Ouvrir le menu principal

Équipe du Sénégal de football

équipe nationale de football
Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Sénégal de football féminin .
Drapeau : Sénégal Équipe du Sénégal
Généralités
Confédération CAF
Emblème le lion
Couleurs Blanc et vert
Surnom Les Lions de la Teranga
Stade principal Stade Léopold Sédar Senghor
Classement FIFA en augmentation 22e (14 juin 2019)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Sénégal Aliou Cissé
Capitaine Cheikhou Kouyaté
Plus sélectionné Henri Camara : 99
Meilleur buteur Henri Camara : 31
Rencontres officielles historiques
Premier match Drapeau : Bénin Dahomey 3 - 2 Drapeau : Sénégal Sénégal
()
Plus large victoire Sénégal Drapeau : Sénégal 7 - 0 Drapeau : Maurice Maurice
()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 2
Quarts de finale en 2002
Coupe d'Afrique Phases finales : 14
Médaille d'argent, Afrique Finaliste en 2002
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Équipe du Sénégal de football à la Coupe d'Afrique des nations 2019

L'équipe du Sénégal de football, créée en 1961, est constituée par une sélection des meilleurs joueurs sénégalais, sous l'égide de la Fédération sénégalaise de football. Elle a connu ses meilleurs résultats en 2002, en atteignant la finale de la CAN et les quarts de finale de la coupe du monde. Les Lions de la Teranga ont participé en 2018 à leur deuxième Coupe du monde.

L'équipe du Sénégal est entraînée depuis par son ancien capitaine Aliou Cissé.

Sommaire

HistoireModifier

Les débuts du Sénégal après l'indépendanceModifier

Le Sénégal obtient son indépendance vis-à-vis de la France, le 4 avril 1960. La fédération sénégalaise de football (FSF) est fondée en 1960. Le premier match officiel du Sénégal a lieu le 31 décembre 1961, à l’extérieur, contre le Dahomey (actuel Bénin) et se conclut par la défaite sénégalaise 2 buts à 3. La fédération sénégalaise de football (FSF) est affiliée à la FIFA depuis 1962 et est membre de la Confédération africaine de football depuis 1963. Le Sénégal ne qualifie à aucune Coupe du monde durant cette période, mais participe trois fois à la Coupe d'Afrique des Nations 1965 (4e place), 1968 et 1986, élimination) au premier tour.

Le Sénégal remporte les Jeux de l'Amitié en 1963.

Les années 1990Modifier

Durant cette période, le Sénégal ne parvient pas se qualifier pour une Coupe du monde, mais réussit à se qualifier à quatre des six éditions de la CAN, ne ratant que les éditions de 1996 et 1998. En 1990, il réussit pour la première fois à passer le premier tour, en terminant deuxième du groupe. Il s'y incline en demi-finale contre l'Algérie (1-2) puis en petite finale contre la Zambie (0-1). En 1992, le Sénégal organise la compétition. Au premier tour, l'équipe sénégalaise termine deuxième de son groupe avant d'être battu en quart de finale par le Cameroun. En 1994, elle termine deuxième de son groupe et perd en quart de finale contre la Zambie (1-0). En 2000, le scénario se répète pour la troisième fois: elle termine deuxième du groupe, et s'incline en quart de finale contre le Nigeria (2-1).

2002, l'année du SénégalModifier

Sous les rênes de l'entraîneur français, Bruno Metsu, l'équipe du Sénégal se fait connaître, cette année là, au niveau international.

En Janvier, le Sénégal perd en finale de la Coupe d'Afrique face au Cameroun aux tirs au but 2-3 après 120 minutes de jeu soldées par un match nul vierge. Durant la compétition, Les Lions de la Téranga avaient battu l'Égypte (1-0), la Zambie (1-0), la Tunisie (0-0), la République démocratique du Congo en quart de finale (2-0) et le Nigeria en demi-finale (2-1 après prolongations). Ce résultat constitue la meilleure performance sénégalaise dans cette compétition.

Après des éliminatoires brillants, le Sénégal se qualifie pour sa première Coupe du monde en éliminant notamment le Maroc, l'Égypte et l'Algérie. Durant ces éliminatoires, la star nationale El-Hadji Diouf, termine second meilleur buteur avec 9 buts.

L'équipe du Sénégal connait pendant cette compétition son heure de gloire en atteignant les quarts de finale. Elle bat en match d'ouverture la France championne du monde en titre (1-0, but de Papa Bouba Diop), puis fait match nul contre le Danemark (1-1, but de Salif Diao) et l'Uruguay (3-3, but de Khalilou Fadiga et 2 buts de Papa Bouba Diop après avoir mené 3-0. La France éliminée, beaucoup de français supportent le Sénégal car 22 des 23 Sénégalais évoluent dans en France. En 8e de finale, elle bat la Suède (2-1, doublé de Henri Camara dont une égalisation et un but en or). Arrivés en quarts de finale, elle ne peut rien faire face aux Turcs et s'incline 1 à 0, sur un but en or de Ilhan Mansiz, encaissé quatre minutes après le début des prolongations. La star offensive des Lions de la Téranga, El Hadji Diouf, termine parmi des meilleurs joueurs de ce tournoi.

Avec cette Coupe du monde, le Sénégal remplit son objectif et s'inscrit définitivement sur la carte du football mondial. La victoire contre la France, favorite de la compétition, ainsi que la qualification face à la Suède sont les faits les plus marquants de ces quelques semaines. De grands clubs européens s'intéressent aux meilleurs joueurs sénégalais (El-Hadji Diouf ira à Liverpool avec son compatriote Salif Diao et Fadiga rejoindra l'Inter de Milan).

L'après 2002 (2002-2007)Modifier

 
Supporters sénégalais lors du match contre la Tunisie (CAN 2008)

Avec de son nouveau statut, le Sénégal est attendu à l'aube de disputer la CAN 2004 en Tunisie. Il termine une nouvelle fois deuxième de son groupe, puis doit s’incliner en quarts de finale contre le pays organisateur sur le score de 1-0.

Les Lions de la Téranga sont finaliste des 5e Jeux de la Francophonie en 2005.

Il termine deuxième de son groupe de qualification, à deux points du Togo, et ne se qualifie pas pour la Coupe du monde 2006. Ce classement lui permet néanmoins de se qualifier pour la CAN2006. Il termine quatrième de cette même compétition après une défaite 1 à 0 face aux futurs vainqueurs Égyptiens.

La crise chez les Lions (2007-2010)Modifier

Le Sénégal rate complètement la CAN 2008, en faisant deux matchs nuls contre la Tunisie (2-2) et contre l’Afrique du Sud (1-1) et une défaite contre l’Angola (1-3). Cela constitue avec l’élimination du Maroc, une des plus grosses surprises de la CAN. Le Sénégal change de sélectionneur en plein milieu de la compétition et le sélectionneur devient Lamine N'Diaye.

Le Sénégal se trouve dans un groupe très abordable pour le deuxième tour qualificatif pour la Coupe du monde et la CAN 2010 (Algérie, Gambie, Liberia). Il joue un match capital en Algérie le 5 septembre 2008, marque le premier but, mais encaissent trois buts en douze minutes, avant de réduire le score en fin de match (3-2). Ce résultat met le Sénégal sous pression.

Tout autre résultat qu'une victoire lors du dernier match contre la Gambie l'éliminerait. Le sélectionneur Lamine N'Diaye doit, sous la pression populaire, faire des changements et les noms de Niang, Khalilou Fadiga et Diawara - non sélectionnés jusqu'alors - sont souvent nommés. Le 11 octobre, Khalilou Fadiga est aligné et le Sénégal marque à la 65e minute par Kader Mangane. Mais les Gambiens poussent, et égalisent à cinq minutes de la fin (score final 1-1). Les supporters tristes et furieux de l'élimination manifestent autour du Stade Léopold Sédar Senghor, dont les environs sont couverts de fumée. Les joueurs sénégalais et gambiens restént enfermés dans les vestiaires, de peur de subir la colère des supporters. Lamine N'Diaye annule sa conférence de presse. Le groupement mobile d’intervention contient difficilement les jeunes qui refusent de quitter les lieux, et attendent joueurs et staff technique pour leur lancer des pierres. Le Sénégal ne se qualifie pas pour le troisième tour. C'est la fin d'une génération qui avait brillé en 2002 avec dans ses rangs El-Hadji Diouf, Henri Camara, Khalilou Fadiga, Salif Diao, Habib Beye, Tony Sylva entre autres. N'Diaye est démis de ses fonctions et Amara Traoré devient le 15 décembre 2009 nouveau sélectionneur.

Une génération de la renaissance, mais qui peine à confirmer (2010-2015)Modifier

Le Sénégal commence l'année 2010 sous l'ère Traoré par six victoires et une défaite. Il partage sa poule éliminatoire pour la CAN 2012 avec le Cameroun, la République démocratique du Congo et l'île Maurice et réussi une bonne entrée en matière, dans un groupe considéré difficile, en battant la RD Congo (4-2) à Lubumbashi, avec un triplé de son capitaine Mamadou Niang. Un mois plus tard, le 9 octobre 2010, à Dakar dans l'antre de Léopold Sédar Senghor, les Sénégalais battent l'Île Maurice par le plus large score de leur histoire (7-0 dont un triplé de Papiss Cissé et un doublé de Niang). Le 26 mars 2011, le Sénégal bat le Cameroun sur le score de 1 but à 0 avec un but Demba Ba à la 91e minute sur un centre de Issiar Dia. Il termine en première position de son groupe avec 16 points sur 18 possibles et seulement 2 buts encaissés. L'équipe fait partie des favoris de cette compétition avec des joueurs tel que Moussa Sow (meilleur buteur de la Ligue 1), Papiss Cissé (second meilleur buteur de Bundesliga), Mamadou Niang, Demba Ba, Issiar Dia (champion de Turquie) mais aussi des rocs défensifs tel que Cheikh M'Bengue, Souleymane Diawara, Kader Mangane, Lamine Gassama ou Armand Traoré.

Pendant la compétition, les Sénégalais sont éliminés dès le premier tour après trois défaites sur autant de match (face à la Zambie, à la Guinée-Équatoriale et la Libye). Amara Traoré est limogé à la suite de cette énorme désillusion.

Le 9 janvier 2013, Alain Giresse est nommé sélectionneur. En octobre, le Sénégal loupe la qualification pour la Coupe du monde de football 2014 lors du dernier tour, en match aller-retour face à la Côte d'Ivoire (3-1; 1-1).

Retour au premier planModifier

Le Sénégal obtient sa qualification en novembre 2014 pour la CAN 2015. C'est mené par Alain Giresse que les Lions débutent la compétition. Ils tombent dans un groupe compliqué, en compagnie du Ghana, de l'Algérie et de l'Afrique du Sud. Malgré une blessure qui prive la vedette Sadio Mané du premier match, Les Lions l'emportent par une victoire sur les ghanéens (2-1) et enchaînent par un nul contre l'Afrique du Sud (1-1), ils s'inclinent face aux Fennecs (0-2) et sont ainsi éliminés dès le premier tour. Peu populaire auprés du public sénégalais et victime d'une véritable cabale par une partie de la presse, le sélectionneur Alain Giresse décide de ne pas renouveler son contrat auprés des Lions de la Teranga.

En 2017, le Sénégal, qualifié pour la CAN, se retrouve dans le groupe B à nouveau avec l'Algérie ainsi que la Tunisie et le Zimbabwe. Il sort cette fois ci en tête de son groupe grâce à aux victoires contre les Tunisiens (2-0) et les Zimbabwéens (2-0) puis au match nul contre les Algériens (2-2). En quart de finale les Sénégalais poussent le Cameroun aux tirs aux buts mais doivent s'incliner (0-0, 4-5 TAB).

Durant cette période ont aussi débuté les Éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Après avoir passé sans problème le deuxième tour face au modeste Madagascar (2-2 ; 3-0). Les Lions se retrouvent dans un groupe avec le Cap Vert, l'Afrique du Sud, le Burkina Faso. Ils obtiennent leur ticket pour la Russie après une victoire au Cap-Vert (2-0) en octobre 2017 et retrouvent ainsi un mondial, 16 ans après la Coupe du monde 2002.

Pour son deuxième mondial, le Sénégal tombe dans le groupe H avec la Pologne, la Colombie et le Japon. Dans ce groupe très ouvert, les Lions ont toutes leurs chances, menés entre autres par un des meilleurs joueurs de Premier League, le Liverpuldien Sadio Mané. Ils réussissent leur entrée et battent la Pologne (2-1). Alors qu'ils mènent deux fois au score, il se font rattraper par les Japonais lors du deuxième match (score final 2-2). C'est à égalité parfaite que Japonais et Sénégalais attaquent la dernière journée, respectivement face à la Pologne et la Colombie. Les Sénégalais ont reçu deux cartons jaunes de plus que les Japonais et sont donc dépassés au classement en raison du fair-play. Les deux équipes perdent 1-0, et se retrouve donc dans une situation inédite, puisque pour la première fois deux équipes sont départagées au fair-play[2] (cette règle n'existait pas lors des Coupes du monde précédentes). Le Sénégal n'est ainsi pas qualifié pour le tour suivant.

Tenues et symbolesModifier

Maillot et équipementiersModifier

Kit providence Période
Adidas 1980–2000
Erreà 2000–2002
Le Coq Sportif 2002–2004
Puma 2004–2016
Romai 2017
Puma 2017–

SurnomModifier

Les Sénégalais n'appellent pas leur équipe nationale « Les Lions de la Téranga », mais plutôt « Les Lions » tout court, au contraire du Cameroun (Lions indomptables) et du Maroc (Lions de l'Atlas). L'expression « Lions de la Téranga » a été utilisée par la presse étrangère, à partir du début des années 2000, période qui correspond à un passage au premier plan de l'équipe nationale sur la scène africaine et internationale après une décennie 90 très morose. L'ajout du mot « Téranga » - qui veut dire « hospitalité » en Wolof et en Sérère - vient probablement du slogan utilisé pour les campagnes de promotions touristiques « Le Sénégal, pays de la Téranga » (slogan très connu à l'étranger), et que les Sénégalais utilisent eux-mêmes pour parler de leur pays. D'ailleurs lors des compétitions africaines d'avant 2000, les commentateurs sportifs étrangers utilisaient l'expression « Les Lions du Sénégal ». Aujourd'hui encore, ni la presse écrite nationale, ni les sites internet sénégalais les plus connus (Seneweb, Rewmi, etc.), ni les supporteurs Sénégalais n'utilisent l'expression « Lions de la Téranga ». Ils désignent leur équipe nationale par l'expression « Les Lions » ou « Les Lions du Sénégal. » La fédération sénégalaise de football a dernièrement choisi l'appellation « Mbarodi », qui signifie lion en langue peule, pour désigner l'équipe nationale du Sénégal en vue de la CAN 2008.

PalmarèsModifier

Classement FIFAModifier

Classement FIFA de l'équipe du Sénégal
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement mondial 56 50 47 58 85 95 79 88 65 27 33 31 30 41 38 50 89 70 44 77 65 35 44 33 23 23
Classement CAF 19 11 2 3 3 4 10 5 10 19 14 6 19 14 4 6 1 1 1


Coupe d'Afrique des nationsModifier

Coupe Amílcar CabralModifier

  • Vainqueur (1979, 1980, 1983, 1984, 1985, 1986, 1991, 2001)
  • Finaliste (1982, 1993, 1997, 2002, 2005)

Parcours en Coupe du mondeModifier

RécompensesModifier

  • Équipes nationales de l'année (Zone Afrique) 2001, 2002, 2007 par France Football.

Principaux joueursModifier

Joueurs les plus sélectionnés
# Joueur Carrière Sélections
1 Henri Camara 1999-2008 99
2 Roger Mendy 1979-1995 87
3 Tony Sylva 1999-2008 83
4 Jules Bocandé 1979-1993 73
5 Lamine Diatta 2000-2008 70
6 El-Hadji Diouf 2000-2008 69
7 Papa Bouba Diop 2001-2008 63
8 Idrissa Gana Gueye 2011- 62
9 Moussa N'Diaye 1998-2007 59
10 Sadio Mané 2012- 58
- Mamadou Niang 2002-2012 55
- Souleymane Sané 1990-1997 55
- Cheikhou Kouyate 2012- 55
Meilleurs buteurs
# Joueur Carrière Buts
1 Henri Camara 1999-2008 31
2 El-Hadji Diouf 2000-2008 21
3 Mamadou Diallo 1988-2000 21
4 Mamadou Niang 2002-2012 20
5 Jules Bocandé 1979-1993 20
Dernière mise à jour : 10/02/2019.

Sélection actuelleModifier

Effectif et encadrement de l'équipe du Sénégal
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Diallo, AbdoulayeAbdoulaye Diallo 9 946 30/3/1992 (27 ans) 17 0   Stade rennais FC 2015
16 G Mendy, ÉdouardÉdouard Mendy 9 975 1/3/1992 (27 ans) 2 0   Stade de Reims 2018
23 G Gomis, AlfredAlfred Gomis 9 422 05/9/1993 (25 ans) 5 0   SPAL 2013 2017
2 D Mbodj, KaraKara Mbodj 10 805 22/11/1989 (29 ans) 47 5   Anderlecht 2011
3 D Koulibaly, KalidouKalidou Koulibaly 10 230 20/6/1991 (28 ans) 32 1   Naples 2015
6 D Sané, SalifSalif Sané 10 525 29/8/1990 (28 ans) 27 0   FC Schalke 04 2013
4 D Ciss, SaliouSaliou Ciss 10 873 15/9/1989 (29 ans) 18 0   Valenciennes 2012
12 D Sabaly, YoussoufYoussouf Sabaly 9 606 05/3/1993 (26 ans) 12 0   Bordeaux 2017
4 D Cissé, Pape AbouPape Abou Cissé 8 683 14/9/1995 (23 ans) 3 1   Olympiakos 2018
21 D Gassama, LamineLamine Gassama 10 838 20/10/1989 (29 ans) 41 0   Alanyaspor 2011
22 D Wagué, MoussaMoussa Wagué 7 567 04/10/1998 (20 ans) 14 0   FC Barcelone B 2017
14 M Loum N'diaye, MamadouMamadou Loum N'diaye 8 210 30/12/1996 (22 ans) 1 0   FC Porto 2019
5 M Gueye, Idrissa GanaIdrissa Gana Gueye 10 862 26/9/1989 (29 ans) 63 2   Everton FC 2011
8 M Kouyate, CheikhouCheikhou Kouyate 10 776 21/12/1989 (29 ans) 55 3   Crystal Palace FC 2012
11 M Ndoye, CheikhCheikh Ndoye 12 139 29/3/1986 (33 ans) 33 3   Angers SCO 2014
13 M N'Diaye, AlfredAlfred N'Diaye 10 701 06/3/1990 (29 ans) 28 1   Malaga CF 2013
17 M Ndiaye, Pape AliounePape Alioune Ndiaye 10 466 27/10/1990 (28 ans) 20 1   Galatasaray SK 2015
7 A Diallo, HabibHabib Diallo 8 774 15/6/1995 (24 ans) 1 0   FC Metz 2018
10 A Mané, SadioSadio Mané   9 935 10/4/1992 (27 ans) 60 15   Liverpool FC 2012
18 A Sarr, IsmaïlaIsmaïla Sarr 7 788 25/2/1998 (21 ans) 21 3   Stade rennais FC 2016
9 A Niang, MbayeMbaye Niang 8 951 20/12/1994 (24 ans) 15 4   Stade rennais FC 2017
20 A Baldé, KeitaKeita Baldé 8 873 08/3/1995 (24 ans) 24 4   Inter Milan 2016
19 A Diagne, MbayeMbaye Diagne 10 100 28/10/1991 (27 ans) 4 0   Galatasaray SK 2018
Sélectionneur



Légende


SélectionneursModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 8 avril 2019).
  2. Jean-Baptiste Caillet, « Le Japon qualifié pour les huitièmes grâce aux cartons jaunes », sur lequipe.fr, (consulté le 28 juin 2018)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), Paris, L'Harmattan, 1998 (ISBN 2738466087)
  • Basile Boli et Pape Touré, Les Lions de la Teranga, Anne Carrière, 2002 (ISBN 2843372038)
  • Oumou Wane et Gaël Mahé, La Téranga des Lions, Paris, La Table Ronde, 2002, 127 p.
  • Cheikh Mbacké Sène, Lions de la Téranga : Vérités et contre vérités sur les échecs répétés (2003-2013) - LEN 2014, 198 pages ( (ISBN 978-2-312-02399-1)).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :