Jonas Kaufmann

chanteur allemand d'opéra
Jonas Kaufmann
Description de l'image Jonas Kaufmann La Scala 2015.jpg.

Naissance (53 ans)
Munich, Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Activité principale Artiste lyrique
Ténor
Style musique classique
Lieux d'activité Bayerische Staatsoper, Metropolitan Opera, Royal Opera House...
Années d'activité depuis 1993
Formation Hochschule für Musik und Theater München
Conjoint Margarete Joswig (divorce en 2014) puis Christiane Lutz (marié en 2018)
Famille Quatre enfants, une fille et trois garçons.
Site internet http://www.jonaskaufmann.com/

Répertoire

Italien, français, allemand, anglais

Jonas Kaufmann est un chanteur d'opéra allemand, ténor lirico-spinto, né le à Munich. Il se produit surtout sur les scènes d'opéra et les salles de concert en Europe mais aussi aux USA, en Chine, au Japon, en Australie[1]. Il chante surtout le répertoire italien du XIXème siècle, les répertoires allemands des XIXème et XXème siècle, le répertoire du grand opéra français. Il a également une grande pratique du Lied.

BiographieModifier

DébutsModifier

Jonas Kaufmann est né à Munich en 1969 dans une famille de musiciens amateurs. Il prend des leçons de piano et intègre la chorale de son école[2].

Il démarre ses études supérieures en étudiant les mathématiques, tout en intégrant la Hochschule für Musik und Theater München. Il en est diplômé comme chanteur de concert et d'opéra en 1994[2]. Il participe également aux master-classes de James King, Hans Hotter et Josef Metternich[2].

En 1994, il est engagé comme ténor soliste dans la troupe du Théâtre national de la Sarre[2] et expérimente toute sorte de rôles différents avant de donner un nouveau cours à sa carrière au bout de deux ans après avoir pris des cours auprès de Michael Rhodes, il devient soliste indépendant[2].

Dès ses débuts il a la chance de travailler avec de grands metteurs en scène tels que Martin Kušej pour sa prise de rôle en Jacquino dans Fidelio en 1998 à l'Opéra de Stuttgartt, puis Olivier Py pour La Damnation de Faust en 2002, à Genève, où la mise en scène est très controversée mais où "Jonas Kaufmann s'impose. Il y en a peu pour atteindre ces aigus de cette manière" d'après le journal suisse Le Temps qui en rend compte[3] . Il travaille également ce Faust de la Damnation de Faust de Berlioz avec le chef d'orchestre Antonio Pappano, alors directeur musical du théâtre de la Monnaie à Bruxelles aux côtés de Suzanne Graham et de José Van Dam dans une production de Roland Aeschlimann, captée par Pierre Barré en 2002[4]. Encore jeune ténor, Jonas Kaufmann multiplie les rôles parfois dans des opéras rares qui bénéficient d'un enregistrement avec des grands chefs d'orchestre comme John Eliot Gardiner pour un enregistrement de l'Obéron de Weber[5] , Der Vampyr de Mäschner où il tient le rôle d'Aubry en 1999[6].

Il interprète tour à tour de nombreux rôles mozartiens, Tamino dans la Flûte enchantée, Don Ottavo dans Don Giovanni, Ferrando dans Cosi Fan Tutte, Tito dans La clemenza di Tito[7], Belmonte dans Die Entführung aus dem Serail. Il se réfère souvent dans les entretiens à son Ferrando dans le Cosi Fan Tutté mis en scène par Giorgio Strehler au Piccolo Teatro de Milan en 1998, le metteur en scène lui ayant fait confiance, après l'avoir trouvé "trop vieux" pour le rôle et lui ayant appris à se tenir sur scène[8].

Au début des années 2000, Kaufmann est engagé par l'Opéra de Zurich. Il y chante de nombreux rôles de premier plan, étant l'un des ténors soliste de la maison, comme le Duc De Mantova dans Rigoletto, Rodolfo dans la Bohème de Puccini, ou encore le Faust de Charles Gounod en 2004[9] et le plus rare, Nina O Sia La Pazza Per Amore de Paisiello en 2002[10] avec Cécilia Bartoli[11], Florestan dans Fidelio de Beethoven en 2004 sous la direction de Nikolaus Harnoncourt et aux côtés de la Leonora de Camilla Nylund, et le Königssohn les Enfants de roi (Königskinder) d'Humperdinck en 2010)[12].

Ascension internationaleModifier

C'est son succès au Met dans La Traviata en 2006, avec Angela Gheorghiu, qui est le moteur de son accession à un rang mondial. "Le Met a accueilli un nouveau ténor sous le nom d'Alfredo : Jonas Kaufmann, un jeune Allemand à la voix magnifiquement construite" souligne par exemple l'article du New York Times[13] et les engagements internationaux se multiplient alors. Jonas Kaufmann lui-même date de cette Traviata au MET, son ascension en tant que star internationale : « La percée sur le plan international ce fut, en 2006, La Traviata au Metropolitan Opera aux côtés d’Angela Gheorghiu. Après, même en Europe, on m’a regardé différemment. » confie-t-il au Devoir lors d'un entretien en 2014[14].

Il interprète de nombreux rôles sur toutes les places internationales dont Don José dans Carmen (Bizet)[15], d'abord à Londres puis à la Scala de Milan en 2009[16] pour l'ouverture de la saison. En 2010, sa prise de rôle en Werther à Paris est saluée par la critique[17], spécialement au sein du public français, qui l'avait assez peu remarqué jusque-là[18].

Kaufmann ouvre à nouveau la saison de la Scala en avec Lohengrin[19] dirigé par Daniel Barenboïm, et fête l'année Wagner avec Parsifal au Met[20]. Il aborde d'ailleurs Lohengrin dès 2009 à l'Opéra de Munich puis en 2010 au festival de Bayreuth où il fait ses débuts[21]

Pendant l'année 2013, il ajoute à son répertoire trois des rôles verdiens plus spinto marquant l'évolution de sa voix : Don Carlo à l'opéra de Munich[22], au Royal Opera House de Londres puis à Salzbourg lors du festival de l'été 2013[23], Manrico dans Il Trovatore dans une mise en scène d'Olivier Py et Alvaro dans La Forza del Destino à l'Opéra de Munich dans une mise en scène de Martin Kuzej. Ces trois séries de représentations le voit associé à la soprano Anja Harteros.

Durant l'année 2014, il aborde un nouveau rôle, celui de Des Grieux dans Manon Lescaut à Londres sous la direction d'Antonio Pappano, avec Kristine Opolais dans le rôle-titre. Le couple se formera à nouveau en novembre 2015 cette fois sous la baguette d'Alain Altinoglu à l'Opéra de Munich[24]. Entretemps c'est à l'Opéra de Vienne et avec Nina Stemme, que Kaufmann devient le bandit au grand coeur de la Fanciulla del West de Puccini[25].

En 2015, Kaufmann commence par son premier Andrea Chénier (Giordano) au Royal Opéra House[26] en janvier, puis il interprète Aida, à l'Académie Santa-Cecilia de Rome en version concertante, sous la direction d'Antonio Pappano, avec Anja Harteros, mais aussi avec Ludovic Tézier, Erwin Schrott et Ekaterina Semenchuk, Le CD[27] sort chez Warner Classics en et se voit salué[28]. Puis il interptète un double rôle (Cavalleria rusticana et Pagliacci)[29] avant de se lancer dans une tournée Opérettes, Du bist die Welt für mich[30] où il rend hommage aux grands compositeurs et interprètes d'opérettes autrichiennes et allemandes, de Vienne à Berlin, de l'entre-deux-guerres.

Il réalise sa première tournée au Japon et en Corée puis donne un concert Puccini à La Scala de Milan, où il aborde son premier Nessun dorma[31]. Il participe aux Chorégies d'Orange avec son Don José dans Carmen, avant d'aborder une nouvelle mise en scène (de son ami Claus Guth) pour Fidelio au festival d'été 2015 de Salzbourg[32].

Richard Wagner n'est pas en reste dans les interprétations du ténor, qui aborde Siegmund au MET dans die Walküre en 2011 dont il sortira un coffret DVD du cycle mis en scène par Robert Lepage[33], rôle qu'il reprendra à Munich durant le festival d'été de 2018, au cours d'un cycle complet du Ring[34] et Walter des Meistersinger von Nürnberg à l'Opéra de Munich sous la baguette de Kiril Petrenko en 2016[35].

L'Opéra de Paris sous la direction de Stephane Lissner lui offre deux rôles importants, une nouvelle Damnation de Faust en décembre 2015 sous la direction de Philippe Jordan, dont la mise en scène de Alvis Hermanis est huée dès le premier soir[36] et une prise de rôle dans les Contes d'Hoffmann d'Offenbach à laquelle il doit finalement renoncer, il s'adresse au public par un message où il explique sa situation et ses regrets[37].

En effet un hématome sur les cordes vocales le conduit à annuler nombre de ses engagements de à [38]. Après avoir plusieurs fois annoncé son retour Jonas Kaufmann remonte sur scène en , à l'Opéra de Paris, dans le rôle-titre de Lohengrin[39].

Otello et TristanModifier

Il participera ensuite à la nouvelle mise en scène de Warlikowski, toujours à l'Opéra de Paris, pour un Don Carlos, version française de l'Opéra de Verdi, avec Sonya Yoncheva, Ildar Abdrazakov, Elina Garança et Ludovic Tézier[40].

Il aborde enfin le rôle très attendu d'Otello, souvent considéré comme l'Everest des ténors, à Londres en juin 2017 sous la direction d'Antonio Pappano, directeur musical du Royal Opera House. Le Monde dans son article intitulé "Otello, belle prise de guerre du ténor, Jonas Kaufmann, souligne : "Car, pour appartenir à la catégorie des ténors di forza, à l’instar des Pollione (Norma, de Bellini) ou des verdiens Manrico (Il Trovatore), Alvaro (La Forza del destino) ou Radamès (Aïda), le rôle d’Otello réclame aussi beaucoup de nuances et un art du cantabile", pour ajouter "Et cela, qui mieux que Jonas Kaufmann peut l’incarner, maître de la demi-teinte"[41].

En 2019, il part en tournée de cinq concerts pour le cycle Das Lied von der Erde de Gustav Mahler[42].

Il chante également au Rolex Ambassadors Gala à la Scala de Milan avec Placido Domingo, Sonya Yoncheva et Juan Diego Florez le [43] avant de se rendre en Austalie, en , pour trois prestations en version-concert d'Andrea Chénier (Umberto Giordano) en Australie, à Sydney puis à Melbourne avec Eva-Marie Westbroek et Ludovic Tézier[44].

Fin 2019, Kaufmann réalise sa prise de rôle en Paul dans die Tote Stadt de Erich Korngold à l'Opéra de Munich, sous la direction de Kiril Petrenko[45]

Durant les restrictions sanitaires liées à la pandémie, les activités du ténor se poursuivent dans le cadre du confinement en 2020 et 2021.

Un CD d'un enregistrement studio de Otello de Verdi sort en juin 2020 chez Sony, et Antonio Pappano et Jonas Kaufmann en assurent la promotion par une série d'entretien filmés et diffusés[46].

Un autre enregistrement réalisé par Jonas Kaufmann et le pianiste Helmut Deutsch durant le confinement, sort début septembre : c'est un récital de Lieder allemands de la période romantique, qui faisaient partie de leurs "bis" de concert[47].

Début 2021, à Madrid, à l'occasion d'une conférence de presse, il lance un appel à la réouverture des salles de concert[48].

Mais celles-ci restent fermées de longs mois et les artistes se produisent le plus souvent sans public mais avec retransmission vidéo. Ainsi Kaufmann est-il sur scène dans Aida, nouvelle production de Lotte de Beer à l'Opéra de Paris aux côtés de Sondra Radvanovsky et Ludovic Tézier en février[49], puis dans Parsifal (Richard Wagner) à l'Opéra d'État de Vienne le 11 avril lors d'une représentation unique sans public[50], avec Elina Garança, Ludovic Tézier, Georg Zeppenfeld, sous la direction de Philippe Jordan et dans une mise en scène de Kirill Serebrennikov[51].

En mai 2021, le public est autorisé à revenir en salle et Jonas Kaufmann peut alors faire sa prise de rôle en Tristan (l'autre Everest des ténors) dans Tristan und Isolde de Richard Wagner, avec Anja Harteros sous la direction de Kiril Petrenko dans une mise en scène de Warlikowski à l'opéra de Munich, ouvrant le festival d'été 2021. Les représentations sont très attendues après des mois de fermeture des salles[52].

C'est également le retour du ténor aux USA avec une tournée de récital de Lieder, accompagné du pianiste Helmut Deutsch[53] en cotobre 2021 avant deux prises de rôles début 2022 : le rôle-titre de Peter Grimes dans l'opéra de Benjamin Britten à l'Opéra de Vienne[54], puis Calaf dans une version concertante de Turandot, avec Sondra Radvanovsky dans le rôle-titre, sous la direction d'Antonio Pappano à l'auditorium Santa Cecilia de Rome qui a suivi et couronné un enregistrement studio de l'intégrale, version dite Alfano I, de l'oeuvre inachevée de Puccini[55].

Voix et styleModifier

Ténor lyrique « spinto », Jonas Kaufmann a une voix sombre de baryton tout en chantant les rôles de ténors dans les répertoires italiens, français, allemands, anglais. C'est aussi un interprète de Lieder généralement accompagné du pianiste Helmut Deutsch qui a été son professeur dans ce domaine. C'est l'un des ténors plus recherchés sur les scènes internationales[56],[57],[58],[59]du fait de la versatilité de son répertoire et d'une présence sur scène généralement appréciée du public comme des critiques[14].

DiscographieModifier

VidéographieModifier

LivresModifier

  • 2010, Thomas Voigt, Jonas Kaufmann, Meinen die wirklich mich?, Henschel-Verlag, Leipzig (ISBN 978-3-89487-669-2).
  • 2010, Evelyn Rillé, Johannes Ifkovits, Die Oper kocht ", Opera Rifko Verlag (ISBN 978-3950295603).
  • 2014, Karin Jacobs-Zander, Lebenslotsen - Wie Vorbilder und Werte uns leiten, Ellert und Richter Verlag (ISBN 978-3-8319-0573-7).
  • 2015, Thomas Voigt, Jonas Kaufmann Tenor Henschel Bärenreiter, Leipzig 2015 (ISBN 978-3-89487-938-9).
  • 2019, Thomas Voigt, In conversation with Jonas Kaufmann (with contributions from Placido Domingo, Antonio Pappano, Anja Harteros, Weidenfeld and Nicholson, first edition in 2017, paperbook in 2019.
  • 2019, Jonas Kaufmann - Eine Bilderreise - Christine Cerletti, Thomas Voigt, Nikolaus Bachler - Verlag für moderne Kunst GmbH[77]

FilmographieModifier

  • 2014, Casanova Variations, film de Michael Sturminger (sorti le ) : Comte Branicki.
  • 2017, Jonas Kaufmann, tenor for the ages (Ténor pour l'Éternité), documentaire, réalisation John Bridcut, en anglais, © Crux Productions MMXVII.
  • 2020, Jonas Kaufmann - Ein Weltstar ganz privat, documentaire, Amazon Prime[78]

RécompensesModifier

Beaucoup des récompenses ci-dessous sont répertoriées dans l'ouvrage de Thomas Voigt "Jonas Kaufmann, in conversation with"[79]

  • 2007 Gramophone Award 2007, Strauss-Lieder, CD[80]
  • 2008 Grands prix internationaux du disque, Diapason d’or, Romantic Arias, CD
  • 2008 Qobus/Classica: Le meilleur disque de 2008, Romantic Arias, CD[81]
  • 2009 Gramophone Award 2009, Madame Butterfly, CD[82]
  • 2009 Prix Caecilia 2009, Sehnsucht, CD
  • 2009 Diapason d’or 2009, Romantic Arias, CD
  • 2010 ECHO Klassik „Bester Sänger des Jahres“ für die Einspielung Sehnsucht
  • 2010 Orphée d’or „Wolfgang Wagner“ 2010, Sehnsucht, CD
  • 2010 Diapason d’or 2010, Die schöne Müllerin, CD
  • 2010 Diapason d’or 2010, Verismo Arias, CD
  • 2011 Gramophone Award 2011, Verismo Arias, CD[83]
  • 2011 Diapason d’or 2011, Werther, DVD
  • 2012 Medaille für besondere Verdienste um Bayern in einem Vereinten Europa
  • 2012 Gramophone Award 2012, Fidelio, CD[84]
  • 2013 International Opera Award: Opera Magazine Readers Award
  • 2013 International Opera Awards: The Male Singer of the Year Award
  • 2013 Die Goldene Deutschland
  • 2013 Bayerischer Kammersänger – verliehen im Anschluss der Vorstellung Il trovatore am 8. Juli 2013
  • 2013 ECHO Klassik „Sänger des Jahres“ für die Einspielung Kaufmann Wagner
  • 2013 ECHO Klassik „Operneinspielung des Jahres“ (19. Jh.): Mariinsky Orchestra/Valery Gergiev, Wagner: Die Walküre
  • 2013 ECHO Klassik „Musik-DVD-Produktion des Jahres“: Robert Lepage/Deutsche Grammophon, Der Ring des Nibelungen
  • 2013 Gramophone Award 2013, Wagner, CD[85]
  • 2014 Goldene Schallplatte für das Verdi-Album; verliehen im Anschluss des Liederabends Winterreise in Graz am 4. April 2014
  • 2014 ECHO Klassik „Solistische Einspielung des Jahres/Gesang“ (The Verdi Album)
  • 2014 Gramophone Classical Music Award 2014 Solo Vocal (Schubert – Winterreise, Jonas Kaufmann und Helmut Deutsch)
  • 2014 Bambi in der Kategorie „klassische Musik“[86]
  • 2015 International Opera Award
  • 2015 ECHO Klassik „Sänger des Jahres“ für die Einspielung Du bist die Welt für mich[87]
  • 2015 Premio Puccini 2015[88]
  • 2016 Verdienstkreuz am Bande des Verdienstordens der Bundesrepublik Deutschland
  • 2016 ECHO Klassik „Bestseller des Jahres“ für das Puccini-Album Nessun Dorma[89]
  • 2016 Jahrespreis für die Studioaufnahme der Aida (2015) beim Preis der Deutschen Schallplattenkritik
  • 2017 ECHO Klassik „Bestseller des Jahres“ für das Album Dolce Vita[90]
  • 2018 Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres[91]
  • 2018 Bayerischer Maximiliansorden für Wissenschaft und Kunst[92]
  • 2019 Goldener Rathausmann der Stadt Wien[93]
  • 2020 Ehrendoktor am Royal College of Music[94]
  • 2020 Opus Klassik, pour la catégorie „Klassik ohne Grenzen“ pour son album Wien[95]
  • 2021 Österreichischer Musiktheaterpreis – Medien-Sonderpreis[96]
  • 2021 Opus Klassik, pour la catégorie „Operneinspielung / Musik bis 19. Jh.“ pour son album Otello
  • 2022 Titre de Kammersänger du Wiener Staatsoper [97]
  • 2022 "Premio Corelli100", Premier prix "Corelli" attribué à Ancone à Jonas Kaufmann, pour le centenaire de Franco Corelli[98].
  • 2022 Premier "prix international Casa Museo Enrico Caruso"[99]

Vie privéeModifier

Le , le site officiel de Jonas Kaufmann annonce publiquement que le couple formé avec Margarete Joswig se sépare[100].

Il se remarie avec Christiane Lutz[101] en janvier 2019. Leur fils Valentin est né en février 2019[102].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Andrea Chénier at Sydney Opera House », sur opera.org.au (consulté le )
  2. a b c d et e « Jonas Kaufmann : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique, (consulté le )
  3. « «La Damnation de Faust», la jubilation de Py », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  4. « LA DAMNATION DE FAUST », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Andreas Laska, « Oberon léger et élégant avec Jonas Kaufmann « À Emporter « ResMusica » (consulté le )
  6. « Jonas avant la baleine | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  7. Laurence Le Diagon-Jacquin, « La Clemenza di Tito : Una italiana Clemenza », sur ResMusica, (consulté le )
  8. (it) « Il tenore Jonas Kaufmann: "Strehler non mi voleva: sei vecchio per Fernando" », sur la Repubblica, (consulté le )
  9. Andreas Laska, « Faust ou Faux semblants avec Jonas Kaufmann à Zürich « La Scène « ResMusica » (consulté le )
  10. « Paisiello: Nina (Cecilia Bartoli, Jonas Kaufmann,…) | Classical music review from Classical-Music.com », sur www.classical-music.com (consulté le )
  11. Giovanni Paisiello / Cecilia Bartoli, Jonas Kaufmann, László Polgár, Juliette Galstian, Angelo Veccia, Federica Bartoli, Golda Fischer / Chorus and Orchestra Of The Opernhaus Zürich / Adam Fischer, Cesare Lievi, Thomas Grimm - Nina o sia La Pazza Per Amore (lire en ligne)
  12. « Humperdinck : Les Enfants du Roi (Zürich) - Königskinder - Critique DVD », sur Tutti-magazine (consulté le )
  13. (en-US) Bernard Holland, « A Violetta to Conquer the Scenery », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  14. a et b Christophe Huss, « Jonas Kaufmann, le ténor absolu », sur Le Devoir, (consulté le )
  15. Pierre Degott, « La tragédie de Carmen avec Anna Caterina Antonacci et Jonas Kaufmann », sur ResMusica, (consulté le )
  16. R. T. L. Newmedia, « Scala: l'interprète de Carmen ovationnée, mais des sifflets pour la mise en scène », sur RTL Info, (consulté le )
  17. « Kaufmann au firmament du romantisme | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  18. Renaud Machart, « Un grand Werther à l'Opéra de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « A dream cast united in La Scala's Lohengrin », sur bachtrack.com (consulté le )
  20. « Jonas Kaufmann, le ténor du Rhin », sur Libération.fr, (consulté le )
  21. Le Point magazine, « Le ténor Jonas Kaufmann acclamé pour ses débuts à Bayreuth », sur Le Point, (consulté le )
  22. « Harteros, Pape, Kaufmann : difficile de faire mieux | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  23. « Le triomphe de Pappano | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  24. « La première de Manon Lescaut à l'Opéra de Munich, avec Kristine Opolais et Jonas Kaufmann, par Stéphane Grant », sur Radio France (consulté le )
  25. « La fanciulla del West », sur Avant Scène Opéra (consulté le )
  26. diapasonmag.fr, « Royal Opera House : Jonas Kaufmann triomphe dans Andrea Chénier de Giordano - Diapason », sur diapasonmag.fr, (consulté le )
  27. (en-GB) Andrew Clements, « Verdi: Aida review – Pappano brings gorgeous colours and textures to a spectacular studio recording », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  28. (en-US) Lucas Irom, « CD, compte rendu critique. Verdi : Aida. Jonas Kaufmann, Pappano (3 cd Warner classics, 2015) | Classique News » (consulté le )
  29. « OSTERFESTSPIELE SALZBURG 2015: CAVALLERIA RUSTICANA de Pietro MASCAGNI et I PAGLIACCI de Ruggero LEONCAVALLO le 6 AVRIL 2015 (Dir.mus: Christian THIELEMANN; Ms en scène: Philipp STÖLZL) », sur Le blog du Wanderer (consulté le )
  30. « Jonas Kaufmann, «Du bist die Welt für mich» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  31. André Tubeuf, « JONAS KAUFMANN SUPERSTAR À LA SCALA DE MILAN- », sur Radio Classique, (consulté le )
  32. « «Fidelio» sauvé par les voix et un orchestre somptueux », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  33. « La Walkyrie (Metropolitan Opera 2011) - Die Walküre - Critique DVD », sur Tutti-magazine (consulté le )
  34. « Le choc des Titans | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  35. (es) Opera World, « Munich: Nouvelle mise en scène pour les Meistersinger avec Jonas Kaufmann », sur Opera World, (consulté le )
  36. « La Damnation de Faust huée à Bastille », sur Radio France (consulté le )
  37. « Les Contes d'Hoffmann - Message de Jonas Kaufmann », sur Opéra national de Paris (consulté le )
  38. « Le ténor Jonas Kaufmann annule ses représentations pour un hématome des cordes vocales - Médecine des arts », sur www.medecine-des-arts.com (consulté le )
  39. « Jonas Kaufmann de retour sur scène le 18 janvier à Bastille dans Lohengrin », sur Radio France (consulté le )
  40. « Qui a peur de Krzysztof Warlikowski ? | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  41. « Otello, belle prise de guerre du ténor Jonas Kaufmann », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Triomphe de Jonas Kaufmann et du Chant de la Terre à Baden Baden - Actualités - Ôlyrix », sur Olyrix.com (consulté le )
  43. « Wiener Philharmoniker - Teatro alla Scala », sur teatroallascala.org (consulté le )
  44. (en) « Andrea Chenier: Moments of artistry and sheer vocal beauty », sur Brisbane Times, (consulté le )
  45. Jean-Luc Clairet, « Un nouveau label et une Tote Stadt de rêve à l’Opéra de Munich », sur ResMusica, (consulté le )
  46. Pierre Degott, « Otello, pour Kaufmann… et pour les autres « À Emporter « ResMusica » (consulté le )
  47. « Au cœur du confinement, une parenthèse d’authenticité | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  48. « «Public, nous avons besoin de vous», le cri du cœur du ténor Jonas Kaufmann », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  49. « Sondra Radvanovsky et Jonas Kaufmann réunis dans Aïda à l'Opéra de Paris », sur France Musique (consulté le )
  50. « Quand Jonas se dédouble... (streaming) | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  51. « "Parsifal et les ombres du passé" - impressionnante réalisation de Kiril Serebrennikov, pour une distribution cinq étoiles, étincelante de justesse et de talent. », sur "Parsifal et les ombres du passé" - impressionnante réalisation de Kiril Serebrennikov, pour une distribution cinq étoiles, étincelante de justesse et de talent. (consulté le )
  52. « https://wanderersite.com/2021/07/le-tristan-de-lailleurs/ », sur Wanderer, (consulté le )
  53. (en-US) « Jonas Kaufmann, tenor; Helmut Deutsch, piano | Recital at Cal Performances », sur Cal Performances (consulté le )
  54. « Peter Grimes de Britten avec Jonas Kaufmann à l’Opéra d’Etat de Vienne », sur Radio France (consulté le )
  55. « A Rome, une version de référence pour une Turandot particulière | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  56. « Jonas Kaufmann Un ténor d'exception », sur Les Echos, (consulté le )
  57. Par Séverine Garnier Le 19 octobre 2017 à 11h43, « Jonas Kaufmann, le meilleur ténor du monde, en direct chez vous », sur leparisien.fr, (consulté le )
  58. André Tubeuf, « Jonas Kaufmann, le ténor tout en or », sur Le Point, (consulté le )
  59. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « Jonas Kaufmann – Tenor Supreme | DW | 17.04.2021 » (consulté le )
  60. « Les brillances du jeune Jonas | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  61. « Jonas Kaufmann chante des airs d'opéras romantiques », sur Radio France (consulté le )
  62. « LUCERNE FESTIVAL 2010: FIDELIO, de L.v. BEETHOVEN, dirigé par Claudio ABBADO, avec Jonas KAUFMANN et Nina STEMME le 12 août 2010. », sur Le blog du Wanderer (consulté le )
  63. [1]
  64. « Des regrets et des promesses | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  65. « L'album Verdi de Jonas Kaufmann en avant-première », sur LEFIGARO, (consulté le )
  66. Julian Sykes, « Jonas Kaufmann, « Du bist die Welt für mich » », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  67. « Jonas Kaufmann : «Je ne vois rien de plus romantique que l'opéra français» », sur FIGARO, (consulté le )
  68. (en-US) Lucas Irom, « CD, critique. JONAS KAUFMANN : AN ITALIAN NIGHT (1 cd SONY classical, 2018) | Classique News » (consulté le )
  69. « Chronique d'album : Italienisches Liederbuch, de Diana Damrau, Jonas Kaufmann et Helmut Deutsch (Chronique) | Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique », sur www.opera-online.com (consulté le )
  70. (de) « CD GIUSEPPE VERDI: OTELLO – JONAS KAUFMANN, FEDERICA LOMBARDI, CARLOS ALVAREZ; SONY », sur Online Merker, (consulté le )
  71. (de) « Jonas Kaufmanns neues Album „Selige Stunde“ erscheint am 4. September bei Sony Classical », (consulté le )
  72. « Le noël enchanté de Jonas Kaufmann : it's Christmas ! », sur Le noël enchanté de Jonas Kaufmann (consulté le )
  73. (en-US) « Kaufmann Jonas - Jonas Kaufmann The Tenor (CD) », sur www.target.com (consulté le )
  74. (en) « Jonas Kaufmann My Vienna | Book Tickets | Coming soon to cinemas » (consulté le )
  75. « Wiener Philharmoniker > Homepage > Shop> DVD », sur www.wienerphilharmoniker.at (consulté le )
  76. diapasonmag.fr, « L'Opéra de Munich lance son propre label discographique - Diapason », sur www.diapasonmag.fr, (consulté le )
  77. (de) Helga Reichert, « Ein schöner Mann », sur Opera Lounge, (consulté le )
  78. (de) Bayerischer Rundfunk, « Doku über Startenor Jonas Kaufmann: Eher Fanartikel als Dokufilm | BR-Klassik », sur www.br-klassik.de, (consulté le )
  79. (en) Thomas Voigt, Jonas Kaufmann: In Conversation With, Orion, (ISBN 978-1-4746-0428-4, lire en ligne)
  80. (en) « 2007 Gramophone Awards », sur www.infoplease.com (consulté le )
  81. « Et le meilleur disque de 2008 est… », sur Qobuz, (consulté le )
  82. (en) « Gramophone Awards, 2009 (page 1 of 2) », sur Presto Music (consulté le )
  83. « Gramophone Awards 2011 : and the winners are… », sur Qobuz, (consulté le )
  84. (en) Anastasia Tsioulcas, « The 2012 Gramophone Awards: Some Surprises, Lots Of (Repeated) Familiar Names », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. « Le ténor Jonas Kaufmann élu artiste de l'année », sur Franceinfo, (consulté le )
  86. « German tenor singer Jonas Kaufmann poses with his Bambi Prize after the Bambi award... », sur agefotostock (consulté le )
  87. « Joyce DiDonato et Jonas Kaufmann, grands gagnants des Echo Klassik Awards », sur Radio France (consulté le )
  88. (es) Opera World, « Jonas Kaufmann galardonado con el premio Puccini », sur Opera World, (consulté le )
  89. (de) « «Bestseller des Jahres»: Echo Klassik für Jonas Kaufmann », sur www.azonline.de (consulté le )
  90. « Jonas Kaufmann und Pretty Yende Echo Klassik 2017 | Chanteur, Opéra, Lyrique », sur Pinterest (consulté le )
  91. (en-US) « Jonas Kaufmann Honored As 'Officier de l'Ordre des Arts Et Lettres' In Munich », sur Opera Wire, (consulté le )
  92. (de) Bayerischer Rundfunk, « Bayerischer Maximiliansorden: Auszeichnung für Jonas Kaufmann | BR-Klassik », sur www.br-klassik.de, (consulté le )
  93. « klassik.com : Goldener Rathausmann der Stadt Wien für Tenor Jonas Kaufmann », sur magazin.klassik.com (consulté le )
  94. « Jonas Kaufmann nommé docteur honoris causa par le Royal College of Music », sur Radio France (consulté le )
  95. « OPUS Klassik 2020 Award for Adam Fischer, Jonas Kaufmann and the Vienna Philharmonic » Adam Fischer | Dirigent - Experte für Haydn, Mozart, Wagner und Bartók », sur www.adamfischer.at (consulté le )
  96. (de) Musik Heute, « Österreichischer Musiktheaterpreis an Jonas Kaufmann », sur CRESCENDO, (consulté le )
  97. « Jonas Kaufmann sacré Kammersänger de Bavière », sur Radio France (consulté le )
  98. (it) « Il premio Corelli al tenore Kaufmann: "Una voce da dio" », sur il Resto del Carlino, (consulté le )
  99. (it) Connessi all'Opera, « Napoli, a Jonas Kaufmann il primo Premio internazionale Casa Museo Enrico Caruso », sur Connessi all'Opera, (consulté le )
  100. Jonas Kaufmann annonce son célibatFrance Musique.
  101. (en) « Jonas Kaufmann s'est marié à la metteure en scène Christiane Lutz », sur Actualités Music & Opera, (consulté le )
  102. « Carnet rose : Jonas Kaufmann est papa | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )

Liens externesModifier