Le Pont-de-Beauvoisin (Isère)

commune française du département de l'Isère

Le Pont-de-Beauvoisin
Pont-de-Beauvoisin
Le Pont-de-Beauvoisin (Isère)
Le Pont-de-Beauvoisin, le Guiers et l'église Saint-Clément.
Blason de Le Pont-de-Beauvoisin Pont-de-Beauvoisin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vals du Dauphiné
Maire
Mandat
Michel Serrano
2020-2026
Code postal 38480
Code commune 38315
Démographie
Gentilé Pontois
Population
municipale
3 630 hab. (2017 en augmentation de 3,74 % par rapport à 2012)
Densité 493 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 06″ nord, 5° 40′ 16″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 332 m
Superficie 7,36 km2
Élections
Départementales Canton de Chartreuse-Guiers
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Pont-de-Beauvoisin
Pont-de-Beauvoisin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Le Pont-de-Beauvoisin
Pont-de-Beauvoisin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pont-de-Beauvoisin
Pont-de-Beauvoisin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pont-de-Beauvoisin
Pont-de-Beauvoisin
Liens
Site web mairie-pontdebeauvoisin38.fr

Le Pont-de-Beauvoisin est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné. Elle est adhérente à la communauté de communes Les Vals du Dauphiné depuis le .

La commune, dont le nom officiel s'écrit avec l'article « Le », est dénommée uniquement au niveau local sous le nom de « Pont-de-Beauvoisin » comme en attestent les panneaux routiers placés à l'entrée de la commune, car la ville est l'homonyme de la commune du Pont-de-Beauvoisin, située en Savoie, de l'autre côté de la rivière le Guiers et dont le développement suit un cours parallèle. Un projet est à l'étude dans le but de fusionner les deux communes[1].

Le nombre d'entreprises et d'artisans ébénistes de ces deux communes et de leurs environs font de Pont-de-Beauvoisin, depuis le passage de François Ier, la cité du meuble, dénomination usitée depuis cette date. On peut y visiter le musée de la machine à bois et de l'outillage à main et parcourir chaque année la foire du meuble au mois d'octobre.

GéographieModifier

 
Plan de Pont-de-Beauvoisin (Isère).

LocalisationModifier

Située dans la partie septentrionale du département de l'Isère et en bordure du département de la Savoie, la commune de Pont-de-Beauvoisin se positionne également dans une région de collines dénommée localement sous le nom de Terres froides, au bord du torrent du Guiers, affluent du Rhône.

Son centre-ville se situe à 77 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 55 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 330 km de Marseille et 547 km de Paris[2].

DescriptionModifier

L'agglomération pontoise, située sur la rive gauche du Guiers, est de dimension relativement modeste et se confond facilement avec sa voisine homonyme, très proche et située en Savoie.

Ces deux communes sont séparées par la rivière, aux allures de torrent et présentent toutes les deux des immeubles de taille modeste, serrés les uns contre les autres et construits au cœur des deux villages, mais aussi, un plus grand nombre de petites maisons et de villas éparpillées, de façon moins dense, principalement situées entre le bourg central et les modestes plateaux qui dominent l'agglomération de chaque côté. On peut noter dans les faubourgs de la commune iséroise, la présence d'immeubles de type résidentiel construits durant la seconde moitié du XXe siècle.

La commune est traversée par l'ancienne route impériale 7 qui deviendra, après la chute du Premier Empire, la route nationale 6, dénommée route de Lyon à l'entrée du territoire pontois, puis rue Alexandre Dumas dans la partie centrale de la commune. Cette voie relativement étroite correspond, avec la place de la République, au noyau ancien de la ville dauphinoise. La route franchit ensuite le Guiers en empruntant un pont qui réunit la commune avec sa voisine homonyme.

Communes limitrophesModifier

Le territoire du Pont-de-Beauvoisin est bordé par cinq communes limitrophes, dont deux sont situées dans le département de la Savoie et les trois autres dans le départements de l'Isère.

Géologie et reliefModifier

Le territoire pontois se situe dans la plaine du Guiers à l'ouest des gorges de Chailles, formées par cette même rivière et qui sont l'exemple même d'une cluse typique du relief jurassien[3].

En débouchant dans la vallée très ouverte du Pont-de-Beauvoisin, le Guiers s'étale dans une plaine alluvionnaire datant du quaternaire de la vallée du Rhône. Tout le bassin médian-aval présente des caractéristiques aquifères formées de dépôts de sables, de limons ou de molasses[4].

HydrographieModifier

 
Pont sur le Guiers.

Le territoire de la commune est principalement bordé par un affluent du Rhône, mais il est également sillonné par quelques ruisseaux de longueur et de débit très modestes :

  • Le Guiers est une rivière de type torrentiel, d'une longueur de 50 kilomètres[5] qui marqua autrefois la frontière entre la France et la Savoie, et qui sépare aujourd'hui les deux communes homonymes du Pont-de-Beauvoisin, la commune iséroise étant située sur la rive gauche. La rivière compte également deux affluents au niveau du territoire communal :
    • Le ruisseau du bois des Charmes qui marque la limite avec le territoire de la commune de Saint-Jean-d'Avelanne.
    • Le ruisseau de Putarel qui contourne le domaine du centre hospitalier Yves Touraine.

ClimatModifier

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines à l'ambiance tempérée, de bas plateaux et de collines un peu plus rudes, d'où leur nom de Terres froides. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. En hiver, la bise du nord (dénommée bise noire par les plus anciens) peut favoriser des gelées nocturnes[6].

Tableaux des températures minimales et maximales sur trois annéesModifier

  • 2013
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −1,5 2,2 5,4 8,2 12,3 15,8 14,3 11 10,2 3,3 −2,2
Température maximale moyenne (°C) 5,3 5,2 10,3 16,3 17,3 24,1 29,5 26,8 22,4 18,2 9,4 8,2
Source : Climat de Pont-de-Beauvosin en 2013 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2015
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −0,2 −0,5 3,1 6 10,5 14,3 17 15,1 10,4 6,7 2,47 −0,6
Température maximale moyenne (°C) 7,3 7 13,7 18,4 21,8 27,1 31,5 27,4 21,6 15,6 12,5 9,5
Source : Climat de Pont-de-Beauvosin en 2015 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −3 1,8 2,3 4,4 4,5 9,9 15,7 15,6 9,1 5,7 2,2 −0,4
Température maximale moyenne (°C) 3,4 12,3 16,3 18,1 22,2 28,1 28,1 28,7 20,8 19,1 10 6
Source : Climat de Pont-de-Beauvoisin en 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies de communicationModifier

Voies routièresModifier

- L'autoroute A43

L'autoroute A43 qui relie Lyon à Chambéry passe à proximité des deux communes du Pont-de-Beauvoisin. Deux bretelles autoroutières situées au nord de la commune permet de rejoindre les deux bourgs.

- La route nationale 6 ː

Le territoire communal est traversé par l'ancienne Route nationale 6, venant localement de Lyon et se dirigeant vers Chambéry dans un axe ouest-est.

Cette route qui relie Lyon à Chambéry, puis à la frontière italienne, a été déclassée en route départementale 1006 (RD 1006) dans les départements français de l'Isère et de la Savoie. C'est cette route qui franchit le Guiers au niveau des centre-villes des deux communes homonymes.

- Les autres routes ː

La route départementale 82 (RD 82), qui traverse le bourg, relie la RD 1075 (commune de Chirens, hameau de l'Arsenal) à la commune de Corbelin.

La route départementale 40 (RD 40), qui se raccorde à la RD 80 à la limite septentrionale du territoire communal, relie la commune avec celle de Veyrins où elle rejoint la RD 1075.

Voies ferroviairesModifier

 
Gare nommée Pont-de-Beauvoisin.

Outre la route, elle est desservie par la gare de Pont-de-Beauvoisin, accessible uniquement par le Transport express régional (TER), unique pour les deux villes homonymes, et située en Isère, en dehors du centre-ville, bien que la ligne, souvent à voie unique sur le parcours local, permette au TGV de circuler entre Lyon et Chambéry.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Le centre du Pont-de-Beauvoisin se présente sous la forme d'un bourg ancien aux rues étroites et encadrées par des petits immeubles, généralement composés de deux ou trois niveaux.

L'urbanisation s'est ensuite essentiellement développée dans un axe nord-ouest/sud-est. Entre 1999 et 2006, la croissance annuelle du parc de logement est de 2,6 %, cette augmentation ayant entraîné un accroissement du nombre de logements, portant leur nombre à 2435 en 2006. La première décennie du XXIe siècle présente une forte augmentation de logements collectifs. Le territoire reste cependant très nettement occupé par un grand nombre de maisons individuelles, particulièrement sous la forme de nombreux lotissements. Sur les 22,5 hectares qui ont été urbanisés entre 2000 et 2011 à vocation résidentielle, 15,30 hectares ont été consacrés à la construction de maisons individuelles, représentant ainsi 68 % des constructions de logements durant cette période, la plus grande partie étant liée à de programmes de lotissements, entraînant directement la diminution de la surface de terres agricoles de la commune[7].

Hameaux, lieux-dits et écartsModifier

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers, écarts, lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune du Pont-de-Beauvoisin, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[8].

  • Le Bain
  • Le Mont-Fleuri
  • Le Corbet
  • La Cornière
  • Le Thomassin
  • La Follatière
  • Le Guillon
  • La Ginguette
  • Le Faubourg
  • La Buquine
  • Les Sables
  • Le Giroud
  • La Rebatière
  • La Citadelle
  • le Pré Saint-Martin
  • Les Brosses
  • Le Grabier* Le Coulu
  • Le Marais
  • La Gare
  • Le Pont des Éteppes

Risques naturelsModifier

Risques sismiquesModifier

La totalité du territoire de la commune du Pont-de-Beauvoisin en Isère est située en zone de sismicité no 4 (sur une échelle de 1 à 5), non loin de la zone no 3 située plus à l'ouest[9].

Terminologie des zones sismiques[10]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risquesModifier

ToponymieModifier

Le nom celtique Labisco ou Lavisco (en territoire allobroge) fut sa première dénomination. Le latin de Pont-de-Beauvoisin est Pons Bellovicinus ou Pons Bellivicinus (qui signifie « voisin de guerre »), et l'on trouve dans les écrits[11], Le Pont au IXe siècle, Pont de Belvezin au XIIe siècle, Belvoysin et Biauvoysin au XIIIe siècle.

  • Pont : du latin pontĕm (« pont, passage »),
  • Beauvoisin : de l'adjectif bas latin bellus (« beau ») et vicinium (« voisinage », « village »)[12]. Voisin (vicinus), comme toponyme, est un dérivé du latin vicus (« bourg », « village »)[13].

Les noms officiels tels que définis par le Code officiel géographique pour les deux communes sont « Le Pont-de-Beauvoisin »[14],[15]. Toutefois, depuis le (date du rattachement de la commune de La Folatière), le nom utilisé localement pour les deux communes est « Pont-de-Beauvoisin » en Isère (sans le déterminant) et « Le Pont-de-Beauvoisin » en Savoie. On va donc au Pont (en Savoie) et à Pont (en Isère) localement.

HistoireModifier

 
Le Pont-de-Beauvoisin au XIXe siècle illustrée par Victor Cassien (1808 - 1893).

Particularité historiqueModifier

Pont-de-Beauvoisin est une ville française depuis le rattachement du Dauphiné de Viennois à la France par le Traité de Romans en 1349.

La commune du Pont-de-Beauvoisin, située de l'autre côté du Guiers dans le département de la Savoie, elle, fut rattachée en 1860, avec la Savoie, à la France[16]. Les deux bourgs furent frontaliers et il fallait passer de Pont-de-Beauvoisin à Le Pont-de-Beauvoisin pour passer de France en Savoie.

Préhistoire et AntiquitéModifier

La découverte sur la commune voisine de Domessin, située en Savoie, d'un polissoir et de haches en pierre polie, permet d'indiquer que les rives du Guiers furent habitées à la fin de la période néolithique, durant les IIIe et IVe millénaires av. J.-C.[17]

Moyen Âge et RenaissanceModifier

Époque ModerneModifier

Pont-de-Beauvoisin est une ville frontière et, pour cela, elle est le lieu de certains des exploits de Louis Mandrin[18]. La famille Cléret, basée dans cette ville, a fait fortune au début du XVIIIe siècle à partir de la contrebande d'étoffes indiennes dont l'importation était interdite en France. Elle est avec la famille des frères Paris la seule famille à avoir profité à grande échelle des opportunités de la position transalpine du Dauphiné. L'un des petits-fils, Emmanuel Crétet, deviendra le premier des ministres de l'Intérieur de Napoléon Bonaparte[19] et premier directeur de la Banque de France.

Époque contemporaineModifier

 
Visite d'Édouard Herriot, président de l'assemblée nationale en 1949, lors des manifestations du 600e anniversaire du rattachement du Dauphiné à la France.

Le XXe siècleModifier

Le 6e centenaire du rattachement du Dauphiné à la France a donné lieu en 1949 à une manifestation grandiose dans les deux villes jumelles : tous les bâtiments furent décorés, les habitants déguisés, le tout couronné par une cérémonie présidée par Édouard Herriot, alors président de la Chambre des députés[20].

Le XXIe siècleModifier

Durant l'été 2017, le nom de la commune est cité par les médias nationaux et internationaux dans le cadre de ce qui deviendra « l'affaire Maëlys », celle-ci ayant comme point de départ la disparition inexpliquée d'une fillette de huit ans, Maëlys de Araujo, le dimanche vers trois heures du matin, lors d'une réception de mariage dans la salle des fêtes municipale du Pont-de-Beauvoisin.

Qu'il s'agisse de la victime et sa famille ou du principal suspect de l'affaire et sa famille, aucun des protagonistes de cette affaire n'est pontois, la ville n'étant concernée par cet événement que par le début de l'enquête judiciaire.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le conseil municipal de Pont-de-Beauvoisin est composé de vingt-trois membres, dont le maire, six adjoints au maire et seize conseillers municipaux[21].

Ce même conseil municipal, à l'issue des dernières élections municipales (2020), est divisé en deux groupes d'élus, un groupe représentant la majorité, rassemblé autour du maire et deux groupes d'opposition[22].

Conseil municipal (2014-2020)
Groupe Président Effectif Statut
DVD Michel Serrano 21 majorité
DVC Danielle Bisillon 6 opposition

Liste des maires de la communeModifier

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1941 Alfred Paget SFIO Pharmacien
1941 1945      
1945 1959 Alfred Paget SFIO Pharmacien
Sénateur de l'Isère (1946-1955)
conseiller général (1945-1958)
1977 1989 Yves Touraine RPR Professeur de médecine
Conseiller général (1982-2001)
1989 2008 Georges Yvrai RPR puis UMP Commerçant
2008 2014 François Martinon PS Médecin
2014 En cours
(au 1er août 2020)
Michel Serrano DVD Médecin

Tendances politiques et résultatsModifier

 
Hôtel de ville du Pont-de-Beauvoisin.

Scrutins locauxModifier

2014

Trois listes restaient à départager au cours du second tour des élections municipales de 2014, dont celle du maire sortant, François Martinon (union de la gauche) qui n'a obtenu que 493 voix soit 36,25 % des suffrages exprimés. C'est la liste conduite par Michel Serrano (divers droite) qui a emporté la majorité des sièges avec 626 voix, soit 46,02 % des suffrages exprimés. Une troisième liste (divers gauche) a obtenu 241 voix, soit 17,72 % des suffrages exprimés, le taux de participation étant de 65,73 %[23].

2020

Scrutins nationauxModifier

Voici, ci-dessous, le tableau récapitulatif des deux tours de l'élection présidentielle de 2017 sur l'ensemble des bureaux de vote de la commune du Pont-de-Beauvoisin.

Élection présidentielle de 2017
Candidat 1er tour 2e tour
Le Pont-de-Beauvoisin
(Isère)
Ensemble
de la France
Le Pont-de-Beauvoisin
(Isère)
Ensemble
de la France
Emmanuel Macron 21,25 % 24,01 % 57,72 % 66,10 %
François Fillon 17,36 % 20,01 %
Jean-Luc Mélenchon 21,84% 19,58 %
Marine Le Pen 24,48 % 21,30 % 42,28 % 33,90 %
Benoît Hamon 5,47 % 6,36 %
Votants 81,24 % 77,77 % 78,59 % 74,56 %

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[27].

En 2017, la commune comptait 3 630 habitants[Note 1], en augmentation de 3,74 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5051 4821 5431 8492 1392 1252 2682 2142 394
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0561 8711 8731 7841 8451 8832 0672 0322 010
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0102 0572 1201 9252 0111 9071 9172 0232 053
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 9352 7162 7962 5642 3692 5043 0533 1283 499
2017 - - - - - - - -
3 630--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

 
Bâtiment des écoles communales du Pont-de-Beauvoisin.

Le Pont-de-Beauvoisin est située dans l'académie de Grenoble.

La ville administre :

La ville héberge deux collèges :

  • Collège public Le Guillon[32]
  • Collège privé Jeanne D'Arc[33]

ainsi que deux lycées :

  • Lycée public Charles Gabriel Pravaz[34].
  • Lycée privé du Guiers - Val d'Ainan[35].

Établissements culturelsModifier

La salle des fêtes communale (dénommée également "Salle polyvalente") est située près de la mairie de la commune, non loin du centre-ville. La mairie la tient à la disposition des associations locales et de ses administrés pour y organiser des festivités, des manifestations publiques et des cérémonies privées.

Établissements sanitaires et sociauxModifier

Le Centre Hospitalier Yves Touraine

Cet établissement public de santé porte le nom d'un médecin et chirurgien, ancien maire de la commune et conseiller général du canton. Cet hôpital local, qui a été créé en 1936 et compte 220 lits, est implanté au nord-ouest du territoire communal. l'établissement comprend un service d'urgences, des services de médecine de court et moyen séjour et possède plusieurs plateaux techniques (service de soins, d'imagerie médicale et de rééducation). Il bénéficie également de la présence d'un centre périnatal de proximité et de plusieurs services de consultations externes[36].

En parallèle avec sa mission sanitaire, l'hôpital comprend également un service médico-social, la Maison de Retraite "Les Mésanges", un EHPAD dont la capacité d'accueil est de 93 lits[37]

Équipements et activités sportivesModifier

MédiasModifier

Presse écriteModifier

Le Dauphiné libéré

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition Voironnais-Chartreuse, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

CultesModifier

Culte catholiqueModifier

La communauté catholique et l'église du Pont-de-Beauvoisin (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint-Jacques de la Marche qui comprend vingt autres églises du secteur. Cette paroisse est rattaché au diocèse de Grenoble-Vienne[38].

Autres cultesModifier

ÉconomieModifier

Revenus et fiscalitéModifier

EmploisModifier

Secteurs industriel et commercialModifier

La principale zone d'activité industrielle et commerciale de l'agglomération (dite de la Baronnie) se situe dans la commune voisine et homonyme, près le versant savoyard du Guiers, de l'autre côté du nouveau pont.

La commune iséroise, héberge depuis 2015 une zone commerciale de taille plus modeste, mais en plein développement, située dans le quartier de la Folatière. Ce secteur hébérge quelques enseignes de la grande distribution, notamment un supermarché et un hypermarché[39].

TourismeModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Anciennes inscriptions publicitaires (restaurées) sur la façade de l'ancien bazar.
 
Plaque de la rue centrale.

Une fresque (restaurée) rappelle le Bazar du Travail des Prisons, sur le bâtiment en face du bâtiment la poste, dans lequel étaient vendus les objets fabriqués par les bagnards.

Place et hallesModifier

La commune comprend deux places et la trace d'une ancienne halle :

  • la place de la République, en partie piétonne et hébergeant une fontaine, la place se situe au centre du bourg ancien,
  • la place du théâtre de verdure qui comprend, du côté de la route, son monument aux morts. C'est aussi le lieu des expositions agricoles,
  • le Théâtre-Halles de la ville, bâtiment détruit dans les années 1960 et dont les traces (colonnes de pierre) ont été utilisées et sont encore visibles sur certains monuments comme le Théâtre de verdure.

Les rues de la communeModifier

La rue de l'ancien collège est l'une des rues les plus étroites de la commune.

La rue Alexandre-Dumas, ainsi nommée en souvenir d'un résistant local (né dans la commune en 1898 et mort le en déportation), « victime du fascisme », ne fait pas référence à l'écrivain Alexandre Dumas[40].

Église Saint-ClémentModifier

L'église Saint-Clément est située sur la place du même nom, elle a gardé son orientation (abside) plein ouest. Datant du XVe siècle, l'église fut reconstruite en 1760 et la plupart des douze chapelles qui la composaient ont disparu[41].

Le pontModifier

La ville doit son nom au pont François Ier. L'ouvrage traverse le Guiers, rivière locale qui sépare les deux villes au même nom, l'une en Savoie, l'autre en Isère.

Ce pont, initialement en bois, fit l'objet d'un projet en pierre, datant de 1543, établi sous le roi François Ier (d'où son nom) mais il ne fut réalisé qu'en 1583, après sa mort. En dos d'âne, il fut reconstruit avec un tablier plat pour permettre le passage des carrosses. Détruit en 1940 pour s'opposer au passage des troupes d'occupation, il fut reconstruit avec des méthodes modernes (longerons métalliques) et recouvert d'une partie des pierres initiales. Le reste des pierres est encore visible dans le cours d'eau, depuis le pont[42].

 
Le pont en 1835.
 
Le pont démoli en 1940.
 
Reconstruction en 1945.

Patrimoine culturelModifier

Visite patrimonialeModifier

Un circuit concernant les deux villes homonymes par l'intermédiaire d'un livret, accompagné d'un plan est disponible à l'office de tourisme commun pour explorer les différents sites historiques et les sites remarquables. Il existe également un livret réservé aux enfants[43]

Musées locauxModifier

Il existe deux musées sur le territoire de la commune :

  • Le musée de la Résistance régionale et de la Déportation
Ce lieu a été créé par un groupe d'ancien résistants locaux avec comme objectif principal de « léguer à la postérité le souvenir de ce qu’a été le combat des résistants face au nazisme et au régime de Vichy ».
Des photographies et des documents inédits relatant cette époque historique au niveau local sont présentés sur le site. Il existe des possibilités de visites commentées par d'anciens résistants[44].
  • Le musée de la machine à bois et de l'outillage à main
Ce lieu, unique en France, se situe dans le centre ville de la commune. Il restitue l'ambiance d'un atelier d'ébénisterie de la première moitié du XXe siècle et permet de comprendre pourquoi la ville du Pont-de-Beauvoisin, fut reconnue comme « Cité du Meuble » depuis le roi François Ier[45]. Ce musée possède un site internet et la visite individuelle est libre[46]
  • Musée disparu : Le musée pontois[47], musée de la vie quotidienne locale, de 1981 à sa fermeture à la suite de la démolition du bâtiment communal[48] qui l'hébergeait et au transfert de ses fonds à la mairie.

Le Pont-de-Beauvoisin dans les ArtsModifier

Le Pont-de-Beauvoisin en littératureModifier

La commune est citée dans les nouvelles :

  • Le Bonbon à la menthe, O bouteille, o château ! et L'Ombre de Guignol de Jack Chaboud ;
  • La Petite Brocante intime, collectif avec Philippe et Martine Delerm, Anne et Didier Convard... Le Pré aux Clercs, 1999 ; Pocket, 2000 ; Club Français du livre, 2001 ; Flammarion, 2006.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Emmanuel Crétet (1747-1809), homme politique inhumé au Panthéon, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Antoine Balland (1751-1821), général des armées de la République, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Charles Gabriel Pravaz (1791-1853), chirurgien orthopédiste, inventeur de l'aiguille creuse, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Georges Bally (1935-2016), député de l'Isère, né et mort au Pont-de-Beauvoisin.
  • Pierre Fournier (1937-1973), journaliste et dessinateur pamphlétaire. Il vécut dans la commune, avec ses parents, instituteurs, nommés au Pont en 1945.
  • Henri Bertholet (1946), homme politique, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Stéphane Brosse (1971-2012), skieur-alpiniste, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Bryan Cantero (1991), athlète, né au Pont-de-Beauvoisin.
  • Nordahl Lelandais, tueur en série présumé, affaire Maëlys à Le Pont-de-Beauvoisin.

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
Parti au 1er d'azur au dauphin d'argent, barbé, crêté, lorré, oreillé et peautré de gueules ; au 2e, de gueules à trois roses (quintefeuilles) d'or[49].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Site Le dauphiné libéré du 22/09/2015, page sur la fusion éventuelles des communes du Pont-de-Beauvosin
  2. Site annuaire-mairie, page sur les Distances des grandes villes avec Le Pont-de-Beauvoisin
  3. Site géol-alp, page sur les gorges de Chailles
  4. [Site DSC du Guiers, page le bassin versant du Guiers]
  5. Site sandre, fiche sur le Guiers
  6. Site Persée Le climat de 1927 en Savoie
  7. PLU de Pont-de-Beauvoisin
  8. Site géoportail, page des cartes IGN
  9. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité.
  10. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance.
  11. Notice sur le nom de la ville
  12. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 384 ( (ISBN 2600028838)).
  13. Alain Derville, La Société française au Moyen Âge, Page 41 ( (ISBN 2859396217)).
  14. Commune du Pont-de-Beauvoisin (38315), Insee, consulté le 7 janvier 2020.
  15. Commune du Pont-de-Beauvoisin (73204), Insee, consulté le 7 janvier 2020.
  16. Site de la mairie du Pont-de-Beauvoisin, page Histoire
  17. Site de la commune de Domessin, page Histoire et Patrimoine
  18. Voir l'histoire détaillée des villes des deux Pont sur mille ans, sur le site du Musée pontois.
  19. La Savoie au XVIIIe siècle : Noblesse et bourgeoisie. Jean Nicolas, Ed. La Fontaine de Siloé, 2004 (ISBN 2842062221 et 978-2842062224).
  20. Photos des commémorations, sur le site du Musée pontois.
  21. Site de la mairie du Pont-de-Beauvoisin, page sur les élus de la commune
  22. Site ledauphine.com , Résultats Elections Municipales 2020 - 1er tour
  23. Site annuaire mairie, page sur le résultat des élections municipales de 2014 au Pont-de-Beauvoisin
  24. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES> Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  25. Site de la commune d'Erbach.
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  30. Site de l'Éducation nationale, page sur l'école maternelle
  31. Site de l'Éducation nationale, page sur l'école primaire Lucien Morard
  32. Site de l'Éducation nationale, page sur le collège Le Guillon
  33. Site du Collège privé Jeanne d'Arc
  34. Site de l'académie de Grenoble, page sur le lycée public Charles Gabriel Pravaz
  35. Site du lycée privé du Guiers
  36. Site du CH de PB, page d'accueil
  37. Site du CH de PB, page sur la maison de retraite
  38. Site messe info, page sur la paroisse Saint-Jacques de la Marche
  39. Site Isa.com, page sur le centre commercial de PdB isère
  40. GGogle livre, "Totor chez les F.T.P.: ou la Résistance vécue", par l'abbé More, consulté le 6 mai 2020.
  41. Site gallica de la BnF, livre "Histoire du Pont de Beauvoisin, chapitre VI
  42. Photos du pont démoli et de sa reconstruction
  43. Site Vals du Dauphiné, page "Circuit "Une histoire, deux villes"
  44. Site isère Tourisme, page sur le musée de la Résistance régionale et de la Déportation
  45. Site isère tourisme, page sur le musée de la machine à bois
  46. Musée de la machine à bois et de l'outillage à main
  47. Site web du musée
  48. Historique et vues des collections du musée avant sa fermeture
  49. Site de la commune