Ouvrir le menu principal

Andrea Chénier est un opéra en quatre actes d'Umberto Giordano composé sur un livret de Luigi Illica. Il s'inspire de la vie du poète André Chénier (1762-1794), guillotiné lors de la Révolution française. C'est un opéra vériste.

Sommaire

CréationModifier

Andrea Chénier fut créé à La Scala de Milan le , sous la direction de Rodolfo Ferrari, avec Evelina Carrera, Giuseppe Borgatti et Mario Sammarco. Il fut ensuite donné à New York, à l'Academy of Music le , et à Londres (en anglais) le .

PersonnagesModifier

  • Madeleine de Coigny, fille de la Comtesse de Coigny, soprano ;
  • Bersi, femme de chambre et confidente de Madeleine de Coigny, puis prostituée, mezzosoprano ;
  • Gräfin de Coigny, Comtesse de Coigny dans le salon de laquelle se déroule le tout le premier tableau, mezzosoprano ;
  • Incroyable, indicateur de police, ténor ;
  • un abbé, ténor ;
  • un geôlier de la prison Saint-Lazare ;
  • Pierre Fléville, romancier, homme de salon qui introduit André Chénier dans celui de la Comtesse de Coigny ;
  • Dumas, Tobias Schmidt, Ida Legray, condamnée à mort.

Arias célèbresModifier

L'Improvviso (Colpito qui m'avete... Un dì all'azzurro spazio ) est une aria pour ténor d'une force et d'un panache qui la classent parmi les plus prisées. Elle survient au premier acte. Chénier, convié à une réception mondaine et sommé d'improviser quelques gentils vers, déballe, tout au contraire, sa rage et sa honte devant les misères du peuple des pauvres. Peu à peu, scandalisés, tous les visages se détournent, un vicaire quitte le lieu tandis que Chénier, emporté de lyrisme, achève de marquer sa prise de position.

Parmi les interprètes fameux du rôle, citons Mario Del Monaco, Franco Corelli, Placido Domingo ou José Carreras (qui y déploie une animalité des plus rares, celle-ci faisant quelque peu contrepoids avec ce que cet emploi peut avoir de lourd pour sa voix. ) Plus près de nous, Marcelo Álvarez s’y distingue tout particulièrement. Jonas Kaufmann y a également remporté un énorme succès dans la production du Royal Opera House de Londres, sous la direction d'Antonio Pappano, dans la très belle mise en scène de David McVicar, performance qui a donné lieu à un DVD (label Warner) paru en 2016. Le ténor bavarois a repris le rôle dans une nouvelle production à Munich début 2017 avec un des sopranos les plus en vue, sa partenaire habituelle, Anja Harteros.

La mamma morta est l'une des plus célèbres arias de cet opéra. Elle est présente dans le film Philadelphia, interprétée par Maria Callas.

DiscographieModifier

Liens externesModifier