Ouvrir le menu principal

Harmonia Mundi

label discographique français

Harmonia Mundi Musique
logo de Harmonia Mundi

Création 1958
Dates clés 23 juin 2015 : immatriculation de la société
Fondateurs Bernard Coutaz
Forme juridique Société par actions simplifiée à associé unique
Siège social Arles Impasse des Mourges
Direction Kenneth Gates (depuis le 10 novembre 2015)
Activité Enregistrement sonore et édition musicale
Produits Disques
Société mère Pias France (394 412 761)
Sociétés sœurs Strictly Confidential France (388 332 881)

Discograph (752 88 682)

F-Communications (395 513 204)

Filiales World Village (d)
SIREN 812 102 564
Site web www.harmoniamundi.fr

Fonds propres 883 700 € (négatifs) en 2016
Chiffre d'affaires 11 219 300 € en 2016
Résultat net 2 629 300 € (perte) en 2016

Harmonia Mundi est une enseigne française de production de disques, spécialisée dans la musique classique et les musiques du monde, et située à Arles dans les Bouches-du-Rhône.

Harmonia Mundi a développé depuis 1988 une activité dans le domaine des livres, assurant la diffusion et la distribution[1] auprès des points de vente en France et à l’étranger, de catalogues indépendants[2].

Structure juridique depuis octobre 2015Modifier

- Harmonia Mundi Musique[3].

- Harmonia Mundi Livre Rcs 706 250 131 . Chiffre d'affaires au 30 juin 2018 : 18 191 200 €. Résultat 218 600 € (perte). Effectif : 73 au 30 juin 2017.Direction : Benoit-Marie Coutaz depuis le 29 janvier 2013.

HistoriqueModifier

EssorModifier

Bernard Coutaz fonda en 1957 le « Club chrétien du disque » en collaboration avec Erato, mais plus didactique et artistique. Le premier disque de la collection, celui de deux grands motets de Michel-Richard de Lalande, parut à la fin de 1957. L'édition était limitée à 1 200 exemplaires. Après avoir publié dix albums, il décida de créer son propre label de disque[4].

Fondé en 1958[5], Harmonia Mundi est aujourd’hui le plus ancien éditeur phonographique indépendant français de musique classique. Le label a été installé à Paris, puis en 1962, à Saint-Michel-l'Observatoire. Suivant les conseils de ses amis Carl de Nys et Pierre Rochas, Bernard Coutaz commença par établir un catalogue basé sur un répertoire consacré à l’orgue, en enregistrant sur les grandes orgues historiques d’Europe. Il fonda également une revue, Orgues historiques, dont chaque numéro, consacré à un instrument, était accompagné d’un enregistrement destiné à en apprécier toutes les qualités.

Ce travail a permis de développer une sensibilité particulière au timbre des instruments à une époque où l’influence mélodiste dominait encore largement la production phonographique. Cette sensibilité au timbre préparait la rencontre avec Alfred Deller, qui eut lieu lors d’un concert à Avignon en 1967, où le contre-ténor se produisait avec son ensemble. La soirée qui suivit ce concert détermina une seconde période pour Harmonia Mundi, celle des disques avec Alfred Deller, qui fut fidèle à la maison de disques jusqu’à sa mort, en 1979. Harmonia Mundi réalisa alors une série d’enregistrements de musique de la Renaissance anglaise et de musique baroque. Une académie de musique baroque, fondée dans le Luberon sur une idée d’Alfred Deller, attira de nouveaux talents comme René Jacobs et Dominique Visse qui ont également enregistré pour Harmonia Mundi. Puis vinrent Philippe Herreweghe et William Christie. Les enregistrements de musique baroque se sont multipliés donnant d’Harmonia Mundi une image de précurseur dans l’interprétation du répertoire sur instruments anciens.

Âge d'orModifier

Ces développements permirent de conquérir un nouveau public de plus en plus large à mesure que les répertoires ancien et surtout baroque s’imposaient sur la scène musicale internationale. Entre-temps, Harmonia Mundi avait consolidé et diversifié son domaine d’activités. En 1976, la maison de disques assurait sa propre distribution, et à partir de 1980 devenait elle-même distributeur d’autres labels. En 1981, Harmonia Mundi ouvrait sa première filiale à Londres. En 1986, l’entreprise investit le Mas de Vert à Arles. Devant la disparition progressive des disquaires en France, Bernard Coutaz décida de fonder une série de boutiques Harmonia Mundi qui comptait, après son accroissement, 45 boutiques en France et trois en Espagne.

Entre-temps, l’entreprise poursuivait la diversification de ses activités et créait, en 1988, un service destiné à la diffusion du livre. En février 2010, la diffusion et distribution de livres représentait 20 millions d'euros de chiffre d'affaires et 40 % de l'activité du groupe en France[6]. Une cinquantaine d'éditeurs travaillent avec Harmonia Mundi qui est considéré, avec Les Belles Lettres, comme le diffuseur de référence pour l'édition indépendante. Fin 2009, le départ des éditions Bragelonne fragilise la part livres du groupe.

En 1993, l'entreprise rachète les éditions musicales du Chant du Monde. 160 personnes travaillent aujourd’hui au Mas de Vert, maison mère d’un groupe international constitué de cinq filiales dont certaines assurent une partie de la production phonographique. Parallèlement, le catalogue s’enrichissait et s’ouvrait à de nombreuses collaborations issues de tous les pays. Aujourd’hui, Harmonia Mundi enregistre tous les répertoires, de la musique ancienne à la musique du XXIe siècle et finance entièrement sa production grâce à une totale indépendance financière. Cet élargissement a accompagné l’évolution de musiciens comme René Jacobs et Philippe Herreweghe qui, après plus de vingt ans de collaboration, enregistrent toujours pour Harmonia Mundi désormais aux côtés des musiciens de la jeune génération.

En 2006, Harmonia Mundi [7] qui emploie 470 personnes, représente 18 % du marché du disque classique pour un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros et produit entre 50 et 60 enregistrements nouveaux par an. Elle est la deuxième du marché avec EMI derrière de grandes majors telle qu'Universal.

Le , le fondateur et directeur Bernard Coutaz décède[8], Eva Coutaz lui succède.

DéclinModifier

 
En Bretagne, les boutiques ont fermées successivement, celles de Rennes et Nantes (bien que sélectionnée comme meilleur disquaire de France 1995) en 2013[9] puis Quimper, pourtant l'une de ses meilleurs représentantes de la culture traditionnelle[10] (en photo).

À la suite des changements de comportement des clients tel le téléchargement, la maison dut, en 2013, fermer presque la moitié de ses boutiques en France, soit 15, en supprimant 38 emplois. Ainsi, la boutique de Dijon ferma fin juin 2013 malgré une pétition de soutien de ses clients fidèles[11]. De même celles de Quimper et de Bourg-en-Bresse. La société précisa que son chiffre au regard des disques avait subi 71 % de chute en 11 ans. Toutefois, grâce à son activité de distribution de livres pour des éditeurs spécialisés, l'entreprise emploie encore plus de cent personnes en France[12]. Au début de l'année 2014, Harmonia Mundi ne comptait par conséquent que 15 boutiques dans l'Hexagone ainsi que deux en Suisse, à Genève et à Zurich[13] : Aix-en-Provence, Arles, Gap, Grenoble, Lyon, Paris (Théâtre de Châtelet, Cité de la Musique, Placide, Salle Pleyel et Théâtre de Champs Élysées), Perpignan, Quimper, Strasbourg, Toulouse et Tours. Les boutiques de Grenoble et de Lyon ont également fermé depuis lors.

Rachat partielModifier

Le , l'activité musicale de Harmonia Mundi est rachetée par PIAS Group mais l'activité de diffusion de livres logée dans une autre société reste la propriété de Benoît-Marie Coutaz, fils de Bernard Coutaz[14].

Principaux artistesModifier

Labels en productionModifier

  • Harmonia Mundi, spécialisé en musique classique.
  • Discograph, label de production et distribution créé en 1998, racheté en 2012.
  • JazzVillage, label spécialisé dans le jazz, notamment en collaboration avec Ahmad Jamal, Kyle Eastwood, Roberto Fonseca.
  • Le Chant du Monde[15], le plus ancien label français en activité, ouvert à la chanson, au jazz et aux musiques du monde.
  • LittleVillage, enregistrements pour enfants
  • WorldVillage, destiné à produire les musiques du monde.

Maisons d'édition diffusées / distribuéesModifier

(liste très partielle à enrichir...)

Notes et référencesModifier

  1. http://livre-paca.org/index.php?show=dazibao&rubrique=1&id_rubrique=1&id_dazibao=68&type=5&article=1009
  2. http://www.harmoniamundilivre.com/
  3. « Harmonia Mundi Musique », sur www.societe.com (consulté le 27 juillet 2019)
  4. Odette Ducarre - Le Club chrétien du disque, des disques qui ressemblent à des livres
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Point
  6. Livres Hebdo, « Bernard Coutaz est mort », 28 février 2010
  7. Croissance allegro pour Harmonia Mundi, sur le Journal du Net Management du 7.11.06
  8. « Le PDG d'Harmonia Mundi est mort », Le Nouvel Observateur,
  9. http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/disquaire-harmonia-mundi-ferme-nantes-22-04-2013-94539 dans l'Ouest-France du 22 avril 2013
  10. http://www.entreprises.ouest-france.fr/node/87032 dans l'Ouest-France du 25 février 2013
  11. Harmonia Mundi ferme son magasin à Dijon
  12. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/02/12/97002-20130212FILWWW00662-harmonia-mundi-ferme-15-boutiques.php dans Le Figaro du 12 février 2013.
  13. http://www.harmoniamundi.com/#/all_about_hm?view=shops
  14. Alain Beuve-Méry, « Les lebels de musique Harmonia Mundi et PIAS finalisent leur mariage », Le Monde, « Éco&Entreprise », 29 septembre 2015, p. 10
  15. Site officiel de Chant du Monde
  16. (en) (es) Site officiel de Glossa
  17. Site officiel d'Ambronay
  18. Site officiel de La Dolce Volta
  19. Site officiel de Mirare
  20. (en) (de) Site officiel de Orfeo
  21. Site officiel de Tahra

Liens externesModifier