Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerdan.

Marcel Cerdan
Image illustrative de l’article Marcel Cerdan
Marcel Cerdan le .
Fiche d’identité
Nom complet Marcellin Cerdan[1],[2]
Surnom Le bombardier marocain
L'homme aux mains d'argile
Nationalité Drapeau de la France Française
Date de naissance
Lieu de naissance Sidi Bel Abbès (Algérie)
Date de décès (à 33 ans)
Lieu de décès São Miguel, Açores (Portugal)
Taille 1,69 m (5 7)[3]
Catégorie Poids welters / moyens
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 123
Victoires 119
Victoires par KO 61
Défaites 4
Matchs nuls 0
Sans décision 0
Titres professionnels Champion du monde poids moyens (1948-1949)

• Champion d'Europe EBU poids moyens (1947-1948)

• Champion de France poids moyens (1945-1946)

• Champion d'Europe EBU poids welters (1939-1942)

• Champion de France poids welters (1938-1941)

Marcel Cerdan est un boxeur français né le à Sidi Bel Abbès en Algérie et mort le dans un accident aérien survenu au-dessus de l'archipel des Açores.

Sous l'impulsion de son père, Marcel Cerdan débute la boxe anglaise sur un ring installé au milieu de la salle de bal du café familial à Casablanca au Maroc. Il y passe sa jeunesse, abandonnant rapidement l'école pour travailler. En 1933, il devient boxeur professionnel et effectue ses premiers combats au milieu des années 1930 en Afrique du Nord. Surnommé « le bombardier marocain » ou « l'homme aux mains d'argile », il se fait un nom en France à partir de 1938. Champion de France en mi-moyens à trois reprises puis champion d'Europe, Cerdan est également un footballeur talentueux, sélectionné en équipe nationale marocaine.

De retour sur les rings en après dix-huit mois d'absence, Marcel Cerdan conquiert à nouveau le titre européen des poids mi-moyens, multiplie les combats et les succès jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Descendant d'une catégorie en poids moyens, il gagne les titres de champion de France, d'Europe et du monde entre 1946 et 1948. Victorieux sur les rings outre-atlantique, son succès par KO technique contre Tony Zale sur le ring du Roosevelt Stadium lui offre un accueil de héros national à son retour en France. Compagnon d'Édith Piaf, sa notoriété dépasse le cadre sportif et le voit tourner dans plusieurs œuvres cinématographies. Il meurt soudainement et tragiquement au sommet de la gloire dans l'accident du vol Paris-New York dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Marcellin Cerdan naît le à 21 h dans le quartier du « Petit Paris » de Sidi Bel Abbès en Algérie[note 1],[b 1],[m 1],[4]. Il est le quatrième et dernier garçon d'Antonio Cerdán (1880-1946)[note 2] et Assomption Cascales (1886-1934), qui auront également une fille deux ans plus tard[b 2]. Ses trois frères aînés se prénomment Vincent, Antoine, Armand, sa sœur cadette Clotilde[m 1],[5]. Ses deux parents ont des origines espagnoles : son père vient de Valence et sa mère est née à Sidi Bel Abbès de parents, Pedro Cascales et María Amorós, originaires du village d'Abanilla, près de Murcie[6]. Les deux familles ont émigré de l'autre côté de la mer Méditerranée[Lequel ?] au XIXe siècle, attirées par la promesse d'une vie meilleure[b 2]. À la naissance de Marcellin, son père est journalier et sa mère sans profession[b 1],[b 2].

Au début des années 1920, Antonio démontre un sens des affaires désastreux à la tête d'une boucherie-charcuterie qu'il a repris à son beau-frère parti s'installer à Casablanca[m 1],[b 1],[7]. La famille vit dans l'extrême pauvreté, l'argent manque pour tout[b 1]. Un matin en 1921, un cousin d'Antonio Cerdán lui rend visite et lui loue le développement économique de Casablanca sous l'impulsion du Général Hubert Lyautey[b 2]. L'année suivante, le père de famille décide d'installer sa famille au Maroc — alors sous protectorat français — dans le quartier Mers Sultan. Perchés sur une camionnette, la famille traverse Oujda, Fès, Meknès, et Rabat jusqu'à Casablanca[b 1]. Elle s'installe dans un quartier déshérité appelé « Cuba » où des baraques ont été construites à côté de la mer[m 1]. Son père y poursuit ses affaires et acquiert un café-bal dans lequel il organise tous les jeudis des exhibitions de boxe avec ses fils en tête d'affiche[m 1],[r 1].

Le jeune Marcellin, enfant pourtant chétif[m 2],[3], y dispute son premier combat de boxe à l'âge de huit ans[2]. À dix ans, il boxe au cinéma Majestic, comme ses frères, et oblige son jeune adversaire à se réfugier derrière l'arbitre, remportant en guise de victoire une paire d'espadrilles et la barre de chocolat pourtant promise au vaincu[m 3],[b 1],[7]. Toute sa famille et ses amis le surnomment alors Marcelino[3]. Il apprend l'arabe et l'espagnol mais n'aime pas l'école et est happé dans les parties de football jouées dans la poussière du quartier de Maârif[m 4],[3]. Enfant de la rue, Marcelino vit dehors, court, joue à cache-cache entre les fiacres et parfois se bagarre[b 1],[m 2]. Il ne fréquente l'école communale de la Maison Blanche qu'à l'heure du réfectoire, ratant son certificat d'études primaires et quittant l'école à onze ans[r 2]. Il travaille alors pour aider sa famille, d'abord comme coursier au magasin de cycle Bargasse puis rapidement comme apprenti-mécanicien dans un garage Renault[b 1],[r 3]. Affecté au graissage des pont-arrières, il passe ses journées à dormir sous les châssis si bien qu'après quelques jours, il est viré et devient aide-plombier[r 3]. Après avoir égaré la boîte à outils, il démissionne pour sauver son honneur[r 3]. Redevenu coursier, il est de nouveau viré après qu'il se soit fait voler le vélo que lui prêtait son employeur alors qu'il jouait au football[r 3]. S'il fait de nouveaux essais comme commis aux Chantiers du Maroc en tant qu'apprenti-électricien puis vulcanisateur[3],[b 1], son père a conscience que Marcel a de l'or dans les poings qui le destine à la boxe.

Carrière de boxeurModifier

L'espoir casablancais (1933-1937)Modifier

 
Photographie de Marcel Cerdan dans Le Petit Marocain en mars 1936.

Marcel Cerdan suit les traces de ses trois frères aînés, Vincent et Antoine, champions d'Afrique du Nord des poids plumes, ainsi qu'Armand, champion du Maroc poids coqs[7]. L'aîné Vincent est parti tenir un restaurant, Antoine ayant décidé de devenir électricien et Armand s'étant blessé sévèrement au genou, le fils cadet de la famille est la dernière option du Père Cerdan pour obtenir un salaire supplémentaire[r 1],[5]. Son père signe tous les combats qui se présentent, que Marcel remporte avec une remarquable facilité[b 2], et encaisse l'intégralité des gains[7]. Le , Marcel Cerdan dispute son premier combat professionnel à l'âge de seize ans au « Petit Central » de Casablanca[r 4],[b 3]. Il y domine aux points l'Espagnol Gomez, 18 ans, ce qui rapporte à son père deux cents francs et une montre[r 4],[b 1],[7].

Après ce premier combat, Antoine Cerdan pousse son fils à s'entraîner auprès de Lucien Roupp[r 1]. Ce dernier a installé en 1932 une salle d'entraînement dans le garage qu'il vient d'acquérir et dirige une petite écurie de boxeurs[r 1]. À l'entraînement, Marcel Cerdan est toujours escorté par son père qui le regarde sans indulgence depuis le bord du ring[r 5]. Lorsqu'il ne l'accompagne pas, le jeune boxeur ne met pas les pieds à la salle et y préfère les terrains vagues où il joue au football[r 4]. Les huit premiers combats professionnels de Marcel Cerdan, disputés entre 1933 et 1934, ne seront jamais reconnus et ne figurent pas à son palmarès officiel[7]. Cerdan enchaîne contre Young Gitan à Rabat, Bob Obadia à Fès et à Casablanca puis contre Klee à Marrakech[b 1],[8].

En , le boxeur français domine Marcel Bucchianeri dans son premier combat officiel reconnu mais le ménage, ne gagnant qu'aux points[b 1],[7]. Cerdan n'aime pas faire mal et n'aime pas la boxe, sport auquel il préfère nettement le football[7],[9]. Moins d'une semaine après son premier succès, son père lui impose un deuxième combat, contre Léon Benazra, qu'il remporte avant la limite par arrêt de l'arbitre dans la cinquième reprise[b 1]. Le , le Casablancais impressionne contre Max Privat, qu'il contraint à mettre un genou au sol dès la deuxième reprise avant de conclure en cinq rounds[r 6],[b 1],[10],[11],[12]. Le , jour de son dix-neuvième anniversaire, sa mère meurt dans sa maison[r 7],[b 1]. Bien qu'il n'ait aucune indépendance financière, Marcel prend une chambre meublée dans le quartier du Maârif[b 1]. Le , Cerdan bat Francesco Mestre aux points à Casablanca[13].

En , Lucien Roupp cède à l'insistance du Père Cerdan pour organiser le combat entre Marcel et Antoine Abad, excellent boxeur de la même écurie[r 7]. La soirée est une grande réussite et attire une large foule, si bien qu'elle fait céder la caisse mobile, envahissant la salle sans débourser le prix du billet d'entrée[r 7]. Mis en difficulté en fin de combat, au bord de l'évanouissement, Marcel Cerdan obtient la victoire par décision arbitrale[r 8]. Après plusieurs affrontement au Maroc, le jeune Cerdan combat pour la première fois à Alger en face à Aissa Attaf qu'il bat par knock-out en trente-deux secondes[b 1],[4]. La ville d'Alger est alors la vitrine de la boxe nord-africaine, les réunions y sont scrutées par les organisateurs parisiens[b 2]. Sa première performance algéroise impressionne et les propositions se multiplient[b 2]. Sous la direction de son père, il accepte une revanche face à Attaf en , un succès par abandon, et poursuit sa séduction du public algérois deux semaines plus tard face à Maurice Naudin, ancien champion de France[b 2],[4]. Opposé à deux reprises à Omar Kouidri, d'abord à Rabat le puis à Alger le , Cerdan obtient de justesse deux nouvelles victoires lors de rudes batailles[b 2],[r 9]. Lors du deuxième affrontement, Marcel se fracture la main droite, l'obligeant à un repos de trois mois[b 2],[r 9].

À son retour sur les rings, le 3 juillet, Cerdan affronte et bat un boxeur peu connu, Ali Omar, en cinq reprises, dans un hall de la Foire d'Alger presque vide[b 2],[r 9]. Revenu à Casablanca, Marcel semble silencieux et soucieux, il avoue après plusieurs jours s'être fait avoir en ayant signé un contrat en blanc pour cinq ans[b 2],[r 10]. Son père, furieux, trouve une faille en discutant avec Lucien Roupp : la signature n'est pas valable car le jeune boxeur n'est pas encore majeur, à quelques jours près[note 3],[b 2],[r 10]. Le jour des 21 ans du boxeur, le clan Cerdan cède, comme prévu de longue date, tous pouvoirs à Roupp pour contracter au nom du boxeur[note 4],[b 2],[r 10]. En , à la veille de son opposition avec Marcel Bouaziz, aussi connu sous le nom de Kid Marcel, à Oran, Marcel Cerdan est victime d'une diarrhée[r 12]. La maladie ne l'empêche pas de dominer nettement Kid Marcel aux points[b 1]. Quelques semaines plus tard, à Casablanca, le boxeur nord-africain[Lequel ?] valide son billet pour Paris en battant le champion tchécoslovaque Eddy Rabak, surnommé le « Carpentier tchèque »[r 12],[b 1],[14]. Cerdan fait tomber son adversaire à six reprises, la première fois au bout de quarante secondes, et prouve par cette victoire par KO qu'il mérite de traverser la mer Méditerranée[b 1].

Des débuts parisiens au titre européen (1937-1939)Modifier

 
Suivi par son coéquipier Abad, Marcel Cerdan entre dans la salle Wagram en septembre 1938 pour y affronter Al Baker.
 
Tête baissée, Marcel Cerdan (à droite) fonce inlassablement à l'attaque. Le visage de son adversaire, l'Italien Saverio Turiello exprime un commencement de lassitude.
 
Sacré champion d'Europe un mois plus tôt, Marcel Cerdan signe des autographes à des admiratrices à Colombes en juin 1939.

Lucien Roupp embarque ses boxeurs casablancais à Paris en après avoir écumé l'ensemble des plateaux nord-africains[r 13]. La bande s'installe au camp d'entrainement du Vélo Club de Levallois de Paul Ruinart à La Celle-Saint-Cloud. À Paris, l'entraîneur rencontre Paul Lafrance, le matchmaker du promoteur sportif américain Jeff Dickson, grand patron du Palais des Sports et de la Salle Wagram, qui va déclencher les « années folles du Vel'd'Hiv »[r 13]. Après plusieurs journées à jouer ensemble au 421, Lafrance propose à Roupp une rencontre franco-marocaine avec ses quatre boxeurs[r 13]. Cerdan débute à Paris le à la Salle Wagram contre Louis Jampton qu'il domine aux points[15]. Deux semaines plus tard, le Marocain enchaîne laborieusement face à Jean Morin, toujours affaibli par ses mains fragiles[16],[17].

De retour en terres parisiennes au début de l'année 1938, Marcel Cerdan enchaîne les combats. Le , il impressionne face à Charles Feodorowich[18]. Rapidement, Cerdan prouve sa supériorité par sa vitesse et sa précision, mettant trois fois au tapis Feodorowich dans la première reprise avant de mettre un terme au combat dans les premières secondes du deuxième round[18]. La semaine suivante, opposé au boxeur polono-américain Eddie Ran, Cerdan riposte à une droite de son adversaire par un violent enchaînement qui le met K.O. debout dans la deuxième reprise[r 14],[19],[20]. Sur sa lancée, le Casablancais bat le Grec Zydès, pour son troisième succès en autant de semaines à la Salle Wagram[21],[22]. Privé de sa main gauche après le cinquième round, il fait abandonné le valeureux et combatif Zydès dans la neuvième reprise[21].

Un mois plus tard, le , au cinéma Vox de Casablanca, Cerdan dispute à Omar Kouïdri son titre de champion de France des poids mi-moyens[r 15],[23],[24],[25],[26]. Touché au visage dans la deuxième reprise, glissant dans la quatrième, Marcel Cerdan débute le combat timidement avant de prendre l'avantage en milieu de rencontre, touchant à l'œil droit Kouïdri[23]. Dans la sixième reprise, Cerdan le prend à défaut d'un « une-deux » et manque de peu le K.O.[25]. Touché sur un coup de tête dans le dixième round, ouvrant l'arcade sourcilière de son adversaire dans la suivante, le Casablancais domine globalement une véritable bataille qui va à son terme[23],[25]. Touché, saignant, Cerdan remporte aux points le titre de champion de France[23]. Ce succès entraîne un délire joyeux, son père allant jusqu'à offrir gracieusement l'étalage de sa boucherie à la foule pour célébrer le titre[r 15].

Cerdan enchaîne le devant 8 000 personnes réunies dans le hall de l'Automobile de la Foire d'Alger, dominant nettement l'Algérois Pernot aux points[27],[28]. De retour à Paris, Cerdan confirme contre le champion tchèque Eddy Rabak, l'envoyant deux fois au tapis avant de le battre aux points[29],[30]. À la suite de ces victoires, le promoteur Jeff Dickson veut faire de Marcel Cerdan la vedette du Vel'd'Hiv'[r 16]. En mai, le champion combat le Nordiste Gustave Humery, l'un des meilleurs boxeurs français de l'époque[r 17],[31],[32]. Sur toute la première partie du combat, le boxeur marocain est dominé et encaisse de trop nombreux coups[r 17],[32]. Pourtant, après avoir vu ses jambes flanchées et montrer des faiblesses[33],[34], c'est Cerdan qui conclut le combat en foudroyant son adversaire d'une droite dans la sixième reprise[r 17],[32]. Dans son vestiaire après la rencontre, le boxeur avoue à son entraîneur connaître les raisons de son malaise de début de rencontre : deux grands bols de mayonnaise auxquels il n'a pas su résister dans l'après-midi[r 18].

Après l'été 1938, passé au nord de l'Afrique avec deux nouveaux succès contre Jean Morin[35],[36] et Victor Deckmyn[37],[38], Cerdan réussit sa rentrée parisienne à la mi-septembre dans la Salle Wagram contre le Belge Al Baker qu'il bat aux points[39],[40]. Après que les pourparlers pour disputer le championnat d'Europe poids mi-moyens face à Felix Wouters aient échoués[41], les organisations Dickson n'arrivent pas à lui mettre sur pied un combat convenable et l'oppose le à l'Italien Amedeo Deyana qu'il bat non sans mal par décision des arbitres[42],[43]. Deyana est musclé comme un lutteur et tellement poilu qu'il en faisait peur à Cerdan, ce dernier évitant les contacts avec les poils de son adversaire, s'attirant les sifflets de la foule[r 19].

En , Marcel Cerdan se déplace pour la première fois à l'étranger, à Londres en Angleterre, pour affronter Harry Craster. Dès le début de l'opposition, le « bombardier marocain » domine les échanges[r 20],[44],[45],[46]. Au début du cinquième round, Craster s'écroule et est compté par l'arbitre jusqu'à 3 avant que ce dernier ne change de décision et mette fin au combat pour un coup bas[r 20],[44],[45]. Cette décision est mal accueillie par le public anglais qui applaudit le Français[46]. Après ce revers, le boxeur français indique à la presse : « Je n'y comprends rien, je ne l'ai même pas frappé quand il est tombé. Je suis navré mais j'ai la conscience parfaitement tranquille »[45]. Pour Ted Broadribb, cité dans L'Auto : « Cette injustice rend Marcel Cerdan aussi populaire ici que s'il avait gagné »[45].

Cerdan enchaîne avec un net succès aux points sans impressionner à Alger aux dépens de l'Italien Ercole Buratti[47],[48],[49]. Le Français n'est pas enjoué par cette rencontre contre son bon ami Buratti, il lui évite le knockout et lève les huées de la foule[r 21]. Contre le Belge Al Baker deux semaines plus tard, il mesure sa puissance pour le battre avant la distance sans lui faire de casse[r 22],[50]. Toujours en février, Cerdan est opposé au champion d'Europe de la catégorie, l'Italien Saverio Turiello, au Palais des Sports de Paris, sans que la ceinture européenne ne soit en jeu[r 23],[51],[52]. L'Italien reste debout jusqu'au terme du combat grâce à ses esquives et sa malice, touchant même Cerdan à l'arcade gauche mais s'incline nettement aux points face à l'allant de Marcel[r 23],[52].

Marcel Cerdan se voit opposer en mars à un grand défi sportif : affronter le champion belge Felix Wouters dans le Palais des Sports de Bruxelles acquis à la cause de son adversaire dans un combat en douze reprises arbitré par un officiel et trois juges bruxellois[53]. Attaquant sans cesse en multipliant les crochets, souvent dans le vide, Cerdan domine une grande partie du combat, avant de faiblir dans les dernières minutes[53]. Si la décision est sifflée par le public, les cartes donnent une victoire unanime au Français par une marge conséquente que ni la presse belge ni le manager de Wouters ne conteste[53]. Devant le boxeur allemand Gustav Eder, venu en spectateur, Cerdan renforce sa domination en Europe[53].

Fin mai, Cerdan descend dans la catégorie des poids moyens pour affronter Roger Cadot aux arènes du Rond-Point du Prado à Marseille[54]. Imposant par la puissance de ses coups qui boursouflent le visage de son adversaire, Cerdan l'oblige à abandonner avant la limite dans la sixième reprise[54]. Avec ce combat, duquel il sort indemne, le boxeur de 23 ans prépare parfaitement son championnat d'Europe disputé deux semaines plus tard en Italie, à Milan, en terre fasciste[55],[56]. Opposé à Saverio Turiello, qu'il a battu trois mois plus tôt, Marcel Cerdan s'impose nettement aux points dans un combat de quinze reprises[55]. Plus valeureux à domicile qu'à Paris, Turiello se défend intensément mais Cerdan, plus rapide, finit par triompher, imposant une épreuve de force dans la treizième reprise à l'Italien de laquelle il sort affaibli[55]. Les spectateurs italiens ovationnent le Français, le portent même en triomphe à sa descente du ring[r 24].

Après ce titre, Cerdan prend du bon temps, visite Venise et les lacs italiens, participe à quelques bons déjeuners et dîners à Paris avec amis et admirateurs avant de rejoindre par la route Marseille pour combattre deux semaines seulement après son sacre européen[r 25],[57]. Il est en effet la tête d'affiche d'une réunion marseillaise après l'annulation du combat d'Edouard Tenet pour un forfait de dernière heure de son adversaire[57]. Retrouvant Cleto Locatelli, auquel son promoteur a promis un combat plus tôt dans l'année, Cerdan semble peu préparé mais s'impose sans surprise au terme des dix reprises[57]. Après avoir mis au tapis l'Italien dans le premier round, Cerdan est bloqué à de nombreuses reprises et n'arrive pas à le conclure avec le son de cloche final[57]. Alors qu'il espère rencontrer Henry Armstrong aux États-Unis, la Seconde Guerre mondiale survient et l'empêche de poursuivre son ascension internationale[b 1],[58]. Sous les conseils de Lucien Roupp, le boxeur regagne Casablanca où il est mobilisé dans la marine[r 25],[3].

Le bombardier marocain bloqué par la guerre (1939-1945)Modifier

En , Marcel Cerdan est estafette lorsque le Pluton explose dans le port de Casablanca[r 26]. Il échappe de peu au drame, ayant apporté un pli au commandant seulement une heure auparavant[r 26]. Démobilisé après l'armistice du 22 juin 1940, le boxeur profite de la vie sans le régime et la discipline de la boxe anglaise[r 27]. Lorsqu'il reprend les chemins de la salle d'entraînement, il a perdu sa vitesse d'exécution et sa forme, qui revient peu à peu[r 27]. Son entraîneur envisage une tournée en Amérique du Sud pour trouver des adversaires et obtient l'accord du Ministre des Sports du gouvernement de Pierre Laval Jean Borotra pour se rendre en Uruguay[r 27]. Cerdan ne va cependant pas plus loin que l'Espagne, son appétit ne survit pas aux restrictions alimentaires espagnoles après l'impossibilité pour lui de monter à bord du paquebot, plein, qui le pousse à attendre la traversée suivante un mois plus tard[r 27]. Il choisit de retourner au Maroc et participe à différents galas en Afrique du Nord au début de l'année 1941[r 27]. Le à Alger, Marcel Cerdan met Young Raymond KO dès le premier round[3],[59],[60]. La revanche une semaine plus tard à Casablanca donne un résultat identique, en six reprises cette fois-ci[61],[62]. S'il retrouve les rings, il doit se contenter de combats en France et en Afrique du Nord et est interdit de jouer le titre mondial en Amérique[56]. Il remet les pieds en France métropolitaine en pour battre le Toulonnais Joe Brun en deux rounds à Marseille[r 28].

Roupp fait une nouvelle requête à l'État français pour aller combattre en Amérique du Nord[r 28]. Celui-ci pose deux conditions : un stage d'un mois au collège d'Antibes et un combat au profit des prisonniers de guerre[r 28]. Le , le Casablancais honore son accord au Casino municipal de Vichy face au Suisse Roby Seidel. Cerdan s'impose d'une manière particulière puisque ce dernier traverse les cordes sur un crochet du droit et chute hors du ring d'une hauteur de 1,5 m[63],[64]. Cerdan se précipite hors du ring pour aider son adversaire à se relever mais Seidel ne peut reprendre le combat et est mis hors combat[r 29],[65]. Le bombardier marocain offre sa bourse du nouvel an à la Croix-Rouge française mais le Commissariat aux Sports n'honore pas sa part de l'accord et lui indique qu'il a seulement le droit de se rendre en Amérique du Sud[64].

En pleine forme, Marcel Cerdan bat Fred Fleury à Nice en [r 30],[66]. Alors que Vichy lui accorde le droit de s'envoler pour les États-Unis, Paris lui interdit formellement tout départ pour l'Amérique par un télégramme laconique rendu public par voie de presse[r 30]. En avril, Cerdan doit se résoudre à boxer à Paris où il retrouve Gustave Humery qu'il a déjà battu avec difficulté[r 31],[67],[68]. Ce deuxième acte entre les deux hommes tourne court[68]. D'un enchaînement gauche-droit précis, Cerdan foudroie son adversaire après douze secondes[67],[68],[69]. Humery reste inerte, et si Cerdan l'aide à se transporter dans son coin, il reste de longues minutes inanimé sur sa chaise[68]. Dans le coma, il est emmené à l'infirmerie du Vélodrome d'Hiver puis à l'hôpital Boucicaut[r 31],[67],[68],[70]. Une heure plus tard, Cerdan déclare avec émotion : « Je n'ai pas réalisé tout de suite que je l'avais « endormi » de la sorte. Mais au vestiaire, où j'ai tenu à rester jusqu'à ce que mon adversaire fût complètement revenu à lui, j'ai [eu] peur »[67] avant de passer plusieurs heures à son chevet dans la soirée[r 31]. Au lendemain, Cerdan voyage vers Marseille avec l'espoir de signer le match contre Joe Brun pour le titre de champion des moyens de la zone non occupée[71]. L'organisateur des combats Gaston Cuisin peine néanmoins à lui trouver un adversaire du fait des conditions financières demandées pour affronter le champion[72].

 
Marcel Cerdan (à gauche) face à Fernand Viez en mai 1942.

Le , dans le cadre de l'Exposition de la France Européenne, Cerdan n'est donc pas opposé à Joe Brun mais à Fernand Viez[73],[74]. Le bombardier marocain met son adversaire au sol dans la deuxième reprise après l'avoir acculé dans un coin mais Viez se relève[r 32],[73],[74]. Gêné par les obstructions régulières de son adversaire, qui baisse volontairement la tête, Cerdan domine mais épargne son adversaire du KO et se contente d'une victoire aux points[r 32],[73],[74]. Un mois plus tard, malgré un long et fatigant voyage depuis Casablanca, il efface cette décevante performance en dominant le Belge Gaspard DeRidder en 80 secondes, enchaînant avec brio et concluant par un vif et précis crochet du droit[r 33],[75],[76]. Le , Cerdan, candidat au titre européen, déroule face au Martiniquais Victor Janas à Alger, le dépassant par une succession de crochets dans la deuxième reprise qui pousse le coin de son adversaire à jeter l'éponge[77]. Le Suisse Fernand Frely subit le même sort la semaine suivante à Marseille, son coin mettant fin à son calvaire dans la troisième reprise[78].

Alors qu'il prépare toujours le titre européen, Cerdan subit à Alger la deuxième défaite de sa carrière, à nouveau sur une disqualification pour un coup bas[r 34],[79]. Dans la huitième reprise, Cerdan met son adversaire au tapis pour la huitième fois du combat, d'un uppercut du gauche, que deux juges, après une minute de discussion, déclarent illicite[79]. Dans les jours qui suivent cette deuxième défaite de Cerdan, un débat surgit sur la sanction d'un coup destiné au foie qui finit bas par le mouvement de l'adversaire, certains jugeant la sanction disproportionnée[80]. Georges Peeters note dans L'Auto que ce coup bas involontaire devrait être sanctionné d'un avertissement et non d'une disqualification[80].

Semant la terreur sur les rings dans les années 1940, Marcel Cerdan est surnommé « le bombardier marocain » par Jeff Dickson[b 4]. Cerdan obtient l'occasion d'affronter le champion d'Europe des poids mi-moyens, l'Espagnol José Ferrer, dans une soirée historique pour le sport français[r 35],[81]. La recette du Vélodrome d'Hiver, où quelques semaines plus tôt 8 160 Juifs ont été parqués, s'élève à 1 417 625 francs et bat tous les records français existants[b 1],[81]. Les autorités allemandes et celles de Vichy ont œuvré pour que ce combat, le premier championnat d'Europe organisé en France depuis l'armistice du 22 juin 1940, ait lieu[b 1]. Après avoir fait attendre Cerdan quelques instants, José Ferrer apparaît drapé d'un peignoir frappé d'une croix gammée, entouré par deux hommes en uniforme franquiste[r 35],[b 1]. Après avoir fait un salut fasciste, il monte sur le ring sous les invectives du public qui jette des pièces sur les premiers rangs[b 1]. Dès les premières secondes du combat, Cerdan touche son adversaire d'un contre du droit[81],[82]. Ferrer fait l'erreur de se relever sans reprendre son souffle, évitant le compte de l'arbitre mais s'infligeant une nouvelle série de coups de Cerdan[81],[82]. En confiance, ce dernier continue à avancer dans son style caractéristique, faisant tomber cinq fois son adversaire au tapis, ne lui laissant aucun répit, multipliant les coups dès qu'il se relève[81],[82]. Face à ce spectacle, le coin de l'Espagnol jette la serviette après 83 secondes d'un affrontement à sens unique[r 35],[81],[82]. Le public acclame le Français puis hurle La Marseillaise, fait rare sous l'Occupation, les autorités allemandes l'ayant interdite[b 1],[56]. Après le combat, Cerdan déclare à la presse : « Redevenir champion d'Europe et n'avoir reçu qu'un seul coup de poing, c'est une performance dont je suis fier. Mais contre un adversaire que je ne connaissais pas du tout, j'ai employé ma méthode favorite : contre et remise immédiats de crochets courts. Vous voyez que cela m'a réussi »[83]. Le champion français, qui s'est refusé à faire le salut nazi, refuse également de se rendre à la soirée d'après-combat organisée par les Allemands à laquelle il a été conviée dans les vestiaires[r 35],[56]. Se sentant menacé, Cerdan préfère quitter la France pour le Maroc[56].

De retour au Maroc, Marcel Cerdan se marie et s'installe avec Marinette avant d'être remobilisé par la Marine, d'abord dans une batterie côtière puis à la base de Casablanca[r 36]. Bénéficiant d'indulgence vis-à-vis de son statut de boxeur, il est affecté ensuite à la section des sports avec laquelle il joue au football[r 36]. Il reprend les combats à la fin de l'été de l'année 1943 en battant à Oran l'Américain Johnny Mac Coy puis obtient l'autorisation de ses officiers pour affronter Omar Kouidri à Alger un mois plus tard[r 37]. Le jour du combat, le , Marcel Cerdan sort se balader après la pesée et un premier déjeuner lorsque le patron d'un café l'interpelle pour lui offrir un bifteck de 750 g[note 5],[r 37]. N'arrivant pas à refuser cette invitation, le Casablancais se retrouve le soir-même secoué par ce repas supplémentaire, et ne doit sa victoire aux points qu'à sa jeunesse selon son entraîneur[r 37]. Dans les mois qui suivent, Cerdan rencontre quatre boxeurs américains qu'il domine avant la limite[r 37],[84],[85],[86],[87],[88],[89]. Lors d'un de ces combats, Cerdan rencontre Jo Longman, soigneur d'un de ses adversaires[r 38].

En 1944, Cerdan brille dans des tournois interalliés à Alger puis Rome, accompagnant les avancées des troupes alliées[b 1],[b 5]. Le , sous une pluie violente, le Casablancais expédie le GI Joe Di Martino en moins de deux minutes en finale du tournoi d'Alger organisé par l'armée américaine[b 1]. Vainqueur de la ceinture dorée du tournoi interallié, Cerdan est reçu dans les salons du Palais d'été par le général Henri Giraud[90]. Au théâtre Brancaccio de Rome le , il détruit Frankie Brunley dans la deuxième reprise pour s'adjuger le critérium international organisé par les services militaires français[b 1].

En , Marcel Cerdan est autorisé à séjourner à Paris avec son entraîneur Lucien Roupp[r 39]. Le , Cerdan bat son compatriote Jean Despeaux, champion olympique en titre de la catégorie, par KO au 5e round[91]. Le bombardier marocain met un terme au combat sur l'enchaînement d'une gauche suivie d'un crochet du droit à la tête[91].

Champion français incontesté des poids moyens (1945-1946)Modifier

Le , Marcel Cerdan est opposé à Assane Diouf pour le titre de champion de France des poids moyens. Le casablancais est grand favori de cet affrontement qui se tient au Palais des Sports[92]. Avec hargne, Cerdan se rue sur son adversaire, l'obligeant rapidement à défendre les multiples crochets qui s’abattent sur lui[93]. Cerdan fait tomber Diouf à six reprises avant qu'il ne s'incline définitivement vaincu au début de la troisième reprise[93],[b 6]. La semaine suivante, il a l'occasion à Saint-Étienne de prendre sa revanche sur Victor Buttin qui l'avait battu à Alger[94].

Marcel Cerdan débute l'année 1946 par un match à Lisbonne, au Portugal, où il est célébré en chef d'État après une victoire expéditive dès la première reprise face à Agostinho Guédès[95]. Il profite de sa virée portugaise pour faire la fête, quelques emplettes et pour assister à une rencontre de football[95]. Quelques jours plus tard, Cerdan est de nouveau au front face à Edouard Tenet au Vélodrome d'Hiver[96]. Cerdan domine techniquement dans les premiers rounds, avant de tenter, en vain, lorsque le succès aux points lui est assuré, de mettre son adversaire KO par des séries de coups bien bloqués ou encaissés par Tenet[96]. Alors qu'il se prépare à affronter Jean Pankowiak, Marcel Cerdan apprend la mort de son père[r 40]. Après plusieurs semaines au Maroc dans le chagrin auprès de sa famille, Marcel Cerdan accepte de donner sa revanche à l'Espagnol Ferrer dans un combat organisé aux arènes La Monumental où les organisateurs espagnols l'installent dans une chapelle comme vestiaire[r 41]. Le Français montre de nouveau sa supériorité en dominant son adversaire en quatre rounds[r 41].

Toujours touché par la mort de son père, Cerdan s'entraîne épisodiquement au camp d'entraînement installé par Lucien Roupp à Bois-le-Roi pour le choc de la boxe française attendu avec impatience : la défense du titre de champion de France de Marcel Cerdan face à Robert Charron[m 5],[r 42]. Le combat se déroule le en vedette d'un gala de boxe historique[97]. Tous les journaux ne parlent que de ce combat, allant jusqu'à titrer « Le match du siècle »[b 1]. Le Parc des Princes attend 59 000 spectateurs dans ses tribunes et sur sa pelouse[97]. Le combat est tellement attendu que les fenêtres autour du stade se louent pour plusieurs centaines de francs[97]. Cerdan est favori du combat malgré une préparation physique tronquée de seulement dix jours[m 5],[98]. Malgré le déluge, 37 000 spectateurs se rassemblent pour assister au spectacle, dont Jean Gabin, Marlene Dietrich ou encore le roi du Cambodge Norodom Sihanouk[m 5],[r 43],[b 1]. Souffrant à la main droite, pas assez entraîné, Cerdan met à terre Charron à deux reprises, dans les premier et douzième rounds, mais doit néanmoins se contenter d'un succès aux points qui lui vaut des sifflets du public[r 43],[b 1]. Se craignant mutuellement, les deux boxeurs s'accrochent et se respectent trop au goût des spectateurs, déçus par le spectacle proposé[m 5].

Au lendemain de son combat face à Charron, le champion est emmené par Jo Longman au Club des Cinq où chante Édith Piaf[b 1]. Le boxeur est subjugué et bouleversé par la chanteuse[b 1]. Cerdan s'éloigne peu à peu de Lucien Roupp et se rapproche de Jo Longman et du promoteur américain Lew Burston[b 1]. Souhaitant savoir ce que vaut le boxeur français, ces derniers dépêchent Holman Williams, un boxeur américain de classe, pour le tester le dans le stade Roland-Garros. L'Américain arrive à Paris affaibli, il boite tellement qu'il est envisagé de reporter la rencontre[m 6]. Cerdan est lui-même diminué par un poignet droit douloureux[m 6]. Dans un combat en dix reprises, le boxeur français emporte la décision des juges[99],[100]. Blessé à la main droite dans la troisième reprise, le bombardier marocain doit multiplier les crochets du gauche à la face et au corps pour tenir toute la deuxième partie du combat[r 44],[99]. Malgré cette blessure — une nouvelle fracture de la main droite — Cerdan gagne son billet pour l'Amérique[r 44],[b 1],[99].

Champion d'Europe à la « conquête de l'Amérique » (1946-1948)Modifier

Le , Marcel Cerdan embarque à Cherbourg avec Lucien Roupp à bord du paquebot Île-de-France pour traverser l'océan Atlantique et rejoindre les États-Unis[b 1]. Pendant la traversée de huit jours, le boxeur s'entraîne sur le pont[b 1]. Sa popularité lui permet d'occuper une chambre de cinq mètres sur quatre pourvue d'une vraie salle de bains[b 1]. Arrivé à New York, les journalistes se bousculent pour l'accueillir sur le quai et sont repoussés par les policiers[b 1]. Installé à l'hôtel Shelton, Cerdan s'entraîne d'abord au Stillman Gymnast sur la Huitième avenue[b 1]. Gêné par le bruit, les curieux, des types louches, il en change rapidement pour le gymnase de la Catholic Youth Organization sur la Onzième avenue[b 1]. Les images de Cerdan à Broadway font la une des magazines sportifs français, le boxeur entre dans une nouvelle dimension[b 1]. Le , Marcel Cerdan monte sur le ring du Madison Square Garden pour affronter Georgie Abrams (en) devant 17 000 spectateurs parmi lesquels Frank Sinatra, Jean Sablon ou encore Simone Simon[b 1]. Dans les deux premières reprises, Cerdan attaque avec intensité son adversaire[b 1]. S'il domine son adversaire dans la première moitié du combat, l'encaisseur américain lui fait subir un calvaire dans le huitième round[b 1]. Dans le neuvième, Cerdan met Abrams à terre, pour la première fois de sa carrière[b 1]. S'ensuit une frénétique dixième reprise au terme de laquelle le Français, épuisé par l'effort, est déclaré vainqueur à l'unanimité[b 1]. De retour à l'hôtel, cinq cents télégrammes l'attendent dont celui de Piaf : « Bravo. J'en étais sûre »[b 1]. Lorsqu'il remet le pied en France, la gare de Caen est envahie pour le féliciter puis des milliers de personnes le remercient de sa victoire à la gare Saint-Lazare de Paris[b 1].

Le , Cerdan gagne le titre européen des poids moyens contre Léon Fouquet au Parc des Expositions de Paris. Avec deux crochets du gauche et un crochet du droit, le bombardier marocain met KO le Belge en cent vingt-six secondes[b 1]. Lorsqu'il embarque pour les États-Unis à la fin du mois, il est accompagné sur le Queen Elizabeth de sa femme Marinette[b 1]. Déjà blessé, une esquille d'os se promène dans son coude droit après une chute dans un match de football, Cerdan se fait mal au pouce droit dans un entraînement avec un sparring-partner[b 1]. Le diagnostic médical est alarmant : son pouce est démis et le ligament est déchiré, le médecin ne lui donne que deux rounds pour terminer le combat avant de mettre en péril sa santé et sa carrière[b 1]. De retour au Madison Square Garden, devant 18 000 spectateurs, Cerdan conclut l'affaire au deuxième round, en cinq minutes[b 1].

En octobre, Marcel Cerdan poursuit sa tournée mondiale en combattant l'Américain Billy Walker au Forum de Montréal[101],[102]. À l'initiative de Walker, l'allure du combat est rapide dès les premiers instants[102]. Par un enchaînement de crochets courts au corps, le Français met son adversaire au tapis en fin de premier round, lui fracturant deux côtes[102]. Cerdan fait tomber son adversaire une deuxième fois puis une troisième fois d'un crochet de la droite qui pousse l'Américain à rouler en dehors des cordes, mettant fin au combat en min 38 s[101],[102]. À la fin du mois, le boxeur français est de nouveau testé au Madison Square Garden face à l'Estonien Anton Raadik, exilé aux États-Unis[103]. Largement en tête aux points, Marcel Cerdan se trouve en difficulté dans la dixième et dernière reprise et met pour la première fois de sa carrière un genou au sol[104]. Il tombe à trois reprises et est sauvé du knockout par la cloche de fin de combat, lui offrant une victoire aux points au goût amer[104]. Après le combat, les médias français développent la thèse d'un empoisonnement avant le combat[m 7]. Ce combat renforce ses doutes vis-à-vis de la boxe, un métier en or qui l'effraie[m 7].

Alors que Lucien Roupp négocie la revanche avec Raadik en vue du titre de champion du monde, Marcel Cerdan annonce à son entourage et notamment à Jo Longman, qu'il souhaite rester à Paris boxer un combattant européen. Devenu compagnon de la chanteuse Édith Piaf, Marcel Cerdan vit une idylle cachée. Sa situation amoureuse est compliquée, il souhaite malgré tout préserver sa famille et notamment sa femme. Son manager reproche à Piaf de le détourner de ses objectifs sportifs. Cerdan combat finalement l'Italien Giovanni Manca au Palais des Sports de Paris[105]. Le Marocain emporte aisément un succès en deux reprises[105], un combat si court que son manager l'oblige à boxer de nouveau deux semaines plus tard, mécontent d'avoir traversé l'océan Atlantique pour si peu[m 8]. Par admiration pour le champion, Janek Walzach se sacrifie et tient quatre reprises sur le ring du Palais des Sports, notamment devant André Dassary, lui valant sa place auprès de Cerdan comme sparring-partner dans son voyage suivant en Amérique[m 8],[106]. Fin février, le clan retourne à New York pour que le Bombardier Marocain affronte Lavern Roach (en) le au Madison Square Garden[m 8],[107]. Dans une excellente forme, porté par deux semaines d'entraînements sérieux, Cerdan réalise l'un des meilleurs combats de sa carrière[m 9]. Il fait tomber dès la première reprise son adversaire, puis de nouveau dans la deuxième reprise[107]. Le chouchou new-yorkais est alors sauvé par l'arbitre qui s'emmêle dans son compte, se relève après 15 secondes à terre et reprend le combat[note 6],[m 9],[107]. Épuisé dans les cordes, le jeune Roach est finalement arrêté au huitième round et Cerdan reçoit l'ovation des spectateurs pour sa performance[m 9],[107].

Combats mondiaux en Amérique et renommée internationale (1948-1949)Modifier

Cerdan perd d'ailleurs son titre de champion d'Europe le contre le Belge Cyrille Delannoit à Bruxelles. La semaine suivante, la une de France Dimanche, titrée « Piaf porte malheur à Cerdan », trahit leur intimité[b 7].

Marcel Cerdan rencontre l'Américain Tony Zale, surnommé « Le Roi du KO », le sur le ring du Roosevelt Stadium de Jersey City pour le titre de champion du monde des poids moyens. S'il n'est pas favori du combat, le boxeur français a vu sa cote grimper lors des dernières séances d'entraînement[108]. La France se réunit autour de postes de radiodiffusion, dont les ventes ont explosé, pour écouter le récit du combat de Pierre Crénesse et s'imaginer les images[b 1]. La boxe n'est pas le domaine de Crénesse et si ses « séparation de l'arbitre » resteront célèbres, la compréhension de son compte-rendu est ardue[b 1],[109]. Le combat est suivi dans toute la France, la consommation d'électricité supplémentaire pendant le combat s'élève à 170 000 kWh, soit un gain d'un million et demi de francs pour Électricité de France[109]. Alors que Fernandel est au bord du ring, Mistinguett, Jean Cocteau, Jean Marais et Marcel Thil dînent au Lido dans l'attente du verdict[109]. Dès le début de l'affrontement, Cerdan impose son rythme, mène le combat pour empêcher Zale de le faire[b 1]. Après onze reprises d'une rare violence sous le regard des 19 272 spectateurs, Cerdan met KO son adversaire à la dernière seconde de la 11e reprise d'un violent crochet du gauche[2],[b 8]. Sauvé par le gong, Zale est ramené dans son coin par ses aides mais ne peut poursuivre à la reprise du 12e round[56]. À son retour en France, Cerdan est accueilli en héros dès qu'il met le pied à terre à l'aéroport d'Orly[b 1],[110]. Debout à l'arrière d'une voiture décapotable, il traverse Paris en saluant les dizaine de milliers de personnes descendues dans la rue pour l'acclamer, jusqu'à l'hôtel de ville où l'attend une réception officielle[b 1],[110]. Pour l'occasion, L'Équipe loue un cinéma au Faubourg-Montmartre pour abriter plus de mille sportifs[109], retransmet le match avec des haut-parleurs puis réalise un tirage record[note 7],[b 1],[b 5].

Sa célébrité est telle que Roupp lui fait signer un contrat pour son premier film, L'Homme aux mains d'argile[note 8] de Léon Mathot[111].

Apprenant que Roupp se réserve parfois un pourcentage de choix sur certaines transactions commerciales faites en son nom, Cerdan résilie son contrat le [111]. Il signe avec Joe Longman, personnage douteux aux éternelles lunettes noires qui lui ouvre les portes de la vie mondaine. Son nouveau manager Longman lui conclut le combat face à Jake LaMotta à Détroit le [111]. LaMotta est un prétendant peu connu, dixième poids moyen mondial, propulsé par l'un des parrains de Cosa Nostra[b 9]. Au Briggs Stadium de Détroit, le Français est surpris par un combat avancé d'une demi-heure, l'empêchant d'effectuer son rituel tour de chauffe sur le ring[b 9]. Sous les coups de l'Américain, Marcel Cerdan se blesse à l'épaule gauche, une déchirure des ligaments, dans la première reprise, un incident que les journalistes français voient comme une simple glissade[b 10],[112]. Touché physiquement, il doit subir les assauts de l'Américain sur son épaule blessée[b 9]. Sans avoir démérité, il est contraint d'abandonner avant la reprise du dixième round et de laisser sa couronne à LaMotta[112]. Cette défaite est amère pour Cerdan, certain de battre son adversaire s'il est en pleine possession de ses moyens[b 9]. Une revanche est prévue à la fin du mois de septembre 1949 au Madison Square Garden, mais quatre jours avant le match, LaMotta déclare forfait en arguant d'une blessure à l'épaule droite contractée pendant un entraînement[note 9],[113]. Le combat, reporté en décembre, n'aura jamais lieu[b 12].

Carrière de footballeurModifier

Passionné du ballon rond, Cerdan est aussi un ailier de grand talent. Jeune, il tape dans des balles fabriquées avec des chiffons et de la ficelles[4]. Il débute en équipe en 1932 à l'âge de 16 ans dans le club Banque Union Sport (B.U.S.) de Casablanca[4]. Il est repéré par ses dirigeants et ceux de la LMFA qui le sélectionnent en équipe nationale juniors[4]. En 1936, le B.U.S. renonce à sa section football et Marcel Cerdan doit changer de club pour l'A.S.P.T.T. de Casablanca[4]. Avec cette équipe, il conquiert le titre de champion du Maroc en équipe III lors de la saison 1936-1937[4]. Avec l'USM Casablanca, il joue contre l'équipe de France de football en 1941 et 1942[114],[b 13]. Il est également sélectionné aux côtés de Larbi Ben Barek dans l'équipe nationale du Maroc qui affronte la France pendant la guerre[b 14].

Vie privéeModifier

En tant qu'ailier droit de la Banque Union Sport, Marcel Cerdan rencontre Marinette Lopez (1925-2011), la sœur d'un avant-centre adverse, un dimanche après une rencontre de football[r 45]. Dans les semaines qui suivent, la jeune femme, fille d'un couple d'Espagnols établi à Casablanca comme charcutiers, l'emmène danser, sort avec lui, partage quelques sorties au cinéma[r 45],[m 10]. Après ces rapprochements, la famille Lopez incite le boxeur à s'engager avec Marinette, ce qu'il accepte volontier[r 45]. Le mariage se déroule le et est marqué par l'intervention d'une autre femme amoureuse du boxeur, qui fait distribuer dans la salle des enveloppes déclarant que Marcel n'aime qu'elle[r 46]. Les récents mariés s'installent ensemble dans un appartement de trois pièces au deuxième étage d'un immeuble moderne appelé « Le Building »[r 47].

Elle lui donne trois fils : Marcel Jr (), René () et Paul (-)[b 15]. Marinette veut mettre sa famille à l'abri du besoin et investit dans une brasserie à Casablanca sans l'avis de son mari[3]. Elle n'a par ailleurs jamais vu son mari boxer[95].

Marié et père de deux enfants, Marcel Cerdan tombe amoureux d'Édith Piaf. Les deux vedettes de l'époque se correspondent à distance par des lettres que le boxeur ne signe pas de son nom[115]. Lorsque Marinette découvre dans la presse la relation entre son mari et la chanteuse, elle envoie à Cerdan un télégramme de rupture[3]. Le boxeur répond : « Si tu bouges de la maison, je te casse la tête ! » même s'il ne portera jamais la main sur son épouse[3]. Il se défend en arguant une amitié à laquelle sa femme ne croit pas[3]. L'influence de Piaf change le sportif, qui passe des bandes dessinées aux ouvrages d'A. J. Cronin et André Gide[3].

Après la mort de Marcel Cerdan, sa femme Marinette et sa maîtresse Édith Piaf deviennent amies, séjournant alternativement l'une chez l'autre[116]. Le fils aîné de la famille, Marcel Jr., quitte Casablanca pour s'installer chez Piaf à Paris[116]. Il partage son intimité dans ses dernières années de vie avant sa mort en 1963[116].

DécèsModifier

 
Tombe de Marcel Cerdan au cimetière du Sud à Perpignan.

Après l'annulation de la revanche prévue, Marcel Cerdan retourne au Maroc, tuant l'ennui en famille alors qu'il est suspendu à la décision de Jake LaMotta[b 9], puis en France. Le , il apprend la validation d'une nouvelle date pour ce fameux combat retour contre l'Américain : le , toujours au Madison Square Garden[b 16]. Incité par sa maîtresse Édith Piaf, le boxeur se précipite pour la rejoindre au plus tôt de l'autre côté de l'océan Atlantique[b 16],[117]. Au téléphone, elle le supplie : « Prends l'avion, le bateau c'est trop ! »[b 9]. Deux jours après la signature du combat, le clan a annulé la traversée prévue en paquebot, terminé ses valises à la hâte et s'est dirigé à l'aéroport d'Orly pour prendre le vol F-BAZN d'Air France à destination de New York[b 16],[117]. Joe Longman arrache trois billets sur le vol, pourtant complet, droit de priorité du champion[b 9]. Madame Erdmann, directrice d'une maison de parfum, et un couple d'Américains, Edith et Philipp Newton, prendront un vol ultérieur[56],[b 9]. La légende explique que Cerdan n'a pris place sur ce vol que grâce à la gentillesse de ce couple qui lui a laissé ses places pour qu'il puisse rejoindre la célèbre chanteuse au plus tôt[2],[117].

Quelques minutes avant l'embarquement, Marinette fait part à son mari au téléphone qu'elle a un mauvais pressentiment mais celui-ci la rassure[b 9]. Le mauvais temps sur l'océan Atlantique Nord incite les pilotes à opter pour la route via les Açores en lieu et place de l'escale prévue à Shannon en Irlande[b 17],[118]. À h 55 dans la nuit du 27 au 28, le contrôle de l'aéroport de Santa-Maria attend l’atterrissage du vol du Lockheed Constellation, en vain[119]. L'avion s'est écrasé, entre la montagne Redondo et le Pico de Vara, sur les hauteurs de São Miguel, une des îles de l'archipel[117],[120], probablement à cause d'une mauvaise approche vers l'aéroport où il devait faire étape. Les avions de reconnaissance aperçoivent à 11 h 45 des débris et croient apercevoir des survivants, une nouvelle reprise deux heures plus tard par les médias français[119]. Un fol espoir naît en France, mais il sera de courte durée[b 1],[56]. À 17 h 10, l'épave est trouvée et le bilan est officiel : il n'y a aucun survivant parmi les quarante-huit passagers et membres d'équipage de l'avion où se trouvait aussi la violoniste Ginette Neveu et le peintre Bernard Boutet de Monvel[b 1],[56],[121]. Le boxeur est identifié grâce à ses montres: la première, cadeau d'Édith Piaf, à l'heure américaine et l'autre, celle de sa vie officielle, à l'heure française[115],[122].

 
Un poing ganté en blanc est dressé sur une pelouse à gauche de la sépulture de Cerdan.

La mort du champion français au sommet de sa gloire fait les gros titres de la presse, la France est en deuil[b 1]. Le samedi 29, L'Équipe met huit photos de l'accident à la une et titre « Volant vers la victoire, Marcel CERDAN a rencontré la MORT ! »[b 1],[119]. Les hommages se multiplient, de Georges Carpentier à Jake LaMotta[b 1]. Au soir du 29, Édith Piaf chante Hymne à l'amour à New York puis tombe évanouie[b 1]. Le 31, le monde de la boxe anglaise rend hommage à Cerdan, au Vélodrome d'Hiver avec six champions français et au Madison Square Garden où un arbitre égrène les dix secondes fatidiques du seul et dernier compte de la carrière du champion[b 1]. Le , Cerdan est cité à l'ordre de la Nation : « Champion de boxe, dont la conduite pendant la guerre et la juste popularité ont fait une des figures les plus exemplaires du sport français. A trouvé la mort dans la catastrophe aérienne des Açores au moment où il allait combattre pour reconquérir le titre mondial »[b 1],[123]. Trois jours plus tard, il est décoré de la Légion d'honneur[b 18]. Le , un gala « Marcel Cerdan » est organisé au Palais de Chaillot à Paris, au bénéfice des Anciens de la boxe[b 1]. L'actrice Madeleine Robinson lit sur la scène le vibrant hommage au boxeur de Jean Cocteau : « C'était l'homme le plus simple et le plus propre. Il se dégageait de lui une grâce et une phosphorescence de l'âme qui jouaient dans sa gloire un rôle supérieur à sa force. [...] Cerdan était un vrai héros, et c'est à ce titre qu'il s'attachait les foules et que, comme le dit Racine, il voyait partout les cœurs voler à son passage »[b 1].

Son corps est rapatrié à Casablanca le [124]. Une chapelle ardente est installée au stade Lyautey où une foule massive se presse pour lui rendre hommage nuit et jour[3]. Le , soixante-dix mille personnes assistent à son enterrement au cimetière de Ben M'Sick[3]. Sa dépouille est transférée 46 ans plus tard, à la demande de sa femme Marinette, en France où il est inhumé dans le cimetière du Sud de Perpignan le [b 19],[125].

Palmarès et distinctionsModifier

Son palmarès renseigne 123 combats professionnels disputés entre 1933 et 1949[b 20] :

Liste des combats professionnelsModifier

Les huit premiers combats professionnels de Marcel Cerdan, au Petit Central de Casablanca, ne figurent pas à son palmarès[7].

Tableau récapitulatif
114 combats 110 victoires 4 défaites
Avant la limite 65 3
Sur décision 45 1
Type de décision possible : KOTKO (KO technique) • UD (décision aux points unanime) • MD (décision aux points majoritaire) • SD (décision aux points partagée) • D (match nul) • NC (sans décision) • RTD (abandon)
Résultat Record Adversaire Type Round Date Lieu Notes
Défaite 110-4   Jake LaMotta RTD 9 (15)   Briggs Stadium, Détroit Titre de champion du monde des poids moyens de la National Boxing Association en jeu[128].
Victoire 110-3   Lucien Krawczyk KO 4 (10)   Stade Philippe, Casablanca [129]
Victoire 109-3   Dick Turpin KO 7 (10)   Earls Court Exhibition Centre, Londres [130]
Victoire 108-3   Tony Zale RTD 11 (15)   Roosevelt Stadium, Jersey City Titre de champion du monde des poids moyens de la National Boxing Association en jeu.
Victoire 107-3   Cyrille Delannoit PTS 15   Palais des Sports, Bruxelles Titre européen EBU des poids moyens en jeu[131].
Défaite 106-3   Cyrille Delannoit PTS 15   Stade du Heysel, Bruxelles Titre européen EBU des poids moyens en jeu.
Victoire 105-2   Lucien Krawczyk PTS 10   Salle Wagram, Paris
Victoire 104-2   Lavern Roach (en) TKO 8 (10)   Madison Square Garden, New York [107]
Victoire 103-2   Janek Walzack KO 4 (15)   Palais des Sports, Paris Titre de champion de France et titre européen EBU des poids moyens en jeu[106].
Victoire 102-2   Giovanni Manca KO 2 (15)   Palais des Sports, Paris Titre européen EBU des poids moyens en jeu[105].
Victoire 101-2   Anton Raadik UD 10   Chicago Stadium, Chicago [104]
Victoire 100-2   Billy Walker TKO 1 (10)   Forum, Montreal [101],[102]
Victoire 99-2   Harold Green TKO 2 (10)   Madison Square Garden, New York [132]
Victoire 98-2   Bert Gilroy KO 4 (10)   Regents Crest Hotel, Londres [133]
Victoire 97-2   Léon Fouquet KO 1 (15)   Parc des Expositions, Paris Titre vacant européen EBU des poids moyens en jeu[134].
Victoire 96-2   Georgie Abrams UD 10   Madison Square Garden, New York [135]
Victoire 95-2   Jean Pankowiak KO 5 (10)   Stade de la Croix de Berny, Antony [136]
Victoire 94-2   Holman Williams PTS 10   Stade Roland-Garros, Paris [99]
Victoire 93-2   Robert Charron PTS 12   Parc des Princes, Paris Titre de champion de France des poids moyens en jeu.
Victoire 92-2   Joe Brun KO 2 (10)   Promenade des Anglais, Nice [137]
Victoire 91-2   Jose Ferrer KO 4 (10)   Arènes La Monumental, Barcelone
Victoire 90-2   Edouard Tenet PTS 12   Vélodrome d'Hiver, Paris Titre de champion de France des poids moyens en jeu.
Victoire 89-2   Agostinho Guédès KO 1 (10)   Colisée des Recreios, Lisbonne [95]
Victoire 88-2   Victor Buttin KO 3 (12)   Saint-Étienne [94]
Victoire 87-2   Assane Diouf KO 3 (12)   Palais des Sports, Paris Titre de champion de France des poids moyens en jeu[93].
Victoire 86-2   Tommy Davies KO 1 (10)   Palais des Sports, Paris [138]
Victoire 85-2   Edouard Tenet PTS 10   Stade de la Croix de Berny, Antony
Victoire 84-2   Oscar Menozzi KO 3 (10)   Arènes du Rond-Point du Prado, Marseille
Victoire 83-2   Jean Despeaux KO 5 (10)   Stade de la Croix-de-Bernay, Paris
Victoire 82-2   Joe Brun TKO 7 (10)   Palais des Sports, Paris
Victoire 81-2   Ralph Burnley TKO 2 (3)   Théâtre Brancaccio, Rome [b 1].
Victoire 80-2   Floyd Gibson PTS 3   Théâtre Brancaccio, Rome
Victoire 79-2   Clint Perry KO 1 (3)   Théâtre Brancaccio, Rome
Victoire 78-2   Bouaya KO 1   « Paris », Casablanca [139]
Victoire 77-2   Joë de Martino TKO 1 (3)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [b 1],[140].
Victoire 76-2   Salvatore Adragna PTS 3   Stade communal de Saint Eugène, Alger [141].
Victoire 75-2   Herold Drouhin KO 1 (3)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [142]
Victoire 74-2   Willie Sampson KO 2   Stade Philippe, Casablanca [89]
Victoire 73-2   James Toney KO 2   Oran [87],[88]
Victoire 72-2   Bob Mulano KO 2 (10)   Stade Philippe, Casablanca [85],[86]
Victoire 71-2   Cisneros Larry KO 6 (10)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [84]
Victoire 70-2   Omar Kouidri PTS 10   Stade communal de Saint Eugène, Alger [143]
Victoire 69-2   John McCoy KO 2 (10)   Oran [144]
Victoire 68-2   Jose Ferrer TKO 1 (15)   Vélodrome d'Hiver, Paris Titre européen EBU des poids mi-moyens en jeu[81],[82].
Défaite 67-2   Victor Buttin DQ 8 (10)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [79]
Victoire 67-1   Fernand Frely TKO 3 (10)   Marseille [78]
Victoire 66-1   Victor Janas TKO 2 (10)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [77]
Victoire 65-1   Gaspard DeRidder KO 1 (10)   Grand Palais, Paris [75]
Victoire 64-1   Fernand Viez PTS 10   Grand Palais, Paris [73]
Victoire 63-1   Gustave Humery KO 1 (10)   Vélodrome d'Hiver, Paris [67],[68]
Victoire 62-1   Fred Flury TKO 7 (10)   Palais des Fêtes et des Expositions, Nice [137]
Victoire 61-1   Roby Seidel TKO 3 (10)   Grand Casino, Vichy [63],[64]
Victoire 60-1   Roland Coureau TKO 9 (10)   Stade communal de Saint Eugène, Alger [145],[146]
Victoire 59-1   Joe Brun RTD 2 (10)   Stade du Gallia, Oran [147],[148]
Victoire 58-1   François Blanchard KO 6 (10)   Arènes du Rond-Point du Prado, Marseille [149],[150]
Victoire 57-1   Omar Kouidri KO 9 (12)   Stade du Gallia, Oran Conserve le titre de champion de France des poids mi-moyens[151]
Victoire 56-1   Victor Fortes KO 2 (10)   Stade du Gallia, Oran [152]
Victoire 55-1   Victor Janas PTS 10   Vélodrome d'Anfa, Casablanca [153]
Victoire 54-1   Victor Fortes RTD 7 (10)   Foyer Civic, Alger [154]
Victoire 53-1   Young Raymond RTD 6 (10)   Stade Philippe, Casablanca [61],[62]
Victoire 52-1   Young Raymond KO 1 (10)   Foyer Civic, Alger [59],[60]
Victoire 51-1   Cleto Locatelli PTS 10   Arènes du Rond-Point du Prado, Marseille [155]
Victoire 50-1   Saverio Turiello PTS 15   Vélodrome Vigorelli, Milan Titre européen EBU des poids mi-moyens en jeu[55].
Victoire 49-1   Roger Cadot TKO 6 (12)   Arènes du Rond-Point du Prado, Marseille [54]
Victoire 48-1   Felix Wouters PTS 12   Palais des Sports, Bruxelles [53]
Victoire 47-1   Saverio Turiello PTS 12   Vélodrome d'Hiver, Paris [51],[52]
Victoire 46-1   Al Baker KO 7 (12)   Palais des Sports, Bruxelles [50]
Victoire 45-1   Ercole Buratti PTS 10   Alger [47],[48],[49]
Défaite 44-1   Harry Craster DQ 5 (10)   Earls Court Exhibition Centre, Londres [44],[45]
Victoire 44-0   Omar Kouidri PTS 12   Salle Wagram, Paris Conserve le titre de champion de France des poids mi-moyens[156].
Victoire 43-0   Alfred Katter KO 5 (10)   Salle Wagram, Paris [157]
Victoire 42-0   Amedeo Deyana PTS 10   Salle Wagram, Paris [42],[43]
Victoire 41-0   Al Baker PTS 10   Salle Wagram, Paris [39],[40]
Victoire 40-0   Victor Deckmyn PTS 10   Arènes d'Eckmühl, Oran [37],[38]
Victoire 39-0   Jean Morin PTS 10   Automobile Hall, Alger [35],[36]
Victoire 38-0   Gustave Humery KO 6 (10)   Palais des Sports, Paris [31]
Victoire 37-0   Cleto Locatelli PTS 12   Velodrome d'Hiver, Paris [158]
Victoire 36-0   Eddie Rabak PTS 10   Palais des Sports, Paris [29],[30]
Victoire 35-0   Charles Pernot PTS 10   Stade communal de Saint Eugène, Alger [27],[28]
Victoire 34-0   Omar Kouidri PTS 12   Vox, Casablanca Titre de champion de France des poids mi-moyens en jeu[23],[24],[25],[26].
Victoire 33-0   Jean Zydès TKO 9 (10)   Salle Wagram, Paris [21],[22]
Victoire 32-0   Eddie Ran KO 2 (10)   Salle Wagram, Paris [19],[20]
Victoire 31-0   Charles Feodorowich TKO 2 (10)   Salle Wagram, Paris [18]
Victoire 30-0   Max Ifergane PTS 10   Rabat [159]
Victoire 29-0   Jean Morin PTS 10   Salle Wagram, Paris [16]
Victoire 28-0   Louis Jampton PTS 10   Salle Wagram, Paris [15]
Victoire 27-0   Eddie Rabak KO 6 (10)   Vox, Casablanca [14]
Victoire 26-0   Kid Marcel PTS 10   Oran
Victoire 25-0   Ali Omar TKO 5 (10)   Hall de la Foire, Alger [160]
Victoire 24-0   Omar Kouidri PTS 10   Stade Communal de Saint Eugène, Alger [161]
Victoire 23-0   Omar Kouidri PTS 10   Rabat [162]
Victoire 22-0   Maurice Naudin TKO 3 (10)   Hall de la Foire, Alger [163]
Victoire 21-0   Aissa Attaf TKO 8 (10)   Alger [164]
Victoire 20-0   Jean Debeaumont PTS 10   Pavillon Bleu, Casablanca [165]
Victoire 19-0   Aissa Attaf KO 1 (10)   Salle Mazella, Alger [166]
Victoire 18-0   Primo Rubio PTS 10   Magasin 6 de la Manutention Marocaine, Casablanca [167]
Victoire 17-0   Al Francis KO 6 (10)   Arenes d'Eckmühl, Oran [168]
Victoire 16-0   Mariano Castillanos PTS 10   Arènes de Casablanca, Casablanca [169]
Victoire 15-0   Kid Abadie KO 3 (10)   Pavillon Bleu, Casablanca [170],[171]
Victoire 14-0   Ricardo TKO 5 (10)   Casablanca
Victoire 13-0   Joseph Martinez TKO 9 (10)   Taza [5]
Victoire 12-0   Max Ifergane PTS 10   Pavillon Bleu, Casablanca [172]
Victoire 11-0   Antoine Abad PTS 10   Pavillon Bleu, Casablanca [173],[174]
Victoire 10-0   Mak Perez PTS 10   Casablanca
Victoire 9-0   Mak Perez PTS 10   Salle des Fetes du Maarif, Casablanca [175]
Victoire 8-0   Francisco Mestre PTS 10   Roland-Garros marocain, Casablanca [13],[176]
Victoire 7-0   Joseph Sarfati PTS 10   Roland-Garros marocain, Casablanca [177],[178]
Victoire 6-0   Mak Perez RTD 2 (10)   Roland-Garros marocain, Casablanca [179]
Victoire 5-0   Max Privat RTD 5 (10)   Pavillon Bleu, Casablanca [12]
Victoire 4-0   Leon Benazra PTS 10   Pavillon Bleu, Casablanca
Victoire 3-0   Perez III PTS 10   Cirque Melburn, Casablanca
Victoire 2-0   Leon Benazra RTD 5 (6)   Meknès
Victoire 1-0   Marcel Bucchianeri PTS 6   Meknès [127]

Personnalité et styleModifier

Avec une envergure d'1,78 mètre, Marcel Cerdan est un cogneur exceptionnel[3]. En 1939, s'il est déjà presque unanimement reconnu comme le meilleur boxeur français, son style est critiqué dans Le Miroir des sports qui lui reproche de n'utiliser que des crochets, pas d'uppercuts ou de directs, bien qu'il possède un grand nombre d'atouts : vitalité, dynamisme, vitesse et une volonté de gagner coûte que coûte[51]. Se servant de ses deux mains, il ne cesse d'harceler ses adversaires, spécialement au corps et n'est jamais le premier à reculer[m 11],[180].

Adroit dans l'utilisation de son bras gauche, ses enchaînements gauche-droit lui permettent de mettre un terme à nombreux combats avant la limite. Pour son entraîneur Lucien Roupp, il a tendance à trop utiliser la droite au détriment de la gauche, si bien qu'il lui interdit de l'utiliser à l'entraînement, l'obligeant à boxer avec un livre sous le bras droit[r 48]. En , le journal France-Soir liste ses principaux atouts de la manière suivante :

  1. Cross du gauche sur le direct du droit.
  2. Remise du droit sur crochet gauche.
  3. Une-deux face.
  4. Esquive rotative et crochet.
  5. Série crochets corps et face[98].

Souvent présenté comme un homme simple, Marcel Cerdan est, pour le journaliste Jacques Marchand qui l'a suivi de près après la Guerre, « complexe et parfois complexé »[m 12]. Marchand le décrit comme « Un homme fort et d'une incroyable faiblesse. Un doux dans la vie, un violent dans sa fonction de boxeur. Capable d'un courage extrême et mauviette devant la seringue d'une infirmière »[m 12]. Hors des rings, Marcel Cerdan fuit le conflit[3]. Toujours d'accord, il accepte toutes les invitations, quitte à les oublier[3]. Il aime particulièrement le cinéma et les bons repas[m 13],[b 5]. Son épouse déplore ses fréquentations et ses sorties nocturnes, fréquentes, qui le fait rentrer tard dans la nuit[3]. Aux questions dérangeantes, il répond par un éclat de rire[3]. Généreux, il prête sans se soucier des remboursements[3].

Marcel Cerdan est un homme superstitieux, sur et en dehors des rings[b 9]. Il porte toujours un costume bleu, celui qui lui porte chance, lorsqu'il prend l'avion[b 1]. À partir de ses premiers combats parisiens, il porte un short bleu avec une bande blanche cousue par sa mère dans laquelle elle a glissé une médaille de l'Enfant Jésus[r 7],[b 9]. Le boxeur effectue tout un rituel avant chaque match et lorsqu'il ne peut le suivre contre Jake LaMotta en 1949, il attribue sa défaite à ce dérèglement[b 9].

Postérité et héritageModifier

 
Statue de Marcel Cerdan à Levallois-Perret.

Marcel Cerdan est l'un des plus grands boxeurs français du XXe siècle et il jouit, après les années 1940, d'une popularité incommensurable en France[181]. Pour le journaliste Jacques Marchand, « il symbolisait la liberté et la victoire retrouvées [après les humiliations de l'Occupation] »[181]. En 1985, les lecteurs de L'Équipe-Magazine placent en tête sa victoire contre Tony Zale dans les plus grands exploits du sport français[181]. L'année suivante, un sondage de L'Express indique que 80 % des Français connaissent Cerdan, plus de trois décennies après sa mort[181]. En 1989, un sondage de L'Équipe-Magazine le désigne comme l'athlète qui « représente le mieux la légende du sport français » dans un supplément hebdomadaire dont il a fallu faire un retirage[181]. Le mythe Marcel Cerdan traverse les générations par sa disparition soudaine au faîte de sa gloire alors qu'il est un héros d'origine populaire sorti de la masse par ses exploits sportifs[182].

De nombreuses communes rendent hommage à ce héros en nommant des voies ou des établissements en son nom. Dès novembre 1950, le gouverneur général de l'Algérie Marcel-Edmond Naegelen inaugure un stade au nom du boxeur à Alger dans lequel est exposé un buste sculpté par André Greck représentant le boxeur[183]. En juin 1951, Ray Sugar Robinson et Laurent Dauthuille inaugure un monument élevé en son hommage dans le hall d'entre du Palais des Sports de Paris[184]. Dans le quartier du front de seine de Levallois-Perret, une rue piétonne porte son nom et une statue à son effigie a été érigée. La salle de basket-ball de la ville, inaugurée en 1992, est nommée palais des sports Marcel-Cerdan. Le , la ville de Paris nomme une voie du quartier de Grenelle place Marcel-Cerdan en son hommage.

 
Les gants et le short de Marcel Cerdan utilisés lors de son dernier combat, contre Jake LaMotta en 1949.

Son histoire d'amour avec Édith Piaf est sujet à deux œuvres cinématographiques : Édith et Marcel de Claude Lelouch et La Môme d'Olivier Dahan. Dans Edith et Marcel, son rôle est joué par son fils, Marcel Cerdan Jr, lui-même boxeur professionnel de 1958 à 1972[2]. La chanteuse vedette lui dédie jusqu'à sa mort ses chansons Hymne à l'amour et Mon Dieu[115]. Le roman Constellation d'Adrien Bosc revient en détails en 2014 sur l'accident d'avion dans lequel il a trouvé la mort[122].

Plusieurs timbres sont édités à son effigie et son nom est entré dans le dictionnaire Larousse[181]. Les Français le choisissent en l'an 2000 pour être présent sur une série de timbres représentations le siècle passé[185]. Tout ce qui est estampillé Marcel Cerdan attise les convoitises[181],[186]. De nombreux objets de la vie ont été mis aux enchères. En 1998, un quarantaine de ses trophées sont vendus au profit de Marinette Cerdan, la ceinture de champion du monde est vendue 260 000 francs et un short est adjugé à 35 000 francs[116]. La valise de son dernier vol, retrouvée dans les décombres, est mise aux enchères en 2013[187]. La victoire de Cerdan face à Tony Zale fait partie de l'exposition permanente du Musée national du Sport avec la mise en lumière des gants et du short portés par le boxeur français pour remporter son titre de champion du monde[188].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'Algérie est alors un territoire français et Marcellin Cerdan naît dans le département d'Oran, ce qui lui donne la nationalité française. Les Anglais tenteront vainement de contester son titre européen considérant qu'il était un boxeur marocain[m 1]
  2. L'étymologie du patronyme rappelle que la famille est originaire de la Cerdagne[b 2]
  3. Jusqu'en 1974, la majorité civile en France est fixée à 21 ans.
  4. Le contrat entre Marcel Cerdan et Lucien Roupp est valable pour trois ans et stipule qu'une retenue de 10% serait faite sur toutes les bourses du boxeur au profit de son père[r 11].
  5. Dans son enfance, Marcel Cerdan connait des privations. Pendant la Seconde guerre mondiale, le bifsteak représente toujours pour lui un luxe et une revanche sur le destin[r 37].
  6. L'Américain Lavern Roach reconnaîtra après le combat que l'arbitre lui a fait un cadeau et qu'il s'est rendu compte qu'il était long à compter[107].
  7. Ce record tient jusqu'à la victoire de l'Olympique de Marseille en Coupe d'Europe en 1993[b 5].
  8. En référence à ses mains plutôt menues pour un boxeur ou à sa main droite, si souvent brisée.
  9. On soupçonne Rocky Graziano, qui était allé observer Cerdan pendant son entraînement au camp de Loch Sheldrake, d'avoir prévenu La Motta que le « bombardier marocain » était en pleine forme et lui avoir conseillé de reporter le combat[b 11].

RéférencesModifier

Jacques Marchand, Marcel Cerdan 
  1. a b c d e et f Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 1 : Les reflets d'un Miroir, p. 62-63.
  2. a et b Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 1 : Les reflets d'un Miroir, p. 64-66.
  3. Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 1 : Les reflets d'un Miroir, p. 68.
  4. Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 1 : Les reflets d'un Miroir, p. 66-67.
  5. a b c et d Marchand 2006, Première partie : Le Cerdan Parisien - Chapitre 4 : Un boxeur d'instinct, p. 43-47.
  6. a et b Marchand 2006, Première partie : Le Cerdan Parisien - Chapitre 1 : Chez Paul, p. 12-14.
  7. a et b Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 2 : Le temps des secrets, p. 76-78.
  8. a b et c Marchand 2006, Troisième partie : Cerdan l'américain - Chapitre 3 : L'hymne à la mort, p. 100-102.
  9. a b et c Marchand 2006, Troisième partie : Cerdan l'américain - Chapitre 3 : L'hymne à la mort, p. 105-106.
  10. Marchand 2006, Deuxième partie : Cerdan l'africain - Chapitre 1 : Les reflets d'un Miroir, p. 61.
  11. Marchand 2006, Première partie : Le Cerdan Parisien - Chapitre 4 : Un boxeur d'instinct, p. 49-50.
  12. a et b Marchand 2006, Prologue, p. 6-8.
  13. Marchand 2006, Première partie : Le Cerdan Parisien - Chapitre 1 : Chez Paul, p. 17-18.
Lucien Roupp, Cerdan : la vérité 
  1. a b c et d Roupp 1970, Chapitre Premier, p. 24-27.
  2. Roupp 1970, Chapitre II, p. 37.
  3. a b c et d Roupp 1970, Chapitre Premier, p. 19-21.
  4. a b et c Roupp 1970, Chapitre II, p. 31-32.
  5. Roupp 1970, Chapitre Premier, p. 28-30.
  6. Roupp 1970, Chapitre II, p. 40-41.
  7. a b c et d Roupp 1970, Chapitre II, p. 41-43.
  8. Roupp 1970, Chapitre II, p. 44-46.
  9. a b et c Roupp 1970, Chapitre III, p. 47-49.
  10. a b et c Roupp 1970, Chapitre III, p. 49-52.
  11. Roupp 1970, Chapitre III, p. 52-53.
  12. a et b Roupp 1970, Chapitre III, p. 56-57.
  13. a b et c Roupp 1970, Chapitre IV, p. 59-61.
  14. Roupp 1970, Chapitre IV, p. 61-63.
  15. a et b Roupp 1970, Chapitre IV, p. 63-64.
  16. Roupp 1970, Chapitre IV, p. 65.
  17. a b et c Roupp 1970, Chapitre IV, p. 68-75.
  18. Roupp 1970, Chapitre IV, p. 76-77.
  19. Roupp 1970, Chapitre V, p. 80-81.
  20. a et b Roupp 1970, Chapitre V, p. 81-82.
  21. Roupp 1970, Chapitre V, p. 82-84.
  22. Roupp 1970, Chapitre V, p. 85.
  23. a et b Roupp 1970, Chapitre V, p. 85-86.
  24. Roupp 1970, Chapitre V, p. 86-88.
  25. a et b Roupp 1970, Chapitre V, p. 88-90.
  26. a et b Roupp 1970, Chapitre VI, p. 91-93.
  27. a b c d et e Roupp 1970, Chapitre VI, p. 93-96.
  28. a b et c Roupp 1970, Chapitre VI, p. 96-97.
  29. Roupp 1970, Chapitre VI, p. 97-98.
  30. a et b Roupp 1970, Chapitre VI, p. 102-103.
  31. a b et c Roupp 1970, Chapitre VI, p. 103-106.
  32. a et b Roupp 1970, Chapitre VI, p. 107-108.
  33. Roupp 1970, Chapitre VI, p. 108-109.
  34. Roupp 1970, Chapitre VI, p. 109-111.
  35. a b c et d Roupp 1970, Chapitre VI, p. 111-117.
  36. a et b Roupp 1970, Chapitre VII, p. 129-131.
  37. a b c d et e Roupp 1970, Chapitre VIII, p. 133-137.
  38. Roupp 1970, Chapitre VIII, p. 137-138.
  39. Roupp 1970, Chapitre IX, p. 147-151.
  40. Roupp 1970, Chapitre IX, p. 152-153.
  41. a et b Roupp 1970, Chapitre IX, p. 155-157.
  42. Roupp 1970, Chapitre IX, p. 157-160.
  43. a et b Roupp 1970, Chapitre IX, p. 162-163.
  44. a et b Roupp 1970, Chapitre IX, p. 164-165.
  45. a b et c Roupp 1970, Chapitre VII, p. 119-123.
  46. Roupp 1970, Chapitre VII, p. 126-127.
  47. Roupp 1970, Chapitre VII, p. 128.
  48. Roupp 1970, Chapitre III, p. 54.
Autres références bibliographes 
  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu et bv Margot 2017, Marcel Cerdan : La force du destin.
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o Loiseau 1989, 3. Au nom du père.
  3. Dominique Grimault et Patrick Mahé, Piaf-Cerdan : un hymne à l'amour, 1946-1949, Éditions de la Seine, , p. 82.
  4. Gérard Ejnès, L'Équipe, 60 ans, L'Equipe, , p. 16.
  5. a b c et d Jacques Marchand, L'Équipe raconte L'Équipe : 70 ans de passion, Groupe Robert Laffont, (ISBN 9782221191446, lire en ligne), p. 38-40.
  6. Jean-Pierre Augustin, Sport, relations sociales et action collective, Éditions de la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, , p. 80.
  7. Pierre Duclos, Georges Martin, Piaf, Éditions du Seuil, , p. 1993.
  8. (en) John Grasso, Historical Dictionary of Boxing, Scarecrow Press, , page 440.
  9. a b c d e f g h i j k et l Bosc 2014, 14. La prophétie d'Arista.
  10. Gérard Ejnès, L'Équipe, 60 ans, L’Équipe, , p. 18.
  11. Robert Belleret, Piaf, un mythe français, Fayard, , p. 53.
  12. (en) Roger Zotti, A Tribute to Fighters of the 1950s, Xlibris Corporation, , p. 22.
  13. Roland H. Auvray 1995, p. 127.
  14. Roland H. Auvray 1995, p. 135.
  15. Silvain Reiner, Piaf, le livre d'Édith, Archipel, , p. 127.
  16. a b et c Bosc 2014, 1. Orly.
  17. Bosc 2014, 2. Un Dakota à Casablanca.
  18. Journal officiel de la République française. Édition des lois et décrets, France, , p. 192.
  19. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche Midi, , p. 136.
  20. René Taelman, Les 100 plus grands sportifs de tous les temps, Primento, , p. 47.
Autres références 
  1. « Copie de l'acte de naissance de Marcel Cerdan », sur www.marcelcerdan.com (consulté le 9 décembre 2012).
  2. a b c d et e Yannick Vely, « Marcel Cerdan, un mythe immortel », Paris Match, (consulté le 10 décembre 2018).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t « Le gosse qui haïssait la boxe », L'Équipe,‎ .
  4. a b c d e f g et h R. D., « Le champion Cerdan, boxeur-footballeur », Le Miroir des Sports, no 993,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Gaston Bénac, « Une heure chez le père de Marcel Cerdan, chef d'une famille de champions : "C'est pour vous tous que je travaille", écrivait, ces jours-ci, Marcel Cerdan à son père », Paris-soir, Casablanca, no 5714,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  6. Jean-Louis Beaucarnot, « Les origines familiales de Marcel Cerdan », sur rfgenealogie.com, .
  7. a b c d e f g h et i « Marcel Cerdan : GQ revisite la vie de Marcel Cerdan et coince dans les cordes le plus grand mythe de la boxe française. », GQ, (consulté le 11 décembre 2018).
  8. « Les Sports à Marrakech : La boxe », Le Petit Marocain,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  9. « Cerdan préfère le football à la boxe, nous dis Ben Barek », L'Aube,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  10. « La rentrée de Tovar : Et pour la première fois à Casablanca, un grand combat de poids lourds », Le Petit Marocain,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  11. « Ce soir au Pavillon Bleu, grande soirée franco-italienne : Tovar-Gorri, Abderrahman-Willy Vulcan, Cerdan-Privat et trois autres combats », Le Petit Marocain,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  12. a et b « Cerdan bat Privat par abandon au 5e round : Gori, Abderrahman, Malvone, Mac Pérez et Bordonado sont les autres vainqueurs de la réunion », Le Petit Marocain,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  13. a et b Creugnet, « Carnera sur la sellette : Young Perez, Cerdan et Regis vainqueurs à Casablanca », France-Soir,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  14. a et b Creugnet, « Rabak k. o. à Casablanca », France-Soir,‎ , p. 6A (lire en ligne).
  15. a et b Loys van Lee, « Cotti était bien parti... quand un accident l'arrêta », L'Auto, no 13442,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  16. a et b Loys van Lee, « Tunero, candidat n°1 au titre mondial », L'Auto, no 13456,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  17. Paul Olivier, « Tunero nouveau puncheur : Cerdan et Rutz », France-Soir, no 5228,‎ , p. 8A (lire en ligne).
  18. a b et c Georges Schira, « Locatelli n'a pas eu la fève ! », L'Auto, no 13533,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  19. a et b Georges Schira, « Quel punch, Cerdan !... : Vainqueur d'Eddie Ran par K.O. au 2e round », L'Auto, no 13540,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  20. a et b Victor Chapiro, « Diouf se dérobe devant Tuneno, qui gagne aux points : Que va faire Marcel Thil ? Les avis sont partagés à ce sujet », Le Miroir des Sports, no 986,‎ (lire en ligne).
  21. a b et c Georges Schira, « Rutz l'a reconquis sur le ring », L'Auto, no 13547,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  22. a et b Paul Olivier, « Rutz champion, mais... », Paris-Soir, no 108,‎ , p. 10A (lire en ligne).
  23. a b c d et e « Marcel Cerdan ravit à Kouïdri le titre national des poids welters : Le combat très animé fut sensiblement égal », L'Echo d'Alger, no 10062,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  24. a et b « Cerdan détrône Kouidri », Paris-Soir, no 5347,‎ , p. 6A (lire en ligne).
  25. a b c et d « Marcel Cerdan est champion de France des poids welters », Le Petit Marocain, no 6702,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  26. a et b « Cerdan bat largement Kouidri aux points. Il est champion de France des « légers » », L'Auto, no 13579,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  27. a et b « Les Résultats : Cerdan mérite son titre », L'Auto, no 13599,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  28. a et b « Cerdan bat Pernod aux points », Le Petit Marocain, no 6721,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  29. a et b Georges Peeters, « Le coup d'estoc... », L'Auto, no 13630,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  30. a et b Victor Chapiro, « Ayant "estoqué" Angelmann, Brown annonce sa retraite : On croit généralement que c'est là une fausse sortie. », Le Miroir des Sports, no 999,‎ (lire en ligne).
  31. a et b Victor Chapiro, « Cerdan abat Humery au 6e round et demeure invaincu : la route des grands championnats lui est ouverte : Mais ayant commis l'imprudence d'accepter franchement la bataille avec un Humery déchaîné, il courut, durant le match violent comme une rixe, de grands dangers. A la 3e reprise il donna même l'impression d'être au bout de son rouleau », Le Miroir des Sports, no 1004,‎ (lire en ligne).
  32. a b et c Paul Olivier, « Gustave Humery K.O. ! : Le Nordiste dominant lorsque Cerdan l'envoya à terre au sixième round », France-Soir, no 5423,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  33. Marcel Cerdan, « C'est au cinquième round que j'ai vu que je pouvais gagner », France-Soir, no 5423,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  34. Gaston Bénac, « Le triomphe de la jeunesse et... de la mâchoire la plus solide... : Mais, à côté de cela un gros trou dans le répertoire du vainqueur. Et, par ailleurs, une erreur renouvelée... », France-Soir, no 5423,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  35. a et b « Cerdan conserve son titre de champion de France : Le métropolitain Morin a été battu aux points par le Casablancais », Le Petit Marocain, no 6835,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  36. a et b « La réunion d'Alger : Belle victoire de Cerdan ; mauvaise tactique d'Abad et décision contestable contre Lahoussine », Le Petit Marocain, no 6836,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  37. a et b « Marcel Cerdan bat Deckmyn », Le Petit Marocain, no 6864,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  38. a et b « Une belle réunion à Oran », Le Petit Marocain, no 6865,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  39. a et b Loys van Lee, « Al Baker alla à terre au premier round mais n'y retourna plus... et Cerdan laissant passer sa chance, ne gagne qu'aux points ! : Despeaux sur la trace des grands maîtres », L'Auto, no 13784,‎ , p. 1 et 3 (lire en ligne).
  40. a et b Victor Chapiro, « Rentrée peu réussie de Cerdan, qui ne bat qu'aux points Baker : Pour son deuxième match en « pro », Jean Despeaux confirme les hautes qualités qui lui ont valu un titre olympique. », Le Miroir des Sports, no 1029,‎ (lire en ligne).
  41. Victor Chapiro, « Blessé a la main droite, Despeaux bat néanmoins Charlier : Un long repos est maintenant nécessaire à l'ex-champion olympique pour recouvrer des armes solides qui ne risquent pas de s'enrayer. », Le Miroir des Sports, no 1033,‎ (lire en ligne).
  42. a et b Victor Chapiro, « El Houssine, futur champion : Monber — surprise ! — Fontex, Galfione, Florence, qualifiés pour la compétition des « légers » », L'Auto, no 13826,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  43. a et b Victor Chapiro, « Cerdan et Deyana, vainqueur et vaincu, ont beaucoup à se faire pardonner. Un « espoir » : El Houssine : Un long repos est maintenant nécessaire à l'ex-champion olympique pour recouvrer des armes solides qui ne risquent pas de s'enrayer. », Le Miroir des Sports, no 1035,‎ (lire en ligne).
  44. a b et c Victor Chapiro, « Enfin le sort est favorable a Tenet : Par la vertu d'un point d'avance sur Christo, l'ex-compagnon de Thil est à nouveau champion d'Europe poids moyen. », Le Miroir des Sports, no 1046,‎ (lire en ligne).
  45. a b c d et e C. W. Herring, « Marcel Cerdan injustement disqualifié à Londres : Il faut au moins un coup pour qu'il y ait coup bas. », L'Auto, no 13899,‎ , p. 1 et 3 (lire en ligne).
  46. a et b « Cerdan domine Craster mais est disqualifié pour coup bas imaginaire », L'Echo d'Alger, no 10084,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  47. a et b Victor Chapiro, « Éliminant Janes, Jean Despeaux, invaincu chez les "pros", se dresse devant Tenet. », Le Miroir des Sports, no 1047,‎ (lire en ligne).
  48. a et b Paul Aupetitgendre, « Buratti tint la limite devant Cerdan mais fut nettement battu aux points », L'Auto, no 13911,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  49. a et b E.B., « Cerdan a battu l'Italien Buratti et Belkeir met K.O. l'Algérois Ayoun », L'Echo d'Alger, no 10396,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  50. a et b Georges Peeters, « Et maintenant pour Cerdan: Turiello. Vite... », L'Auto, no 13925,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  51. a b et c Victor Chapiro, « Cerdan domine Turiello, mais il a encore beaucoup à apprendre », Le Miroir des Sports, no 1052,‎ (lire en ligne).
  52. a b et c Robert Perrier, « La jeunesse l'a emporté ! Cerdan, net vainqueur aux points : ...et Turiello n'a évité une punition plus sévère que grâce à son métier, à ses esquives et sa malice... », L'Auto, no 13941,‎ , p. 1 et 3 (lire en ligne).
  53. a b c d et e Victor Chapiro, « A Bruxelles, Wouters ne peut résister à la fougue de Cerdan, dont la précision laisse pourtant à désirer », Le Miroir des Sports, no 1056,‎ (lire en ligne).
  54. a b et c Victor Chapiro, « Peter Kane est toujours là », Le Miroir des Sports, no 1065,‎ (lire en ligne).
  55. a b c et d Victor Chapiro, « A Milan, vainqueur de Turiello, Cerdan est champion d'Europe. Son vœu le plus cher ? Affronter Armstrong pour le titre mondial », Le Miroir des Sports, no 1066,‎ (lire en ligne).
  56. a b c d e f g h et i Laurent Vergne, « Les Grands Récits - Marcel Cerdan, légende vivante et mythe immortel », sur eurosport.fr, (consulté le 7 décembre 2018).
  57. a b c et d Victor Chapiro, « Imparfaitement préparé, Cerdan peine devant Loca », Le Miroir des Sports, no 1068,‎ (lire en ligne).
  58. Paul Olivier, « Cerdan pense maintenant à Roderick... et même à Armstrong », France-Soir, no 5755,‎ , p. 6A (lire en ligne).
  59. a et b « Le boxeur Marcel Cerdan a fait sa rentrée hier à Alger : ... en battant Young Raymond par k. o. au premier round », Le Petit Marocain, no 7022,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  60. a et b « Que Cerdan vienne à Paris : les adversaires ne manqueront pas », L'Auto, no 14607,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  61. a et b « Un grand gala de boxe dimanche prochain aux Arènes de Casablanca : Match-revanche en 10 rounds de 3' - Cerdan-Young Raymond », Le Petit Marocain, no 7024,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  62. a et b « Marcel Cerdan a battu Young Raymond par abandon au sixième round : Rubio vainqueur de Blakys par disqualification », Le Petit Marocain, no 7029,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  63. a et b « Embrassons-nous, Folleville ! », L'Auto, no 15004,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  64. a b et c Le Speaker, « Une planche de salut pour Cerdan ! », Le Miroir des Sports, no 39 - nouvelle série,‎ (lire en ligne).
  65. Roger Malher, « Derrière Marcel Cerdan, l'ouragan, la machine de combat, avons-nous en France des boxeurs de classe internationale ? Lesquels ? », Le Miroir des Sports, no 42 - nouvelle série,‎ (lire en ligne).
  66. « Cerdan a surclassé Fleury », Le Petit Marocain, no 7383,‎ 22 et 23 février 1942, p. 2 (lire en ligne).
  67. a b c d et e George Peeters, « Rentrée-éclair de Marcel Cerdan ! Un gauche-droit au menton : Humery k.o. ... 22 secondes ! : L'état de Humery, transporté à l'hôpital, nécessitait vingt-quatre heures d'observation », L'Auto, no 15101,‎ , p. 1 et 2 (lire en ligne).
  68. a b c d e et f Jean Laurent-Lefebure, « Abattu à la 12e seconde par Cerdan, Humery n'est revenu à lui qu'après 25 minutes », Le Miroir des Sports, no 55 - nouvelle série,‎ (lire en ligne).
  69. Les Actualités mondiales, « Match de boxe : Cerdan-Humery » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  70. George Schira, « Gustave Humery, ranimé après un quart d'heure de soins, a été transporté à l'hôpital Boucicaut », L'Auto, no 15101,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  71. « Cerdan part ce soir pour Marseille, il sera de retour à Paris le 6 mai », L'Auto, no 15102,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  72. Georges Peeters, « L’organiseur embarrassé... », L'Auto, no 15103,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  73. a b c et d Georges Peeters, « Contre un Fernand Viez régulier, adroit et courageux, qui ne fut en danger qu'au 2e round, au tapis pour 8 secondes, Cerdan n'obtient qu'une victoire aux points sans grand brio... performance décevante ! : Lent et parfois imprécis, le « Marocain » ne fut le champion que par à-coups et se laissa endormir par le jeu d'obstruction de son rusé adversaire », L'Auto, no 15118,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  74. a b et c Jean Laurent-Lefebure, « Tantôt liane, tantôt sangsue, parfois boxeur, Viez oblige Marcel Cerdan à combattre jusqu'à la fin de la 10e reprise. », Le Miroir des Sports, no 58 - nouvelle série,‎ (lire en ligne).
  75. a et b Georges Peeters, « En 80 secondes !... un crochet du droit de Cerdan et De Ridder, le Belge, est k.-o. ! : Dewinck, en progrès, a pris sa revanche sur Parisis, Bernard fait match nul avec Guy Serin », L'Auto, no 15154,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  76. Jean Laurent-Lefébure, « Marcel Cerdan foudroie de Ridder après une minute de combat », Le Miroir des Sports, no 64 - nouvelle série,‎ (lire en ligne).
  77. a et b Paul Aupetitgendre, « Le poids moyen Kid Janas écrasé par le mi-moyen Cerdan : Le Martiniquais n'a pas tenu deux reprises devant le candidat au titre européen », L'Auto, no 15177,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  78. a et b « Le Suisse Frely « poids moyen » n'a pas tenu 3 reprises devant Marcel Cerdan », L'Auto, no 15183,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  79. a b et c Paul Aupetitgendre, « Buttin est envoyé huit fois au tapis mais Cerdan disqualifié pour coup bas est déclaré battu », L'Auto, no 15195,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  80. a et b Georges Peeters, « L'uppercut du gauche et la querelle des coups bas », L'Auto, no 15196,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  81. a b c d e f et g Georges Schira, « Par son premier coup de poing, Cerdan devenait champion d'Europe : Cinq secondes après le coup de gong, Ferrer, imprudemment découvert, va au tapis, ne sait pas y rester et subit 5 knock down durant 1m. 25s. de combat arrêté par jet de l'éponge », L'Auto, no 15234,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  82. a b c d et e France Actualités, « Championnat de boxe : Cerdan-Ferrer » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  83. Fernand Legouge, « « J'ai employé ma méthode favorite... », déclare Marcel Cerdan », L'Auto, no 15234,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  84. a et b « A Oran, Cerdan bat Cisneros Larry par K.O. au 6e round », L'Echo d'Alger, no 12082,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  85. a et b « Marcel Cerdan bat Bulldog-Mulano par K.O. au 2Me round : La recette dépasse 500.000 francs », Le Petit Marocain, no 7955,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  86. a et b « A Cassablanca, Cerdan bat l'Américain Mulano par k.o. au 2e round », L'Echo d'Alger, no 12103,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  87. a et b « Marcel Cerdan bat James Toney pat K.O. au 2e round », Le Petit Marocain, no 8004,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  88. a et b « Marcel Cerdan bat James Toney pat k.o. au 2e round », L'Echo d'Alger, no 12159,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  89. a et b « Marcel Cerdan bat Willie Sampson pat K.O. au deuxième round : Lahoucine a battu Rubio aux points », Le Petit Marocain, no 8038,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  90. F. Sicart, « Le général Giraud reçoit les boxeurs Cerdan et Pons vainqueurs dans leur catégorie de la ceinture dorée du tournoi interallié », L'Echo d'Alger, no 12217,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  91. a et b Georges Février, « Marcel Cerdan a battu Jean Despeaux : k.o. 5e round : La machine à combattre », France-soir, no 276,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  92. Georges Schira, « Cerdan sera, ce soir champion de France : Si le combat ne sombre pas d'entrée dans une victoire-éclair de Marcel Cerdan, il est aidé d'en supposer les aspects. », France-soir, no 449,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  93. a b et c Georges Schira, « Cerdan a balayé Diouf », France-soir, no 450,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  94. a et b Michel James, « À Saint-Etienne, Cerdan et Buttin font oublier Georges Bidault et le "piqueur" », France-soir, no 456,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  95. a b c et d Suzanne Chantal, « Cerdan dût paraître au balcon après sa victoire sur Guédès », France-Soir, no 487,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  96. a et b Georges Schira, « Cerdan a battu Tenet... mais M. Pleven est le grand vainqueur », France-Soir,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  97. a b et c Georges Schira et Jacques Chapus, « Marcel Cerdan (72 kg.) bat Robert Charron... de 300 grammes : 45.000 spectateurs des deux mondes assisteront au plus grand match de boxe disputé en France », France-Soir, no 594,‎ 26-27 mai 1946, p. 1 (lire en ligne).
  98. a et b Georges Schira, « Cerdan risque son prestige devant Charron... mais le champion de France part favori », France-Soir, no 594,‎ 26-27 mai 1946, p. 2 (lire en ligne).
  99. a b c et d Georges Schira, « Avec son seul gauche, Cerdan a gagné son passeport pour l'Amérique », France-Soir, no 631,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  100. (en) Associated Press, « Marcel Cerdan Given No Chance To Beat US Boxers, Observers Say », The Gazette, vol. CLXXV, no 169,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  101. a b et c Louis Cambay, « Marcel Cerdan a battu Billy Walker en 2'38" », L'Aube, no 3335,‎ , p. 1 et 4 (lire en ligne).
  102. a b c d et e Paul Parizeau, « Marcel Cerdan gagne par knock-out technique au 1er round : Billy Walker va trois fois au plancher avant que l'arbitre arrête le combat », Le Canada, no 158,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  103. Louis Cambay, « Une victoire éclair de Cerdan sur Raadik permettrait au Marocain de rencontrer Zale », L'Aube, no 3354,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  104. a b et c Louis Cambay, « Pas assez entraîné, trop confiant, Cerdan va trois fois à terre, au 10e round, avant de battre Raadik aux points : Il diminue ainsi ses chances de "recette", condition indispensable pour boxer pour le titre », L'Aube, no 3356,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  105. a b et c Louis Cambay, « Manca n'a pas tenu deux rounds devant Cerdan », L'Aube, no 3429,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  106. a et b « Cerdan écœure Walzack qui se laisse compter out à la quatrième reprise », L'Aube, no 3441,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  107. a b c d e et f Louis Cambay, « La preuve est faite, Cerdan est digne du titre mondial », L'Aube, no 3470,‎ , p. 1 et 3 (lire en ligne).
  108. Radiodiffusion française, « Championnat du monde de boxe des poids moyens : Cerdan Zale » [audio], (consulté le 11 décembre 2018).
  109. a b c et d « Naissance d'un mythe », sur ffboxe.com, (consulté le 21 décembre 2018).
  110. a et b Les Actualités françaises, « Le retour triomphal de Marcel Cerdan, champion du monde des poids moyens » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  111. a b et c Marianne Amar, « L'impossible histoire de Marcel Cerdan », L'Histoire, no 87,‎ , p. 55.
  112. a et b Guillaume Gendron, « Et LaMotta ne se releva pas », Libération, (consulté le 13 décembre 2018).
  113. (en) « La Motta Injured; Cerdan Fight Off », The New York Times,‎ , p. 1 - Sports (lire en ligne).
  114. Cerdan, l'immortel bombardier marocain (lesfousdusport.net)
  115. a b et c Ina Styles, « Lettres d'amour Cerdan Piaf » [vidéo], Youtube, (consulté le 11 décembre 2018).
  116. a b c et d Michel Chemin, « Comme un gant », Libération,‎ (lire en ligne).
  117. a b c et d « Le boxeur Marcel Cerdan : Crash du Constellation dans lequel se trouve », L'Équipe,‎ .
  118. « Rapport de la Commission d'Enquête Interministérielle sur l'accident survenu sur l'appareil Lockheed Constellation de la compagnie Air-France, le 28 octobre 1949, à Sao Miguel (Açores) », sur aviatechno.net, (consulté le 20 décembre 2018).
  119. a b et c « Volant vers la victoire, Marcel Cerdan a rencontré la mort ! : De l'angoisse au drame », L'Équipe,‎ 29-30 octobre 1949.
  120. « Le sport en deuil : Marcel Cerdan est mort », Institut National de l’Audiovisuel, (consulté le 16 avril 2017).
  121. (en) The Associated Press, « 48 Killed in Azores Crash as Plane for U. S. Hits Peak; Cerdan, Boxer, Is a Victim : All Aboard Lost; Air France Liner Was Off Course by 90 Miles in Night Crack-Up », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  122. a et b Sophie Tutkovics, « « Est-ce la poisse absolue ? » : Pour son roman, Romain Bosc a enquêté sur l'accident d'avion dont a été victime Marcel Cerdan, il y a soixante-cinq ans. Et fait revivre les protagonistes du drame. », L'Équipe,‎ .
  123. « Citations à l'ordre de la Nation », Journal officiel de la République française,‎ , p. 11178 (lire en ligne).
  124. « Les restes de Marcel Cerdan ramenés à Casablanca », L'Aube, no 3983,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  125. Michel Chemin, « Marcel Cerdan atterrit parmi les siens. : Perpignan a rendu hommage au «Bombardier marocain», dont le corps a été rapatrié. », Libération,‎ (lire en ligne).
  126. Marcel Cerdan a mis douze fois KO au 1er round ses adversaires au cours de sa carrière professionnelle, la victoire la plus rapide ayant été obtenue en 22 secondes (dont dix secondes de compte) face à Gustave Humery, le 18 avril 1942, à Paris.
  127. a et b « Marcel Cerdan », sur lequipe.fr (consulté le 10 décembre 2018).
  128. Louis Cambay, « C'est avec son seul bras droit que Cerdan a résisté neuf rounds aux assauts de La Motta », L'Aube, no 3862,‎ , p. 1 et 4 (lire en ligne).
  129. « Cerdan d'un crochet gauche au foie abat Lucien Krawczyk au 4e round », L'Aube, no 3827,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  130. Louis Cambay, « Cerdan vainqueur de Turpin par k.-o. à la septième reprise », L'Aube, no 3793,‎ , p. 1 et 4 (lire en ligne).
  131. Louis Cambay, « La victoire en 15 rounds, à l'arraché de Marcel Cerdal sur Cyrille Delannoit », L'Aube, no 3571,‎ 11 et 12 juillet 1948, p. 3 (lire en ligne).
  132. « Harold Green abattu en moins de deux rounds. Les Américains donneront-ils enfin sa chance à Marcel Cerdan pour le titre mondial ? », L'Aube, no 3172,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  133. « Cerdan a battu Gilroy par k.o. au 4e round : L'Ecossais était allé cinq fois au tapis avant de s'écrouler pour le compte », L'Aube, no 3158,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  134. Louis Cambay, « 126 secondes ont suffi à Cerdan pour donner à la boxe français un quatrième titre européen », L'Aube, no 3151,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  135. Louis Cambay, « Cerdan peut prétendre rencontrer Tony Zale ou Rockie Graziano car Abrams n'est pas un novice », L'Aube, no 3107,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  136. Louis Cambay, « Grâce au courage de Pankowiak, nous avons retrouvé Marcel Cerdan : Abrams est-il aussi volontaire que "Panko" ? », L'Aube, no 3065,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  137. a et b Patrick Didier, « Les huit rounds de Marcel Cerdan à Nice » [PDF], Musée National du Sport (consulté le 21 décembre 2018).
  138. Les Actualités Françaises, « Au Palais des Sports, Cerdan met Davies KO » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  139. « Le Tournoi de boxe interallié », Le Petit Marocain, no 8298,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  140. L. B., « En un round, Marcel Cerdan a confirmé sa supériorité : Kouïdri, déclaré battu, s'est montré l'égal de son adversaire Cisneros », L'Echo d'Alger, no 12214,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  141. E. B., « Marcel Cerdan et Kouïdri vainqueurs aux points, deviennent leaders d'une belle équipe de finalistes : Elle comprend : Cerdan (welters séniors), Kouïdri (welters), Naâmar (léger), Pons (plume) et Salério (coq) », L'Echo d'Alger, no 12212,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  142. E. B., « Marcel Cerdan est vainqueur par k.o. en moins d'une minute », L'Echo d'Alger, no 12210,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  143. « Cerdan bat Kouidri aux points », Le Petit Marocain, no 7922,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  144. « Marcel Cerdan vainqueur par knock-out à Oran », Le Petit Marocain, no 7298,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  145. « Marcel Cerdan et Roland Coureau, vous avez enthousiasmé le public algérois... Bravo ! », L'Echo d'Alger, no 11362,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  146. « Roland Coureau a résisté dix rounds devant Cerdan », Le Petit Parisien, no 23542,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  147. « Cerdan vainqueur en 4 minutes ! : Joe Brun n'était pas un adversaire pour le champion de France », L'Auto, no 14768,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  148. « Marcel Cerdan a battu Joë Brun par abandon au 2e round : Abad a été battu aux points par Battling Haï », Le Petit Marocain, no 7204,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  149. Tony Tempesti, « Ce n'est qu'au 4e round que M. Cerdan se mit en action... à fond : Blanchard fut alors roué de coups ! », L'Auto, no 14746,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  150. « Marcel Cerdan a battu Blanchard par K.O. au 6e round », Le Petit Marocain, no 7177,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  151. « Marcel Cerdan surclasse Kouidri qui abandonne au 9e round après avoir été 3 fois à terre », Le Petit Marocain, no 5938,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  152. « Cerdan a battu Fortès par k.o. au 2e round : Abad vainqueur de Manfré aux points », Le Petit Marocain, no 7918,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  153. « Aux points, en 10 rounds de 3 minutes, Cerdan a battu Kid Janas : Abad vainqueur de Sgheiz - Sédraoui champion du Maroc », Le Petit Marocain, no 7071,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  154. « Une nouvelle victoire de Marcel Cerdan... : qui a obligé le Lyonnais Fortes à abandonner au 7e round », Le Petit Marocain, no 7036,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  155. « Pour la seconde fois, Cerdan a battu Locatelli », Le Petit Marocain, no 5811,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  156. Victor Chapiro, « Cerdan demeure champion de France, Dogniaux le devient : Le poids ne joue aucun rôle pour le noir Armstrong, qui domine, à New-York, Ceferino Garcia. », Le Miroir des Sports, no 1039,‎ (lire en ligne).
  157. Victor Chapiro, « Katter ? Un galop d'essai pour Cerdan avant Kouidri », Le Miroir des Sports, no 1037,‎ (lire en ligne).
  158. Victor Chapiro, « Locatelli, première grande victime internationale de Cerdan : Celui-ci affrontera, le 20 mai, le cogneur Gustave Humery, qui vient d'écraser le Tchèque Rabak. », Le Miroir des Sports, no 1002,‎ (lire en ligne).
  159. « Le grand gala de boxe de Rabat », Le Petit Marocain, no 6837,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  160. « A Alger, Cerdan a battu Ali et rencontrera Pernot », Le Petit Marocain, no 6907,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  161. « Les boxeurs marocains Cerdan et Abad sont vainqueurs à Alger », Le Petit Marocain, no 6215,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  162. « Cerdan a battu Kouidri », Le Petit Marocain, no 6183,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  163. « Le Marocain Cerdan a battu, à Alger, Naudin, par abandon : Très grosse impression du crack marocain », Le Petit Marocain, no 6152,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  164. « La boxe à Alger : Le Marocain Cerdan bat l'Algérois Attaf », Le Petit Marocain, no 6138,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  165. « Cerdan vainqueur de Debeaumont : Soya bat Ifergane », Le Petit Marocain, no 6083,‎ , p. 11 (lire en ligne).
  166. « Une belle victoire de Cerdan à Alger : Il bat Attaf par k.o. au premier round », Le Petit Marocain, no 6069,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  167. « Après les victoires de Cerdan et d'Abad », Le Petit Marocain, no 6048,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  168. « Christoforidis s'est qualifié comme challenger du champion du monde : Belle victoire de Cerdan sur Al Francis », Le Petit Marocain, no 5971,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  169. Creugnet, « Pernot vainqueur d'Hilario Martinez », France-Soir,‎ , p. 7B (lire en ligne).
  170. « Gala de boxe sous la présidence de M. Orthlieb, chef de la région de Casablanca, organisé par le Fédération Français de Boxe, au profit de Tony Ascencio », Le Petit Marocain, no 5902,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  171. « La boxe à Casablanca : Une belle réunion au jardin d'hiver », Le Petit Marocain, no 5903,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  172. « Abad bat Hugo et Cerdan bat Ifergane », Le Petit Marocain, no 5854,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  173. « Le combat Abad-Cerdan tant attendu du public casablancais sera l'événement pugilistique de l'année », Le Petit Marocain, no 5819,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  174. « Cerdan a battu Abad aux points : Cette magnifique réunion a obtenu un gros succès d'affluence », Le Petit Marocain, no 5820,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  175. « La boxe à Casablanca », Le Petit Marocain, no 5818,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  176. « Young Perez, Cerdan et Régis grands vainqueurs de la soirée », Le Petit Marocain, no 5727,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  177. « Ce soir à 21 heures au « Roland-Garros-Marocain » : Martinez et Cerdan profiteront-ils de la suprême chance qui s'offre généreusement à eux ? », Le Petit Marocain, no 5711,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  178. « Belle victoire de Cerdan : Martinez est battu aux points », Le Petit Marocain, no 5712,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  179. « Après une splendide soirée : Les organisations Louis Puech confirment un renom transcendant et le « Roland-Garros marocain » mérite de rééditer son inaugural triomphe », Le Petit Marocain, no 5699,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  180. « Marcel Cerdan, le boxeur le plus spectaculaire vu dans toute la longue carrière de sportif : L'adversaire de Billy Walker, mardi, au Forum, est vraiment fameux et on a une chance unique de la voir. », Le Petit Journal, vol. XXI, no 50,‎ , p. 68 (lire en ligne).
  181. a b c d e f et g Christian Larue, « Quarante-six ans après, le mythe Cerdan à la vie dure », La Croix,‎ (lire en ligne).
  182. Frédéric Potet, « Le Mythe Marcel Cerdan », La Croix,‎ (lire en ligne).
  183. Les actualités françaises, « Inauguration du Stade Marcel Cerdan à Alger » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  184. « Le médaillon de Marcel Cerdan préside au Palais des Sports », L'Aube, no 4467,‎ 2 et 3 juin 1951, p. 4 (lire en ligne).
  185. « Les Français ont choisi les timbres du siècle », La Croix,‎ (lire en ligne).
  186. Pascal Charrier, « Le petit monde des ventes aux enchères sportives », La Croix,‎ (lire en ligne).
  187. « La valise de Marcel Cerdan, retrouvée après le crash de son avion, vendue aux enchères », sur leprogres.fr, (consulté le 13 décembre 2018).
  188. Claude Boli, « Un objet, une histoire ! : Le short de Marcel Cerdan », sur museedusport.fr (consulté le 8 février 2019).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Roland H. Auvray, Le Livre d'or du football pied-noir et nord-africain : Testimonia and Fragments, Toulon, Les presses du Midi, (ISBN 978-0-19-924154-5).  .
  • Marcel Cerdan, Ma vie... mes combats, Paris, Bibliothèque France-soir, .
  • Marinette Cerdan et René Cerdan, Cerdan, Solar, (ASIN B003B1EIFI).
  • Lucien Roupp, Cerdan : la vérité, Presses de la Cité, , 412 p. (ASIN B0000DQV0J).  .
  • Roland Passevant, Les Cerdan, Dargaud, (ASIN B0089V0KLQ).
  • Olivier Margot, Zlatko Susi et Christian Vella, La Légende de Marcel Cerdan, Rageot, , 329 p. (ISBN 978-2760607835).
  • Jean-Claude Loiseau, Marcel Cerdan, Flammarion, , 364 p. (ISBN 2-08-066272-4, lire en ligne).  .
  • Edith Piaf et Marcel Cerdan, Moi pour toi : Lettres d'amour, J'ai lu, , 162 p. (ISBN 978-2290330531).
  • Jacques Marchand, Marcel Cerdan, Editions Prolongations, , 119 p. (ISBN 978-2916400013).  .
  • Franck Roubaud-Abad et Maurice Rouff, Cerdan : Intime, Textuel, , 144 p. (ISBN 978-2845973435).
  • Dominique Grimault et Patrick Mahé, Piaf-Cerdan : un hymne à l'amour, 1946-1949, Éditions de la Seine, , 195 p. (lire en ligne).
  • Adrien Bosc, Constellation, Stock, , 198 p. (ISBN 9782234076976, lire en ligne).  .
  • Olivier Margot, Le temps des légendes, JC Lattès, , 480 p. (ISBN 9782709655965, lire en ligne).  .

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

ArticleModifier

  • Stanislas Frenkiel, « Larbi Ben Barek, Marcel Cerdan et Alfred Nakache : icônes de l'utopie impériale dans la presse métropolitaine (1936-1944) ? », Staps, no 80,‎ , p. 99-113 (lire en ligne)

VidéographieModifier

  • [vidéo] Marcel Cerdan, une légende française, documentaire de Jean-Christophe Rosé, 2009, 64 minutes.

Liens externesModifier