Roger Norrington

chef d'orchestre et chef de chœur britannique

Roger Arthur Carver Norrington (né le à Oxford) est un chef d'orchestre britannique. Il est particulièrement renommé pour ses interprétations sur instruments d'époque, notamment des œuvres du XVIIIe siècle mais aussi du XIXe siècle.

Roger Norrington
Roger Norrington conducting at rehearsal (cropped).jpg
Roger Norrington.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
OxfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Arthur Lionel Pugh Norrington (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Distinctions

Il travaille avec des orchestres du monde entier (Berlin, Vienne, Amsterdam, Paris, orchestres britanniques et des États-Unis).

BiographieModifier

Norrington étudie au Royal College of Music de Londres, avec notamment Adrian Boult comme professeur. Jusque dans les années 1960, il travaille comme ténor, avant de fonder en 1962 le Schütz Choir (plus tard le Schütz Choir of London). Il enregistre les œuvres chorales et les mélodies de Berlioz pour le label Argo - Decca.

De 1969 à 1984, il est directeur musical de l'Opéra de Kent où il dirige plus de 400 représentations de 40 œuvres différentes.

En 1978, il fonde l'ensemble London Classical Players dont il a assuré la direction musicale jusqu'en 1997.

Avec cet orchestre il enregistre en 1986-1988 une première intégrale des symphonies de Beethoven, tout à fait remarquable. Il enregistre en 1989 avec une nouvelle approche l'ouverture de Francs-Juges et la Symphonie Fantastique de Berlioz.

Conjointement il dirige de 1985 à 1989 le Bournemouth Sinfonietta, et de 1990 à 1994 le St Luke orchestra de New-York.

En 1997, il est nommé à la direction de la Camerata Academica de Salzbourg.

En 1998, il est nommé chef de l'Orchestre symphonique de la radio de Stuttgart, avec lequel il enregistre notamment sa 2e intégrale des symphonies de Beethoven, puis il entreprend un cycle Berlioz avec L'Enfance du Christ, la Symphonie Fantastique, Les Francs-Juges, le Requiem , Benvenuto Cellini.

RépertoireModifier

Ses tempos rapides, avec un usage limité du vibrato, impriment une marque nette sur ses interprétations qui ne laissent pas indifférent. Ses enregistrements de Berlioz font date. Ses deux intégrales des symphonies de Ludwig van Beethoven respectent les indications métronomiques du compositeur. La première intégrale est enregistrée sur instruments anciens, la seconde l'est sur instruments modernes [1].

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier