Running

variante de la course à pied

Le running (terme anglais signifiant « courir ») est une pratique libre de la course à pied, accompagnée d'objectifs propres à ceux d'une discipline. Le running s'inscrit dans le culte de la performance : courir plus longtemps ou plus vite par exemple. Pour les runners qui l'exercent de façon régulière voire intensive, il se différencie du jogging qui reste une activité « du dimanche », occasionnelle, pour éliminer les excès ou prendre l'air[1].

Course de la Saint-Sylvestre - 15 km - São Paulo - Brésil

Le running devient une tendance lourde des sports individuels, avec une croissance régulière du nombre d'adeptes[2].

Du fait de sa forme plus intense que le jogging, le running a vu l'apparition de beaucoup d'outils et de structures et d'équipements spécialisés qui permettent aux runners de compléter leur progression athlétique : figurent les courses et les rassemblements en tous lieux, les coaches, les académies sportives, les applications dédiées, les chaussures et équipements de running.

Le running constitue aussi un marché commercial que ciblent les fournisseurs du sport, séduits par sa nouveauté, son aspect à la mode et son expression comme phénomène social.

Terminologie et définitionModifier

Running signifie en anglais courir, alors que jogging signifie trotter.

Le pratiquant est un runner (coureur).

Comparaison avec le joggingModifier

Le jogging convient à tout le monde du fait de sa vitesse modérée. Qu'importe que l'on soit débutant, amateur, senior ou en surpoids, les avantages immédiats sont évidents : l'impact sur le sol est modéré, le bassin reste stable et les articulations sont peu mises à contribution[3]. Les joggeurs n'ont pas d'objectifs de compétition. Ils courent pour les effets positifs sur la santé, sur l'équilibre psychologique ou sur la masse corporelle[4]. Il sert également d'échauffement à une autre pratique sportive : match, combat, etc.

PratiqueModifier

Le coureur exerce l'activité à l'heure de son choix et dans la plupart des lieux extérieurs[4]. « Le running est compatible avec nos emplois du temps et nos vies d'urbains »[5].

Le running est lié à l'idée de communauté. De nombreux sites facilitent le contact entre pratiquants, par le biais d'applications dédiées, de réseaux sociaux et de blogs. Ils y échangent des astuces d'entraînement, de parcours, des commentaires sur les épreuves, des conseils de performances, nutritionnels, d'hydratation ou le vécu des équipements[4].

ÉquipementModifier

Une paire de chaussures de running suffit pour débuter. Autres accessoires :

  • la montre équipée (ou non) GPS et de cardio-fréquencemètre ;
  • le téléphone portable avec application dédiée reliée au GPS, avec (ou sans) ceinture cardio-fréquencemètre ;
  • radio, téléphone portable, écouteurs ;
  • bonnet, bandeau, bandana, casquette ;
  • manchettes isolantes, brassard pour téléphone portable ;
  • gants.
  • sac à eau, ceinture à eau ;
  • ceinture ;
  • la nuit : lampe frontale, éperons lumineux, brassard réfléchissant.

Détermination d'objectifsModifier

La fixation d'objectifs de course fait partie intégrante du running : relever des défis variés, au nombre desquels la pratique de la compétition, le fait de courir plus vite ou sur une plus longue distance. Le running présente de fait une alternance de phases de course, l'endurance, la course à haute intensité, voire progresser sur des pentes à forte déclivité, qui réclament davantage d'efforts cardio-vasculaires, des poumons, des muscles et des ligaments, que le jogging. Une bonne condition physique de base est nécessaire[6].

Le running s'inscrit dans le culte de la performance. Il n'est pas question de se détendre, le dépassement de soi fait partie intégrante de la pratique, avec pour maître mot le mental[4].

Avantages et inconvénientsModifier

 
Position du pied droit et de la cheville durant l'appui

L'entraînement améliore la vitesse de course du runner, il court plus dynamiquement et ressent les progrès physiques : l'amélioration du rythme de course, de l'endurance et de l'économie de course, avec pour avantages de la pratique régulière et sur le long terme[3]:

  • le renforcement de l'ossature, puisque c'est un exercice non porté,
  • le renforcement du cœur, de la capacité respiratoire, l'amélioration de la circulation sanguine. La tension artérielle diminue[1],
  • le renforcement du système immunitaire,
  • le retardement du vieillissement musculaire[1].

Le running a démontré un impact positif sur la réduction de mortalité pour une pratique entre 2,5h et 4h par semaine[7]. Il s'inscrit dans la récente culture du mieux « Manger - Bouger »[5]. Une étude du Copenhagen City Heart de 2012, menée sur 19 000 personnes, fait ressortir que la pratique environ 2h30 par semaine sur deux à trois séances, améliore l'espérance de vie de 6,2 années pour les hommes et de 5,6 pour les femmes[1]

La combustion des calories et l'aide au maintien du poids corporel[8]: c'est un des sports qui consomment le plus de calories avec environ 500 kcal par heure pour une vitesse moyenne de 10 km/h. Pour perdre de la masse grasse, mieux vaut courir lentement mais longtemps[1]. En revanche, le poids n'est pas un marqueur fiable de l'amaigrissement puisqu'on gagne en muscle du fait de l'exercice, et que celui-ci pèse plus lourd que le gras[1]

La pratique conduit a un renforcement des muscles et tendons. Pour augmenter la puissance musculaire, quelques séances de renforcement en salle, en côte ou de vitesse sont nécessaires pour progresser[1].

Au fur et à mesure de la croissance de vitesse, les sollicitations sur le corps et les risques de surcharge augmentent. Le running exige une pratique rigoureuse de l'activité[3].

Phénomène de modeModifier

Pour qu'une pratique humaine devienne une tendance, la reconnaissance par le monde de la mode est important. C'est justement ce qui s'est passé pour le running, il suffit de voir le nombre d'hommes et de femmes, qui arborent des chaussures de course orange, jaune ou rose fluo associées à une tenue plus classique. Coupes près du corps, couleurs attirantes, motifs modernes, le runner s'équipe de plus en plus avec un souci d'esthétique[4].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Claire Sassonia, « Fini le jogging, mettez-vous au running ! », sur Au Féminin, (consulté le ).
  2. Relaxnews, « Running : des astuces pour s'entraîner », sur Doctissimo, (consulté le ).
  3. a b et c « Jogging vs. Running », sur Ochsner Sport Coach (consulté le )
  4. a b c d et e Sara Taleb, « Comment le running a remplacé le bon vieux jogging », sur Le HuffPost, (consulté le )
  5. a et b Laurent David Samama, « Mathieu Le Maux : “Le running est devenu un phénomène de société” », sur Les Inrocks, (consulté le )
  6. (en) State Government of Victoria - Australie, « Running and jogging - health benefits », sur Better Heath Channel, (consulté le ).
  7. Vincent Bargoin, « Running : comment doser les entrainements pour le meilleur impact sur la mortalité », sur The heart.org, (consulté le )
  8. (en) State Government of Victoria - Australie, « Running and jogging - health benefits », sur Better Heath Channel, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier