Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Thala (تالة) est une ville de l'ouest de la Tunisie située dans la région montagneuse de la dorsale tunisienne, à 250 kilomètres de la capitale Tunis, 50 kilomètres de Kasserine et 25 kilomètres à la frontière algéro-tunisienne. Elle est surtout connue pour son important site archéologique.

Thala
Vue de Thala sur les collines de Najaria et Nadhour
Vue de Thala sur les collines de Najaria et Nadhour
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Kasserine
Délégation(s) Thala
Maire Mohsen Saidi[1]
Code postal 1210[2]
Démographie
Gentilé Thalois[3]
Population 13 968 hab. (2004[4])
Densité 186 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 35′ 01″ nord, 8° 40′ 00″ est
Altitude 1 017 m
Superficie 7 520 ha = 75,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Thala

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Thala

Rattachée au gouvernorat de Kasserine depuis 1956, elle est le chef-lieu de la délégation du même nom, comptant 34 508 habitants en 2004[5] ; elle est aussi à la tête d'une municipalité comptant 13 968 habitants en 2004[4] et qui s'étend sur 7 520 hectares.

Sommaire

ÉtymologieModifier

L'origine du mot thala est berbère et signifie « source »[6]. En effet, le noyau urbain ancien était parsemé de sources réputées telles Aïn Thala d'où elle tire son nom, Aïn Arara, Aïn Ahmed, Aïn Mariem, Aïn Echar et Aïn Oum Ethaaleb située en amont de la cité.

GéographieModifier

La région se caractérise par des massifs montagneux (djebels), dont les djebels Bireno (1 419 mètres) et Boulahnech (1 365 mètres), et par ses forêts denses de chênes-liège dotées d'une richesse giboyeuse, notamment en sangliers et les hyènes.

La cité se subdivise en plusieurs quartiers : Cité Taïeb Mhiri, El Hay, El Khazna, Lycée, Enajjaria, Ennadhour, Sidi Shil, Edachra, El Atef et Zawiyat Echefei.

ClimatModifier

Thala est connue par son climat semi-aride, comme une grande partie du Centre-Ouest de la Tunisie[7]. Son altitude de 1 017 mètres[8] en fait la ville la plus haute et la plus froide du pays[réf. souhaitée].

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 2,7 3,1 5,7 7,6 11,7 16 19 18,7 15,1 13 7,2 3,9
Température maximale moyenne (°C) 9,4 10,7 15,2 18 23,4 28,7 32,6 31,6 25,9 22,4 14,7 10
Précipitations (mm) 25,6 24 30,4 43,4 35,8 20,2 10,7 16,5 49,2 28,3 30,4 57,4
Source : WeatherOnline[9]


HistoireModifier

Les traces de la présence humaine dans la région de Thala remontent au paléolithique. Plusieurs nécropoles dites capsiennes ont ainsi été découvertes, la dernière remontant à décembre 2008 ; la plus connue, située sur la colline appelée Koudiet Oum Alhirane, a été totalement rasée par le contrôleur français à l'époque du protectorat ; quelques vestiges subsistent encore en aval de la colline, en bordure d'Aïn Oum Ethaaleb, mais sans bénéficier de protection.

Thala a connu une histoire riche et mouvementée, la présence humaine remontant au moins à 50 000 av. J.-C. a marqué l'identité berbère de toute la région. Thala est un centre urbain animé et important, bénéficiant d'un statut de gouvernance autonome, jusqu'en 106 av. J.-C.. La cité a entretenu des relations privilégiées avec les principales villes berbères comme Zama, Cirta, Théveste, Mactaris, Thugga, Thuburbo Majus, Vaga et Thubursicum. Sa croissance était en partie engendrée par son industrie basée sur la poterie, les nombreuses fonderies de métaux et les huileries dispersées dans la ville ainsi que sur son voisinage direct sur un rayon de cinquante kilomètres et en partie à l'activité commerciale.

 
Ruines romaines dans le centre de Thala

En 108 av. J.-C., Metellus fait le siège de Thala dans sa guerre avec Jugurtha ; la ville résiste quarante jours puis, fidèle à son code d'honneur et à son roi Jugurtha, « les défenseurs voyant leur ville perdue, transportèrent tous leurs biens, tout l'or et l'argent au palais, et livrèrent tout aux flammes : le palais, les trésors et leurs corps, préférant la mort à la servitude » selon le récit de Salluste[10].

Koudiat Al Hamra, dans le quartier de Nadjaria, reste un témoin de cet événement : il s'agit d'un grand monticule de pierres brulées et couvertes d'un rouge oxyde de fer (d'où l'appellation Hamra) dont quelques restes subsistent. Sous la domination romaine, Thala continue d'être un centre agro-industriel : les fonderies de fer, de plomb, de zinc et de cuivre reprennent leurs activités et les huileries connaissent un essor considérable.

La région ne se romanise pas aisément et connaît plusieurs révoltes, dont celle de Tacfarinas en 17 av. J.-C., ce qui pousse l'empereur Auguste à fonder une nouvelle ville à 26 kilomètres de Thala, Ammaedara, qui devint en l'an 6 le principal nœud dans le contrôle des axes routiers.

 
Hôtel de Thala sous le protectorat français

Thala connaît dès lors un déclin qui dure plusieurs siècles avec l'arrivée des Arabes. La ville est détruite et pillée plusieurs fois mais reconstruite vers le VIIe siècle. Des révoltes successives marquent les Berbères thalois, les dernières étant celles d'Ali Ben Ghedhahem contre le bey de Tunis en 1864 et celle d'Amor Ben Othman contre l'occupation française en 1906[11].

Erwin Rommel et sa 10e Panzerdivision sont stoppés à Thala par les forces alliées renforcées par les bénévoles thalois.

La ville est le lieu d'importantes manifestations dans le contexte de la révolution tunisienne[3] en décembre 2010 et janvier 2011. Le 3 janvier, environ 250 personnes, pour la plupart des étudiants, défilent en soutien aux manifestants de Sidi Bouzid mais sont dispersées par la police. En réponse, elles auraient mis le feu à des pneus et attaqué le bureau du RCD, le parti au pouvoir[12]. La répression menée par les forces de l'ordre contre une nouvelle manifestation est à l'origine d'au moins quatre morts et six blessés dans la nuit du 8 au 9 janvier[13] ; l'armée est alors déployée sur place. Le 12 janvier, les policiers quittent la ville et les habitants s'organisent pour garantir la sécurité et gérer la ville après le départ du maire affilié au parti au pouvoir[3]. Le 12 septembre, un scrutin est organisé pour élire huit conseillers municipaux ; Mohsen Saidi, médecin-chef de l'hôpital, est élu maire[3].

ÉconomieModifier

Centre administratif lié à son statut de délégation, elle polarise un espace d'agriculture de subsistance et d'élevage, notamment de moutons. Sa campagne environnante, avec ses prairies, ses vastes forêts et ses sources d'eau, est connue pour abriter les plus vastes plantations de figuiers de Barbarie du pays, ainsi que des plantations d'oliviers et d'arbres fruitiers.

Selon les statistiques de 2008, le taux d’utilisation des superficies irrigables est de 90 % ; les superficies irriguées de la délégation de Thala atteignent 1 126 hectares sur un total de 1 454 hectares irrigables. 80 % des superficies exploitées sont gérées par des privés[14].

Par ailleurs, son sous-sol riche lui confère la renommée de son marbre beige dit royal qui est découpé dans la région du Sahel et exporté.

SportModifier

Sur le plan sportif, la ville dispose d'un club de football, Thala Sport, fondé en 1936. Il est cependant en sommeil faute de moyens, le stade municipal étant à l'abandon[15].

PersonnalitésModifier

RéférencesModifier

  1. Décret du 23 novembre 2011 portant modification du décret du 27 octobre 2011, Journal officiel de la République tunisienne, n°91, 29 novembre 2011
  2. (en) Code postal de Thala (GeoPostcodes)
  3. a, b, c et d Rafika Bendermel Thala, « Quand Thala s'est soulevée contre Ben Ali », Le Temps, 14 janvier 2012
  4. a et b Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  5. Recensement de 2004 au niveau de la délégation (Institut national de la statistique)
  6. Stéphane Gsell, Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, vol. VII, éd. Hachette, Paris, 1928, p. 208
  7. (ar) Présentation de Thala (Gouvernorat de Kasserine)
  8. Muneera Salem-Murdock et Michael M. Horowitz, Anthropology and development in North Africa and the Middle East, éd. Westview Press, Boulder, 1990, p. 74
  9. (en) Statistiques météorologiques de Thala (WeatherOnline)
  10. Charles-André Julien, Les Africains, vol. IV, éd. Jeune Afrique, Paris, 1977, p. 188
  11. Juliette Bessis, Maghreb : la traversée du siècle, éd. L'Harmattan, Paris, 1997, p. 45
  12. « Affrontements entre lycéens et la police à Thala », Agence France-Presse, 4 janvier 2011
  13. « Nouveaux affrontements, quatre morts, soutien syndical au mouvement », Agence France-Presse, 9 janvier 2011
  14. Agriculture dans le gouvernorat de Kasserine (Ministère tunisien de l'Équipement)
  15. Abdelhamid Ghadhoumi, « Thala ignorée, Thala martyrisée mais Thala... libérée », La Presse de Tunisie, 20 février 2011