité ; d'autres sont envasés ou ensablés, parfois loin à l'intérieur des terres ou, au contraire, submergés.

Reconstitution hypothétique de la carte du monde d'Hécatée de Milet vers -500.
Reconstruction du monde décrit par Hérodote, vers -425.
Le monde selon Ératosthène vers -200.
Carte du monde vu par Strabon vers 20.
Reconstruction du monde selon Pomponius Mela, vers 43.
Colonies phéniciennes, 11-6èmes siècles
Carte des colonies grecques et phéniciennes , aux environs de 550 av. J.-C.
Carte (inverse) du monde, par Al Idrissi, vers 1150 (copie de 1456).
Livre de Roger, carte avec points cardinaux inversés (nord en bas), réalisée pour Roger II de Sicile en 1154.
Carte pisane, vers 1290

Sont intégrés également des sites relevant plutôt de la Protohistoire et de l'Antiquité tardive.


Pourtour méditerranéenModifier

Table de Peutinger (original du 2e siècle (?), copie de 1256), avec le fac-similé de Konrad Miller de 1887[1].

Péninsule ibériqueModifier

 
Espagne : voies romaines, villes, ports.

EspagneModifier

Littoral atlantique d'AndalousieModifier

Îles BaléaresModifier

France : Languedoc, Roussillon, ProvenceModifier

 
Aquitaine, Narbonnaise et Lyonnaise aux premiers siècles.

CorseModifier

Italie : Mer de LigurieModifier

En SardaigneModifier

OuestModifier
NordModifier
  • Olbia (Pausania (Παυσανία), Terranova, Tarranòa)
EstModifier
SudModifier
  • Cagliari (Krly, Caralisou, Karales, Karalis), port phénicien, puis port militaire romain
  • Bithia, Solci
  • Nora : port phénicien, près de Pula

En LigurieModifier

En ToscaneModifier

Italie : Mer TyrrhénienneModifier

Au LatiumModifier

  • Centumcellae (Civitavecchia) : port militaire entièrement détruit pendant la seconde guerre mondiale.
  • Pyrgi : port étrusque, puis romain.
  • Gravisca, port étrusque (Étrurie maritime, Flotte étrusque)
  • Portus de Rome (ensablé) près d'Ostie : il reste le môle nord du port de Claude (aux abords et dans l'aéroport de Fiumicino), ainsi que le bassin hexagonal du port de Trajan, parfaitement conservé, encore en eau. Plusieurs épaves ont été retrouvées en 1959-61 : elles sont conservées dans un musée installé à proximité[7].
  • Antium (Anzio) : quai en béton hydraulique avec coffrages selon la méthode de Vitruve.
  • Torre Astura (submergé) : grands viviers d'aquaculture et port à l'Est de la villa de Cicéron.
  • Terracina
  • Pendateria, Pandataria, (Ventotene) : port romain toujours utilisé pour la plaisance et la pêche.
  • Ponza : quai romain recouvert par le quai moderne.

En CampanieModifier

En CalabreModifier

Italie : Mer IonienneModifier

En CalabreModifier

En Basilicate (Lucanie)Modifier

En Pouilles du Sud (Apulie)Modifier

En SicileModifier

 
Principales cités grecques en Sicile et Grande-Grèce

Îles au Sud de la SicileModifier

Italie : Mer AdriatiqueModifier

En PouillesModifier

En MoliseModifier

En AbruzzesModifier

En MarchesModifier

En Émilie-RomagneModifier

En VénétieModifier

Mer Adriatique : côte Est et îlesModifier

 
Dalmatie (et implantations vénitiennes)

Cette région historique littorale des Balkans, le long de la mer Adriatique, est aujourd'hui partagée entre la Croatie qui en possède la plus grande part, l'Herzégovine, le Monténégro et l'Albanie.

En Frioul-Vénétie Julienne (Italie, Slovénie frioulane (en))Modifier

En SlovénieModifier

En IstrieModifier

En DalmatieModifier

En Bosnie-HerzégovineModifier

Au MonténégroModifier

  • Antivari (Бар, Tivari, Tivar), Bar (Monténégro)
  • Acruvium, Ascrivium / Ascruvium (Ἀσκρήβιον), Cattaro, Kotor
  • Budva
  • Herceg Novi (Херцег Нови, Castelnuovo)
  • Ulkinon (Ulcinium, Olcinium, Ulqin, Dulcigno, Улцињen), Ulcinj

En Illyrie / AlbanieModifier

  • Buthrotum (Βουθρωτόν, Bouthrōtón), Butrint
  • Dagnum
  • Epidamnos (Ἐπίδαμνος), Dyrrháchion (Δυρράχιον), Colonia Iulia Augusta Veneria Dyrrachinorum , Durrës, Durazzo
  • Saranda (Άγιοι Σαράντα, Ágioi Saránta, Santi Quaranta)
  • Scodra (Σκόδρα, Σκοδρινῶν) Shkodër, Skadar (Скадар), İşkodra, Scutari
  • Tirana, incertain
  • Apollonia d'Illyrie, Vlora

GrèceModifier

 
Cales de navires, port antique d'Œniadæ

En Grèce continentaleModifier

Au PéloponnèseModifier

En ThessalieModifier

En EubéeModifier

En MacédoineModifier

Dans les Îles IoniennesModifier

 
Principales îles ioniennes

Les sept îles principales (ou Heptanèse, litt. « les Sept Îles ») sont, sur la côte occidentale de la Grèce, du nord au sud :

  • Corfou (Κέρκυρα (Kérkyra)), capitale Corfou ;
  • Paxos (Παξοί), capitale Gaios (en) (Γάιος) ;
  • Leucade (Λευκάδα), anciennement Sainte-Maure (Αγία Μαύρα), capitale : Leucade ;
  • Céphalonie (Κεφαλονιά), capitale : Argostoli (Αργοστόλι) ;
  • Ithaque (Ιθάκη, anciennement Θεάκι (Theáki)), capitale : Vathy (Βαθύ) ;
  • Zante (Ζάκυνθος (Zákynthos)), capitale : Zante ;
  • Cythère (Κύθηρα), anciennement Cerigo (Τσιρίγο), capitale Cythère, rattachée par convention aux îles Ioniennes.

Îles grecques de la Mer ÉgéeModifier

 
Mer Égée et Cyclades

CrèteModifier

 
Carte des principaux sites minoens

Mer NoireModifier

 
Principales colonies grecques du Pont-Euxin
 
Royaume du Pont (en foncé) et empire à son extension maximale

Côte Est de la Mer Noire (Pont-Euxin), côté CaucaseModifier

Voir Histoire de la Géorgie, Royaume d'Ibérie, Royaume de Lazique, Colchide, Adjarie, Abkhazie

Mer CaspienneModifier

Côte NordModifier

Côte OuestModifier

Côte SudModifier

Est : région du PontModifier
  • Amisos, Amisós (Αμισός), Is Amisson, [eí]s Am[p]s-únta (Σαμψούντα : Sampsúnta), Samsun (ville)
  • Kotyora (Κοτύωρα), Ordu, Altınordu
  • Cerasus (Κερασοῦς), Kérassonte (Κερασούντα), Giresun
  • Trapedza (Tραπεζούς, Τραπεζούντα), Trapezus, Trébizonde, Trabzon
  • Hyssus (en) ( Ὕσσος), Hyssi portus, S(o)usarmia (Σουσάρμια), Sousourmaina (Σουσούρμαινα)
  • Pharnakeia (de) (Φαρνάκεια, Φαρνακία), à 50 km de Trabzon
  • Athenae du Pont
  • Rizios (῾Ρίζιος ποταμός), R(h)izius, Rhizaeum, Rize
  • Anaksoupê, Hupati, Hopa (Artvin)
Centre : PaphlagonieModifier
Ouest : BithynieModifier

Asie Mineure (Turquie)Modifier

 
Mer de Marmara et ports anciens.
 
Voies romaines en Anatolie.

Côte européenne du BosphoreModifier

En Lydie par sous-régionsModifier

En Chersonèse de ThraceModifier
En Propontide, côte est de MarmaraModifier
En ÉolideModifier
En IonieModifier

En CarieModifier

Île de RhodesModifier

En LycieModifier

En PamphylieModifier

  • Attaleia, Attalia, Attalea, Antalya
à l'ouest d'AntalyaModifier
à l'est d'AntalyaModifier

En CilicieModifier

Est-Méditerranée : Levant (Proche-Orient)Modifier

 
Routes du Levant dans l'Antiquité

ChypreModifier

Syrie-LibanModifier

Judée - PalestineModifier

  • Ptolémaïs, Akko (Acre) ;
  • Haïfa ;
  • Athlit avec sa forteresse des templiers, au Sud de Haïfa ;
  • Dor ;
  • Paralios Kaisareia (παράλιος Καισάρεια), Caesarea Maritima, Sebastos (Césarée) : Le port submergé était protégé par des digues construites à partir de caissons en bois[13] ;
  • Yaffa, Yaffo, Jaffa ;
  • Apollonie, Arshof, Arsuf, près de Herzliya ;
  • Isdūd (Ἄζωτος, Azotus), Ashdod ;
  • Askalon (Ασχαλων, Askalōn) Ashkelon ;
  • Theda, Tida, Anthédon (Ἀνθηδών), près de Gaza ;
  • Gaza ;
  • Raphia, Rafah ;

Sud-Méditerranée : Afrique du NordModifier

 
Villes de l'Afrique romaine
 
Afrique du Nord-Est, provinces de Cyrénaïque et d'Égypte vers 400

ÉgypteModifier

LibyeModifier

 
Afrique du Nord romaine
 
Marmarique et Cyrénaïque
 
Tripolitaine
 
Quai Sud du port de Leptis Magna.
En MarmariqueModifier
  • Amunia, Paraitonion (Παραιτόνιον), Paraetonium (en), Al Baretoun, Mersa, Marsa Matruh (Égypte)
  • Zygis, Zygrae, Zygra
  • Catabathmus maior, Sollum/Sallum, Sidi Barrani (Égypte)
  • Petra Megala, Petras Maior, Bardia, Bórdi Slemán, El Burdi
  • Antipyrgus ( (Αντίπυργος), Tobrouk
  • Taposiris Megale, Taposiris Magna, Abounsir
  • Kynos, Cheimo, Chio, Kome, el-Bordan, 30 km à l'est d'El Alamein
  • Glaukos, 15 km à l'est d'El Alamein
  • Leucaspis, Cynossema, Antipharis, Antiphrai, el-Alamein (Égypte)
  • Petaos, Derna, Derne(h), Dernah, Ternah
En Cyrénaïque antiqueModifier
En TripolitaineModifier
  • Thubactis (en), Kephale Tobactus, Thubaqt, Tubartis, Tobartis, Cephale Promentium, Misrata
  • Leptis Magna, ensablé : mais quais parfaitement conservés, vestiges de phare, digue en enrochements et ouvrages d'accostage sur la côte Nord du port[16].
  • Amaraea, Gaphara
  • Paraetonium, Marsa Matruh
  • Oea, Macaraia, Tripoli
  • Abrotonon, Colonia Sabratha
  • Gergis
  • Zita
  • Munbicipium Pisida, Abu Kammash
  • Locris, Zuwarah
  • Pisindon, Pisida, Abu Kammash
  • Leuke Akte, Ras el-Kanayis / Kanaïs
  • Îles Delphines et Zephyrium
  • Kalamaion, Laodanuntium,
  • Paraetonium, Ammonia
  • Chettaia, Tyndarias, Selenis, Nesis, Apis
  • Aenesiphyra, Ennesyphora, Nesus, Sidi Barrani

TunisieModifier

 
Tunisie antique

AlgérieModifier

 
Espagne et Afrique du Nord-Ouest vers 400

MarocModifier

 
Transports au Maroc
Littoral atlantiqueModifier

Europe, hors du bassin méditerranéenModifier

PortugalModifier

 
Côte ouest de la péninsule ibérique, d'après Ptolémée.

Espagne du nord-ouest : Galice, Asturies, Cantabrie, Pays BasqueModifier

 
Implantations romaines en Galice
 
Les Asturies à l'époque romaine

France : façade atlantique et MancheModifier

 
Côte saxonne ou Litus Saxonicum

Golfe de GascogneModifier

ArmoriqueModifier

NormandieModifier

PicardieModifier

Belgique et HollandeModifier

 
Limes Germanicus vers 70
 
Réseau routier romain en pas Atuatuca

AllemagneModifier

Mais aussi, à l'intérieur :

Sur la Mer du Nord :

Sur la Baltique, ou plutôt en Beltsee (de) :

Scandinavie, Øresund, Cattégat et Mer BaltiqueModifier

 
Villes vikings de Scandinavie

Grande-BretagneModifier

 
Voies romaines en Grande-Bretagne vers 150

IrlandeModifier

Océan indienModifier

Mer RougeModifier

 
Péninsule arabique et environs, selon Le Périple de la mer Érythrée.
 
Ports (fluviaux et maritimes) de l'Égypte ancienne.
 
Mer Rouge, carte de 1860.

Côté africainModifier

Côté péninsulaireModifier

Premières occupations

Afrique de l'EstModifier

  • Côte swahilie, Azanie (Ἀζανία, Azania), Côte d'Ajan, Zanguebar, Zandj

SomalieModifier

Kenya - Tanzanie - MozambiqueModifier

 
Archipel de Zanzibar

Péninsule arabique : côte du sud-estModifier

 
Côte actuelle d'Oman.

D'ouest en est (Yémen, Oman)[22] :

Golfe persique (delta et péninsule arabique)Modifier

 
Route de la soie vers +100.
 
Golfe Persique 2000.

Golfe persique (Iran)Modifier

Sous-continent indienModifier

 
Routes maritimes de l'Océan Indien ancien
 
Civilisation de l'Indus
 
Carte simplifiée du Kerala côtier à l'époque de Cabral (1500).
 
Table de Peutinger : Muziris (et Temple d'Auguste)

côte nord-ouest (d'ouest en est)Modifier

Autrefois Gédrosie et/ou Magan/Makran :

côte occidentale (Mer d'Arabie), du nord au sudModifier

Île de Taprobane, Tambapanni, Serendib, Ceylan, Sri LankaModifier

côte orientale (Golfe du Bengale), du sud au nordModifier

Extrême-OrientModifier

Asie du Sud-EstModifier

Péninsule MalaiseModifier

Péninsule indochinoiseModifier

IndonésieModifier

Asie de l'EstModifier

ChineModifier

La Chine a un important réseau de fleuves (Liste des cours d'eau de la Chine) et de canaux (dont le Grand Canal débuté vers -500) et de très nombreux ports intérieurs, certains très anciens, dont Chongqing.

Péninsule de CoréeModifier

Archipel japonaisModifier

OcéanieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Weltkarte des Castorius, K. Miller (éd.), Ravensburg, 1887.
  2. « Tauroeïs / Tauroïs / Tauroentium (Le Brusc - Le Mourret, Six-Fours-les-Plages) • L'encyclopédie • L'Arbre Celtique • 5568 • L'encyclopédie • L'Arbre Celtique », sur encyclopedie.arbre-celtique.com (consulté le 6 avril 2020)
  3. Jean-Pierre Brun, Pascal Lecacheur et Michel Pasqualini, « Les amphores du port antique de Toulon (Telo Martius) », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, vol. 474, no 1,‎ , p. 123–132 (lire en ligne, consulté le 6 avril 2020)
  4. AFP, « A Hyères, dans le Var, une cité engloutie vieille de 2 000 ans », sur Geo.fr, (consulté le 5 avril 2020)
  5. Le port romain et la lanterne d'Auguste
  6. https://inee.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/sur-les-traces-de-portus-pisanus-le-port-perdu-de-pise
  7. (en) (it) Museo delle navi Romane
  8. http://www.fineart.utoronto.ca/kommos/index.html
  9. http://www.minoancrete.com/nirou.htm Nirou Khani
  10. Čistov, Dmitrij Efimovič, « La Borysthène archaïque (site de l’île de Bérézan) », Études de lettres, Faculté des lettres de l’Université de Lausanne, nos 1-2,‎ , p. 223–260 (ISBN 978-2-940331-27-7, ISSN 0014-2026, lire en ligne, consulté le 31 juillet 2020).
  11. Séleucie
  12. A. Poidebard, Un grand port disparu - TYR - Recherches aériennes et sous-marines 1934-936. Libr. Orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1939.
  13. A. Raban, Archaeological park for divers at Sebastos and other submerged remnants in Caesarea Maritima, Israel. Int. Journal of Nautical Archaelogy and underwater exploration, 1992, No 21(1) p. 27-35
  14. Gaston Jondet, Les ports submergés de l'ancienne île de Pharos, Le Caire, 1916
  15. Franck Goddio, Alexandrie - Les quartiers royaux submergés, Periplus Ltd, Londres, 19partie "8
  16. Détails sur la côte Nord de Leptis Magna
  17. Musée de la navigation antique
  18. Museum für antike Schiffahrt
  19. dpa Januar 2006
  20. Kathryn A. Bard, Rodolfo Fattovich (Hrsg.): Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt. Archaeological investigations at Mersa, Wadi Gawasis, Egypt 2001–2005. Università degli Studi di Napoli "L'Orientale". Napoli 2007, (ISBN 88-95044-11-8).
  21. https://archive.org/stream/lenorddelafrique00vivi/lenorddelafrique00vivi_djvu.txt
  22. Schiettecatte, Jérémie, « Ports et commerce maritime dans l’Arabie du Sud préislamique », Arabian Humanities. Revue internationale d’archéologie et de sciences sociales sur la péninsule Arabique/International Journal of Archaeology and Social Sciences in the Arabian Peninsula, Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, no 15,‎ , p. 65–90 (ISSN 1248-0568, lire en ligne, consulté le 31 juillet 2020).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Giuliano de Fazio, traduction de J.-J. Lemoyne, Extrait de l'ouvrage de M. de Fazio, inspecteur général des eaux et chaussées, membre de l'Académie royale des Beaux-Arts de Naples, sur le meilleur système de construction des ports, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1832, p. 32-51 (lire en ligne), planche XVIII (ports maritimes (royaume de Naples))
  • Giuliano de Fazio, traduction de J.-J. Lemoyne, Extrait de l'ouvrage sur le meilleur système de construction des ports imprimé à Naples en 1828, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1837, p. 182-232 (lire en ligne), planche CXXVII (plan des deux ports d'Antium)
  • Giuliano de Fazio, traduction de J.-J. Lemoyne, De l'ouvrage de M. Giuliano de Fazio sur le meilleur système de construction des ports, imprimé à Naples en 1828 (3e mémoire), dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1839, p. 316-344 (lire en ligne)

Documents anciensModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier