Jonas Kaufmann

chanteur allemand d'opéra
Jonas Kaufmann
Description de l'image Jonas Kaufmann La Scala 2015.jpg.

Naissance (52 ans)
Munich, Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Activité principale Artiste lyrique
Ténor
Style musique classique
Lieux d'activité Bayerische Staatsoper, Metropolitan Opera, Royal Opera House...
Années d'activité depuis 1993
Formation Hochschule für Musik und Theater München
Conjoint Margarete Joswig (divorce en 2014) puis Christiane Lutz (marié en 2018)
Famille Quatre enfants, une fille et trois garçons.
Site internet http://www.jonaskaufmann.com/

Répertoire

Italien, français, allemand, anglais

Jonas Kaufmann est un chanteur d'opéra allemand, ténor lirico-spinto, né le à Munich. Après une longue carrière en Allemagne, puis sur les scènes internationales, il s'impose comme l'un des chanteurs d'opéra les plus demandés, du fait d'un répertoire très varié, d'une grande musicalité. D'une excellente présentation et bon acteur sur scène ou en récital, il jouit d'un grand prestige auprès du public du monde entier. Il se produit surtout sur les scènes d'opéra et les salles de concert en Europe[1] mais aussi aux USA, en Chine, au Japon, en Australie[2].

BiographieModifier

Les débutsModifier

Jonas Kaufmann est né à Munich en 1969 dans une famille de musiciens amateurs[3] ; atmosphère propice à la musique qui le conduit rapidement à faire partie d'une chorale d'enfants avant de se décider à embrasser la carrière de ténor.

Lors de sa scolarité secondaire, il chante dans des chœurs, parfois même en soliste. Une jeune femme, en stage de préparation au professorat de musique dans son école, le remarque. Elle lui prodigue ses premières leçons, puis l'encourage jusqu'à ce qu'il entreprenne ses études de chant à l'École supérieure de musique et de théâtre de Munich (Hochschule für Musik und Theater München), sanctionnées par le diplôme de chanteur de concert et d'opéra en 1994. En 1993, il remporte le Premier Prix de Concours Meistersinger de Nuremberg. Il participe également aux master-classes de James King, Hans Hotter et Josef Metternich.

« Les enregistrements de ténors allemands ont été une source d'inspiration pour le jeune Jonas, et notamment ceux de Fritz Wunderlich, disparu prématurément dans un accident trois ans avant la naissance de Kaufmann. « C'était le dernier représentant de la lignée royale », déclare-t-il au sujet de l'une de ses idoles, « et peut-être pas typiquement allemand, dans la mesure où c'était toujours son cœur qui parlait à travers sa voix. » Le chant de Wunderlich a appris à Kaufmann qu'« une fois qu'on maîtrise la voix à cent pour cent, il faut alors y faire passer une telle émotion que les auditeurs seraient prêts à parier tout leur argent qu'on ressent vraiment les sentiments exprimés. Ce n'est pas quelque chose qu'on invente simplement pour impressionner le public : ça semble vrai »[4]. »

En 1994, il est engagé, pour une durée de deux ans, comme ténor au Théâtre national de la Sarre où il chante Berg, Bizet, Mozart, Offenbach, Ramírez, Strauss, Verdi. Durant ces années « de galère », pour reprendre le terme de son biographe, agent et ami, Thomas Voigt, il connait la difficile expérience du « ténor de troupe », bon à tous les rôles, qui ne peut guère imposer ses choix et souffre d'une « crise vocale » (aphone sur scène lors d'un Parsifal) qui le conduit à changer l'orientation de sa carrière et à modifier sa technique vocale.

Il choisit alors de mener une carrière indépendante. Invité par les théâtres allemands — notamment les opéras de Francfort et de Stuttgart —, et suisses (Soleure), il interprète son premier rôle sur une grande scène internationale, le au Festival de Salzbourg, dans Doktor Faust de Ferruccio Busoni.

Dès le début de sa carrière, il chante beaucoup Mozart, de Tamino dans La Flûte enchantée à Ferrando dans Così fan tutte. Peu de rôle de ténors mozartiens lui ont échappé. On peut regretter qu'il reste si peu de traces de cette période[non neutre] : quelques airs chantés dans son premier CD, un enregistrement de Cosi Fan Tutte issu d'une des représentations de la mise en scène de Georgio Strehler au Piccolo Teatro de Milano (1998) et un DVD de La Clémence de Titus.

Les scènes internationalesModifier

Il commence par la suite à chanter sur les principales scènes lyriques mondiales, le Concertgebouw à Amsterdam, La Monnaie à Bruxelles, l'Opéra d'État de Hambourg, la Royal Opera House (ROH) à Londres, le Metropolitan Opera (Met) à New York, la Scala de Milan, l'Opéra Bastille à Paris, le Teatro Regio à Turin, l'Opéra d'État de Vienne, etc.[5]. Sa carrière marque à cette période un tournant qui lui permet de rencontrer de grands metteurs en scène (Kuzej pour Fidelio en 2000, puis Olivier Py pour La Damnation de Faust en 2002, à Genève), et des chefs d'orchestre de référence (Sir Antonio Pappano à Bruxelles, également dans La Damnation de Faust, en 2000 cette fois, ou John Eliot Gardiner pour un enregistrement de l'Obéron de Weber)[6].

Au début des années 2000, il se lie à l'Opéra de Zurich (Nina, o sia La pazza per amore (it) de Paisiello en 2002[7] avec Cécilia Bartoli, Fidelio de Beethoven en 2004 les Enfants de roi (Königskinder) d'Humperdinck en 2010)[8], un rôle qu'il avait déjà interprété à Montpellier en 2005 sous la baguette de Armin Jordan et qui avait donné lieu à un CD[9] ou encore le Faust de Charles Gounod en 2004[10]. Il aborde les rôles du répertoire sur plusieurs scènes internationales : La Rondine (Puccini) à la ROH, les Meistersinger (Wagner) à Édimbourg, Rigoletto (Verdi) à Zurich, la Traviata (Verdi) et Manon (Jules Massenet) à Chicago ; sans cesser de donner des récitals de lieder avec son accompagnateur au piano, Helmut Deutsch, ou d'airs d'opéra.

C'est son succès au Met dans La Traviata en 2006, avec Angela Gheorghiu, qui est le moteur de son accession à un rang mondial et les engagements internationaux se multiplient alors. Il confirme son exceptionnel talent de chanteur et d'acteur, sa modernité alliée à un grand sens musical des nuances et du chant racé, avec une interprétation à nulle autre pareille[non neutre] de Don José dans Carmen (Bizet), d'abord à Londres puis à la Scala de Milan en 2009. Jonas Kaufmann devient rapidement le ténor le plus demandé au monde[11], et sa discographie explose[12].

En 2010, sa prise de rôle en Werther à Paris[13] lui vaut une consécration sans précédent[14], spécialement au sein du public français, qui l'avait assez peu remarqué jusque-là[15]. La même année, il fait également ses débuts sur la scène du Festival de Bayreuth dans le rôle-titre de Lohengrin (mise en scène de Hans Neuenfels).

Sa carrière se poursuit sur toutes les places d'opéra célèbres, à commencer par le Metropolitan Opera où il interprète successivement Faust de Gounod puis Siegmund dans La Walkyrie de Wagner lors de la même saison, deux productions qui donnent lieu à des sorties en DVD après des retransmissions en direct au cinéma.

Il aborde Adriana Lecouvreur en à Londres (DVD) avec Angela Gheorghiu, en même temps qu'il enregistre un disque, Verismo, sous la baguette d'Antonio Pappano, ouvrant une nouvelle voie à son répertoire, celle du vérisme.

Il devient aussi l'un des interprètes de référence du rôle du peintre Cavaradossi dans Tosca de Giacomo Puccini, qu'il chante encore très souvent (récemment à Munich, Vienne et Hambourg et en mai et à l'opéra de Paris), après avoir abordé pour quelques représentations celui de Rodolfo dans La Bohème et enregistré Madame Butterfly de Puccini en studio avec Angela Gheorghiu dans le rôle-titre[16].

Il ouvre la saison de la Scala en avec un Lohengrin[17] dirigé par Daniel Barenboïm, et fête l'année Wagner avec un Parsifal magistral au Met[18] et un disque spécialement consacré au compositeur, qui s'est vu octroyer tous les prix internationaux disponibles, notamment l'Opera Award International et le Diapason d'Or de l'année.

Depuis, il enchaîne les prises de rôles, ces derniers se faisant plus imposants mais toujours adaptés à son évolution vocale.

Pendant l'année 2013, il ajoute à son répertoire trois des rôles verdiens plus "dramatiques" : Don Carlo dans l'opéra éponyme à Munich[19], Londres puis à Salzbourg lors du festival, Manrico dans Il Trovatore et Alvaro dans La Forza del Destino. Il chante alors ses nouveaux rôles avec les plus prestigieux chefs d'orchestre, Antonio Pappano notamment et retrouve souvent des partenaires avec qui il a plaisir à chanter : Ludovic Tézier qui lui rendra hommage plusieurs fois (et réciproquement) et bien sûr, la complice de ses débuts, Anja Harteros. Il participe également au Requiem de Verdi dirigé par Daniel Barenboim à la Scala de Milan, avec Anja Harteros, Elina Garanca et René Pape, qui donne lieu à une édition DVD.

Variété de rôles - variété de stylesModifier

Durant l'année 2014, il reprend le rôle de Werther[20], toujours avec Sophie Koch mais dans une nouvelle production[21] au Metropolitan Opera avant d'aborder sa première véritable tournée européenne. Sa notoriété immense lui permet une expérience assez rare pour les chanteurs d'opéra : il donne successivement 10 récitals avec piano dans différentes capitales d'Europe des Winterreise (cycle de Lieder de Franz Schubert pour lesquels il a enregistré un CD) puis presque autant de concerts avec la prestigieuse formation du Kammerorchester Wien-Berlin où il chante les Lieder eines fahrenden Gesellen de Gustav Mahler. Durant l'été 2014, il retourne au Royal Opera House de Londres pour une nouvelle prise de rôle, celle de Des Grieux dans le Manon Lescaut de Puccini sous la baguette de l'un de ses chefs d'orchestre préférés, le prestigieux directeur musical du ROH, Antonio Pappano. Cette production où sa partenaire Kristine Opolais et lui font sensation, donne lieu à la sortie d'un DVD. Il doit reprendre ce rôle dans sa ville de Munich, au Bayerische Staatsoper en , cette fois avec la célèbre soprano Anna Netrebko. Mais celle-ci en désaccord avec la mise en scène, déclare forfait et c'est à nouveau Kristine Opolais qui chante avec lui.

L'année 2015 lui offre également la possibilité de nombreuses prises de rôle. Il commence par son premier Andrea Chénier (Giordano) au Royal Opéra House[22] en janvier (édité en DVD), un rôle où il excelle et qu'il a beaucoup repris depuis. Puis il enchaine avec Aida[23], à l'Académie Santa-Cecilia de Rome en version concertante, sous la direction d'Antonio Pappano, avec sa partenaire privilégiée Anja Harteros, mais aussi avec Ludovic Tézier, Erwin Schrott et Ekaterina Semenchuk, plateau vocal prestigieux et enregistrement en studio d'une intégrale avant le concert. Le CD sort chez Warner Classics en et, unanimement salué[24], rafle tous les prix. Puis il réussit le doublé « Cav/Pag » (Cavalleria rusticana et Pagliacci), double rôle[25] où il triomphe au Festival de Salzbourg à Pâques 2015 (avec à nouveau un DVD) avant de se lancer dans une tournée Opérettes, Du bist die Welt für mich où il rend hommage aux grands compositeurs et interprètes d'opérettes autrichiennes et allemandes, de Vienne à Berlin, de l'entre-deux-guerres. Le CD et le DVD qui accompagnent la tournée d'une dizaine de concerts. Il donne sa première tournée au Japon et en Corée puis donne un concert Puccini mémorable à La Scala de Milan, où il aborde son premier Nessun dorma, obtient des rappels interminables et offre de nombreux « bis », puis remplit pour trois soirs l'immense amphithéâtre en plein air des Chorégies d'Orange avec son Don José dans Carmen, avant d'aborder une nouvelle mise en scène (de son ami Claus Guth) de Fidelio au festival d'été de Salzbourg (encore un DVD), puis de reprendre le rôle de Radamès dans Aida, à la rentrée, mais cette fois dans une version scénique à Munich. Le , il donne un concert consacré au compositeur Puccini à la Scala de Milan, où il sera acclamé et bissé longuement, notamment après son premier "Nessun dorma"[26].

Après un Bacchus dans Ariadne auf Naxos de Richard Strauss à Paris, il revient à l'opéra national de Paris avec La Damnation de Faust de Berlioz en où il fait sensation malgré la mise en scène très controversée d'Alvis Hermanis, qui provoque régulièrement des protestations importantes dans le public.

En 2016, il réalise deux grands projets : la reprise du rôle de Walther von Stolzing dans Die Meistersinger von Nürnberg de Richard Wagner à Munich dans une mise en scène de David Bösch, puis les deux concerts et enregistrement de Das Lied von der Erde de Gustav Mahler, pour lesquels il chante les deux voix.

Accident vocal et retour gagnantModifier

Mais après une tournée en Amérique Latine, marquée par son premier passage au Théâtre Colón de Buenos Aires (dont il déclare qu'elle est la salle à la meilleure acoustique au monde) et alors qu'il réalise la promotion de son nouveau CD de chansons italiennes Dolce Vita à Turin, il s'aperçoit d'un problème sur sa voix qui se révèle être un hématome sur les cordes vocales, le conduisant à annuler nombre de ses engagements de à , notamment une prise de rôle très attendue dans Les Contes d'Hoffmann à l'Opéra de Paris. Les chanteurs d'opéra ne sont que rarement à l'abri de ces problèmes qui peuvent se révéler dramatiques pour ceux ou celles qui ont trop forcé sur un instrument qui reste fragile. Jonas Kaufmann a dû annuler plusieurs fois des prestations durant ces années de très grande sollicitation et lors de cet épisode qui le contraint au repos forcé durant plus de quatre mois, beaucoup craignent un problème plus grave. Mais il n'en est rien et Jonas Kaufmann fait finalement un retour triomphal en , sur la scène de l'Opéra de Paris, dans le rôle-titre de Lohengrin (rôle de ses débuts au Festival de Bayreuth), sous la direction de Philippe Jordan, dans la mise en scène de Claus Guth, déjà donnée en à La Scala, sous la direction de Daniel Barenboim. Il décide cependant de se ménager davantage pour ne pas mettre en péril à nouveau sa voix, de moins souvent se produire sur scène et de rester, autant que faire se peut, à son port d'attache qu'est Munich.

Cela ne l'empêche pas de chanter son deuxième Andrea Chénier à Munich avec sa partenaire, Anja Harteros, avec qui la complicité est flagrante, dans une production donnée en mars-avril, puis en juillet et reprise en décembre 2017, qui donne lieu à une édition DVD en . Il reprend Andrea Chénier au Grand théâtre du Liceu de Barcelone pour sa première apparition scénique dans ce théâtre, puis à Vienne en , toujours avec Harteros. Il reprend également ce rôle du poète révolutionnaire pour trois versions concerts à Sydney et Melbourne (Australie) en , avec sa partenaire de Londres, Eva-Marie Westbroek et avec Ludovic Tézier, le grand baryton français[27].

Retour aussi à l'Opéra de Paris dans la version française de Don Carlos de Verdi en qui rassure tout le monde sur sa santé vocale. Surtout, il aborde enfin les deux rôles qui le fascinent depuis longtemps mais qui nécessitaient du temps et de la maturité : Otello, où il triomphe en à Londres, et Tristan, dont il n'a encore donné qu'une version concertante de l'acte 2 à Boston puis à New York au Carnegie Hall en . Il proposera l'acte 3 dans le même cadre en [28].

En il donne à nouveau un concert à la Scala de Milan[29] à nouveau triomphal dans le cadre d'une tournée de Lieder[30].

En , il retourne au MET après plusieurs années d'absences (certaines dues à des annulations pour problèmes de santé), dans la Fanciulla del West (Puccini) pour trois séances, accompagnant son retour d'un concert à Carnegie hall autour des airs d'opérettes allemandes et autrichiennes des années 30 qu'il a déjà enregistrées et chantées plusieurs fois en Europe. Puis il se plonge à nouveau dans le rôle d'Otello (Verdi) cette fois à Munich pour finir l'année par deux prestations au Semperoper de Dresden, dans le rôle encore inédit d'Eisenstein dans la Chauve-souris, die Fledermaus, l'opérette de Johann Strauss.

L'année 2019 le verra d'abord en tournée de cinq concerts pour le cycle Das Lied von der Erde de Gustav Mahler[31], puis reprendre Fidelio à Munich[32] avant de partir à Londres pour quelques séances de La forza del destino[33] avec la grande soprano russe Anna Netrebko et le baryton français Ludovic Tézier[34]. Suivront le Rolex Ambassadors Gala à la Scala de Milan avec Placido Domingo, Sonya Yoncheva et Juan Diego Florez le [35], avant sa participation annuelle au festival d'été de Munich dans Otello[36]

Il assure ensuite en , trois prestations en version-concert d'Andrea Chénier (Umberto Giordano) en Australie, à Sydney puis à Melbourne avec Eva-Marie Westbroek et Ludovic Tézier[37]

À la rentrée, en , il ouvre la saison[38] de son "port d'attache" le prestigieux Bayerische Staatsoper de Munich avec trois séance d'Otello[39] (Verdi) avant de lancer la promotion de son nouveau CD "Wien"[40] par un concert prestigieux le au Wiener Konzerthaus[41]. Le concert est filmé et sera projeté dans les cinémas du monde entier en . Il est également retransmis sur Arte Concert en et . Le "Wien-tour", véritable tournée de 10 concerts à travers l'Europe commence à Munich (Philharmonie) le et se poursuit ensuite jusqu'au 1er février à Baden Baden[42].

Reprenant la scène, à nouveau au Bayerische Staatsoper, il triomphe dans une prise de rôle très attendue, celle de "Paul" dans Die Tote Stadt de Korngold, dans la magnifique production de Simon Stone sous la direction de Kiril Petrenko avec lequel il réalise, dans une très grande complicité, une véritable performance de chanteur et d'acteur salué dans le monde entier[43]. Sa partenaire Marlis Peterson est elle aussi idéale dans le double rôle de Marie et de Mariette[44].

L'art lyrique au temps du coronavirusModifier

Après une tournée en janvier 2020 autour de son CD "Wien" et une dizaine de concerts en Europe, Jonas Kaufmann prend pour trois représentations seulement, le Fidelio mis en scène par Simon Stone au Royal Opera House de Londres sous la direction de Antonio Pappano et avec la soprano Lise Davidsen dans le rôle-titre. La crise du coronavirus stoppe net toutes les performances, les salles d'opéra ferment leurs portes depuis la mi-février 2020, Londres sera parmi les dernières capitales à observer ce véritable arrêt total.

Jonas Kaufmann donne cependant très rapidement des concerts sans public puis avec un public restreint pour observation des règles sanitaires de distance physiques imposées : au Bayerische Staatsoper avec le cycle des "Dichterliebe" de Robert Schumann, accompagné du pianiste et ami Helmut Deutsch, puis celui du "Chant d'un compagnon errant" de Gustav Mahler accompagné de l'orchestre de l'Opéra de Munich sous la direction de Kiril Petrenko, ou encore le cycle "Die Schöne Muhlerin" de Schubert pour la réouverture du Grand Théâtre de Genève. Il participe au grand gala virtuel du MET donné en avril avec une vingtaine de stars de l'opéra chantant depuis chez elle, en plein confinement, avec les moyens du bord et interprète alors Rachel, quand du seigneur extrait de la Juive d'Halevy.

Un CD d'un enregistrement studio de l'Otello de Verdi sort également en juin chez Sony, et Antonio Pappano et Jonas Kaufmann en assure la promotion par une série d'entretien filmés et diffusés. Jonas Kaufmann aura réalisé l'un de ses rêves : graver le rôle intégral de l'Everest des ténors, celui d'un maure tourmenté et grandiose qu'il incarne à présent depuis trois ans sur diverses scènes du monde entier[45].

Il ouvre également la série de récitals de grandes stars du lyrique, organisée par le MET, toujours sans public mais dans des lieux divers en rapport avec les origines du chanteur. Il donne un récital le 18 juillet dans l'Abbaye de Polling en Bavière, douze airs d'opéra avec accompagnement piano (Helmut Deutsch). L'accès à la retransmission, assurée en direct mais valable douze jours, est payante (20 dollars)[46].

Jonas Kaufmann annonce offrir 5 000 dollars pour l'aide aux jeunes artistes de son pays qui n'ont pas la chance de pouvoir se produire en ces temps très difficiles. Il fait ce don à www.saengerhilfe.de[47], officine d'entraide créée par le magazine allemand "Oper".

Lorsque les salles de concert et d'opéra rouvrent fin août, début septembre, l'épidémie est loin d'être terminée et les conditions sanitaires imposent des limites drastiques qui concernent les obligations pour les chanteurs de se faire régulièrement tester et pour les spectateurs d'observer des distanciations physiques importantes et/ou de porter un masque en permanence. Certaines salles renoncent purement et simplement à leur saison 2020-2021 comme le MET de New York.

Jonas Kaufmann bénéficie de sa notoriété et reste très mobilisé en toutes circonstances malgré les annulations de nombre de ses engagements par les salles de spectacle pour qui la quadrature du cercle d'un équilibre financier avec une jauge réduite de spectateurs imposée, devient le plus souvent un casse-tête permanent.

L'enregistrement réalisé par Jonas Kaufmann et Helmut Deutsch durant le confinement, sort début septembre :un récital de Lieder en langue allemande, qui puise dans un répertoire varié et riche que les deux compères avaient pour coutume de ci de là, de choisir pour leurs nombreux "Bis" de concert[48].

Amazon Prime Vimeo produit également en exclusivité un film tourné lui aussi chez les Kaufmann à Munich pendant le confinement, et qui trace un portrait intime de l'artiste, en famille et avec ses amis Ein Weltstar ganz privat.

Côté scènes, outre de nombreux récitals dont la liste s'allonge sans cesse en fonction des possibilités qu'ont les scènes de rouvrir leurs salles au public, Jonas Kaufmann reprend la version française de Don Carlos (Verdi) au Wiener Staatsoper pour quelques séances début octobre et la Bohème au Bayerische Staatsoper de Munich, qui ont fait l'objet l'une et l'autres de captations vidéo largement diffusées.

La rentrée 2021 se fait encore sous de sombres auspices pour l'art lyrique puisque toutes les salles restent fermées entre janvier et avril, l'Espagne faisant cavalier seule et lui offrant d'ailleurs un beau récital de Lieder en janvier à Madrid, l'occasion d'une conférence de presse où il lancera un vibrant appel à la réouverture des salles, se faisant le témoin du désespoir des jeunes artistes tout particulièrement touchés par la crise[49].

Mais comme il le dit lui-même "je suis personnellement «privilégié» de pouvoir encore donner des concerts. «On est peut-être deux douzaines de chanteurs dans le monde dans cette position, à qui on va faire appel quoi qu'il arrive».

Il sera sur scène successivement dans Aida (Verdi) , nouvelle production de Lotte de Beer à l'Opéra de Paris (Bastille) aux côtés de Sondra Radvanovsky et Ludovic Tézier en février[50] puis surtout dans Parsifal (Richard Wagner) à l'Opéra d'état de Vienne le 11 avril lors d'une rerpésentation unique sans public[51], avec Elina Garança, Ludovic Tézier, Georg Zeppenfeld, sous la direction de Philippe Jordan et dans une mise en scène saluée par les critiques du dissident russe Kiril Serebrennikov, qu'il a dirigé depuis Moscou où il est assigné à résidence. Ce Parsifal a été retransmis sur la radio autrichienne, la TV autrichienne ORF, et sur ARTE concert[52].

Le retour du publicModifier

En mai 2021, l'épidémie de coronavirus recule partout dans le monde et les salles de spectacle rouvrent les unes après les autres. Jonas Kaufmann réserve son premier concert avec public à "sa" maison d'Opéra, le Bayerische Staatsoper de Munich, le 13 mai en offrant le premier acte de la Walküre aux côtés de la Sieglinde de Lise Davidsen et du Hunding de Georg Zeppenfeld, avec l'orchestre de la BSO dirigé par Ascher Fisch. Ce concert fait l'objet d'une retransmission le soir même, disponible pendant un mois. Les critiques enthousiastes se multiplient devant la beauté et l'émotion qui se dégagent de ce retour sur scène avec public[53].

Le ténor enchaine alors les concerts et représentations d'opéra : récital de Lieder avec le piano de son vieux complice et ex-professeur Helmut Deutsch autour du CD "Selige Stunde", au Konzerthaus de Vienne le 20 mai, puis Tosca en version concertante semi-scénique au festival de pentecôte de Salzbourg le 24 mai avec Anna Netrebko, Luca Salsi, Cecilia Bartoli, sous la direction de Zubin Mehta le 24 mai. Unanimement considéré comme l'événement du retour du public, cette Tosca est couverte d'éloges et une standing ovation de plus d'un quart d'heure l'accompagne[54].

Mais c'est la préparation du Tristan und Isolde (Richard Wagner) qui débute le 29 juin à Munich pour l'ouverture du festival d'été qui retient toutes les attentions. Il est quasi-impossible d'avoir des places, l'ensemble des représentations ayant été prises d'assaut et toutes les demandes n'ayant pas pu être satisfaites. La mise en scène est assurée par Warlikovski et ce nouveau Tristan et Isolde réunira pour leurs prises de rôle, un couple de chanteurs jugée très souvent comme idéale, Jonas Kaufmann et Anja Harteros sous la direction de Kiril Petrenko qui fera ses adieux au théâtre pour se consacrer ensuite à l'orchestre de la philharmonie de Berlin. La Première du 29 juin est un triomphe comme en témoignent les multiples articles soulignant la réussite, l'originalité et l'osmose entre le chef d'orchestre Kiril Petrenko, le Tristan de Jonas Kaufmann et l'Isolde de Anja Harteros[55].

Chanteur de LiederModifier

Parallèlement à sa carrière de chanteur d'opéra, il se produit en récitals où il est, entre autres, un chanteur de Lieder expérimenté, accompagné de son complice pianiste Helmut Deutsch. Ils ont ensemble aidé à la redécouverte de bon nombre d'œuvres de Britten, Schubert, Schumann, Richard Strauss, Liszt, entre autres. Outre les tournées où il se produit régulièrement avec un répertoire très varié de ces Lieder, il a abordé avec Diana Damrau au début de l'année 2018, une tournée d'une dizaine de concerts des Italienisches Liederbuch d'Hugo Wolf, chanté à plusieurs reprises en tournée Le Chant de la terre (Gustav Mahler) en assurant les deux voix, ainsi que deux répertoires célèbres généralement réservés aux voix de femmes : le cycle des Wesendonck Lieder (Wagner) et les Quatre derniers Lieder (Richard Strauss) soit avec un accompagnement de piano soit avec un orchestre.

Voix et styleModifier

Jonas Kaufmann est considéré comme l'un des plus grands ténors actuels[56] pour la diversité de ses rôles, la richesse de ses interprétations et la qualité de son jeu scénique. Sa voix est d'une très grande flexibilité, profonde et sombre, de graves dramatiques comme d'aigus très bien projetés et qui créent une intense émotion. Il est désormais l'un des plus recherchés sur les scènes internationales pour l'ensemble de ces qualités[57].

Jonas Kaufmann est un ténor dramatique : sa voix revêt la couleur (plus sombre) d'un baryton avec des aigus lumineux. On peut également le dire ténor spinto (par exemple dans ses rôles de Don José, Calaf, Manrico, Maurizio…).

Mais son expérience des rôles Mozartiens et du Lied, lui permet aussi de briller dans la plupart des rôles de ténor héroïque de Wagner ou de Strauss.

RépertoireModifier

Omniprésent dans le paysage musical actuel, Jonas Kaufmann est l’invité des plus grandes scènes internationales : ses performances remarquées recouvrent un répertoire vaste, de Mozart à Wagner, sans oublier Verdi, Puccini, Massenet et Berlioz[58].

Jacquino puis Florestan (Fidelio)
ténor (Symphonie nº 9 de Beethoven)
Des Grieux (Manon)
Werther (Werther)
Telemaco (Il ritorno d'Ulisse in patria)
Nerone (L'incoronazione di Poppea)
Tito (La Clemenza di Tito)
Ferrando (Così fan tutte)
Belmonte (Die Entführung aus dem Serail)
Idomeneo (Idomeneo)
Tamino (Die Zauberflöte)
Rodolfo (La Bohème)
Dick Johnson (La Fanciulla del West)
Des Grieux (Manon Lescaut)
Ruggero (La Rondine)
Cavaradossi (Tosca)
Pinkerton (Madame Butterfly)
Bacchus (Ariadne auf Naxos)
Flamand (Capriccio)
Sänger (Der Rosenkavalier)
Don Carlos (Don Carlos - version française)
Don Carlo (Don Carlo)
Alvaro (La Forza del Destino)
Cassio (Otello)
Duca di Mantova (Rigoletto)
Alfredo (La Traviata)
Manrico(Il Trovatore)
Otello (Otello)
Carlo (I masnadieri)
Requiem (ténor)
Lohengrin (Lohengrin)
Walther (Die Meistersinger von Nürnberg)
Parsifal (Parsifal)
Walther (Tannhäuser)
Siegmund (Die Walküre)
Tristan (Acte 2 et 3, Tristan und Isolde)
Max (Der Freischütz)
Hüon (Oberon)

DiscographieModifier

VidéographieModifier

LivresModifier

  • 2010, Thomas Voigt, Jonas Kaufmann, Meinen die wirklich mich?, Henschel-Verlag, Leipzig (ISBN 978-3-89487-669-2).
  • 2010, Evelyn Rillé, Johannes Ifkovits, Die Oper kocht ", Opera Rifko Verlag (ISBN 978-3950295603).
  • 2014, Karin Jacobs-Zander, Lebenslotsen - Wie Vorbilder und Werte uns leiten, Ellert und Richter Verlag (ISBN 978-3-8319-0573-7).
  • 2015, Thomas Voigt, Jonas Kaufmann Tenor Henschel Bärenreiter, Leipzig 2015 (ISBN 978-3-89487-938-9).
  • 2019, Thomas Voigt, In conversation with Jonas Kaufmann (with contributions from Placido Domingo, Antonio Pappano, Anja Harteros, Weidenfeld and Nicholson, first edition in 2017, paperbook in 2019.

FilmographieModifier

  • 2014, Casanova Variations, film de Michael Sturminger (sorti le ) : Comte Branicki.
  • 2017, Jonas Kaufmann, tenor for the ages (Ténor pour l'Éternité), documentaire, réalisation John Bridcut, en anglais, © Crux Productions MMXVII.

RécompensesModifier

  • 2007 Gramophone Award 2007, Strauss-Lieder, CD
  • 2008 Grands prix internationaux du disque, Diapason d’or, Romantic Arias, CD
  • 2008 Qobus/Classica: Le meilleur disque de 2008, Romantic Arias, CD
  • 2009 Gramophone Award 2009, Madame Butterfly, CD
  • 2009 Prix Caecilia 2009, Sehnsucht, CD
  • 2009 Diapason d’or 2009, Romantic Arias, CD
  • 2010 ECHO Klassik „Bester Sänger des Jahres“ für die Einspielung Sehnsucht
  • 2010 Orphée d’or „Wolfgang Wagner“ 2010, Sehnsucht, CD
  • 2010 Diapason d’or 2010, Die schöne Müllerin, CD
  • 2010 Diapason d’or 2010, Verismo Arias, CD
  • 2011 Gramophone Award 2011, Verismo Arias, CD
  • 2011 Diapason d’or 2011, Werther, DVD
  • 2012 Medaille für besondere Verdienste um Bayern in einem Vereinten Europa
  • 2012 Gramophone Award 2012, Fidelio, CD
  • 2013 International Opera Award: Opera Magazine Readers Award
  • 2013 International Opera Awards: The Male Singer of the Year Award
  • 2013 Die Goldene Deutschland
  • 2013 Bayerischer Kammersänger – verliehen im Anschluss der Vorstellung Il trovatore am 8. Juli 2013
  • 2013 ECHO Klassik „Sänger des Jahres“ für die Einspielung Kaufmann Wagner
  • 2013 ECHO Klassik „Operneinspielung des Jahres“ (19. Jh.): Mariinsky Orchestra/Valery Gergiev, Wagner: Die Walküre
  • 2013 ECHO Klassik „Musik-DVD-Produktion des Jahres“: Robert Lepage/Deutsche Grammophon, Der Ring des Nibelungen
  • 2013 Gramophone Award 2013, Wagner, CD
  • 2014 Goldene Schallplatte für das Verdi-Album; verliehen im Anschluss des Liederabends Winterreise in Graz am 4. April 2014
  • 2014 ECHO Klassik „Solistische Einspielung des Jahres/Gesang“ (The Verdi Album)
  • 2014 Gramophone Classical Music Award 2014 Solo Vocal (Schubert – Winterreise, Jonas Kaufmann und Helmut Deutsch)
  • 2014 Bambi in der Kategorie „klassische Musik“
  • 2015 International Opera Award
  • 2015 ECHO Klassik „Sänger des Jahres“ für die Einspielung Du bist die Welt für mich
  • 2015 Premio Puccini 2015
  • 2016 Verdienstkreuz am Bande des Verdienstordens der Bundesrepublik Deutschland
  • 2016 ECHO Klassik „Bestseller des Jahres“ für das Puccini-Album Nessun Dorma
  • 2016 Jahrespreis für die Studioaufnahme der Aida (2015) beim Preis der Deutschen Schallplattenkritik
  • 2017 ECHO Klassik „Bestseller des Jahres“ für das Album Dolce Vita
  • 2018 Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres
  • 2018 Bayerischer Maximiliansorden für Wissenschaft und Kunst
  • 2019 Goldener Rathausmann der Stadt Wien
  • 2020 Ehrendoktor am Royal College of Music
  • 2020 Opus Klassik, pour la catégorie „Klassik ohne Grenzen“ pour son album Wien
  • 2021 Österreichischer Musiktheaterpreis – Medien-Sonderpreis
  • 2021 Opus Klassik, pour la catégorie „Operneinspielung / Musik bis 19. Jh.“ pour son album Otello

Vie privéeModifier

Le , le site officiel de Jonas Kaufmann annonce publiquement que le couple formé avec Margarete Joswig se sépare[73]. Le ténor déclare toutefois que lui et son ex-femme restaient en bons termes. Le couple a trois enfants, une fille et deux fils.

En la presse annonce un heureux événement pour . Sur son compte Instagram le ténor publie deux annonces sous une photo de son deuxième mariage : l'année 2018 s'est achevée sans la moindre annulation et il s'est engagé pour la vie[74] :

En , Jonas Kaufmann et sa femme Christiane Lutz ont annoncé la naissance de leur fils Valentin[75].

Notes et référencesModifier

  1. « Jonas Kaufmann| Official Website », sur www.jonaskaufmann.com (consulté le )
  2. (en) « Andrea Chénier at Sydney Opera House », sur opera.org.au (consulté le )
  3. « Jonas Kaufmann : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique (consulté le )
  4. Roger Pines, Official press copy.
  5. « Jonas Kaufmann - unofficial web site », sur www.jkaufmann.info (consulté le )
  6. Andreas Laska, « Oberon léger et élégant avec Jonas Kaufmann « À Emporter « ResMusica » (consulté le )
  7. « Paisiello: Nina (Cecilia Bartoli, Jonas Kaufmann,…) | Classical music review from Classical-Music.com », sur www.classical-music.com (consulté le )
  8. « Humperdinck : Les Enfants du Roi (Zürich) - Königskinder - Critique DVD », sur Tutti-magazine (consulté le )
  9. « Königskinder - HUMPERDINCK - Jordan - Gubisch - Kaufmann », sur www.forumopera.com (consulté le )
  10. Andreas Laska, « Faust ou Faux semblants avec Jonas Kaufmann à Zürich « La Scène « ResMusica » (consulté le )
  11. « Entretien : Jonas Kaufmann - Arts-Scènes », sur owl-ge.ch (consulté le )
  12. « Jonas Kaufmann, « wunderténor » », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Kaufmann au firmament du romantisme | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  14. « OPERA DE NATIONAL DE PARIS 2009-2010: WERTHER de Massenet à l’OPERA BASTILLE avec Jonas Kaufmann (4 février 2010) », sur Le blog du Wanderer (consulté le )
  15. Renaud Machart, « Un grand Werther à l'Opéra de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Alexandra Diaconu, « Jonas Kaufmann, ténor « Artistes « ResMusica » (consulté le )
  17. « A dream cast united in La Scala's Lohengrin », sur bachtrack.com (consulté le )
  18. « Jonas Kaufmann, le ténor du Rhin », sur Libération.fr, (consulté le )
  19. « Harteros, Pape, Kaufmann : difficile de faire mieux | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  20. « Werther - MET (2014) (Production - New York, États-unis) | Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique », sur www.opera-online.com (consulté le )
  21. (en-US) Anthony Tommasini, « Things End Badly for a Poet, but Quite Well for the Tenor », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. diapasonmag.fr, « Royal Opera House : Jonas Kaufmann triomphe dans Andrea Chénier de Giordano - Diapason », sur www.diapasonmag.fr, (consulté le )
  23. (en-GB) Andrew Clements, « Verdi: Aida review – Pappano brings gorgeous colours and textures to a spectacular studio recording », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  24. (en-US) Lucas Irom, « CD, compte rendu critique. Verdi : Aida. Jonas Kaufmann, Pappano (3 cd Warner classics, 2015) | Classique News » (consulté le )
  25. « OSTERFESTSPIELE SALZBURG 2015: CAVALLERIA RUSTICANA de Pietro MASCAGNI et I PAGLIACCI de Ruggero LEONCAVALLO le 6 AVRIL 2015 (Dir.mus: Christian THIELEMANN; Ms en scène: Philipp STÖLZL) », sur Le blog du Wanderer (consulté le )
  26. André Tubeuf, « JONAS KAUFMANN SUPERSTAR À LA SCALA DE MILAN », sur Radio Classique, (consulté le )
  27. « Jonas Kaufmann stars in Opera Australia's Andrea Chénier », sur bachtrack.com (consulté le )
  28. « Listing et tickets: Boston Symphony Orchestra: Wagner’s Tristan und Isolde, Act III (concert performance) | Carnegie Hall: Stern Auditorium | mer. 15 avril 2020 at 20:00 | par Bachtrack, pour des critiques de musique classique, opéra, ballet, danse », sur bachtrack.com (consulté le )
  29. « Jonas Kaufmann Recital - Teatro alla Scala », sur www.teatroallascala.org (consulté le )
  30. « Ce que charisme veut dire », sur Wanderer, (consulté le )
  31. « Triomphe de Jonas Kaufmann et du Chant de la Terre à Baden Baden - Actualités - Ôlyrix », sur Olyrix.com (consulté le )
  32. « Fidelio - Bayerische Staatsoper (2019) (Production - Münich, allemagne) | Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique », sur www.opera-online.com (consulté le )
  33. « Le retour de l’age d’or | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  34. « La forza del destino — Productions — Royal Opera House », sur www.roh.org.uk (consulté le )
  35. « Wiener Philharmoniker - Teatro alla Scala », sur www.teatroallascala.org (consulté le )
  36. diapasonmag.fr, « Entre splendeur et misère, Otello à Munich - Diapason », sur www.diapasonmag.fr, (consulté le )
  37. (en) « Andrea Chenier: Moments of artistry and sheer vocal beauty », sur Brisbane Times, (consulté le )
  38. (de) « “Esultate!” Otello a musical triumph in Munich », sur bachtrack.com (consulté le )
  39. « Un trio phénoménal pour un Otello, terre de contrastes, à Munich le 20 septembre », sur Un trio phénoménal pour un Otello, terre de contrastes, à Munich le 20 septembre (consulté le )
  40. « Sortie CD : Wien - Jonas Kaufmann », sur France Musique (consulté le )
  41. (de) « WIEN/ Konzerthaus: JONAS KAUFMANN – eine tenorale Liebeserklärung an Wien », sur Online Merker, (consulté le )
  42. « Jonas Kaufmann| Official Website », sur www.jonaskaufmann.com (consulté le )
  43. (de) Rüdiger Heinze, « Große Oper auf dem Siedepunkt », sur Augsburger Allgemeine (consulté le )
  44. « Jonas Kaufmann - unofficial web site », sur www.jkaufmann.info (consulté le )
  45. Pierre Degott, « Otello, pour Kaufmann… et pour les autres « À Emporter « ResMusica » (consulté le )
  46. (en) ANTHONY TOMMASINI, « Jonas Kaufmann's intimate and sublime singing », sur The Business Times, (consulté le )
  47. (de) « Sängerhilfe.de », sur Sängerhilfe (consulté le )
  48. (en-US) « CD Review: Jonas Kaufmann’s 'Selige Stunde' », sur Opera Wire, (consulté le )
  49. « «Public, nous avons besoin de vous», le cri du coeur du ténor Jonas Kaufmann », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  50. « Sondra Radvanovsky et Jonas Kaufmann réunis dans Aïda à l'Opéra de Paris », sur France Musique (consulté le )
  51. « Quand Jonas se dédouble... (streaming) | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  52. « "Parsifal et les ombres du passé" - impressionnante réalisation de Kiril Serebrennikov, pour une distribution cinq étoiles, étincelante de justesse et de talent. », sur "Parsifal et les ombres du passé" - impressionnante réalisation de Kiril Serebrennikov, pour une distribution cinq étoiles, étincelante de justesse et de talent. (consulté le )
  53. (en-US) « Bayerische Staatsoper 2020-21 Review: 'Die Walküre,' Act I », sur Opera Wire, (consulté le )
  54. « Tosca: Salzburger Pfingstfestspiele enden mit einem Opernthriller der Spitzenklasse um Liebe und Macht (Rubrik) | Opera Online - Die Website für Opernliebhaber », sur www.opera-online.com (consulté le )
  55. « Le blog de Luc-Henri Roger: Opéra de Munich — Un Tristan d'anthologie en apothéose de l'ère Bachler », sur Le blog de Luc-Henri Roger, (consulté le )
  56. « Jonas Kaufmann, le chevalier de La Scala », sur medici.tv (consulté le )
  57. Jonas Kaufmann Un ténor d'exception.
  58. Omniprésent dans le paysage musical actuel, France Musique.
  59. « Les brillances du jeune Jonas | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  60. « LUCERNE FESTIVAL 2010: FIDELIO, de L.v. BEETHOVEN, dirigé par Claudio ABBADO, avec Jonas KAUFMANN et Nina STEMME le 12 août 2010. », sur Le blog du Wanderer (consulté le )
  61. [1]
  62. « Des regrets et des promesses | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  63. Julian Sykes, « Jonas Kaufmann, « Du bist die Welt für mich » », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  64. « Jonas Kaufmann : «Je ne vois rien de plus romantique que l'opéra français» », sur FIGARO, (consulté le )
  65. (en-US) Lucas Irom, « CD, critique. JONAS KAUFMANN : AN ITALIAN NIGHT (1 cd SONY classical, 2018) | Classique News » (consulté le )
  66. « Chronique d'album : Italienisches Liederbuch, de Diana Damrau, Jonas Kaufmann et Helmut Deutsch (Chronique) | Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique », sur www.opera-online.com (consulté le )
  67. (de) « CD GIUSEPPE VERDI: OTELLO – JONAS KAUFMANN, FEDERICA LOMBARDI, CARLOS ALVAREZ; SONY », sur Online Merker, (consulté le )
  68. (de) « Jonas Kaufmanns neues Album „Selige Stunde“ erscheint am 4. September bei Sony Classical », (consulté le )
  69. « Le noël enchanté de Jonas Kaufmann : it's Christmas ! », sur Le noël enchanté de Jonas Kaufmann (consulté le )
  70. (en) « Jonas Kaufmann My Vienna | Book Tickets | Coming soon to cinemas » (consulté le )
  71. « Wiener Philharmoniker > Homepage > Shop> DVD », sur www.wienerphilharmoniker.at (consulté le )
  72. diapasonmag.fr, « L'Opéra de Munich lance son propre label discographique - Diapason », sur www.diapasonmag.fr, (consulté le )
  73. Jonas Kaufmann annonce son célibatFrance Musique.
  74. (en) « Jonas Kaufmann on Instagram: “Looking back on a wonderful year. No cancellations - instead, saying Yes for life. Happy new year to you all. 🍾” », sur Instagram (consulté le )
  75. « Jonas Kaufmann sur Instagram : Yesterday’s opening night of Forza del destino went really well - thanks to one more lovely pair of fingers crossed. », sur Instagram (consulté le )

Liens externesModifier