Ouvrir le menu principal

Georges Soria

historien, journaliste et auteur dramatique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soria (homonymie).
Georges Soria
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Georges Soria (né à Tunis en 1914 et mort à Paris le ) est un historien, journaliste et auteur dramatique français.

BiographieModifier

Durant la guerre civile espagnole, il est correspondant de L'Humanité (l'organe officiel du Parti communiste français) en Espagne. Durant cette période, selon les mots de l'historien Jean-Jacques Marie, il rédige « des articles hystériques dénonçant les trotskystes "agents de Hitler et de Franco" », ainsi son article du 20 juin 1937 intitulé « Le trotskysme au service de Hitler »[1].

Nommé docteur ès lettres et sciences humaines "sur travaux", Georges Soria se tourne plus particulièrement vers l’histoire des révolutions[2]. On lui doit des sommes telles que sa Grande histoire de la Commune (en 5 volumes, 1970), Guerre et révolution en Espagne (en 5 volumes, 1975-1977) ou La Grande Histoire de la Révolution française (en 9 volumes, 1987-1988), ainsi que des ouvrages comme Les 300 Jours de la Révolution russe ou Le Grand Défi URSS-USA.

Par ailleurs, il écrit des adaptations théâtrales d’ouvrages d’histoire et travaille notamment en collaboration avec Alain Decaux et Robert Hossein sur Danton et Robespierre, Notre-Dame de Paris et Le Cuirassé Potemkine.

En 1953, Georges Soria fonde, avec Louis Aragon et Jean Lurçat, l'Agence littéraire et artistique parisienne[3], dont il devient le directeur[4].

On lui doit également un roman d'anticipation publié en 1976 aux éditions Denoël dans la collection Présence du futur : La Grande quincaillerie[5].

Enfin, il est aussi l'auteur de traductions en français d’après le russe et le portugais brésilien.

PublicationsModifier

Ouvrages historiquesModifier

PoésieModifier

RomanModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sygmunt Stein, Ma Guerre d'Espagne, 1956, Paris, Éditions du Seuil, 2012, postface de Jean-Jacques Marie p.251
  2. « Mort de Soria », Le Soir, 11 octobre 1991.
  3. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  4. J. Morawski, « Le décès de Georges Soria, un homme de passion », L'Humanité, 10 octobre 1991.
  5. « La Grande quincaillerie » sur le site NooSFere

Voir aussiModifier