Ouvrir le menu principal

Équipe du Nigeria de football

équipe nationale de football
Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Nigeria de football féminin.
Drapeau : Nigeria Équipe du Nigeria
Écusson de l' Équipe du Nigeria
Généralités
Confédération CAF
Emblème l'aigle
Couleurs Vert et blanc
Surnom Super Eagles
Green Eagles
Classement FIFA en augmentation 33e (25 juillet 2019)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Allemagne Drapeau : France[2] Gernot Rohr
Capitaine John Obi Mikel
Plus sélectionné Joseph Yobo (101)
Vincent Enyeama (101)
Meilleur buteur Rashidi Yekini (37)
Rencontres officielles historiques
Premier match 8 octobre 1949 (Flag of Sierra Leone (1916–1961).gif Leone, 2-0)
Plus large victoire 10-1 (Drapeau : Bénin Dahomey, )
Plus large défaite 0-7 (Drapeau : Côte-de-l'Or Côte-de-l'Or, )
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 6
8e de finale (3) en 1994, 1998 et 2014
Coupe d'Afrique Phases finales : 17
Médaille d'or, AfriqueMédaille d'or, AfriqueMédaille d'or, Afrique Vainqueur (3) en 1980, 1994 et 2013
Coupe des confédérations Phases finales : 2
Quatrième en 1995
Jeux olympiques Médaille d'or, Jeux olympiques Vainqueur en 1996

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe du Nigeria de football est la sélection de joueurs nigérians représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération du Nigeria de football.

Le Nigeria a remporté la Coupe d'Afrique des nations à trois reprises en 1980, 1994 et 2013. En dix-sept participations, le Nigeria termine quatorze fois sur le podium du tournoi continental, un record. Le Nigeria est de plus en 1996 la première sélection africaine à remporter la médaille d'or aux Jeux olympiques.

Les Super Eagles (en français : « Les super aigles ») ont participé à six phases finales de la Coupe du monde, en 1994, 1998 et 2014, où ils atteignent les 8es de finale, ainsi qu'en 2002, 2010 et 2018 où ils ne parviennent pas à sortir des phases de groupes.

Parmi les joueurs de football ayant marqué l'histoire de la sélection, nombreux sont ceux appartenant à la génération dorée des années 1990 : Rashidi Yekini, Emmanuel Amunike, Nwankwo Kanu, Victor Ikpeba sont tour à tour élus « Joueur africain de l'année », tandis qu'Augustine Okocha apparaît dans la liste FIFA 100 publiée en 2004.

HistoireModifier

Des débuts modestesModifier

L'année de fondation de la Fédération du Nigeria de football (Nigeria Football Federation) n'est pas certaine : officiellement 1945, elle est avancée à 1933 par d'autres sources. Le pays est alors encore une colonie de l'Empire britannique. En réponse à l'anticolonialisme et au nationalisme d'après la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques dotent le pays d'un gouvernement représentatif en 1951 puis d'une constitution fédérale en 1954.

Le premier match de la sélection nigériane est organisé le 8 octobre 1949 contre la Sierra Leone, une autre colonie britannique, et se solde par une victoire 2 buts à 0[3]. Le 1er juin 1955, dans le cadre de la Coupe Jalco, le Nigéria est battu par la Côte-de-l'Or (future équipe du Ghana) à Accra 7 buts à 0, ce qui reste la plus lourde défaite de son histoire[4].

L’indépendance du Nigeria est proclamée finalement le 1er octobre 1960, trois ans après celle du Ghana. La fédération du Nigeria obtient son affiliation à la Fédération internationale de football association (FIFA) et à la Confédération africaine de football (CAF) la même année[5]. La sélection s'inscrit aux éliminatoires des Jeux olympiques de 1960[r 1] puis à ceux de la Coupe du monde de 1962, sans succès[r 2].

Les Green Eagles (leur premier surnom, avant l'actuel Super Eagles) font leurs débuts en compétition internationale à l'occasion de la Coupe d’Afrique des nations 1963 au Ghana, où ils sont repêchés à la suite de la disqualification de la Guinée, mais n'en passent pas le premier tour[r 3].

De 1964 à 1974, l’équipe du Nigeria de football ne se qualifie à aucune autre Coupe d'Afrique, sans parler de la Coupe du monde dont l'accès est alors très difficile pour les sélections africaines[4].

Les belles années continentales 1973 à 1990Modifier

La sélection du Nigeria remporte les Jeux africains de 1973, dont elle est le pays hôte, en battant l’Égypte en demi-finale puis la Guinée en finale[r 4].

Après avoir récolté deux fois la troisième place en 1976[r 5] et en 1978[r 6], et atteint une nouvelle fois la finale des Jeux africains en 1978, perdue face à l'Algérie[r 7], l'équipe du Nigeria ouvre son palmarès international en gagnant la Coupe d'Afrique des nations de 1980. Après avoir battu la Tanzanie (3-1) et l’Égypte (1-0) et fait match nul contre la Côte d’Ivoire (0-0), les Green Eagles du sélectionneur brésilien Otto Glória accèdent pour la 3e fois d'affilée aux demi-finales. Ils y battent cette fois le Maroc (1-0) et en finale prennent le dessus sur l’Algérie, devant les 80 000 spectateurs du Surelere Stadium de Lagos (3-0, buts de Odegbami et Lawal)[6],[r 8]. Certains joueurs algériens affirment en 2014 avoir du lever le pied lors de cette finale à la demande de leur ministre des sports[7]. Un an plus tard, le Nigeria retrouve l'Algérie en finale des tours préliminaires à la Coupe du monde 1982, mais s'incline cette fois à l'aller comme au retour.

Dans les années 1980, le Nigeria connaît des performances irrégulières. Il ne parvient toujours pas à se qualifier pour la Coupe du monde (seules deux places sont réservées aux pays africains jusqu'à l'édition 1990), mais sur le plan continental il atteint trois nouvelles fois la finale de la CAN, en 1984[r 9], 1988[r 10] et 1990[r 11], pour autant de défaites, face au Cameroun, deux fois[8],[9], et à l'Algérie, pays hôte en 1990[10]. En 1982, alors qu’ils sont tenants du titre, les Nigérians sont éliminés dès le premier tour[r 12], et en sont même pas qualifiés en 1986[r 13].

Le 23 septembre 1991, le Nigeria enregistre la plus large victoire de son histoire contre l’Ouganda (8-1)[4], au cours des Jeux africains dont il termine à la 3e place.

L’avènement des « Super Eagles »Modifier

Il faut attendre le début des années 1990 pour voir le Nigeria faire son retour au sommet du football africain. Après avoir échoué en demi-finale de la CAN 1992 face au Ghana d'Abedi Pelé, il se qualifie pour la première fois à la Coupe du monde en octobre 1993, en devançant notamment les champions africains en titre de la Côte d'Ivoire. Au printemps, c'est la confirmation lors de la CAN en Tunisie, où le Nigeria élimine tour à tour le Zaïre (2-0), la Côte d'Ivoire aux tirs au but (2-2, tab 4-2) et en finale la Zambie (2-1) pour remporter assez logiquement une 2e couronne continentale[11]. Yekini, meilleur buteur du tournoi, est accompagné dans l'équipe type de la compétition par les défenseurs Litana et Iroha et les milieux de terrain Okocha et Amokachi.

Fort de ces succès, le Nigeria attaque quelques mois plus tard la World Cup aux États-Unis avec l'étiquette de l'équipe à surveiller. Elle surprend les observateurs en infligeant lors de son premier match une sévère défaite à la Bulgarie (3-0), vainqueur de la France lors des qualifications et futur demi-finaliste du tournoi[12]. Après une défaite serrée face à l'Argentine, l'un des favoris à la victoire finale (2-1), les Nigérians obtiennent leur place en 8e de finale en écartant la Grèce avec autorité (2-0). Opposés à l'Italie, ils mènent longtemps au score grâce à un but d'Amuneke. Mais Roberto Baggio, le dernier vainqueur du Ballon d'or, égalise à deux minutes de la fin et offre finalement la qualification aux siens pendant la prolongation[13]. Malgré ce bon résultat, l'entraineur néerlandais Clemens Westerhof est vertement critiqué après la compétition pour ne pas avoir su exploiter tout le potentiel de son équipe[14].

Qualifié pour la Coupe des confédérations 1995, qui oppose les différents champions continentaux, le Nigeria bat sèchement le Japon (3-0) mais manque la qualification pour la finale à la différence de buts après un match nul et vierge face à l'Argentine. En petite finale, le Nigeria s'incline face au Mexique aux tirs au but (1-1, tab 4-5). Quelques mois plus tard, les Super Eagles remportent la Coupe afro-asiatique des nations face à l'Ouzbékistan, vainqueur des Jeux asiatiques de 1994[r 14].

Début 1996, le gouvernement retire la sélection de la Coupe d'Afrique des nations en Afrique du Sud, à laquelle il est qualifié en tant que tenant du titre, pour des raisons politiques[15]. En conséquence, ils sont privés de la CAN organisée au Burkina Faso deux ans plus tard[16].

L'apothéose sportive survient à l'été 1996 quand cette génération dorée, emmenée par un Nwankwo Kanu en pleine réussite et ses coéquipiers champions du monde des moins de 17 ans en 1993[17], remporte la médaille d'or aux Jeux olympiques d'Atlanta, toujours sur le sol américain. Les Nigérians font sensation pendant le tournoi en éliminant le Brésil de Bebeto en demi-finale, 4-3 après prolongation, puis l'Argentine de Hernán Crespo en finale (3-2). Le Nigeria a démontré tout le potentiel du football africain[18]. On le pressent alors comme le premier pays africain à pouvoir remporter la Coupe du monde[19],[20].

Les « Super Eagles », sous l'impulsion des héros de 1994, de Jay-Jay Okocha et de Kanu, Ballon d'or africain en 1996 et 1999, se qualifient de nouveau pour la Coupe du monde de 1998 en France. Leur nouveau sélectionneur, Bora Milutinović, réussit là sa 4e qualification d'affilée. Les Nigérians terminent de nouveau en tête de leur groupe. Ils entrent dans la compétition en battant l'Espagne (3-2 à Nantes), un succès resté parmi les plus marquants de l'histoire de la sélection[21], puis la Bulgarie, une nouvelle fois (1-0 au Parc des Princes). Déjà qualifiés pour les 8es de finale, ils subissent une défaite sans conséquence face au Paraguay et s'apprêtent à défier le Danemark avec l'étiquette de favoris. Mais la trop faible défense des Nigérians ne résiste pas au talent des attaquants danois et les Africains sont sèchement battus (1-4)[22],[23].

En 2000, le Nigeria atteint la finale de la CAN organisée sur son sol mais s'y incline pour la 3e fois face au Cameroun[24]. Menés 2-0 à la pause, ils reviennent à la marque mais s'inclinent finalement lors de l'épreuve des tirs au but, au cours de laquelle l'essai de Victor Ikpeba est refusé par l'arbitre alors qu'il semble valide[25],[26].

En 2002, après avoir pendant l'hiver connu la déception d'une élimination en demi-finale de la CAN face au Sénégal[27], le Nigeria se déplace au Japon participer à sa troisième Coupe du monde d'affilée, où le tirage au sort l'a envoyé dans le « groupe de la mort »[28]. Après deux courtes défaites face à l'Argentine, sur un but de l'inévitable Batistuta (0-1), et la Suède, malgré l'ouverture du score (1-2), les Nigérians sont éliminés[29]. Le dernier match nul concédé face aux Anglais les condamnent à la dernière place du groupe.

Le Nigeria depuis 2002Modifier

 
Mur défensif composé de Kalu Uche et John Obi Mikel lors de la CAN 2008.
 
Fans du Nigeria
 
Supporters du Nigeria

Le Nigeria s'illustre par la suite lors des coupes continentales en prenant de nouveau la troisième place en 2004[30] et 2006.

Écarté par l'Angola lors des qualifications pour la Coupe du monde 2006, le Nigeria reste considéré comme l'une des meilleures nations africaines[31]. Durant la CAN 2008 au Ghana, le Nigeria perd pourtant dès les quarts de finale contre le pays organisateur (1-2). Un nouvel encadrement, composé de Shaibu Amodu et Daniel Amokachi, est chargé de qualifier les Super Eagles pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.

Entre-temps le Nigeria retrouve le succès sur la scène mondiale lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008. La sélection olympique devance en groupe les Pays-Bas (0-0), les États-Unis (2-1) et le Japon (2-1), écarte la Côte-d'Ivoire en quarts (2-0) puis la Belgique en demi-finale (4-1). En finale face à l'Argentine, lors de la finale revanche de 1996, les Nigérians s'inclinent un but à zéro[32].

Lors de la CAN 2010, les Super Eagles atteignent les demi-finales où ils s'inclinent contre le Ghana, et terminent à la 3e place après une dernière victoire contre l'Algérie. Au terme de ce tournoi vu comme décevant, le Suédois Lars Lagerbäck est nommé à la tête de la sélection pour une durée de cinq mois, le temps de la mener à la Coupe du monde[33]. Le Nigeria perd son premier match face à l'Argentine (1–0)[34]. Pour leur 2e match, face à la Grèce, les Super Eagles ouvrent le score grâce à Kalu Uche, mais après l'expulsion de Sani Kaita, laissent leurs adversaires prendre l'avantage et l'emporter (2–1). Pratiquement éliminés ils terminent le tournoi sur un match nul face à la Corée du Sud (2-2, buts de Uche et Yakubu). Furieux de cette élimination, le Président du Nigeria Goodluck Jonathan suspend la sélection de toute compétition internationale pour deux ans, au risque d'être bannie par la FIFA dont les statuts interdisent toute intervention politique[35]. La décision est annulée par le gouvernement quelques jours plus tard[36] mais la FIFA poursuit sa procédure. Le 4 octobre 2010, la FIFA annonce que Nigeria est suspendu de toute compétition internationale jusqu'à nouvel ordre[37]. La sanction est finalement levée quatre jours plus tard[38].

Le Nigeria manque la qualification à la CAN 2012, en encaissant à la dernière minute de son dernier match le but égalisateur de la Guinée (2-2)[39].

Lors de la CAN 2013, le Nigeria s'impose sur le Burkina Faso par 1-0 en finale sur un but de Sunday Mba. Le Nigeria remporte alors sa troisième Coupe d'Afrique[40]. Qualifié à ce titre pour la Coupe des confédérations 2013 au Brésil, il en est éliminé au premier tour après deux défaites face l'Uruguay, champion d'Amérique du Sud, et l'Espagne, championne du monde.

Le Nigeria se qualifie pour sa 5e Coupe du monde en 2014, organisée par le Brésil. Après un match nul (0-0) contre l'Iran, les Nigérians battent la Bosnie-Herzégovine sur le score de 1-0 grâce à un but de Peter Odemwingie, son premier en équipe nationale depuis 2010[41]. Les Super Eagles jouent leur dernier match de groupe contre l'Argentine, future finaliste de la compétition. Ils perdent sur le score de 3-2 après des doublés de Lionel Messi et Ahmed Musa, mais prennent la deuxième place du groupe F avec quatre points[42]. Ils affrontent ensuite la France en huitièmes de finale. Les Nigérians marquent par Emmanuel Emenike à la 19e minute, mais le but est annulé de justesse pour hors-jeu. C'est finalement Paul Pogba qui ouvre le score pour la France à la 79e minute, et un autogoal de Joseph Yobo porte le score à 2-0 dans les arrêts de jeu[43].

En juin 2018, le Nigeria débute la coupe du monde avec un match perdu contre la Croatie (2-0), puis une victoire contre l'Islande (2-0). Il ne leur faut qu'un point contre l'Argentine pour accéder aux huitièmes de finale. Mais ils perdent le match (2-1) face à l'Albiceste qui est leur bête noire en coupe du monde, suite à un dernier but encaissé à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Les Super Eagles arrivent troisième du groupe D avec trois points.

RésultatsModifier

Classement FIFAModifier

Classement FIFA de l'équipe du Nigéria
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement mondial 18 12 27 63 71 65 76 52 40 29 35 21 24 9 20 19 22 32 43 52 37 43 66 51 51 44
Classement CAF 1 1 5 12 14 11 15 8 5 3 4 1 2 1 1 3 3 4 5 10 4 9 14 8 9 4
Parcours en Coupe d'Afrique des nations
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1957 et 1959 Non inscrit
  1962 Forfait[n 1]
  1963 1er tour 6e 2 0 0 2 3 10
1965 à 1974 Forfait ou non qualifié[n 2]
  1976 Demi-finale 3e 6 3 1 2 11 10
  1978 Demi-finale 3e 5 2 2 1 8 5
  1980 Vainqueur 1er 5 4 1 0 8 1
  1982 1er tour 6e 3 1 0 2 4 5
  1984 Finale 2e 5 1 3 1 7 8
  1986 Non qualifié
  1988 Finale 2e 5 1 3 1 5 3
  1990 Finale 2e 5 3 0 2 5 6
  1992 Demi-finale 3e 5 4 0 1 8 5
  1994 Vainqueur 1er 5 3 2 0 9 3
1996 et 1998 Forfait puis suspendu[n 3]
    2000 Finale 2e 6 4 2 0 12 5
  2002 Demi-finale 3e 6 4 1 1 5 2
  2004 Demi-finale 3e 6 4 1 1 11 5
  2006 Demi-finale 3e 6 4 1 1 7 3
  2008 ¼ de finale 7e 4 1 1 2 3 3
  2010 Demi-finale 3e 6 3 1 2 6 4
    2012 Non qualifié
  2013 Vainqueur 1er 6 4 2 0 11 4
  2015 Non qualifié
  2017 Non qualifié
  2019 Qualifié
  2021
  2023
Total 3 titres 17/34 86 46 21 19 123 82
Parcours en Coupe du monde
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1930 à 1958 Non inscrit
  1962 Non qualifié
  1966 Forfait[n 4]
1970 à 1990 Non qualifié
  1994 8e de finale 9e 4 2 0 2 7 4
  1998 8e de finale 12e 4 2 0 2 6 9
  2002 1er tour 27e 3 0 1 2 1 3
  2006 Non qualifié
  2010 1er tour 27e 3 0 1 2 3 5
  2014 8e de finale 16e 4 1 1 2 3 5
  2018 1er tour 21e 3 1 0 2 3 4
  2022
    2026
Total 8e de finale 6/21 21 6 3 12 23 30
Parcours en Coupe des confédérations
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
  1992 Non qualifié
  1995 1er tour 4e 3 1 2 0 4 1
1997 à 2009 Non qualifié
  2013 1er tour 5e 3 1 0 2 7 6
  2017 Non qualifié
Total 1er tour 2/10 6 2 2 2 11 7

Légende : les matchs nuls comprennent les matchs conclu par une séance de tirs au but ; le bord rouge indique les tournois organisés à domicile.

IdentitéModifier

Comme pour de nombreuses autres sélections africaines, les joueurs nigérians sont surnommés du nom d'un animal[44], en l’occurrence les aigles. Initialement surnommés Green Eagles (en français : « Aigles verts »), en référence à la couleur du maillot, les Nigérians deviennent les Super Eagles à la fin des années 1980[45].

Traditionnellement, la sélection reprend les couleurs du drapeau du Nigeria : le maillot domicile est vert et blanc, le maillot extérieur plutôt blanc.

Historique des maillots du Nigeria
1994 ext.
1998 ext.
2002 ext.

InfrastructuresModifier

Article détaillé : Abuja Stadium.
 
Vue extérieur du stade d'Abuja.

Depuis 2003, la sélection a pour stade de résidence l'Abuja Stadium, une enceinte multifonction de 60 000 construite à l'occasion des Jeux africains de 2003, à Abuja, devenue la capitale du pays en 1991. Propriété de l'État fédéral du Nigeria, il répond aux normes actuelles de confort exigées par les compétitions internationales de football.

Il remplace en tant que stade national le Lagos National Stadium, construit à Surulere, près de Lagos, pour recevoir les Jeux africains de 1973. Rénové à la fin des années 1990 pour recevoir la Coupe d'Afrique des nations de football 2000, ce dernier est pourtant pratiquement abandonné depuis 2004.

Joueurs et personnalitésModifier

Sélectionneurs nationauxModifier

 
Carlos Alberto Torres, sélectionneur du Nigeria en 1995
 
Berti Vogts, sélectionneur du Nigeria en 2007-2008

En 2013, Stephen Keshi, le capitaine des champions d'Afrique en 1994, devient le premier sélectionneur de nationalité nigériane à mener les Super Eagles à un titre international, et le 2e sélectionneur du continent, après l'Égyptien Mahmoud Al-Gohary à remporter le titre continental comme joueur puis comme entraîneur[46],[47].

Avant Keshi, les entraîneurs couronnés avec le Nigeria sont le Brésilien Otto Glória lors de la CAN 1980, le Néerlandais Clemens Westerhof lors de la CAN 1994 (par ailleurs, premier sélectionneur à mener le Nigeria en Coupe du monde) et son compatriote Jo Bonfrere lors des Jeux olympiques de 1996.

Période Sélectionneur
1949   John Finch
1954-1956   Elliot Williams
1956-1960   Les Courtier
1960-1961   Moshe Beit haLevi
1961-1963   George Vardar
1963-1964   Jorge Augusto Penna
1964-1965   Daniel Anyiam
1965-1968   József Ember
1968-1969   Sabino Barinaga
1969-1970   Peter Amaechina
1970-1971 & 1974   Karl-Heinz Marotzke
1972-1973   George Penna
1974-1978   Tihomir Jelisavčić
1979-1982   Otto Glória
1981   Gottlieb Göller
1983-1984   Adegboyega Onigbinde
1984-1986   Chris Udemezue
1985   Patrick Ekeji
1988-1989   Manfred Höner
1987-1989   Paul Hamilton
1989-juillet 1994   Clemens Westerhof
août 1994-janvier 1995   Shaibu Amodu
janvier 1995-juin 1995   Carlos Alberto Torres
juin 1995-août 1996   Jo Bonfrère
septembre 1996-mars 1997   Shaibu Amodu
mars 1997-juin 1997   Monday Sinclar
juin 1997-décembre 1997   Philippe Troussier
décembre 1997-juin 1998     Bora Milutinović
août 1998-octobre 1999   Thijs Libregts
octobre 1999-avril 2001   Jo Bonfrère
juillet 2001-février 2002   Shaibu Amodu
mars-juin 2002   Festus Onigbinde
août 2002-juin 2005   Christian Chukwu
août 2005-2007   Augustine Eguavoen
janvier 2007-février 2008   Berti Vogts
avril 2008-février 2010   Shaibu Amodu et Daniel Amokachi
février 2010-octobre 2010   Lars Lagerbäck
novembre 2010-octobre 2011   Samson Siasia
novembre 2011-octobre 2014   Stephen Keshi
juillet 2015-février 2016   Sunday Oliseh
février 2016-mars 2016   Samson Siasia
avril 2016-juillet 2016   Salisu Yusuf
depuis août 2016   Gernot Rohr

Principaux joueurs du passéModifier

 
Nwankwo Kanu en 2017.
Joueurs les plus sélectionnés[48]
Sélections Joueur Période Buts
101 Joseph Yobo 2001-2014 7
101 Vincent Enyeama 2002-2015 0
86 Nwankwo Kanu 1994-2011 13
86 Mudashiru Lawal 1975-1985 11
82 John Obi Mikel 2006- 6
Meilleurs buteurs[48],[49]
Buts Joueur Période Sél.
37 Rashidi Yekini 1984-1998 58
22 Segun Odegbami 1976-1982 47
21 Yakubu Aiyegbeni 2000-2012 58
19 Ikechukwu Uche 2007-2014 46
18 Obafemi Martins 2004- 42
Mis à jour le 9 mars 2018

Plusieurs Nigérians ont remporté le trophée du « Joueur africain de l'année », qui a pris la place du Ballon d'or africain depuis 1994. Ils jouent tous au poste d'attaquant : l'emblématique Nwankwo Kanu[50], deux fois en 1996 et 1999, Rashidi Yekini en 1993, Emmanuel Amunike en 1994, Victor Ikpeba en 1997. Par ailleurs le meneur de jeu Augustine Okocha est le seul Nigérian à apparaître dans la liste FIFA 100, publiée en 2004.

En 2007 la CAF publie à l'occasion de son cinquantenaire la liste des 30 footballeurs africains de la période 1957-2007 : le premier Nigérian est Nwankwo Kanu, 8e, suivi d'Augustine Okocha, 12e et de Rashidi Yekini, 18e[51]. En 2013, le Daily Times of Nigeria (en) publie la liste des dix meilleurs joueurs nigérians de l'histoire de la sélection[52] : Okocha apparaît cette fois au 1er rang, suivi des attaquants Segun Odegbami, Kanu, Yekini, Amokachi, de l'ailier Finidi, du milieu défensif Sunday Oliseh, du gardien de but Peter Rufai, du défenseur Taribo West, enfin du milieu de terrain John Obi Mikel.

La plupart de ces joueurs ont fait partie de la fameuse génération des Super Eagles ayant mené le Nigeria au sommet du football africain dans les années 1990. Auparavant, bien que les joueurs majeurs ont été plus rares, on peut citer l'attaquant Sunday Oyarekhua (en), qui joue un rôle prépondérant lors de la victoire du Nigeria lors des Jeux africains de 1973[53], et Segun Odegbami, surnommé « Mathematical », héros de la sélection lors de la Coupe d'Afrique de 1980[54].

Effectif actuelModifier

Liste des sélectionnés pour les matchs amicaux face à la Pologne et la Serbie en mars 2018.

Sélections et buts actualisés le 4 février 2018.

Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Ikechukwu Ezenwa (31 ans) 24 0   Enyimba
23 GB Francis Uzoho (21 ans) 15 0   Elche CF
16 GB Daniel Akpeyi (33 ans) 7 0   Chippa United
22 DF Kenneth Omeruo (26 ans) 52 1   CD Leganés
3 DF Elderson Uwa Echiejile (31 ans) 60 3   Cercle Bruges
12 DF Abdullahi Shehu (26 ans) 32 0   Bursaspor
6 DF Leon Balogun (30 ans) 15 0   Brighton & Hove Albion
5 DF William Troost-Ekong (26 ans) 39 2   Udinese Calcio
DF Stephen Eze (25 ans) 13 0   Lokomotiv Plovdiv
2 DF Ola Aina (23 ans) 15 0   Torino
DF Semi Ajayi (25 ans) 8 0   West Bromwich Albion
20 DF Chidozie Awaziem (22 ans) 3 0   CD Leganés
DF Jamilu Collins (25 ans) 11 0   SC Paderborn 07
10 ML John Obi Mikel   (32 ans) 82 6   Trabzonspor
4 ML Onyinye Ndidi (22 ans) 14 0   Leicester City
14 ML Ramon Azeez (26 ans) 4 0   Grenade CF
17 ML Ogenyi Onazi (26 ans) 48 1   Trabzonspor
8 ML Oghenekaro Etebo (23 ans) 35 1   Stoke City
ML Joe Aribo (23 ans) 2 2   Rangers FC
ML Joel Obi (28 ans) 15 0   Torino
7 AT Ahmed Musa (27 ans) 67 13   Al-Nassr
11 AT Victor Moses (28 ans) 30 10   Chelsea
9 AT Odion Ighalo (30 ans) 35 16   Shanghai Shenhua
15 AT Moses Simon (24 ans) 19 4   FC Nantes
14 AT Kelechi Iheanacho (23 ans) 14 8   Leicester City
18 AT Alex Iwobi (23 ans) 14 4   Everton FC
21 AT Victor Osimhen (20 ans) 5 0   LOSC Lille
13 AT Samuel Chukwueze (20 ans) 9 1   Villarreal CF

RivalitésModifier

Le Nigeria nourrit une rivalité sportive particulière avec son voisin du Cameroun, une rivalité considérée comme l'une des principales du continent africain, renforcée par les trois victoires du Cameroun en finale de la CAN face au Nigeria, en 1984, 1988 et 2000[55],[56].

L'autre grande rivalité l'oppose à un autre de ses voisins, le Ghana[57],[58].

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes
  1. Le Nigeria se retire lors du dernier tour de qualifications de la CAN 1962 contre la Tunisie.
  2. Le Nigeria ne s'inscrit pas aux qualifications de la CAN 1965 et 1970, et échoue à se qualifier en 1968, 1972 et 1974.
  3. Le Nigeria se retire de la CAN 1996 organisée en Afrique du Sud pour des raisons politiques, et se trouve en conséquence suspendu pour la CAN 1998 au Burkina Faso.
  4. Toutes les sélections africaines se retirent des tours préliminaires à la Coupe du monde de 1966 en protestation quant à la place réservée aux équipes du continent (0,5).
Références
  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 8 avril 2019).
  2. Il possède la double nationalité depuis 1982.
  3. (en) « Sierra Leone - List of International Matches », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  4. a b et c (en) « Nigeria International Matches 1955-2007 », RSSSF, (consulté le 28 février 2014)
  5. « Nigeria Football Federation (NFF) », sur cafonline.com, Confédération africaine de football (consulté le 28 février 2014)
  6. « 12e édition : le Nigeria organise et s’impose », Radio France internationale (consulté le 28 février 2014)
  7. « Graves révélations sur la finale de la CAN-1980 Nigeria-Algérie », Liberté (Algérie), (consulté le 28 février 2014)
  8. « 14e édition : une séduisante équipe du Cameroun », Radio France internationale (consulté le 28 février 2014)
  9. « 16e édition : deuxième victoire sans panache pour le Cameroun », Radio France internationale (consulté le 28 février 2014)
  10. « 17e édition : l’Algérie enfin ! », Radio France internationale (consulté le 28 février 2014)
  11. « 19e édition : le Nigeria fait l’unanimité », Radio France internationale (consulté le 3 mars 2014)
  12. (en) Malcolm Moran, « WORLD CUP '94; Nigeria's Super Eagles Sparkle », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  13. « Coupe du monde 1994 : Le Nigeria vit son rêve américain », sur afrik.com (consulté le 3 mars 2014)
  14. (en) « Football / World Cup USA '94: Captain blames Nigerian coach for elimination », The Independent,‎ (lire en ligne)
  15. « Le Nigeria, tenant du titre, renonce à la Coupe d'Afrique », Libération,‎ (lire en ligne)
  16. « Nigeria: 1996, l'année où les Nigérians ne purent défendre leur couronne », Agence de Presse Sénégalaise (Dakar), (consulté le 5 mars 2014)
  17. « Kanu, des souvenirs qui donnent le sourire », FIFA.com, (consulté le 6 mars 2014)
  18. « Atlanta, 1996 », FIFA.com (consulté le 5 mars 2014)
  19. Vincent Duhem, « JO 1996 : le Nigeria dans l'histoire du football africain », Jeune Afrique, (consulté le 5 mars 2014)
  20. Marcelo Assaf et Thomas Goubin, « JO 1996 : Aigles impériaux », So Foot.com, (consulté le 5 mars 2014)
  21. (en) « Nigeria World Cup History », ESPN Soccernet (consulté le 5 mars 2014)
  22. Dino DI MEO, « 8e de finale, Danemark-Nigeria : 4-1 », Libération,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « Danish delight! », CNN / Sports Illustrated (consulté le 5 mars 2014)
  24. « 22e édition : le Cameroun devant le Nigeria », Radio France internationale (consulté le 5 mars 2014)
  25. « Le Cameroun champion d'Afrique », Radio France internationale, (consulté le 5 mars 2014)
  26. Emile Zola Ndé Tchoussi, « Cameroun: CAN 2000 : La coupe du penalty d'Ikpeba », Mutations (Cameroun), (consulté le 6 mars 2014)
  27. « 23e édition : le Cameroun bisse, le Sénégal pointe », Radio France internationale (consulté le 5 mars 2014)
  28. Laurent VERGNE, « Coupe du monde: Le top des groupes de la mort », Eurosport, (consulté le 5 mars 2014)
  29. Gérard Dreyfus, « Le Nigeria éliminé », Radio France internationale, (consulté le 5 mars 2014)
  30. « Le Nigeria sur le podium », A.P. (eurosport.fr), (consulté le 5 mars 2014)
  31. « Présentation du Nigeria pour la CAN 2006 », Radio France internationale (consulté le 5 mars 2014)
  32. par Franck Salin, « Football : le Nigeria s’incline devant l’Argentine », sur afrik.com, (consulté le 7 mars 2014)
  33. « Nigeria: Ce sera Lagerbäck », sur afrik.com,
  34. (en) « Argentina 1–0 Nigeria », BBC (consulté le 14 juin 2010)
  35. « Mondial: le président du Nigeria retire son équipe de toute compétition », sur Le Parisien.fr, AFP, (consulté le 7 mars 2014)
  36. (en) « Nigerian government rescinds ban », ESPN Soccernet, (consulté le 7 mars 2014)
  37. (en) « Fifa issues world ban to Nigeria », BBC News, (consulté le 7 mars 2014)
  38. (en) « Fifa lifts Nigeria's suspension », BBC Sport, (consulté le 7 mars 2014)
  39. Genc Burimi, « CAN 2012: Le Nigéria éliminé après son match nul avec la Guinée qui se qualifie », RFI,
  40. « CAN 2013 : le Nigeria sur le toit de l'Afrique », Le Parisien,
  41. « FIFA Mondial: les Super Eagles prennent leur envol », Radio télévision suisse, (consulté le 27 juillet 2014)
  42. « FIFA Mondial: l'Argentine reçue trois sur trois, le Nigeria qualifié », Radio télévision suisse, (consulté le 27 juillet 2014)
  43. « FIFA Mondial: les Bleus peinent mais passent en quarts », Radio télévision suisse, (consulté le 27 juillet 2014)
  44. « Pourquoi les équipes africaines de football ont des noms d'animaux? », Slate Afrique, (consulté le 27 février 2014)
  45. « How Green Eagles changed to Super Eagles », Vanguard (Nigeria) (en) (consulté le 6 mars 2014)
  46. « Nigeria : vainqueur de la CAN 2013, Stephen Keshi entre dans l'histoire du football africain », Jeune Afrique, (consulté le 6 mars 2013)
  47. Sébastien Hervieu, « CAN : Stephen Keshi ou l'autre victoire du Nigeria », Le Monde.fr, (consulté le 6 mars 2013)
  48. a et b (en) « Nigeria most-capped player », Transfermarkt (consulté le 9 mars 2018)
  49. (en) « Nigeria - Record International Players », RSSSF (consulté le 9 mars 2018)
  50. « Kanu, le vieux sage », sur fifa.com, AFP, (consulté le 6 mars 2014)
  51. (en) « CAF release 30 best African players in the last 50 years » (version du 9 mars 2009 sur l'Internet Archive)
  52. (en) « Nigeria’s Top 10 "GREATEST" Football Players of all Times », Daily Times of Nigeria, (consulté le 5 mars 2014)
  53. (en) Emeka Keazor, The Federation Cup and Nigerian Football, Authors Online (autoédité), (lire en ligne)
  54. (en) « African legends: Segun Odegbami », BBC, (consulté le 5 mars 2014)
  55. (en) « Nigeria and Cameroon play for a win », CAF,
  56. (en) « Cameroon and Nigeria renew rivalry in African shootout », sur abc.net.au,
  57. David Kalfa, « CHAN 2014: Ghana-Nigeria, une affiche au parfum de Mondial », RFI,
  58. (en) Iwedi Ojinmah, « Nigeria,Ghana and the genesis of a rivalry », sur supersport.com,
Résultats
  1. (en) « Games of the XVII. Olympiad - Football Qualifying Tournament », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  2. (en) « World Cup 1962 Qualifying », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  3. (en) « African Nations Cup 1963 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  4. (en) « African Games 1973 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  5. (en) « African Nations Cup 1976 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  6. (en) « African Nations Cup 1978 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  7. (en) « African Games 1978 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  8. (en) « African Nations Cup 1980 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  9. (en) « African Nations Cup 1984 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  10. (en) « African Nations Cup 1988 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  11. (en) « African Nations Cup 1990 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  12. (en) « African Nations Cup 1982 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  13. (en) « African Nations Cup 1986 », RSSSF (consulté le 28 février 2014)
  14. (en) « Afro-Asian Cup of Nations », RSSSF (consulté le 6 mars 2014)