Ouvrir le menu principal

Le Chevalier de neige

Le Chevalier de neige est un livret pour spectacle musical écrit en 1953 par Boris Vian, avec une musique de Georges Delerue. Le spectacle musical a été présenté pour la première fois en août 1953 au Festival de dramatique de Caen. Il est devenu un véritable opéra en 1957 lorsque Marcel Lamy, directeur du théâtre de Nancy l'a présenté en plus grand format.

Le spectacle musicalModifier

Noël Arnaud a extrait les faits historiques rapportés dans le cahier 12 du collège de 'Pataphysique, ainsi que quelques remarques de Boris Vian issues de ce même cahier[1]. Il indique notamment que Jo Tréhard cherchait un successeur au spectacle Guillaume le Conquérant qui avait connu un gros succès dans les ruines du château de Caen. Jean-Marie Serreau ayant proposé de mettre en scène l'histoire de Lancelot, Vian et Delerue acceptèrent la proposition et se mirent au travail. « Nous avions la chance insigne de disposer d'importants crédits et nous en profitions pour bâtir un spectacle quelque peu démesuré puisqu'il durait quatre heures et se développait sur un plateau de 2000 m2, avec une quarantaine d'acteurs, une centaine de figurants, des tas de chevaux (...)[1] »

Le Chevalier de neige, opéraModifier

Boris Vian et Georges Delerue tombèrent d'accord sur un point : beaucoup plus que le décor, c'était la musique qui créait le dépaysement. Boris pensait aussi que la musique avait le même pouvoir de transfert que l'image cinématographique, et que seul l'opéra pouvait lutter avec le cinéma. Il restait à accélérer la mise en scène pour éviter les temps morts[2].

Ce fut Marcel Lamy, directeur du théâtre de Nancy qui monta effectivement l'opéra selon sa promesse, avec une distribution de première grandeur avec Jane Rhodes, Jacques Luccioni Baryton, fils de José Luccioni (chanteur). Cet opéra avait été écrit par Vian et Delerue en neuf mois.

Le thèmeModifier

Il s'agit de l'histoire d'amour de Lancelot du lac et de la reine Guenièvre, racontée par le chevalier de neige. Elle s'inscrit dans le style du cycle des légendes arthuriennes.

Les opérasModifier

Les deux versions du Chevalier de neige, celle de Caen et celle de Nancy, ainsi que tous les textes s'y rapportant ont été réunis dans le volume Le Chevalier de neige édition Christian Bourgois 1974, édition augmentée de tous les livrets que Boris Vian a écrit, ébauches ou manuscrits complets. « Dans les deux années qui lui restent à vivre [à partir de 1957], l'opéra sera la grande affaire de Boris . Il en a écrit cinq dont deux resteront inachevés : Lily Strada et Le Mercenaire[3]. » (il faut entendre : cinq en plus de Le Chevalier de neige et Fiesta)

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Noël Arnaud 1998, p. 425
  2. Noël Arnaud 1998, p. 426
  3. introduction au recueil d'opéras par Noël Arnaud Noël Arnaud 1998, p. 7