Ouvrir le menu principal

Alain Altinoglu

chef d'orchestre français

BiographieModifier

Né dans une famille d'origine arménienne de Kütahya, Altounian, d'une mère pianiste et professeure de piano au Conservatoire d'Istanbul, Janet Mafyan, et d'Alexandre Altinoglu, professeur de mathématiques (notamment à l'école Tebrotzassère), arrivés en France en 1971. Il effectue ses études musicales au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Il y enseigne près de dix ans où il est notamment professeur de la classe d’ensemble vocal. Il est nommé professeur de la classe de direction d'orchestre à partir de 2014.

Il dirige de nombreux orchestres parmi lesquels le Wiener Philharmoniker, le Berliner Philharmoniker, le London Symphony Orchestra, le Chicago Symphony Orchestra, Cleveland, Boston, Philadelphie, l'Orchestre symphonique de Bayerische Rundfunk, la Staatskapelle de Dresde, l'Orchestre National de France, le Philharmonia, London philharmonic Orchestra, l'Orchestre Symphonique de Montréal, l'Orchestre National de Russie, le City of Birmingham Orchestra, l'Orchestre de Paris, la Tonhalle Zürich, l'Orchestre de la Suisse romande, la Staatskapelle de Berlin, RSB, DSO, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Sinfonia Varsovia, l’Akademie fur Alte Musik de Berlin, l'Orchestre Royal de Stockholm, l'Orchestre de la radio de Copenhague de Leipzig, l’orchestre national de Lyon, le Wiener Symphoniker.

En 2001, il participe à la première mondiale (partielle) du grand opéra arménien Arshak II (1868), de Dikran Tchouhadjian, mis en scène par Francesca Zambello à l'Opéra de San Francisco. En avril 2015, il dirige l'Orchestre philharmonique d'Arménie à Erevan, et l'orchestre éphémère Armenian World Orchestra à Paris.

Il travaille pour des théâtres lyriques comme le Metropolitan Opera de New York, l'Opéra de Paris, le Wiener Staatsoper de Vienne, La Monnaie de Bruxelles, l'Opéra lyrique de Chicago, le Théâtre du Châtelet, l’Opéra de San Francisco, le Théâtre des Champs-Élysées, le Capitole de Toulouse, l’Opéra de Bordeaux, le Festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence ou le Festival de Salzbourg, le Teatro Colon de Buenos Aires, le Staatsoper de Berlin, l'Opernhaus de Zurich, le Bayerische Staatsoper de Munich.

Attiré par la mélodie et le lied, il forme depuis plusieurs années un duo avec son épouse, la mezzo-soprano Nora Gubisch.

Il a également travaillé avec le DJ et producteur Techno Jeff Mills pour la réalisation de l'album Blue Potential où l'Orchestre National de Montpellier joue une bonne partie de ses titres les plus célèbres comme The Bells.

Il participe à la programmation des Chorégies d'Orange, avec la direction de Mireille de Charles Gounod, en 2010 et Le bal masqué de Giuseppe Verdi en 2013.

Il fait partie des 50 français les plus influents dans le monde du magazine Vanity Fair de décembre 2014[1].

Il fait ses débuts au Festival de Bayreuth en 2015, en y dirigeant Lohengrin[2]. Il est le troisième chef français à être invité à diriger au Festival, après Pierre Boulez (y ayant dirigé Parsifal en 1966, 1967, 1968 et 1970 et Le Ring mis en scène par Patrice Chéreau, de 1976 à 1980) et André Cluytens (Belge naturalisé Français en 1939, y ayant dirigé Tannhäuser en 1955, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg en 1956, 1957 et 1958, Parsifal en 1957 et Lohengrin en 1958).

Il devient en janvier 2016 directeur musical de La Monnaie[3].

DiscographieModifier

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier